Transphobie, antisémitisme, etc. : réponse au piètre Gelderloos et aux chancres de l’antifascisme (par Nicolas Casaux)

« Je suis frap­pé depuis quelques années par l’opération de médi­ca­li­sa­tion sys­té­ma­tique dont sont l’objet tous ceux qui ne pensent pas dans la juste ligne : on les taxe de pho­bie. Et per­sonne n’ose seule­ment délé­gi­ti­mer cette expres­sion en la pro­blé­ma­ti­sant (c’est-à-dire en disant ce que se devrait de dire à tout pro­pos un intel­lec­tuel : qu’est-ce que, au fait, ça signi­fie ?). Il y a main­te­nant des phobes pour tout, des homo­phobes, des gyno­phobes (encore appe­lés machistes ou sexistes), des euro­phobes, etc. Une pho­bie, c’est une névrose : est-ce qu’on va dis­cu­ter, débattre, avec un névro­sé au der­nier degré ? Non, on va l’envoyer se faire soi­gner, on va le four­rer à l’asile, on va le mettre en cage. Dans la cage aux phobes. »

— Phi­lippe Muray, Exor­cismes spi­ri­tuels III (2002)

« Contre le des­sè­che­ment de la pen­sée par la répé­ti­tion pares­seuse de sem­pi­ter­nels lieux com­muns ou par une fré­né­sie concep­tua­li­sa­trice fai­sant sou­vent fi de toute rigueur, l’exercice scru­pu­leux de l’esprit cri­tique mérite, me semble-t-il, d’être ins­tam­ment réha­bi­li­té. […] J’entends par esprit cri­tique l’attitude consis­tant à ne por­ter des juge­ments que sur ce que l’on s’est d’abord effor­cé de com­prendre ; à recou­rir autant que faire se peut à des sources d’information de pre­mière main plu­tôt qu’à des syn­thèses toutes faites ; à ne rien tenir pour défi­ni­ti­ve­ment acquis et à refu­ser par prin­cipe tout argu­ment d’autorité ; à se méfier de l’admiration sté­ri­li­sante comme des aspi­ra­tions pué­riles à l’originalité ; à tou­jours se deman­der si ce dont on parle existe réel­le­ment, pour­quoi cer­tains dis­cours paraissent sédui­sants alors qu’ils ne résistent pas à un exa­men appro­fon­di, et com­ment faire en sorte qu’une pen­sée soit à la fois logi­que­ment cohé­rente et empi­ri­que­ment véri­fiable, rigou­reu­se­ment argu­men­tée et ouverte à la dis­cus­sion, même lorsque celle-ci prend une tour­nure polémique. »

— Jean-Marc Man­do­sio, D’or et de sable (2008)

Les insultes donnent-elles plus de poids à un argu­men­taire ? Il faut croire que Gel­der­loos le pense, qui me traite de toutes sortes de choses et me prête toutes sortes de posi­tions dans un texte récem­ment tra­duit de l’anglais par « le Groupe Anti­fas­ciste Lyon et Envi­rons », et publié sur le site Rebellyon.info[1]. Ce texte, truf­fé de men­songes, par­fois par omis­sion, de calom­nies et d’absurdités en tous genres, qui s’apparente à une longue injure, appelle une mise au point. Voi­ci donc :

1. Tout d’abord, et contrai­re­ment à ce dont m’accusent Gel­der­loos, le site Rebel­lyon et le groupe tra­duc­teur du texte de Gel­der­loos, je n’ai aucun pro­blème avec les « per­sonnes trans ». Aucun. Bien évi­dem­ment. Je ne pense pas et ne dit aucu­ne­ment que les per­sonnes trans posent pro­blème. Je pense, et c’est un mini­mum, que per­sonne ne devrait être déni­gré ou oppri­mé de quelque façon en rai­son d’orientations ou de pré­fé­rences sexuelles, d’une appa­rence phy­sique, d’un âge, d’un sta­tut social, etc. Les « per­sonnes trans » devraient — évi­dem­ment — béné­fi­cier de la même liber­té, des mêmes droits que tout un cha­cun. Ce qui me pose pro­blème, ce que je pré­sente comme un pro­blème, ce sont ces mili­tants ou acti­vistes trans, ou pro-trans, qui cherchent à impo­ser un dis­cours, des normes, visant à confé­rer des droits à cer­tains indi­vi­dus, mais des droits qui viennent empié­ter sur — et rogner les — droits d’autres groupes sociaux, et notam­ment des femmes, sur la base d’une idéo­lo­gie spé­ci­fique. Mais je vais y venir.

2. La seconde chose que je tiens à sou­li­gner, c’est que l’ar­ticle sur lequel Gel­der­loos s’ap­puie pour jus­ti­fier ses insultes a été reti­ré de notre site web parce qu’il man­quait de nuances. On peut se poser des ques­tions sur l’intérêt et la per­ti­nence de cri­ti­quer un texte ayant été rapi­de­ment sup­pri­mé après publi­ca­tion, mais admet­tons. Sur ce point, et c’est bien le seul, Gel­der­loos a rai­son. J’aurais pu et dû intro­duire davan­tage de détails dans ma pers­pec­tive. Ce que je me pro­pose donc de faire ici.

3. Gel­der­loos me reproche de pré­tendre qu’il y aurait « un seul cou­rant queer homo­gène », ce qui, selon lui, est faux. Admet­tons que divers groupes se récla­mant du concept « queer » pro­fessent dif­fé­rentes pers­pec­tives poli­tiques, éco­no­miques, etc., la théo­rie queer, comme l’indique l’article défi­ni « la », est « une » théo­rie. Il existe une seule théo­rie queer, pas plu­sieurs. Les dif­fé­rents groupes queer exis­tants relèvent au final de cette même idéo­lo­gie[2] ou, si vous pré­fé­rez, d’un même cor­pus théo­rique — issu du très oppri­mé et fon­ciè­re­ment révo­lu­tion­naire milieu uni­ver­si­taire états-unien.

4. Gel­der­loos affirme que je « tente de confondre « les per­sonnes trans » avec les « trans­hu­ma­nistes » », que c’est « une mani­pu­la­tion », et que « même si des per­sonnes peuvent être trans­genre et trans­hu­ma­niste, ces deux concepts n’ont pas grand chose en com­mun à part le fait qu’ils par­tagent le même pré­fixe ». La seule mani­pu­la­tion, ici, est dans la manière dont il inter­prète et pré­sente mon pro­pos. Dans le texte en ques­tion, je sou­li­gnais un lien, bien réel, entre une cer­taine idéo­lo­gie trans­gen­riste pro­mue par des mili­tants ou acti­vistes trans, sur laquelle je vais reve­nir, et le trans­hu­ma­nisme. Lien qui est reven­di­qué par cer­tains trans­hu­ma­nistes éga­le­ment « trans­genres », comme Mar­tine Roth­blatt, et qui peut s’expliquer par une accoin­tance idéo­lo­gique, sur laquelle je vais éga­le­ment revenir.

