Technocritiques — Conclusion : L’impasse industrielle (par François Jarrige)

Un extrait de l’ex­cellent livre de Fran­çois Jar­rige Tech­no­cri­tiques : Du refus des machines à la contes­ta­tion des tech­nos­ciences, La Décou­verte, 2014.


Qu’y a‑t-il de com­mun entre les ouvriers et les arti­sans bri­sant des machines à l’aube de l’ère indus­trielle, les dénon­cia­tions roman­tiques de cer­tains poètes du XIXe siècle, les nom­breuses déplo­ra­tions anti­ma­chi­nistes de l’entre-deux-guerres, et les contes­ta­tions des der­nières réa­li­sa­tions des tech­nos­ciences ? Appa­rem­ment rien, sinon le rejet de tra­jec­toires per­çues comme néfastes et des­truc­trices, l’op­po­si­tion à l’é­gard de dis­po­si­tifs tech­niques accu­sés d’ap­pau­vrir, d’a­lié­ner et d’hy­po­thé­quer l’a­ve­nir. L’his­to­rio­gra­phie pro­gres­siste des tech­niques a eu ten­dance à enté­ri­ner le point de vue des vain­queurs, natu­ra­li­sant les muta­tions du pas­sé comme inexo­rables et iné­luc­tables, ren­dant invi­sibles les alter­na­tives comme les points de vue des vic­times et des domi­nés. Repous­ser les dis­cours et résis­tances évo­qués dans ce livre comme de simples atti­tudes tech­no­phobes serait pour­tant un grave contre­sens. L’ar­chéo­lo­gie de ces actions et paroles dis­per­sées et oubliées montre au contraire que ce sont sou­vent les tech­ni­ciens, ceux qui savaient manier les outils et qui pos­sé­daient des savoir-faire com­plexes, qui prirent la parole et pro­tes­tèrent. C’est bien sou­vent parce qu’ils com­pre­naient les tech­niques qu’ils s’y oppo­saient. D’ailleurs, leurs cri­tiques étaient sou­vent fon­dées : les oppo­si­tions au che­min de fer, à la grande pro­duc­tion de masse méca­ni­sée, à la tech­no­lo­gi­sa­tion du quo­ti­dien, au gigan­tisme nucléaire, ou à la géné­ra­li­sa­tion des OGM, reposent sou­vent sur de très « bonnes rai­sons », ren­dues invi­sibles après coup, une fois les contro­verses refer­mées et les contes­ta­tions résorbées.

L’hos­ti­li­té à l’é­gard des tech­niques pré­sen­tée au fil de cet essai ne recouvre pas de simples réac­tions conser­va­trices liées à la peur ins­tinc­tive que l’homme aurait de sa fra­gi­li­té et de sa fini­tude. Elle est plu­tôt la réponse légi­time de cer­tains groupes à l’é­gard des bou­le­ver­se­ments qui remettent en cause l’ordre du monde. L’in­ten­si­té des plaintes a varié selon les res­sources dont dis­po­saient les acteurs et les idéo­lo­gies domi­nantes dans les­quelles ils bai­gnaient. Les soup­çons, lar­ge­ment par­ta­gés à l’aube de l’ère indus­trielle, lorsque l’im­pé­ra­tif d’ef­fi­ca­ci­té n’é­tait pas hégé­mo­nique, ont lais­sé la place à une confiance accrue dans la tech­nique et son pou­voir éman­ci­pa­teur à l’âge de l’in­dus­tria­lisme triom­phant. L’im­po­si­tion de la socié­té indus­trielle au XIXe siècle a mar­gi­na­li­sé pour un temps les résis­tances qui s’ex­pri­maient sous des formes variées. Le capi­ta­lisme indus­triel a triom­phé en construi­sant un accord géné­ra­li­sé sur la ques­tion des machines, c’est-à-dire en l’ex­cluant du champ poli­tique et de l’es­pace démo­cra­tique. La cri­tique des tech­no­lo­gies a dès lors été résor­bée comme une atti­tude fon­da­men­ta­le­ment réac­tion­naire et, en tant que telle, condam­nable à l’heure où domi­nait l’i­déo­lo­gie du « pro­grès ». Se mou­lant dans le confort de la rhé­to­rique moder­ni­sa­trice d’a­près 1945, l’his­to­rio­gra­phie a sou­vent pré­sen­té les cri­tiques du « pro­grès tech­nique » comme des régres­sions anti­hu­ma­nistes, des ten­ta­tions sté­riles d’un « retour à la terre » qui auraient pré­pa­ré le ter­rain des fas­cismes. Cette repré­sen­ta­tion conti­nue par­fois de mode­ler cer­tains juge­ments ; elle per­met de dis­cré­di­ter à bon compte toute opi­nion pro­tes­ta­taire alors même que les régimes fas­cistes et auto­ri­taires du XXe siècle furent pro­fon­dé­ment tech­no­cra­tiques et moder­ni­sa­teurs, et que les cri­tiques de la socié­té tech­ni­cienne furent sou­vent énon­cées au nom d’i­déaux éga­li­taires et émancipateurs.

