Effondrement du système : point zéro (par Chris Hedges)

chris_hedgesArticle ori­gi­nal publié en anglais sur le site Adbus­ters, le 8 février 2010.
Chris­to­pher Lynn Hedges (né le 18 sep­tembre 1956 à Saint-Johns­bu­ry, au Ver­mont) est un jour­na­liste et auteur amé­ri­cain. Réci­pien­daire d’un prix Pulit­zer, Chris Hedges fut cor­res­pon­dant de guerre pour le New York Times pen­dant 15 ans. Recon­nu pour ses articles d’analyse sociale et poli­tique de la situa­tion amé­ri­caine, ses écrits paraissent main­te­nant dans la presse indé­pen­dante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a éga­le­ment ensei­gné aux uni­ver­si­tés Colum­bia et Prin­ce­ton. Il est édi­to­ria­liste du lun­di pour le site Truthdig.com.


Nous sommes à l’o­rée d’un des moments les plus dan­ge­reux de l’humanité…

Alek­san­dr Her­zen, s’a­dres­sant, il y a un siècle, à un groupe d’a­nar­chistes qui vou­laient ren­ver­ser le Tsar, leur rap­pe­la qu’il n’é­tait pas de leur devoir de sau­ver un sys­tème mou­rant, mais de le rem­pla­cer : « Nous pen­sons être les méde­cins. Nous sommes la mala­die ». Toute résis­tance doit admettre que le corps poli­tique et le capi­ta­lisme mon­dia­li­sé sont morts. Nous devrions arrê­ter de perdre notre éner­gie à ten­ter de les réfor­mer ou à les sup­plier de bien vou­loir chan­ger. Cela ne signi­fie pas la fin de la résis­tance, mais cela implique de toutes autres formes de résis­tance. Cela implique d’u­ti­li­ser notre éner­gie pour construire des com­mu­nau­tés sou­te­nables qui pour­ront affron­ter la crise qui se pro­file, étant don­né que nous serons inca­pables de sur­vivre et de résis­ter sans un effort coopératif.

Ces com­mu­nau­tés, si elles se retirent de façon pure­ment sur­vi­va­liste sans tis­ser de liens entre elles, à tra­vers des cercles concen­triques for­mant une com­mu­nau­té éten­due, seront aus­si rui­nées spi­ri­tuel­le­ment et mora­le­ment que les forces cor­po­ra­tistes déployées contre nous. Toutes les infra­struc­tures que nous édi­fions, tels les monas­tères du Moyen-âge, devraient cher­cher à main­te­nir en vie les tra­di­tions artis­tiques et intel­lec­tuelles qui rendent pos­sible la socié­té civile, l’hu­ma­nisme et la pré­ser­va­tion du bien com­mun. L’ac­cès à des par­celles de terres culti­vables devien­dra essen­tiel. Nous devrons com­prendre, comme les moines médié­vaux, que nous ne pou­vons pas alté­rer la culture plus large, qui nous englobe, au moins à court terme, mais que nous devrions être en mesure de conser­ver les codes moraux et la culture pour les géné­ra­tions qui vien­dront après nous. La résis­tance sera réduite à de petits et sou­vent imper­cep­tibles actes de déso­béis­sance, comme l’ont décou­vert ceux qui ont conser­vé leur inté­gri­té durant les longues nuits du fas­cisme et du com­mu­nisme du 20ème siècle.

Nous sommes à la veille d’une des périodes les plus sombres de l’his­toire de l’hu­ma­ni­té, à la veille de l’ex­tinc­tion des lumières d’une civi­li­sa­tion, et nous allons enta­mer une longue des­cente, qui dure­ra des décen­nies, sinon des siècles, vers la bar­ba­rie. Les élites nous ont effec­ti­ve­ment convain­cu du fait que nous ne sommes plus aptes à com­prendre les véri­tés révé­lées qui nous sont pré­sen­tées, ou à com­battre le chaos entrai­né par la catas­trophe éco­no­mique et envi­ron­ne­men­tale. Tant que la masse de gens effrayés et déso­rien­tés, gavée d’i­mages per­met­tant son hal­lu­ci­na­tion per­pé­tuelle, demeure dans cet état de bar­ba­rie, elle peut pério­di­que­ment se sou­le­ver avec une furie aveugle contre la répres­sion éta­tique crois­sante, la pau­vre­té éten­due et les pénu­ries ali­men­taires. Mais la capa­ci­té et la confiance néces­saires pour remettre en ques­tion et défier à petite et grande échelle les struc­tures de contrôle lui feront défaut. Le fan­tasme des révoltes popu­laires éten­dues et des mou­ve­ments de masse ren­ver­sant l’hé­gé­mo­nie de l’É­tat capi­ta­liste n’est que ça : un fantasme.