5. Gel­der­loos éta­blit une asso­cia­tion entre cer­taines pra­tiques de socié­tés autoch­tones, non indus­trielles, par exemple avec « la spi­ri­tua­li­té avec des individu.es à deux esprits » (« bis­pi­rua­li­té » amé­rin­dienne) et le non-bina­risme de la socié­té indus­trielle. Or, de nom­breux autoch­tones ont expli­qué et conti­nuent de faire valoir que cette asso­cia­tion, cette assi­mi­la­tion n’a pas lieu d’être, s’agissant de concepts bien trop dif­fé­rents[3].

6. Gel­der­loos m’accuse, au motif que je n’abordais pas le sujet dans l’article qu’il cri­tique — au moyen, donc, d’une rhé­to­rique de haut vol —, de sou­te­nir les muti­la­tions médi­cales infli­gées aux per­sonnes dites « inter­sexes ». Je ne sou­tiens évi­dem­ment pas ces opé­ra­tions non néces­saires, ces atro­ci­tés. D’ailleurs, les per­sonnes inter­sexes (ou non) qui militent très jus­te­ment contre ces muti­la­tions, contre la muti­la­tion du corps d’un indi­vi­du au nom des normes socio-cultu­relles de la civi­li­sa­tion occi­den­tale, rejoignent, étrange iro­nie, les fémi­nistes radi­cales qui militent éga­le­ment contre la muti­la­tion du corps d’un indi­vi­du au nom des normes de genre de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle. Seule­ment, ces fémi­nistes radi­cales, dont je par­tage la pers­pec­tive, sont lapi­dai­re­ment accu­sées de « trans­pho­bie » par ceux qui pré­fèrent insul­ter plu­tôt que de prendre le temps d’é­chan­ger et de comprendre.

7. Gel­der­loos m’accuse de « fri­ser le racisme » au motif que j’idéaliserais les cultures non-occi­den­tales — tout en géné­ra­li­sant sur les­dites cultures quand il s’agit de ratio­na­li­ser ou de jus­ti­fier tout ce qui se rap­porte au concept de trans dans la culture tech­no-indus­trielle occi­den­tale. J’ai moi-même quelques pro­blèmes avec le pri­mi­ti­visme pré­ci­sé­ment pour cette rai­son qu’il repose sur une telle idéa­li­sa­tion. Alors je vais essayer d’être aus­si clair que pos­sible : je ne crois pas que les cultures autoch­tones, non indus­trielles, dites « tra­di­tion­nelles », chas­seurs-cueilleurs ou d’horticulteurs, soient par­faites, ni qu’elles relèvent toutes d’un même modèle. Je crois que la réa­li­té est beau­coup plus com­plexe, et que si cer­taines d’entre elles par­tagent des carac­té­ris­tiques, et par­fois des carac­té­ris­tiques très inté­res­santes, elles témoignent sur­tout d’une incroyable diver­si­té. Ce qui rend ces cultures si pré­cieuses, c’est qu’elles sont, pour cer­taines, et contrai­re­ment à la nôtre, éco­lo­gi­que­ment sou­te­nables, et/ou socia­le­ment plus équi­tables, qu’elles nous per­mettent d’i­ma­gi­ner et de conce­voir d’autres rap­ports au vivant, d’autres manières de vivre. Apprendre du pas­sé, connaître le pas­sé, pour mieux nous connaître, pour entre­voir d’autres pos­si­bi­li­tés, pour ima­gi­ner des manières de sor­tir du désastre actuel.

8. Gel­der­loos écrit : « Des apports de l’archéologie démontre[nt] que des socié­tés non-urbaines et non-indus­trielles pra­ti­quaient la chi­rur­gie de réas­si­gna­tion sexuelle comme elles pra­ti­quaient l’odontologie ». L’air de dire : « vu qu’il idéa­lise ces cultures, si je lui dis qu’elles pra­ti­quaient une sorte d’équivalent de la chi­rur­gie de “réas­si­gna­tion sexuelle”, alors il ne pour­ra qu’être en faveur de cette pra­tique ». Autre sophisme. Le seul fait que d’autres cultures, autres que la culture occi­den­tale, aient adop­té, par le pas­sé — ou recourent actuel­le­ment à — cer­taines pra­tiques, ne signi­fie aucu­ne­ment que les­dites pra­tiques soient bonnes, justes, sou­hai­tables. On peut bien, ou non, les juger simi­laires à cer­taines pra­tiques modernes de la socié­té indus­trielle, mais cela ne nous dit rien de leurs dési­ra­bi­li­tés, de leurs jus­tesses, de leurs per­ti­nences, de leurs mora­li­tés — ni de celles de la socié­té indus­trielle, ni des autres. Un tel rai­son­ne­ment — rela­ti­visme moral — nous amè­ne­rait à sou­te­nir l’excision, et toutes sortes d’ignominies. Il n’y a aucune rai­son de croire que tout ce que fai­saient ou que font les « socié­tés non-urbaines et non-indus­trielles » est juste et bon. Aus­si, les nom­breuses asso­cia­tions faites, en vue de le légi­ti­mer, de le ratio­na­li­ser, entre le trans­gen­risme et diverses pra­tiques his­to­riques rele­vant de diverses cultures ou socié­tés relèvent bien sou­vent de l’ab­surde étant don­né que les socié­tés et cultures dans les­quelles les défen­seurs du trans­gen­risme sont allés pio­cher des exemples (des phé­no­mènes cor­res­pon­dant selon eux au trans­gen­risme de la socié­té indus­trielle) sont tou­jours patriar­cales. En employant cet argu­ment, ils ne font qu’in­vo­lon­tai­re­ment mettre en lumière le carac­tère patriar­cal du transgenrisme.

