La déforestation, une Guerre mondiale contre les forêts (par Derrick Jensen)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’une par­tie du cha­pitre « Défo­res­ta­tion » du livre de Der­rick Jen­sen et George Draf­fan inti­tu­lé Stran­ge­ly Like War : The Glo­bal Assault on Forests (en fran­çais : « Étran­ge­ment comme une guerre : l’as­saut mon­dial contre les forêts ») publié en 2003. Le texte ori­gi­nal, en anglais, est consul­table à cette adresse.


« Cela res­sem­blait étran­ge­ment à une guerre. Ils atta­quaient la forêt comme s’il s’agissait d’un enne­mi à arra­cher des têtes de ponts, à repous­ser dans les col­lines, à mettre en lam­beaux et à exter­mi­ner. Nom­breux étaient les bûche­rons qui pen­saient non seule­ment fabri­quer des poutres, mais éga­le­ment qu’ils libé­raient la terre de l’emprise des arbres. »

— Mur­ray Mor­gan, 1955

Le jour même où nous écri­vions les der­nières lignes de ce livre, des scien­ti­fiques décla­raient qu’encore une autre sous-espèce de tigres s’était éteinte dans la nature (il en sub­siste encore quelques repré­sen­tants en cap­ti­vi­té, tel­le­ment dépri­més qu’il faut les dro­guer au Via­gra dans l’espoir de les faire se reproduire).

Éteinte. Quelle manière pas­sive de l’exprimer, comme si nous igno­rions toute cause, ne pou­vions dési­gner aucune res­pon­sa­bi­li­té. Comme si nous disions que les vic­times d’un meurtre s’étaient éteintes ou que les vic­times d’un incen­die cri­mi­nel avaient déci­dé de partir.

Le tigre de Chine aus­trale rejoint ses cou­sins, le tigre de la Cas­pienne, le tigre de Bali et le tigre de Java, tous vic­times de la défo­res­ta­tion, de la construc­tion de routes et de l’anéantissement des forêts sous dif­fé­rents pré­textes. Les autres tigres les rejoin­dront sans aucun doute bientôt.

Il importe peu aux tigres que les forêts soient cou­pées parce que Mao a déci­dé que « l’Homme doit conqué­rir la nature », ou parce que la Banque mon­diale a déci­dé que « l’Homme doit déve­lop­per les res­sources natu­relles ». Les forêts sont cou­pées, les tigres meurent.

Les forêts du monde sont en mau­vaise san­té. Envi­ron trois quarts des forêts mon­diales ori­gi­nelles ont été détruites, la plu­part au cours du der­nier siècle. La plu­part de ce qui reste se trouve dans trois nations : la Rus­sie, le Cana­da et le Bré­sil. Quatre-vingt-quinze pour­cents des forêts ori­gi­nelles des États-Unis ont disparu.

Nous ne savons pas à quelle vitesse dis­pa­raissent les forêts res­tantes. Nous ne savons pas com­bien d’acres sont cou­pées chaque année aux États-Unis [ni dans le reste du monde, NDT], ni com­bien de celles-ci sont des forêts pri­maires. Nous avons des esti­ma­tions et nous les don­ne­rons dans le livre, mais la pau­vre­té des infor­ma­tions sur la défo­res­ta­tion, y com­pris sur son rythme actuel, en révèle plus qu’elle n’en cache : elle révèle à quel point la situa­tion est déses­pé­ré­ment hors de contrôle.

