À propos du discours délirant de Vincent Mignerot, suite et fin (par Nicolas Casaux)

Au cours des der­niers mois, j’ai consa­cré deux articles (ici et ) au dis­cours insen­sé de Vincent Migne­rot — et au pro­gramme de l’association qu’il a créée, Adras­tia. C’est déjà trop. Et pour­tant il sem­ble­rait qu’un cer­tain nombre de per­sonnes conti­nuent à ne pas remar­quer en quoi ses théo­ries relèvent de l’absurde — et pos­si­ble­ment de plus en plus, parce que les médias de masse, comme L’Obs, France Culture, Libé­ra­tion, etc., se mettent à le pro­mou­voir, son dis­cours étant du pain béni pour eux, vu qu’il est fata­liste, nihi­liste, qu’il occulte toutes les coer­ci­tions qui font la socié­té indus­trielle et l’i­né­gale répar­ti­tion des res­pon­sa­bi­li­tés concer­nant son orga­ni­sa­tion et sa per­pé­tua­tion, et parce qu’il encou­rage l’inaction.

Je ne me fais aucune illu­sion sur la capa­ci­té d’auto-illusionnement et de déni du plus grand nombre, pro­fon­dé­ment alié­né du monde natu­rel. Non, si je publie cet autre billet, c’est uni­que­ment parce que je me rends compte qu’un bon moyen pour expo­ser l’ab­sur­di­té du dis­cours de Vincent Migne­rot consiste, très sim­ple­ment, à le citer (beau­coup de ceux qui le sou­tiennent ne doivent pas l’avoir lu, je ne vois pas d’autre explication).

Je com­men­te­rai donc briè­ve­ment son livre inti­tu­lé Le piège de l’existence (un titre qui annonce la sombre cou­leur de sa vision) et le cite­rai lon­gue­ment (sa prose étant par­ti­cu­liè­re­ment obs­cure et indi­geste, je m’excuse par avance).

Une phrase, dans l’avant-propos, résume bien l’intégralité du texte :

« Nous par­ti­ci­pons à un pro­ces­sus des­truc­teur, mais ça n’est pas de notre faute et, contrai­re­ment à ce que nous croyons par­fois, nous n’y pou­vons rien. »

Dans l’avant-propos, tou­jours, il écrit :

« Le modèle Essai Sur la Rai­son de Tout, auquel se réfère ce recueil de textes pro­pose de réins­crire la pro­blé­ma­tique de notre exis­tence au sein d’un pro­ces­sus évo­lu­tif glo­bal, décri­vant une théo­rie éco­lo­gique de l’esprit à même d’expliquer pour­quoi nous ne par­ve­nons pas, mal­gré nos talents et nos meilleures inten­tions, à évi­ter le piège exis­ten­tiel que le prin­cipe d’évolution uni­ver­sel a ten­du à l’humanité, pour­tant la créa­tion la plus com­plexe et intel­li­gente qui exis­te­ra peut-être jamais. »

Voi­ci ce qu’il écrit, plus loin, dans l’introduction :

« La construc­tion pro­gres­sive de l’Essai Sur la Rai­son de Tout a cepen­dant per­mis d’admettre que la condi­tion sine qua non à l’élaboration d’une “théo­rie de tout” n’était pas néces­sai­re­ment de décrire minu­tieu­se­ment l’histoire, l’état et l’évolution de chaque chose, mais de trou­ver un prin­cipe, une pro­prié­té, une carac­té­ris­tique com­mune à l’ensemble de toutes les choses pos­sibles. Et le plus court che­min pour y par­ve­nir, puisqu’il n’était pas envi­sa­geable de consi­dé­rer un à un tous les objets du monde afin de véri­fier leur nature et leur des­ti­né, était d’estimer de ce que tous ces objets ne pou­vaient pas être. Une fois cela défi­ni, la rai­son de l’existence devait se trou­ver dans ce que le monde est, par oppo­si­tion à ce qui n’est pas possible. »

LSD ? Métham­phé­ta­mine ? Crack ? L’histoire ne le dit pas.

Ce qu’on constate, c’est que son humble ambi­tion cor­res­pond à une ten­ta­tive de tout expli­quer : l’esprit, l’univers, l’existence, la matière, vrai­ment Tout (et vrai­ment n’importe com­ment, comme vous allez le voir). Sans for­ma­tion en sciences exactes, il s’est lan­cé dans une entre­prise stu­pé­fiante d’élaboration d’une « théo­rie de tout » (rap­pe­lons que la théo­rie du tout est un Saint Graal scien­ti­fique, jamais décou­vert, même par Ein­stein et les quelques scien­ti­fiques de renom qui s’y sont essayés), qui, para­doxa­le­ment, n’aboutit à rien. Le carac­tère non scien­ti­fique de sa théo­rie lui a d’ailleurs été signa­lé dès le départ sur le forum de Futu­ra-Sciences, où il a ten­té de la présenter.

N’étant pas à une contra­dic­tion près, Vincent Migne­rot écrit que :

« Ni les plus grands esprits ni les plus per­for­mants ordi­na­teurs ne par­vien­dront jamais à com­prendre exac­te­ment l’agencement de tout, […] »

Et, la page d’après :

« Tel est, selon le modèle Essai Sur la Rai­son de Tout (abré­via­tion ESRTV), le prin­cipe orga­ni­sa­teur de toute exis­tence : la construc­tion du lien. L’objet existe s’il est capable d’établir et main­te­nir le lien, sinon il est annu­lé (ESRTV cha­pitre 1 : L’Univers).

