L’idéologie du travail (par Jacques Ellul)

Il faut, avant toute recherche ou réflexion sur le tra­vail dans notre socié­té prendre conscience de ce que tout y est domi­né par l’idéologie du tra­vail. Dans la presque tota­li­té des socié­tés tra­di­tion­nelles, le tra­vail n’est consi­dé­ré ni comme un bien ni comme l’activité prin­ci­pale. La valeur émi­nente du tra­vail appa­rait dans le monde occi­den­tal, au XVIIème, en Angle­terre, en Hol­lande puis en France et elle se déve­loppe dans ces trois pays au fur et à mesure de la crois­sance éco­no­mique. Com­ment s’explique, d’abord la muta­tion men­tale et morale qui consiste à pas­ser du tra­vail peine ou châ­ti­ment ou néces­si­té inévi­table au tra­vail valeur et bien ? Il faut consta­ter que cette réin­ter­pré­ta­tion qui abou­tit à l’idéologie du tra­vail se pro­duit lors de la ren­contre de quatre faits qui modi­fient la socié­té occi­den­tale. Tout d’abord le tra­vail devient de plus en plus pénible, avec le déve­lop­pe­ment indus­triel, et appa­rem­ment plus inhu­main. Les condi­tions du tra­vail empirent consi­dé­ra­ble­ment en pas­sant de l’artisanat, et même de la manu­fac­ture (qui était déjà dure mais non pas inhu­maine) à l’usine. Celle-ci pro­duit un type de tra­vail nou­veau, impi­toyable. Et comme, avec la néces­si­té de l’accumulation du capi­tal, le salaire est infé­rieur à la valeur pro­duite, le tra­vail devient plus enva­his­sant : il recouvre toute la vie de l’homme. L’ouvrier est en même temps obli­gé de faire tra­vailler sa femme et ses enfants pour arri­ver à sur­vivre. Le tra­vail est donc à la fois plus inhu­main qu’il ne l’était pour les esclaves et plus tota­li­taire, ne lais­sant place dans la vie pour rien d’autre, aucun jeu, aucune indé­pen­dance, aucune vie de famille. Il appa­rait pour les ouvriers comme une sorte de fata­li­té, de des­tin. Il était alors indis­pen­sable de com­pen­ser cette situa­tion inhu­maine par une sorte d’idéologie (qui appa­raît d’ailleurs ici comme cor­res­pon­dant exac­te­ment à la vue de l’idéologie chez Marx), qui fai­sait du tra­vail une ver­tu, un bien, un rachat, une élé­va­tion. Si le tra­vail avait encore été inter­pré­té comme une malé­dic­tion, ceci aurait été radi­ca­le­ment into­lé­rable pour l’ouvrier.

Or, cette dif­fu­sion du « Tra­vail-Bien » est d’autant plus néces­saire que la socié­té de cette époque aban­donne ses valeurs tra­di­tion­nelles, et c’est le second fac­teur. D’une part les classes diri­geantes cessent de croire pro­fon­dé­ment au chris­tia­nisme, d’autre part les ouvriers qui sont des pay­sans déra­ci­nés, per­dus dans la ville n’ont plus aucun rap­port avec leurs anciennes croyances, l’échelle des valeurs tra­di­tion­nelles. De ce fait il faut rapi­de­ment créer une idéo­lo­gie de sub­sti­tu­tion, un réseau de valeurs dans lequel s’insérer. Pour les bour­geois, la valeur va deve­nir ce qui est l’origine de leur force, de leur ascen­sion. Le Tra­vail (et secon­dai­re­ment l’Argent). Pour les ouvriers, nous venons de voir qu’il faut aus­si leur four­nir ce qui est l’explication, ou la valo­ri­sa­tion, ou la jus­ti­fi­ca­tion de leur situa­tion, et en même temps une échelle de valeurs sus­cep­tible de se sub­sti­tuer à l’ancienne. Ain­si, l’idéologie du tra­vail se pro­duit et gran­dit dans le vide des autres croyances et valeurs.