Le Ser­vice des Forêts et le Bureau de l’Aménagement Ter­ri­to­rial des États-Unis vendent les arbres des forêts publiques — ce qui signi­fie qu’elles vous appar­tiennent — aux grandes socié­tés fores­tières à des prix qui sou­vent ne couvrent même pas les coûts admi­nis­tra­tifs de pré­pa­ra­tion de la vente, encore moins les prix du mar­ché. Par exemple, dans la forêt natio­nale du Ton­gass au sud-est de l’Alaska, des pruches, des épi­céas et des cèdres vieux de 400 ans sont ven­dus à d’immenses cor­po­ra­tions fores­tières pour moins que le prix d’un chee­se­bur­ger, et les contri­buables ont payé éga­le­ment la construc­tion des voies de déboi­se­ment. Le Ser­vice des Forêts des États-Unis perd chaque année des mil­lions de dol­lars sur ses pro­grammes de vente de bois. Autre­ment dit, si vous payez des impôts, vous payez pour défo­res­ter votre propre contrée.

***

Seuls 5 pour­cents des forêts natives sub­sistent encore sur le ter­ri­toire conti­nen­tal des États-Unis. 710 000 kilo­mètres de routes fores­tières tra­versent les forêts natio­nales. (Le Ser­vice des Forêts parle de « seule­ment » 617 000 kilo­mètres, mais le Ser­vice des Forêts ment cou­ram­ment, en gar­dant un double jeu de comptes  —  un ensemble pri­vé dénom­brant les aires de déboi­se­ments réelles, et un ensemble public mon­trant quelques-unes des mêmes sur­faces comme forêts pri­maires  —  en essayant de trom­per le public en label­li­sant des zones défo­res­tées comme « prai­ries tem­po­raires », en rédui­sant les coûts annon­cés des voies de déboi­se­ment en les amor­tis­sant sur un mil­lier d’années, et ain­si de suite). Cela fait plus de routes que n’en compte le réseau auto­rou­tier, suf­fi­sam­ment pour aller 150 fois de Washing­ton à San Fran­cis­co. Seul Dieu et les forêts elles-mêmes savent com­bien de kilo­mètres de voies frag­mentent l’ensemble des forêts.

Les forêts de ce conti­nent n’ont pas tou­jours été un patch­work de com­mu­nau­tés natu­relles décli­nantes et de plus en plus iso­lées. Avant l’arrivée de notre culture, tout le long de la côte Est s’étendait une forêt, sans la moindre dis­con­ti­nui­té, d’où le cli­ché selon lequel un écu­reuil aurait pu sau­ter d’arbre en arbre de l’Atlantique jusqu’au Mis­sis­sip­pi sans avoir à tou­cher le sol. Aujourd’hui, il pour­rait encore y par­ve­nir, mais en mar­chant sur le bitume. Les ours polaires s’aventuraient aus­si loin dans le sud que le golfe du Dela­ware, les martres étaient innom­brables en Nou­velle Angle­terre, les bisons des bois par­cou­raient la région, dans le ciel les dépla­ce­ments des pigeons voya­geurs for­maient des volées si denses qu’elles obs­cur­cis­saient les cieux pen­dant des jours d’affilée, les cour­lis esqui­maux fai­saient de même, les rivières et les mers étaient tel­le­ment pleines de pois­sons qu’il suf­fi­sait de plon­ger un panier dans l’eau pour les attra­per. Les mar­ron­niers amé­ri­cains cou­raient du Maine jusqu’en Flo­ride si ser­rés sur les crêtes sèches des Appa­laches cen­trales que quand leurs cou­ronnes se rem­plis­saient de fleurs d’un blanc cré­meux, les mon­tagnes parais­saient cou­vertes de neige. Avant l’implantation des Euro­péens en Amé­rique  —  com­pre­nez la conquête — on ne dis­tin­guait pas les zones de « forêts pri­maires » des zones de « forêts anciennes », parce que toutes les forêts étaient pri­maires, natives, qu’elles consti­tuaient toutes des com­mu­nau­tés anciennes pros­pères. Aus­si dif­fi­cile que cela soit à ima­gi­ner en ces temps d’extraordinaire appau­vris­se­ment éco­lo­gique dans les­quels nous vivons, toutes ces images de fécon­di­té pro­viennent de récits d‘un pas­sé récent assez faciles à déni­cher, pour peu qu’on les cherche.

