Les seigneurs de la mer & Revolution (Merci à Rob Stewart)

Le 3 février 2017, le corps du bio­lo­giste et vidéaste éco­lo­giste Rob Ste­wart a été retrou­vé au fond de la mer, au large de la Flo­ride, où il était allé plon­ger, après 72 heures de recherches inten­sives par bateaux, drones et héli­co­ptères. Il y tour­nait son troi­sième long-métrage docu­men­taire : Shark­wa­ter 2 : Extinc­tion (une suite à son pre­mier long-métrage « Shark­wa­ter », publié en France sous le nom « Les sei­gneurs de la mer »), cen­sé révé­ler l’am­pleur de l’in­dus­trie mul­ti­mil­liar­daire de l’ex­ploi­ta­tion des requins (uti­li­sés dans l’in­dus­trie des cos­mé­tiques, dans l’in­dus­trie de la nour­ri­ture des ani­maux de com­pa­gnie, pour nour­rir le bétail, comme engrais, dans nos vac­cins, etc.). Il nous quitte donc à 37 ans, à la suite d’un acci­dent de plon­gée. Parce que son tra­vail importe énor­mé­ment, bien que nous ne par­ta­gions pas cer­taines de ses consi­dé­ra­tions et pré­co­ni­sa­tions, nous repu­blions ici ses deux pre­miers films, en VO sous-titrées, en atten­dant et en espé­rant que le troi­sième soit fina­li­sé et diffusé.

Les seigneurs de la mer (« Sharkwater » / 2006)

En 2006, Rob Ste­wart sor­tait son pre­mier film docu­men­taire inti­tu­lé « Shark­wa­ter », tra­duit en fran­çais par « Les sei­gneurs de la mer ». Depuis l’en­fance, Rob Ste­wart se pas­sionne pour les requins. À tel point qu’il est deve­nu bio­lo­giste et pho­to­graphe sous-marin afin de pou­voir nager avec eux, décryp­ter leur mys­tère et décons­truire le mythe du requin man­geur d’hommes. Ce mythe, entiè­re­ment fabri­qué, est lar­ge­ment res­pon­sable de l’in­dif­fé­rence qui entoure, un peu par­tout dans le monde, le mas­sacre de la popu­la­tion de requins à des fins com­mer­ciales. Du Cos­ta-Rica aux Îles Gala­pa­gos en pas­sant par le Gua­te­ma­la, Rob et l’é­qui­page de l’or­ga­ni­sa­tion de Paul Wat­son, Sea She­pherd, tentent de dénon­cer et de mettre en échec les bra­con­niers à la solde de mafias asia­tiques sou­te­nues par des gou­ver­ne­ments cor­rom­pus. Il y va de l’é­qui­libre éco­lo­gique de la planète.

Revolution (2013)

Dans son film, Revo­lu­tion, Rob Ste­wart démontre à quel point la pol­lu­tion, la défo­res­ta­tion, les usines à char­bon, les émis­sions de gaz car­bo­nique, les sables bitu­mi­neux et la sur­pêche détruisent l’en­vi­ron­ne­ment. Rob invite les habi­tants de la pla­nète à se mobi­li­ser pour sau­ver cette Terre qu’on habite et que, trop sou­vent, on déshonore.

« À quoi ça sert de sau­ver les requins si, de toute façon, l’ONU pré­voit que, d’ici 2048, il n’y aura plus de pois­sons dans les océans ? »

Lorsqu’une spec­ta­trice lui a posé cette ques­tion dérou­tante après la pro­jec­tion de son film Shark­wa­ter à Hong Kong, Rob Ste­wart est res­té bouche bée. Effec­ti­ve­ment, à quoi bon pro­té­ger les requins si toutes les espèces marines vont finir par dis­pa­raître ? Sous le choc, le bio­lo­giste deve­nu réa­li­sa­teur a bal­bu­tié une réponse floue. « Il faut choi­sir ses com­bats… et puis…. quelque chose comme ça ».