Mais il y a un troi­sième fac­teur : est reçu comme valeur ce qui est deve­nu la néces­si­té de crois­sance du sys­tème éco­no­mique, deve­nu pri­mor­dial. L’économie n’a pris la place fon­da­men­tale dans la pen­sée qu’au XVII — XVIIIème. L’activité éco­no­mique est créa­trice de la valeur (éco­no­mique). Elle devient dans la pen­sée des élites, et pas seule­ment de la bour­geoi­sie, le centre du déve­lop­pe­ment, de la civi­li­sa­tion. Com­ment dès lors ne pas lui attri­buer une place essen­tielle dans la vie morale. Or, ce qui est le fac­teur déter­mi­nant de cette acti­vi­té éco­no­mique, la plus belle de l’homme, c’est le tra­vail. Tout repose sur un tra­vail achar­né. Ce n’est pas encore clai­re­ment for­mu­lé au XVIIIème, mais nom­breux sont ceux qui com­prennent déjà que le tra­vail pro­duit la valeur éco­no­mique. Et l’on passe très tôt de cette valeur à l’autre (morale ou spi­ri­tuelle). Il fal­lait bien que cette acti­vi­té si essen­tielle maté­riel­le­ment soit aus­si jus­ti­fiée mora­le­ment et psy­cho­lo­gi­que­ment. Créa­teur de valeur éco­no­mique, on emploie le même mot pour dire qu’il est fon­da­teur de la valeur morale et sociale.

Enfin un der­nier fac­teur vient assu­rer cette pré­do­mi­nance. L’idéologie du tra­vail appa­raît lorsqu’il y a sépa­ra­tion plus grande, déci­sive entre celui qui com­mande et celui qui obéit à l’intérieur d’un même pro­ces­sus de pro­duc­tion, entre celui qui exploite et celui qui est exploi­té, cor­res­pon­dant à des caté­go­ries radi­ca­le­ment dif­fé­rentes de tra­vail. Dans le sys­tème tra­di­tion­nel, il y a celui qui ne tra­vaille pas et celui qui tra­vaille. Il y a une dif­fé­rence entre le tra­vailleur intel­lec­tuel et le tra­vailleur manuel. Mais il n’y avait pas oppo­si­tion radi­cale entre les tâches d’organisation ou même de com­man­de­ment et celles d’exécution : une ini­tia­tive plus grande était lais­sée au manuel. Au XVIIIème, celui qui orga­nise le tra­vail et qui exploite est lui-même un tra­vailleur (et non pas un non tra­vailleur, comme le sei­gneur) et tous sont pris dans le cir­cuit du tra­vail, mais avec l’opposition totale entre l’exécutant exploi­té et le diri­geant exploi­teur. Il y a des caté­go­ries tota­le­ment dif­fé­rentes du tra­vail dans le domaine éco­no­mique. Ce sont là, je crois, les quatre fac­teurs qui conduisent à l’élaboration (spon­ta­née, non pas machia­vé­lique) de l’idéologie du tra­vail, qui joue le rôle de toutes les idéo­lo­gies : d’une part voi­ler la situa­tion réelle en la trans­po­sant dans un domaine idéal, en atti­rant toute l’attention sur l’idéal, l’ennobli, le ver­tueux, d’autre part, jus­ti­fier cette même situa­tion en la colo­rant des cou­leurs du bien et du sens. Cette idéo­lo­gie du tra­vail a péné­tré par­tout, elle domine encore en grande par­tie nos mentalités.