Ce prin­cipe est valable pour tout objet ou tout ensemble d’objets, inertes, vivants, humains, tech­no­lo­giques (ESRTV, les quatre prin­cipes d’existence : 1.3.11 Prin­cipe d’Evolution ; 3.4.20 Prin­cipe de vie ; 4.3.16 Prin­cipe d’humanité ; 4.10.6 Prin­cipe tech­no­lo­gique) et il est à ce point néces­saire que tous les objets de l’Univers ne peuvent qu’être sou­mis à la com­pé­ti­tion pour créer du lien, le main­te­nir pos­sible et aug­men­ter sa force glo­bale. Tous les objets existent les uns par rap­port aux autres pour être les plus per­for­mants dans la construc­tion pérenne de la plus puis­sante matrice exis­ten­tielle possible. »

Tout au long de son livre, on retrouve (ain­si que le lais­sait entre­voir l’avant-propos) l’idée toxique (et anti-scien­ti­fique) selon laquelle l’être humain est une créa­ture intrin­sè­que­ment des­truc­trice, vouée à détruire son envi­ron­ne­ment. Ain­si il écrit :

« […] nous savons que toute ten­ta­tive de pro­tec­tion active de l’environnement est vaine, […] »

En outre, son livre est truf­fé d’assertions erro­nées et fan­tai­sistes, de géné­ra­li­sa­tions et d’abstractions n’ayant aucune vali­di­té scien­ti­fique (deman­dez à n’importe quel anthro­po­logue, à n’importe quel bio­lo­giste, à n’importe quel eth­no­logue, ce qu’il pense des théo­ries de Vincent Migne­rot), comme :

« Pour rap­pel, un mode de rela­tion à l’environnement pour l’humain qui serait régu­lé au mieux par la vie et n’aurait ain­si pas d’impact néga­tif sur elle, défi­nis­sant ain­si un “niveau de vie neutre” de réfé­rence cor­res­pon­drait à celui que nos ancêtres homi­ni­dés ont eu au début de la période du paléo­li­thique infé­rieur, il y a plus de 800 000 ans. »

Rap­pe­lons ici que nous savons que plu­sieurs socié­tés humaines, plu­sieurs peuples autoch­tones, encore vivant, loin de le détruire, enri­chissent leur milieu natu­rel (à ce sujet il faut consul­ter, par exemple, les tra­vaux de l’eth­noé­co­logue Serge Bahu­chet, du bio­lo­giste Madhav Gad­gil ou encore de l’é­co­logue Charles M. Peters).

Migne­rot est aus­si un pro­pa­gan­diste de la pro­jec­tion capi­ta­liste qui vou­drait que la com­pé­ti­tion soit le moteur unique de l’évolution :

« En outre, oublier de men­tion­ner la com­pé­ti­tion dans les pro­po­si­tions cen­sées nous sau­ver implique de devoir pro­po­ser un modèle uni­ver­sel d’évolution dont la com­pé­ti­tion ne serait pas le moteur, ce qui n’a jamais été fait jusqu’à aujourd’hui, inva­li­dant de fait la per­ti­nence de toute invi­ta­tion au lâcher prise. »

De nom­breux (et véri­tables) scien­ti­fiques ont beau­coup dis­ser­té à ce sujet, pro­po­sant plu­sieurs théo­ries. Lynn Mar­gu­lis et Pierre Kro­pot­kine, pour ne prendre que deux exemples, ont plu­tôt sug­gé­ré que c’est la coopé­ra­tion (la sym­biose ou l’en­traide) qui consti­tue la pierre angu­laire de l’évolution.

Mais Vincent Migne­rot n’est pas à leur niveau, il plane loin, très loin, trop loin, dans l’exosphère des abstractions :

« Si ESRTV par­vient à reprendre l’histoire de l’évolution pour toutes choses et depuis l’origine de toute his­toire pos­sible, nous ne consi­dé­re­rons dans ce texte que les élé­ments défi­nis­sants les plus signi­fiants et per­ti­nents pour carac­té­ri­ser et mettre en sens le piège de l’existence pour l’humain. Cha­cun de ces élé­ments, et tous ceux qui ne seront pas évo­qués (mais qui font par­tie de la même his­toire évo­lu­tive) pour­ront être reliés à tout autre grâce au modèle ESRTV. »

[…]

« Exis­ter exige de consti­tuer toutes les formes de liai­son pos­sibles avec l’environnement. L’humain ne peut le faire qu’en sub­ti­li­sant à la vie ses poten­tia­li­tés de liai­son, entraî­nant avec lui tout le sys­tème anthro­po­tech­nique des­truc­teur, sub­ti­li­sant encore, et au-delà de son action directe des pos­si­bi­li­tés à la vie de se maintenir.