Dans le monde entier, les forêts sont en état de siège. Une esti­ma­tion indique que deux acres et demie de forêts sont cou­pées chaque seconde, l’équivalent de deux ter­rains de foot­ball. Soit cent cin­quante acres chaque minute. Ce qui fait 214 000 acres par jour, une sur­face plus éten­due que la ville de New York. Soixante-dix-huit mil­lions d’acres (315 655 km²) sont défo­res­tées chaque année : une sur­face plus grande que la Pologne.

Les rai­sons de cette défo­res­ta­tion inter­na­tio­nale sont, comme nous le ver­rons dans ce livre, simi­laires à celles de la défo­res­ta­tion domes­tique. En effet, les res­pon­sables de la défo­res­ta­tion sont par­tout les mêmes gigan­tesques cor­po­ra­tions, obéis­sant aux mêmes impé­ra­tifs éco­no­miques, aux côtés des mêmes puis­sances politiques.

***

Les apo­lo­gistes de la défo­res­ta­tion arguent cou­ram­ment que puisque les Indiens d’avant la conquête « géraient » par­fois les forêts en allu­mant de petits feux pour amé­lio­rer l’habitat des cer­vi­dés et d’autres créa­tures, la « ges­tion » indus­trielle  —  la défo­res­ta­tion — est éga­le­ment accep­table. Mais l’argument est aus­si faux et insa­tis­fai­sant qu’un trompe‑l’œil, et sert en réa­li­té les mêmes objec­tifs : détour­ner notre atten­tion de la défo­res­ta­tion. L’argument, mal­heu­reu­se­ment aus­si com­mun que les « belles bor­dures » [en anglais : Beau­ty Strips, une expres­sion qui désigne les ran­gées d’arbres, les bor­dures arbo­res­centes, qui longent par­fois les routes et auto­routes, et qui ne sont épaisses que de quelques dizaines de mètres, qui donnent l’impression que nous sommes entou­rés de forêts quand en réa­li­té il ne s’agit que d’un maigre décor, NDT], revient à dire que parce qu’une per­sonne à une fois cou­pé les ongles de son par­te­naire, nous aurions aus­si le droit de cou­per ces doigts.

J’ai vu cet argu­ment pré­sen­té encore aujourd’hui dans le jour­nal Chro­nique de San Fran­cis­co, dans un article d’opinion signé William Weyde Keye, un ancien pré­sident de la Socié­té des Fores­tiers Amé­ri­cains. Il écrit : « Les peuples indi­gènes géraient le ter­ri­toire nord-amé­ri­cain, cou­pant les arbres et uti­li­sant le feu pour entre­te­nir des condi­tions fores­tières dési­rables. Il n’y a aucune rai­son pour que nous ne puis­sions éga­ler ou dépas­ser ce record de ges­tion. » Eh bien, en véri­té, des rai­sons, il y en a. Les Indiens habi­taient les espaces natu­rels, et se consi­dé­raient eux-mêmes comme fai­sant par­tie de cette terre ; ils ne consti­tuaient pas une force d’occupation ni ne déve­lop­paient une éco­no­mie extrac­ti­viste. Ils ne par­ti­ci­paient pas d’une éco­no­mie et d’une culture qui placent l’argent avant la vie. Ils furent assez intel­li­gents pour n’in­ven­ter ni la tron­çon­neuse, ni l’a­bat­teuse-grou­peuse (une gigan­tesque cisaille sur roues qui coupe les arbres en avan­çant et les empile), ni la déchi­que­teuse à bois, ni l’u­sine de pâte à papier, ni une éco­no­mie qui ignore tout ce qui n’est pas mon­naie, ni les socié­tés à res­pon­sa­bi­li­té limi­tée. Ils n’exportaient pas des mon­tagnes de bois outre­mer. Ils savaient que les arbres et les autres créa­tures non-humaines sont des êtres intel­li­gents dignes de consi­dé­ra­tion, et ne les consi­dé­raient ni comme des piles d’argent, ni comme des res­sources à gérer, ni même comme des « res­sources ». Leurs croyances spi­ri­tuelles ne leur dic­taient pas de « sou­mettre la Terre », pas plus que leur cos­mo­lo­gie n’était basée sur la notion absurde selon laquelle la réus­site consiste à sup­plan­ter ses voi­sins humains et non-humains.

