À propos d’Extinction Rebellion – Partie III : La 4e Révolution industrielle (par Kim Hill)

Le pre­mier volume de cette série d’articles expo­sait les inté­rêts indus­triels et éta­tiques der­rière l’objectif d’Extinction Rebel­lion d’atteindre la neu­tra­li­té car­bone. Dans le deuxième, nous regar­dions les objec­tifs, tac­tiques et solu­tions à la crise cli­ma­tique aux­quels ren­voie Extinc­tion Rebel­lion, et qui servent la socié­té indus­trielle au détri­ment de la nature. Dans cette troi­sième par­tie, nous nous inté­res­se­rons à l’histoire du mou­ve­ment pour le Cli­mat, aux tac­tiques uti­li­sées par les élites pour coop­ter les mou­ve­ments sociaux et les ame­ner à ser­vir l’agenda éta­ti­co-indus­triel, ain­si qu’à la nature de cet agenda.

Le pré­sent article est en grande par­tie une syn­thèse de l’enquête de Cory Mor­ning­star visant à mettre au jour les mani­pu­la­tions du mou­ve­ment Cli­mat par d’importantes entre­prises et ONG. Enquête que ceux qui tiennent à plei­ne­ment sai­sir les acteurs impli­qués dans toute cette affaire, ain­si que les tac­tiques qu’ils emploient, devraient lire sur le site de Cory, « Wrong Kind of Green ».

La fabrication du consentement

Le sec­teur des grandes entre­prises, avec son réseau de think-tanks, de groupes de pres­sion (lob­bies), d’associations com­mer­ciales, de fon­da­tions « phi­lan­thro­piques », de forums et som­mets mon­diaux et d’organisations envi­ron­ne­men­tales cor­rom­pues, oriente le « mou­ve­ment cli­mat » en direc­tion de ses propres inté­rêts depuis plus de dix ans. Ain­si que cette vidéo le for­mule, « une jeu­nesse idéa­liste est sim­ple­ment coop­tée au sein de mou­ve­ments pré­éta­blis afin de fabri­quer l’illusion d’un sou­tien popu­laire en faveur de ce que les classes diri­geantes pré­voient de faire depuis long­temps pour per­pé­tuer leur domination. »

Les indus­triels construisent le consen­te­ment dont ils ont besoin au moyen de diverses tactiques :

- Pré­sen­ter cer­tains de leurs pro­duits comme étant « verts », « éco­lo­giques », afin de ras­su­rer les citoyens pré­oc­cu­pés, de les ame­ner à se concen­trer sur des efforts quo­ti­diens de consom­ma­tion, de micro-modi­fi­ca­tions de leur style de vie, plu­tôt que sur des efforts d’organisation en vue du déman­tè­le­ment de l’économie mondiale.

- Avan­cer des solu­tions basées sur l’économie de mar­ché pour résoudre des pro­blèmes créés par l’économie de mar­ché, comme des plans de dés­in­ves­tis­se­ment des éner­gies fos­siles qui ne font en réa­li­té aucune dif­fé­rence pour le sys­tème éco­no­mique, qui est inté­gra­le­ment ali­men­té par des éner­gies fossiles.

- Pro­mou­voir, dans les médias de masse, des livres, des auteurs et des docu­men­taires qui pré­sentent diverses micro-modi­fi­ca­tions de nos modes de vie, nou­velles tech­no­lo­gies et réformes néo­li­bé­rales comme les solu­tions aux pro­blèmes éco­lo­giques actuels, et qui ne men­tionnent jamais l’action directe ou le chan­ge­ment poli­tique sys­té­mique comme des solu­tions. Exemple : Une véri­té qui dérange de Al Gore, Tout peut chan­ger de Nao­mi Klein, Après le déluge de Leo­nar­do DiCa­prio, etc.

- Pro­po­ser des for­ma­tions aux acti­vistes afin de les ame­ner à entre­prendre des cam­pagnes béné­fiques pour cer­tains inté­rêts indus­triels. Al Gore, qui consi­dère la crise cli­ma­tique comme « la plus grande oppor­tu­ni­té d’investissement jamais appa­rue dans l’Histoire », le fait depuis des années avec son « Cli­mate Rea­li­ty Lea­der­ship Corps » (Corps de Lea­der­ship de la Réa­li­té Cli­ma­tique, quel nom à la noix, NdE).

- Pla­cer les diri­geants ain­si for­més à la tête de mou­ve­ments envi­ron­ne­men­taux, des jeunes sans expé­rience préa­lable dans les mou­ve­ments acti­vistes popu­laires (grass­roots move­ments). On en revient au Cli­mate Rea­li­ty d’Al Gore, mais il y a aus­si le Sun­rise Move­ment, 350.org, The Youth Cli­mate Coa­li­tions, Zero Hour, et d’autres qui, à tra­vers des pro­grammes de for­ma­tion au lea­der­ship pour les jeunes, offrent des oppor­tu­ni­tés de car­rières, et dans cer­tains cas, des chances de ren­con­trer les diri­geants mon­diaux lors de quelque sommet.

