Bertrand Louart : « À écouter certains écolos, on a en effet l’impression que les machines nous tombent du ciel ! »

Pho­to : Des pan­neaux solaires en train d’être assem­blés dans une usine près de Jai­pur, dans le Rajas­than, en Inde.

Nico­las Casaux : Je me suis entre­te­nu avec Ber­trand Louart, auteur, notam­ment, de Les êtres vivants ne sont pas des machines (La Len­teur), ani­ma­teur de l’é­mis­sion « Racine de moins un » (Radio Zin­zine), rédac­teur du bul­le­tin de cri­tique des sciences, des tech­no­lo­gies et de la socié­té indus­trielle Notes & Mor­ceaux choi­sis (La Len­teur), contri­bu­teur au blog de cri­tique du scien­tisme sniadecki.wordpress.com, oppo­sant d’I­TER (Cada­rache) et membre de Lon­go Maï où il est menuisier-ébeniste.


Nico­las Casaux : De plus en plus de gens se réclament désor­mais de l’an­ti­ca­pi­ta­lisme, y com­pris dans le grand caphar­naüm qu’on appelle par­fois « mou­ve­ment éco­lo­giste ». Le jour­na­liste du Guar­dian George Mon­biot, par exemple, mais aus­si Nao­mi Klein ou encore Cyril Dion. Je cite ces trois-là parce que leur « anti­ca­pi­ta­lisme » est à peu près le même (Dion et Mon­biot ren­voient aux thèses de Nao­mi Klein en ce qui concerne l’an­ti­ca­pi­ta­lisme et les chan­ge­ments sociaux qui devraient, selon eux, prendre place). Qu’en penses-tu ? Le capi­ta­lisme, c’est quoi ? Sont-ils anticapitalistes ?

Ber­trand Louart : J’avoue que je n’ai pas comme toi la patience de lire la prose de toutes ces figures média­tiques. Mais je crois que l’on peut dire sans se trom­per que leur anti­ca­pi­ta­lisme est tron­qué : ils s’en prennent à tel ou tel aspect du sys­tème – ce qui est sou­vent jus­ti­fié – sans voir l’unité et la dyna­mique glo­bale. Par exemple Mon­biot se déclare anti­ca­pi­ta­liste dans la chro­nique heb­do­ma­daire qu’il tient dans le grand quo­ti­dien pro­gres­siste The Guar­dian du 25 avril 2019 (tra­duit par Repor­terre : https://reporterre.net/Le-capitalisme-nous-conduit-au-desastre). Il pointe deux « élé­ments déter­mi­nants » qui expliquent « l’échec » du capitalisme :

1. La crois­sance per­pé­tuelle : « La crois­sance éco­no­mique est l’effet cumu­lé de la quête d’accumulation de capi­tal et d’extraction de bénéfices. »

2. La pro­prié­té pri­vée : « une per­sonne a droit à une part aus­si impor­tante des richesses natu­relles du monde que son argent peut en acheter. »

Certes, ce n’est pas faux, ces élé­ments sont les fon­de­ments du capi­ta­lisme com­mer­cial depuis envi­ron trois ou quatre siècles. Mais aujourd’hui, il y a d’autres « élé­ments fon­da­men­taux » tout aus­si importants.

Sur­tout, pour lui, « l’échec » du capi­ta­lisme est qu’il nous conduit au « désastre » éco­lo­gique et envi­ron­ne­men­tal. Mais en quoi est-ce un « échec » ? Le capi­ta­lisme n’a jamais rien pro­mis d’autre que de créer plus d’argent avec de l’argent, et de ce point de vue, il fonc­tionne actuel­le­ment à mer­veille. Qu’il apporte une aisance maté­rielle à cer­tains au détri­ment d’autres – comme le sou­ligne Mon­biot – et que pour ce faire il ravage le monde – ce que ne semble pas com­prendre Mon­biot –, ce sont là des consé­quences « secon­daires » mais inévi­tables de sa dynamique.

Fon­da­men­ta­le­ment, Mon­biot, comme les autres éco­lo­gistes média­tiques, aime la mar­chan­dise, c’est-à-dire le rap­port social qui fait que tout le monde va tra­vailler tous les matins dans une entre­prise pour un salaire, que le tra­vail est orga­ni­sé par un patron, que les pro­duits du tra­vail reviennent à l’entreprise, que cette entre­prise les vend ensuite sur le mar­ché et que les tra­vailleurs achètent tous ces pro­duits avec l’argent de leur salaire. Les Mon­biot & Co aiment ce sys­tème, parce qu’eux sont en somme des cadres supé­rieurs : ils ne tra­vaillent pas en usine, sur les pla­te­formes logis­tiques, ils ne sont pas agri­cul­teurs, rou­tiers, femmes de ménage, etc. En tant que figures média­tiques, ils ont un confor­table salaire et peuvent se payer des mar­chan­dises qui ne sont pas la came­lote que l’on sert aux pauvres dans les super­mar­chés. Donc, ils ne remettent pas en ques­tion le sala­riat ni la mar­chan­dise, la subor­di­na­tion du tra­vailleur dans l’entreprise ni le fait que d’autres tra­vaillent pour eux dans des condi­tions moins confortables.