Et les Indiens ne sou­met­taient pas la Terre. Abso­lu­ment rien dans l’histoire de notre culture ne sug­gère que nous puis­sions « éga­ler ou dépas­ser ce record de ges­tion ». Au contraire, d’après l’histoire de notre culture et nos pra­tiques actuelles, tout porte à croire que la défo­res­ta­tion conti­nue­ra, quelle que soit la rhé­to­rique de ceux qui la pro­meuvent, et que l’effondrement éco­lo­gique que cela pro­voque engen­dre­ra notre chute comme celle de tant de civi­li­sa­tions précédentes.

Vous n’êtes pas obli­gés de nous croire, ni de croire les récits des pre­miers explo­ra­teurs qui ont décrit la richesse extra­or­di­naire des forêts natives, ni, par­ti­cu­liè­re­ment, les men­teurs géné­reu­se­ment payés de l’industrie fores­tière et du gou­ver­ne­ment. Parce que la véri­té ne réside ni dans ce qu’ils disent, ni même dans ce que nous disons. La véri­té réside dans la terre. Sor­tez de chez vous et arpen­tez vous-mêmes les zones défo­res­tées. Frot­tez le sol des­sé­ché entre vos doigts. Par­cou­rez les ruis­seaux mou­rants, écou­tez le silence dans les cieux (à l’exception du grin­ce­ment des tron­çon­neuses et du rugis­se­ment dis­tant des engins de déboi­se­ment). Mar­chez par­mi les vieux arbres encore debout, par­fois âgés de deux mille ans. Met­tez vos mains sur leur écorce, sur leur peau. Goû­tez la dif­fé­rence dans l’air. Sen­tez-la. Son­gez à la beau­té de ce qui sub­siste et de ce qui a été per­du, de ce qui nous a été arraché.

Quand vous aurez fini de pleu­rer, et si vous vou­lez en savoir plus sur ce qui arrive aux forêts  —  où nous en sommes, com­ment nous y sommes arri­vés et où nous allons — lisez le reste de ce livre.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Eric Legrand

Edi­tion et révi­sion : Nico­las Casaux & Lola Bearzatto

Print Friendly, PDF & Email
Total
13
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Le paysan, « ébauche grossière et incomplète de l’homme réellement civilisé » (par Eugen Weber)

Afin de prolonger notre critique du mot et de l’idée de civilisation (voir aussi cet article), nous vous proposons ce court extrait du livre La fin des terroirs d’Eugen Weber (Fayard, 1983). Où l’on perçoit de manière flagrante l’idéologie suprémaciste et raciste qu’implique l’idée de civilisation, idée qui ne sert pas qu’à dénigrer les « primitifs » de quelque pays exotique, puisqu’elle sert également à inférioriser les « sauvages » de notre propre nation (en devenir, qui doit être construite en éradiquant, en civilisant lesdits sauvages). La civilisation, la ville, le Progrès, l'école, l’État, des idées qui se recoupent et se complètent, et qui nous ont menés au désastre social et écologique en cours.
Lire

Reporterre, Mr Mondialisation, Les Échos et la promotion des illusions vertes (par Nicolas Casaux)

Parmi les nombreuses balivernes colportées afin d’encourager le développement des industries des énergies dites « vertes », « propres » ou « renouvelables » — et notamment celles du solaire et de l’éolien —, dans l’optique de donner à croire qu’il pourrait exister une civilisation techno-industrielle « verte », « propre » ou « renouvelable », on retrouve cette idée selon laquelle, au surplus, recourir à ces technologies permettrait aux petites gens de récupérer « le pouvoir », ou « du pouvoir ». [...]