- Pro­po­ser à des acti­vistes répu­tés de par­ti­ci­per et d’intervenir lors d’événements orga­ni­sés par des indus­triels, afin qu’ils aient l’air de se pré­oc­cu­per de la situa­tion. Le sta­tut de célé­bri­té de Gre­ta Thun­berg est un exemple récent de cette approche. Je ne juge aucu­ne­ment son choix d’avoir accep­té ces invi­ta­tions ; j’aurais pro­ba­ble­ment fait pareil si j’avais été à sa place. Ce qu’il est impor­tant de sou­li­gner sont les moti­va­tions der­rière sa média­ti­sa­tion : détour­ner l’attention du public de leur pro­gramme fon­da­men­tal, qui demeure inchan­gé, de pro­mou­voir la crois­sance économique.

- Assu­rer une cou­ver­ture média­tique favo­rable à des actions sym­bo­liques et à des mou­ve­ments non-conflic­tuels. À l’instar de la manière dont la BBC et The Guar­dian couvrent les mani­fes­ta­tions et actions d’Extinction Rebellion.

- Offrir à des acti­vistes de ter­rain des emplois dans leurs fon­da­tions et ONG afin de les orien­ter vers (et afin qu’eux-mêmes orientent vers) des solu­tions réfor­mistes, de les écar­ter des voies plus radi­cales. Même le lob­by pétro­lier recrute, cherche à « exploi­ter le pou­voir des jeunes acti­vistes, et à inté­grer l’industrie des éner­gies fos­siles dans le mouvement ».

- Inci­ter les citoyens pré­oc­cu­pés à rejoindre et sou­te­nir de grandes ONG envi­ron­ne­men­tales liées aux inté­rêts indus­triels, capi­ta­listes, à l’instar de Green­peace, d’Avaaz, du WWF, ou encore de 350.org, mais aus­si à finan­cer ces orga­ni­sa­tions. Ce qui a pour effet de détour­ner les fonds et l’attention du public de col­lec­tifs véri­ta­ble­ment popu­laires, hos­tiles aux inté­rêts indus­triels et capitalistes.

- Écar­ter des mou­ve­ments les indi­vi­dus pro­mou­vant un chan­ge­ment sys­té­mique, afin de les rendre inef­fi­caces. L’entraînement d’Extinction Rebel­lion inclut des stra­té­gies spé­ci­fi­que­ment conçues pour y par­ve­nir.

- Orien­ter les acti­vistes vers des stra­té­gies élec­to­ra­listes, afin de res­ter dans le cadre du sys­tème actuel. Le Par­ti tra­vailliste du Royaume-Uni sou­tient XR et les Démo­crates, aux USA, sou­tiennent des groupes d’activistes climatiques.

- Dis­tri­buer des bourses et des sub­ven­tions, à condi­tion que les béné­fi­ciaires alignent leurs objec­tifs avec ceux de leurs spon­sors. On pou­vait ain­si lire, dans un article de The Guar­dian en date du 12 juillet 2019 : « Un groupe de riches phi­lan­thropes et inves­tis­seurs amé­ri­cains a don­né près d’un demi-mil­lion de livres ster­ling pour sou­te­nir les grèves sco­laires pour le Cli­mat et le mou­ve­ment Extinc­tion Rebel­lion – avec la pro­messe de dizaines de mil­lions sup­plé­men­taires le mois suivant. »

À condi­tion, bien enten­du, qu’ils conti­nuent à orga­ni­ser des cam­pagnes non-conflic­tuelles et « cor­po­rate-friend­ly » (favo­rables au monde indus­triel). Par­mi ces riches phi­lan­thropes, on retrouve, quelle iro­nie, de gros bon­nets de l’industrie pétrolière.

- Sou­te­nir direc­te­ment un mou­ve­ment et accé­der à cer­taines de ses exi­gences, en usant de cette tac­tique à des fins d’autopromotion, dans le but d’obtenir une image éco­lo sans véri­ta­ble­ment chan­ger de pra­tiques. Cela amène les acti­vistes à tra­vailler, en réa­li­té, pour les inté­rêts indus­triels. L’activisme devient une cam­pagne publi­ci­taire pour dif­fé­rents sec­teurs industriels.

- Divi­ser les mou­ve­ments entre ceux qui acceptent les pro­messes du capi­ta­lisme vert, et ceux qui voient clair à tra­vers les men­songes du green­wa­shing. De cette manière, les indus­triels créent des ten­sions entre les mili­tants, qui perdent leur éner­gie à se com­battre les uns les autres au lieu de tra­vailler ensemble au déman­tè­le­ment de la socié­té indus­trielle. Les acti­vistes qui sou­tiennent les pro­messes du capi­ta­lisme vert se retrouvent à pro­mou­voir ce contre quoi luttent les mili­tants qui défendent le monde natu­rel [le déploie­ment de parcs éoliens, de cen­trales solaires, etc., sou­te­nu par une large par­tie du « mou­ve­ment éco­lo­giste », du « mou­ve­ment cli­mat », dévaste direc­te­ment et indi­rec­te­ment l’environnement, implique toutes sortes de pol­lu­tions, dégra­da­tions ou des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales, aux­quelles s’opposent d’autres mili­tants éco­lo­gistes, NdE].