***

« Il est encore une erreur fort à la mode, de laquelle je veux me gar­der comme de l’enfer. — Je veux par­ler de l’idée du pro­grès. Ce fanal obs­cur, inven­tion du phi­lo­so­phisme actuel, bre­ve­té sans garan­tie de la Nature ou de la Divi­ni­té, cette lan­terne moderne jette des ténèbres sur tous les objets de la connais­sance ; la liber­té s’évanouit, le châ­ti­ment dis­pa­raît. Qui veut y voir clair dans l’histoire doit avant tout éteindre ce fanal per­fide. Cette idée gro­tesque, qui a fleu­ri sur le ter­rain pour­ri de la fatui­té moderne, a déchar­gé cha­cun de son devoir, déli­vré toute âme de sa res­pon­sa­bi­li­té, déga­gé la volon­té de tous les liens que lui impo­sait l’amour du beau : et les races amoin­dries, si cette navrante folie dure long­temps, s’endormiront sur l’oreiller de la fata­li­té dans le som­meil rado­teur de la décré­pi­tude. Cette infa­tua­tion est le diag­nos­tic d’une déca­dence déjà trop visible.

Deman­dez à tout bon Fran­çais qui lit tous les jours son jour­nal dans son esta­mi­net ce qu’il entend par pro­grès, il répon­dra que c’est la vapeur, l’électricité et l’éclairage au gaz, miracles incon­nus aux Romains, et que ces décou­vertes témoignent plei­ne­ment de notre supé­rio­ri­té sur les anciens ; tant il s’est fait de ténèbres dans ce mal­heu­reux cer­veau et tant les choses de l’ordre maté­riel et de l’ordre spi­ri­tuel s’y sont si bizar­re­ment confon­dues ! Le pauvre homme est tel­le­ment amé­ri­ca­ni­sé par ses phi­lo­sophes zoo­crates et indus­triels qu’il a per­du la notion des dif­fé­rences qui carac­té­risent les phé­no­mènes du monde phy­sique et du monde moral, du natu­rel et du surnaturel.

Si une nation entend aujourd’hui la ques­tion morale dans un sens plus déli­cat qu’on ne l’entendait dans le siècle pré­cé­dent, il y a pro­grès ; cela est clair. Si un artiste pro­duit cette année une œuvre qui témoigne de plus de savoir ou de force ima­gi­na­tive qu’il n’en a mon­tré l’année der­nière, il est cer­tain qu’il a pro­gres­sé. Si les den­rées sont aujourd’hui de meilleure qua­li­té et à meilleur mar­ché qu’elles n’étaient hier, c’est dans l’ordre maté­riel un pro­grès incon­tes­table. Mais où est, je vous prie, la garan­tie du pro­grès pour le len­de­main ? Car les dis­ciples des phi­lo­sophes de la vapeur et des allu­mettes chi­miques l’entendent ain­si : le pro­grès ne leur appa­raît que sous la forme d’une série indé­fi­nie. Où est cette garan­tie ? Elle n’existe, dis-je, que dans votre cré­du­li­té et votre fatuité.

