« Leo­nar­do DiCa­prio devient le visage du mou­ve­ment anti-viande. »

– Beef Maga­zine

« M. DiCa­prio est une voix cré­dible du mou­ve­ment envi­ron­ne­men­ta­liste et il dis­pose d’une pla­te­forme consi­dé­rable pour se faire entendre. Je suis heu­reux qu’il ait choi­si de mettre sa voix au ser­vice des efforts de l’ONU pour plai­der en faveur de mesures urgentes de lutte contre les chan­ge­ments cli­ma­tiques. »

– Ban Ki-moon, secré­taire géné­ral de l’O­NU

Dans une récente tri­bune publiée sur le site du Guar­dian le 20 décembre 2016, George Mon­biot, un éco­lo­giste bri­tan­nique (peut-être le plus célèbre d’entre eux), for­mule une cri­tique de la « culture de la célé­bri­té », en com­men­çant par le constat sui­vant :

« Main­te­nant qu’une star de la Télé­réa­li­té s’apprête à deve­nir pré­sident des USA, peut-être est-il temps qu’on se mette d’accord sur le fait que la culture de la célé­bri­té n’est pas un diver­tis­se­ment sans consé­quence – qu’il s’agit d’ailleurs d’un com­po­sant essen­tiel des sys­tèmes qui gou­vernent nos vies ?

L’avènement de la culture de la célé­bri­té n’est pas sor­ti de nulle part. Il fut pré­pa­ré de longue date par les publi­ci­taires, les mar­ke­ters et les médias. Et il joue un rôle pré­cis. Plus les cor­po­ra­tions deviennent dis­tantes et imper­son­nelles, plus elles dépendent d’autres visages pour éta­blir une connexion avec leurs clients.

Cor­po­ra­tion signi­fie corps ; capi­tal signi­fie tête. Mais le capi­tal cor­po­ra­tiste n’a ni tête ni corps. Il est dif­fi­cile pour les gens de s’attacher à une fran­chise homo­gé­néi­sée appar­te­nant à un fonds d’investissement dont l’identité cor­po­ra­tiste est un clas­seur à Pana­ma City. La machine a donc besoin d’un masque. Elle doit por­ter le visage de quelqu’un que nous voyons aus­si sou­vent que notre voi­sin de palier. Il est inutile de deman­der ce que Kim Kar­da­shian fait pour gagner sa vie : son rôle est d’exister dans nos esprits. En jouant au voi­sin vir­tuel, elle induit un méca­nisme de recon­nais­sance qui béné­fi­cie au mono­lithe qui se cache der­rière elle cette semaine. […] »

Il conti­nue ensuite en citant des exemples de célé­bri­tés uti­li­sées pour vendre des pro­duits, et décrit l’im­por­tance crois­sante de ce phé­no­mène d’in­gé­nie­rie sociale :

« Plus le pro­duit est fade et homo­gène, plus le masque qu’il doit por­ter doit être remar­quable. C’est pour­quoi Iggy Pop a été uti­li­sé pour pro­mou­voir des assu­rances motos et Beni­cio del Toro pour vendre des Hei­ne­ken. Le rôle de ces gens est de sug­gé­rer qu’il y a, der­rière le logo de la marque, quelque chose de plus exci­tant que des immeubles de bureaux et des feuilles de cal­cul. Ils prêtent leur mor­dant à la com­pa­gnie qu’ils repré­sentent. Dès qu’ils touchent le chèque qui finance leur iden­ti­té, ils deviennent aus­si insi­gni­fiants et fabri­qués que le pro­duit dont ils font la pro­mo­tion.

Les célé­bri­tés que vous voyez le plus sou­vent sont les pro­duits les plus lucra­tifs, affi­chés à tra­vers des médias com­plices par une indus­trie du mar­ke­ting dont per­sonne ne cherche à contrô­ler l’influence. C’est pour­quoi les acteurs et les man­ne­quins reçoivent désor­mais une atten­tion déme­su­rée, cap­tu­rant la majeure par­tie d’un espace autre­fois occu­pé par des gens dont les idées étaient leurs idées : leur exper­tise n’est qu’une trans­mis­sion des vues d’autres indi­vi­dus.

