Le mouvement pour le climat progresse-t-il ? (par Dillon Thomson & Max Wilbert)

Article initialement publié (en anglais), le 18 mai 2016, à l'adresse suivante.

Aucun train pétro­lier n’arrivera aujourd’hui.

Il y avait plus de 200 per­sonnes sur les rails, cer­tains s’étaient atta­chés phy­si­que­ment sur place, d’autres étaient sus­pen­dus dans les airs, d’autres s’étaient ins­tal­lés en sit­ting dans leurs tentes, s’appropriant l’espace. La bar­ri­cade était opé­ra­tion­nelle. 50 agents des forces de l’ordre et des shé­riffs du com­té se consul­tèrent, puis par­tirent, ne lais­sant sur place que quelques offi­ciers pour surveiller.

Nous avons arrê­té les trains pen­dant plu­sieurs jours. Pen­dant ce temps-là, d’autres groupes blo­quaient les entrées des raf­fi­ne­ries, se ras­sem­blaient sur l’eau, et orga­ni­saient des mani­fes­ta­tions. La police est reve­nue moins de 36 heures plus tard, a arrê­té plus de 50 acti­vistes, rou­vrant à nou­veau les lignes ferroviaires.

En même temps, la raf­fi­ne­rie conti­nuait à cra­cher sa fumée toxique dans le ciel. Nous étions au front de la cam­pagne Break Free du Paci­fique Nord-Ouest — et ce n’était pas suffisant.

La cam­pagne Break Free est un déve­lop­pe­ment inté­res­sant du mou­ve­ment pour stop­per le chan­ge­ment cli­ma­tique. La résis­tance devient plus sérieuse, de plus en plus de gens se concentrent sur des efforts concer­tés et sont prêts à faire face à des pour­suites judi­ciaires. Des cen­taines de bonnes per­sonnes sont impli­quées dans ces luttes. Pour beau­coup, d’anciens amis et alliés. L’esprit de résis­tance est très fort lors de ces camps.

Mais ça ne suf­fit pas. Les com­bus­tibles fos­siles sont intri­qués dans tous les aspects de l’économie mon­dia­li­sée. Leur empreinte se retrouve par­tout où nous allons — depuis la pein­ture de nos murs jusqu’à nos brosses à dents, de l’acier fait avec du char­bon à tout ce qui com­pose nos véhi­cules, nos bâti­ments et nos appa­reils. Même des dou­zaines d’actions coor­don­nées ne par­viennent pas à égra­ti­gner cette indus­trie, per­tur­bant à peine le tra­vail pen­dant une jour­née ou deux d’affilée. Ce qui ne signi­fie pas que les blo­cages soient une mau­vaise idée, mais plu­tôt que, seuls, ils ne suf­fisent pas.

Si nous vou­lons VRAIMENT stop­per le détra­que­ment du cli­mat, nos mou­ve­ments doivent consi­dé­rer des stra­té­gies et des tac­tiques comme celles du Mou­ve­ment pour l’Emancipation du Del­ta du Niger (MEND), qui — après une décen­nie de résis­tance non-vio­lente inef­fi­cace impi­toya­ble­ment répri­mée — s’est tour­né vers le sabo­tage et qui a, à lui seul, réduit de 40% la pro­duc­tion de pétrole du Nige­ria (le prin­ci­pal pro­duc­teur de pétrole de l’Afrique).

La semaine der­nière, un groupe issu de MEND a fait sau­ter deux pla­te­formes pétro­lières off-shore et un pipe­line majeur, ce qui cor­res­pond à une capa­ci­té de pro­duc­tion de 165 000 barils et à 15 mil­lions de litres raf­fi­nées chaque jour. Plus que la moi­tié de l’industrie des com­bus­tibles fos­siles du Nige­ria. En février, une seule attaque sous-marine sophis­ti­quée a mis hors ser­vice une pro­duc­tion de 250 000 barils. Ces gens sont sérieux. Ils ont réduit la tota­li­té de l’industrie fos­sile de leur nation de moi­tié en à peine quelques mois.

Com­pa­ré aux impacts d’un blo­cage pré­vi­sible et tem­po­raire de 2 jours, ce genre de stra­té­gie de sabo­tage est bien plus déci­sive — par­ti­cu­liè­re­ment si elle est coor­don­née et affecte de mul­tiples cibles indus­trielles en même temps.