Mon ana­lyse se rap­proche de celles de nom­breux anar­chistes. Mais il y a une dif­fé­rence cru­ciale. Les anar­chistes ne com­prennent pas la nature de la vio­lence [Pas d’ac­cord du tout avec ce pas­sage et ces décla­ra­tions sur « la vio­lence » et « les anar­chistes », la vio­lence (défi­nit comme l’u­ti­li­sa­tion de la force, ou la lutte armée) est une tac­tique de lutte, elle peut être com­plé­men­taire de la non-vio­lence, les deux ne s’ex­cluent pas mutuel­le­ment, Chris Hedges se contre­dit d’ailleurs puisque dans plu­sieurs articles très récents il incite à l’in­sur­rec­tion et à des « formes de résis­tance phy­sique », NdT]. Ils com­prennent l’é­ten­due de la putré­fac­tion de nos ins­ti­tu­tions cultu­relles et poli­tiques, ils com­prennent la néces­si­té de sec­tion­ner les ten­ta­cules du consu­mé­risme, mais pensent naï­ve­ment que cela peut être accom­pli par des formes de résis­tance phy­sique et des actes de vio­lence. Il y a des débats au sein du mou­ve­ment anar­chiste — comme celui sur la des­truc­tion de la pro­prié­té — mais lorsque vous com­men­cez à uti­li­ser des explo­sifs, des inno­cents com­mencent à mou­rir. Et lorsque la vio­lence anar­chique com­mence à per­tur­ber les méca­nismes de gou­ver­nance, l’é­lite au pou­voir uti­li­se­ra ces actes, aus­si ano­dins soient-ils, comme une excuse pour déployer une quan­ti­té dis­pro­por­tion­née et impi­toyable de force contre des agi­ta­teurs sus­pec­tés et avé­rés, ce qui ne fera qu’a­li­men­ter la rage des dépossédés.

Je ne suis pas un paci­fiste. Je sais qu’il y a des périodes, et j’ad­mets qu’il est pos­sible que celle-ci en soit une, où les êtres humains sont obli­gés de ripos­ter contre la répres­sion crois­sante par la vio­lence. J’é­tais à Sara­je­vo durant la guerre de Bos­nie. Nous savions exac­te­ment ce que les forces serbes entou­rant la ville nous feraient si elles par­ve­naient à per­cer les défenses et sys­tèmes de tran­chées de la ville assié­gée. Nous connais­sions l’exemple de la val­lée de Dri­na ou de la ville de Vuko­var, ou un tiers des habi­tants musul­mans avaient été tués, et le reste regrou­pé dans des camps de réfu­giés ou de dépla­cés. Il y a des moments où le seul choix qui reste, c’est de prendre les armes pour défendre votre famille, votre quar­tier, votre ville. Mais ceux qui se sont avé­rés les plus aptes à défendre Sara­je­vo pro­ve­naient inva­ria­ble­ment des milieux cri­mi­nels. Lors­qu’ils ne tiraient pas sur les sol­dats serbes, ils pillaient les appar­te­ments des Serbes eth­niques de Sara­je­vo, les exé­cu­taient par­fois, et ter­ro­ri­saient leurs cama­rades musul­mans. Lorsque vous ingé­rez le poi­son de la vio­lence, même au nom d’une juste cause, cela vous déforme, vous cor­rompt, vous per­ver­tit. La vio­lence est une drogue, c’est peut-être même le plus puis­sant nar­co­tique qui soit pour l’es­pèce humaine. Les plus accros à la vio­lence sont ceux qui ont accès à des armes et un pen­chant pour la force. Et ces tueurs émergent à la sur­face de tout mou­ve­ment armé et le conta­minent à l’aide du pou­voir toxique et sédui­sant qui accom­pagne la capa­ci­té de détruire. J’ai obser­vé cela, guerre après guerre. Lorsque vous emprun­tez ce che­min, vous finis­sez par confron­ter vos monstres aux leurs. Et le sen­sible, l’hu­main et le gen­til, ceux qui ont une pro­pen­sion à pro­té­ger et prendre soin de la vie, sont mar­gi­na­li­sés et sou­vent tués. La vision roman­tique de la guerre et de la vio­lence est pré­va­lente chez les anar­chistes et la gauche pro­fonde, comme dans la culture domi­nante. Ceux qui résistent par la force ne ren­ver­se­ront pas l’É­tat capi­ta­liste, et ne sou­tien­dront pas les valeurs cultu­relles qui doivent être défen­dues, si nous vou­lons un futur qui vaille le coup d’être vécu.

De mes nom­breuses années en tant que cor­res­pon­dant de guerre au Sal­va­dor, au Gua­te­ma­la, à Gaza et en Bos­nie, j’ai appris que les mou­ve­ments de résis­tance armés sont tou­jours des pro­duits mutants de la vio­lence qui les a engen­drés. Je ne suis pas naïf au point de pen­ser qu’il aurait été pos­sible pour moi d’é­vi­ter ces mou­ve­ments armés si j’a­vais été un pay­san sans terre du Sal­va­dor ou du Gua­te­ma­la, un Pales­ti­nien de Gaza ou un Musul­man de Sara­je­vo, mais cette réponse vio­lente à la répres­sion est et sera tou­jours tra­gique. Elle doit être évi­tée, mais pas au prix de notre propre survie.

La démo­cra­tie, un sys­tème idéa­le­ment conçu pour défier le sta­tu quo, a été cor­rom­pue et domp­tée, afin de ser­vir ser­vi­le­ment le sta­tu quo. Nous avons connu, comme l’é­crit John Ral­ston Saul, un coup d’É­tat au ralen­ti, et ce coup est ter­mi­né. Ils ont gagné. Nous avons per­du. L’é­chec lamen­table des acti­vistes ayant ten­té de pous­ser les États capi­ta­listes indus­tria­li­sés à entre­prendre des réformes envi­ron­ne­men­tales sérieuses, à entra­ver l’a­ven­tu­risme impé­ria­liste, ou à construire une poli­tique humaine vis-à-vis des masses pauvres du monde, témoigne d’une inca­pa­ci­té à sai­sir les nou­velles réa­li­tés du pou­voir. Le para­digme du pou­voir a été irré­vo­ca­ble­ment modi­fié, c’est pour­quoi le para­digme de la résis­tance doit l’être aussi.