Je laisse de côté la ques­tion de savoir si, déli­ca­ti­sant l’humanité en pro­por­tion des jouis­sances nou­velles qu’il lui apporte, le pro­grès indé­fi­ni ne serait pas sa plus ingé­nieuse et sa plus cruelle tor­ture ; si, pro­cé­dant par une opi­niâtre néga­tion de lui-même, il ne serait pas un mode de sui­cide inces­sam­ment renou­ve­lé, et si, enfer­mé dans le cercle de feu de la logique divine, il ne res­sem­ble­rait pas au scor­pion qui se perce lui-même avec sa ter­rible queue, cet éter­nel desi­de­ra­tum qui fait son éter­nel désespoir ?

Trans­por­tée dans l’ordre de l’imagination, l’idée du pro­grès (il y a eu des auda­cieux et des enra­gés de logique qui ont ten­té de le faire) se dresse avec une absur­di­té gigan­tesque, une gro­tes­que­rie qui monte jusqu’à l’épouvantable. La thèse n’est plus sou­te­nable. Les faits sont trop pal­pables, trop connus. Ils se raillent du sophisme et l’affrontent avec imperturbabilité. »

— Charles Bau­de­laire, Curio­si­tés esthé­tiques, Expo­si­tion uni­ver­selle, 1855.

***

Depuis deux siècles, mais avec un rythme de plus en plus sou­te­nu depuis 1945, le consu­mé­risme tech­no­lo­gique s’est impo­sé comme le ciment des socié­tés. À tra­vers le défer­le­ment des publi­ci­tés et des dis­cours futu­ristes, la tech­nique semble être deve­nue notre des­tin et notre seul hori­zon. Pour­tant, le consen­sus a tou­jours été fra­gile et les socié­tés contem­po­raines n’ont ces­sé d’en­tre­te­nir un rap­port pro­fon­dé­ment ambi­va­lent à l’é­gard du défer­le­ment des tech­niques. L’his­toire longue des tech­no­cri­tiques montre la per­sis­tance des mêmes mots, des mêmes craintes, la répé­ti­tion des mêmes mises en garde, des mêmes atti­tudes de refus, en dépit de l’é­vo­lu­tion des régimes de pro­duc­tion et des milieux techniques.

Depuis le XVIIIe siècle, les impasses du pro­grès tech­nique ont été dénon­cées mille fois, la condam­na­tion des effets délé­tères de telle ou telle inno­va­tion a été for­mu­lée dans une mul­ti­tude d’é­crits et de dis­cours, d’ac­tions indi­vi­duelles et de mou­ve­ments col­lec­tifs. Trois types d’ar­gu­ments resur­gissent pério­di­que­ment pour contes­ter vagir tech­nique moderne : la cri­tique morale, fon­dée sur la défense de la liber­té et la quête d’au­to­no­mie ; la cri­tique sociale, pour­fen­dant l’i­né­ga­li­té crois­sante entre les hommes ; le dis­cours envi­ron­ne­men­tal, enfin, qui voit dans le gigan­tisme tech­ni­cien une cause de dégra­da­tion de la Terre et de ses équi­libres éco­lo­giques. Ces trois types d’ar­gu­ments ne sont pas appa­rus suc­ces­si­ve­ment, ils coexistent sans cesse, ils se com­binent et par­fois se contre­disent. Ces dis­cours ont par­fois pu se ren­con­trer et s’a­gen­cer, comme dans les années 1970, acqué­rant alors une inten­si­té et une légi­ti­mi­té inégalées.

Comme les cri­tiques du capi­ta­lisme, celles des tech­niques se sont par ailleurs déployées dans une grande diver­si­té de posi­tions qui alternent entre deux pôles prin­ci­paux : la cri­tique artiste d’une part – la tech­nique comme source de désen­chan­te­ment, d’i­nau­then­ti­ci­té, d’at­teinte à la liber­té et l’au­to­no­mie –, et la cri­tique sociale de l’autre – la tech­nique comme source de misère, d’i­né­ga­li­té, d’é­goïsme des­truc­teur des soli­da­ri­tés ou des envi­ron­ne­ments. La pre­mière est por­tée par les intel­lec­tuels et les artistes qui se veulent libres de toute attache et dont les figures de Bloy, de Ber­na­nos ou d’Or­well sont des illus­tra­tions. La seconde est davan­tage celle des mondes popu­laires et de cer­tains mou­ve­ments sociaux, sou­cieux de dénon­cer les atteintes à la condi­tion des tra­vailleurs, voyant dans la tech­nique une source de ravages sociaux et envi­ron­ne­men­taux, d’in­jus­tices et d’i­né­ga­li­tés. Mais, dans ce domaine, les sim­pli­fi­ca­tions et les typo­lo­gies trop tran­chées seraient fausses car des argu­ments et des moti­va­tions très divers coexistent au sein d’un même groupe ou d’un même individu.