9. Gel­der­loos affirme, et encore une fois, sans le moindre élé­ment de preuve, que le recours aux blo­queurs de puber­té est « rela­ti­ve­ment bénin ». C’est plus que dis­cu­table. Le moins qu’on puisse dire, c’est que nous ne savons pas (encore) grand-chose des effets du recours à ces médi­ca­ments, mais que le sujet est très contro­ver­sé[4], et qu’on les soup­çonne d’ores et déjà, entre autres, de pou­voir pro­vo­quer l’infertilité et de per­tur­ber le déve­lop­pe­ment osseux[5].

10. Gel­der­loos m’accuse d’adhérer « aux visions essen­tia­listes de la nature et des corps ». Accu­sa­tion infon­dée, encore une fois. L’es­sen­tia­lisme, en l’occurrence, consis­te­rait à consi­dé­rer que la bio­lo­gie déter­mine inté­gra­le­ment les goûts, le carac­tère, la per­son­na­li­té et la phy­sio­lo­gie de l’in­di­vi­du. Or, à l’instar d’Anne-Emmanuelle Ber­ger, direc­trice de l’Institut du genre au CNRS, pro­fes­seure de lit­té­ra­ture et d’études de genre, je constate que : « Ce qui fait l’humain, c’est l’interaction constante et réci­proque entre des pro­ces­sus bio­lo­giques et des pro­ces­sus de socia­li­sa­tion, de façon­nage par les cultures. » La bio­lo­gie ne fait pas tout, mais la bio­lo­gie ne peut pas être niée, occul­tée. Ce n’est pas parce que l’on pos­sède un uté­rus que l’on est vouée à être domi­née, exploi­tée, oppri­mée et ce n’est pas parce que l’on pos­sède un pénis que l’on est voué à domi­ner, exploi­ter, oppri­mer. Le pro­blème du patriar­cat est cultu­rel, et non bio­lo­gique, mais il repose sur la bio­lo­gie. Gel­der­loos sug­gère en outre, très sub­ti­le­ment, que ma pré­ten­due adhé­sion « aux visions essen­tia­listes de la nature et des corps » me rap­proche de la rhé­to­rique « du fas­cisme » (on note­ra l’essentialisation du fas­cisme), autre sophisme par association.

11. Si j’ai employé le pro­nom « il » pour par­ler de Roth­blatt, ce n’est pas parce que je suis un salaud irres­pec­tueux des volon­tés de ceux qui sou­haitent qu’on s’adresse à eux en uti­li­sant le pro­nom de leur choix, mais pour faire res­sor­tir un abus lan­ga­gier. Il est, en effet, un abus de lan­gage de par­ler de « chi­rur­gie de réat­tri­bu­tion sexuelle (ou de réas­si­gna­tion sexuelle) ». Comme on peut le lire sur le site transparis.fr : « En règle géné­rale l’intervention chi­rur­gi­cale per­met d’obtenir des organes géni­taux d’apparence exté­rieure natu­relle et très voi­sine de l’anatomie fémi­nine, avec une fonc­tion sexuelle très satis­fai­sante. » La chi­rur­gie dite de réat­tri­bu­tion ou de réas­si­gna­tion sexuelle change « l’apparence » des organes géni­taux. Elle ne change pas le sexe bio­lo­gique du corps d’une per­sonne, le carac­tère sexué de toutes ses cel­lules. Un homme, « mâle adulte de l’es­pèce humaine », « être humain doué de carac­tères sexuels mas­cu­lins », reste un homme, même après une telle opé­ra­tion, à la dif­fé­rence près que ses organes géni­taux auront l’apparence d’organes géni­taux fémi­nins. Cela fait par­tie des rai­sons pour les­quelles cer­taines fémi­nistes radi­cales, dont je par­tage le point de vue sur le sujet, ne consi­dèrent pas qu’une trans­femme est une femme.

12. Tout en m’accusant d’étranges et insen­sées inten­tions ima­gi­naires, Gel­der­loos par­vient à pas­ser sous silence la prin­ci­pale rai­son pour laquelle je men­tionne Mar­tine Roth­blatt, à savoir son livre qui expose — très expli­ci­te­ment, c’est dans le titre — un lien entre trans­gen­risme et trans­hu­ma­nisme, l’idéologie ain­si pro­mue. Je me per­mets donc de repro­duire ce que j’avais écrit dans l’article en question :

« Né homme, ce PDG de l’entreprise états-unienne de bio­tech­no­lo­gie Uni­ted The­ra­peu­tics est aus­si l’auteur d’un livre paru en 1995, inti­tu­lé L’Apartheid des sexes : mani­feste pour la liber­té de genre et d’un autre, plus récent, sorte de révi­sion du pre­mier, inti­tu­lé From Trans­gen­der to Trans­hu­man : A Mani­fes­to on the Free­dom of Form (« De trans­genre à trans­hu­main : mani­feste sur la liber­té de forme »). « Futu­riste convain­cue que la tech­no­lo­gie peut libé­rer l’être humain de ses limites bio­lo­giques – l’infertilité, la mala­die, la déchéance, et même la mort », Mar­tine a créé sa propre fon­da­tion trans­hu­ma­niste, Tera­sem (« fon­da­tion dont l’objectif est de par­ve­nir à l’immortalité et à la “cyber­cons­cience” par le biais de la cryo­gé­nie et de l’intelligence arti­fi­cielle »). Et afin de vaincre la mala­die, la déchéance et la mort, Mar­tine finance Revi­vi­cor, une com­pa­gnie qui « pro­duit des cochons géné­ti­que­ment modi­fiés » [sic], comme autant de « réser­voirs d’organes qui pour­raient à l’avenir être trans­plan­tés chez l’homme » (du moins, chez ceux qui en ont les moyens). Sachant qu’afin « de rendre les pou­mons de porcs com­pa­tibles avec les humains, Roth­blatt a esti­mé que 12 modi­fi­ca­tions doivent être appor­tées au génome du porc ». Mar­tine Roth­blatt est éga­le­ment un fervent eugé­niste qui sou­haite « per­mettre aux parents de créer des embryons cus­to­mi­sés » en leur octroyant une « liber­té com­plète de don­ner nais­sance au génome » qui leur plaît. Au pas­sage, sou­li­gnons l’ironie qui veut qu’en 2014 [2013], Mar­tine a été la femme PDG la mieux payée des USA (la femme PDG la mieux payée est [était] donc un homme). »