Trop de mou­ve­ments de résis­tance conti­nuent à croire en toute la mas­ca­rade de la poli­tique élec­to­rale, des par­le­ments, des consti­tu­tions, des décla­ra­tions de droits, du lob­bying et de l’a­vè­ne­ment d’une éco­no­mie ration­nelle. Les leviers de pou­voir sont tel­le­ment conta­mi­nés que les besoins et les voix des citoyens n’ont plus aucun poids. L’é­lec­tion de Barack Oba­ma était un nou­veau triomphe de la pro­pa­gande sur la réa­li­té, et une mani­pu­la­tion habile dou­blée d’une tra­hi­son du public par les mass-médias. Nous avons confon­du le style et l’eth­ni­ci­té — une tac­tique publi­ci­taire ini­tiée par The Uni­ted Colors of Benet­ton et Cal­vin Klein — avec la poli­tique pro­gres­siste et le chan­ge­ment véri­table. Nous avons confon­du nos émo­tions avec la connais­sance. Mais le but, comme pour toutes les marques, était de faire confondre par des consom­ma­teurs pas­sifs une marque avec une expé­rience. Oba­ma, aujourd’­hui célé­bri­té mon­diale, est une marque. Il n’a­vait qua­si­ment aucune expé­rience, à part deux petites années au Sénat, n’a­vait aucun code moral et a été ven­du, comme n’im­porte quel objet que l’on sou­haite vendre aux gens. La cam­pagne Oba­ma a été qua­li­fiée de cam­pagne mar­ke­ting de l’an­née 2008 par Adver­ti­sing Age, devan­çant Apple et Zappos.com. Croyez les pro­fes­sion­nels. La marque Oba­ma est le rêve ultime des gens du mar­ke­ting. Le pré­sident Oba­ma fait une chose, et la marque Oba­ma vous fait croire l’in­verse. Voi­là l’es­sence d’une publi­ci­té à suc­cès. Vous ache­tez ou faites ce que sou­haite le publi­ci­taire en rai­son de com­ment ils vous font vous sentir.

La marque appe­lée « Obama »

Nous vivons dans une culture carac­té­ri­sée par ce que Ben­ja­min DeMott appe­lait la « poli­tique pou­belle ». La poli­tique pou­belle n’exige ni jus­tice ni répa­ra­tion des droits. Elle per­son­na­lise les pro­blèmes plus qu’elle ne les cla­ri­fie. Elle exclut le vrai débat au pro­fit des scan­dales fabri­qués, des potins mon­dains et du spec­tacle. Elle fait la pro­mo­tion d’un opti­misme éter­nel, van­tant sans cesse notre force morale et notre carac­tère, et com­mu­nique dans le lan­gage miel­leux du « je-res­sens-ta-dou­leur ». Le résul­tat de la poli­tique pou­belle, c’est que rien ne change jamais, « ce qui signi­fie zéro inter­rup­tion dans les pro­ces­sus et les pra­tiques qui ren­forcent les sys­tèmes de ver­rouillage exis­tants d’a­van­tages socioé­co­no­miques ».

La croyance cultu­relle selon laquelle nous pou­vons faire adve­nir les choses en y pen­sant, en les visua­li­sant, en les sou­hai­tant, en fai­sant appel à notre force inté­rieure, ou en com­pre­nant que nous sommes des êtres excep­tion­nels, n’est que pen­sée magique. Nous pour­rions faire tou­jours plus d’argent, aug­men­ter nos quo­tas, consom­mer plus de pro­duits et faire pro­gres­ser notre car­rière en ayant assez de foi. Cette pen­sée magique, que l’on nous inculque à tra­vers le spectre poli­tique, via Oprah, les spor­tifs célèbres, Hol­ly­wood, les gou­rous du déve­lop­pe­ment per­son­nel et les déma­gogues chré­tiens, est lar­ge­ment res­pon­sable de notre effon­dre­ment éco­no­mique et éco­lo­gique, puisque toute Cas­sandre l’ayant vu venir a été écar­tée en rai­son de sa « néga­ti­vi­té ». Cette croyance, qui per­met aux hommes et aux femmes de se com­por­ter et d’a­gir comme des enfants, dis­cré­dite les inquié­tudes et anxié­tés légi­times. Elle exa­cerbe le déses­poir et la pas­si­vi­té. Elle nour­rit un état d’au­to-aveu­gle­ment. Le but, la struc­ture et l’ob­jec­tif de l’É­tat capi­ta­liste ne sont jamais vrai­ment remis en ques­tion. Ques­tion­ner, s’en­ga­ger dans une cri­tique du col­lec­tif cor­po­ra­tiste, c’est être obs­truc­tion­niste et néga­tif. Cela a éga­le­ment per­ver­ti la façon dont nous nous per­ce­vons, dont nous per­ce­vons notre pays et le monde natu­rel. Le nou­veau para­digme du pou­voir, asso­cié à son idéo­lo­gie étrange de pro­grès infi­ni et de bon­heur impos­sible, a trans­for­mé des pays entiers, dont les USA, en monstres.