L’his­toire de ces contes­ta­tions montre aus­si que la cri­tique ne suit pas un mou­ve­ment linéaire et ascen­dant, pas plus qu’elle ne naît d’une prise de conscience sou­daine à l’é­gard des risques et apo­ries du déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique. La cri­tique semble plu­tôt consub­stan­tielle à la moder­ni­sa­tion tech­nique des deux der­niers siècles ; elle la suit et la modèle en per­ma­nence. Les oppo­si­tions et résis­tances suivent un rythme cyclique et dis­con­ti­nu, elles accom­pagnent chaque phase de recon­fi­gu­ra­tion du monde indus­triel, s’in­ten­si­fient dans les moments de crise, refluent dans les périodes de cadrages moder­ni­sa­teurs comme le furent les années 1850, 1920 et, sur­tout, l’a­près-Seconde Guerre mon­diale. Ain­si, la tech­no­cri­tique est intense dans les années 1810–1820, lorsque sur­gissent la « révo­lu­tion indus­trielle » et ses méca­niques, puis à chaque phase de réagen­ce­ment du capi­ta­lisme et de son appa­reillage tech­nique. À chaque moment de crise et de trans­for­ma­tion, les cri­tiques et les mou­ve­ments de résis­tance s’ac­cen­tuent, que ce soit lors du Prin­temps des peuples de 1848, lors des graves crises du capi­ta­lisme des années 1880 et 1930, ou durant la phase de radi­ca­li­té et de bouillon­ne­ment intel­lec­tuel des années 1970.

Agbog­blo­shie, Accra, Ghana

Plu­sieurs inter­pré­ta­tions de ces contes­ta­tions et posi­tions tech­no­cri­tiques coexistent aujourd’­hui. Les plus opti­mistes y voient des formes de par­ti­ci­pa­tion au pro­ces­sus dyna­mique de chan­ge­ment tech­nique. Les cri­tiques seraient des modes d’ap­pro­pria­tion socio­cul­tu­rels des trans­for­ma­tions indus­trielles et tech­no­lo­giques, des manières de négo­cier le chan­ge­ment. Les contes­ta­tions par­ti­ci­pe­raient à la construc­tion des dis­po­si­tifs tech­niques en contrai­gnant les Ingé­nieurs et les grandes firmes à inté­grer les oppo­si­tions dans le façon­ne­ment des tra­jec­toires. Plu­tôt que les actes de bar­ba­rie et d’i­gno­rance tant dénon­cés, les résis­tances et pro­tes­ta­tions pour­raient alors être décrites comme le pôle le plus radi­cal des négo­cia­tions socio­tech­niques qui façonnent en per­ma­nence la dyna­mique des inno­va­tions. Pour de nom­breux socio­logues et expé­ri­men­ta­teurs de ter­rain, les cri­tiques sont d’a­bord des appels pour faire entrer les tech­niques en démo­cra­tie en deman­dant la prise en compte de tous les acteurs et de leurs inté­rêts. Elles seraient dès lors l’une des facettes de la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et dia­lo­gique, des invi­ta­tions à la mise en œuvre d’un façon­ne­ment démo­cra­tique des tech­niques pour que celles-ci, au lieu d’être des ins­tru­ments de pou­voir et de domi­na­tion, deviennent le pro­duit d’une créa­ti­vi­té col­lec­tive contrô­lée et à taille humaine. Les cri­tiques seraient d’a­bord des lan­ceurs d’a­lerte, dont on pour­rait défendre la légi­ti­mi­té en affir­mant, à la suite de Hans Jonas, que « la pro­phé­tie de mal­heur est faite pour évi­ter qu’elle ne se réa­lise ; et se gaus­ser ulté­rieu­re­ment d’é­ven­tuels son­neurs d’a­larme en leur rap­pe­lant que le pire ne s’est pas réa­li­sé serait le comble de l’in­jus­tice : il se peut que leur impair soit leur mérite ».