Quelles sont alors les prin­ci­pales com­po­santes de cette idéo­lo­gie : tout d’abord, l’idée cen­trale, qui devient une évi­dence, c’est que l’homme est fait pour le tra­vail. Il n’a pas d’autre pos­si­bi­li­té pour vivre. La vie ne peut être rem­plie que par le tra­vail. Je me rap­pelle telle pierre tom­bale avec pour seule ins­crip­tion, sous le nom du défunt : « le tra­vail fut sa vie ». Il n’y avait rien d’autre à dire sur toute une vie d’homme. Et en même temps dans la pre­mière moi­tié du XIXème, appa­rais­sait l’idée que l’homme s’était dif­fé­ren­cié des ani­maux, était deve­nu vrai­ment homme parce que dès l’origine il avait tra­vaillé. Le tra­vail avait fait l’homme. La dis­tance entre le pri­mate et l’homme était éta­blie par le tra­vail. Et, bien signi­fi­ca­tif, alors qu’au XVIIIème. on appe­lait en géné­ral l’homme pré­his­to­rique « homo sapiens », au début du XIXème. ce qui va pri­mer ce sera « homo faber » : l’homme fabri­cant d’outils de tra­vail (je sais bien enten­du que cela était lié à des décou­vertes effec­tives d’outils pré­his­to­riques, mais ce chan­ge­ment d’accentuation reste éclai­rant). De même que le tra­vail est à l’origine de l’homme, de même c’est lui qui peut don­ner un sens à la vie. Celle-ci n’a pas de sens en elle- même : l’homme lui en apporte un par ses œuvres et l’accomplissement de sa per­sonne dans le tra­vail, qui, lui-même n’a pas besoin d’être jus­ti­fié, légi­ti­mé : le tra­vail a son sens en lui-même, il com­porte sa récom­pense, à la fois par la satis­fac­tion morale du « devoir accom­pli », mais en outre par les béné­fices maté­riels que cha­cun retire de son tra­vail. Il porte en lui sa récom­pense, et en plus une récom­pense com­plé­men­taire (argent, répu­ta­tion, jus­ti­fi­ca­tion). Labor impro­bus omnia vin­cit. Cette devise devient la majeure du XIXème. Car le tra­vail est le père de toutes les ver­tus, comme l’oisiveté est la mère de tous les vices. Les textes de Vol­taire, l’un des créa­teurs de l’idéologie du tra­vail, sont tout à fait éclai­rants à ce sujet : « Le tra­vail éloigne de nous trois grands maux, l’ennui, le vice et le besoin » ou encore « For­cez les hommes au tra­vail, vous les ren­drez hon­nêtes gens ». Et ce n’est pas pour rien que ce soit Vol­taire jus­te­ment qui mette au pre­mier plan la ver­tu du tra­vail. Car celui-ci devient ver­tu jus­ti­fi­ca­trice. On peut com­mettre beau­coup de fautes de tous ordres, mais si on est un ferme tra­vailleur on est par­don­né. Un pas de plus, et nous arri­vons à l’affirmation, qui n’est pas moderne, que « Le tra­vail c’est la liber­té ». Cette for­mule rend aujourd’hui un son tra­gique parce que nous nous rap­pe­lons la for­mule à l’entrée des Camps hit­lé­riens « Arbeit macht frei ». Mais au XIXe s. on expli­quait gra­ve­ment qu’en effet seul le tra­vailleur est libre, par oppo­si­tion au nomade qui dépend des cir­cons­tances, et au men­diant qui dépend de la bonne volon­té des autres. Le tra­vailleur, lui, cha­cun le sait, ne dépend de per­sonne. Que de son tra­vail ! Ain­si l’esclavage du tra­vail est mué en garan­tie de Liberté.