Nous pou­vons mar­cher à Copen­hague. Nous pou­vons rejoindre Bill McKib­ben et son jour de pro­tes­ta­tion mon­diale pour le cli­mat. Nous pou­vons com­pos­ter dans nos jar­dins et étendre notre linge au soleil pour le sécher. Nous pou­vons écrire des lettres à nos élus et voter pour Oba­ma, mais l’é­lite au pou­voir est imper­méable à la mas­ca­rade de la par­ti­ci­pa­tion démo­cra­tique. Le pou­voir est entre les mains de para­sites intel­lec­tuels et moraux qui créent impi­toya­ble­ment un sys­tème de néo-féo­da­lisme, et détruisent les éco­sys­tèmes qui per­mettent l’exis­tence de l’es­pèce humaine. Faire appel à la bon­té en eux, ou cher­cher à influen­cer les leviers internes du pou­voir n’au­ra désor­mais plus aucune utilité.

Nous n’é­chap­pe­rons pas, par­ti­cu­liè­re­ment ici, aux USA, à notre Göt­terdäm­me­rung [Cré­pus­cule des dieux]. Oba­ma, comme le Pre­mier ministre cana­dien Ste­phen Har­per et les autres diri­geants des pays indus­tria­li­sées, s’est avé­ré être un ins­tru­ment de l’É­tat capi­ta­liste aus­si veule que George W. Bush. Notre sys­tème démo­cra­tique a été trans­for­mé en ce que le phi­lo­sophe poli­tique Shel­don Wolin appelle le « tota­li­ta­risme inver­sé ». Le tota­li­ta­risme inver­sé, contrai­re­ment au tota­li­ta­risme clas­sique, ne tourne pas autour d’un déma­gogue ou d’un chef cha­ris­ma­tique. Il trouve son expres­sion dans l’anonymat de l’État des patrons. Il pré­tend ché­rir la démo­cra­tie, le patrio­tisme, une presse libre, les sys­tèmes par­le­men­taires et les consti­tu­tions, alors qu’il mani­pule et cor­rompt les leviers internes pour ren­ver­ser et contre­car­rer les ins­ti­tu­tions démo­cra­tiques. Les can­di­dats poli­tiques sont élus dans des votes popu­laires par les citoyens, mais sont régis par des armées de lob­byistes d’en­tre­prises à Washing­ton, Otta­wa ou dans les autres capi­tales du monde. Les médias com­mer­ciaux contrôlent à  peu près tout ce que nous lisons, regar­dons ou écou­tons et ils imposent une uni­for­mi­té insi­pide de l’opinion. La culture de masse, déte­nue et dif­fu­sée par les entre­prises pri­vées, nous diver­tit avec des futi­li­tés, des spec­tacles et des potins mon­dains. Dans les régimes tota­li­taires clas­siques, tels que le nazisme ou le com­mu­nisme sovié­tique, l’économie était subor­don­née à la poli­tique. « Sous le tota­li­ta­risme inver­sé, l’inverse est vraie », écrit Wolin. « L’économie domine la vie poli­tique – et avec cette domi­na­tion viennent diverses formes de bes­tia­li­té ».

Le tota­li­ta­risme inver­sé exerce un pou­voir total sans recou­rir aux gros­sières formes de contrôle comme les gou­lags, les camps de concen­tra­tion ou la ter­reur des masses. Il exploite la science et la tech­no­lo­gie pour atteindre ses sombres buts. Il impose l’uniformité idéo­lo­gique en uti­li­sant des sys­tèmes de com­mu­ni­ca­tion de masse pour incul­quer la consom­ma­tion débau­chée comme une pul­sion inté­rieure et il nous fait prendre nos illu­sions sur nous-mêmes pour la réa­li­té. Il ne réprime pas les dis­si­dents avec force, tant que ces dis­si­dents res­tent inef­fi­caces. Et en même temps qu’il détourne notre atten­tion, il déman­tèle la base indus­trielle, dévaste les com­mu­nau­tés, déclenche des vagues de misère humaine et délo­ca­lise les emplois vers des pays où fas­cistes et com­mu­nistes savent faire mar­cher les tra­vailleurs au pas. Il fait tout cela tout en bran­dis­sant le dra­peau et chan­tant des slo­gans patrio­tiques. « Les USA sont deve­nus la vitrine de la manière dont la démo­cra­tie peut être gérée sans avoir l’air d’a­voir été sup­pri­mée », écrit Wolin.