Une autre inter­pré­ta­tion, plus pes­si­miste, insiste à l’in­verse sur le carac­tère vain de ces cri­tiques, sur l’i­so­le­ment de ces mou­ve­ments et de ces dis­cours, sur leur inces­sante mar­gi­na­li­sa­tion par les pou­voirs en place. La cri­tique ne serait rien de plus qu’une manière de faire croire qu’il existe un dia­logue, un pro­ces­sus par­ti­ci­pa­tif, alors que les pos­si­bi­li­tés de négo­cier les muta­tions en cours ne cessent de se réduire au fur et à mesure de la tech­no­lo­gi­sa­tion du monde et du dés­équi­libre de puis­sance entre les acteurs, les col­lec­tifs auto­nomes et le capi­ta­lisme des grandes firmes et de la big science. Les tech­no­cri­tiques ne seraient alors rien de plus que les cris, vains et déses­pé­rés, d’ac­teurs dés­œu­vrés et iso­lés, vain­cus ou en cours de mar­gi­na­li­sa­tion. Aujourd’­hui, la plu­part de nos contem­po­rains se satis­font en effet plei­ne­ment de la colo­ni­sa­tion du quo­ti­dien par les objets tech­niques et les gad­gets high-tech rapi­de­ment frap­pés d’ob­so­les­cence. En dépit des mises en garde et des lan­ceurs d’a­lerte, il ne semble pas y avoir de salut en dehors d’eux. Comme l’é­crivent dans leur beau texte Mathieu Amiech et Julien Mat­tern, les objets tech­niques semblent de plus en plus avoir « pour fonc­tion de com­pen­ser illu­soi­re­ment l’ap­pau­vris­se­ment de la vie. Un appau­vris­se­ment auquel ils par­ti­cipent d’ailleurs en favo­ri­sant sou­vent un rap­port au monde fon­dé sur des fan­tasmes d’im­mé­dia­te­té et de toute-puis­sance ».

Écrire l’his­toire de ces plaintes, ce n’est pas désar­mer le pré­sent en mon­trant la vacui­té ou l’é­ter­nel échec de la cri­tique. C’est au contraire pro­po­ser un détour par quelques expé­riences pas­sées, oubliées et mépri­sées, afin d’of­frir des voies pour renou­ve­ler la cri­tique sociale et déco­lo­ni­ser nos ima­gi­naires. Le pas­sé nous apprend en effet que le royaume enchan­té du pro­grès tech­nique ne fut pas tou­jours consi­dé­ré comme le seul et vrai para­dis, que les évi­dences du pré­sent se sont construites en per­ma­nence en dis­qua­li­fiant d’autres tra­jec­toires pos­sibles. Comme la croyance au pro­grès qu’elle accom­pagne et sou­tient, la méca­ni­sa­tion du monde ne s’est pas opé­rée selon un long che­min paci­fique et glo­rieux : elle a sans cesse dû affron­ter des oppo­si­tions et des résis­tances. L’é­cri­ture de l’his­toire est tou­jours tis­sée d’a­mours et de sym­pa­thies, de révoltes et d’in­sa­tis­fac­tions face à l’é­tat du monde. Pro­po­ser un récit du pas­sé implique des choix, qui sont aus­si des enga­ge­ments, ce qui n’empêche ni l’hon­nê­te­té ni la rigueur. Comme l’af­fir­mait Ernest Labrousse, « il n’y a pas d’in­tel­lec­tuel sans for Inté­rieur poli­tique », même si chez beau­coup ce « for inté­rieur » ne se retrouve pas dans leurs écrits et pro­duc­tions aca­dé­miques. Dans ce livre, j’ai ain­si ten­té d’é­crire une his­toire poli­tique des tech­niques, c’est-à-dire de pen­ser la ques­tion des tech­niques à l’aune des pré­oc­cu­pa­tions du pré­sent, d’ex­plo­rer le monde tech­nique en l’ins­cri­vant au cœur des luttes sociales et des aspi­ra­tions contra­dic­toires qu’il a fait naître. Il s’a­git d’une his­toire pleine d’empathie pour ses pro­ta­go­nistes, sou­cieuse de pro­po­ser des modèles d’in­ter­pré­ta­tion géné­raux des socié­tés pas­sées et de leurs muta­tions tech­niques, mais sans jamais perdre de vue la diver­si­té des expé­riences, sans oublier les marges d’au­to­no­mie qui guident les acteurs et leurs représentations.

