Le mouvement pour le climat est mort ! (un compte-rendu de la COP21)

Paris, France — Au vu de la 21ème et der­nière confé­rence des par­ties de l’O­NU en date, le ren­dez-vous annuel de dis­cus­sion et de rené­go­cia­tion des efforts mon­diaux sur la poli­tique cli­ma­tique, des mil­liers d’ac­ti­vistes de toute la pla­nète ont conver­gé à Paris pour faire entendre leurs voix. Tan­dis que les diri­geants de 196 pays dif­fé­rents se retrou­vaient au Bour­get, un centre de confé­rence en péri­phé­rie de Paris, des délé­ga­tions et des indi­vi­dus de groupes de défense du cli­mat, des orga­ni­sa­tions de pre­mière ligne, et des groupes de la socié­té civile ont fait connaître leur pré­sence. J’ai eu l’op­por­tu­ni­té de visi­ter Paris et de repré­sen­ter un groupe d’ac­tion directe d’éco­dé­fense de l’île de la Tor­tue, ain­si que de ren­con­trer et de sou­te­nir des amis (anciens et nou­veaux) dans l’or­ga­ni­sa­tion de leurs cam­pagnes en France, le soi-disant pays de la “Liber­té, Ega­li­té, Fra­ter­ni­té”.

It Takes Roots et le Indi­ge­nous Envi­ron­men­tal Net­work ont effec­tué une per­for­mance et se sont expri­més le 10 décembre 2015 devant le Mur de la Paix et la Tour Eif­fel à Paris, exi­geant que les droits à la terre des indi­gènes et les droits humains soient inclus dans l’ac­cord final de Paris ;

Les négo­cia­tions cli­ma­tiques, comme pré­vu, furent un échec com­plet. Les négo­cia­tions étaient lar­ge­ment menées par les USA et l’A­ra­bie Saou­dite, les­quels ont tout inté­rêt à ce que l’ad­dic­tion mon­diale aux com­bus­tibles fos­siles se per­pé­tue. L’A­ra­bie Saou­dite, en par­ti­cu­lier, a la répu­ta­tion de régu­liè­re­ment faire en sorte de sabo­ter les dis­cus­sions cli­ma­tiques afin de garan­tir son main­tien par­mi l’é­lite des pays pro­duc­teurs de pétrole. Pareille­ment, les USA, dont le sec­teur mili­taire est le prin­ci­pal émet­teur de gaz à effet de serre au monde, ain­si qu’une pré­sence mon­dia­le­ment inti­mi­dante — et dont la riche his­toire de vio­la­tions des droits humains me for­ce­rait à com­plè­te­ment faire dérailler cet article, si l’en­vie me pre­nait de la détailler — avaient beau­coup à perdre dans ces négo­cia­tions, et se sont bat­tus pour reti­rer les dis­po­si­tions rela­tives aux droits de l’homme de l’ac­cord final. Accord final qui sti­pule que les nations signa­taires sont d’ac­cord sur la limi­ta­tion du réchauf­fe­ment à 2°C, sur des efforts à four­nir pour même la limi­ter à 1,5°C, mais qui ne four­nit aucune mesure de comp­ta­bi­li­té de cette limi­ta­tion. Au contraire, l’ac­cord four­nit aux nations un cadre « faci­li­ta­teur, non-intru­sif, non-puni­tif ». Ce n’est abso­lu­ment pas le genre de poli­tique cli­ma­tique dont nous avons besoin, mais je ne suis pas sur­pris. La gou­ver­nance mon­diale ne s’est jamais sou­ciée de la san­té de la planète.