Le fon­de­ment du capi­ta­lisme, c’est avant tout cela : la dépos­ses­sion de cha­cun de ses propres moyens d’existence, qui a pour consé­quence que tout le monde est obli­gé de se vendre pour un salaire afin de pou­voir ache­ter les mar­chan­dises néces­saires à son exis­tence. Et bien sûr, au pas­sage, les capi­ta­listes se mettent de l’argent plein les poches sur le dos des travailleurs.

Le véri­table désastre, il est là, et depuis le début du capi­ta­lisme indus­triel, il y a envi­ron deux ou trois siècles en Angle­terre. Il est dans la dépos­ses­sion et la subor­di­na­tion des « pauvres », dans l’accaparement et la domi­na­tion des « riches ». Ce rap­port social (comme dirait Marx), depuis qu’il s’est géné­ra­li­sé, a créé énor­mé­ment de souf­frances humaines et de dégra­da­tions éco­lo­giques. Nui­sances que les « pauvres » ont com­bat­tues dès le début et conti­nuent à com­battre aujourd’hui, sans attendre les leçons d’anticapitalisme des ren­tiers de l’écologie spectaculaire…

Lorsque Mon­biot se fait l’apôtre de l’industrie nucléaire au pré­texte qu’elle n’est pas aus­si dan­ge­reuse qu’il n’y paraît (il n’y avait pas de mon­ceaux de cadavres à Fuku­shi­ma, c’est donc que tout va bien ; voir son ignoble tri­bune en 2011 à ce sujet), on sent bien que cet « anti­ca­pi­ta­liste » n’est pas du tout inté­res­sé à remettre en ques­tion la dépos­ses­sion et la subor­di­na­tion qu’implique, pour des mil­lions de per­sonnes (sala­riés, consom­ma­teurs et futurs irra­diés), cette indus­trie la plus capi­ta­lis­tique au monde.

Nico­las Casaux : Effec­ti­ve­ment, Mon­biot ne s’op­pose pas réel­le­ment, par exemple, à la pro­prié­té pri­vée ni à la crois­sance. Ce qui le gêne, c’est davan­tage la pro­prié­té fon­cière. Et les auteurs vers les­quels il ren­voie en ce qui concerne des modèles éco­no­miques alter­na­tifs — Nao­mi Klein et Kate Raworth, notam­ment — ne sont pas anti­ca­pi­ta­listes, n’ont pas de pro­blème avec la pro­prié­té pri­vée, ni avec ce que tu sou­lignes ici.

Au plus simple, l’i­dée pro­mue et pro­mise par Mon­biot, Klein, Dion, Delan­noy, etc., idée qui, comme tu viens de le sou­li­gner, n’est pas vrai­ment anti­ca­pi­ta­liste, se rap­porte à : moyen­nant quelques réformes et quelques inno­va­tions tech­no­lo­giques, la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle capi­ta­liste pour­rait deve­nir durable, sou­te­nable, verte. Il nous suf­fi­rait de pas­ser aux 100 % renou­ve­lables, et de conce­voir des tech­no­lo­gies plus vertes pour un peu tout, des fri­gos verts, des télé­vi­seurs verts, des smart­phones verts, des voi­tures vertes, etc. Et d’aug­men­ter le recy­clage. Les plus radi­caux de ceux qui pro­meuvent cette idée, ou quelque chose de simi­laire, l’a­gré­mentent de pré­ten­tions socia­listes ou démo­cra­tiques, et par­fois de vel­léi­tés légè­re­ment décrois­santes, ou de quelque sobrié­té ins­ti­tuée. Les « éco­so­cia­listes » comme Tanu­ro par exemple. L’i­ma­gi­naire (hau­te­ment) tech­no­lo­gique semble désor­mais lar­ge­ment domi­nant y com­pris dans la nébu­leuse éco­lo. Désor­mais, parce que dans les années 60 et jusque dans les années 80 et un peu au-delà, le mou­ve­ment pour des « tech­no­lo­gies appro­priées », et d’autres cou­rants tech­no­cri­tiques, ont, semble-t-il, eu une cer­taine impor­tance. Des pen­seurs comme Mum­ford et Kac­zyns­ki ont sou­li­gné le fait qu’il existe dif­fé­rents types (niveaux) de tech­no­lo­gies dont cer­tains appellent des orga­ni­sa­tions sociales par défi­ni­tion trop com­plexes et hié­rar­chiques pour être réel­le­ment démo­cra­tiques. Que penses-tu de ce rêve de tant d’é­co­los de par­ve­nir à des socié­tés éco­lo­giques, véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques (fon­dées sur les prin­cipes de la démo­cra­tie directe) et hau­te­ment tech­no­lo­giques (fon­dées sur l’es­sen­tiel des tech­no­lo­gies modernes, en ver­sion « verte », et des sources d’éner­gies dites « vertes », pan­neaux solaires, éoliennes, etc.) ? Com­ment les aspi­ra­tions à une véri­table éman­ci­pa­tion, à davan­tage de liber­té, d’au­to­no­mie, au moyen de démo­cra­ties directes par exemple, peuvent-elles se conju­guer avec la ques­tion technique/technologique et avec la ques­tion écologique ?