L’his­toire des socié­tés Indus­trielles a sou­vent été écrite en oubliant les sou­bas­se­ments maté­riels de la vie, en négli­geant à quel point les humains appar­tiennent, comme toute forme de vie, à la nature. L’his­toire et les sciences sociales se sont construites sur un grand par­tage entre nature et culture, elles ont par­ti­ci­pé de la « rhé­to­rique de la moder­ni­té » qui a mis en avant l’au­to­no­mie des socié­tés humaines à l’é­gard de tous les déter­mi­nismes natu­rels, bio­lo­giques ou phy­siques, per­sua­dées que l’hu­ma­ni­té attei­gnait le stade ultime de son évo­lu­tion et pour­rait, grâce à ses tech­niques et à leur expan­sion conti­nue, prendre en charge ion propre des­tin. Mais ce « para­digme de l’ex­cep­tion humaine » fon­dé sur la confiance Inébran­lable dans la neu­tra­li­té et la puis­sance des tech­no­lo­gies se fis­sure aujourd’­hui alors que nous vivons un temps d’ac­cé­lé­ra­tion Inédit qui s’ap­pa­rente de plus en plus à une fuite en avant pro­duite par un capi­ta­lisme cher­chant avant tout â garan­tir ses pro­fits colossaux.

L’ap­pel â l’in­no­va­tion reste le prin­ci­pal moteur du pro­gres­sisme mori­bond, le seul hori­zon d’un monde qui semble aban­don­ner ses Idéaux et ses espé­rances. Le culte de l’In­no­va­tion s’est construit peu à peu, au croi­se­ment de l’é­co­no­mie et de la crois­sance, d’une nou­velle manière de conce­voir les socié­tés, les cultures, et les mondes natu­rels. Il s’est réi­fié à un point tel qu’il semble désor­mais impos­sible d’en sor­tir. Plus qu’à aucun autre moment de l’his­toire, nous nous en sommes remis aux machines et aux tech­nos­ciences pour construire nos vies, toute tra­jec­toire alter­na­tive et toute bifur­ca­tion sem­blant désor­mais vaines. Pour­tant, beau­coup s’ac­cordent sur le fait que la vie ne sau­rait se limi­ter à la pos­ses­sion d’ob­jets inutiles. De plus en plus s’im­posent aus­si l’ur­gence et la néces­si­té de « fabri­quer une socié­té plus vivable, plus convi­viale, en ces­sant de pla­cer une confiance abso­lue dans les grands appa­reils tech­niques de la moder­ni­té — de moins en moins effi­caces et convi­viaux, de plus en plus contre-pro­duc­tifs -, en se dépre­nant de l’es­poir que la crois­sance éco­no­mique puisse résoudre mira­cu­leu­se­ment tous nos pro­blèmes ». Le temps où on pou­vait affir­mer avec confiance que la crois­sance éco­no­mique et son cor­tège de tech­no­lo­gies annon­çaient le bien-être uni­ver­sel – mal­gré les acci­dents et inéga­li­tés qui ponc­tuaient le che­min – semble bien révolu.