Parce qu’il ne peut échap­per au piège que l’évolution lui aura ten­du (lui offrir la capa­ci­té de ren­for­cer ses poten­tia­li­tés d’existence dans la des­truc­tion de la vie dont il dépend), la créa­tion peut-être la plus com­plexe de l’univers — le cer­veau huma­noïde — aura eu l’existence par­mi les plus brèves au regard des infi­nies dimen­sions de l’espace-temps. »

[…]

« Tout être vivant ne peut accé­der qu’aux infor­ma­tions défi­nis­sant le réel qui lui par­viennent et qu’il peut trai­ter. La vie dans son ensemble, qui a tou­jours régu­lé son adap­ta­tion afin de ne jamais exploi­ter l’environnement au-delà des poten­tia­li­tés de cet envi­ron­ne­ment à main­te­nir la vie pos­sible, ne connaît du réel que ses pro­prié­tés com­pa­tibles avec les besoins du main­tien de la pos­si­bi­li­té de repro­duc­tion de géné­ra­tion en géné­ra­tion. La vie est inca­pable de ne pas consi­dé­rer de sa rela­tion à l’environnement toutes les contraintes qui l’empêchent d’acquérir un quel­conque avan­tage adap­ta­tif qui vien­drait remettre en cause sa propre existence. »

[…]

« La contrainte pour l’humain de ne consi­dé­rer des rela­tions d’objets dans le réel que les infor­ma­tions favo­rables à l’exercice d’une emprise pour un béné­fice propre implique la consi­dé­ra­tion de pro­prié­tés de l’objet incom­pa­tibles avec la réa­li­té de l’inscription de cet objet dans le conti­nuum évo­lu­tif. Ce qu’un humain pense d’un objet est ce qui est poten­tiel­le­ment béné­fique à son adap­ta­tion, sans consi­dé­ra­tion de ce qui est néces­saire au main­tien de l’existence de l’objet dans sa propre filia­tion évolutive. »

[…]

« Bien que la pen­sée auto­rise la créa­tion de confi­gu­ra­tions de rela­tions d’objets ori­gi­nales, la néces­si­té de main­te­nir pos­sible l’évolution n’autorisera la sélec­tion, dans l’exercice de l’emprise sur le réel, que des objets qui main­tien­dront la pos­si­bi­li­té d’existence des êtres pen­sants et de la capa­ci­té d’emprise.

La capa­ci­té d’abstraction vient résoudre le para­doxe exis­ten­tiel humain. Les seules infor­ma­tions extraites de la rela­tion au réel ne suf­fisent pas à créer de nou­velles poten­tia­li­tés de rela­tion per­met­tant de palier les des­truc­tions consé­quentes à l’exercice de l’emprise. Condam­né à trans­for­mer et dété­rio­rer le monde mal­gré tout, l’humain avance vers son auto­des­truc­tion. La pos­si­bi­li­té de créer, à par­tir des infor­ma­tions pro­ve­nant du réel mais hors des contraintes de la régu­la­tion de la vie par la vie, des ensembles d’informations défi­nis­sant des confi­gu­ra­tions de rela­tion à l’environnement inédites per­met à la fois d’apprendre à contour­ner les écueils par la consti­tu­tion de condi­tions de liai­son au monde inédites et de nier l’inévitable fin à terme par l’écriture d’une nou­velle his­toire fic­tion­nelle dif­fé­rente de celle écrite jusque-là par la vie dans son ensemble. »

[…]

« Toute pen­sée, même une pen­sée opti­miste sur l’avenir, ne peut que par­ti­ci­per à la des­truc­tion de l’équilibre éco­lo­gique vital et à la dis­pa­ri­tion de l’humain à terme. »

[…]

« L’humain, parce qu’il est contraint de n’accéder qu’à ce qui le sert direc­te­ment et égoïs­te­ment en occul­tant ce qui le détruit à terme n’en connaî­tra, d’une part, jamais assez pour apai­ser son angoisse de soli­tude aug­men­tée par celle de son auto­des­truc­tion, d’autre part sera tou­jours igno­rant de ce qu’il tra­vaille ardem­ment à reje­ter de ses propres liens défi­nis­sants, pour­tant phy­si­que­ment insécables. »

Ce qui appa­raît clai­re­ment, dans ce dis­cours déli­rant qu’est Le piège de l’existence, c’est que Vincent Migne­rot, à l’instar de beau­coup d’individus alié­nés et éga­rés au sein de la socié­té indus­trielle, ne se rend plus compte que l’être humain, comme tous les êtres vivants, est (tech­ni­que­ment) autant en mesure de pré­le­ver ce dont il a besoin du ter­ri­toire éco­lo­gique dont il fait par­tie que de lui rendre ce dont celui-ci a besoin pour pros­pé­rer (que cela soit sous forme d’urine, d’excrément, ou de corps en décom­po­si­tion, etc.), et il oublie que la Terre reçoit de l’éner­gie du Soleil et que les plantes s’en nour­rissent (pho­to­syn­thèse). Ain­si, il écrit (atten­tion ça pique) :