S’at­ten­dant éga­le­ment à ce genre d’ac­cord de la part des lea­ders mon­diaux, les orga­ni­sa­tions de ter­rain avaient pré­vu, pour se faire entendre, de mani­fes­ter le der­nier jour, pour se faire entendre. Mal­gré l’é­tat d’ur­gence mis en place à Paris après une nuit d’at­taques ter­ro­ristes en Novembre, les acti­vistes et les orga­ni­sa­teurs avaient pla­ni­fié un cer­tain nombre d’é­vé­ne­ments durant la confé­rence, culmi­nant en une marche mas­sive et un ras­sem­ble­ment le 12 décembre (D12). La mani­fes­ta­tion des « lignes rouges » a été orga­ni­sée par la Coa­li­tion Cli­mat 21, une coa­li­tion qui com­pre­nait des groupes comme 350.org, AVAAZ, OxFam, et le WWF, ain­si que nombre d’autres orga­ni­sa­tions plus petites repré­sen­tant diverses causes. Le thème des lignes rouges sym­bo­li­sait les « limites de la lutte cli­ma­tique à ne pas dépas­ser », et les condi­tions mini­mum per­met­tant une pla­nète habi­table, repré­sen­tées par une longue ban­de­role de 105 mètres de long, por­tée par une foule de plus de 15 000 per­sonnes habillées en rouge. Béné­fi­ciant d’une cou­ver­ture média­tique raco­leuse la qua­li­fiant de geste auda­cieux dans une ville ayant inter­dit les ras­sem­ble­ments publics, cette action a rapi­de­ment été qua­li­fiée de vic­toire par les diri­geants prin­ci­paux du mou­ve­ment cli­ma­tique ; à mes yeux, c’é­tait tout sauf ça. D’ailleurs, la mani­fes­ta­tion des Lignes Rouges était par­ti­cu­liè­re­ment trom­peuse. Les orga­ni­sa­teurs de l’ac­tion avaient négo­cié avec la police et le gou­ver­ne­ment fran­çais afin d’or­ga­ni­ser l’é­vé­ne­ment. Cen­sé encer­cler le site du Bour­get, le point culmi­nant de cette action a fina­le­ment encer­clé le Champ de Mars, un parc près de la Tour Eiff­fel, tan­dis que les par­ti­ci­pants étaient sou­mis à une fouille poli­cière, ne serait-ce que pour entrer dans le parc. Et ils osent par­ler d’une action audacieuse !

Des acti­vistes déroulent une ban­de­role « ligne rouge » de 105 mètres de long devant l’Arc de Triomphe le 12 décembre 2015, repré­sen­tant les condi­tions mini­males accep­tables pour une pla­nète habitable.

C’est pour cette rai­son que j’af­firme que le soi-disant « mou­ve­ment cli­ma­tique », appe­lé ain­si par 350.org, Avaaz, et leurs sem­blables, est mort. Une fois de plus, ceux d’entre nous en pre­mière ligne de la lutte cli­ma­tique, les indi­gènes défen­seurs de la Terre, les gens de cou­leur affron­tant la bru­ta­li­té poli­cière, le racisme, la gen­tri­fi­ca­tion des villes toxiques, les éco­guer­riers qui mettent leurs vies en jeu pour défendre les forêts, les mon­tagnes et les marais, ont été tra­his par notre propre « avant-garde » com­plai­sante. Nous ne pou­vons pas conti­nuer à attendre quoi que ce soit des groupes prêts à négo­cier avec l’é­tat. Nous n’a­vons pas le temps pour cela. Le mili­ta­risme et l’im­pé­ria­lisme cli­ma­tique sont les forces res­pon­sables de la situa­tion des réfu­giés cli­ma­tiques, et du nombre de morts qui ne cesse d’aug­men­ter rapi­de­ment. La répres­sion éta­tique entrave tout pro­grès réel vers la libé­ra­tion raciale, sociale et envi­ron­ne­men­tale. Les bar­rières éco­no­miques et sociales empêchent les quar­tiers pauvres de par­ve­nir à l’au­to­no­mie et à la rési­lience com­mu­nau­taire. La « jus­tice cli­ma­tique », un terme tel­le­ment gal­vau­dé qu’il ne signi­fie qua­si­ment plus rien, ne sera JAMAIS obte­nue en pas­sant des accords avec les forces res­pon­sables de — et tirant pro­fit de — l’é­co­cide et de l’op­pres­sion. Les lignes rouges que nous sommes cen­sés ne pas fran­chir ? Les grosses ONG vertes n’en ont que faire. Pire encore, nous atti­rons de nou­veaux mili­tants dans ce mou­ve­ment en leur pro­met­tant un chan­ge­ment par ce biais, et nous impré­gnons la jeu­nesse d’au­jourd’­hui qui lutte pour le cli­mat, les acti­vistes de pre­mier plan de demain, d’un opti­misme incons­cient. Au milieu de tous ces slo­gans cla­mant des « Nous sommes inar­rê­tables, un autre monde est pos­sible », le monde que nous habi­tons actuel­le­ment est bull­do­zé, nos actions, mani­fes­ta­tions, et reven­di­ca­tions sont sur­veillées, répri­mées, et réduites au silence.