Désor­mais, avec l’ef­fon­dre­ment envi­ron­ne­men­tal annon­cé, la satu­ra­tion du monde en mar­chan­dises et les ren­de­ments décrois­sants qui sur­gissent par­tout – dans l’a­gri­cul­ture, les trans­ports comme la ges­tion des déchets –, tous les signes d’un essouf­fle­ment du monde tech­no­lo­gique semblent réunis. Depuis deux siècles, la quête du bon­heur a été sub­su­mée sous l’ap­pa­reillage du quo­ti­dien, et repous­sée comme une affaire indi­vi­duelle. La mul­ti­tude des che­mins explo­rés pour don­ner un sens à la vie ont été rame­nés à l’au­to­route de l’ef­fi­ca­ci­té et des plai­sirs immé­diats et fac­tices. Pour­tant, l’a­mour numé­ri­sé et ses ren­contres asep­ti­sées peuvent-ils satis­faire notre soif de recon­nais­sance et notre aspi­ra­tion à la plé­ni­tude ? Les mora­listes de notre temps ont rai­son d’in­ter­ro­ger le sens d’un pré­sent tech­no­lo­gi­sé. Sommes-nous dans une nou­velle phase de « crise de la moder­ni­té », iden­tique aux pré­cé­dentes, avec ses pro­phé­ties catas­tro­phistes rejouant les éter­nelles inquié­tudes du pas­sé ? Ne sommes-nous pas plu­tôt à l’aube d’ar­ran­ge­ments et d’en­jeux inédits qui donnent aux dis­cours pas­sés une nou­velle actua­li­té ? L’en­jeu n’est évi­dem­ment pas de reve­nir en arrière : la res­tau­ra­tion d’un pas­sé idéa­li­sé et fan­tas­mé est peu sou­hai­table et n’est d’ailleurs pas pos­sible. L’al­ter­na­tive ne sau­rait être entre la catas­trophe ou le retour en arrière, entre le pro­grès et la bar­ba­rie. Tous les dis­cours et actions explo­rés dans ce livre montrent à quel point l’emprise crois­sante des tech­niques sur nos vies ne sau­rait être iden­ti­fiée au « pro­grès ». Aujourd’­hui plus qu’a­vant, il faut trou­ver les res­sources pour sau­ver le pro­grès de ses illu­sions pro­gres­sistes, car seul l’ho­ri­zon d’un pro­grès peut nous faire agir, mais ce pro­grès doit être dis­so­cié du chan­ge­ment tech­nique car celui-ci ne peut plus être le seul éta­lon de mesure du bon­heur des socié­tés. L’en­jeu est d’o­pé­rer un détour par le pas­sé pour construire un ave­nir. Un ave­nir qui sera néces­sai­re­ment tech­nique mais qui impli­que­ra aus­si une réflexion pous­sée sur la place des tech­niques dans nos socié­tés et nos vies, sur leurs limites et apories.

Face au défer­le­ment et à l’ac­cé­lé­ra­tion tech­niques qui trans­forment le monde et les rap­ports sociaux à un rythme inédit, l’une des solu­tions pour­rait être de faire le choix de l’i­nac­tion et du ralen­tis­se­ment. Isa­belle Sten­gers en appelle ain­si au ralen­tis­se­ment des sciences et à la civi­li­sa­tion des pra­tiques scien­ti­fiques, c’est-à-dire à leur confron­ta­tion avec l’ « exté­rieur » et ses points de vue contes­ta­taires et conflic­tuels. Civi­li­ser les sciences et les tech­niques a été l’un des grands enjeux de la moder­ni­té : sou­mettre la fabri­ca­tion des objets et des pro­duits tech­nos­cien­ti­fiques à des fins dési­rables pour tous plu­tôt qu’au seul impé­ra­tif du pro­fit maxi­mal demeure sans doute le plus grand défi qui nous attend. Ce défi pour­ra peut-être être rele­vé car, contrai­re­ment à ce qu’on croit sou­vent, il est tou­jours pos­sible de « dés­in­ven­ter ». L’his­toire des tech­niques et de leurs usages montre en effet com­bien les tech­niques sont sou­vent « dés­in­ven­tées », c’est-à-dire aban­don­nées et relé­guées dans l’ou­bli. L’his­toire est rem­plie de ces machines et inven­tions célé­brées comme révo­lu­tion­naires avant d’être tota­le­ment oubliées ; même les avions super­so­niques, les pro­duits miracles comme l’a­miante, le DDT ou les CFC ont été fina­le­ment pros­crits. Plu­tôt que de céder au fata­lisme, beau­coup de tech­niques – qu’elles soient numé­riques, nucléaires ou bio­tech­no­lo­giques – pour­raient être arrê­tées et stop­pées et ces choix en faveur de l’i­nac­tion seraient peut-être les plus sages. En 2011, l’his­to­rien David Edger­ton publiait un article inti­tu­lé « Éloge du lud­disme » dans la revue scien­ti­fique Nature. Il y appe­lait les scien­ti­fiques à ces­ser les recherches inutiles en reje­tant l’ « Impé­ra­tif tech­no­lo­gique ». C’est à cette seule condi­tion, écri­vait-il, que nous ces­se­rons de « nous culpa­bi­li­ser d’être hos­tiles à l’in­no­va­tion ou en retard sur notre époque sous pré­texte que nous refu­sons d’a­dop­ter une inven­tion ». Au fond, « nous sommes libres de refu­ser les tech­niques que nous n’ai­mons pas, quand bien même des gou­rous et des gou­ver­ne­ments nous affirment de manière inté­res­sée qu’il est pri­mor­dial de les accep­ter ». L’his­toire de l’in­ven­tion n’est pas d’a­bord « l’his­toire d’un futur iné­luc­table auquel nous devons nous adap­ter sous peine de dis­pa­raître, mais plu­tôt une his­toire de futurs avor­tés ». L’op­po­si­tion aux pro­duits ima­gi­nés dans les labo­ra­toires et aux inno­va­tions tech­niques est deve­nue néces­saire, indis­pen­sable même, pour évi­ter les catas­trophes qui s’an­noncent. La plu­part des inno­va­tions ont d’ailleurs été des échecs, elles ont été oubliées ; de nom­breux dis­po­si­tifs qui sem­blaient mira­cu­leux ont été relé­gués dans les pou­belles de l’his­toire. Pour­quoi ne pas accep­ter cette pos­si­bi­li­té ? Plu­tôt que d’ab­di­quer devant l’a­ve­nir qui se construit à marche for­cée, avec ses pro­phètes futu­ristes, ne pour­rions-nous pas nous consi­dé­rer enfin libres de creu­ser des sillons oubliés en renon­çant aux tra­jec­toires qui conduisent si mani­fes­te­ment à des impasses ?