« Il n’est pas pos­sible d’envisager scien­ti­fi­que­ment, ration­nel­le­ment que la fabri­ca­tion d’un pro­duit, quel qu’il soit, ou que la mise en œuvre d’une agri­cul­ture, de quelque type qu’elle soit, puisse n’avoir aucun impact sur l’environnement ou le pro­té­ger d’aucune façon. Il fau­drait pour cela que les res­sources (miné­rales ou issues de la bio­masse) néces­saires à la mise en œuvre de ces modes d’emprise des­quels nous tirons avan­tages pro­viennent d’un autre sys­tème que la terre afin de ne pas les sous­traire aux besoins de la vie et que les avan­tages acquis “décon­somment” les apports en éner­gie qu’ils auront exi­gés, ce qui ren­drait le bilan neutre, tout en n’ayant aucun rési­du ou que ceux-ci soient expul­sés “par magie” dans l’espace ou enter­rés très pro­fon­dé­ment. Pour obte­nir un bilan véri­ta­ble­ment posi­tif, il fau­drait que ces actions consi­dé­rées éco­lo­giques “décon­somment” aus­si l’énergie uti­li­sée par d’autres actions humaines en fai­sant tout autant dis­pa­raître leurs déchets. Mais l’impossibilité d’exploiter des res­sources extra-ter­restres, de reje­ter nos déchets en-dehors de notre éco­sys­tème ou de répa­rer les dégâts résul­tants de l’activité humaine sans encore consom­mer de l’énergie et d’autres res­sources ter­restres (afin par exemple de main­te­nir les ren­de­ments agri­coles contre l’inévitable appau­vris­se­ment des sols) inter­disent de telles possibilités.

Si le bon sens suf­fit à le devi­ner, ce sont de sur­croît des prin­cipes phy­siques élé­men­taires, ceux de linéa­ri­té de l’écoulement du temps et de non réver­si­bi­li­té des phé­no­mènes, qui confirment que les effets délé­tères de l’existence humaine sont stric­te­ment cumu­la­tifs, sans répa­ra­tion pos­sible. Il n’est pas plus pos­sible de rafraî­chir le cli­mat, de res­tau­rer les ren­de­ments agri­coles, d’empêcher l’acidification des océans ou la mon­tée des eaux, de reti­rer les per­tur­ba­teurs endo­cri­niens et les métaux toxiques de la chaîne ali­men­taire de l’ensemble du vivant… que de res­sor­tir la poudre du cacao de son cho­co­lat chaud. Jusque-là, parce que nous avions à dis­po­si­tion suf­fi­sam­ment de res­sources et d’énergie pour mas­quer la dégra­da­tion pro­gres­sive de l’environnement, nous avons pu croire en la pos­si­bi­li­té d’un déve­lop­pe­ment infi­ni. Mais ces res­sources vont man­quer à court terme et nous n’aurons rien pu réparer.

Un objet “éco­lo­gique” fabri­qué par l’humain ou une action humaine res­pec­tueuse de l’équilibre éco­lo­gique vital, ça n’existe pas et ça n’est pas possible. »

Il dénonce alors l’impossibilité que consti­tue, selon lui, la « décrois­sance » (en en remet­tant une couche sur la com­pé­ti­tion exis­ten­tielle comme moteur de Tout, et en affir­mant que ceux qui ne sont pas d’ac­cord avec sa pro­jec­tion du capi­ta­lisme sur le monde vivant et sur la vie en géné­ral ne sont que des néga­teurs de l’évolution) :

« Une “décrois­sance” n’est pas plus pos­sible qu’une tran­si­tion éner­gé­tique, pour les mêmes rai­sons et il fau­dra, à ceux qui pensent qu’il est envi­sa­geable de nous affran­chir de la riva­li­té, pro­po­ser a mini­ma un modèle expli­ca­tif du réel dans lequel la com­pé­ti­tion exis­ten­tielle n’est pas le moteur de toute évo­lu­tion (ou il leur fau­dra nier l’évolution).

Si huma­ni­té et éco­lo­gie sont ration­nel­le­ment incom­pa­tibles (à tel point que pen­ser pos­sible la pro­tec­tion de l’environnement relève de l’authentique croyance, peut- être même du délire col­lec­tif), il est tou­te­fois com­pré­hen­sible que nous ayons spon­ta­né­ment besoin d’entretenir un dis­cours ras­su­rant sur ce para­doxe. D’un point de vue évo­lu­tif nous pou­vons même admettre que le fan­tasme éco­lo­gique soit légi­time, puisque sans lui nous ne pour­rions main­te­nir notre “pro­gres­sion existentielle”. »

Et replonge dans ses élu­cu­bra­tions morbides :

« Une des rai­sons qui expli­que­rait pour­quoi nous ne par­ve­nons pas à admettre l’incompatibilité de notre exis­tence avec l’équilibre natu­rel de l’évolution de la vie sur terre (la capa­ci­té de la vie à se main­te­nir pos­sible) serait à trou­ver peut-être dans le fonc­tion­ne­ment même de notre esprit […] »

[…]

« La pro­tec­tion de l’environnement étant par défi­ni­tion impos­sible pour l’humain, sa pro­mo­tion, loin de ralen­tir notre déve­lop­pe­ment par­ti­cipe à notre aveuglement. »

Vers la fin du livre, il réca­pi­tule modestement :

« Lorsque j’ai com­men­cé à écrire, je n’avais pas idée du résul­tat que j’allais obte­nir. J’ai sui­vi les indi­ca­tions de mes sens, de mon expé­rience, pour poser sur le papier ce qui allait deve­nir “un modèle de com­pré­hen­sion du réel struc­tu­ré autour d’une chaîne argu­men­taire pré­ten­due sans rup­ture qui tente de défi­nir pré­ci­sé­ment et sim­ple­ment les lois régis­sant les rela­tions exis­ten­tielles entre tous les objets.”