Les mili­tants du Del­ta du Niger ont fait explo­sé la pla­te­forme Che­vron, située en haute mer près d’Escravos, dans le Warri.

La non-vio­lence a été un pilier de la résis­tance envi­ron­ne­men­tale, et est un outil stra­té­gique qui, si uti­li­sé à bon escient, peut être extrê­me­ment puis­sant. Pour com­prendre cela, il suf­fit de regar­der l’histoire de la résis­tance non-vio­lente d’endroits comme les Phi­lip­pines, les Bal­tiques, et les États-Unis. Notre non-vio­lence doit être uti­li­sée de façon à faire croitre et à ren­for­cer nos mou­ve­ments tout en sapant la capa­ci­té de fonc­tion­ne­ment de l’économie des com­bus­tibles fossiles.

En résu­mé, nous avons besoin d’actions comme la cam­pagne Break Free, mais bien plus sou­vent, et sui­vant une logique d’escalade et d’in­ten­si­fi­ca­tion. Le sérieux des crises éco­lo­giques aux­quelles nous fai­sons face est effroyable, et le temps nous est comp­té. Mal­gré toute la résis­tance jusqu’ici, les niveaux de car­bones sont de plus en plus éle­vés année après année. Ce que nous fai­sons ne fonc­tionne pas. Nous pen­sons que le déman­tè­le­ment total de l’économie des com­bus­tibles fos­siles à l’aide de tous les moyens néces­saires est la seule manière d’inverser cela.

Le sou­tien des “tech­no­lo­gies renou­ve­lables” est un autre pilier majeur du mou­ve­ment envi­ron­ne­men­tal mains­tream [grand public]. Cet appel pour un pas­sage au 100% renou­ve­lable est au centre de la com­mu­ni­ca­tion de la cam­pagne Break Free, et de celle du mou­ve­ment pour le cli­mat mon­dial. Mais ce que tous ses par­ti­sans ne par­viennent pas à com­prendre, c’est que ces tech­no­lo­gies indus­trielles ont des impacts de magni­tude indus­trielle. Les émis­sions en bout de cir­cuit sont peut-être propres, mais l’extraction, la dis­tri­bu­tion et la fabri­ca­tion ne le sont cer­tai­ne­ment pas.

Pour cer­tains, il s’agit là d’un détail, mais si les tech­no­lo­gies renou­ve­lables étaient éten­dues au point d’alimenter l’économie mon­diale, la dévas­ta­tion qu’elles entrai­ne­raient serait tout sauf un détail. L’ironie du sou­tien des envi­ron­ne­men­ta­listes à cette nou­velle révo­lu­tion indus­trielle demeure rela­ti­ve­ment insi­dieuse. Ceux qui pré­tendent défendre les forêts, les mon­tagnes et les océans, mais sou­tiennent aus­si des tech­no­lo­gies qui requièrent une extrac­tion minière éten­due, une chaine logis­tique mon­dia­li­sée, et des sites de pro­duc­tion mas­sive, se leurrent. Une usine de pan­neaux solaire coûte 100 mil­lions de dol­lars ; il ne s’agit pas d’une tech­no­lo­gie à échelle com­mu­nau­taire. Tout comme l’impérialisme et les extrac­tions de res­sources qui la rende pos­sible, elle est mondiale.

En dépit du soi-disant miracle éner­gé­tique renou­ve­lable alle­mande, les émis­sions de ce pays ont à peine décli­né depuis que son disant pro­gramme “vert” est mis en place, et cette réduc­tion mineure est lar­ge­ment liée à une comp­ta­bi­li­té très créa­tive qui sti­pule que la coupe des forêts du Sud-Est des USA, leur trans­for­ma­tion en gra­nu­lés de bois, leur envoie en Alle­magne pour être brû­lées comme source d’énergie est d’une façon ou d’une autre « neutre en car­bone ». En théo­rie et selon le mar­ke­ting, les renou­ve­lables sont une solu­tion par­faite. En pra­tique, il s’agit de tou­jours plus de la même chose. L’industrie des renou­ve­lables est domi­née par des cor­po­ra­tions comme Gene­ral Elec­tric. Croyons-nous vrai­ment que ces enti­tés moti­vées par le pro­fit soient des paran­gons de la res­pon­sa­bi­li­té environnementale ?

