Révolutions (par Aldous Huxley, 1929)

Note du tra­duc­teur : il y a quelques temps, j’ai décou­vert la cita­tion sui­vante d’Al­dous Hux­ley dans un recueil de pho­to­gra­phies d’Ed­ward Burtynski :

« La colos­sale expan­sion maté­rielle de ces der­nières années a pour des­tin, selon toute pro­ba­bi­li­té, d’être un phé­no­mène tem­po­raire et tran­si­toire. Nous sommes riches parce que nous vivons sur notre capi­tal. Le char­bon, le pétrole, les phos­phates que nous uti­li­sons de façon si inten­sive ne seront jamais rem­pla­cés. Lorsque les réserves seront épui­sées, les hommes devront faire sans… Cela sera res­sen­ti comme une catas­trophe sans pareille. »

Elle est tirée d’un essai qu’il a écrit en 1928, « Pro­gress : How the Achie­ve­ments of Civi­li­za­tion Will Even­tual­ly Ban­krupt the Entire World » (en fran­çais : « Le pro­grès : com­ment les accom­plis­se­ments de la civi­li­sa­tion vont rui­ner le monde entier ») publié dans un vieux numé­ro du maga­zine Vani­ty Fair, pour lequel il écri­vait à l’é­poque. J’ai tout de suite eu envie de lire ce texte, seule­ment, impos­sible de mettre la main sur un numé­ro de Vani­ty Fair US de 1928. Un ami qui vit aux USA s’est ren­du à la biblio­thèque du Congrès à Washing­ton dans l’es­poir de trou­ver ce numé­ro. Ils ne l’a­vaient pas. Cepen­dant, ils en avaient d’autres. Il m’a envoyé par mail un scan (en anglais) de l’es­sai sui­vant d’Al­dous Hux­ley, en date de 1929, et inti­tu­lé « Revo­lu­tions ». Il est inté­res­sant pour plu­sieurs rai­sons para­doxales : parce qu’il expose, d’une part, la luci­di­té d’Al­dous Hux­ley, qui avait bien com­pris l’in­sou­te­na­bi­li­té totale de la civi­li­sa­tion indus­trielle, ain­si que son inhu­ma­ni­té, qui était tout à fait conscient des atro­ci­tés de son his­toire anti-démo­cra­tique, qui avait sen­ti la dis­so­lu­tion, au moins per­cep­tuelle, des fron­tières de classes, et l’a­vè­ne­ment de cette socié­té dans laquelle, l’ex­ploi­ta­tion ayant été adou­cie et asep­ti­sée, et la consom­ma­tion faci­li­tée, les masses se sentent toutes faire par­tie d’une sorte de gigan­tesque classe moyenne ; et d’autre part son éli­tisme insup­por­table, les vel­léi­tés eugé­nistes de la famille Hux­ley (si vous ne voyez pas de quoi je parle, et si vous ne savez pas qui est Julian Hux­ley, le frère d’Al­dous, je vous conseille de faire quelques recherches sur le web, vous devriez vite com­prendre). On remarque aus­si qu’Al­dous Hux­ley se trom­pait sur cer­tains points (notam­ment sur celui des salaires). Voi­ci donc :


« Le pro­lé­ta­riat ». C’est Karl Marx qui a enri­chi le cha­ra­bia mort et infâme des poli­ti­ciens, des jour­na­listes et des gens sérieux (cha­ra­bia qui, dans cer­tains cercles, est super­be­ment qua­li­fié de « lan­gage de l’idéologie moderne ») avec ce mot. « Le pro­lé­ta­riat ». Pour Marx, ces cinq syl­labes dési­gnaient quelque chose d’extrêmement déplai­sant, quelque chose de désho­no­rant pour l’humanité dans son ensemble, et pour la bour­geoi­sie en par­ti­cu­lier. En les pro­non­çant, il fai­sait réfé­rence à la vie dans les villes indus­trielles bri­tan­niques de la pre­mière moi­tié du 19ème siècle. Il pen­sait aux enfants tra­vaillant 216 heures par mois pour un shil­ling. Aux femmes que l’on uti­li­sait — en lieu et place du che­val, plus coû­teux — dans les mines, afin de pous­ser les cha­riots de char­bon. Aux hommes accom­plis­sant à l’infini des tâches à la chaîne dans des envi­ron­ne­ments ignobles, dégra­dants et mal­sains, afin de gagner suf­fi­sam­ment pour que leurs familles ne meurent pas de faim. Il pen­sait à toutes les choses iniques qui avaient été faites au nom du Pro­grès et de la Pros­pé­ri­té Natio­nale. À toutes les atro­ci­tés que tous les bons chré­tiens, hommes et femmes, avaient com­plai­sam­ment accep­tées, et aux­quelles ils avaient par­ti­ci­pé per­son­nel­le­ment, parce qu’elles étaient jugées inévi­tables, autant qu’un lever ou qu’un cou­cher de soleil, parce qu’elles se dérou­laient sup­po­sé­ment en accor­dance avec les lois posi­ti­ve­ment divines et immuables de l’Économie Politique.