Pour en savoir plus sur les liens entre les grandes ONGs et les corporations, un exemple, celui du WWF :

Voir, à ce propos, l'excellent documentaire de Wilfried Huismann, "Le silence des pandas"

Mais je pense que tout n’est pas per­du. Nous sommes une foule diver­si­fiée, nous sommes bien plus que cette expres­sion du « mou­ve­ment cli­ma­tique », et nous avons de nom­breuses forces, et fai­blesses. Cette expres­sion ne peut plus nous décrire, ou expri­mer notre véri­table poten­tiel. Nous nous bat­tons pour bien plus que le cli­mat ; nous nous bat­tons pour notre sur­vie et celle de notre pla­nète. Tan­dis que le com­plexe indus­triel non-lucra­tif agite ce dra­peau de la « jus­tice cli­ma­tique », et conti­nue ses négo­cia­tions avec l’ap­pa­reil éta­tique, plus de 7000 réfu­giés sont arri­vés au camp appe­lé « la jungle », situé à une heure et demie de Paris. Cher­ri Foyt­lin, une acti­viste et écri­vaine basée en Loui­siane, a visi­té la jungle pour en rendre compte. Selon son témoi­gnage, les connexions entre la dégra­da­tion envi­ron­ne­men­tale, la vio­lence mili­ta­riste, et le désastre éco­no­mique, sont fla­grantes. Les ten­dances impé­ria­listes et la déso­la­tion des éco­sys­tèmes sont la cause de cette crise, et nos luttes de ter­rain ne peuvent se per­mettre de ser­rer la main des res­pon­sables de ces catas­trophes mondiales.

Nous ne pre­nons pas à la légère notre posi­tion de mon­naie d’é­change sur l’é­chi­quier poli­tique. Je suis confor­té par le fait de ne pas être le seul à expo­ser la farce des ONG pour ce qu’elle est. Comme Sean Bed­lam, un acti­viste aus­tra­lien et vidéaste pour Whist­le­blo­wers, Acti­vists and Citi­zens Alliance (WACA, Lan­ceurs d’a­lertes, Acti­vistes et Alliance Citoyenne, en fran­çais), l’a dit ce soir-là : « Je suis… stu­pé­fait mais pas sur­pris que nous ayons été tra­his aujourd’­hui, à Paris, par ceux qui sont cen­sés être des nôtres ». WACA, ain­si que le groupe Cli­mate Guar­dian Angels (un groupe avec qui j’ai coopé­ré à de nom­breuses reprises durant la COP21), ont pous­sé à ce que la marche des lignes rouges se trans­forme en marche mas­sive de déso­béis­sance civile, en occu­pant le pont d’Ié­na pen­dant plus d’une heure. Ils n’é­taient pas les seuls à ne pas être satis­faits des évè­ne­ments du jour. Ce soir- là, une marche non-pla­ni­fiée et non-auto­ri­sée « pour ceux qui en ont assez du capi­ta­lisme vert et de la répres­sion éta­tique » a défi­lé dans les rues de Paris. A l’aide des tac­tiques du Black Bloc, les gens ont agi en toute auto­no­mie pour expri­mer leur rage et leur décep­tion face à un mou­ve­ment qui les lais­sait tom­ber et un sys­tème plus inté­res­sé par son auto-pré­ser­va­tion que par la lutte cli­ma­tique. Cette colère libé­rée sem­blait un contre­poids poi­gnant au polis­sage ayant eu lieu durant la COP21. Des cen­taines de per­sonnes hur­lèrent dans la nuit, scan­da­li­sées par les assi­gna­tions à rési­dence de plu­sieurs orga­ni­sa­teurs locaux, par les arres­ta­tions de cen­taines de mani­fes­tants, deux semaines plus tôt, place de la Répu­blique, et par le musel­le­ment des voix de ceux en pre­mière ligne, ces voix qui doivent être enten­dues. Même après la dis­per­sion du gaz lacry­mo­gène, les acti­vistes furent relâ­chés sans incul­pa­tions ni même identifications.