[Et à pro­pos de « dis­si­dence inefficace »] 

La pra­tique et la psy­cho­lo­gie de la publi­ci­té, le règne des « forces du mar­ché » dans de nom­breux domaines autres que celui du mar­ché, l’es­ca­lade tech­no­lo­gique conti­nue qui encou­rage des fan­tasmes éla­bo­rés (jeux vir­tuels, ava­tars vir­tuels, voyage dans l’es­pace), la satu­ra­tion de tous les foyers par les mass-médias et leur pro­pa­gande, et la récu­pé­ra­tion des uni­ver­si­tés, font de la plu­part d’entre nous des otages. La putré­fac­tion de l’im­pé­ria­lisme, qui a tou­jours été incom­pa­tible avec la démo­cra­tie, voit les fabri­cants d’armes mono­po­li­ser 1 bil­lion de dol­lars par an en dépenses liées à la défense aux USA, bien que le pays soit mena­cé d’ef­fon­dre­ment éco­no­mique. L’im­pé­ria­lisme mili­ta­rise tou­jours les poli­tiques inté­rieures. Et cette mili­ta­ri­sa­tion, sou­ligne Wolin, se mélange aux fan­tasmes cultu­rels de culte des héros, et aux contes des prouesses indi­vi­duelles, de la jeu­nesse éter­nelle, de la beau­té par la chi­rur­gie, de l’ac­tion mesu­rée en nano­se­condes et d’une culture obsé­dée par le rêve du contrôle tou­jours plus éten­du, et de pos­si­bi­li­tés de cou­per d’im­por­tants seg­ments de la popu­la­tion de la réa­li­té. Ceux qui contrôlent les images nous contrôlent. Et bien que nous ayons été envoû­tés par les ombres sur le mur de la caverne de Pla­ton, ces forces cor­po­ra­tistes, glo­ri­fiant les béné­fices de la pri­va­ti­sa­tion, ont effec­ti­ve­ment déman­te­lé les ins­ti­tu­tions de la démo­cra­tie sociale (sécu­ri­té sociale, syn­di­cats, assis­tance publique, ser­vices de san­té publique et loge­ments sociaux) et ont font régres­ser les idéaux sociaux et poli­tiques du New Deal. Les par­ti­sans de la mon­dia­li­sa­tion déré­gu­lée du capi­ta­lisme ne perdent pas leur temps à ana­ly­ser les autres idéo­lo­gies. Ils ont une idéo­lo­gie, ou plu­tôt un plan d’ac­tion défen­du par une idéo­lo­gie, et le suivent ser­vi­le­ment. Nous, à gauche, avons des dou­zaines d’a­na­lyses et idéo­lo­gies en concur­rence sans aucun plan cohé­rent qui nous soit propre. C’est pour­quoi nous patau­geons tan­dis que les forces du capi­tal déman­tèlent impi­toya­ble­ment la socié­té civile.

Nous vivons un des grands phé­no­mènes sis­miques d’in­ver­sion de civi­li­sa­tion. L’i­déo­lo­gie de la mon­dia­li­sa­tion, comme toutes les visions uto­piques « inévi­tables », a été démas­quée comme la fraude qu’elle est. L’é­lite au pou­voir, per­plexe et confuse, s’ac­croche aux prin­cipes désas­treux de la mon­dia­li­sa­tion et de son lan­gage dépas­sé pour mas­quer le vacuum poli­tique et éco­no­mique immi­nent. L’i­dée absurde selon laquelle le mar­ché seul devrait déter­mi­ner les construc­tions éco­no­miques et poli­tiques a pous­sé les pays indus­tria­li­sées à sacri­fier d’autres domaines impor­tants — condi­tions de tra­vail, impôts, tra­vail des enfants, faim, san­té et pol­lu­tion etc. — sur l’au­tel du libre-mar­ché. Cela a plon­gé les pauvres du monde dans une situa­tion ter­rible et cela a lais­sé les USA avec les défi­cits les plus consé­quents — qui ne seront jamais rem­bour­sés — de l’his­toire de l’hu­ma­ni­té. Les ren­floue­ments mas­sifs, les plans de relance, les primes et les dettes à court-terme, ain­si que les guerres impé­riales que nous ne pou­vons plus payer, lais­se­ront les USA dans de beaux draps pour finan­cer les quelques 5 bil­lions de dol­lars de dette de cette année. Il fau­dra que Washing­ton vende aux enchères 96 mil­liards de dol­lars de dette par semaine. Une fois que la Chine et les États pétro­liers ne vou­dront plus ache­ter notre dette, ce qui fini­ra par se pro­duire un jour ou l’autre, la Fede­ral Reserve devien­dra l’a­che­teur du der­nier recours. La Fed a impri­mé peut-être près de 2 bil­lions de dol­lars ces deux der­nières années, et pour ache­ter autant de dette nou­velle, elle va, en consé­quence, en impri­mer des bil­lions de plus. Alors l’in­fla­tion, et plus vrai­sem­bla­ble­ment l’hy­per­in­fla­tion, trans­for­me­ra le dol­lar en chif­fon. Et c’est à ce moment-là que tout le sys­tème s’effondre.