Ber­trand Louart : À écou­ter cer­tains éco­los, on a en effet l’impression que les machines nous tombent du ciel ! Il semble qu’il n’y ait pas besoin de les conce­voir, de les pro­duire, de les entre­te­nir, de les appro­vi­sion­ner en éner­gie et en matière… L’infrastructure indus­trielle qu’implique tout cela est admise comme une sorte d’évidence, de « phé­no­mène natu­rel » dont l’existence et le fonc­tion­ne­ment ne sont jamais ques­tion­nés, sinon à la marge. Comme le sou­ligne un éco­lo­giste que tu cites dans un de tes articles :

« La plu­part d’entre nous sommes moins déran­gés par l’idée de vivre dans un monde sans martres des pins, sans abeilles mel­li­fères, sans loutres et sans loups qu’à l’idée de vivre dans un monde sans médias sociaux, sans cap­puc­ci­nos, sans vols éco­no­miques et sans lave-vais­selle. Même l’écologisme, qui a un temps été moti­vé par l’amour du monde natu­rel, semble désor­mais plus concer­né par la recherche de pro­cé­dés un peu moins des­truc­teurs qui per­met­traient à une civi­li­sa­tion sur­pri­vi­lé­giée de conti­nuer à sur­fer sur inter­net, à ache­ter des ordi­na­teurs por­tables et des tapis de yoga, que par la pro­tec­tion de la vie sau­vage. » (Nico­las Casaux, « Les mar­chands d’illu­sions vertes occi­den­taux, des USA à la France, de Bill McKib­ben à Cyril Dion », février 2020)

Tant que l’on ne remet pas en ques­tion le carac­tère indus­triel de la pro­duc­tion, la « démo­cra­tie directe », ou toute autre forme de consul­ta­tion des popu­la­tions, ne pour­ra jamais ser­vir qu’à amé­na­ger le capi­ta­lisme indus­triel, à le repeindre en vert. Si la pro­prié­té pri­vée des moyens de pro­duc­tion impli­quait déjà une subor­di­na­tion des sala­riés aux employeurs dès le XIXe siècle, de nos jours, cette subor­di­na­tion n’est plus seule­ment ins­crite dans les formes juri­diques de la pro­prié­té, mais sur­tout dans l’organisation même de la pro­duc­tion. L’extrême divi­sion du tra­vail, la com­plexi­té inouïe des machines, les rami­fi­ca­tions gigan­tesques des réseaux d’approvisionnement, la tech­ni­ci­té ultra sophis­ti­quée des pro­cé­dés mis en œuvre dans la pro­duc­tion (autant que pour la consom­ma­tion, d’ailleurs), etc. qui peut pré­tendre maî­tri­ser un tant soit peu les tenants et abou­tis­sants d’un tel mode de production ?

Le pro­blème n’est pas que la pro­duc­tion soit indus­trielle, car il est pro­ba­ble­ment impos­sible de pro­duire de l’acier, par exemple, néces­saire à l’outillage le plus élé­men­taire et aux machines les plus simples, autre­ment que de manière indus­trielle. Mais cela implique des mines de char­bon et de fer, des haut-four­neaux et des lami­noirs, des usines avec leurs ouvriers et leurs ingé­nieurs, toute une indus­trie sidé­rur­gique et méca­nique qui impliquent un ensemble de tâches pénibles dans des condi­tions haras­santes et une divi­sion du tra­vail élar­gie. Pour autant une telle orga­ni­sa­tion pour­rait fonc­tion­ner de manière démo­cra­tique à l’échelle d’une région, car elle implique aus­si une divi­sion du tra­vail à cette échelle (il faut nour­rir les ouvriers, les vêtir, les loger, les dis­traire, etc.). C’était le pro­jet du mou­ve­ment ouvrier révo­lu­tion­naire au XXe siècle.

Le pro­blème aujourd’hui est que toute pro­duc­tion tend à deve­nir indus­trielle, que tous les aspects de notre vie soient enva­his par la mar­chan­dise, même les plus per­son­nels et intimes. Et cela au détri­ment des capa­ci­tés de pro­duc­tion auto­nome des indi­vi­dus et des com­mu­nau­tés. Qui pro­duit ou connaît ceux et celles qui pro­duisent ce qu’il mange, la mai­son où il habite, les habits qu’il ou elle porte – sans par­ler des innom­brables machines que nous uti­li­sons main­te­nant ? Et donc toutes les déci­sions qui nous concernent direc­te­ment dans nos exis­tences sont prises par d’autres que nous, par les ingé­nieurs, les pro­fes­sion­nels du mar­ke­ting et de la publi­ci­té, les experts plus ou moins sti­pen­diés par l’industrie, les chefs d’entreprises et les tech­no­crates de l’État, etc. Bref, des gens qui sont loin de nous et hors de notre por­tée, tout autant que les pro­ces­sus maté­riels et pro­duc­tifs qu’ils mettent en œuvre pour nous vendre leur came­lote. Dans ces condi­tions, la démo­cra­tie se limite néces­sai­re­ment au choix de la cou­leur des emballages…

Si on veut bâtir une socié­té réel­le­ment démo­cra­tique et éco­lo­gique (et je pense que les deux vont néces­sai­re­ment de pair, ils s’impliquent l’un et l’autre), je suis convain­cu qu’il faut reve­nir en arrière. Non pas à un moment du pas­sé qui serait défi­ni comme idyl­lique et par­fait – il n’y en a pas et je n’ai pas inven­té la machine à voya­ger dans le temps ! – mais à des formes d’organisation tech­niques et sociales plus simples, plus à la por­tée de la maî­trise et com­pré­hen­sion de cha­cun. Lewis Mum­ford avait déjà eu le cou­rage de dire ça dans les années 1960 : « Les avan­tages authen­tiques que pro­cure la tech­nique basée sur la science ne peuvent être pré­ser­vés qu’à condi­tion que nous reve­nions en arrière, à un point où l’homme pour­ra avoir le choix, inter­ve­nir, faire des pro­jets à des fins entiè­re­ment dif­fé­rentes de celles du sys­tème. » (« Tech­nique auto­ri­taire et tech­nique démo­cra­tique », Dis­cours pro­non­cé à New York, le 21 jan­vier 1963)

