Des Rockefeller à Naomi Klein en passant par 350.org : nos amies les ONG ?

Quelques rap­pels sur l’ONG 350.org : cette orga­ni­sa­tion a reçu plus de 100 dona­tions depuis 2005, de la part de 50 géné­reuses fon­da­tions, pour un mon­tant de 10 mil­lions de dol­lars, avec 6 dons de plus d’1 mil­lion. Plus de la moi­tié de ces 10 mil­lions pro­vient du Rocke­fel­ler Bro­thers Fund (RBF), du Rocke­fel­ler Fami­ly Fund et du Schu­mann Cen­ter for Media and Demo­cra­cy. Un finan­ce­ment sur lequel le fon­da­teur de 350.org, Bill McKib­ben, ne semble pas vou­loir trop s’é­tendre, ain­si qu’on peut le consta­ter dans cette embar­ras­sante interview :

***

Ci-des­sous, Susan Rocke­fel­ler, qui prend la pose avec le livre This Changes Eve­ry­thing (tra­duit en fran­çais par Tout peut chan­ger) écrit par la nou­velle figure de proue de l’ONG 350.org (depuis qu’elle fait par­tie de son conseil d’ad­mi­nis­tra­tion), Nao­mi Klein. Susan Rocke­fel­ler a éga­le­ment co-pro­duit le film docu­men­taire  Tout peut chan­ger, adap­té du livre, réa­li­sé par Avi Lewis et Nao­mi Klein (par­mi les autres géné­reux mécènes bigre­ment anti­ca­pi­ta­listes qui ont finan­cé ce docu­men­taire, on retrouve la Ford Foun­da­tion).

12111990_1021165627935542_8344269522942401888_n

Et ci-des­sous, Nao­mi Klein qui pose, tou­jours pour la pro­mo­tion de son livre This Changes Eve­ry­thing (Tout peut chan­ger), avec Angel Gur­ria, ministre des affaires étran­gères du Mexique de décembre 1994 à jan­vier 1998, puis ministre des finances de jan­vier 1998 à décembre 2000, enne­mi de longue date des zapa­tistes et actuel Secré­taire géné­ral de l’Or­ga­ni­sa­tion de coopé­ra­tion et de déve­lop­pe­ment éco­no­miques (OCDE). L’i­ti­né­raire média­tique de Nao­mi Klein est clair : en moins de 10 ans, ses fré­quen­ta­tions ont beau­coup chan­gé, elle est pas­sée du sous-com­man­dant Mar­cos à un de ses pires enne­mis (Angel Gur­ria). La tra­jec­toire clas­sique du (pseudo-)révolutionnaire qui ne résiste pas aux sirènes de la célé­bri­té et des pri­vi­lèges, et qui se laisse allè­gre­ment co-opté par les élites.

12342676_1048106688574769_8563144803487823729_n

***

A pro­pos de ces braves Rockefeller :

Dans une inter­view, David Rocke­fel­ler (le mari de Susan) explique que :

[…] L’énergie sera tou­jours un levier éco­no­mique. Si mon grand-père était vivant aujourd’hui, il aurait très cer­tai­ne­ment explo­ré l’univers très pro­met­teur des éner­gies renou­ve­lables et recher­ché à amé­lio­rer l’impact néga­tif du pétrole et du gaz.

Il aurait lié des par­te­na­riats avec Bill Gates aujourd’hui, par exemple, sur cer­tains pro­jets, comme nous le fai­sons aujourd’hui en Afrique avec lui sur les semences. […] 

Mais éga­le­ment que :

[…] Nous sommes aux côtes de Bill Gates dans ce domaine. Un pro­jet qui per­met aux agri­cul­teurs locaux de culti­ver pour eux, mais éga­le­ment d’exporter. La semence deve­nant pour eux une valeur économique.

Par­mi les pro­jets dont il parle, on retrouve l’A­GRA (Alliance for a Green Revo­lu­tion in Afri­ca — Alliance pour une révo­lu­tion verte en Afrique), un nou­veau pro­gramme mis en place par la fon­da­tion Gates & la fon­da­tion Rocke­fel­ler, entre autres.