Lors d’une crise éco­no­mique sévère, toutes les normes et croyances tra­di­tion­nelles sont bri­sées. L’ordre moral est mis sens des­sus-des­sous. Les hon­nêtes et beso­gneux sont balayés tan­dis que les gang­sters, les pro­fi­teurs et les spé­cu­la­teurs s’en tirent avec des mil­lions. L’é­lite se reti­re­ra, comme l’a écrit Nao­mi Klein dans La doc­trine du choc, dans des rési­dences pro­té­gées, où elle aura accès aux ser­vices, à l’a­li­men­ta­tion, aux équi­pe­ments de confort et à la sécu­ri­té dont le reste d’entre nous sera pri­vé. Com­men­ce­ra alors une période où l’hu­ma­ni­té ne sera com­po­sée que de maîtres et de serfs. Les forces cor­po­ra­tistes, qui cher­che­ront à s’al­lier avec la droite chré­tienne radi­cale et autres extré­mistes, uti­li­se­ront la peur, le chaos, la colère contre les élites diri­geantes et le spectre d’une dis­si­dence de gauche et du ter­ro­risme pour impo­ser des contrôles dra­co­niens visant à anéan­tir tous les mou­ve­ments d’op­po­si­tion. En paral­lèle, ils agi­te­ront le dra­peau US, les slo­gans et chants patriotes, en pro­met­tant la loi et l’ordre une croix chré­tienne ser­rée dans la main. Le tota­li­ta­risme, a sou­li­gné George Orwell, n’est pas tant une ère de foi qu’une ère de schi­zo­phré­nie. « Une socié­té devient tota­li­taire à par­tir du moment où ses struc­tures deviennent mani­fes­te­ment arti­fi­cielles », a écrit Orwell. « Autre­ment dit quand la classe domi­nante a per­du sa rai­son d’être mais réus­sit à gar­der le pou­voir par la force ou par la ruse ». Nos élites ont uti­li­sé la fraude. Ne leur reste que la force.

Notre élite médiocre en faillite tente déses­pé­ré­ment de sau­ver un sys­tème qui ne peut être sau­vé. Plus impor­tant encore, ils essaient de se sau­ver eux-mêmes. Toutes les ten­ta­tives de tra­vailler à l’intérieur de ce sys­tème pour­ri et cette classe de déten­teurs du pou­voir se révé­le­ront inutiles. La résis­tance doit répondre à la nou­velle et dure réa­li­té d’un ordre capi­ta­liste glo­bal qui s’accroche au pou­voir par des formes de répres­sion bru­tale et fla­grante tou­jours gran­dis­santes. Une fois que le cré­dit sèche pour le citoyen moyen, une fois que le chô­mage mas­sif aura créé une classe mar­gi­nale per­ma­nente et furieuse, que les pro­duits fabri­qués bon mar­chés qui sont deve­nus les opia­cés de base de notre culture dis­pa­raî­tront, nous allons pro­ba­ble­ment évo­luer vers un sys­tème qui res­semble davan­tage au tota­li­ta­risme clas­sique. Des formes plus vio­lentes et gros­sières de répres­sion devront être employées au fur et à mesure que les méca­nismes de contrôle plus souples favo­ri­sés par le tota­li­ta­risme inver­sé ces­se­ront de fonctionner.

Il n’est pas acci­den­tel que la crise éco­no­mique converge avec la crise envi­ron­ne­men­tale. Dans son livre La Grande Trans­for­ma­tion (1944), Karl Pola­nyi expose les consé­quences dévas­ta­trices — les dépres­sions, les guerres et le tota­li­ta­risme — du soi-disant libre-mar­ché auto­ré­gu­lé. Il a sai­si que « le fas­cisme, comme le socia­lisme, est ancré dans une socié­té de mar­ché qui refuse de fonc­tion­ner ». Il nous aver­tit du fait qu’un sys­tème finan­cier dérive tou­jours, sans contrôle gou­ver­ne­men­tal consé­quent, vers un capi­ta­lisme mafieux — et un sys­tème poli­tique mafieux — ce qui décrit bien notre struc­ture finan­cière et poli­tique. Un mar­ché auto­ré­gu­lé, écrit Pola­nyi, trans­forme les êtres humains et l’en­vi­ron­ne­ment en mar­chan­dises, une situa­tion qui garan­tit la des­truc­tion de la socié­té civile comme de l’en­vi­ron­ne­ment natu­rel. Le pos­tu­lat du libre-mar­ché selon lequel la nature et les êtres humains sont des objets dont la valeur est déter­mi­née par le mar­ché per­met de les exploi­ter jus­qu’à épui­se­ment ou effon­dre­ment. Une socié­té qui ne recon­nait plus la dimen­sion sacrée de la nature et de la vie humaine,  leur valeur intrin­sèque au-delà de leur valeur moné­taire, com­met un sui­cide col­lec­tif. De telles socié­tés se can­ni­ba­lisent jus­qu’à la mort. C’est ce que nous connais­sons actuellement.

Si nous construi­sons des struc­tures auto-suf­fi­santes, en les inté­grant à l’environnement autant que faire se peut, nous pour­rons sur­mon­ter l’effondrement qui s’en vient. Cette tâche sera accom­plie grâce à l’existence de petites enclaves phy­siques qui auront accès à une agri­cul­ture durable et qui seront donc capables de se dis­so­cier autant que pos­sible de la culture com­mer­ciale. Ces com­mu­nau­tés devront construire des murs contre la pro­pa­gande et la peur élec­tro­niques qui sub­mer­ge­ront les ondes. Le Cana­da sera pro­ba­ble­ment un lieu plus accueillant pour cela que les USA, compte tenu du fort cou­rant de vio­lence qui y règne. Mais dans tous les pays, ceux qui sur­vi­vront auront besoin de terres dans des zones iso­lées, à bonne dis­tance des zones urbaines dont les centres-villes se trans­for­me­ront en déserts ali­men­taires, ain­si que de la vio­lence sau­vage qu’entraînent des biens aux coûts pro­hi­bi­tifs et une répres­sion éta­tique croissante.