Mani­fes­te­ment, la ques­tion du salaire n’était pas du tout la rai­son prin­ci­pale de mon inté­rêt pour Mar­tine. Je sou­ligne sim­ple­ment cela « au pas­sage ». « Au pas­sage », c’est pour­tant clair, non ? Or, tout en évi­tant soi­gneu­se­ment de s’intéresser à cette rai­son prin­ci­pale, au livre, et à son conte­nu idéo­lo­gique (« nous ne devrions pas être sur­pris que le trans­hu­ma­nisme sur­gisse de l’aine du trans­gen­risme », nous dit Roth­blatt), Gel­der­loos m’accuse d’avoir choi­si « une per­sonne trans au hasard » mais « qui gagne beau­coup d’argent » — si j’avais choi­si en fonc­tion du salaire, ce ne serait pas du hasard, mais pas­sons. Il se perd alors dans une recherche Google insen­sée de salaires et de posi­tions entre­pre­neu­riales. Et vu qu’il m’accuse d’avoir par­lé de Roth­blatt à cause d’une ques­tion finan­cière, à cause de son salaire — ce qui, on l’a vu, est faux — il m’accuse ensuite d’antisémitisme. Vous sui­vez ? Jusque-là : raciste, fas­ciste, et anti­sé­mite. Et ce n’est pas fini. En outre, Gel­der­loos semble n’avoir pas com­pris que si je men­tion­nais, « au pas­sage », son salaire, c’est en rai­son de l’ironie du fait qu’en 2013, « la femme la mieux payée des États-Unis » (dixit Vani­ty Fair) était donc, tech­ni­que­ment, un homme.

13. Gel­der­loos m’accuse de copier « les tac­tiques de l’extrême-droite, en pré­ten­dant qu’un groupe com­plè­te­ment mar­gi­na­li­sé contrô­le­rait les médias ». Autre men­songe. Je n’ai jamais pré­ten­du qu’ « un groupe com­plè­te­ment mar­gi­na­li­sé contrôle[rait] les médias » (par quoi il sug­gère que j’ai affir­mé quelque chose comme : « les trans contrôlent les médias »). En revanche, j’ai men­tion­né un fait. Le film docu­men­taire inti­tu­lé Trans­gen­der Kids : Who Knows Best ? (Les enfants trans­genres : qui sait mieux ?), réa­li­sé par la BBC, a bel et bien été dépro­gram­mé par la chaine CBC, au Cana­da, après des plaintes de per­sonnes « qui n’ap­pré­ciaient pas le mes­sage véhi­cu­lé ». J’ai donc sim­ple­ment rap­por­té ce qu’il s’est lit­té­ra­le­ment pas­sé. Sous la pres­sion d’un groupe d’individus défen­dant cer­tains inté­rêts (la défi­ni­tion même d’un « lob­by », terme que j’emploie) liés aux trans, le docu­men­taire a été dépro­gram­mé. La chaîne a déci­dé de ne pas le dif­fu­ser. Ce qui signi­fie sim­ple­ment que ce groupe d’intérêt, ces indi­vi­dus dis­posent d’une cer­taine influence sur les médias (étant don­né que ce n’est pas la seule et unique fois qu’un tel évè­ne­ment s’est pro­duit ; l’influence de ce groupe de pres­sion est telle qu’il par­vient à cen­su­rer la publi­ca­tion de livres[6], à exclure cer­taines per­sonnes de Twit­ter pour les réduire au silence[7], à faire annu­ler confé­rences et inter­ven­tions[8], à faire inter­dire les recherches d’un uni­ver­si­taire cher­chant à étu­dier le sujet de la détran­si­tion[9], c’est-à-dire des per­sonnes trans ayant effec­tué une « tran­si­tion » et le regret­tant, etc.). Et « dis­po­ser d’une cer­taine influence sur », ce n’est pas la même chose que « contrô­ler ». Tout le monde devrait être en mesure de le com­prendre. Pas Gel­der­loos, qui se per­met encore une fois de vicieu­se­ment défor­mer mon pro­pos pour for­mu­ler une autre calom­nie. Car atten­tion ! Le rap­por­ter, énon­cer ce fait que le docu­men­taire a été cen­su­ré suite à la pres­sion d’un groupe d’individus, vous place auto­ma­ti­que­ment dans le camp de ceux qui « copient l’extrême-droite », ce qui vous rap­proche du fas­cisme. Les mul­tiples sophismes par asso­cia­tion qui consti­tuent la rhé­to­rique de bien trop d’inquisiteurs modernes — de droite comme de gauche ou d’extrême-gauche, ou de gauche « radi­cale » — sont une insulte et une attaque contre la pen­sée cri­tique, contre la rai­son, et contre la signi­fi­ca­tion, char­gée, de ces mots qu’ils emploient n’importe com­ment, comme d’autres lan­çaient des ana­thèmes afin de ban­nir, d’excommunier « quel­qu’un pour cause d’hé­ré­sie de la com­mu­nau­té des fidèles ». « À chaque époque ses héré­tiques, à chaque époque son inqui­si­tion », remar­quait Traven.

14. Jamais à court de sophismes, Gel­der­loos écrit : « Mon objec­tif est de mon­trer que la posi­tion de Casaux n’a aucune légi­ti­mi­té. Quand quelqu’un.e parle de ce qu’iel ne vivra jamais per­son­nel­le­ment, iel parle en ignorant.e. » Gel­der­loos lui-même parle donc en igno­rant des choses qui concernent les trans et la mou­vance queer. Selon ses propres dires, il n’aurait donc « aucune légi­ti­mi­té » à par­ler de tout ce dont il parle dans son attaque à mon encontre, qui n’aurait donc aucune valeur. For­mi­dable, n’est-ce pas. Quelque part, Gel­der­loos sait que cela serait absurde, autre­ment, il n’aurait pas écrit ce texte. Car ce que cette phrase signi­fie en réa­li­té, la manière dont beau­coup vont la com­prendre, c’est : « on ne doit pas par­ler de choses que l’on n’a pas vécues per­son­nel­le­ment, on n’a rien à en dire ». Et là, l’absurdité d’une telle pro­po­si­tion appa­rait clai­re­ment. Quelques exemples l’illus­tre­ront signi­fi­ca­ti­ve­ment. Si je vous disais : « seules les vic­times de viols peuvent par­ler des viols et les dénon­cer » ; ou « seules les vic­times d’ac­ci­dents nucléaires peuvent en par­ler et les dénon­cer » ; etc., vous vous ren­driez immé­dia­te­ment compte de l’absurdité d’une telle logique. Nous pou­vons tout à fait nous expri­mer sur des choses que nous n’avons pas connues per­son­nel­le­ment. D’abord parce que, comme l’a for­mu­lé Publius Teren­tius Afer, dit Térence, esclave romain rapi­de­ment affran­chi, Homo sum : huma­ni nihil a me alie­num puto, « je suis humain, et rien de ce qui est humain ne m’est étran­ger ». L’empathie, une cer­taine uni­ver­sa­li­té de la condi­tion humaine. Mais aus­si parce qu’ani­maux poli­tiques doués de rai­son, nous dis­po­sons d’un cer­veau et d’une capa­ci­té de rai­son­ne­ment. Nous pou­vons apprendre, recher­cher ou rece­voir des infor­ma­tions, les engran­ger et les trai­ter. Qui est sectaire ?