Pour en savoir plus sur cette « nou­velle révo­lu­tion verte », et ses consé­quences désas­treuses, il faut lire cet article assez com­plet, dont voi­ci des extraits :

L’AGRA déclare que son prin­ci­pal objec­tif est d’aider l’Afrique à accroître sa pro­duc­ti­vi­té pour un cer­tain nombre de plantes ali­men­taires majeures, tout comme cela avait été envi­sa­gé par les pro­grammes ini­tiaux de la révo­lu­tion verte.[3] Et une fois de pus, cela est cen­sé se faire via la sélec­tion végé­tale de type occi­den­tal dans les ins­ti­tuts natio­naux de recherche agri­cole. La dif­fé­rence étant que cette fois-ci une nou­velle four­née de sélec­tion­neurs de plantes sera for­mée en Afrique même, au lieu d’être for­mée dans les uni­ver­si­té du Nord, mais l’université de Cor­nell, la prin­ci­pale ins­ti­tu­tion des pre­miers pro­grammes de la révo­lu­tion verte, sera cepen­dant là pour super­vi­ser la formation. (…)

L’une des pre­mières étapes de l’AGRA cepen­dant est de créer un réseau de « four­nis­seurs en agroa­li­men­taire », pour vendre les semences, les pes­ti­cides et les engrais. L’AGRA a déjà recru­té une ONG éta­su­nienne appe­lée Citizens’Network for Forei­gn Affairs (Réseau de citoyens pour les affaires étran­gères) pour effec­tuer ce tra­vail au Kenya, en Tan­za­nie et au Mala­wi. Jusqu’à pré­sent, cette ONG a reçu près de 14 mil­lions de dol­lars de sub­ven­tions, ce qui en fait de loin le plus gros béné­fi­ciaire des finan­ce­ments de l’AGRA jusqu’à pré­sent. Pour appro­vi­sion­ner les four­nis­seurs, les dona­teurs de l’AGRA financent aus­si des entre­prises pri­vées de semences. La fon­da­tion Rocke­fel­ler est le prin­ci­pal inves­tis­seur dans l’African Agri­cul­tu­ral Capi­tal (Capi­tal agri­cole afri­cain), un fonds d’investissement en capi­tal-risque qui inves­tit dans plu­sieurs petites entre­prises de semences afri­caines qu’il contrôle en par­tie et qui sont aus­si sou­te­nues par l’AGRA. (…)

Que ce soit l’ancienne ou la nou­velle révo­lu­tion verte, les pre­miers per­dants sont les agri­cul­teurs, en par­ti­cu­lier les petits. L’AGRA cherche à rem­pla­cer les semences que les agri­cul­teurs afri­cains ont soi­gneu­se­ment déve­lop­pées pour leurs fermes et leurs cultures, par des varié­tés adap­tées aux mono­cul­tures indus­trielles. Ces semences ouvri­ront la voie à l’industrialisation des cultures ali­men­taires afri­caines, lais­sant le champ libre à l’introduction et à la domi­na­tion de l’agrobusiness. (…)

Au moment où l’AGRA a été lan­cée, ses fon­da­teurs se sont empres­sés de sou­li­gner que l’AGRA n’utiliserait pas de plantes culti­vées géné­ti­que­ment modi­fiées (GM). Pas pour l’instant, bien sûr. Lors de la troi­sième assem­blée géné­rale des col­la­bo­ra­teurs du pro­gramme de l’AGRA sur les « Bio­tech­no­lo­gies, sélec­tion et sys­tèmes de semences pour les plantes culti­vées afri­caines », un cer­tain nombre de pré­sen­ta­tions de recherches et d’essais sur des plantes culti­vées GM ont été inté­grées. Il est donc dif­fi­cile de prendre au sérieux la décla­ra­tion que l’AGRA n’avait rien à faire avec les semences GM. Tous ceux qui financent l’AGRA, dont Rocke­fel­ler et Gates, essayent déjà d’imposer l’introduction des tech­no­lo­gies des modi­fi­ca­tions géné­tiques en Afrique. (…)

Les anglo­phones peuvent aus­si lire cet excellent article écrit par Eric-Holt Gime­nez.

Bien évi­dem­ment, il ne s’a­git ici que d’un petit exemple des innom­brables domaines où ces sym­pa­thiques Rocke­fel­ler inves­tissent leur argent.

***

A lire éga­le­ment : cette cri­tique, publiée sur notre site, du livre tout-sauf-révo­lu­tion­naire de Nao­mi Klein, Tout peut chan­ger (qui cor­res­pond plu­tôt à un plai­doyer clas­sique en faveur du déve­lop­pe­ment, du déve­lop­pe­ment durable et donc des ENR, du sacro-saint emploi, etc.) : https://partage-le.com/2015/03/critique-de-livre-tout-peut-changer-naomi-klein/

