Les baleines meurent de faim – l’estomac plein de nos déchets plastique (par Philip Hoare)

Article ini­tia­le­ment publié (en anglais) sur le site du Guar­dian le 30 mars 2016, à l’a­dresse suivante.


13 cacha­lots échoués le long des côtes alle­mandes avaient ingé­ré d’immenses quan­ti­tés de plas­tique. Ils sont le sym­bole de notre mépris cho­quant pour la vie marine.

En Jan­vier, 29 cacha­lots se sont échoués autour de la Mer du Nord. Les résul­tats des nécrop­sies (l’équivalent ani­ma­lier d’une autop­sie) de 13 de ces baleines, retrou­vées sur les côtes alle­mandes, près de la ville de Tön­ning en Schles­wig-Hol­stein, viennent d’être publiés. Les esto­macs des ani­maux étaient pleins de débris plas­tique. Un filet de 13 mètres de long, une pièce de plas­tique d’une voi­ture de 70cm et d’autres mor­ceaux de détri­tus plas­tiques avaient été invo­lon­tai­re­ment ingé­ré par les ani­maux, qui les ont peut-être confon­dus avec leur nour­ri­ture, comme le cal­mar, leur met favo­ri, qu’ils consomment en les aspi­rant dans leur bouche.

Robert Habeck, ministre de l’environnement de l’état du Schles­wig-Hol­stein, explique : « ces décou­vertes nous montrent le résul­tat de notre socié­té du plas­tique. Les ani­maux consomment invo­lon­tai­re­ment des déchets plas­tiques, qui les font souf­frir, et pire, les font mou­rir de faim l’estomac plein ». Nico­la Hod­gins, de Whale and Dol­phin Conser­va­tion, ajoute : « Si les gros mor­ceaux occa­sionnent des pro­blèmes évi­dents et obs­truent les intes­tins, les plus petits mor­ceaux peuvent entraî­ner des pro­blèmes chro­niques pour toutes les espèces de céta­cés – pas seule­ment ceux qui s’alimentent pas aspi­ra­tion ».

L’image de ces grandes créa­tures, sen­sibles et pla­cides rem­plies de nos déchets est assez emblé­ma­tique de la rela­tion inégale entre l’humain et le cacha­lot. Le fait que ce der­nier pos­sède le plus grand cer­veau de tous les ani­maux ayant jamais exis­té ne fait que sou­li­gner cette déconnexion.

« La faute de l’homme »

Mal­heu­reu­se­ment, pour qui­conque suit l’histoire récente de notre impact sur les céta­cés, la situa­tion ter­rible des baleines alle­mandes n’est pas nou­velle – bien que l’importance des échoue­ments de jan­vier der­nier le soit. En 2011, un jeune cacha­lot a été trou­vé mort au large de l’île grecque de Myko­nos. Son esto­mac était tel­le­ment dis­ten­du que les scien­ti­fiques ont cru que l’animal avait pu ava­ler un cal­mar géant. Mais lorsqu’ils ont dis­sé­qués ses 4 esto­macs (les cacha­lots bien que des pré­da­teurs ont des pro­ces­sus diges­tifs simi­laires aux rumi­nants), ils ont retrou­vé envi­ron 100 sacs plas­tiques et autres débris. Un sac pré­sen­tait le numé­ro de télé­phone d’un res­tau­rant de souv­la­ki de Thes­sa­lo­nique. Les scien­ti­fiques plai­san­tèrent amè­re­ment en expli­quant que la baleine était dans l’incapacité d’appeler pour se plaindre des dom­mages cau­sés par leurs produits.

L’intensité du sort qui frappe ces baleines de la mer du Nord rap­pelle celui des alba­tros se repro­dui­sant sur l’île de Mid­way, cap­tu­ré de façon si poi­gnante par le pho­to­graphe Chris Jor­dan. Il a docu­men­té les restes sque­let­tiques de leurs jeunes, plein à cra­quer du plas­tique avec lequel leurs parents les nour­rissent invo­lon­tai­re­ment – mor­ceaux de can­nettes de bière, bou­chons de bou­teilles, bri­quets, etc. – au point que le manque de nutri­tion les fait mou­rir de faim.