Une recherche au sein d’une base de don­nées entre­prise par l’anthropologue Grant McCra­cken, révèle qu’aux États-Unis, entre 1900 et 1910, les acteurs rece­vaient 17% de l’attention cultu­relle accor­dée aux per­son­na­li­tés : un peu moins que les phy­si­ciens, les chi­mistes et les bio­lo­gistes com­bi­nés. Les réa­li­sa­teurs de film en rece­vaient 6% et les écri­vains 11%. Entre 1900 et 1950, les acteurs tota­li­saient 24% de la cou­ver­ture média­tique, et les écri­vains 9%. En 2010, les acteurs en ras­semblent 37% (plus de 4 fois l’attention que reçoivent les experts en sciences natu­relles), tan­dis que la part allouée aux réa­li­sa­teurs et aux écri­vains n’en repré­sente plus que 3%.

Pas la peine de lire ou de regar­der beau­coup d’interviews pour remar­quer que les prin­ci­pales qua­li­tés désor­mais recher­chées chez une célé­bri­té sont la fadeur, la vacui­té et la beau­té phy­sique. Elles servent d’écran blanc sur lequel pro­je­ter tout et n’importe quoi. A de rares excep­tions, ceux qui ont le moins de choses à dire obtiennent le plus grand nombre de pla­te­formes pour l’exprimer. […] »

Et enfin, il décrit l’autre impact et rôle majeur de la « culture de la célé­bri­té » :

« Les célé­bri­tés jouent un autre rôle majeur : celui d’armes de dis­trac­tion mas­sive. L’enquête que je men­tionne pré­cé­dem­ment révèle éga­le­ment que les gens qui s’intéressent le plus aux célé­bri­tés sont les moins enga­gés en poli­tiques, les moins sus­cep­tibles de mani­fes­ter et de voter. Ce qui contre­dit lar­ge­ment l’affirmation auto-jus­ti­fi­ca­trice sou­vent véhi­cu­lée par les médias selon laquelle les célé­bri­tés nous connectent à la vie publique. [..] »

Et conclut que :

« Les célé­bri­tés peuplent peut-être vos vies, mais elles ne sont pas vos amies. Indé­pen­dam­ment des inten­tions de ceux qu’elles servent, les célé­bri­tés sont les lieu­te­nants de l’exploitation. Retour­nons-nous vers nos véri­tables voi­sins, et tour­nons le dos à ceux qui les imitent insi­dieu­se­ment. »

Le rôle de la « culture de la célé­bri­té » dans l’in­gé­nie­rie sociale est effec­ti­ve­ment pré­pon­dé­rant aujourd’­hui. De la fon­da­tion Bill & Melin­da Gates à la fon­da­tion Leo­nar­do DiCa­prio, en pas­sant par les fon­da­tions des Rocke­fel­ler, Ford, Buf­fett, et par la fon­da­tion Jolie-Pitt (Ange­li­na Jolie et Brad Pitt), on ne compte plus le nombre per­son­na­li­tés ayant éta­blies des orga­ni­sa­tions cari­ta­tives. Mais der­rière le masque phi­lan­thro­pique se cache les réa­li­tés cor­po­ra­tistes décrits par George Mon­biot.

En plus des exemples qu’il cite, rap­pe­lons que la fon­da­tion Bill & Melin­da Gates joue un rôle de déci­deur poli­tique dans plu­sieurs pays d’A­frique et d’A­sie, où elle encou­rage la culture des OGM, influence le déve­lop­pe­ment de l’é­du­ca­tion (comme en France, avec l’é­du­ca­tion numé­rique et le par­te­na­riat entre Micro­soft et le minis­tère de l’é­du­ca­tion natio­nale, ou aux États-Unis, où la fon­da­tion Gates et 11 autres fon­da­tions majeures ont finan­cé à hau­teur de 500 mil­lions de dol­lars le sec­teur de l’in­no­va­tion dans l’é­du­ca­tion, en 2010), et du sec­teur de la san­té.

Par­mi les nom­breuses fon­da­tions de la famille Rocke­fel­ler, le Rocke­fel­ler Bro­thers Fund finance aus­si bien l’ONG éco­lo­giste inter­na­tio­nale 350.org que l’or­ga­ni­sa­tion poli­tique The Syria Cam­pai­gn, impli­quée dans le conflit qui ravage actuel­le­ment la Syrie, en tant que membre de l’op­po­si­tion à Bachar el-Assad, et en tant que sou­tien, donc, des « rebelles modé­rés » que sont Al-Qaï­da et ses diverses branches.