Le but du « mou­ve­ment (pour le) cli­mat » est au bout du compte de pro­mou­voir la per­pé­tua­tion et l’expansion du sys­tème indus­triel, la domi­na­tion du monde de l’entreprise, ce qui s’oppose direc­te­ment aux objec­tifs de tout mou­ve­ment éco­lo­giste digne de ce nom : déman­te­ler le sys­tème éco­no­mique, pro­té­ger et régé­né­rer la nature sau­vage. Les Rebelles sont des lob­byistes d’entreprises — mais béné­voles. Les indus­triels ont réus­si — réus­sissent — à détour­ner une par­tie des inquié­tudes et des colères popu­laires qui s’expriment à leur encontre, et à les redi­ri­ger de manière à ce qu’elles sou­tiennent tout de même le sys­tème qui les génère — qu’elles devraient cher­cher à démanteler.

Gouvernance d’entreprise

Au cœur de l’équipe diri­geante d’Extinction Rebel­lion se trouvent des lob­byistes pro­fes­sion­nelles : Gail Brad­brook et Farha­na Yamin, notamment.

Pen­dant 14 ans, de 2003 à 2017, Gail Brad­brook a tra­vaillé pour Citi­zens Online, un groupe de lob­bying de l’industrie des télé­com­mu­ni­ca­tions qui pro­meut « l’inclusion digi­tale », c’est-à-dire qui essaie d’inciter autant de per­sonnes que pos­sible à uti­li­ser ses pro­duits, et qui encou­rage le déploie­ment de la 5G. Elle a uti­li­sé sa posi­tion au sein d’Extinction Rebel­lion pour lan­cer « Extinc­tion Rebel­lion Busi­ness », un réseau d’entreprises qui voit la crise cli­ma­tique comme — bien évi­dem­ment — une for­mi­dable oppor­tu­ni­té pour faire du pro­fit. Mais qui a vite dis­pa­ru après que de nom­breuses et viru­lentes cri­tiques (tout de même, c’é­tait un peu gros). La série d’articles inti­tu­lée « Astro­tur­fing the way for the Fourth Indus­trial Revo­lu­tion » (en fran­çais, plus ou moins « Dés­in­for­mer le public afin de pro­mou­voir la qua­trième révo­lu­tion indus­trielle ») exa­mine les liens de Gail Brad­brook avec le monde indus­triel et leur influence sur la rébellion.

Farha­na Yamin dirige « Track 0 », une ONG qui sou­tient les objec­tifs des Accords de Paris de la COP21 (tota­le­ment décon­nec­tés des enjeux réels aux­quels nous fai­sons face), selon laquelle : « Se mettre en route vers une éco­no­mie décar­bo­née est un impé­ra­tif éco­no­mique autant que scien­ti­fique. Cela offre de for­mi­dables oppor­tu­ni­tés d’innovation, cela incite à la concep­tion d’une myriade de nou­velles tech­no­lo­gies et d’idées qui per­met­tront d’alimenter la crois­sance éco­no­mique, cela per­met de créer des emplois, en vue d’un futur éco­no­mique lumi­neux. » Selon sa bio­gra­phie, « c’est en grande par­tie à elle que l’on doit l’objectif de neu­tra­li­té car­bone d’ici 2050 que com­porte l’accord de Paris ». Elle est éga­le­ment membre du « Glo­bal Agen­da Coun­cil on Cli­mate Change » (Conseil sur le pro­gramme mon­dial pour le chan­ge­ment cli­ma­tique) du Forum éco­no­mique mon­dial de Davos, et « col­la­bo­ra­teur asso­cié » à la « Cha­tham House », un impor­tant think-tank du milieu des affaires.

[Texte de l’i­mage : les diri­geants d’en­tre­prises s’u­nissent pour sou­te­nir l’ac­cord de Paris.] Au cas où vous vous deman­de­riez qui consi­dère les accords de Paris comme une bonne chose, comme une belle oppor­tu­ni­té de faire du profit.

Qui a fait entrer le renard dans le pou­lailler ? Que ces per­sonnes soient à la tête du mou­ve­ment Extinc­tion Rebel­lion signi­fie clai­re­ment que le mou­ve­ment n’a pas été coop­té par des inté­rêts indus­triels en cours de route, mais qu’il a été conçu, dès l’origine, comme une cam­pagne de pro­pa­gande. Il s’agit exac­te­ment de ce que désigne l’astro­tur­fing. Les bonnes inten­tions et les efforts de plu­sieurs mil­liers de rebelles valent bien peu dès lors que ce sont ces per­sonnes-là qui mènent la danse.

