La journée australienne des secrets, des drapeaux et des lâches (par John Pilger)

9ae3deca6381c2a9e1ecfec3d7b54303John Pil­ger est un jour­na­liste de natio­na­li­té Aus­tra­lienne, né à Syd­ney le 9 Octobre 1939, par­ti vivre au Royaume-Uni depuis 1962. Il est aujourd’hui basé à Londres et tra­vaille comme cor­res­pon­dant pour nombre de jour­naux, comme The Guar­dian ou le New Sta­tes­man.

Il a reçu deux fois le prix de meilleur jour­na­liste de l’année au Royaume-Uni (Britain’s Jour­na­list of the Year Award). Ses docu­men­taires, dif­fu­sés dans le monde entier, ont reçu de mul­tiples récom­penses au Royaume-Uni et dans d’autres pays.

John Pil­ger est membre, à l’instar de Van­da­na Shi­va et de Noam Chom­sky, de l’IOPS (Inter­na­tio­nal Orga­ni­za­tion for a Par­ti­ci­pa­to­ry Socie­ty), une orga­ni­sa­tion inter­na­tio­nale et non-gou­ver­ne­men­tale créée (mais encore en phase de créa­tion) dans le but de sou­te­nir l’activisme en faveur d’un monde meilleur, prô­nant des valeurs ou des prin­cipes comme l’autogestion, l’équité et la jus­tice, la soli­da­ri­té, l’anarchie et l’écologie.

Article ini­tia­le­ment publié le 21 jan­vier 2016, en anglais, sur le site offi­ciel de John Pil­ger, à cette adresse.


Le 26 jan­vier, l’un des jours les plus tristes de l’histoire de l’humanité, sera célé­bré en Aus­tra­lie. Il s’agira d’une « jour­née pour les familles », nous racontent les jour­naux que pos­sède Rupert Mur­doch. Des dra­peaux seront dis­tri­bués à tous les coins de rues et impri­més sur de drôles de cha­peaux. Les gens n’auront de cesse de répé­ter à quel point ils sont fiers.

Pour beau­coup, il y a du sou­la­ge­ment et de la gra­ti­tude. Au cours de ma vie, l’Australie non-indi­gène est pas­sée d’une socié­té anglo-irlan­daise à l’une des socié­tés les plus eth­ni­que­ment diverses de la Terre. Ceux que l’on appe­lait autre­fois les « nou­veaux Aus­tra­liens » choi­sissent sou­vent le 26 jan­vier, « Aus­tra­lia Day » (le jour de l’Australie), pour prê­ter ser­ment en tant que citoyens. Les céré­mo­nies sont par­fois émou­vantes. Obser­vez ces visages du Moyen-Orient et com­pre­nez pour­quoi ils s’accrochent à leur nou­veau drapeau.

C’était à l’aube d’un 26 jan­vier, il y a de nom­breuses années, que je suis allé, avec des aus­tra­liens indi­gènes et des non-indi­gènes, dépo­ser des gerbes dans le port de Syd­ney. Nous nous étions ren­dus dans l’une de ces baies sablon­neuses para­di­siaques où d’autres s’étaient ras­sem­blés comme autant de sil­houettes, pour obser­ver les bateaux de la « pre­mière flotte » bri­tan­nique tan­dis qu’ils jetaient l’ancre, le 26 jan­vier 1788. Ce fut le moment pré­cis où la seule île conti­nent du monde fut volée à ses habi­tants ; selon l’euphémisme consa­cré, il s’agissait de « peu­ple­ment ». Ce fut, comme l’a écrit Hen­ry Rey­nolds, l’un des rares his­to­riens aus­tra­liens hon­nêtes, l’un des plus impor­tants vols de terre de l’histoire du monde. Il décrit le mas­sacre qui s’ensuivit comme « un mur­mure dans nos cœurs ».

1896 : des pri­son­niers abo­ri­gènes enchai­nés, pho­to­gra­phiés devant Roe­bourne Gaol (pri­son en Aus­tra­lie Occidentale).

Les Aus­tra­liens ori­gi­nels sont la pré­sence humaine la plus ancienne. Pour les enva­his­seurs euro­péens, ils n’existaient pas dans la mesure où leur conti­nent avait été décla­ré Ter­ra Nul­lius : « ter­ri­toire sans maître ». Afin de jus­ti­fier cette fic­tion, un mas­sacre de masse fut ordon­né. En 1838, le Syd­ney Moni­tor rap­por­ta : « il fut déci­dé d’entièrement exter­mi­ner la race noire de cet endroit ». Cela fai­sait réfé­rence au peuple Darug, qui vivait le long du grand fleuve Haw­kes­bu­ry, pas loin de Syd­ney. Avec une remar­quable ingé­nui­té, et sans armes, ils menèrent une résis­tance épique, qui demeure encore qua­si­ment un secret natio­nal. Dans un pays jon­ché de céno­taphes en hom­mage aux colons aus­tra­liens morts prin­ci­pa­le­ment lors des guerres impé­riales, per­sonne ne prend par­ti pour ces guer­riers qui lut­tèrent et tom­bèrent en défen­dant l’Australie.