L’ONG Avaaz, très à la mode aujourd’­hui sur le web, a été finan­cée par George Soros, un mul­ti­mil­liar­daire amé­ri­cain, spé­cu­la­teur hors pair qui inves­tit dans tout ce qui peut lui rap­por­ter de l’argent, favo­ri­sant ain­si le bon fonc­tion­ne­ment du sys­tème éco­no­mique mon­diale et la des­truc­tion de la pla­nète que cela engendre auto­ma­ti­que­ment. Et pour­tant Avaaz tente aujourd’­hui de se pré­tendre « indé­pen­dante », un men­songe gros­sier.

L’au­teure et acti­viste indienne Arund­ha­ti Roy consacre une bonne par­tie de son œuvre à la cri­tique des fon­da­tions phi­lan­thro­piques et des ONG. Nous avons d’ailleurs tra­duits un extrait de son der­nier livre, à ce pro­pos.

Avant de nous inté­res­ser au cas de Leo­nar­do DiCa­prio, phi­lan­thrope ultra-média­ti­sé et nou­velle mas­cotte pla­né­taire des divers domaine du chan­ge­ment par la consom­ma­tion — du fait de moins man­ger de viande à la pro­mo­tion de tous les autres aspects du « déve­lop­pe­ment durable » (et donc du déve­lop­pe­ment tout court), comme le sou­tien des éner­gies « renou­ve­lables » (ces illu­sions vertes) —, un rap­pel his­to­rique et contex­tuel impor­tant, com­po­sés d’ex­traits tirés du livre Capi­ta­lism and Conser­va­tion, une com­pi­la­tion de textes de dif­fé­rents auteurs, por­tant sur la sec­teur de la conser­va­tion éco­lo­gique sous l’é­gide du capi­ta­lisme, édi­tée par Dan Bro­cking­ton et publié en 2011 :

« La rela­tion étroite entre le capi­ta­lisme et la conser­va­tion n’a rien de nou­veau. La conser­va­tion néo­li­bé­rale n’est que le der­nier stade d’une longue et fruc­tueuse rela­tion entre le capi­ta­lisme et la conser­va­tion. Les riches élites font la pro­mo­tion de la conser­va­tion de telle ou telle espèce par­ti­cu­lière pour leur plai­sir et leur jouis­sance depuis bien avant l’avènement du capi­ta­lisme ; les élites capi­ta­listes ont sim­ple­ment adop­tés ces mêmes pré­ro­ga­tives. Les inté­rêts capi­ta­listes ont lar­ge­ment sou­te­nu la créa­tion des pre­miers parcs natio­naux en Amé­rique du Nord, ain­si que la créa­tion des pre­mières ONG de conser­va­tion. D’ailleurs, ce qui est remar­quable à pro­pos des ONG éco­lo­gistes et de l’écologisme des années 1960 et 1970 c’est qu’ils aient pris une tour­nure anti­ca­pi­ta­liste. L’esprit d’Edward Abbey et de son gang de la clef à molette est l’exception, pas la règle. […]

L’un des thèmes cen­traux de cette col­lec­tion est que la conser­va­tion s’est avé­rée cru­ciale pour la crois­sance du capi­ta­lisme et sa repro­duc­tion. […] Comme Igoe et ses col­lègues l’observent (dans ce volume), tan­dis que les éco­lo­gistes mar­xistes pré­di­saient des obs­tacles envi­ron­ne­men­taux qui mena­ce­raient la pros­pé­ri­té du capi­ta­lisme, ces mêmes obs­tacles sont l’objet de nou­velles formes d’accumulation. Le consu­mé­risme pros­père grâce à la rare­té, l’anxiété et la peur (qui créent de la demande), ain­si, peut-être que l’essor du capi­ta­lisme de la conser­va­tion, qui uti­lise ces mêmes outils, ne devrait pas être une sur­prise. […]