Les indus­triels qui sou­tiennent ain­si la rébel­lion cherchent à faci­li­ter le trans­fert de bil­lions de dol­lars d’argent public vers leurs poches. Il s’agit d’une gigan­tesque ten­ta­tive de relance d’une éco­no­mie mon­diale qui tombe en ruines. Depuis la crise finan­cière de 2007–2008, les popu­la­tions ne sou­haitent pas sou­te­nir un autre plan de sau­ve­tage. Il fal­lait donc nous le pré­sen­ter comme une néces­si­té, comme une condi­tion pour nous sau­ver des catas­trophes liées aux chan­ge­ments cli­ma­tiques. L’argent néces­saire est ponc­tion­né sur le tra­vail des tra­vailleurs sous la forme de fonds de pen­sion, taxes car­bone et impôts d’urgence cli­ma­tique. Et inves­ti dans les infra­struc­tures des indus­tries éner­gé­tiques et des tech­no­lo­gies dites « vertes » ou « propres », ce qui par­ti­cipe à l’empirement inexo­rable de la situa­tion écologique.

L’association pour les inves­tis­se­ments et mar­chés du cli­mat (Cli­mate Mar­kets and Invest­ment Asso­cia­tion) déclare : « Beau­coup de choses ont été écrites à pro­pos de la nature et de l’échelle de cette oppor­tu­ni­té éco­no­mique. Tout récem­ment, le rap­port sur la Nou­velle Éco­no­mie Cli­ma­tique (New Cli­mate Eco­no­my) a cal­cu­lé qu’une action cli­ma­tique mas­sive génè­re­rait 26 bil­lions de dol­lars d’opportunités éco­no­miques et 65 mil­lions de nou­veaux emplois d’ici 2030, qui n’existeraient pas si le scé­na­rio du busi­ness-as-usual (des affaires nor­males) se pro­lon­geait. » Il est inté­res­sant de noter que le mon­tant des pro­fits poten­tiels est du même ordre que les inves­tis­se­ments deman­dés aux gouvernements.

La crise qui inquiète les capi­ta­listes est celle de l’économie, que « l’action cli­ma­tique » doit pal­lier. Pour le monde natu­rel, qui com­prend tout être humain s’identifiant comme être vivant plu­tôt que comme uni­té de pro­duc­tion éco­no­mique, la crise désigne le fait que le capi­ta­lisme nous détruit, et « l’action cli­ma­tique », qui vise à per­pé­tuer ce sys­tème, désigne la conti­nua­tion de la catastrophe.

Cama­rade, choi­sis ta crise.

De l’antimondialisation au capitalisme inclusif

Dans les années 90 et 2000, des mani­fes­ta­tions mas­sives secouèrent le monde, contre le Forum éco­no­mique mon­dial de Davos, la Banque mon­diale, Le Fond Moné­taire Inter­na­tio­nal, l’Organisation Mon­diale du Com­merce. Ces cor­po­ra­tions, qui visent à pré­ser­ver et favo­ri­ser les inté­rêts des indus­triels au détri­ment de tout, qui ne sont pas élues, qui ne dis­posent d’aucun man­dat popu­laire, dépensent des mil­lions pour la sécu­ri­té et la pré­sence poli­cière lors de la tenue de leurs prin­ci­paux évé­ne­ments annuels afin d’assurer leur propre pro­tec­tion. Les mani­fes­tants appe­laient à les déman­te­ler, à les rem­pla­cer par des orga­ni­sa­tions qui repré­sentent réel­le­ment la popu­la­tion. Loin d’accéder à ces demandes, les élites ont infil­tré, sou­te­nu finan­ciè­re­ment et coop­té la résis­tance, construit leur propre mou­ve­ment de masse, qu’elles peuvent contrô­ler et diri­ger comme bon leur semble.

Les mani­fes­tions sont deve­nues des mar­chan­dises, un pro­duit mar­ke­ting que le milieu des affaires peut ache­ter, et que les ONG sont heu­reuses de vendre en échange de sub­ven­tions, d’attention média­tique et de boni­ments. Les pro­tes­ta­taires eux-mêmes sont à la fois des pro­duits rem­pla­çables et les des­ti­na­taires des slo­gans des mani­fes­ta­tions, qu’on leur pro­pose afin d’apaiser leur culpa­bi­li­té, ou au tra­vers de la peur, ou de la ver­tu, ou encore du besoin d’agir.

Durant les pré­misses des grèves étu­diantes pour le cli­mat de mars 2019, le Forum éco­no­mique mon­dial a dif­fu­sé une vidéo pro­mo­tion­nelle encou­ra­geant les jeunes à rejoindre les grèves. Ces grèves étaient un pro­duit, et les jeunes les clients-cibles. Pensez‑y un ins­tant. Une des ins­ti­tu­tions qui étaient la cible de mani­fes­ta­tions mas­sives il n’y a pas si long­temps, en rai­son de sa pro­mo­tion de pra­tiques des­truc­trices de l’environnement, fait main­te­nant direc­te­ment la pro­mo­tion d’un mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion qui semble avoir exac­te­ment les mêmes préoccupations.