Si j’ai été autre­fois naïf et enthou­siaste, si j’ai pu croire qu’il était pos­sible de chan­ger un monde que je pen­sais impar­fait, quan­ti­té de nuits blanches et d’abîmes réflexifs, tem­pé­rés pro­gres­si­ve­ment par un minu­tieux tra­vail de remon­tage, élé­ment par élé­ment, d’un plan cohé­rent pour com­prendre la tota­li­té du monde ont apai­sé mes excès et mon­tré l’indifférence du réel à mes humeurs.

Les conclu­sions d’Essai Sur la Rai­son de Tout sont pes­si­mistes. Et je crains que l’épreuve de la contra­dic­tion expé­ri­men­tale, ana­ly­tique, logique et sim­ple­ment la réa­li­té ne viennent les confir­mer. La lec­ture de cet essai et des articles de ce recueil de textes lais­se­ront cer­tains désa­bu­sés, mélan­co­liques peut-être. Mais il n’y a là aucun drame. »

[…]

« Le lec­teur accé­de­ra par ce texte, s’il le peut, s’il le sou­haite, à la réins­crip­tion de son être phy­sique et spi­ri­tuel à l’ensemble de tout ce qui peut être, quelle que soit sa nature. Ni bar­rières, ni limites, hor­mis celles que notre sin­gu­la­ri­té humaine façonne en nous. La “matrice” argu­men­taire d’ESRTV est valable à toutes les échelles, en tout temps, en tous lieux, pour tous les objets pos­sibles. Les infi­nis sont réunis en un seul lieu et leur essence com­mune est retrouvée. »

[…]

« Alors que le prin­cipe d’évolution (ESRTV § 1.3.11) impose des direc­tives strictes, invio­lables à l’existence et sans doute dif­fi­ciles à gérer pour une huma­ni­té aban­don­née par la vie dont elle est issue, lais­sée seule pour sup­por­ter ses para­doxes exis­ten­tiels, l’esprit humain est jus­te­ment capable de s’affranchir du réel afin de recréer des mondes inté­rieurs aux repré­sen­ta­tions plus amènes, plus flat­teuses. Ces fic­tions recons­truites à par­tir de l’expérience ne sont pas fausses, elles sont la véri­té de l’humain. Mais elles ne per­mettent pas l’accès à la véri­té absolue.

La très grande rigueur métho­do­lo­gique d’ESRTV per­met, sans se perdre, sans se renier et au-delà du conflit et de l’imaginaire, d’accepter que l’humanité est une et que si elle ne peut pas spon­ta­né­ment tout com­prendre du réel, tout ce qui existe obéit bien à un seul ensemble de lois phy­siques, universelles. »

Et se per­met de conclure sur ces décla­ra­tions sur­réa­listes, dan­ge­reuses et contra­dic­toires (au vu de son propre travail) :

« Nous fai­sons tous par­tie d’un même sys­tème, qui obéit à un ensemble de lois invio­lables. Ne serait-ce pas d’ailleurs s’offrir une posi­tion pri­vi­lé­giée, voire méga­lo­mane (cer­tains auraient sûre­ment quelque fan­tasme mes­sia­nique inavoué), que de décla­rer avoir com­pris le monde et de se posi­tion­ner en-dehors de lui, cher­chant à impo­ser à l’autre une véri­té auto­pro­cla­mée mais néces­sai­re­ment par­tielle puisqu’elle ne com­prend pas, ni même par­fois tolère, l’existence de cet autre ? » [Dit-il qui déclare avoir com­pris la tota­li­té du monde et qui a éla­bo­ré une théo­rie de tout, non mais quelle blague, NdA]

[…]

« Alors, si aucune solu­tion n’est pos­sible contre notre auto­des­truc­tion, que devons-nous faire, que pou­vons-nous faire ?

Rien.

Ou plu­tôt, comme nous ne pou­vons pas ne rien faire du tout, ce qui revien­drait à nous ôter la vie, accep­tons et assu­mons ce que nous sommes. Qui d’ailleurs se sui­ci­de­rait seule­ment pour sau­ver un monde qu’il ne pour­rait plus voir une fois parti ? »

[…]

« Ne chan­geons rien, comme c’est déjà le cas : mal­gré nos dis­cours et l’impression que nous avons de “résis­ter”, nous avan­çons tou­jours selon les simples termes du prin­cipe d’humanité. Conti­nuons donc à construire du lien à notre façon afin de gérer au mieux notre anxié­té, pour­sui­vons l’amélioration de notre condi­tion, dont il n’est pas pos­sible de nier objec­ti­ve­ment qu’elle détruit notre envi­ron­ne­ment de façon irré­mé­diable, et nous-mêmes à terme. Conser­vons et pro­té­geons nos pas­sions, nos métiers, nos loi­sirs, nos lubies, puisque sans eux nous ne sommes rien d’humain. Ras­su­rons-nous au sein des com­mu­nau­tés qui nous font, entre­te­nons nos croyances, pre­nons soin de notre âme.

C’est tout ce dont nous sommes capables. Ne nous men­tons pas sur nos capa­ci­tés à chan­ger les choses et notre nature, ne nous pre­nons pas pour ce que nous ne pou­vons être. »

[…]

« L’important reste sûre­ment de défi­nir un but à notre exis­tence et il ne peut être que de consti­tuer le réseau de rela­tions à la fois le plus riche, le plus solide pos­sible et qui nous cor­res­ponde, afin que nous nous sen­tions tous moins seuls mal­gré nos dif­fé­rences et nos anta­go­nismes. Ce simple objec­tif ne convien­dra peut-être pas à notre méga­lo­ma­nie, mais c’est le seul qui explique tout ce que nous sommes, autant notre orgueil que notre insatisfaction.