La dénon­cia­tion de ce pro­blème est l’un des prin­ci­paux objec­tifs de l’essai de James Igoe et de ses col­lègues. A la suite de Sklair et d’autres, ils exposent l’existence d’intérêts de « conser­va­tion grand public » hégé­mo­niques, com­po­sés d’une alliance d’intérêts d’ONG, de cor­po­ra­tions, de phi­lan­thropes ou d’organisations phi­lan­thro­piques. La « conser­va­tion grand public » pro­pose des solu­tions aux pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux qui relèvent d’une consom­ma­tion et d’une pro­duc­tion de mar­chan­dises accrues, par­ti­cu­liè­re­ment de ser­vices éco­sys­té­miques nou­vel­le­ment mar­chan­di­sés. Ces concepts sont pro­pa­gés à tra­vers une col­lec­tion de pro­duc­tions média­tiques et de publi­ci­tés spec­ta­cu­laires se ren­for­çant mutuel­le­ment, et à tra­vers l’internet. La puis­sance de ces pro­duc­tions ne relève pas de leur soli­di­té, de leur logique ou de leur rigueur, mais plu­tôt du fait qu’elles sont pré­sen­tées et consom­mées au sein de socié­tés domi­nées par le spec­tacle. C’est-à-dire de socié­tés où la repré­sen­ta­tion, la connexion aux endroits, aux gens et aux causes sont depuis long­temps arbi­trées par la média­tion d’images-marchandises. En les consom­mant, les gens ont « l’illusion roman­tique qu’ils sauvent aven­tu­reu­se­ment le monde », tan­dis que les impacts délé­tères de ces consom­ma­tions, et du mode de vie qu’elles requièrent, sont soi­gneu­se­ment occul­tés.

En atti­rant l’attention des consom­ma­teurs sur des lieux exo­tiques, les pro­duc­tions spec­ta­cu­laires dis­si­mulent les connexions immé­diates et com­plexes entre la vie quo­ti­dienne des gens et les pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux, tout en sug­gé­rant que les solu­tions à ces pro­blèmes relèvent de la consom­ma­tion du type de pro­duits qui les ont engen­drés pour com­men­cer (p. 504).

[…] Il sou­ligne que la consom­ma­tion éthique dépend de la cir­cu­la­tion d’images dont on pense qu’elles incarnent l’éthique. Et pour­tant, leur vali­di­té et leur poten­tiel de dif­fu­sion requièrent un cer­tain niveau d’ignorance et de pré­ju­gés de la part des consom­ma­teurs qu’elles ciblent. La consom­ma­tion éthique ignore sou­vent les contextes envi­ron­ne­men­taux et sociaux plus vastes au sein des­quels elle opère. Elle fonde sa pré­ten­tion éthique sur l’occultation de divers aspects de la pro­duc­tion et de la consom­ma­tion de ses mar­chan­dises. […] Il y a cepen­dant, un autre effet plus insi­dieux que Car­rier remarque. La consom­ma­tion éthique repose sur une croyance sous-jacente, ren­for­cée par chaque achat, selon laquelle « les choix de consom­ma­tion per­son­nels sont un moyen appro­prié et effi­cace pour cor­ri­ger les nui­sances engen­drées par le sys­tème de pro­duc­tion capi­ta­liste ».

[…] Les conser­va­tion­nistes de pre­mier plan, les diri­geants cor­po­ra­tistes et les célé­bri­tés dif­fusent ce même mes­sage au grand public : le capi­ta­lisme est la clé de notre futur éco­lo­gique, et le déve­lop­pe­ment durable nous aide­ra à mettre un terme à la crise finan­cière actuelle.

[…] En octobre 2009, le Wild­life Conser­va­tion Net­work (Réseau de Conser­va­tion de la Faune Sau­vage, en fran­çais) a orga­ni­sé son expo­si­tion annuelle, la Wild­life Conser­va­tion Expo à San Fran­cis­co. Qua­li­fiée de « pre­mier évè­ne­ment de conser­va­tion de la faune sau­vage de la baie de San Fran­cis­co », la pri­ma­to­logue Jane Goo­dall en fut l’intervenante prin­ci­pale. Les visi­teurs avaient une chance d’en apprendre plus sur le tra­vail de conser­va­tion local et inter­na­tio­nal, et de ren­con­trer un cer­tain nombre d’activistes de la conser­va­tion de renom­mée inter­na­tio­nale. Le jour sui­vant, une gar­den-par­ty, où des félins étaient pré­sents, avec buf­fet, vente d’objets d’art, et autres diver­tis­se­ments four­nis­sait davan­tage d’opportunités de ren­con­trer des grands conser­va­tion­nistes de façon plus exclu­sive, puisque l’entrée coû­tait 1000$ par per­sonne. Les évè­ne­ments pré­cé­dents (en 2006) consis­taient en des diners de célé­bra­tion lors des­quels les invi­taient pou­vaient, moyen­nant 1500$ pour un billet indi­vi­duel ou 10 000$ pour une table de huit, deve­nir des « spon­sors mon­diaux » béné­fi­ciant du pri­vi­lège de ren­con­trer cer­tains des conser­va­tion­nistes dont le tra­vail était célé­bré, durant une récep­tion VIP pré-diner.