Au lieu d’identifier le sys­tème éco­no­mique comme la cause du désastre éco­lo­gique, ce nou­veau mou­ve­ment est inci­té à diri­ger ses pro­tes­ta­tions contre le chan­ge­ment cli­ma­tique. Un mou­ve­ment inter­na­tio­nal mas­sif mani­feste actuel­le­ment contre des molé­cules de car­bone. Et, de quelque manière, l’histoire selon laquelle les entre­prises sont la solu­tion, selon laquelle le sec­teur pri­vé pour­rait tout répa­rer si seule­ment nous deman­dions aux gou­ver­ne­ments de sau­ver l’économie qui s’effondre et de leur don­ner quelques bil­lions de dol­lars pour inves­tir dans de nou­velles infra­struc­tures et sources d’énergie, est rare­ment remise en ques­tion. Le tout étant pro­mu sous cou­vert d’appellations abs­traites comme « action cli­ma­tique », lar­ge­ment accep­tées comme un objec­tif cru­cial et hon­nête, tan­dis que presque per­sonne ne cherche à com­prendre de quoi il retourne au bout du compte.

Le Forum éco­no­mique mon­dial vise un « capi­ta­lisme inclu­sif ». Mais étant don­né que le capi­ta­lisme est un sys­tème éco­no­mique qui consi­dère tout et tout le monde comme des res­sources à exploi­ter, être inclus dedans ne devrait pas être le sou­hait de tout le monde. Notre ima­gi­na­tion, notre créa­ti­vi­té, nos com­pé­tences et nos sou­haits de rendre le monde meilleur sont trans­for­més en inno­va­tion, entre­pre­na­riat et res­sources humaines. Nos insé­cu­ri­tés, ambi­tions et besoins de base sont des res­sources à cap­ter et à nous revendre sous forme de pro­duits, ser­vices et expériences.

Chaque être vivant, chaque carac­té­ris­tique natu­relle et tout ce dont le monde a besoin pour sur­vivre et vivre bien, doit être inté­gré dans le capitalisme.

Dans une éco­no­mie qui consi­dère tout ce qui existe (et même ce qui n’existe pas) comme des res­sources à vendre ou ache­ter, à faire fruc­ti­fier, les mou­ve­ments de pro­tes­ta­tion ne font pas exception.

We Mean Busi­ness (lit­té­ra­le­ment : Nous vou­lons du busi­ness) est « une coa­li­tion mon­diale d’ONG qui tra­vaillent avec les plus impor­tantes entre­prises du monde pour encou­ra­ger l’ac­tion cli­ma­tique et la prise de déci­sions poli­tiques impor­tantes ». Pour eux, le déses­poir des enfants qui craignent pour leur futur et pour la pla­nète n’est qu’une res­source de plus à chan­ger en pro­fits, à uti­li­ser pour faire tour­ner la machine. D’où leur pro­mo­tion de Gre­ta Thun­berg, des grèves pour le cli­mat, etc. Chris­tia­na Figueres, qui tra­vaille pour Me Wean Busi­ness, entre autres choses, a lar­ge­ment par­ti­ci­pé à la média­ti­sa­tion de Gre­ta Thun­berg, voir : https://www.partage-le.com/2019/09/greta-thunberg-extinction-rebellion-et-le-mouvement-pour-le-climat-developpement-durable-par-nicolas-casaux/

La 4e Révolution industrielle

Tout comme le dioxyde de car­bone est cap­té et uti­li­sé comme res­source pour extir­per les der­nières gouttes de pétrole de la pla­nète, la résis­tance (un sous-pro­duit poten­tiel­le­ment lucra­tif du sys­tème éco­no­mique mon­dial) est coop­tée et uti­li­sée pour per­pé­tuer l’exploitation des res­sources humaines. Les domi­nants savent d’ailleurs très bien ce qu’ils veulent faire de ces res­sources humaines.

Selon un article publié par Klaus Schwab, le fon­da­teur et pré­sident du Forum éco­no­mique mon­dial de Davos, sur le site inter­net du Forum : « Le Forum éco­no­mique mon­dial four­nit une plate-forme pour aider les 1 000 prin­ci­pales entre­prises du monde à façon­ner un meilleur futur ». Je ne veux vrai­ment pas ima­gi­ner quel genre de futur un mil­lier d’entreprises mul­ti­na­tio­nales pour­raient conce­voir si elles s’y met­taient ensemble. Mais je n’ai même pas à le faire, puisqu’ils l’ont décrit en détail. Cela s’appelle la 4e Révo­lu­tion indus­trielle.