Durant mon séjour à Paris, j’ai constam­ment été ins­pi­ré par le tra­vail de nom­breux acti­vistes venus du monde entier. C’est là que repose notre force : nous ne pro­gres­se­rons pas, nous ne sau­ve­rons pas notre pla­nète en comp­tant sur les ONG prin­ci­pales, pour repré­sen­ter nos inté­rêts, mais en com­bi­nant nos cam­pagnes popu­laires. Que ce soit en tant que média­teur pour le Indi­ge­nous Envi­ron­men­tal Net­work [les Réseaux autoch­tones sur l’en­vi­ron­ne­ment] et pour It Takes Roots (une coa­li­tion de plu­sieurs POC en pre­mière ligne et de groupes indi­gènes pour la jus­tice sociale et envi­ron­ne­men­tale), en four­nis­sant un sup­port média­tique pour une coa­li­tion euro­péenne de Tree­Sit [occu­per un arbre, pour empê­cher sa coupe], ou en aidant à blo­quer les portes d’une cen­trale d’éner­gie pari­sienne impor­tante, avec des aus­tra­liens tou­chés par les pra­tiques d’ex­trac­tions minières de la com­pa­gnie, les connec­tions les plus pro­fondes et les ami­tiés les plus fortes que j’ai connues ont été direc­te­ment for­gées en aidant direc­te­ment d’autres éco­guer­riers dans leurs actions. C’est ce désir de conti­nuer à édi­fier de telles rela­tions qui ali­mente actuel­le­ment ma flamme inté­rieure. Cela per­son­na­lise les luttes, les rend concrètes, et urgentes. Nos forces sont en nous et en l’autre, et plus nous nous sou­te­nons direc­te­ment les uns les autres, concrè­te­ment, plus notre « mou­ve­ment » se ren­force. Tel un réseau de petits groupes popu­laires, tous conscients de la gra­vi­té de la situa­tion, nous sommes rési­lients et capables de construire le futur que nous vou­lons. Nous n’a­vons pas besoin des diri­geants des grosses ONG et de leurs com­pro­mis. Dans un com­mu­ni­qué publié par la délé­ga­tion It Takes Roots, les échecs de la direc­tion cli­ma­tique étaient jux­ta­po­sées à notre au besoin de conti­nuer notre tra­vail pour aller de l’a­vant : « Nous quit­tons Paris plus ali­gnés encore, plus impli­qués et convain­cus que jamais, par le fait que notre pou­voir col­lec­tif et notre mou­ve­ment qui prend de l’am­pleur, est ce qui pro­pulse la ques­tion de l’ex­trac­tion dans l’a­rène mon­diale. Nous conti­nue­rons à nous battre à tous les niveaux pour défendre nos com­mu­nau­tés, la Terre et les géné­ra­tions futures ». C’est cette impli­ca­tion qui sau­ve­ra la pla­nète, rien de moins.

Ducky Slow­code


Source

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delau­nay & Maria Grandy

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Bertrand Louart : « À écouter certains écolos, on a en effet l’impression que les machines nous tombent du ciel ! »

Nicolas Casaux : Je me suis entretenu avec Bertrand Louart, auteur, notamment, de Les êtres vivants ne sont pas des machines (La Lenteur), animateur de l'émission « Racine de moins un » (Radio Zinzine), rédacteur du bulletin de critique des sciences, des technologies et de la société industrielle Notes & Morceaux choisis (La Lenteur) [...]
Lire

Le Vent Se Lève, mais pas dans la bonne direction (par Nicolas Casaux)

Et donc, un « journaliste » : Pierre Gilbert. Travaillant pour un média « de gauche » : « Le Vent Se Lève » (LVSL). Le genre de média (de gauche, donc) qui te demande importunément de lui donner des sous dès l'instant où tu arrives sur son site (sans même te laisser l'opportunité, en premier lieu, de lire ce qu'il produit) ; le genre de média qui s'oppose à « l'adversaire néolibéral », à « l'hégémonie néolibérale », mais pas (pas dans le long texte qui le présente, du moins) au capitalisme, cependant qu'il se réclame de « la pensée marxiste ». Rien d'étonnant, la gauche, en somme. [...]
Lire

La journée australienne des secrets, des drapeaux et des lâches (par John Pilger)

C’était à l’aube d’un 26 janvier, il y a de nombreuses années, que je suis allé, avec des australiens indigènes et des non-indigènes, déposer des gerbes dans le port de Sydney. Nous nous étions rendus dans l’une de ces baies sablonneuses paradisiaques où d’autres s’étaient rassemblés comme autant de silhouettes, pour observer les bateaux de la "première flotte" britannique tandis qu’ils jetaient l’ancre, le 26 janvier 1788. Ce fut le moment précis où la seule île continent du monde fut volée à ses habitants ; selon l’euphémisme consacré, il s’agissait de "peuplement". Ce fut, comme l’a écrit Henry Reynolds, l’un des rares historiens australiens honnêtes, l’un des plus importants vols de terre de l’histoire du monde. [...]