15. Si je parle de liens entre le trans­gen­risme et le trans­hu­ma­nisme, de même que cer­tains idéo­logues trans et trans­hu­ma­nistes comme Roth­blatt — ce que Gel­der­loos a pris soin de ne pas dis­cu­ter — c’est pour plu­sieurs rai­sons. C’est parce que le trans­gen­risme repose sur une dis­so­cia­tion du corps et de l’être. D’après le cher­cheur et acti­viste trans Zin­nia Jones : « les trans­genres sont un très bon exemple de pré­misses du trans­hu­ma­nisme, étant don­né qu’être trans­genre implique le rejet des croyances et limi­ta­tions habi­tuelles concer­nant ce qu’une per­sonne peut être, et la prise de contrôle — la redé­fi­ni­tion active — de notre iden­ti­té, de nos corps et de leur fonc­tion­ne­ment. […] Étant don­né que les trans­genres sont, qu’ils le veuillent ou non, à l’avant-garde ici, l’idée d’être trans­genre pour­rait aider à faire accep­ter aux gens l’autodétermination et l’autodéfinition visant à répondre à nos dési­rs per­son­nels, en se libé­rant des limi­ta­tions morales arbi­traires sur le genre d’existence à laquelle nous devrions nous limi­ter[10]. » Pour bien sai­sir l’é­ten­due du culot de Gel­der­loos, de sa mal­hon­nê­te­té à m’ac­cu­ser sur­réa­lis­te­ment d’an­ti­sé­mi­tisme en rai­son de ma men­tion de Roth­blatt, il faut lire cet édi­fiant article de Jen­ni­fer Bilek sur Martin‑e Roth­blatt. Toutes les per­sonnes trans ne sont pas trans­hu­ma­nistes, toutes les per­sonnes trans ne militent pas en faveur du trans­hu­ma­nisme, cer­taines peuvent bien le cri­ti­quer. Mais selon l’idéologie trans­gen­riste la plus répan­due (il y en a plu­sieurs, c’est un peu confus), comme selon le trans­hu­ma­nisme, et selon la culture domi­nante plus géné­ra­le­ment, nous ne sommes pas nos corps, celui-ci n’étant per­çu que comme un maté­riau mode­lable, ser­vant à héber­ger notre iden­ti­té ou nos iden­ti­tés fluides ou chan­geantes. Au lieu d’expliquer aux jeunes trou­blés par l’inadéquation entre leur corps, leurs envies et les sté­réo­types sociaux asso­ciés aux sexes dans la culture domi­nante qu’ils n’ont pas à s’en faire, qu’ils n’ont pas à cor­res­pondre aux­dits sté­réo­types, qu’ils peuvent aimer leurs corps, que le pro­blème émane pré­ci­sé­ment de ces sté­réo­types et de cette culture et pas de leur corps, la rhé­to­rique hégé­mo­nique dans le milieu trans leur sug­gère qu’ils sont « nés dans le mau­vais corps », mais qu’ils peuvent rec­ti­fier le tir en le trans­for­mant — d’où dif­fé­rents trai­te­ments médi­caux et/ou chi­rur­gi­caux. Il s’agit de ce qu’exposent, entre autres choses, le docu­men­taire Trans­gen­der Kids : Who Knows Best ? (Les enfants trans­genres : qui sait mieux ?) réa­li­sé par la BBC, pré­cé­dem­ment men­tion­né, que j’ai sous-titré[11], et le docu­men­taire Trans Kids : It’s Time to Talk (Les Enfants trans : il est temps d’en par­ler), réa­li­sé par Stel­la O’Malley pour Chan­nel 4, une autre chaine de télé­vi­sion bri­tan­nique, que j’ai éga­le­ment sous-titré[12]. Contrai­re­ment à ce que pré­tend l’inquisiteur Gel­der­loos, je me sou­cie évi­dem­ment du sort des « enfants trans­genres » : c’est la prin­ci­pale rai­son pour laquelle j’ai sous-titré les­dits docu­men­taires. Cer­taines per­sonnes trans, comme Miquel Mis­sé, qui, comme Gel­der­loos, est Bar­ce­lo­nais, tout en recon­nais­sant qu’il s’agit là du dis­cours domi­nant, hégé­mo­nique, dans le milieu trans, consi­dèrent cela comme une « concep­tion essen­tia­liste des trans ». Mis­sé s’inquiète éga­le­ment du sort des « enfants trans­genres », du fait que « la seule réponse pour les enfants qui ne veulent pas suivre les normes de genre impo­sées par la socié­té est de deve­nir trans » et des consé­quences que cela implique. Mis­sé est en outre « conscient que cri­ti­quer le dis­cours essen­tia­liste ou cri­ti­quer le récit médi­cal peut être vu comme de la “trans­pho­bie”, ce qui coupe court à tout échange sur le sujet – mais, trans lui-même, il se sait moins atta­qué sur ce flanc[13] ». D’autres trans­genres et trans­sexuels émettent des cri­tiques vis-à-vis de l’idéologie trans­gen­riste[14]. Des acti­vistes gays consi­dèrent qu’elle est à la fois miso­gyne et homo­phobe[15]. Mais eux aus­si se voient bien sou­vent qua­li­fiés de « trans­phobes » sans autre forme de pro­cès, excom­mu­niés, tou­jours afin d’empêcher le moindre débat, la moindre remise en question.

16. Enfin, concer­nant les pro­blèmes que posent l’idéologie de l’identité de genre que les tran­sac­ti­vistes cherchent à impo­ser, vis-à-vis, en par­ti­cu­lier, des femmes, j’ai tra­duit plu­sieurs textes de fémi­nistes anglo­phones dont je par­tage les vues sur le sujet, et qui les expriment mieux que moi. Alors autant leur lais­ser la parole. Je vous ren­voie donc vers ce dis­cours de Meghan Mur­phy[16], ce texte d’Hannah Har­ri­son[17], ou encore vers ce texte d’un col­lec­tif de fémi­nistes[18], tra­duit par Ana Minski.

