Avant la civilisation : peu de caries, des mâchoires parfaitement adaptées aux dents et des os plus solides

Le texte qui suit com­bine un article ini­tia­le­ment publié (en anglais) le 6 février 2015 sur le site du Smith­so­nian Maga­zine, de la Smith­so­nian Insi­tu­tion, un autre, publié le 29 février 2016, sur le site de la BBC, et un autre ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du quo­ti­dien bri­tan­nique The Tele­graph le 25 août 2017.


L’émergence des pra­tiques agri­coles ont déclen­ché des chan­ge­ments signi­fi­ca­tifs dans la struc­ture de la mâchoire des humains, menant aux pro­blèmes den­taires dont nous souf­frons encore aujourd’hui.

Nos bouches n’ont sou­vent pas assez de place pour accueillir nos dents — les che­vau­che­ments den­taires, la cause la plus com­mune de trai­te­ments ortho­don­tiques, avec les mal­oc­clu­sions (mau­vais ali­gne­ment des dents), affectent une per­sonne sur cinq.

Nos loin­tains ancêtres ne souf­fraient pas de ces pro­blèmes. Au contraire, comme une nou­velle étude l’a démon­tré, jusqu’à il y a 12 000 ans, les humains béné­fi­ciaient de ce que l’un des prin­ci­paux auteurs de l’étude appelle « une har­mo­nie par­faite entre leur mâchoire infé­rieure et leurs dents. »

Le grand chan­ge­ment, expliquent les scien­ti­fiques, pro­vient de la tran­si­tion civi­li­sa­tion­nelle de chas­seurs-cueilleurs à agri­cul­teurs. L’étude, publiée cette semaine dans la revue scien­ti­fique PLOS One, ana­ly­sait « les dimen­sions des mâchoires infé­rieures et des cou­ronnes den­taires de 292 sque­lettes archéo­lo­giques du Levant, d’Anatolie et d’Europe, datant d’il y a entre 28 000 et 6 000 ans », rap­porte l’University Col­lege de Dublin, où le prin­ci­pal auteur de l’étude, Ron Pin­ha­si, est pro­fes­seur d’archéologie.

Pin­ha­si et ses col­lègues ont décou­vert une dif­fé­rence signi­fi­ca­tive dans la struc­ture de la mâchoire, coïn­ci­dant avec l’émergence de l’agriculture. Comme il l’explique dans une publi­ca­tion :

« Notre ana­lyse montre que les mâchoires infé­rieures des pre­miers agri­cul­teurs du Levant ne sont pas que plus petites que celles de leurs pré­dé­ces­seurs chas­seurs-cueilleurs, elles ont aus­si subi une série com­plexe de chan­ge­ments de formes à mesure de la tran­si­tion vers l’agriculture. »

Ces chan­ge­ments sont pro­ba­ble­ment liés au régime ali­men­taire, ce que de pré­cé­dentes études sug­gé­raient. Les chas­seurs-cueilleurs avaient besoin d’une grande et puis­sante mâchoire pour mas­ti­quer les végé­taux non-cuits qui com­po­saient sou­vent leur menu. Les pre­miers agri­cul­teurs, d’un autre côté, avaient un régime ali­men­taire doux, consom­mant des ali­ments cuits comme des hari­cots et des céréales, n’avaient pas besoin d’une mâchoire aus­si puis­sante. Avec le temps, tan­dis que les mâchoires deve­naient plus petites à cause de ces chan­ge­ments de régimes ali­men­taires, les dents ne sui­virent pas, et ne chan­gèrent pas de taille. Ce qui a direc­te­ment conduit aux pro­blèmes den­taires si com­muns aujourd’hui. Nous avons des mâchoires modernes, mais un nombre de dents poten­tiel­le­ment obsolète.

***

Obser­vez les dents de la plu­part des fos­siles des pre­miers humains, vous y trou­ve­rez peu de caries. Étran­ge­ment [ou pas, sic], pen­dant les mil­lions d’années de la pré­his­toire de l’humanité, nos ancêtres béné­fi­ciaient d’une san­té buc­cale géné­ra­le­ment bonne — bien que leurs soins den­taires dépas­saient rare­ment l’usage de simples cure-dents.