Le Wild­life Conser­va­tion Net­work est très bien connec­té. Son conseil d’administration et ses consul­tants sont de riches phi­lan­thropes ayant fait for­tune dans les indus­tries de la high-tech ou des logi­ciels infor­ma­tiques de la baie de San Fran­cis­co. Ces indi­vi­dus, qua­li­fiés « d’entrepreneurs de la conser­va­tion » ou de « héros de la conser­va­tion », tendent à pos­sé­der leur propre orga­ni­sa­tion cari­ta­tive que le Wild­life Conser­va­tion Net­work sou­tient alors. L’attrait du Wild­life Conser­va­tion Net­work, vis-à-vis du public et des causes rete­nues de la même manière, est qu’il offre une chance de ren­con­trer per­son­nel­le­ment des conser­va­tion­nistes impor­tants lors de réunions exclu­sives pour la col­lecte de fonds. Tous les sites spon­so­ri­sés par le tra­vail de conser­va­tion sont situés à l’étranger dans des lieux exo­tiques, en Amé­rique du Sud, en Afrique et en Asie. En plus, donc, du shop­ping, du diver­tis­se­ment et de la varié­té affi­chée qui rend le sau­ve­tage de la nature si attrac­tif, le Wild­life Conser­va­tion Net­work per­met à ses membres de se connec­ter avec et de sou­te­nir des endroits dis­tants, à tra­vers la per­son­na­li­té du conser­va­tion­niste célèbre. »

Leo­nar­do DiCa­prio est un très bon exemple de ces riches phi­lan­thropes asso­ciés au Wild­life Conser­va­tion Net­work. Il lui envoie régu­liè­re­ment de l’argent au tra­vers de sa fon­da­tion, qui sou­tient ain­si dif­fé­rents pro­jets de conser­va­tion capi­ta­listes. Un exemple, par­mi beau­coup : Leo­nar­do DiCa­prio finance le Maa­sai Wil­der­ness Conser­va­tion Trust (MWCT), une orga­ni­sa­tion qui vise à pro­té­ger les magni­fiques ani­maux qui peuplent (encore) les terres des der­niers Maa­sai, mais pas les Maa­sai eux-mêmes, bien qu’ils pré­tendent autre­ment. Cette orga­ni­sa­tion vise d’ailleurs à four­nir une édu­ca­tion de plus en plus occi­den­tale (l’ob­jec­tif est une inser­tion au sein de la socié­té indus­trielle) aux jeunes Maa­sai. On peut lire sur leur site que : « Le MWCT, en par­te­na­riat avec le minis­tère de l’é­du­ca­tion, vise à amé­lio­rer les taux d’ins­crip­tion, de fidé­li­sa­tion, d’ac­com­plis­se­ment et de tran­si­tion, ain­si qu’à assu­rer la conti­nui­té de cer­tains aspects de la culture Maa­sai, tout en ins­til­lant une conscience de la néces­si­té de la conser­va­tion envi­ron­ne­men­tale ». Les pro­blèmes avec les locaux sont fré­quents, cer­tains Maa­sai sont d’ailleurs en conflits avec les orga­nismes de conser­va­tions, et affirment être les plus à mêmes de pré­ser­ver la faune sau­vage. Le pater­na­lisme des orga­ni­sa­tions de conser­va­tions finan­cées par de riches phi­lan­thropes capi­ta­listes ayant fait for­tune grâce à la socié­té qui pré­ci­pite les ani­maux sau­vages, qu’ils essaient de sau­ver, vers l’ex­tinc­tion, est stu­pé­fiant. Le carac­tère schi­zo­phré­nique et insou­te­nable des pra­tiques éta­blies par ces « phi­lan­thropes », qui, d’un côté, financent la des­truc­tion du monde, et, de l’autre, tiennent à pré­ser­ver les ani­maux que celle-ci met en dan­ger, est patho­lo­gique.

La conser­va­tion, en Afrique et ailleurs, comme le sou­lignent les édi­teurs du livre Capi­ta­lism and Conv­ser­va­tion, Dan Bro­cking­ton et Rosa­leen Duf­fy, s’est effec­ti­ve­ment déve­lop­pée en tant que sec­teur entre­pre­neu­rial et éco­no­mique de la socié­té capi­ta­liste. Un siècle de ce type de conser­va­tion, finan­cée par le grand capi­tal, qui finance en paral­lèle le déve­lop­pe­ment indus­triel du monde, tous azi­muts, a pro­duit les résul­tats que l’on sait, avec les girafes désor­mais mena­cées d’ex­tinc­tion, comme les élé­phants, et les gué­pards (et bien d’autres).