Cette véri­té n’a pas sa place dans la conscience aus­tra­lienne. Par­mi les nations colo­niales comp­tant des popu­la­tions indi­gènes, et à l’exception d’une « excuse » sim­pliste en 2008, seule l’Australie a refu­sé d’as­su­mer son pas­sé colo­nial hon­teux. Un célèbre film d’Hollywood, Sol­dier Blue (sol­dat bleu), en 1970, a inver­sé les sté­réo­types raciaux, offrant aux Etats-Uniens un aper­çu de leur géno­cide au sein de leurs propres « colo­nies » mythiques. Près d’un demi-siècle plus tard, on peut dire qu’un film équi­valent ne pour­rait jamais être pro­duit en Australie.

En 2014, alors que je cher­chais un dis­tri­bu­teur local pour mon propre film, Uto­pia, qui raconte l’histoire du géno­cide aus­tra­lien, un grand nom du busi­ness m’an­non­ça : « Pas ques­tion que je dis­tri­bue ça. Le public ne l’accepterait jamais ».

[Un extrait de l’ex­cellent docu­men­taire de John Pil­ger, dont il parle ici, « Utopia »:]

Il avait tort – jusqu’à un cer­tain point. Lorsque Uto­pia est sor­ti à Syd­ney quelques jours avant le 26 jan­vier, sous les étoiles, sur une terre vacante, dans une zone indi­gène de la ville appe­lée The Block, plus de 4000 per­sonnes se pré­sen­tèrent, non-indi­gènes en majo­ri­té. Beau­coup avaient tra­ver­sé le conti­nent. Des lea­ders indi­gènes qui appa­rais­saient dans le film se tenaient devant l’écran et par­laient en « langue » : la leur. Rien de tel ne s’était jamais pro­duit aupa­ra­vant. Pour­tant, la presse était absente. Pour la com­mu­nau­té géné­rale, c’était comme si rien ne s’était pro­duit. L’Australie est une mur­do­chra­tie, domi­née par l’ethos d’un homme ayant échan­gé sa natio­na­li­té contre le réseau de la Fox des États-Unis.

La star Indi­gène de foot­ball aus­tra­lien Adam Goodes a écrit de manière tou­chante au Syd­ney Mor­ning Herald exi­geant que « le silence soit bri­sé ». « Ima­gi­nez-vous », a‑t-il écrit, « en train de regar­der un film qui racon­te­rait la véri­té sur les ter­ribles injus­tices com­mises contre votre peuple, un film qui révè­le­rait com­ment les Euro­péens, et les gou­ver­ne­ments qui ont diri­gé ce pays, ont vio­lé, tué et volé votre peuple pour leurs propres inté­rêts ».

« Et main­te­nant ima­gi­nez com­ment vous vous sen­ti­riez si les gens ayant le plus béné­fi­cié de ces viols, de ces meurtres et de ces vols – ceux qui ont ordon­né et tiré pro­fit de l’oppression – se détour­naient, écœu­rés, devant qui­conque cher­chant à les révéler. »

Goodes lui-même avait déjà bri­sé le silence lorsqu’il a résis­té aux insultes racistes dont lui, ain­si que d’autres per­son­na­li­tés spor­tives indi­gènes, ont été l’ob­jet. Ce cou­ra­geux et talen­tueux joueur a pris sa retraite l’an der­nier, alors qu’il fai­sait l’objet d’un dis­cré­dit avec « la nation spor­tive divi­sée à son sujet », ain­si que l’a écrit un com­men­ta­teur. En Aus­tra­lie, il est res­pec­table d’être « divi­sé » quant à l’opposition au racisme.

Le « Jour de l’Australie » (Aus­tra­lia Day) 2016 — les indi­gènes pré­fèrent l’appeler le Jour de l’Invasion (Inva­sion Day) ou le Jour de la Sur­vie (Sur­vi­val Day) — on ne recon­naî­tra pas que la sin­gu­la­ri­té de l’Australie réside dans son peuple pre­mier, ain­si que dans une men­ta­li­té colo­niale enra­ci­née qui devrait être un embar­ras constant pour une nation indé­pen­dante. Cette men­ta­li­té s’exprime de plu­sieurs façons, d’une poli­tique sou­mise devant les voraces États-Unis à un mépris qua­si­ment habi­tuel des indi­gènes d’Australie, comme un écho du « kaf­fir » — ce terme raciste uti­li­sé en Afrique du Sud.