Cela va un peu plus loin que la « décrois­sance », qui se limite trop sou­vent à la ques­tion de la consom­ma­tion : il fau­drait consom­mer moins de mar­chan­dises pour extraire moins de res­sources sur une pla­nète finie (l’écologie est réduite à un pro­blème de phy­sique) ; d’où le côté par­fois un peu mora­li­sa­teur et l’appel à « déco­lo­ni­ser nos ima­gi­naires » (la socié­té est réduite à un pro­blème de psy­cho­lo­gie indi­vi­duelle). Les tenants de la « décrois­sance » se pré­oc­cupent trop peu à mon goût de la pro­duc­tion et de ce que cela implique en termes d’organisation poli­tique et sociale, au sens large.

Nico­las Casaux : J’aurais dû com­men­cer par : que devrait être l’ob­jec­tif pri­mor­dial à atteindre (pour nous humains, indi­vi­duel­le­ment et/ou col­lec­ti­ve­ment) ? Pré­pa­rer l’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste ? Ou tra­vailler à sa réforme, à l’é­la­bo­ra­tion des pro­ces­sus qui pour­raient-pour­ront la rendre soutenable/démocratique ? Viser une espèce de « sor­tie du capi­ta­lisme », une reconfiguration/déconstruction plus ou moins radi­cale de l’or­ga­ni­sa­tion sociale domi­nante, de la civi­li­sa­tion indus­trielle (en comp­tant sur des insur­rec­tions plus ou moins révo­lu­tion­naires) ? Ou, toute réforme ou sor­tie (même rela­ti­ve­ment) orga­ni­sée de la civi­li­sa­tion indus­trielle et du capi­ta­lisme étant stric­te­ment impos­sible, viser leur des­truc­tion, afin de sau­ver ce qui peut l’être de ce qu’il reste du monde, d’en­rayer le plus tôt pos­sible sa des­truc­tion (ce que prône un Théo­dore Kac­zyns­ki par exemple) ? Ou autre chose encore ?

Ber­trand Louart : Autre­ment dit, « Que faire ? » comme deman­dait déjà un Lénine il y a cent ans !

Le pro­blème est que la puis­sance de la socié­té capi­ta­liste et indus­trielle est telle que pour le moment, il semble bien dif­fi­cile non seule­ment de l’arrêter mais même sim­ple­ment de la réfor­mer. Le rap­port de force n’est clai­re­ment pas en faveur de ceux et celles qui veulent aujourd’hui « sor­tir du capi­ta­lisme », quoi qu’on entende par là.

J’ai lu quelque part que « il faut 25 000 heures de tra­vail phy­sique humain pour pro­duire la même quan­ti­té d’énergie conte­nue dans un seul baril de pétrole (160 litres). La puis­sance géné­rée par la consom­ma­tion d’énergie moyenne d’un Euro­péen équi­vaut au tra­vail de 500 esclaves humains. » Cela donne une idée de la puis­sance dont dis­posent les États et l’Économie (et donc les classes domi­nantes) pour conti­nuer d’imposer le pré­sent ordre des choses, et aus­si et sur­tout de la dépen­dance dans laquelle cha­cun de nous se trouve main­te­nant à l’égard de ce sys­tème. Les col­lap­so­logues nous diront cer­tai­ne­ment que ce sys­tème va bien­tôt s’effondrer du fait de la limi­ta­tion des res­sources ; les mar­xistes du siècle der­nier nous avaient déjà dit que le sys­tème allait bien­tôt s’effondrer sous le poids de ses contra­dic­tions internes (entre le déve­lop­pe­ment des forces pro­duc­tives et les rap­ports de pro­duc­tion, etc.). Tous ces gens sont des pro­gres­sistes au pire sens du terme : ils attendent de l’avenir la solu­tion des maux du pré­sent, c’est-à-dire laissent pour­rir la situa­tion au pro­fit du sys­tème fina­le­ment (voir ma cri­tique des ouvrages de Ser­vigne & Co : Ber­trand Louart, « La col­lap­so­lo­gie : start-up de l’happy col­lapse », 2019).