En plus de ses pro­grammes d’é­du­ca­tion et de conser­va­tion, le MWCT pré­sente aus­si un pro­gramme d’é­co­tou­risme, qui consiste en une ecolodge de luxe, où les ultra­riches peuvent venir pro­fi­ter des der­niers ani­maux sau­vages du monde. On retrouve ici la notion de Last Chance Tou­rism (Tou­risme de la der­nière chance), qui décrit un type de tou­risme dont l’at­trac­ti­vi­té est ampli­fiée par la rare­té de cer­taines espèces, de cer­tains éco­sys­tèmes ou de cer­tains pay­sages (cette espèce [ou cet éco­sys­tème] va bien­tôt dis­pa­raître, dépê­chez-vous ! Nous vous pro­po­sons les meilleurs tarifs !).

Des vacances pour ultra­riches, dans un endroit qu’ils pré­servent aus­si (sur­tout ? uni­que­ment ?) pour leur bon plai­sir. Loge d’é­co­tou­risme de luxe de Cam­pi ya Kan­zi, ini­tia­tive du MWCT. Les employés de cet hôtel 5 étoiles sont à 95% des Maa­sai !

Comme la plu­part des « phi­lan­thropes » ultra­riches, lorsque Leo­nar­do DiCa­prio s’a­dresse aux foules et leur parle éco­lo­gie, c’est pour sou­li­gner la menace du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, et donc pour encou­ra­ger le déve­lop­pe­ment de l’in­dus­trie des éner­gies dites « renou­ve­lables », et autres mesures du déve­lop­pe­ment « durable ». Aucun autre pro­blème éco­lo­gique, par­mi la myriade qu’en­gendre la civi­li­sa­tion indus­trielle (défo­res­ta­tion, éta­le­ment urbain, agri­cul­ture, etc.), et dont cer­tains sont bien plus urgents et fon­da­men­taux que le réchauf­fe­ment cli­ma­tique (qui n’est que l’ef­fet secon­daire d’un mode de vie déjà lar­ge­ment nocif), n’est sou­li­gné ; et aucune mesure anti-capi­ta­liste, anti-indus­trielle ou anti-déve­lop­pe­men­tiste n’est envi­sa­gée. Pen­sez-vous. Les plus pri­vi­lé­giés des pri­vi­lé­giés ne vont pas se tirer une balle dans le pied en encou­ra­geant des mesures qui auraient pour effet de leur faire perdre leurs pri­vi­lèges.

Le chan­ge­ment cli­ma­tique est loin d’être la pre­mière menace pour les espèces vivants.

Dans son der­nier film de pro­pa­gande « durable », inti­tu­lé « Avant le déluge » (dont nous vous pro­po­sons une cri­tique ici), il balaie tota­le­ment l’i­dée qu’il soit pos­sible de faire en sorte que les amé­ri­cains renoncent à leur confort, et encou­rage ain­si tous les habi­tants du monde à atteindre le niveau de confort et de consom­ma­tion de l’eu­ro­péen moyen (ou de l’a­mé­ri­cain moyen). Tout en déve­lop­pant les éner­gies « propres », bien enten­du, et autres mesures de dis­trac­tion. Il s’a­git de la recette par­faite pour ache­ver de déré­gler tota­le­ment le cli­mat, de pré­ci­pi­ter un nombre incal­cu­lable d’es­pèces vers l’ex­tinc­tion, de finir de pol­luer, dégra­der, et sur­ex­ploi­ter l’en­vi­ron­ne­ment jus­qu’au point de non-retour (s’il n’a pas déjà été fran­chi). En moins de 70 ans d’in­dus­tria­lisme, le monde déve­lop­pé ou en déve­lop­pe­ment est par­ve­nu à détruire près de 60% des ver­té­brés, à rendre l’air can­cé­ri­gène et à conta­mi­ner de ses pro­duits toxiques tous les cours d’eau de la pla­nète (entre autres suc­cès éco­lo­giques). Le mode de vie confor­table et hau­te­ment tech­no­lo­gique de l’eu­ro­péen (ou de l’a­mé­ri­cain) moyen est fla­gramment et lar­ge­ment insou­te­nable pour la pla­nète. Inci­ter le monde entier à l’a­dop­ter est une forme de sui­cide.