« D’a­bord nos enfants, main­te­nant nos mai­sons, le gou­ver­ne­ment aus­tra­lien déplace notre peuple depuis 1788 » / « Nous sommes tou­jours là »

L’apartheid est sous-jacent dans la socié­té aus­tra­lienne. A une courte dis­tance de vol de Syd­ney, les popu­la­tions Indi­gènes vivent des vies par­mi les plus courtes. Les hommes meurent sou­vent avant d’atteindre 45 ans. Ils meurent de mala­dies dignes d’un roman de Dickens, comme les rhu­ma­tismes car­diaques. Les enfants deviennent aveugles à la suite d’un tra­chome, et sourds à la suite d’une otite moyenne, des mala­dies liées à la pau­vre­té. Un méde­cin m’a dit, « j’ai vou­lu don­ner un anti-inflam­ma­toire à une patiente, pour une infec­tion qui aurait pu être évi­tée si les condi­tions de vie avaient été meilleures, mais je n’ai pas pu la trai­ter parce qu’elle n’avait pas assez de nour­ri­ture à man­ger, et qu’elle ne pou­vait donc pas ingé­rer les com­pri­més. J’ai par­fois l’impression d’avoir affaire aux mêmes condi­tions que celles de la classe ouvrière bri­tan­nique du début de la révo­lu­tion indus­trielle ».

Le racisme qui per­met cela au cœur de l’une des socié­tés les plus pri­vi­lé­giées de la Terre est pro­fon­dé­ment enra­ci­né. Dans les années 1920, un « pro­tec­teur des abo­ri­gènes » a super­vi­sé le vol d’enfants métis, en expli­quant qu’il s’a­gis­sait « de les éle­ver de manière à éli­mi­ner la cou­leur ». Aujourd’hui, des nombres records d’enfants Indi­gènes sont reti­rés de leurs foyers et beau­coup ne revoient jamais leurs familles. Le 11 février, un groupe exal­tant appe­lé « Grands-mères contre les Enlè­ve­ments » (Grand­mo­thers Against Remo­vals) pren­dra la tête d’une marche sur le par­le­ment fédé­ral à Can­ber­ra, exi­geant le retour des enfants volés.

« 231 années de dépos­ses­sion et de géno­cide, ça se fête ? »

L’Australie sus­cite l’envie des gou­ver­ne­ments euro­péens qui clô­turent actuel­le­ment leurs fron­tières autre­fois ouvertes, tout en invi­tant le fas­cisme, comme en Hon­grie. Les réfu­giés qui osent mettre le cap sur l’Australie à bord de bateaux sur­peu­plés sont depuis long­temps trai­tés comme des cri­mi­nels, ain­si que les « pas­seurs », que les médias aus­tra­liens mettent en avant pour détour­ner l’at­ten­tion de l’im­mo­ra­li­té et de la cri­mi­na­li­té de leur propre gou­ver­ne­ment. Les réfu­giés sont confi­nés der­rière des bar­be­lés pen­dant une durée moyenne de plus d’un an, cer­tains indé­fi­ni­ment, dans des condi­tions bar­bares ayant entraî­né des auto­mu­ti­la­tions, des meurtres, des sui­cides et des mala­dies men­tales. Les enfants ne sont pas épar­gnés. Un gou­lag aus­tra­lien diri­gé par de sinistres firmes de sécu­ri­té pri­vée com­prend des camps de concen­tra­tion sur les îles iso­lées de Manus et de Nau­ru dans le Paci­fique. Les gens n’ont sou­vent aucune idée de la date de leur libé­ra­tion, si libé­ra­tion il y a.

L’armée aus­tra­lienne — dont les hauts-faits sont le sujet de gros volumes exempts de toute cri­tique qui rem­plissent les éta­gères des kiosques d’aéroport — a joué un rôle impor­tant dans le « ren­voi des bateaux » des réfu­giés fuyant les guerres, comme celle d’Irak, déclen­chée et pro­lon­gée par les états-uniens et leurs mer­ce­naires aus­tra­liens. Aucune iro­nie et aucune res­pon­sa­bi­li­té ne trans­pa­raît à tra­vers ce rôle lâche.

En ce Jour de l’Australie, la « fier­té des ser­vices » sera mise en avant. Cette fier­té s’étend au Minis­tère aus­tra­lien de l’Im­mi­gra­tion, qui envoie des gens dans son Gou­lag pour « trai­te­ment extra­ter­ri­to­rial », sou­vent arbi­trai­re­ment, les lais­sant pour­rir dans le deuil et le déses­poir. La semaine der­nière, il a été annon­cé que les repré­sen­tants du minis­tère de l’immigration avaient dépen­sé 400 000 dol­lars pour des médailles qu’ils allaient héroï­que­ment s’auto-attribuer. His­sez les drapeaux.

John Pil­ger


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Édi­tion & Révi­sion : Hélé­na Delau­nay & Maria Grandy

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’Afrique et le business de la misère

Les années passent, les rapports d’ONG se suivent, les drames s’enchaînent, l’Afrique est toujours pillée. Asservie par les multinationales des pays riches et par leurs institutions financières, ses peuplades et ses cultures ont été massacrées et bouleversées par la colonisation, que l’on appelle désormais « mondialisation ». La situation du Congo illustre bien celle de l’Afrique en général. [...]