DD4

Voi­ci une autre his­toire : des gens tout autour du monde se sacri­fient pour la pla­nète et les géné­ra­tions futures. Cer­tains dédient leurs vies à la construc­tion et au ren­for­ce­ment des mou­ve­ments non-violent. Cer­tains choi­sissent la clan­des­ti­ni­té et risquent leurs vies pour détruire lit­té­ra­le­ment la capa­ci­té de fonc­tion­ne­ment de l’industrie. D’autres se battent autrement.

Le mou­ve­ment ne dévie pas des “renou­ve­lables”. Il recon­nait que nous ne pou­vons vivre que de ce que la terre offre libre­ment. Une révé­rence pro­fonde pour la terre sous-tend le mou­ve­ment, et les solu­tions sont basées sur une vie hyper-loca­li­sée et un mode de vie basse consommation.

Dans cette his­toire, nous gagnons à temps pour sau­ver la pla­nète — et il ne s’a­git pas d’une vic­toire à la Pyrrhus.

Pour inver­ser la ten­dance, nous sommes pour la résis­tance directe — mais une résis­tance plus intel­li­gente, plus stra­té­gique, plus déci­sive, qui ne se sou­cie pas d’essayer de convaincre les masses ou de péti­tion­ner le gou­ver­ne­ment (bien que ces méthodes soient tout de même impor­tantes, et devraient être uti­li­sées en paral­lèle). Cette stra­té­gie sou­tient la for­ma­tion de groupes clan­des­tins hau­te­ment orga­ni­sés qui pren­draient la tête de la résis­tance, sabo­tant les nœuds cru­ciaux de l’infrastructure indus­trielle afin de sec­tion­ner les artères du capi­ta­lisme mondial.

L’information de cette stra­té­gie est tirée de la stra­té­gie et des tac­tiques des manuels mili­taires, des ana­lyses des mou­ve­ments de résis­tance his­to­riques, des insur­rec­tions, et des mou­ve­ments de libé­ra­tion natio­naux. Les prin­cipes pré­sen­tés dans ces quelques pages sont recon­nus à tra­vers la pla­nète comme des prin­cipes de conflits asy­mé­triques, lorsqu’une par­tie est plus puis­sante que l’autre. S’il y a jamais eu un conflit asy­mé­trique, c’est celui-ci. Ces stra­té­gies et tac­tiques sont ensei­gnées aux offi­ciers mili­taires dans des endroits comme l’académie mili­taire de West Point, pour une rai­son simple : elles sont extrê­me­ment efficaces.

« L’in­dus­trie ne joue pas selon les règles, pour­quoi les éco­lo­gistes le devraient-ils ? » / « Défends ce que tu aimes »

Lors de son pro­cès, en Afrique du Sud en 1964, pour ses crimes contre le régime d’apartheid, Nel­son Man­de­la a dit :

« Je ne nie nul­le­ment avoir pré­pa­ré un plan de sabo­tage. Mais je ne l’ai pas fait par aven­tu­risme ou par amour de la vio­lence en soi. Je l’ai fait à la suite d’une ana­lyse calme et réflé­chie de la situa­tion poli­tique, telle qu’elle résulte de nom­breuses années de tyran­nie, d’exploitation et d’oppression de mon peuple par les Blancs ».

Nous vous invi­tons à lire cette stra­té­gie, et à entre­prendre cette longue et sobre éva­lua­tion de la situa­tion à laquelle nous fai­sons face. Le temps est compté.

Dillon Thom­son & Max Wil­bert (DGR)


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Quand 中国 s’empare d’un autre empire, Syngenta (par Fabrice Nicolino)

Pourquoi parler ce jour du 中国 ? Mais parce qu’une entreprise publique chinoise, China National Chemical Corporation – ChemChina – vient de racheter le géant suisse de la chimie, Syngenta, pour quasiment 40 milliards d’euros. ChemChina était déjà un géant mondial, pesant 70 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel. Cette transaction en fait de très, très loin, le groupe le plus puissant de la chimie mondiale. Notamment dans le domaine des pesticides.