Le recours de plus en plus ouvert à la force par les élites pour main­te­nir le contrôle ne doit pas mettre fin aux actes de résis­tance. Les actes de résis­tance sont des actes moraux. Ils prennent vie parce que les gens conscients com­prennent l’impératif moral de remettre en ques­tion les sys­tèmes d’abus et le des­po­tisme. Ils devraient être menés non pas parce qu’ils sont effi­caces, mais parce qu’ils sont justes. Ceux qui ini­tient ces actes sont tou­jours peu nom­breux et reje­tés par ceux qui cachent leur lâche­té der­rière leur cynisme. Mais la résis­tance, bien que mar­gi­nale, conti­nue à affir­mer la vie dans un monde inon­dé par la mort. C’est l’acte suprême de la foi, la plus haute forme de spi­ri­tua­li­té et qui seul rend l’espoir pos­sible. Ceux qui ont com­mis des actes de résis­tance ont très sou­vent sacri­fié leur sécu­ri­té et leur confort, ont sou­vent pas­sé du temps en pri­son et dans cer­tains cas, ont été tués. Ils ont com­pris que vivre dans le plein sens du mot, exis­ter en tant qu’êtres humains libres et indé­pen­dants, même dans la nuit la plus sombre de la répres­sion d’État, signi­fie défier l’injustice.

Lorsque le pas­teur luthé­rien dis­si­dent Die­trich Bon­hoef­fer fut conduit hors de sa cel­lule de pri­son nazie à la potence, ses der­niers mots furent : « C’est pour moi la fin, mais aus­si le com­men­ce­ment ». Bon­hoef­fer savait que la plu­part de ses conci­toyens étaient com­plices, par leur silence, d’une vaste entre­prise de mort. Mais aus­si déses­pé­ré que cela ait pu sem­bler sur le moment, il a affir­mé ce que nous devons tous affir­mer. Il n’a pas évi­té la mort. Il n’a pas sur­vé­cu, en tant qu’in­di­vi­du. Mais il a com­pris que sa résis­tance et même sa mort étaient des actes d’a­mour. Il s’est bat­tu et est mort pour le sacré de la vie. Il a offert, même à ceux qui ne l’a­vaient pas rejoint, une autre his­toire, et son défi a fini par condam­ner ses bourreaux.

Nous devons conti­nuer à résis­ter, mais il faut main­te­nant le faire en ayant en tête l’i­dée incon­for­table que des chan­ge­ments signi­fi­ca­tifs ne se pro­dui­ront pro­ba­ble­ment pas de notre vivant. Cela rend la résis­tance plus dif­fi­cile. Cela déplace la résis­tance du domaine du tan­gible et de l’immédiat vers l’abstrait et l’indéterminé. Mais renon­cer à ces actes de résis­tance consti­tue une mort spi­ri­tuelle et intel­lec­tuelle. Cela revient à se sou­mettre à l’idéologie déshu­ma­ni­sante du capi­ta­lisme tota­li­taire. Les actes de résis­tance main­tiennent en vie un autre récit, ren­forcent notre inté­gri­té, et peuvent don­ner à d’autres, que nous ne ren­con­tre­rons peut-être jamais, la volon­té de se lever et de por­ter la flam­beau que nous leur pas­sons. Aucun acte de résis­tance n’est futile, que ce soit le refus de payer des impôts, la lutte pour une taxe Tobin, tra­vailler à chan­ger le para­digme éco­no­mique néo­clas­sique, révo­quer une charte d’entreprise, orga­ni­ser des votes mon­diaux sur inter­net ou uti­li­ser twit­ter pour cata­ly­ser une réac­tion en chaîne de refus contre l’ordre néo­li­bé­ral. Mais nous devrons résis­ter, et croire en l’u­ti­li­té de cette résis­tance, car nous n’altèrerons pas ins­tan­ta­né­ment la ter­rible confi­gu­ra­tion du pou­voir en place. Et dans cette longue, longue guerre, une com­mu­nau­té qui nous sou­tient émo­tion­nel­le­ment et maté­riel­le­ment sera la clé d’une vie de défi.

Le phi­lo­sophe Theo­dor Ador­no a écrit que la pré­oc­cu­pa­tion exclu­sive pour les pro­blèmes per­son­nels et l’indifférence à la souf­france des autres au-delà du groupe auquel on s’identifie est ce qui a fina­le­ment ren­du le fas­cisme et l’Ho­lo­causte pos­sibles. « L’in­ca­pa­ci­té de s’i­den­ti­fier aux autres fut la condi­tion psy­cho­lo­gique la plus impor­tante qui per­mit qu’Au­sch­witz existe dans une huma­ni­té à peu près civi­li­sée et pas trop nui­sible » (« Édu­quer après Ausch­witz », dans Modèles cri­tiques, p.216. ).

L’indifférence au sort d’autrui et l’élévation suprême du moi est ce que l’État-entreprise cherche à nous incul­quer. Il uti­lise la peur, ain­si que l’hédonisme, pour désar­ti­cu­ler la com­pas­sion humaine. Nous devons conti­nuer à com­battre les méca­nismes de la culture domi­nante, même si ce n’est que dans le but de pré­ser­ver notre huma­ni­té com­mune à tra­vers de petits, voire de minus­cules actes. Nous devons résis­ter à la ten­ta­tion du repli sur soi et de l’i­gno­rance de la cruau­té ne nous tou­chant pas direc­te­ment. L’espoir demeure dans ces actes de défi sou­vent imper­cep­tibles. Ce défi, cette capa­ci­té de dire non, c’est exac­te­ment ce que cherchent à éra­di­quer les psy­cho­pathes qui contrôlent nos sys­tèmes de pou­voir. Tant que nous serons prêts à défier ces forces, nous aurons une chance, si ce n’est pour nous-mêmes, du moins, ce sera pour ceux qui vien­dront après nous. Tant que nous défie­rons ces forces nous demeu­re­rons en vie. Et pour l’instant, c’est la seule vic­toire possible.