D’ailleurs, les caries ne sont deve­nues des pro­blèmes cou­rants que très récem­ment — il y a envi­ron 10 000 ans — au début du Néo­li­thique, lors de la tran­si­tion vers l’agriculture. La den­tis­te­rie sophis­ti­quée émer­gea par la suite.

Les caries den­taires ne sont pas entiè­re­ment absentes des socié­tés pré­agri­coles, mais y étaient très rares. « La fré­quence des caries chez les chas­seurs-cueilleurs était de 1–5%, et de 6–8% par­mi les popu­la­tions aux stra­té­gies de sub­sis­tance mixtes, explique Ale­jan­dra Ortiz, de l’Université de New-York. Contrai­re­ment aux popu­la­tions agri­coles, qui pré­sentent des fré­quences de caries den­taires s’étalant de 10% jusqu’à 80–85%. »

***

Le pas­sage à l’agriculture n’a pas seule­ment entrai­né des chan­ge­ments au niveau de la mâchoire. Deux études publiées l’an der­nier sou­lignent que l’émergence de l’agriculture a pro­ba­ble­ment pré­ci­pi­té d’autres chan­ge­ments sque­let­tiques chez l’humain, dont des os plus légers, moins denses, par­ti­cu­liè­re­ment au niveau des arti­cu­la­tions. De tels déve­lop­pe­ment semblent être liés à la fois au chan­ge­ment de régime ali­men­taire et d’ac­ti­vi­té phy­sique, par­ti­cu­liè­re­ment au mode de vie plus séden­taire ren­du pos­sible grâce à l’agriculture et aux ani­maux domestiques.

En effet, une étude de l’U­ni­ver­si­té de Cam­bridge sug­gère que depuis le pas­sage à l’a­gri­cul­ture, et l’a­ban­don pro­gres­sif de la chasse-cueillette, le sque­lette humain est deve­nu plus léger et plus fra­gile : tan­dis que les chas­seurs-cueilleurs d’il y a 7000 ans, envi­ron, avaient des os com­pa­rables, en termes de soli­di­té, à ceux d’o­rangs-outans, 6000 ans plus tard, les agri­cul­teurs de la même zone géo­gra­phique pos­sé­daient un sque­lette net­te­ment plus léger, net­te­ment plus fra­gile, et net­te­ment plus sus­cep­tible de cas­ser. La den­si­té des os des humains modernes est d’un tiers à trois quarts de celle des chas­seurs-cueilleurs et des orang-outans (et des chimpanzés).

Cer­tains affirment (non sans contro­verse) que le chan­ge­ment civi­li­sa­tion­nel vers l’agriculture est l’origine pre­mière des nom­breux maux de la socié­té. Il s’agit d’un sujet bien dif­fé­rent, mais une chose est sûre : les ortho­don­tistes ne seraient pas ce qu’ils sont aujourd’hui si nos ancêtres n’avaient pas fati­di­que­ment adop­té l’agriculture. La même chose est vraie de cha­cun de nous.

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


En com­plé­ment, je repro­duis ici un extrait du livre Evolution’s Bite : A Sto­ry of Teeth, Diet, and Human Ori­gins (La mor­sure de l’é­vo­lu­tion : Une his­toire de dents, de régimes et des ori­gines de l’hu­ma­ni­té) publié en avril 2017 par le paléoan­thro­po­logue et bio­lo­giste amé­ri­cain Peter Ungar. Extrait ini­tia­le­ment publié en anglais sous forme d’ar­ticle sur le site du maga­zine Aeon, le 30 juin 2017, et tra­duit par le méde­cin fran­çais Luc Per­ino (qui a publié cette tra­duc­tion sur son site).

***

Le livre dont est tiré le texte qui suit.

Nous pos­sé­dons dans nos bouches l’hé­ri­tage de notre évo­lu­tion. Nous ne réa­li­sons pas vrai­ment que nos dents sont incroyables. Elles brisent les ali­ments sans se bri­ser elles-mêmes, jus­qu’à des mil­lions de fois au cours d’une vie ; et elles se fabriquent à par­tir des mêmes matières pre­mières que les ali­ments qu’elles brisent. La nature est un ingé­nieur très inspiré.