Pour­tant, en ce moment, il y a des mou­ve­ments sociaux et des mobi­li­sa­tions éco­lo­giques par­tout dans le monde. La ges­tion néo­li­bé­rale du capi­ta­lisme plonge énor­mé­ment de gens dans la pré­ca­ri­té, le chan­ge­ment cli­ma­tique et l’effondrement de la bio­di­ver­si­té montrent de manière évi­dente que le sys­tème n’est pas viable. Mais ce qui me frappe, c’est qu’il n’y a aucun idéal social qui s’affirme en contre­point de l’ordre exis­tant. J’ai l’impression – et j’espère que la suite me don­ne­ra tort ! – que la grande majo­ri­té ne remet pas en ques­tion la mar­chan­dise et les rap­ports sociaux qui vont avec : on veut « conti­nuer comme avant » avec une meilleure répar­ti­tion du gâteau, avec une ges­tion durable des res­sources ; on veut les avan­tages du sys­tème sans les incon­vé­nients, la mar­chan­dise sans les nui­sances qui vont avec. Or, tant que l’on ne rompt pas radi­ca­le­ment avec l’imaginaire domi­nant (et des domi­nants), on s’expose à une reprise en main auto­ri­taire de la socié­té, une sorte de réforme par le haut, qui don­ne­rait un mini­mum de sécu­ri­té aux pauvres en échange de leur sou­mis­sion ; le reve­nu uni­ver­sel serait une bonne solu­tion en ce sens, avec les contre­par­ties en termes de contrôle social, bien sûr, du genre social ran­king éco­lo et social où cha­cun sur­veille tout le monde et réci­pro­que­ment et véri­fie que l’on se conforme bien aux injonc­tions du poli­ti­cal­ly & eco­lo­gi­cal­ly cor­rect (cf. Mara Hvis­ten­dahl, Bien­ve­nue dans l’enfer du social ran­king, 2018). Et donc, s’il y a quelque chose à faire aujourd’hui, c’est bien d’affirmer une rup­ture avec cet ima­gi­naire mar­chand, indus­tria­liste et pro­gres­siste, et créer par­tout où c’est pos­sible des lieux où d’autres valeurs sont pratiquées.

Contrai­re­ment à ce que croient et font accroire les insu­rec­tion­na­listes, les révo­lu­tions ne sortent pas de nulle part. La révo­lu­tion espa­gnole de 1937, par exemple, est le pro­duit d’imaginaires et de pra­tiques anar­chistes qui ont été dif­fu­sés dans la socié­té durant des dizaines d’années aupa­ra­vant, grâce à des revues, des pièces de théâtre, des orga­ni­sa­tions syn­di­cales, des écoles alter­na­tives, des cours du soir, des caisses de grève, etc. Le tout éma­nant de la base, des classes ouvrières et popu­laires. Et si cette révo­lu­tion a été vain­cue, c’est moins à cause du talent stra­té­gique des fas­cistes, que du fait de la dupli­ci­té des sta­li­niens (c’est bien connu, voir Georges Orwell, Hom­mage à la Cata­logne, 1938) mais aus­si — c’est moins connu — des com­pro­mis­sions des intel­lec­tuels anar­chistes. Contre les aspi­ra­tions de la base, ces der­niers se sont ral­liés à l’imaginaire indus­tria­liste et ont subor­don­né la révo­lu­tion au « déve­lop­pe­ment des forces pro­duc­tives », recon­dui­sant ain­si les rap­ports sociaux hié­rar­chiques et oppres­sifs propre au capi­ta­lisme. Les classes ouvrières et popu­laires vou­laient réa­li­ser la révo­lu­tion tout de suite et étaient bien conscientes de ce que cela impli­quait en termes d’organisation de la pro­duc­tion et d’organisation sociale : « Nous pro­po­sons au monde ouvrier le retour à un point de départ per­du : la com­mune libre. Et à par­tir de cette base natu­relle [sic] nous struc­tu­re­rons la vie nou­velle, à par­tir d’une répar­ti­tion des ins­tru­ments méca­niques réel­le­ment utiles, en reliant le déve­lop­pe­ment agri­cole des com­munes à ses déri­vés indus­triels en fonc­tion des besoins locaux pré­cis. C’est-à-dire que l’industrialisation sera stric­te­ment res­treinte aux pro­duits qui vont avec une vie sim­pli­fiée où les besoins de l’esprit ont davan­tage d’espace et de temps pour se culti­ver[1]. » C’est cela que je pro­pose de com­men­cer d’essayer à faire dès aujourd’hui : la réap­pro­pria­tion de notre sub­sis­tance et des formes d’organisation sociales et poli­tiques à notre por­tée. L’idée est simple, il s’agit de reprendre en mains autant qu’il est pos­sible notre exis­tence ici et main­te­nant, et cela ne peut se faire que col­lec­ti­ve­ment et sur une base égalitaire.

Nico­las Casaux : À ce pro­pos, je vou­drais reve­nir sur une chose que tu avances dans ton avant-der­nière réponse : tu affirmes, en par­lant d’une pro­duc­tion indus­trielle d’a­cier, qu’une « telle orga­ni­sa­tion pour­rait fonc­tion­ner de manière démo­cra­tique à l’échelle d’une région ». « Pour­rait », au condi­tion­nel donc. C’est très hypo­thé­tique. L’é­chelle à laquelle une démo­cra­tie, une vraie démo­cra­tie, est pos­sible, n’est sans doute pas déter­mi­nable d’une manière pré­cise. Elle dépend de cir­cons­tances, de beau­coup de fac­teurs dif­fé­rents. Pour Mum­ford, que tu cites : « la démo­cra­tie est une inven­tion de petite socié­té. Elle ne peut exis­ter qu’au sein de petites com­mu­nau­tés. […] La démo­cra­tie requiert des rela­tions de face-à-face, et donc des com­mu­nau­tés de petites tailles, qui peuvent ensuite s’inscrire dans des com­mu­nau­tés plus éten­dues, qui doivent alors être gou­ver­nées selon d’autres principes. »