Voi­là. Ceux qui veulent aller plus loin ou ne com­prennent pas bien cer­tains points sont invi­tés à faire l’effort de lire les textes en hyper­liens, à consul­ter les notes. Il y aurait d’autres choses à dire, encore, mais le texte est déjà long, et puis il y a de grandes chances pour que mes détrac­teurs ne cherchent en réa­li­té pas à com­prendre quoi que ce soit. Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. La sot­tise de l’attaque de Gel­der­loos devrait sau­ter aux yeux. D’autant plus en rai­son des insultes dont elle est par­se­mée. Il est pour le moins conster­nant que de soi-disant radi­caux tra­duisent — mal — et publient une telle chose. Conster­nant, mais pas éton­nant. Ils sont cou­tu­miers du fait. Nous pou­vons ne pas être d’accord, nous pou­vons confron­ter des points de vue sur la base d’arguments logiques, de rai­son­ne­ments. Mais quelle inver­sion de réa­li­té lorsque celui qui m’accuse de ne dire « que de la merde » recourt à de mul­tiples sophismes et men­songes, et à des insultes. Et que cela nous dit-il sur le « milieu radi­cal » ou la « com­mu­nau­té » qui accueille un tel texte avec la plus grande joie (« ça fait tel­le­ment plai­sir, haha­ha, on boit tes larmes », m’a dit l’un d’eux, sup­po­sant sans doute qu’un argu­men­taire aus­si solide m’aurait tou­ché en plein coeur, tout en recon­nais­sant par ailleurs tran­quille­ment que Gel­der­loos « est par­ti grave loin, mais je le com­prends, il veut pas être asso­cié à tes idées donc il en rajoute », car tout est bon pour par­ve­nir à qua­li­fier quelqu’un de trans­phobe, y com­pris men­tir, calom­nier, bref, « par­tir grave loin ») ? Que leur radi­ca­li­té, comme l’a très bien noté le Lil­lois Tom­jo[19], n’est qu’une pré­ten­tion ridi­cule : leur affaire relève plu­tôt de l’extrémisme. Au Gel­der­loos et à ses condis­ciples : vous n’êtes pas de ver­tueux défen­seurs de la veuve, du trans et de l’orphelin, de l’opprimé et du domi­né, seule­ment des idiots qui refusent de lais­ser s’ouvrir un dia­logue qui per­met­trait à des femmes, des enfants et des trans d’améliorer leurs conditions.

Nico­las Casaux


  1. https://rebellyon.info/Nicolas-Casaux-et-la-transphobie-par-21327
  2. Pour une cri­tique four­nie de ladite « théo­rie queer », lire : http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/Ceci_n_est_pas_une_femme.pdf
  3. Voir : https://culturallyboundgender.wordpress.com/2013/03/09/toward-an-end-to-appropriation-of-indigenous-two-spirit-people-in-trans-politics-the-relationship-between-third-gender-roles-and-patriarchy/ ou : http://ourlivesmadison.com/article/dear-queer-white-people-cultural-appropriation/
  4. Voir : https://www.telegraph.co.uk/news/2019/03/07/nhs-transgender-clinic-accused-covering-negative-impacts-puberty/ et https://www.theaustralian.com.au/nation/drugs-for-trans-kids-a-health-risk-say-doctors/news-story/847a7e9314bb010011ebda07918237e7 ou encore :
  5. https://www.hormone.org/your-health-and-hormones/transgender-health/gender-nonconformity-in-children-and-adolescents
  6. Der­rick Jen­sen en a par exemple fait les frais, aux États-Unis : son livre Anar­chism and the poli­tics of vio­la­tion qui devait être publié par Seven Sto­ries Press a fina­le­ment été refu­sé par la mai­son d’édition.
  7. https://www.feministcurrent.com/2018/11/26/whats-current-meghan-murphy-suspended-twitter-referring-trans-identified-pedophile/
  8. https://www.telegraph.co.uk/education/2019/04/13/conference-cancelled-amid-speakers-fears-fallout-transgender/ et https://www.liberation.fr/checknews/2019/10/27/pma-pourquoi-la-conference-de-sylviane-agacinski-a-t-elle-ete-annulee-a-l-universite-de-bordeaux_1759987
  9. https://www.telegraph.co.uk/news/2019/02/19/proposal-research-trans-regret-rejected-university-fear-backlash/, sur la détran­si­tion, voir aus­si : https://ici.radio-canada.ca/info/2019/05/transgenre-sexe-detransitionneurs-transition-identite-genre-orientation/
  10. https://www.patheos.com/blogs/camelswithhammers/2012/06/interview-with-zinnia-jones/
  11. https://www.dailymotion.com/video/x6bs0v6
  12. https://www.dailymotion.com/video/x6xv5cs
  13. https://laviedesidees.fr/Le-mythe-du-mauvais-corps.html
  14. https://tradfem.wordpress.com/2018/12/09/appel-au-lobby-trans/
  15. https://tradfem.wordpress.com/2019/08/27/misogynie-et-homophobie-%e2%80%89tendance%e2%80%89-un-gay-prend-a-partie-lideologie-transgenriste/
  16. https://www.partage-le.com/2019/11/lidentite-de-genre-ses-implications-pour-la-societe-la-loi-et-les-femmes-par-meghan-murphy/
  17. https://partage-le.com/2018/11/les-principes-de-jogjakarta-une-menace-internationale-contre-les-droits-des-femmes-par-hannah-harrison/
  18. https://tradfem.wordpress.com/2019/10/05/ameliorons-les-debats-sur-le-genre-le-sexe-et-les-droits-des-transgenres/
  19. https://www.partage-le.com/2019/10/du-nouveau-maccarthysme-en-milieu-radical-par-tomjo/

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
10 comments
  1. Gel­der­loos dont tu as pro­mu les livres ?
    Quelle décep­tion de voir un esprit si limi­té der­rière cet homme qui déve­loppe pour­tant des thé­ma­tiques inté­res­santes (vio­len­ce/­non-vio­lence).

    Ta réponse est super claire, sans équi­voque. Dans le mille.

    Bien­tôt, pour recon­naître un esprit libre, il suf­fi­ra de regar­der les plus calomniés…

    1. Ouais, celui-là même. Ses livres ne sont pas trop mau­vais. Il sou­ligne des choses justes. Sa prose requé­rait cela dit un cer­tain tra­vail de trans­crip­tion pour par­ve­nir à une lec­ture plus fluide, plus agréable. Les argu­ments qu’il avance pour cri­ti­quer la non-vio­lence, beau­coup d’autres les ont for­mu­lés, et par­fois mieux que lui (de Gün­ther Anders à Arund­ha­ti Roy), mais leurs écrits ne sont pas tou­jours traduits.