Et de cette morale nous trou­vons deux appli­ca­tions plus modernes : l’Occidental a vu dans sa capa­ci­té à tra­vailler la jus­ti­fi­ca­tion en même temps que l’explication de sa supé­rio­ri­té à l’égard de tous les peuples du monde. Les Afri­cains étaient des pares­seux. C’était un devoir moral que de leur apprendre à tra­vailler, et c’était une légi­ti­ma­tion de la conquête. On ne pou­vait pas entrer dans la pers­pec­tive que l’on s’arrête de tra­vailler quand on a assez pour man­ger deux ou trois jours. Les conflits entre employeurs occi­den­taux et ouvriers arabes ou afri­cains entre 1900 et 1940 ont été innom­brables sur ce thème-là. Mais, très remar­qua­ble­ment, cette valo­ri­sa­tion de l’homme par le tra­vail a été adop­tée par des mou­ve­ments fémi­nistes. L’homme a main­te­nu la femme en infé­rio­ri­té, parce que seul il effec­tuait le tra­vail socia­le­ment recon­nu. La femme n’est valo­ri­sée aujourd’hui que si elle « tra­vaille » : compte tenu que le fait de tenir le ménage, éle­ver les enfants n’est pas du tra­vail, car ce n’est pas du tra­vail pro­duc­tif et rap­por­tant de l’argent. G. Hali­mi dit par exemple « La grande injus­tice c’est que la femme a été écar­tée de la vie pro­fes­sion­nelle par l’homme ». C’est cette exclu­sion qui empêche la femme d’accéder à l’humanité com­plète. Ou encore qui fait qu’on la consi­dère comme le der­nier peuple colo­ni­sé. Autre­ment dit, le tra­vail, qui, dans la socié­té indus­trielle est effec­ti­ve­ment à la source de la valeur, qui devient l’origine de toute réa­li­té, se trouve trans­for­mé, par l’idéologie en une sur­réa­li­té, inves­tie d’un sens der­nier à par­tir duquel toute la vie prend son sens. Le tra­vail est ain­si iden­ti­fié à toute la morale et prend la place de toutes les autres valeurs. Il est por­teur de l’avenir. Celui-ci, qu’il s’agisse de l’avenir indi­vi­duel ou de celui de la col­lec­ti­vi­té, repose sur l’effectivité, la géné­ra­li­té du tra­vail. Et à l’école on apprend d’abord et avant tout à l’enfant la valeur sacrée du tra­vail. C’est la base (avec la Patrie) de l’enseignement pri­maire de 1860 à 1940 envi­ron. Cette idéo­lo­gie va péné­trer tota­le­ment des générations.

Et ceci conduit à deux consé­quences bien visibles, par­mi d’autres. Tout d’abord nous sommes une socié­té qui a mis pro­gres­si­ve­ment tout le monde au tra­vail. Le ren­tier, comme aupa­ra­vant le Noble ou le Moine tous deux des oisifs, devient un per­son­nage ignoble vers la fin du XIXème. Seul le tra­vailleur est digne du nom d’homme. Et à l’école on met l’enfant au tra­vail, comme jamais dans aucune civi­li­sa­tion on n’a fait tra­vailler les enfants (je ne parle pas de l’atroce tra­vail indus­triel ou minier des enfants au XIXème, qui était acci­den­tel et lié non pas à la valeur du tra­vail mais au sys­tème capi­ta­liste). Et l’autre consé­quence actuel­le­ment sen­sible : on ne voit pas ce que serait la vie d’un homme qui ne tra­vaille­rait pas. Le chô­meur, même s’il rece­vait une indem­ni­té suf­fi­sante, reste désaxé et comme désho­no­ré par l’absence d’activité sociale rétri­buée. Le loi­sir trop pro­lon­gé est trou­blant, assor­ti de mau­vaise conscience. Et il faut encore pen­ser aux nom­breux « drames de la retraite ». Le retrai­té se sent frus­tré du prin­ci­pal. Sa vie n’a plus de pro­duc­ti­vi­té, de légi­ti­ma­tion : il ne sert plus à rien. C’est un sen­ti­ment très répan­du qui pro­vient uni­que­ment du fait que l’idéologie a convain­cu l’homme que la seule uti­li­sa­tion nor­male de la vie était le travail.