Chris Hedges

« L’histoire de la vie », fresque murale de l’artiste ita­lien Blu, Rome, Casal de’ Paz­zi, 2015

Tra­duit par  Nico­las Casaux
Edi­té par  Faus­to Giu­dice Фаусто Джудиче 

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
6 comments
  1. Ping : veritermensonge
  2. Ton ana­lyse est tota­le­ment celui que je fait au regard de mes propres expé­riences. Sauf que toi, tu sais les dire avec cette claire voyance qui me fait te remer­cier d’exis­ter pour m’être mon porte parole.
    Mais j’ai très peur…

  3. Trés bonne anna­lyse.. La résis­tance avance et ne ce lais­se­ra pas abbatre par leur sys­tème ; la liber­té est proche et le bon­heur en vue, libé­ré des entraves des maitres ! On nous traite de com­plo­tiste et de déran­ger mais nous savons que nos actions sont indis­pen­sables pour nos enfants et pour la Nature. L’es­poir est tou­jours la alors conti­nuons notre lutte

  4. Ce texte qua­si pro­phé­tique, grave, solen­nel, cris­tal­lise la rage, la luci­di­té et le der­nier espoir d’un humaniste.
    Tout semble lui don­ner rai­son. Plus ça va, plus il est trop tard. Il était trop tard hier, il sera beau­coup trop tard l’an­née pro­chaine. Le néo­féo­da­lisme est avé­ré, opé­ra­tion­nel. La vio­lence est natu­ra­li­sée. L’in­fan­ti­li­sa­tion est uti­li­sée avec exper­tise. La peur et la caresse, la carotte et le bâton, la lente habi­tua­tion à l’in­jus­tice, à la loi bar­bare qui fait fi de mil­lé­naires d’hu­ma­ni­sa­tion, jus­qu’à l’a­ban­don total du dis­cer­ne­ment et de l’u­to­pie civi­li­sa­trice (dans moins de 5 géné­ra­tions peut-être), la satis­fac­tion de 1 contre la souf­france ou l’ex­ploi­ta­tion de 1000000, la dis­pa­ri­tion de la conscience (déjà enta­mée), de notre envi­ron­ne­ment, et de la beau­té, se concré­tisent assez rapi­de­ment pour les craindre sérieusement.
    Oui je crois aus­si que nous sommes condam­nés à la para­ly­sie ins­ti­tu­tion­nelle tant que le capi­ta­lisme n’a pas implo­sé, car il se nour­rit du pire (c’est pré­ci­sé­ment ce qu’il prouve main­te­nant), il se nour­rit de sa propre mort en tant que prin­cipe de recy­clage lucra­tif de tout, prin­cipe de valo­ri­sa­tion lucra­tive du dés­équi­libre, jouis­sance du feu et du chaos, pul­sion de pou­voir sacralisé.
    La seule source de quoi que ce soit de propre et de beau est la fra­gi­li­té et la socia­bi­li­té néces­saire de l’es­pèce humaine. Il n’y a pas d’hu­main sans conscience de soi, pas de conscience de soi sans conscience de l’autre, pas de nais­sance sans pro­tec­tion, jus­tice et bon­té. Là est l’es­poir, s’il reste des humains.
    Sinon, advienne la machine ou rien.

  5. Ton ana­lyse est tota­le­ment celle que je fais, sauf que toi, tu sais dire les choses avec clair­voyance. Je te remer­cie d’exister.

  6. Cet article est très inté­res­sant et donne à réflé­chir. Mer­ci de l’a­voir publié.

    Par contre, la fresque murale « L’his­toire de la vie » n’a rien à faire dans le corps de l’ar­ticle. La théo­rie de l’é­vo­lu­tion est bidon et non scien­ti­fique. Cette fresque montre quelque chose de faux qui n’a jamais été démontré.
    Ce sont les « créa­tion­nistes » et ceux qui pro­posent le « des­sein intel­li­gent » qui ont com­pris l’im­pos­ture scien­ti­fique de la théo­rie dar­wi­nienne de l’é­vo­lu­tion. Il est temps que les éco­lo­gistes se réveillent et jettent cette théo­rie dans la pou­belle de l’his­toire. Nul besoin de cette escro­que­rie pour défendre l’é­co­lo­gie, décla­rer la gran­deur de la créa­tion suf­fit amplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Élection présidentielle 2017 : le naufrage continue (& non, Mélenchon ne diffère pas vraiment des autres)

Pas la peine de s'attarder sur les Macron, Fillon, Le Pen, qui représentent grossièrement la droite, la fraction sociale des zombifiés, pour lesquels on ne peut plus grand-chose. Attardons-nous sur le cas de Jean-Luc Mélenchon, parce qu'il incarnait, lors de cette élection, le principal candidat de la gauche naïve, celle qui fantasme encore. [...]