Notre uti­li­sa­tion et notre abus des ani­maux semblent en pro­por­tion inverse de la révé­rence qua­si rituelle dont nous pré­ten­dons faire preuve à leur égard. Les baleines sont deve­nues l’icône marine de la menace éco­lo­gique. Nous révé­rons leur gran­deur. Mais par­fois, je me demande si tout cela n’est pas qu’illusion. Nous nous féli­ci­tons d’avoir ces­sé de les chas­ser (enfin, presque, la plu­part d’entre elles). Pour­tant de nom­breux céta­cés sont atta­qués ou tués par la pol­lu­tion que nous déver­sons dans les océans. Nous ne par­ve­nons pas à com­prendre la connexion directe entre les bou­teilles d’eau en plas­tique et leur impact sur le cycle de l’eau. Les baleines sont tou­jours vic­times de notre indus­tria­li­sa­tion, de notre insa­tiable soif de crois­sance au détri­ment de tout le reste – bien que, peut-être, de manière moins directe que par le passé.

Récem­ment, en visi­tant l’unité de sto­ckage où le Muséum d’Histoire Natu­relle de Londres range les mil­liers de spé­ci­mens qu’ils sont inca­pables – ou réti­cents – d’exposer dans le musée, le conser­va­teur des ver­té­brés, Richard Sabin, m’a mon­tré un car­ton sans rien d’inscrit dans un coin. Il m’a conseillé de regar­der à l’intérieur. Lorsque je l’ai ouvert, j’ai trou­vé des tas de blocs solides d’huile de sper­ma­ce­ti, l’huile soli­di­fié tirée de la tête des cachalots.

Image tirée d’un article du site web bri­tan­nique « The Sun », inti­tu­lé « des sonars sous-marins aux éoliennes, exa­men des mys­tères der­rière les échoue­ments mas­sifs de baleines au Royaume-Uni »

Des baleines dans des car­tons – voi­là com­ment nous les voyons. Voi­là la sub­stance pour laquelle les balei­niers amé­ri­cains et bri­tan­niques se ren­daient dans les mers du Sud. Cette chose qui, lorsque liquide, illu­mi­nait les rues de Londres, New-York, Ber­lin et Paris. Uti­li­sée pour faire des bou­gies et du maquillage ; comme lubri­fiant des machines de la révo­lu­tion indus­trielle. L’huile de sper­ma­ce­ti est si bonne que la Nasa l’utilisait lors de ses mis­sions spa­tiales, étant don­né qu’elle ne gèle pas dans l’espace.

C’est ce maté­riel de baleine qui me hante. Ce qu’elles ont four­ni, bien qu’involontairement, afin que nous puis­sions pou­voir et illu­mi­ner nos propres vies. Même les excré­tions des cacha­lots – sous forme d’ambre gris – sont les sub­stances natu­relles les plus chères à nos yeux, tou­jours uti­li­sées comme fixa­teur pour les par­fums de luxe. Il faut oppo­ser cet usage à ce que nous savons aujourd’hui qu’ils sont des ani­maux cultu­rels, pro­fon­dé­ment liés par des liens fami­liaux. Bien sûr, c’est ce qui nous rend si proches qui fina­le­ment nous touche – et ce qui pour­rait consti­tuer notre salut com­mun. J’ai dit à Mee­ra Syal, lorsque je l’ai ren­con­trée à Radio 4 l’autre jour, que les socié­tés des baleines étaient entiè­re­ment matriar­cales, et que chez cer­taines espèces, les baleines mâles res­taient avec leurs mères toutes leurs vies. « Ah, dit-elle, ce sont des baleines indiennes ».

Phi­lip Hoare


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. oui tout ce que l’on jette se retrouve dans un esto­mac, quel qu’il soit, c’est l’ef­fet papillon…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Rendre l’écologie « fun et sexy », ou comment la frivolité nuit à la résistance (par Derrick Jensen)

En guise d’introduction, il me faut préciser : j’aime m’amuser, et j’aime le sexe. Mais je suis écœuré d’entendre que nous devons rendre l’écologie fun et sexy. Cette idée malavisée, irrespectueuse envers les victimes humaines et non-humaines de cette culture, est une énorme distraction qui nous fait perdre du temps et de l’énergie que nous n’avons pas, et qui atrophie les chances infimes qu’il nous reste de mettre en place la résistance concrète et nécessaire pour entraver la civilisation industrielle dans sa destruction de la planète.