Mais en même temps, nos dents sont vrai­ment désor­don­nées. Pensez‑y. Avez-vous eu un pro­blème de dents de sagesse ? Vos dents fron­tales infé­rieures sont-elles tor­dues ou mal ali­gnées ? Est-ce que vos dents du haut passent devant celles du bas lors de la fer­me­ture de la mâchoire ? Nous pou­vons tous répondre « oui » à au moins une de ces ques­tions, à moins que nous ayons subi des soins den­taires. C’est comme si nos dents étaient trop grandes pour s’a­dap­ter cor­rec­te­ment à nos mâchoires, et qu’elles manquent de place, soit à l’avant, soit à l’ar­rière. Il n’est tout sim­ple­ment pas logique qu’un sys­tème aus­si bien conçu soit aus­si mal adapté.

D’autres ani­maux ont les dents par­fai­te­ment ali­gnées. Nos loin­tains ancêtres homi­nines les avaient éga­le­ment ; ain­si que les der­niers chas­seurs-cueilleurs actuels. Je suis un anthro­po­logue den­taire de l’U­ni­ver­si­té de l’Ar­kan­sas et je tra­vaille avec les four­ra­geurs Had­za de Tan­za­nie. La pre­mière chose que vous remar­quez lorsque vous regar­dez une bouche Had­za est qu’elle contient beau­coup de dents. La plu­part ont 20 dents pos­té­rieures au lieu de 16 chez nous. Leurs dents fron­tales supé­rieures et infé­rieures s’ajustent éga­le­ment bord à bord lors de la fer­me­ture de la mâchoire ; et l’arc ain­si for­mé a un ali­gne­ment par­fait. En d’autres termes, les tailles des dents et des mâchoires des Had­za sont en par­faite cor­res­pon­dance. Il en va de même pour nos ancêtres fos­siles et pour nos proches parents les singes.

Alors, pour­quoi nos dents ne cor­res­pondent-elles pas cor­rec­te­ment à notre mâchoire ? La pre­mière réponse n’est pas que nos dents sont trop grandes, mais que nos mâchoires sont trop petites. Lais­sez-moi vous expli­quer. Les dents humaines sont recou­vertes d’un capu­chon d’é­mail qui se forme de l’in­té­rieur. Les cel­lules qui font migrer ce capu­chon de l’intérieur vers la sur­face, au fur et à mesure de la for­ma­tion de la dent, lais­sant une trace d’émail en arrière. Si les dents ne peuvent pas gran­dir ou se répa­rer lors­qu’elles se cassent ou déve­loppent des cavi­tés, c’est parce que les cel­lules qui émettent l’é­mail meurent et sont éli­mi­nées lors de l’éruption den­taire. Donc, la taille et la forme de nos dents sont géné­ti­que­ment pré­pro­gram­mées. Elles ne peuvent pas évo­luer en réponse à l’environnement buccal.

Mais l’histoire de la mâchoire est dif­fé­rente. Sa taille dépend à la fois de la géné­tique et de l’en­vi­ron­ne­ment ; elle se déve­loppe pen­dant plus long­temps si son uti­li­sa­tion est plus intense, en par­ti­cu­lier pen­dant l’en­fance, en rai­son de la façon dont les os répondent au stress. Le bio­lo­giste de l’évolution Daniel Lie­ber­man de l’U­ni­ver­si­té de Har­vard a mené une étude élé­gante en 2004 com­pa­rant des hyrax nour­ris avec des ali­ments doux et cuits avec d’autres nour­ris d’aliments crus et durs. La plus forte mas­ti­ca­tion entraî­né une crois­sance accrue de l’os au niveau de l’ancrage des dents. Il a aus­si mon­tré que la lon­gueur défi­ni­tive de la mâchoire dépend du stress pen­dant la mastication.

La sélec­tion pour la lon­gueur de la mâchoire est basée sur la crois­sance atten­due, en fonc­tion de la dure­té des ali­ments. Ain­si, le régime déter­mine la cor­res­pon­dance entre la lon­gueur de la mâchoire et la taille des dents. C’est un bel équi­libre pour lequel notre espèce a dis­po­sé de 200 000 ans d’adaptation. Le pro­blème pour nous est que, pen­dant l’essentiel de cette période, nos ancêtres n’ont pas nour­ri leurs enfants de la même façon que nous aujourd’­hui. Nos dents ne conviennent pas, car elles ont évo­lué pour cor­res­pondre à la mâchoire plus longue qui se déve­lop­pait dans un envi­ron­ne­ment dif­fé­rent. Nôtre mâchoire est trop courte, car nous ne lui don­nons pas le signal de crois­sance adéquat.