D’après les mots de Klaus Schwab, tou­jours : « La 4e Révo­lu­tion indus­trielle est carac­té­ri­sée par la fusion de tech­no­lo­gies qui trans­cendent les fron­tières entre les sphères de la phy­sique, du digi­tal et de la bio­lo­gie. Par les pos­si­bi­li­tés de mil­liards de per­sonnes connec­tées par des outils mobiles, avec des pro­ces­seurs d’une puis­sance sans pré­cé­dent, une capa­ci­té de sto­ckage et d’accès au savoir illi­mi­té. Pos­si­bi­li­tés qui seront mul­ti­pliées par des avan­cées tech­no­lo­giques majeures dans des sec­teurs tels que l’intelligence arti­fi­cielle, la robo­tique, l’Internet des objets, les véhi­cules auto­nomes, l’impression 3D, la nano­tech­no­lo­gie, la bio­tech­no­lo­gie, la science de la matière, le sto­ckage d’énergie et l’information quantique. »

Plus loin, Schwab ajoute : « Cette révo­lu­tion pour­rait créer de plus grandes inéga­li­tés, notam­ment en rai­son de son poten­tiel de per­tur­ba­tion du mar­ché du tra­vail. À mesure que l’automation se sub­sti­tue au tra­vail humain dans l’économie, le rem­pla­ce­ment net d’humains par des machines pour­rait exa­cer­ber le fos­sé entre retour sur capi­tal et retour sur main‑d’œuvre. » Les riches devien­draient plus riches, et les pauvres plus pauvres. Repre­nons : « Les gou­ver­ne­ments obtien­dront de nou­veaux pou­voirs tech­no­lo­giques leur per­met­tant de ren­for­cer leur contrôle sur les popu­la­tions, au tra­vers de sys­tèmes de sur­veillance éten­due et d’un contrôle accru des infra­struc­tures digi­tales. » Enfin : « la 4e Révo­lu­tion indus­trielle va éga­le­ment pro­fon­dé­ment impac­ter la nature de la sécu­ri­té natio­nale et inter­na­tio­nale, affec­tant aus­si bien la pro­ba­bi­li­té que la nature des conflits […]. Au fur et à mesure de son déve­lop­pe­ment et de l’expansion de nou­velles tech­no­lo­gies telles que les armes auto­nomes ou bio­lo­giques, des indi­vi­dus et des petits groupes humains éga­le­ront les États en termes de capa­ci­té à pro­vo­quer des des­truc­tions mas­sives. […] la 4e Révo­lu­tion indus­trielle pour­rait en effet avoir le poten­tiel de robo­ti­ser l’humanité, et donc de nous pri­ver de notre cœur et de notre âme. »

[NdE : Petit apar­té, voi­ci la cita­tion com­plète du para­graphe dans lequel Schwab écrit cela : « Au bout du compte, tout repose sur les gens et les valeurs. Nous devons façon­ner un futur qui fonc­tionne pour nous tous en fai­sant pas­ser les gens avant tout, et en leur don­nant le pou­voir. Dans sa forme la plus pes­si­miste, la plus déshu­ma­ni­sée, la 4e Révo­lu­tion indus­trielle pour­rait en effet avoir le poten­tiel de robo­ti­ser l’humanité, et donc de nous pri­ver de notre cœur et de notre âme. Mais en com­plé­ment des meilleures par­ties de la nature humaine — la créa­ti­vi­té, l’empathie, la gui­dance — elle peut aus­si éle­ver l’humanité jusqu’à une nou­velle conscience morale col­lec­tive basée sur un sen­ti­ment de des­ti­née par­ta­gée. Il nous revient de nous assu­rer que cette der­nière pos­si­bi­li­té triomphe. »

On retrouve ici le bara­tin habi­tuel des illu­mi­nés (ou des men­teurs pro­fes­sion­nels, cela revient au même) qui consi­dèrent que jusqu’ici le déve­lop­pe­ment de la civi­li­sa­tion tech­no-indus­trielle, c’est super, et que de toute façon le pro­grès, le déve­lop­pe­ment, consti­tuent une force que l’on n’arrête pas, et que tout ce que « nous » pou­vons faire, c’est essayer d’en tirer le meilleur parti.] 

Quel argu­ment de vente ! Pau­vre­té extrême, guerre, sur­veillance, contrôle gou­ver­ne­men­tal et cor­po­ra­tiste, et déshu­ma­ni­sa­tion. Et ce sont des gens comme lui qui pro­meuvent les grèves pour le cli­mat, et uti­lisent le mes­sage de Gre­ta Thun­berg pour atteindre leurs objec­tifs [Gre­ta Thun­berg a été conviée à Davos, il est impor­tant de rap­pe­ler qu’elle n’y a pas fait irrup­tion clan­des­ti­ne­ment, NdE].