  2. Un sou­tien total pour vous Nico­las, voi­là quelques années que je vous suis sur le par­tage et vos articles sont et ont tou­jours été de grande qua­li­té, et m’ont tou­jours fait me sen­tir moins seul au milieu de toute cette merde.

    Je suis extrê­me­ment déçu par l’at­ti­tude de Gel­der­loos et par une par­tie du bloc « radi­cal » lan­cée dans une chasse aux sor­cières digne de McCarthy. 

    Après Tom­jo (autre pen­seur véri­ta­ble­ment radi­cal que j’ap­pré­cie tout autant) cela ne m’é­tonne pas trop que vous subis­siez les attaques de ce bloc qui dénonce la domi­na­tion en domi­nant, prône la libé­ra­tion en enfer­mant et qui cen­sure et menace à tour de bras. Bien la peine de dénon­cer le capi­ta­lisme pour en arri­ver à ça, c’est à en vomir. 

    Du vent, des outres pleines de vent pour reprendre le bon vieux Orwell. 

    Ne lâchez rien, vos textes sont vrais et puis­sants et n’im­porte lequel de vos lec­teurs pour­ra le dire. 

    Je vous lis avec plai­sir, et conti­nue­rai à le faire, depuis le Paci­fique Sud qui lui aus­si est mas­sa­cré tous les jours par la civi­li­sa­tion industrielle.

    Salu­ta­tions fraternelles.

    The front­line is everywhere.

  3. Mais qui, de nos jours, ne subit pas la cri­tique dès le pre­mier énon­cé ? Et quand bien même elle n’est pas adres­sée, elle reste pen­sée… Qu’elle soit fon­dée, injuste, déli­rante ou mal for­mu­lée, de par sa spon­ta­néi­té et son omni­pré­sence elle signi­fie avant toute autre chose le confi­ne­ment intel­lec­tuel du sujet, une espèce d’im­per­méa­bi­li­té, de cara­pace culturelle.
    Et répondre à la cri­tique, serait-ce… un manque d’al­truisme ? quel para­doxe pour un écri­vain qui a choi­si un si beau nom de site…
    Tu me rétor­que­ras qu’il faut lais­ser pleine liber­té à l’ex­pres­sion, oui mais répondre à des fou­taises c’est aus­si perdre du temps. Te jus­ti­fier, je crois que tu n’en as pas besoin, au regard de nom­breux lec­teurs qui pré­fèrent savou­rer les ana­lyses d’ob­jet poin­tues que tu leur offres.

    Un peu de visi­bi­li­té média­tique, et hop ! c’est la tête de turc. C’est comme ça (lala­la), c’est le jeu ma p’tite Lucienne. Un jeu qu’il serait sain d’ignorer

    Moi et d’autres je sup­pose, on s’en fout de ces que­relles intes­tines — et obli­ga­toi­re­ment fal­la­cieuses. Les pro­pos de mon­sieur Geder­truuk je m’en contre-balance, vrai­ment. Nous venons ici pour appro­fon­dir notre réflexion sur cer­tains sujets, cher­chant un éclai­rage exté­rieur et une prose agréable.

    Et dans l’en­semble je suis satisfait 😉

  4. Quand le tra­duc­teur devrait en fait être celui qui est lu et pas l’auteur…
    Déso­lant de bêtise, et sur­tout d’une médio­cri­té intel­lec­tuelle qui tranche avec le peu que j’a­vais lu ou enten­du de Gelderloos…

    J’a­dore aus­si le coup du « vous avez pas vécu vous pou­vez pas par­ler »…Ce fas­cisme intel­lec­tuel doit cesser !

  5. Ce qui me saute au yeux en vous lisant, ce sont les similitudes :

    Gel­der­loos : « ll y a des per­sonnes trans qui approuvent ces inter­ven­tions, d’autres qui sont favo­rables à cer­taines et réti­centes vis à vis d’autres, et il y a cel­leux qui vivent celles-ci comme une vio­lence. Beau­coup de per­sonnes trans subissent des chi­rur­gies pour évi­ter une encore plus grande vio­lence à savoir que les per­sonnes cis se déchainent sur elleux dans les lieux publics, pour pou­voir avoir un « pas­sing » en accord avec leurs genres, pour obte­nir des pers­pec­tives d’emploi, pour évi­ter le harcèlement. »

    Casaux : « Au lieu d’expliquer aux jeunes trou­blés par l’inadéquation entre leur corps, leurs envies et les sté­réo­types sociaux asso­ciés aux sexes dans la culture domi­nante qu’ils n’ont pas à s’en faire, qu’ils n’ont pas à cor­res­pondre aux­dits sté­réo­types, qu’ils peuvent aimer leurs corps, que le pro­blème émane pré­ci­sé­ment de ces sté­réo­types et de cette culture et pas de leur corps […] »

    ==> simi­li­tude sur la volon­té de se défaire des sté­réo­types impo­sés par la société. 

    Deux autres extraits : 

    Gel­der­loos :  » Je me rap­pelle ce que c’était d’être ado­les­cent. A cet âge, per­sonne n’était plus qua­li­fié pour prendre des déci­sions quant à mon corps ou mon iden­ti­té de genre. Seul un auto­ri­taire peut dénier l’autonomie phy­sique des adolescent.es. La vie ne com­mence pas à 18 ans, quand l’État nous accorde la majo­ri­té. Nous devons prendre des déci­sions concer­nant notre corps avant cela, et per­sonne ne devrait pou­voir nous enle­ver ces choix. »

    Ana Mins­ki (article publié chez vous) : « Dans le monde entier, des jeunes luttent en per­ma­nence contre leur sta­tut social et contre ses consé­quences en termes de mise sous tutelle, d’enfermement, de dis­ci­pline, d’éducation, de « pro­tec­tion », de mar­gi­na­li­sa­tion, de pau­vre­té et de clandestinité. »

    ==> réflexion simi­laire sur l’âge auquel les enfants ne devraient plus être consi­dé­rés comme des mineurs, mais capables de prendre leurs propres décisions. 