Cette idéo­lo­gie du tra­vail pré­sente un inté­rêt tout par­ti­cu­lier dans la mesure où c’est un exemple par­fait de l’idée (qu’il ne faut pas géné­ra­li­ser) que l’idéologie domi­nante est l’idéologie de la classe domi­nante. Ou encore que celle-ci impose sa propre idéo­lo­gie à la classe domi­née. En effet cette idéo­lo­gie du tra­vail est, avec l’expansion de l’industrie, une créa­tion inté­grale de la classe bour­geoise. Celle-ci rem­place toute morale par la morale du tra­vail. Mais ce n’est pas pour trom­per les ouvriers, ce n’est pas pour les ame­ner à tra­vailler plus. Car la bour­geoi­sie elle- même y croit. C’est elle qui, pour elle-même, place le tra­vail au- des­sus de tout. Et les pre­mières géné­ra­tions bour­geoises (les capi­taines d’industrie par exemple) sont faites d’hommes achar­nés au tra­vail, œuvrant plus que tous. On éla­bore cette morale non pour contraindre les autres, mais en tant que jus­ti­fi­ca­tion de ce que l’on fait soi-même. La bour­geoi­sie ne croyait plus aux valeurs reli­gieuses et peu aux morales tra­di­tion­nelles : elle rem­place le tout par cette idéo­lo­gie qui légi­time à la fois ce qu’elle fait, la façon dont elle vit, et aus­si le sys­tème lui-même qu’elle orga­nise et met en place. Mais bien enten­du, nous avons déjà dit que comme toute idéo­lo­gie, celle-là sert aus­si à voi­ler, cacher la condi­tion du pro­lé­ta­riat (s’il tra­vaille, ce n’est pas par contrainte mais par ver­tu). Or, ce qui est pas­sion­nant c’est de consta­ter que cette idéo­lo­gie pro­duite par la bour­geoi­sie devient l’idéologie pro­fon­dé­ment crue et essen­tielle de la classe ouvrière et de ses pen­seurs. Comme la plu­part des socia­listes, Marx se fait pié­ger par cette idéo­lo­gie. Lui qui a été si lucide pour cri­ti­quer la pen­sée bour­geoise, il entre en plein dans l’idéologie du tra­vail. Les textes abondent : « L’Histoire n’est que la créa­tion de l’homme par le tra­vail humain. Le tra­vail a créé l’homme lui-même » (Engels).

Et voi­ci de beaux textes de Marx lui-même :

« Dans ton usage de mon pro­duit, je joui­rai direc­te­ment de la conscience d’avoir satis­fait un besoin humain et objec­ti­vé l’essence de l’homme, d’avoir été pour toi le moyen terme entre toi et le genre humain, d’être donc connu et res­sen­ti par toi comme un com­plé­ment de ton propre être et une par­tie néces­saire de toi-même. Donc de me savoir confir­mé aus­si bien dans ta pen­sée que dans ton amour, d’avoir créé dans la mani­fes­ta­tion indi­vi­duelle de ma vie, la mani­fes­ta­tion de ta vie, d’avoir donc confir­mé et réa­li­sé direc­te­ment dans mon tra­vail… l’essence humaine, mon essence sociale. »

K. Marx — Mans 1844.

« C’est en façon­nant par son tra­vail le monde des objets que l’homme se révèle réel­le­ment comme un être géné­rique. Sa pro­duc­tion, c’est sa vie géné­rique créa­trice. Par elle, la nature appa­rait comme son œuvre et sa réa­li­té. C’est pour­quoi l’objet du tra­vail est l’objectivation de la vie géné­rique de l’homme car il ne s’y dédouble pas idéa­le­ment dans la conscience, mais réel­le­ment, comme créa­teur. Il se contemple ain­si lui-même dans un monde qu’il a lui-même créé par son travail. »