Rap­pe­lons ici ce que bien peu semblent com­prendre : toutes les pro­duc­tions d’éner­gies dites « propres » (« renou­ve­lables », ou « vertes »), toutes les pro­duc­tions d’éner­gies issues du nucléaire ou des com­bus­tibles fos­siles, toutes les pro­duc­tions d’ob­jets élec­tro­niques, plas­tiques, métal­liques, métal­lo-plas­tiques, toute « la pro­duc­tion mas­sive d’objets inutiles qu’il faut rem­pla­cer au plus vite pour que tourne la machine, ce qui inclut les télés plas­ma, les trot­ti­nettes élec­triques, les ordi­na­teurs der­nier cri, les bagnoles cli­ma­ti­sées avec appa­reillage élec­tro­nique de bord per­met­tant de se bran­ler sans ralen­tir, les vacances à la mon­tagne et à Bali, l’avion pour aller pis­ser au-des­sus de l’Atlantique, les casques pour se tuer l’oreille, la goû­teuse nour­ri­ture indus­trielle, etc. » (Nico­li­no), dépendent d’in­fra­struc­tures indus­trielles (routes, auto­routes, bâti­ments, réseaux fer­ro­viaires, etc.), de pra­tiques extrac­ti­vistes (indus­trie minière) et d’ex­ploi­ta­tions de res­sources anti-éco­lo­giques.

Ain­si, en plus de n’être pas éco­lo­gique, l’in­dus­trie des renou­ve­lables sert à ali­men­ter en élec­tri­ci­té une éco­no­mie indus­trielle, elle même entiè­re­ment nui­sible.

L’in­dus­trie des pan­neaux solaires requiert de mul­tiples maté­riaux lis­tés en avril 2016 par le site Resource Inves­tor, dont, entre autres : l’ar­se­nic (semi-conduc­teur), l’a­lu­mi­nium, le bore (semi-conduc­teur), le cad­mium (uti­li­sé dans cer­tains types de cel­lules pho­to­vol­taïques), le cuivre (câblage et cer­tains types de cel­lules pho­to­vol­taïques), le gal­lium, l’in­dium (uti­li­sé dans les cel­lules pho­to­vol­taïques), le mine­rai de fer (acier), le molyb­dène (cel­lules PV), le phos­phore, le sélé­nium, le sili­cium, l’argent, le tel­lure et le titane. La mine ci-des­sus pro­duit (entre autres) du cad­mium et de l’argent. Peu importe le type de pan­neau solaire que vous par­ve­nez à ima­gi­ner, vous aurez besoin de métaux et d’autres res­sources en quan­ti­tés indus­trielles. Et c’est cela même qui garan­tit le carac­tère anti-éco­lo­gique de l’in­dus­trie des renou­ve­lables comme de toutes les indus­tries.

La culture de la célé­bri­té, qui incarne la socié­té du spec­tacle dans ce qu’elle a de plus gro­tesque, ne sert qu’à sou­mettre les popu­la­tions aux volon­tés des cor­po­ra­tions et des aris­to­crates de notre temps, à pré­pa­rer le ter­rain pour tout ce qu’ils comptent entre­prendre, tout en don­nant insi­dieu­se­ment l’im­pres­sion que les pro­blèmes urgents et cri­tiques que nous connais­sons vont être réglés.

Sou­li­gnons éga­le­ment qu’elle est un attri­but toxique issu de cultures aris­to­cra­tiques d’un autre temps. Dans un article inti­tu­lé « Célé­bri­té, gloire, renom­mée : Intro­duc­tion à l’étude his­to­rique du fait ‘d’être connu de ceux que l’on ne connaît pas’ », Myriam Juan et Nico­las Picard écrivent :