Jane Goo­dall et Gre­ta Thun­berg se ren­contrent au Forum éco­no­mique mon­dial de Davos en Jan­vier 2019, un évè­ne­ment orga­ni­sé pour pro­mou­voir la qua­trième révo­lu­tion indus­trielle (c’est écrit sur le pan­neau qui se trouve der­rière elles, THE FOURTH INDUSTRIAL REVOLUTION, soit : La qua­trième révo­lu­tion industrielle).
Vous remar­quez le logo en haut à droite (Sales­force, une entre­prise d’in­for­ma­tique) ? On le retrouve aus­si sur l’i­mage précédente.

La célèbre cita­tion attri­buée à tort à Mus­so­li­ni, qui pour­rait être de Gio­van­ni Gen­tile, selon laquelle le fas­cisme est « l’association de la puis­sance de l’État et de celle des indus­triels », consti­tue une des­crip­tion assez juste de cette der­nière phase de la mondialisation.

Un autre évé­ne­ment, orga­ni­sé en sep­tembre 2018, pro­mou­vant la 4e Révo­lu­tion indus­trielle : le « Glo­bal Cli­mate Action Sum­mit » (Som­met pour l’Action Cli­ma­tique Mon­dial), impli­quait beau­coup de ces mêmes orga­ni­sa­tions (le Forum éco­no­mique mon­dial de Davos, etc.), et était spon­so­ri­sé par Google, Face­book et Ama­zon. Voi­ci ce que sti­pu­lait son « Iti­né­raire expo­nen­tiel d’actions cli­ma­tiques » (Expo­nen­tial Cli­mate Action Roadmap) :

« Divi­ser par deux les émis­sions d’ici 2030 requiert le recours éten­du à une série de tech­no­lo­gies qui sont à dif­fé­rents stades de leur déve­lop­pe­ment. L’internet mobile, le cloud, le big data, les appli­ca­tions, les appa­reils intel­li­gents et la pre­mière géné­ra­tion d’automation indus­trielle sont des tech­no­lo­gies matures qui peuvent ser­vir de fon­da­tion pour accroître l’efficacité de toutes les indus­tries en pro­cu­rant connec­ti­vi­té et ges­tion infor­ma­tique. Les pro­chaines tech­no­lo­gies à venir sont l’intelligence arti­fi­cielle, les réseaux 5G, la fabri­ca­tion digi­tale, les cap­teurs intel­li­gents, le déploie­ment à large échelle de l’internet des objets et les drones. Cela per­met­tra un niveau sup­plé­men­taire de dimi­nu­tion des émis­sions avant 2030. Enfin viennent les tech­no­lo­gies qui sont actuel­le­ment à une phase rela­ti­ve­ment pré­coce de leur déve­lop­pe­ment – la blo­ck­chain, l’expérience d’immersion vir­tuelle et de réa­li­té aug­men­tée, les impres­sions 3D, l’édition de gènes, la robo­tique avan­cée et les assis­tants digi­taux. À ce stade, il est impos­sible de quan­ti­fier leur impact poten­tiel sur les émis­sions, mais on peut l’estimer très important. »

Notez le mot « expo­nen­tiel » dans le titre. Crois­sance expo­nen­tielle. Action cli­ma­tique expo­nen­tielle. Taux d’extinction expo­nen­tiel. On estime que toute cette nou­velle tech­no­lo­gie uti­li­se­ra jusqu’à 1/5 de l’électricité mon­diale d’ici 2025, ce qui rend absurde leur pré­ten­tion selon laquelle l’augmentation de l’efficacité éner­gé­tique per­met­tra une dimi­nu­tion de la consom­ma­tion ou des émis­sions. En outre, la plu­part de ces choses sont des armes et des tech­no­lo­gies de sur­veillance. Ce plan n’a rien à voir avec une décrois­sance de la pol­lu­tion et de la des­truc­tion indus­trielle du vivant, et tout à voir avec la guerre, la sur­veillance, la mani­pu­la­tion et le contrôle des popu­la­tions. Je sens qu’il me faut répé­ter, en lettres majus­cules que CES CHOSES SONT DES ARMES. Et tout cela est avan­cé sous l’égide de l’action climatique.

La fabri­ca­tion d’armes serait une réponse tout à fait appro­priée à la dévas­ta­tion envi­ron­ne­men­tale en cours si ces armes étaient uti­li­sées par des êtres vivants pour leur auto­dé­fense. Si elles ser­vaient à mettre hors d’état de nuire les indus­triels en train de rava­ger le monde dont nous dépen­dons. Mais ici, c’est le contraire qui se pro­duit : les indus­triels uti­lisent des armes pour atro­phier notre huma­ni­té, contrô­ler nos actions et nos pen­sées, et même nos gènes. Voi­ci l’ultime dys­to­pie pan­op­tique : des smart cities (villes « intel­li­gentes »), des comp­teurs intel­li­gents, des réseaux élec­triques intel­li­gents, des appa­reils connec­tés, la recon­nais­sance faciale, l’enregistrement de nos moindres mou­ve­ments, de chaque inter­ac­tion et chaque tran­sac­tion. Un monde où nous par­lons à des machines plus sou­vent qu’avec des humains, et où nous ne par­lons défi­ni­ti­ve­ment plus avec les arbres et les esprits. Un monde où même les lam­pa­daires parlent avec vous, et où les arbres sont rem­pla­cés par des arbres « intel­li­gents ». Aucune pos­si­bi­li­té de dis­si­dence ou de résis­tance. Nous avons été ame­nés à qué­man­der notre propre sub­ju­ga­tion et oppres­sion [ce dont traite l’excellent livre de Jaime Sem­prun et René Rie­sel, Catas­tro­phisme, admi­nis­tra­tion du désastre et sou­mis­sion durable, NdE].