Quant à notre ave­nir, si nous sommes contraints de détruire notre monde, la meilleure éco­lo­gie pos­sible reste assu­ré­ment d’apaiser notre culpa­bi­li­té, qui nous pré­ci­pite plus vite encore vers notre fin, par fré­né­sie consu­mé­riste dis­si­mu­la­trice. Nous ne sommes que les pro­duits d’une évo­lu­tion qui nous illu­sionne sur nos capa­ci­tés à l’influencer, tout ce que nous fai­sons accé­lère notre perte, et nous n’y pou­vons rien. »

Il y aurait beau­coup à dire sur le nar­cis­sisme, la pré­ten­tion, le délire mys­tique et omni­scient, la ratio­na­li­sa­tion du sta­tu quo et de l’inaction, et fina­le­ment le pes­si­misme anthro­po­lo­gique qui carac­té­risent le gali­ma­tias de Vincent Migne­rot. S’il énonce par­fois des choses exactes (à pro­pos des éner­gies soi-disant « vertes », par exemple, ou de l’in­sou­te­na­bi­li­té de la civi­li­sa­tion indus­trielle) et qu’il men­tionne par­fois des phé­no­mènes scien­ti­fiques avé­rés, la manière dont il les uti­lise, les relie et les agence, relève d’une construc­tion idéo­lo­gique absurde (et déli­rante), et non scien­ti­fique (ain­si qu’on le lui avait fait remar­quer sur Futu­ra-Sciences). Le carac­tère amphi­gou­rique de son pro­pos devrait sau­ter aux yeux.

Chaque jour, 200 espèces sont pré­ci­pi­tées vers l’extinction, des tonnes de plas­tique sont déver­sées dans les océans, des tonnes de CO2 sont émises dans l’atmosphère, des tonnes de pro­duits chi­miques toxiques en tous genres sont répan­dues un peu par­tout sur terre, des hec­tares de forêts sont détruits, des hec­tares de sol sont béton­nés, etc., ad nau­seam. Chaque jour les oppres­sions et les alié­na­tions du capi­ta­lisme et de son escla­vage sala­rial, de l’im­pos­ture démo­cra­tique, du patriar­cat, leur des­truc­tion de ce qu’il reste de com­mu­nau­té humaine et d’hu­main dans l’hu­ma­ni­té, pro­gressent. Mais pour Vincent Migne­rot et Adras­tia, qui ne semblent pas recon­naître l’exis­tence de ces oppres­sions et des nom­breux méca­nismes de coer­ci­tions qui consti­tuent la civi­li­sa­tion indus­trielle, nous sommes tous autant res­pon­sables de la situa­tion. Et nous ne pou­vons et devrions pas lut­ter contre. Pour des rai­sons évi­dentes, cette idéo­lo­gie doit être expo­sée et combattue.

Quant à nous, nous n’a­vons pas la pré­ten­tion d’a­voir élu­ci­dé le mys­tère de l’exis­tence, nous n’a­vons pas non plus de pré­ten­tion omni­sciente concer­nant la longue his­toire du genre humain, nous n’a­vons pas de théo­rie de tout, nous n’a­van­çons pas de dogme concer­nant une soi-disant nature (que d’au­cuns vou­draient des­truc­trice) de l’homme, de l’être humain ou de l’es­pèce humaine. Nous ne croyons cer­tai­ne­ment pas qu’un « prin­cipe d’é­vo­lu­tion uni­ver­sel » aurait « ten­du à l’hu­ma­ni­té » un « piège exis­ten­tiel [sic] ». Nous consta­tons la diver­si­té cultu­relle qui a très long­temps carac­té­ri­sé l’hu­ma­ni­té, et qui la carac­té­rise encore aujourd’­hui — même si cette diver­si­té se réduit comme peau de cha­grin à mesure que l’ex­pan­sion de la civi­li­sa­tion la détruit. Nous consta­tons donc qu’il est pos­sible pour l’être humain de s’or­ga­ni­ser et de vivre autre­ment, qu’au­cune fata­li­té bio­lo­gique ne le condamne à détruire son milieu. Nous consta­tons aus­si les méca­nismes très concrets, les ins­ti­tu­tions et les struc­tures maté­rielles qui orga­nisent la ser­vi­tude moderne de la civi­li­sa­tion indus­trielle. Nous consta­tons ain­si la répar­ti­tion très inégale des res­pon­sa­bi­li­tés concer­nant l’or­ga­ni­sa­tion sociale domi­nante et sa per­pé­tua­tion. Et nous n’ac­cep­tons pas l’injustice.