Peut-être qu’une indus­trie de l’a­cier pour­rait s’or­ga­ni­ser, démo­cra­ti­que­ment, à l’é­chelle d’une région. Et peut-être pas. Per­son­nel­le­ment, je pense que ce serait très dif­fi­cile. En outre, tu affirmes qu’une indus­trie de l’acier est en quelque sorte une néces­si­té fon­da­men­tale de l’existence humaine, parce que l’acier serait « néces­saire à l’outillage le plus élé­men­taire et aux machines les plus simples ». Tu n’es pour­tant pas sans savoir que l’humanité a sur­vé­cu fort long­temps sans indus­trie de l’acier, que beau­coup de socié­tés ont pros­pé­ré, ont vécu très long­temps sur un même ter­ri­toire, sans le détruire, en se pas­sant très bien de toute indus­trie, y com­pris d’industrie de l’acier, sans « mines de char­bon et de fer », sans « haut-four­neaux et […] lami­noirs », sans « usines », sans « ingé­nieurs ». Et que de telles socié­tés n’étaient pour­tant pas dépour­vues « d’outillage élé­men­taire ». Consi­dé­rer qu’une indus­trie de l’acier est néces­saire, c’est donc déjà plus que discutable.

Ber­trand Louart : Je ne sais pas si indus­trie de l’a­cier est « une néces­si­té fon­da­men­tale de l’exis­tence humaine », comme tu dis. Je dirais plu­tôt que ça aide beau­coup d’a­voir de bons et solides outils dans plein de domaines de la production.

Je suis menui­sier depuis main­te­nant plus de 20 ans. Pour l’ou­tillage à main, je sais que par le pas­sé les for­ge­rons de vil­lages étaient capables de pro­duire de l’ou­tillage par­fois de très bonne qua­li­té à par­tir du fer, mais qu’il fal­lait sou­vent réaf­fû­ter. En ce qui concerne les machines-outils pour le tra­vail du bois, elles sont contem­po­raines de la révo­lu­tion indus­trielle : elles sont mises au point et com­mer­cia­li­sées dans la seconde moi­tié du XIXe siècle, alors que l’in­dus­trie sidé­rur­gique est déjà bien développée.

Les machines-outils en char­pente, menui­se­rie, ébé­nis­te­rie ou encore luthe­rie per­mettent d’exé­cu­ter des tâches fas­ti­dieuses et haras­santes très rapi­de­ment. Jus­qu’au début du XXe siècle, il y avait encore des scieurs de long dans les cam­pagnes, qui sciaient les grumes (tronc d’arbre cou­pé et ébran­ché) pour en faire des planches : un au-des­sus et un en des­sous, à la force des bras, ils sciaient toute la jour­née et le soir réaf­fû­taient leurs lames. Je ne sais pas si tu as déjà essayé de rabo­ter une planche avec un rabot manuel : à condi­tion qu’il n’y ait pas de nœuds dans la pièce de bois (sinon, ils désaf­fûtent rapi­de­ment la lame et on arrache la fibre dans le contre­fil), on chope vite le coup de main et ça peut être agréable, mais c’est épui­sant ! Avec une scie à ruban, une dégau­chis­seuse et une rabo­teuse, ces opé­ra­tions de trans­for­ma­tion pri­maire peuvent être réa­li­sées en quelques minutes et de manière par­faite. Je crois qu’il n’y a pas beau­coup de menui­siers qui vou­draient s’en pas­ser de nos jours !

La dégau­chis­seuse de 1950 dont parle Ber­trand (voir ci-après)

Ces machines sont très simples méca­ni­que­ment (du moins dans leur prin­cipe, les construc­teurs les com­pliquent à loi­sir de nos jours), et pour peu qu’elles soient bien entre­te­nues, elles peuvent durer très long­temps. Dans l’a­te­lier où je tra­vaille, on a une dégau­chis­seuse qui date de 1950 (voir pho­to). On a chan­gé les rou­le­ments à billes du cylindre qui porte les lames (au centre de la machine), il y a 5 ans. C’est dif­fi­cile de savoir s’ils étaient d’o­ri­gine, et sinon com­bien de fois ils ont été chan­gés. Quoi qu’il en soit, c’est une machine qui a 70 ans et qui peut encore fonc­tion­ner assez bien durant au moins les 70 pro­chaines années. Bien sûr, cela implique que l’on pro­duise encore des lames et des rou­le­ments à billes. Au pas­sage, le rou­le­ment à billes est une grande inven­tion qui per­met de réduire consi­dé­ra­ble­ment les frot­te­ments (et donc la dépense d’éner­gie) dans tous les essieux et autres dis­po­si­tifs méca­niques mobiles. Mais ce sont des pièces de pré­ci­sion, qui ne sup­portent pas la médio­cri­té d’exé­cu­tion : il faut impé­ra­ti­ve­ment les pro­duire de manière indus­trielle. Bien entre­te­nus, ils peuvent durer entre 20 et 30 ans, voire plus.

Bien sûr, on peut se pas­ser de meubles, de char­rettes, de mai­sons, etc. Comme tu le dis, beau­coup de peuples ont vécu ain­si et cela jus­qu’à une époque pas si loin­taine. Donc en effet, une indus­trie de l’a­cier n’est pas abso­lu­ment néces­saire à l’exis­tence humaine.

Tout dépend de la manière dont on veut vivre et du tra­vail social que l’on est prêt à y inves­tir. Le grand pro­blème, c’est que dans l’his­toire de toutes les civi­li­sa­tions, ce sont les classes domi­nantes qui ont répon­du à ces ques­tions en impo­sant leur manière de voir et en confis­quant une grande par­tie du tra­vail social pour réa­li­ser leurs vues en la matière. Pour autant faut-il reje­ter, avec la domi­na­tion, tout l’hé­ri­tage de la civi­li­sa­tion ? Je ne le pense pas.