Si cela se pro­dui­sait dans le monde réel, celui où des per­sonnes pensent par elles-mêmes et agissent dans leur propre inté­rêt, la popu­la­tion se sou­lè­ve­rait et brû­le­rait cha­cune de ces mille entre­prises, et détrui­rait tout leur atti­rail et leurs infra­struc­tures. Mais ici, dans ce monde d’écrans, de pro­pa­gande tech­no-fan­tai­siste, où les seules pen­sées dis­po­nibles sur le mar­ché sont des illu­sions d’entreprises pro­duites en masse, on nous pré­sente un enfant dont le mes­sage est : « Je veux que vous pani­quiez », et nous nous exécutons.

Même si le dis­cours de Gre­ta était adres­sé aux délé­gués indus­triels pré­sents au Forum éco­no­mique mon­dial de Davos, et même si son inten­tion était d’en appe­ler à mettre un terme à l’avarice entre­pre­neu­riale et à la crois­sance éco­no­mique (ce qu’elle fit en Pologne, quelques semaines aupa­ra­vant, avant que ses « conseillers » ne se mettent à plus sérieu­se­ment cadrer ses dis­cours), la vidéo de son dis­cours a été pro­mue par le Forum éco­no­mique afin de pro­mou­voir un sen­ti­ment de peur et d’urgence, qui leur sert à pro­mou­voir leurs plans basés sur le mar­ché, l’industrie et la tech­no­lo­gie en guise de solu­tion aux pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux. Encore une fois, la résis­tance est coop­tée et trans­for­mée en profits.

Ain­si que l’é­crit Cory Mor­ning­star : « Quel meilleur moyen de créer une demande pour quelque chose qui nuise à la fois à l’environnement et à la popu­la­tion que de la pré­sen­ter comme une solu­tion aux chan­ge­ments cli­ma­tiques, au tra­vers du doux et inno­cent visage de Gre­ta Thun­berg. La réa­li­té sens des­sus des­sous, l’industrie n’a plus à impo­ser sa volon­té à la popu­la­tion – qui se charge elle-même de se l’imposer via Avaaz & Co. Les gens sont ain­si ame­nés à deman­der les fausses solu­tions que le milieu des affaires pré­pare et pro­meut depuis des années, des décennies. »

[Soit la défi­ni­tion même, encore une fois, de l’astro­tur­fing, lié au concept de fabri­ca­tion du consen­te­ment déve­lop­pé par Edward Her­man, Noam Chom­sky et d’autres, NdE].

Kim Hill


La par­tie IV se pen­che­ra sur les façons dont la rébel­lion pour­rait être retour­née pour ser­vir la Vie plu­tôt que le Pro­fit, sur les bases d’une action efficace.

Tra­duc­tion : Oli­vier Len­nerts, William Blake

Édi­tion : Nico­las Casaux

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto

Print Friendly, PDF & Email
Total
18
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Nous vivons tous à Bhopal (par David Watson)

Le texte suivant a initialement été publié, en anglais, dans la revue d’écologie radicale états-unienne Fifth Estate, peu de temps après l'explosion chimique dévastatrice de Bhopal, en décembre 1984, qui continue encore à tuer aujourd'hui. Des enfants naissent déformés ou morts, la terre est contaminée. Ceux qui ont survécu au massacre — les familles de réfugiés de l’industrie ayant fui le nuage chimique — se voient mourir lentement de cancer et d'autres maladies liées à la pollution ou au stress. Nous en publions une traduction aujourd’hui, à la suite de la catastrophe industrielle ayant pris place dans le port de Beyrouth, parce que ce texte est, manifestement, toujours d’actualité, et parce que mieux vaut tard que jamais. [...]
Lire

Le Musée de l’Homme ou la mise à mort du passé (par Thierry Sallantin)

De l'étrange similitude entre la stratégie de Daech visant à effacer les traces du passé cher aux archéologues, comme à Palmyre, ou les Talibans faisant exploser les trois Bouddhas de Bâmiyân, et la stratégie des concepteurs de ce "nouveau" Musée de l'Homme où l'on prend soin d'effacer les traces de l'immense variété des peuples chère aux ethnologues, pour tenter de faire taire tout sentiment de nostalgie qui pourrait nuire au but du parcours muséal proposé aux visiteurs : admirer la Mondialisation !