De même que Jean de La Fontaine :

« Je ne crois point que la nature
Se soit lié les mains, et nous les lie encor,
Jusqu’au point de mar­quer dans les cieux notre sort.
Il dépend d’une conjoncture
De lieux, de per­sonnes, de temps ;
Non des conjonc­tions de tous ces char­la­tans. »

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
3
Shares
10 comments
  1. Je ne connais­sais pas ces écrits de Mignerot.
    Il y a dans cette purée de mots et ce fata­lisme quelque chose qui m’é­voque les textes fon­da­teurs de mou­ve­ments sec­taires, dans le genre de Stei­ner, avec un côté mys­tique qui trans­pa­raît dans le pré­ten­tieux titre de « théo­rie du tout » même si le texte se veut « philosophique ».
    En par­lant de phi­lo­so­phie, il semble que Migne­rot ait rete­nu la leçon de Bour­dieu qui disait qu’en France pour paraître sérieux un livre doit com­por­ter au moins 20% de phrases obs­cures voire inin­tel­li­gibles. Migne­rot aurait plu­tôt dû lire Nietzsche, qui écri­vait dans le Gai Savoir : « Celui qui se sait pro­fond s’efforce d’être clair ; celui qui vou­drait sem­bler pro­fond à la foule s’efforce d’être obs­cur. Car la foule tient pour pro­fond tout ce dont elle ne peut pas voir le fond ».
    Il est tou­jours pénible de devoir consa­crer des efforts à démon­ter le dis­cours de ce genre de per­son­nage, mais c’est mal­heu­reu­se­ment néces­saire vu leur audience. Mer­ci pour votre travail !

  2. Mer­ci pour ces cri­tiques, que j’ai sur­vo­lé (car ça fait beau­coup). Effec­ti­ve­ment, je ne m’é­tais pas ren­du compte de cer­tains points. Je trouve Pablo Ser­vigne plus sain, bien qu’un peu trop « bisounours ».
    Je pense en revanche que le tra­vail des col­lap­so­logues est utile, au moins pour avoir bien en conscience la fini­tude des res­sources et, de fait, de notre mode de vie absurde. En tout cas, le notre, les « thermo-industriels ». 

    Un point sur lequel j’ai til­té lors de l’é­coute d’une ITW de Vincent Migne­rot (il y a quelques semaines) est le fait qu’il parle de la néces­si­té de main­te­nir une gou­ver­nance (je ne me sou­viens plus des termes pré­cis) pour gérer la poli­tique, les ins­ti­tu­tions, en cas d’effondrement. Ça m’a fait froid dans le dos car de « grandes causes » (réchauf­fe­ment cli­ma­tique, ter­ro­risme) sont sys­té­ma­ti­que­ment uti­li­sées pour jus­ti­fier une « gou­ver­nance mon­diale » et main­te­nir en place des puissants/dominants et fina­le­ment une forme de tota­li­ta­risme qui nous empêche de vivre. Je me suis dit « pour qui bosse Vincent Migne­rot ? ». Il serait bon de creu­ser là dessus…

  3. Vous écri­vez ci-des­sus « Chaque jour les oppres­sions et les alié­na­tions du capi­ta­lisme et de son escla­vage sala­rial, de l’imposture démo­cra­tique, du patriar­cat, leur des­truc­tion de ce qu’il reste de com­mu­nau­té humaine et d’humain dans l’humanité, progressent. »
    Mais nous sommes toutes et tous co-acteurs de cette réa­li­té en tant qu’­hu­main. Sous une forme ou une autre. Cette réa­li­té n’est pas exté­rieur à nous, n’ap­par­te­nant qu’à cer­tains groupes « de pré­da­teurs ». Je pense que c’est cela que Vincent Migne­rot sou­haite dire d’une cer­taine manière.

    1. Evi­dem­ment qu’elle n’est pas exté­rieure à nous. Si elle l’é­tait, nous n’en aurions rien à cirer. Le pro­blème, c’est que Migne­rot nie toute dif­fé­ren­cia­tion des res­pon­sa­bi­li­tés. Tout le monde est cou­pable pareil de cette situa­tion. PDG, chô­meur, zadiste, Donald Trump, Ber­ta Caceres, tous cou­pables pareil. Ce qui n’a sim­ple­ment aucun sens. Ce qui est très concrè­te­ment faux.

  4. Vincent Migne­rot don­ne­ra une confé­rence au salon Vivre Autre­ment (Parc flo­ral de Paris) demain, ven­dre­di 15 mars 2019 à 14h. Peut-être y aura-t-il débat…

  5. Je vous remer­cie sin­cè­re­ment d’a­voir publié cet article. À titre per­son­nel et dans un cadre aca­dé­mique, je fais des recherches achar­nées sur le sujet d l’ef­fon­dre­ment. Hier, je suis tom­bé sur les confé­rences et enter­views de Min­ge­rot. Son dis­cours est tel­le­ment confus qu’il m’a entrai­né dans une espèce de confu­sion à pro­pos de notre capa­ci­té de réac­tion auxs crises éco­lo­giques. La lec­ture de votre article m’a éclai­ré et confir­mé ma per­cep­tion que mal­gré le fait qu’il le dis­si­mule, Min­ge­rot est un char­la­tain qui défénd sis­té­ma­ti­que­ment le déni dér­rière lequel il se cache lui même. Je n’ai pas lu son livre, mais votre texte m’a mon­tré le carac­tère extre­me­ment sco­laire de son écri­ture pseu­do philosophique/ scien­ti­fique. Un grand merci.