Il existe de nom­breuses preuves à ce sujet. L’an­thro­po­logue den­taire Robert Cor­ruc­ci­ni en a consta­té les effets en com­pa­rant les régimes de cita­dins et de ruraux de la région de Chan­di­ga­rh en Inde du nord : pains doux et purée de len­tilles d’une part, gros mil et légumes durs de l’autre. Il l’a éga­le­ment consta­té d’une géné­ra­tion à l’autre dans une réserve de Pimas en Ari­zo­na, suite à l’ou­ver­ture d’un com­merce d’aliments trans­for­més. Le régime fait une énorme dif­fé­rence. Je me sou­viens avoir deman­dé à ma femme de ne pas cou­per la viande de nos filles en petits mor­ceaux quand ils étaient jeunes. Elle m’a répon­du qu’elle pré­fé­re­rait payer les soins d’orthodontiste que de les étouf­fer. J’ai per­du cette controverse !

Les dents tor­dues, mal ali­gnées et mal join­tives sont un énormes pro­blème aux consé­quences esthé­tiques claires, mais peuvent éga­le­ment affec­ter la mas­ti­ca­tion et la patho­lo­gie den­taire. La moi­tié de nous pour­rait béné­fi­cier d’un trai­te­ment ortho­don­tique. Mais cette approche est-elle vrai­ment logique d’un point de vue évo­lu­tif ? Cer­tains cli­ni­ciens ne le pensent pas, tels que Jer­ry Rose et Richard Roblee. Ils recom­mandent aux cli­ni­ciens de se concen­trer davan­tage sur la crois­sance des mâchoires, en par­ti­cu­lier pour les enfants. Pour les adultes, les options chi­rur­gi­cales pour sti­mu­ler la crois­sance osseuse gagnent éga­le­ment du ter­rain et peuvent conduire à des trai­te­ments plus courts.

Enfin, ce pro­blème den­taire n’est pas la seule consé­quence des mâchoires plus courtes. L’a­pnée du som­meil en est une autre. Une bouche plus petite signi­fie moins d’es­pace pour la langue, de sorte qu’elle peut recu­ler plus faci­le­ment dans la gorge pen­dant le som­meil, blo­quant poten­tiel­le­ment les voies aériennes. Il n’est pas sur­pre­nant que les appa­reils et inter­ven­tions pour tirer la mâchoire vers l’avant soient les meilleurs trai­te­ments du SAOS (Syn­drome d’apnée obs­truc­tive du sommeil).

Pour le pire et pour le meilleur, nous avons dans nos bouches l’hé­ri­tage de notre évo­lu­tion. Nous pour­rions res­tés blo­qués dans cet envi­ron­ne­ment nou­veau et incon­nu de nos ancêtres, mais en recon­nais­sant ce pro­blème, nous pou­vons mieux y faire face. Pensez‑y la pro­chaine fois que vous sou­ri­rez en vous regar­dant dans un miroir.

Peter Ungar

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
3 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Le réensauvagement, contre-point radical à notre monde unifié (un entretien avec Alessandro Pignocchi)

Alessandro Pignocchi est un ancien chercheur en sciences cognitives et philosophie de l'art à l'Institut Jean Nicod (CNRS/ENS/EHESS) reconverti dans la bande dessinée. Il a récemment publié un roman graphique intitulé Petit traité d'écologie sauvage (Steinkis, 2017), un recueil des meilleurs « posts » qu'il a dessinés sur son blog (intitulé puntish), qui fait suite à Anent, nouvelles des Indiens Jivaros (Steinkis), dans lequel il racontait ses découvertes et ses déconvenues chez les Jivaros Achuar, en Amazonie équatorienne, sur les traces de l'anthropologue Philippe Descola. Intrigués par son travail, nous l'avons contacté et lui avons posé quelques questions :