Dans Shark­wa­ter (Les sei­gneurs de la mer), son pre­mier film, le Toron­tois s’était por­té à la défense des requins, ces pré­da­teurs qui conti­nuent de souf­frir de la mau­vaise répu­ta­tion qu’on leur a col­lée depuis Jaws. Des ani­maux pour les­quels il a tou­jours eu une affec­tion par­ti­cu­lière, et qui sont lour­de­ment affec­tés, voire déci­més, par l’industrie de la pêche à l’aileron.

« À quoi bon lut­ter si, au final, il ne reste plus rien ? » a donc vou­lu savoir cette jeune femme. Micro à la main, Rob Ste­wart a essayé de répondre. Mais il n’a pas pu. Et il s’est dit qu’il devait faire quelque chose. Ce quelque chose a été Revo­lu­tion. Un film dont le tour­nage s’est éta­lé sur plu­sieurs années et qui l’a ame­né à par­cou­rir la pla­nète pour consta­ter le ter­rible déclin de notre éco­sys­tème et pour ten­ter d’y trou­ver des solutions.

Pour vision­ner le film, cli­quez sur l’i­mage ci-dessous :

Une remarque : le tra­vail de Rob Ste­wart de mise en lumière de la nui­sance et de la catas­trophe que repré­sente l’in­dus­trie de la pêche au requin, et de la pêche en géné­ral, est excellent. Tout comme sa mise en lumière des ravages de l’in­dus­trie des com­bus­tibles fos­siles, de la défo­res­ta­tion et de ses consé­quences, et de la pol­lu­tion et de ses consé­quences. Cepen­dant, et ceux qui sont fami­liers de l’é­co­lo­gie radi­cale s’en rendent sûre­ment compte, dans ses films, l’a­na­lyse des méca­nismes et des causes qui sous-tendent l’in­dus­tria­lisme demeure super­fi­cielle ce qui explique pour­quoi les « solu­tions » pré­sen­tées sont du même aca­bit. Il manque une ana­lyse plus pro­fonde et plus vaste de la civi­li­sa­tion indus­trielle, his­to­rique, poli­tique et éco­lo­gique. Quoi qu’il en soit, son abné­ga­tion et son dévoue­ment envers la pro­tec­tion des requins est exemplaire.

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les sports populaires à l’âge de la machine : contrôler, distraire et stimuler les foules (par Lewis Mumford)

Il y a toutefois dans la civilisation moderne toute une série de fonctions compensatrices qui, loin de rendre possible une meilleure intégration, ne servent qu’à stabiliser l’état existant — et qui, en fin de compte, font partie de l’embrigadement même quelles sont censées combattre. La plus importante de ces institutions est sans doute le sport populaire. On peut définir ce genre de sport comme une pièce de théâtre dans laquelle le spectateur importe plus que l’acteur, et qui perd une bonne partie de son sens lorsqu’on joue le jeu pour lui-même. Le sport populaire est avant tout un spectacle.
Lire

Le mouvement écologique doit revenir à ses sources (par Bernard Charbonneau)

Bien des mouvements d'opposition et même des révolutions sont ambigus. Autant ils détruisent une société, autant ils régénèrent le gouvernement, l'économie, la morale, l'armée et la police. L'histoire de l'URSS en est un bon exemple. Elle a réussi un renforcement de l'État et de la société russes que le régime tsariste était impuissant à réaliser. Le mouvement d'opposition à la société industrielle occidentale que l'on qualifie de « mouvement écologique » n'échappe pas à cette ambiguïté, surtout en France où il s'est manifesté tardivement à la suite des USA.
Lire

Lire, écrire et la révolution (par Derrick Jensen)

Le texte qui suit est une traduction d'une partie du chapitre « Revolution » du livre de Derrick Jensen intitulé Walking on Water: Reading, writing and Revolution (non traduit, en français : "Marcher sur l'eau : lire, écrire et la révolution").