    1. Ça fait quelques mois que j’é­coute par-ci par là des confé­rences de V. Migne­rot. Il y aborde cer­tains points inté­res­sants comme vous le dites vous-mêmes mais il y a tel­le­ment d’af­fir­ma­tions dou­teuses qui ne résistent pas aux faits, de demi-véri­tés, d’af­fir­ma­tions gros­siè­re­ment impré­cises et sur­tout de rac­cour­cis ! Et les interviewers(euses) le mettent rare­ment devant ses contra­dic­tions. Je me disais que j’a­chè­te­rais un de ses livres pour mieux com­prendre ses rai­son­ne­ments mais avec les extraits que vous venez de mettre, vous venez de me convaincre de pas­ser à autre chose.

  6. Salut Nico­las,

    A l’é­poque de mon attaque contre toi, je n’a­vais encore rien lu de Migne­rot, et ne le connais­sais que de répu­ta­tion. Mais à force de le voir faire sa pub sur FB pour sa « loi de la dicho­to­mie à l’axe », (https://www.theorie-de-tout.fr/2011/07/16/dichotomie-a-laxe-et-libre-arbitre/#.XKsKXtjVLIU), je me suis réso­lu à y voir de plus près. J’ai fait pas mal d’ef­forts pour essayer de la « com­prendre », mais en vain, trop imbi­table et imbu­vable, la syn­taxe est par­fois tel­le­ment alam­bi­quée et hasar­deuse qu’il n’est même pas pos­sible de savoir ce qu’il y a à com­prendre, et avec quoi l’on pour­rait être d’ac­cord ou non.

    Du coup, j’ai revu ma posi­tion envers toi. J’ai sup­pri­mé de mon blog le billet moqueur, à pro­pos duquel je te dois des excuses. L’emploi au plu­riel du mot « nature », (pour par­ler de la nature d’une chose), me semble encore contre-nature, mais c’est un péché véniel à côté du gali­ma­tias amphi­gou­rique de Mignerot.

    Les gens qui le disent « scien­ti­fique » ne l’ont mani­fes­te­ment pas lu, ce n’est pas pos­sible autre­ment, sinon ils ver­raient bien qu’a­vec sa « théo­rie du tout », (dont je connais­sais bien sûr l’exis­tence), ils sau­raient que c’est un char­la­tan. Et puis bon, quand je com­prends ce qu’il dit, c’est pour consta­ter que je ne peux pas être d’ac­cord. Un type qui pré­tend que l’E­tat et le capi­ta­lisme ne sont pas une cause se situe clai­re­ment dans le camp des impé­ria­listes, y’a pas photo.

  7. Il y a une anec­dote éclai­rante sur Vincent Migne­rot. Dans sa pre­mière inter­view chez the Thin­ker­view, Vincent Migne­rot dit que l’é­vè­ne­ment qui l’a le plus mar­qué durant son enfance est d’a­voir vu le film  » l’his­toire sans fin » Wolf­gang Peter­sen. Ce film fan­tas­tique montre l’a­van­cé du « Néant » qui détruit le monde. J’ai le sen­ti­ment que cette vision du « Néant » résume a elle seule la pen­sée nihi­liste de VM.
    C’est éton­nant qu’il donne lui même la clé de com­pré­hen­sion de sa pen­sée pro­fonde. Mais quand on a conscience de cela, il est inutile de creu­ser plus loin sa vision du monde tota­le­ment biaisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le mouvement pour le climat progresse-t-il ? (par Dillon Thomson & Max Wilbert)

[...] Pour inverser la tendance, nous sommes pour la résistance directe — mais une résistance plus intelligente, plus stratégique, plus décisive, qui ne se soucie pas d’essayer de convaincre les masses ou de pétitionner le gouvernement (bien que ces méthodes soient tout de même importantes, et devraient être utilisées en parallèle). Cette stratégie soutient la formation de groupes clandestins hautement organisés qui prendraient la tête de la résistance, sabotant les nœuds cruciaux de l’infrastructure industrielle afin de sectionner les artères du capitalisme mondial. [...]
Lire

La servitude des « démocraties » modernes, anticipée (par Alexis de Tocqueville, en 1840)

Après avoir pris ainsi tour à tour dans ses puissantes mains chaque individu, et l'avoir pétri à sa guise, le souverain étend ses bras sur la société tout entière; il en couvre la surface d'un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige; il force rarement d'agir, mais il s'oppose sans cesse à ce qu'on agisse; il ne détruit point, il empêche de naître; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n'être plus qu'un troupeau d'animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.
Lire

Une autre histoire du vandalisme révolutionnaire (par Daniel Hermant)

En ces temps de lamentations collectives relativement encouragées voire organisées et orchestrées (par les médias de masse, notamment, y compris via internet), en ces temps de déploration de la dégradation d’un « symbole de la nation », ou « de l’Occident », ou « de la foi chrétienne », d’un bâtiment qui ferait partie du « patrimoine national », à savoir la cathédrale de Notre-Dame-de-Paris, il semble opportun de republier un texte de 1978 de l’historien Daniel Hermant portant sur le vandalisme (ou iconoclasme) révolutionnaire. [...]
Lire

La question nucléaire : sommes-nous « otages de la modernité » ? (par Max Wilbert)

DGR encourage la fin de l'industrialisme et le passage à des sociétés à taille humaine, d'échelle locale, et de faible intensité énergétique. Qu’en est-il des réacteurs nucléaires ? Si la vision de DGR était mise en pratique et que le réseau électrique était démantelé, cela risquerait-il de causer des fusions de cœurs de réacteurs nucléaires ? [...]