Il me semble plus inté­res­sant, dans les cir­cons­tances actuelles, de faire ce que pré­co­ni­sait Simone Weil : « de sépa­rer, dans la civi­li­sa­tion actuelle, ce qui appar­tient de droit à l’homme consi­dé­ré comme indi­vi­du et ce qui est de nature à four­nir des armes contre lui à la col­lec­ti­vi­té, tout en cher­chant les moyens de déve­lop­per les pre­miers élé­ments au détri­ment des seconds » (S. Weil, Réflexion sur les causes de la liber­té et de l’op­pres­sion sociales, 1934). Et donc d’ef­fec­tuer un tri, sur la base de « l’in­ven­taire exact de ce qui dans les immenses moyens accu­mu­lés, pour­rait ser­vir à une vie plus libre, et de ce qui ne pour­ra jamais ser­vir qu’à la per­pé­tua­tion de l’op­pres­sion » (Revue Ency­clo­pé­die des Nui­sances n°1, « Dis­cours pré­li­mi­naire », novembre 1984).

Il est évident qu’une cen­trale nucléaire, vu la quan­ti­té de tra­vail social qu’elle néces­site, la concen­tra­tion de la puis­sance qu’elle réa­lise et la forme très hié­rar­chi­sée du pou­voir poli­tique qu’elle sup­pose (sans par­ler des nui­sances bio­lo­giques qu’elle impose avec l’i­né­vi­table dis­sé­mi­na­tion des radio-élé­ments) « ne pour­ra jamais ser­vir qu’à la per­pé­tua­tion de l’op­pres­sion » (cf. mon texte « ITER ou la fabrique d’ab­so­lu »).

Ça devrait l’être aus­si pour bien d’autres indus­tries, comme l’élec­tro­nique et l’in­for­ma­tique ou l’a­gro-ali­men­taire par exemple. La seconde entrai­nant la défo­res­ta­tion, la des­truc­tion de la bio­di­ver­si­té – l’ex­ploi­ta­tion de la faune sau­vage dans les anciennes forêts pri­maires engen­drant la dis­sé­mi­na­tion de virus patho­gènes (cf. les tra­vaux de Rob Wal­lace) – et la pre­mière per­met­tant les satis­fac­tions vir­tuelles d’une vie confi­née dans les centres urbains et indus­triels… Par­faite synergie !

Mais ce n’est pas parce que la pro­duc­tion indus­trielle et ses machines ont acca­pa­ré toute pro­duc­tion aujourd’­hui qu’il faut se pas­ser en tout et pour tout de toute pro­duc­tion indus­trielle et de toutes les machines. Ce qui est cer­tain, c’est que à par­tir du moment où le pillage et l’im­por­ta­tion mas­sive d’éner­gie fos­sile cessent, énor­mé­ment de machines que l’on uti­lise actuel­le­ment ne peuvent plus fonc­tion­ner. La pro­duc­tion et l’emploi de machines sera à recon­si­dé­rer tota­le­ment, en fonc­tion de l’éner­gie qu’est capable de pro­duire la socié­té, loca­le­ment et avec les res­sources renou­ve­lables. Or, cette tâche consti­tue autant de tra­vail social sous­trait aux acti­vi­tés élé­men­taires et immé­diates de sub­sis­tance de la com­mu­nau­té. L’u­ti­li­sa­tion des machines ne peut être consi­dé­rée comme utile ou avan­ta­geuse que dans la mesure où le tra­vail social qu’elles mobi­lisent reste infé­rieur à celui qu’elles épargnent par leur usage. Or, il est loin d’être évident que ce rap­port soit tou­jours et sys­té­ma­ti­que­ment en leur faveur, contrai­re­ment à ce que croient les pro­gres­sistes qui oublient que l’éner­gie doit elle-même être pro­duite (voir José Ardillo, Les illu­sions renou­ve­lables, Éner­gie et pou­voir : une his­toire, 2015).

D’au­tant que la plu­part des machines sont actuel­le­ment conçues de manière à pri­vi­lé­gier la puis­sance au détri­ment du ren­de­ment : on mobi­lise et on gas­pille toutes les res­sources pos­sibles (et notam­ment les éner­gies fos­siles) pour obte­nir le plus rapi­de­ment un résul­tat net et pré­cis. C’est évi­dem­ment tout le contraire qu’il fau­drait faire : pri­vi­lé­gier le ren­de­ment au détri­ment de la puis­sance, uti­li­ser au mieux les res­sources locales et que l’on pro­duit soi-même, démul­ti­plier l’ac­ti­vi­té auto­nome des humains et de la nature, afin d’ob­te­nir un résul­tat satis­fai­sant sur le long terme. Autre­ment dit, la manière dont on conçoit les machines et la tech­nique est à revoir de fond en comble afin d’y inté­grer une atten­tion aux res­sources sociales autant que natu­relles qu’elles mobi­lisent. De ce point de vue, il est cer­tain que la trac­tion ani­male est beau­coup plus effi­cace dans la plu­part des situa­tions qu’un moteur à explosion.