    En fait, en lisant vos articles aus­si bien que ceux de vos détrac­teurs (pareil pour Tom­jo et Mawy dont j’ai lu article et BD), je suis tou­jours d’ac­cord avec une par­tie de ce que cha­cun écrit. Et je res­sens une forte frus­tra­tion car les articles portent sur les diver­gences, sur  » qui a rai­son  » et entrent dans un règle­ment de compte qui relèvent bien sou­vent de l’e­go et de l’hon­neur bafoués, allant aux insultes ( Casaux :  » des idiots  » / Gel­der­loos  » de la merde  » ==> simi­li­tude dans l’u­sage de l’in­sulte) plus qu’au débat. 

    Pour ter­mi­ner, juste un point sur qui a le droit de par­ler de quoi. Il est évident que ce débat devrait être mené éga­le­ment en inter­ro­geant les per­sonnes concer­nées, ce qui manque cruel­le­ment dans tous vos articles (idem pour Gel­der­loos d’ailleurs). Je parle d’une vraie inter­view, d’un article quoi, pas d’un docu­men­taire ou d’une citation. 

    Ou bien d’un beau débat genre Mawy / Meghan Murphy 😀

    Bref, je trouve que les conflits inter-indi­vi­du prennent le pas sur le débat d’i­dée. Mais peut-être que je suis difficile. 

    Mer­ci de m’a­voir lue !

    1. Et les pro­cé­dés clai­re­ment mal­hon­nêtes, dif­fa­ma­toires, aux­quels recourt Gel­der­loos, vous les igno­rez sim­ple­ment ? Si vous en trou­vez dans mon texte, n’hé­si­tez pas. Oui, il y a des simi­li­tudes, des points d’ac­cord, bien évi­dem­ment, j’ai tra­duit son livre, je suis d’ac­cord avec lui sur de nom­breux points. Pas sur tous. Nos points de désac­cord sont éga­le­ment signi­fi­ca­tifs. Je m’ef­force de débattre avec le plus de clar­té pos­sible, et sans recou­rir à aucun sophisme, à aucun men­songe. Il me semble assez évident que ce n’est pas le cas de Gel­der­loos. Si cela, vous ne le per­ce­vez pas, il y a un problème.

  6. Vous êtes trop gen­til et lui accor­dez trop.

    Selon le mythe d’A­ris­to­phane dans le Ban­quet de Pla­ton les dieux ont déci­dés de cou­per l’être andro­gyne ori­gi­nel en 2, mâle et femelle, afin qu’ils cherchent leur moi­tié et se repro­duise en s’ac­cou­plant — et ne pense plus à gra­vir l’Olympe.
    Autre­ment dit le sexe est dès l’o­ri­gine pen­sé comme (ou par défi­ni­tion) en rela­tion avec la repro­duc­tion. La recherche du plai­sir en est le moyen.
    Réduire le sexe au genre (ce que fait la Theo­rie Queer dans toutes ses variantes) ne peut donc se faire de manière effi­ciente (*) que par l’ex­ter­na­li­sa­tion de la repro­duc­tion et de la ges­ta­tion : Ute­rus arti­fi­ciel, ou Mother Machine. Femme et homme seront alors enfin inter­chan­geable, sexe et genre auront fusion­nés, sexe et genre auront disparus. 

    Et bien­tôt les formes de sexua­li­té puisque le plai­sir ne sera plus néces­saire et que l’or­gasme pour­ra être atteint Ad libi­tum par des sti­mu­la­tions neuronales.
    C’est la situa­tion décrite dans le film Matrix : des machines cultivent des corps et leurs donne vie et plai­sirs vir­tuelles dans une matrice. 

    Selon moi « trans » est bien dis­tri­bué. Les trans­genres (tout ceux qui ne sont pas cis­genres) trans­gressent la bina­ri­té du sexe et du genre, et les trans­hu­ma­nisme, une fois la pre­mière ache­vée trans­gresse l’u­ni­té et l’u­ni­ci­té humaine. Car le trans­hu­ma­nisme conduit inévi­ta­ble­ment vers le posthumanisme.
    La sub­ver­sion du genre humain est dans la droite ligne de la sub­ver­sion des sexes et des genres même si elle n’est pas conscien­ti­sée par ceux ou celles qui la professe. 

    (*) Sinon cela reste un mythe à venir. La Théo­rie Queer res­te­ra de la « Genre-fic­tion » jus­qu’à l’a­vè­ne­ment de l’u­té­rus artificielle.

    1. Cor­rec­tion des der­niers para­graphes du mes­sage précédent.
      « Selon moi “trans” est bien dis­tri­bué. Les trans­genres (tout ceux qui ne sont pas cis­genres) trans­gressent la bina­ri­té du sexe et du genre, et les trans­hu­ma­nistes, une fois la pre­mière trans­gres­sion ache­vée, trans­gressent l’unité et l’unicité humaine. Car le trans­hu­ma­nisme conduit inévi­ta­ble­ment vers le posthumanisme.
      La sub­ver­sion du genre humain est dans la droite ligne de la sub­ver­sion des sexes et des genres même si ceux qui pro­fessent cette der­nière n’en sont pas conscient ». 

      Pour­quoi ceux qui défendent la théo­rie queer ont autant de mal à accep­ter la critique ?

      Peut-être parce que la pen­sée queer n’est pas une pen­sée ration­nelle (le refus du débat et les insultes en sont les signes). L’i­den­ti­té per­son­nelle est qua­si réduite à l’i­den­ti­té de genre. Toute cri­tique de la non bina­ri­té sera alors consi­dé­rée comme une remise en cause non seule­ment de leur iden­ti­té de genre mais aus­si de leur iden­ti­té propre si ce n’est de leur exis­tence même. Ce qui est un non sens pour ceux qui ne font pas cette « réduc­tio ad gen­der » et qui veulent seule­ment avoir un débat d’i­dée. (Une per­sonne est d’a­bord humaine avant d’être sexuée et gen­rée, et, en tant que telle, pos­sède stric­te­ment les mêmes droits et les mêmes devoirs qu’une autre. Et ce, même si leur pro­pos sont fantasques).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé (par Charles Tilly)

Tandis qu'une intervention militaro-policière est en cours à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, qui a débuté aux alentours de 3h du matin ce lundi 9 avril 2018, il nous semble opportun de republier cette très bonne analyse du sociologue états-unien Charles Tilly, qui nous rappelle que l'État est une forme d'organisation sociale (ou antisociale, c'est selon) née de la violence et de la guerre, et qui utilise la violence et la guerre pour continuer à s'imposer — ce qui est tout aussi vrai des premières formes d'État que des États soi-disant "démocratiques" actuels. [...]