« Qu’on l’appelle célé­bri­té, gloire ou renom­mée, le phé­no­mène qui consiste, selon le mot du mora­liste Nico­las de Cham­fort, à « être connu de ceux que l’on ne connaît pas » ren­voie à une réa­li­té qui a tra­ver­sé sous dif­fé­rentes formes les siècles. De prime abord cepen­dant, la période actuelle semble se carac­té­ri­ser par une infla­tion de l’intérêt por­té tant aux per­sonnes célèbres qu’au phé­no­mène même de la célé­bri­té. Le chan­ge­ment serait à la fois d’ordre quan­ti­ta­tif et d’ordre qua­li­ta­tif, avec la mul­ti­pli­ca­tion de figures dont la noto­rié­té paraît davan­tage pro­ve­nir de leur pré­sence dans les médias que de leur acti­vi­té propre. Plus immé­diate mais aus­si plus éphé­mère, la célé­bri­té serait une véri­table obses­sion de nos contem­po­rains. […] Sous cer­tains aspects, cette attrac­tion s’apparente aux phé­no­mènes reli­gieux : créa­tures excep­tion­nelles évo­luant au-des­sus de la masse et enve­lop­pées d’un ensemble de repré­sen­ta­tions, les per­sonnes célèbres sont sem­blables aux divi­ni­tés. »

Éli­tiste et débi­li­tante, la culture de la célé­bri­té par­ti­cipe, à l’ins­tar de l’é­du­ca­tion natio­nale obli­ga­toire et du reste de la pro­pa­gande média­tique, de ce sec­teur cru­cial de la socié­té indus­trielle qu’est l’in­gé­nie­rie sociale (l’en­tre­prise, pour une élite ou une oli­gar­chie quelle qu’elle soit, qui consiste à mani­pu­ler les foules, à les condi­tion­ner afin de les contrô­ler). La culture de la célé­bri­té est une nui­sance dont nous devons nous débar­ras­ser.

Nico­las Casaux

Contri­bu­tor
Vous avez réagi à cet article !
Afficher les commentaires Hide comments
Comments to: Les célébrités, leurs fondations et ONG, sont le masque souriant de la machine corporatiste
  • 28 décembre 2016

    Bon­jour,

    J’adhère à ce qui est écrit dans cet article, mais je vou­drais juste cor­ri­ger un mot du der­nier para­raphe : en France, « l’é­duc­tion natio­nale » n’est PAS ‑obligatoire‑, et ce serait le comble que le col­lec­tif Le Par­tage contri­bue à véhi­cu­ler cette idée fausse.

    Pour info, la seule obli­ga­tion est de four­nir une « ins­truc­tion » à ses enfants :
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F23429

    Voi­ci un article récent qui per­met de com­prendre à quoi res­semblent concrê­te­ment les alter­na­tives :
    http://www.marianne.net/ces-profs-qui-ont-choisi-descolariser-leurs-enfants-100248706.html

    Je pro­fite de cette occa­sion pour vous remer­cier pour votre tra­vail.

    Reply
    • 29 décembre 2016

      Effec­ti­ve­ment, reste le « socle com­mun de connais­sances, de com­pé­tences et de culture », et le contrôle d’un ins­pec­teur d’é­tat. Et donc une base d’en­doc­tri­ne­ment com­mune, et obli­ga­toire, non ?

      Reply
  • 29 décembre 2016

    Oui, le fli­cage qui encadre les enfants désco­la­ri­sés est scan­da­leux et il a clai­re­ment été pen­sé afin de ten­ter de contrô­ler l’en­doc­tri­ne­ment com­mun.

    Il n’empêche que désco­la­ri­ser ses enfants est une option incom­pa­ra­ble­ment moins nocive que l’E­du­ca­tion Natio­nale pour de mul­tiples rai­sons, y com­pris pour évi­ter l’en­doc­tri­ne­ment.

    Je ne serais pas mal­heu­reux, à l’a­ve­nir, de lire un rap­pel de cette alter­na­tive plu­tôt que de contri­buer à pro­pa­ger l’i­dée qu’il est illé­gal de désco­la­ri­ser ses enfants (ou de s’at­tar­der sur les fai­blesses de cette alter­na­tive).

    L’é­cole n’est PAS obli­ga­toire léga­le­ment (voir le lien pos­té plus haut).

    Connaître le cadre légale reste un avan­tage, d’où mon mes­sage cor­rec­tif.

    Déso­lé de répondre de nou­veau ici alors qu’on débat sur un sujet qui n’est pas le sujet cen­tral de cet article… mais le mes­sage que je veux faire pas­ser me semble impor­tant donc je ne résiste pas à le repré­ci­ser.

    Reply
  • 29 décembre 2016

    Très bon article, mer­ci.

    Reply
  • […] Les célé­bri­tés, leurs fon­da­tions et ONG, sont le masque sou­riant de la machine cor­po­ra­tiste […]

    Reply
Write a response

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.