L’ONG-isation de la résistance (par Arundhati Roy)

Extrait du dis­cours qu’A­rund­ha­ti à pro­non­cé lors d’une confé­rence qu’elle a don­née à San Fran­cis­co, le 16 août 2004 (tra­duit de l’anglais).


Le second risque qui menace les mou­ve­ments de masse, c’est celui de l’ONG-isation de la résis­tance. II serait aisé — mais aus­si mal­hon­nête — de retour­ner ce que je m’ap­prête à dire en accu­sa­tion contre toutes les orga­ni­sa­tions non gou­ver­ne­men­tales (ONG). Si, dans les eaux troubles de la créa­tion de fausses ONG, cer­taines cherchent à siphon­ner des sub­ven­tions ou à frau­der le fisc, nombre d’ONG font un tra­vail valable. II importe tou­te­fois de consi­dé­rer le phé­no­mène dans un contexte poli­tique plus large.

En Inde, par exemple, le boom des ONG sub­ven­tion­nées a com­men­cé à la fin des années 1980 et dans les années 1990. Cela a coïn­ci­dé avec l’ouverture des mar­chés indiens au néo­li­bé­ra­lisme. À l’é­poque, l’É­tat, se confor­mant aux exi­gences de l’ajustement struc­tu­rel, restrei­gnait les sub­sides des­ti­nés au déve­lop­pe­ment rural, à l’agriculture, à l’énergie, aux trans­ports et à la san­té publique.

L’É­tat aban­don­nant son rôle tra­di­tion­nel, les ONG ont com­men­cé à tra­vailler dans ces domaines. La dif­fé­rence, bien sûr, c’est que les fonds mis à leur dis­po­si­tion ne for­maient qu’une minus­cule frac­tion des coupes opé­rées dans les dépenses publiques.

La plu­part des ONG sont finan­cées et patron­nées par des agences d’aide au déve­lop­pe­ment, elles-mêmes finan­cées par les gou­ver­ne­ments occi­den­taux, la Banque mon­diale, les Nations-unies et quelques entre­prises mul­ti­na­tio­nales. Sans être iden­tiques, ces agences font par­tie d’un ensemble poli­tique aux contours flous super­vi­sant le pro­jet néo­li­bé­ral, et dont la demande prio­ri­taire est d’ob­te­nir des coupes dras­tiques dans les dépenses gouvernementales.

Pour quelles rai­sons ces agences financent-elles les ONG ? S’a­gi­rait-il uni­que­ment d’un zèle mis­sion­naire démo­dé ? De culpa­bi­li­té ? Non, il a sans doute davan­tage. Les ONG semblent rem­plir le vide lais­sé par un État en retraite. Et c’est ce qu’elles font, mais d’une manière incon­sé­quente. Leur contri­bu­tion réelle est de désa­mor­cer la colère et de dis­tri­buer au compte-gouttes, sous forme d’aide ou de béné­vo­lat, ce à quoi les gens devraient nor­ma­le­ment avoir droit.

Les ONG altèrent la conscience publique. Elles trans­forment les gens en vic­times dépen­dantes et émoussent les angles de la résis­tance poli­tique. Elles forment une sorte d’a­mor­tis­seur entre le sar­kar [gou­ver­ne­ment] et le public, entre l’Em­pire et ses sujets. Elles sont deve­nues les arbitres, les inter­prètes, les entremetteuses.

Sur le long terme, les ONG sont res­pon­sables envers leurs dona­teurs, pas envers les gens par­mi les­quels elles tra­vaillent. Elles sont ce que les bota­nistes appellent une espèce indi­ca­trice. Plus la dévas­ta­tion cau­sée par le néo­li­bé­ra­lisme est impor­tante, plus elles pro­li­fèrent. Rien n’illustre cela de manière plus poi­gnante que les États-Unis s’ap­prê­tant à enva­hir un pays et pré­pa­rant simul­ta­né­ment les ONG à s’y rendre pour net­toyer les dégâts.