Si j’a­vais plus de temps, je tra­dui­rais ou résu­me­rais les excel­lents et édi­fiants dos­siers et articles (ici et , entre autres) rédi­gés par la jour­na­liste cana­dienne Cory Mor­ning­star à pro­pos de Nao­mi Klein, 350.org et Bill McKib­ben. Mais en atten­dant, cela devrait suf­fire à expo­ser en quoi cette ONG et ses célé­bri­tés servent, comme beau­coup d’autres, à détour­ner et à contrô­ler le mili­tan­tisme, et s’ins­crivent dans l’in­si­dieuse entre­prise d’ONG-isa­tion de la résis­tance dénon­cée par Arund­ha­ti Roy :


Nico

A pro­pos des ONG, lire également :

https://partage-le.com/2015/12/les-ong-internationales-et-lindustrie-de-la-catastrophe-lexemple-haitien/

https://partage-le.com/2015/12/long-isation-de-la-resistance-par-arundhati-roy/

Print Friendly, PDF & Email
Total
6
Shares
2 comments
  1. Article inté­res­sant mais titre de à hur­ler.. (et vidéo) qui mettent tout le monde dans le même panier : les vraies ONG, les fausses, les ins­tru­men­ta­li­sées par de gens comme Bill Gates ou autres néo­li­bé­raux comme celles qui viennent de la socié­té civile…
    Quant à Bill Gates, ses « pro­jets », oui, font l’apologie des OGM (y com­pris du bétail modi­fié !), pro­posent pour cer­tains des solu­tions qui sont tour­nées vers la classe moyenne et vous rendent clients « liés » à vie au marchand/producteur (ex. : de boules absor­bant le conte­nu du wc, à rem­pla­cer régu­liè­re­ment puis à brû­ler dans une cen­trale biomasse).
    Il y a dif­fé­rentes visions du « déve­lop­pe­ment » et des causes de mal déve­lop­pe­ment : allant de la droite à la gauche et à ce qui relève plus de ce que j’appellerais, pour faire simple (un peu à tord, il y a de tout dans la socié­té civile) « la socié­té civile enga­gée et en réflexion »… Et non, il y a plein d’ONG dont le but n’est abso­lu­ment pas de faire ren­trer les gens dans l’économie de mar­ché. La défense des peuples indi­gènes, de leurs droits et valeurs, la lutte contre le bre­ve­tage du vivant, l’appui à une sou­ve­rai­ne­té ali­men­taire locale, à une agri­cul­ture qui res­pecte aus­si le droit cou­tu­mier afri­cain etc etc plu­tôt que tout au « mar­ché » le montrent assez. On pour­rait aus­si par­ler de l’appui aux (à la créa­tion de) syn­di­cats, de l’aide aux pay­sans sans terre qui s’installent – non sans conflits et dan­gers — sur des terres non culti­vées par les gros pro­prié­taires en pro­fi­tant de loi sur la réforme agraire, Ces ONG appuyent aus­si tout sim­ple­ment les pro­jets qui sont deman­dés par la popu­la­tion, même si ça implique de devoir par­le­men­ter avec un fonc­tion­naire qui ne com­prend pas que non, ils ne veulent pas d’un trac­teur qui les ren­dra dépen­dant du pétrole, mais de la culture atte­lée. Mais s’ils veulent pou­voir mieux s’organiser pour conser­ver leurs pois­sons pour pou­voir aller le vendre à la halle aux pois­sons du coin, c’est LEUR demande.
    Et si ces ONG, qui font un sacré bon bou­lot, perdent le sou­tien des gens…
    Jeter le bébé avec l’eau du bain = affai­blir, divi­ser pour mieux régner.

    1. (Il y a aus­si cette inca­pa­ci­té (?) récur­rente à com­prendre la dif­fé­rence entre les ONG de déve­lop­pe­ment — qui tra­vaillent à plus long terme — et des ONG d’aide d’urgence)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La reproduction de la vie quotidienne (par Fredy Perlman)

L'activité pratique et quotidienne des membres d'une tribu reproduit, ou perpétue, cette tribu. Cette reproduction est à la fois physique et sociale. C’est-à-dire qu’au travers de leurs activités quotidiennes, ces hommes perpétuent davantage que leur groupe d'êtres humains ; ils perpétuent une tribu, une forme sociale particulière, dans laquelle un groupe d'êtres humains accomplit des activités spécifiques d’une manière spécifique. [...]
Lire

De l’aveuglement positiviste

Si positiver consistait simplement à voir le bon côté des choses, à jouir d'un verre à demi-plein au lieu de se lamenter devant un verre à demi-vide, rien à dire, c'est du sain Épicurisme. Mais positiver ne s'en tient pas là : on s'efforce de méconnaître "le négatif", les limites, inhérentes à la nature de l'être, les faiblesses, les ratages inévitables. C'est l'école de l'inauthenticité.