Une telle approche, en tout cas, encou­ra­ge­rait l’in­ven­ti­vi­té de cha­cun et de cha­cune et favo­ri­se­rait la plu­ra­li­té des sys­tèmes tech­niques plu­tôt qu’une tech­no­lo­gie mono­li­thique, venue d’en haut, conçue par une caste d’in­gé­nieurs qui ont inté­rio­ri­sé les exi­gences et les pré­sup­po­sés de l’in­dus­trie et qui contri­buent, par leurs choix tech­niques, à les relayer et à les impo­ser à toute la société.

Nico­las Casaux : Mer­ci pour cet entre­tien. Cela dit, pour rebon­dir une der­nière fois sur ta réponse : je n’ai pas par­lé de « reje­ter, avec la domi­na­tion, tout l’hé­ri­tage de la civi­li­sa­tion », j’ai juste posé la ques­tion de savoir si une indus­trie de l’acier pou­vait être démo­cra­tique, ce qui rejoint d’ailleurs en par­tie la cita­tion de Weil que tu rap­portes, mais disons que la ques­tion demeure ouverte, même si, à mes yeux, « des mines de char­bon et de fer, des haut-four­neaux et des lami­noirs, des usines avec leurs ouvriers et leurs ingé­nieurs, toute une indus­trie sidé­rur­gique et méca­nique qui impliquent un ensemble de tâches pénibles dans des condi­tions haras­santes et une divi­sion du tra­vail élar­gie », c’est dif­fi­ci­le­ment démo­cra­tique ; en outre, on dis­pose de meubles, de char­rettes et de mai­sons depuis bien avant l’a­vè­ne­ment de l’in­dus­trie de l’a­cier. Quoi qu’il en soit, ceux que les sujets dis­cu­tés ici inté­ressent sont invi­tés à pro­lon­ger la réflexion en consul­tant le très bon blog tenu par Ber­trand : https://sniadecki.wordpress.com/


  1. Jour­nal Tier­ra y Liber­tad, 18 juillet 1931. Cité dans Myr­tille Gon­zal­bo, gimé­no­logue, Les Che­mins du com­mu­nisme liber­taire en Espagne, 1868–1937, vol. II, “L’anarcho-syndicalisme tra­vaillé par ses pré­ten­tions anti­ca­pi­ta­listes, 1910-juillet 1936” éd. Diver­gences, 2018, p. 156. Sur l’opposition entre “com­mu­na­listes” et “indus­tria­listes”, voir le cha­pitre 5.

Print Friendly, PDF & Email
Total
215
Shares
2 comments
  1. super de lire cette conver­sa­tion entre les 2 per­sonnes dont je suis les blogs depuis long­temps. Je me per­mets d’in­clure une pre­ci­sion quand a la pro­duc­tion de l’a­cier. Celle-ci appa­rait deja au moyen age en europe ou bien en chine, il s’a­git bien de pro­duc­tion d’a­cier au car­bone (essen­tiel­le­ment pour faire des epees) qui reste arti­sa­nale (uti­li­sa­tion de sou­flets manuels, de char­bon de bois etc… ) De meme il me semble avoir enten­du une emmi­son sur fran­ceQ il y a fort long­temps qui decri­vait le pro­ces­sus de nitru­ra­tion de l’a­cier (crea­tion d’un alliage extre­me­ment dur) au Japon des samou­rais par des arti­sans fabri­quants de sabres. Le pro­cede sem­blait presque invrais­sem­blable jus­qu’a rece­ment ou il a pu etre demontre qu’il s’a­gis­sait bien de nitru­ra­tion de l’a­cier. Les arti­sans uti­li­saient des dejec­tions de poules dans un cycle d’in­cor­pa­ra­tion par etapes suc­ces­sives dans l’a­cier. Bref, l’in­dus­trie bien sou­vent uti­lise des savoirs ances­traux, et grace au pro­ces­sus de pro­le­ta­ri­sa­tion ultime finit par confis­quer les savoirs tech­niques en faveur d’une pro­duc­tion bien sou­vent de pietre qua­lite (exemple fla­grant : l’in­dus­trie tex­tile, de la fila­ture a la confec­tion en pas­sant par le tissage).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le microbiome des Occidentaux est une catastrophe comparé à celui de chasseurs-cueilleurs (par Jeff Leach)

Le monde que nous occupons aujourd'hui est très différent de celui qu'occupaient nos ancêtres pas-si-lointains. Alors que nous entrons dans une nouvelle ère géologique — l'Anthropocène, marquée par l'empreinte de l'homme — la déforestation mondiale, la fonte des calottes glaciaires et la dégradation générale de la biosphère suscitent de graves préoccupations. Mais une autre victime, souvent négligée, de cette nouvelle ère, est la diversité des micro-organismes qui vivent sur et à l'intérieur de nos corps (notamment les bactéries, les virus et les champignons). [...]
Lire

De l’avènement de la civilisation au Covid-19 : trajectoire d’un désastre logique (par Nicolas Casaux)

La propagation d'épidémies comme celle du coronavirus de Wuhan, au niveau mondial, fait partie des nombreuses menaces auxquelles la civilisation techno-industrielle mondialisée s'expose elle-même inéluctablement ; des nombreuses catastrophes potentielles qu'elle génère et qui menacent de la détruire. Ces épidémies constituent effectivement un phénomène récent à l'échelle de l’histoire humaine, propre à la « civilisation ». Ainsi que le rappelle James C. Scott dans Homo Domesticus :