Fran­çois Jarrige

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Transphobie, antisémitisme, etc. : réponse au piètre Gelderloos et aux chancres de l’antifascisme (par Nicolas Casaux)

Les insultes donnent-elles plus de poids à un argumentaire ? Il faut croire que Gelderloos le pense, qui me traite de toutes sortes de noms d’oiseaux et me prête toutes sortes de positions dans un texte récemment traduit de l’anglais par « le Groupe Antifasciste Lyon et Environs », et publié sur le site Rebellyon.info[1]. Ce texte, truffé de mensonges, parfois par omission, de calomnies et d’absurdités en tous genres, qui s’apparente à une longue injure, appelle une mise au point. Voici donc :
Lire

La gauche, la civilisation et l’idolâtrie de la ville (par Ana Minski et Nicolas Casaux)

Aujourd'hui encore, malgré la présente situation sociale et écologique, les dynamiques inexorables que chacun constate, on retrouve, à gauche, y compris au plus à gauche de la gauche, y compris au sein de la gauche anti-industrielle (et/ou technocritique), une même célébration, un même amour de la ville, de la cité, de la vie urbaine. (À droite aussi, mais cela va de soi !) 
Lire

Anéantissez la presse ! (par B. Traven)

Humains ! Vous n’avez qu’un ennemi. C’est le plus dépravé de tous. La tuberculose et la syphilis sont des fléaux terribles qui font souffrir l’homme. Mais il existe un fléau plus dévastateur que la peste qui ravage le corps et l’âme de l’homme, une épidémie incomparablement plus terrible, plus sournoise et plus pernicieuse : j’ai nommé la presse, cette catin publique.
Lire

Cadences infernales, castration, claustration : L’enfer productiviste des cochons (par Isabelle Saporta)

L’ennui est l’un des fléaux majeurs de l’élevage industriel. Et, pas de bol pour lui, de l’avis même de la directrice de la brigade vétérinaire et phytosanitaire, « le cochon est un animal hyper-sensible psychologiquement ». À quoi reconnaît-on un porc qui déprime ? À sa propension à vouloir bouffer ses congénères ! « Lorsque les bêtes dépriment, le cannibalisme s’installe », résume, un rien narquois, ce vieux paysan breton qui, à bout de forces, a décidé de lâcher l’élevage porcin il y a quelques années. [...]