K. Marx — Mans 1844.

Et l’une des attaques impi­toyables de Marx contre le capi­ta­lisme por­te­ra jus­te­ment sur ce point : le capi­ta­lisme a dégra­dé le tra­vail humain, il en fait un avi­lis­se­ment, une alié­na­tion. Le tra­vail dans ce monde n’est plus le tra­vail. (Il oubliait que c’était ce monde qui avait fabri­qué cette image noble du tra­vail !). Le capi­ta­lisme doit être condam­né entre autres afin que le tra­vail puisse retrou­ver sa noblesse et sa valeur. Marx atta­quait d’ailleurs en même temps sur ce point les anar­chistes, seuls à dou­ter de l’idéologie du tra­vail. Enfin : « Par essence le tra­vail est la mani­fes­ta­tion de la per­son­na­li­té de l’homme. L’objet pro­duit exprime l’individualité de l’homme, son pro­lon­ge­ment objec­tif et tan­gible. C’est le moyen de sub­sis­tance direct, et la confir­ma­tion de son exis­tence indi­vi­duelle ». Ain­si Marx inter­prète tout grâce au tra­vail, et sa célèbre démons­tra­tion que seul le tra­vail est créa­teur de valeur repose sur cette idéo­lo­gie bour­geoise (d’ailleurs c’étaient bien des éco­no­mistes bour­geois qui, avant Marx, avaient fait du tra­vail l’origine de la valeur…). Mais ce ne sont pas seule­ment les pen­seurs socia­listes qui vont entrer dans cette optique, les ouvriers eux-mêmes, et les syn­di­cats aus­si. Pen­dant toute la fin du XIXème, on assiste à la pro­gres­sion du mot « Tra­vailleurs ». Seuls les tra­vailleurs sont jus­ti­fiés et ont droit à être hono­rés, oppo­sés aux Oisifs et aux Ren­tiers qui sont vils par nature. Et encore par Tra­vailleur on n’entend que le tra­vailleur manuel. Aux envi­rons de 1900, il y aura de rudes débats dans les syn­di­cats pour savoir si on peut accor­der à des fonc­tion­naires, des intel­lec­tuels, des employés, le noble titre de tra­vailleur. De même dans les syn­di­cats on ne cesse de répé­ter entre 1880–1914 que le tra­vail enno­blit l’homme, qu’un bon syn­di­ca­liste doit être un meilleur ouvrier que les autres ; on pro­page l’idéal du tra­vail bien fait etc… Et fina­le­ment tou­jours dans les syn­di­cats, on demande avant tout la jus­tice dans la répar­ti­tion des pro­duits du tra­vail, ou encore l’attribution du pou­voir aux tra­vailleurs. Ain­si on peut dire que de façon très géné­rale, syn­di­cats et socia­listes ont contri­bué à répandre cette idéo­lo­gie du tra­vail et à la for­ti­fier, ce qui se com­prend d’ailleurs très bien !

Jacques Ellul

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
5 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La civilisation, le suprémacisme humain et l’écologie (par Nicolas Casaux)

La culture dominante, la civilisation industrielle, et ses formes précédentes (diverses civilisations), ont en commun certaines caractéristiques fondamentales, raison pour laquelle est aujourd’hui établie une sorte de continuité temporelle conceptuelle appelée Histoire, basée sur une idée de progrès (de progression). Des peuples pré-industriels deviennent ainsi industriels, puis post-industriels. [...]
Lire

Se battre pour le vivant ! (par Thierry Sallantin)

Nous sommes en guerre, la guerre est là, trop tard pour fuir le conflit en cours et défiler "pour la paix", car le faire ressemblerait à la lâcheté des "je-m'en-foutiste" : face aux luttes en cours, se voiler la face par un "foutez-moi la paix", et donc devenir comme dans les années quarante un "collabo", ou retomber dans les polémiques des anarchistes qui optaient pour le pacifisme face à l'invasion allemande de 1914... Non, il faut avoir le courage de combattre car jamais la vie n'a été aussi gravement menacée.