Pour être sûres que leur finan­ce­ment n’est pas mis en péril et que les gou­ver­ne­ments des pays dans les­quels elles tra­vaillent vont leur per­mettre de fonc­tion­ner, les ONG doivent pré­sen­ter leur tra­vail d’une manière super­fi­cielle plus ou moins déta­chée du contexte poli­tique ou his­to­rique, en tout cas d’un contexte his­to­rique ou poli­tique dérangeant.

Les appels de détresse apo­li­tiques — et donc, en réa­li­té, émi­nem­ment poli­tiques — en pro­ve­nance des pays pauvres et des zones de guerre pré­sentent au final les (sombres) gens de ces (sombres) pays comme des vic­times patho­lo­giques. Encore un Indien sous-ali­men­té, encore un Éthio­pien mou­rant de faim, encore un camp de réfu­giés afghans, encore un Sou­da­nais muti­lé… et tous en grand besoin de L’aide de L’homme blanc. Sans le vou­loir, les ONG ren­forcent les sté­réo­types racistes et mettent l’accent sur les suc­cès, les avan­tages et la com­pas­sion, le « qui aime bien châ­tie bien », de la civi­li­sa­tion occi­den­tale. Elles sont les mis­sion­naires sécu­laires du monde moderne.

Au bout du compte — sur une plus petite échelle, mais de manière plus insi­dieuse — le capi­tal mis à la dis­po­si­tion des ONG joue le même rôle dans les poli­tiques alter­na­tives que les capi­taux spé­cu­la­tifs qui entrent et sortent des éco­no­mies des pays pauvres. Il com­mence par dic­ter l’ordre du jour. Il trans­forme ensuite la confron­ta­tion en négo­cia­tion. Il dépo­li­tise la résis­tance et inter­fère avec les mou­ve­ments popu­laires locaux, qui sont tra­di­tion­nel­le­ment indé­pen­dants. Les ONG manient des bud­gets leur per­met­tant d’employer des per­son­nels locaux, qui auraient autre­ment été des mili­tants dans les mou­ve­ments de résis­tance, mais qui désor­mais peuvent sen­tir qu’ils font le bien de manière immé­diate et créa­tive (et tout cela en gagnant leur vie). La réelle résis­tance poli­tique n’offre pas ce genre de raccourcis.

L’ONG-isation de la poli­tique menace de trans­for­mer la résis­tance en un tra­vail cour­tois, rai­son­nable, payé, et en 35h. Avec quelques bonus en plus. La vraie résis­tance a de vrais coûts. Et aucun salaire.

Arund­ha­ti Roy

L’extrait du discours, sous-titré, en vidéo :


Tra­duc­tion : Le Monde Diplomatique

Édi­tion & Révi­sion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
14
Shares
8 comments
  1. Ce qui serait utile serait de don­ner une liste de fausses ONG , parce qu’en effet on est sub­mer­gé de demandes d’argent par toutes sortes d’or­ga­ni­sa­tions sans savoir ce qu’elles valent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

C’est la faute à Rousseau : lettre à mes amish à propos des « Lumières » de Macron (par Jacques Luzi)

Je n'ai qu'une connaissance superficielle de qui sont les amish, aussi ne parlerai-je que des « amish », à la fois au sens méprisant donné par Macron et au sens d'« amis ». J'ai, par contre, une conscience un peu plus fouillée de l'enseignement des Lumières, qui est sans rapport avec l'injonction à l'innovation technologique systématique. [...]
Lire

Effondrement du système : point zéro (par Chris Hedges)

Toute résistance doit admettre que le corps politique et le capitalisme mondialisé sont morts. Nous devrions arrêter de perdre notre énergie à tenter de les réformer ou à les supplier de bien vouloir changer. Cela ne signifie pas la fin de la résistance, mais cela implique de toutes autres formes de résistance. Cela implique d'utiliser notre énergie pour construire des communautés soutenables qui pourront affronter la crise qui se profile, étant donné que nous serons incapables de survivre et de résister sans un effort coopératif. [...] Une société qui ne reconnait plus la dimension sacrée de la nature et de la vie humaine, leur valeur intrinsèque au-delà de leur valeur monétaire, commet un suicide collectif. De telles sociétés se cannibalisent jusqu'à la mort. C'est ce que nous connaissons actuellement. [...]