Les esclaves sala­riés du début et du milieu du 19ème siècle étaient bien plus mal­trai­tés que les esclaves cap­tifs de l’antiquité et des temps modernes. Fort logi­que­ment ; un esclave cap­tif était un bien pré­cieux, et per­sonne ne détruit sans rai­son un bien pré­cieux. Ce n’est qu’à par­tir du moment où la conquête ren­dit les esclaves extrê­me­ment nom­breux et bon mar­ché que les classes de pro­prié­taires s’autorisèrent à user de leurs res­sources humaines de manière extra­va­gante. Ain­si les Espa­gnols déci­mèrent toute la popu­la­tion abo­ri­gène des Antilles en quelques géné­ra­tions. L’espérance de vie d’un esclave indien dans une mine était d’environ un an. Après l’a­voir tra­vaillé à mort, le pro­prié­taire de la mine ache­tait sim­ple­ment un nou­vel esclave, pour trois fois rien. Les esclaves étaient un pro­duit natu­rel du sol que les Espa­gnols se sen­taient libres de gas­piller et d’épuiser, tout comme les Amé­ri­cains se sentent aujourd’hui libres de gas­piller et d’épuiser le pétrole. Mais en temps nor­mal, lorsque l’approvisionnement en esclaves était limi­té, les pro­prié­taires fai­saient plus atten­tion à leurs pos­ses­sions. L’esclave était alors trai­té avec au moins autant de soin qu’une mule ou un âne. Les indus­triels du 19ème siècle étaient comme des conqué­rants se retrou­vant sou­dai­ne­ment avec des quan­ti­tés énormes d’esclaves à uti­li­ser. La machi­ne­rie avait aug­men­té la pro­duc­tion, des terres plus ou moins vierges four­nis­saient une nour­ri­ture abon­dante et bon mar­ché, tan­dis que des nitrates impor­tés aug­men­taient le ren­de­ment. Tout était en place pour que la popu­la­tion aug­mente, et lorsque tout est en place pour que la popu­la­tion aug­mente, elle le fait, rapi­de­ment, au début, puis, lorsqu’une cer­taine den­si­té est atteinte, sa crois­sance ralen­ti. Les indus­triels du siècle pas­sé vivaient à l’époque d’une aug­men­ta­tion ful­gu­rante de la popu­la­tion. L’approvisionnement en esclaves était infi­ni. Ils pou­vaient donc se per­mettre d’être extra­va­gants et, tout en anes­thé­siant leur conscience à l’aide de la pen­sée ras­su­rante qui vou­lait que tout cela fût en accord avec les lois d’airain qui étaient si popu­laires dans les cercles scien­ti­fiques de l’époque, et à l’aide de la croyance chré­tienne qui leur pro­met­tait que leurs esclaves sala­riés rece­vraient com­pen­sa­tion dans un Monde Meilleur, ils l’étaient ! Impi­toya­ble­ment ! Les esclaves sala­riés étaient dili­gem­ment tra­vaillés à mort ; mais il y en avait tou­jours de nou­veaux pour prendre leur place, qui implo­raient loya­le­ment les capi­ta­listes de les tra­vailler à mort eux aus­si. L’efficacité de ces esclaves qui étaient tués à la tâche en échange de salaires de misère était, bien évi­dem­ment, assez basse ; mais ils étaient si nom­breux et si bon mar­ché que leurs pro­prié­taires comp­taient sur la quan­ti­té pour com­pen­ser ce qu’ils per­daient en qualité.

Tel était l’état du monde indus­triel lorsque Marx a écrit son ouvrage si célèbre et si uni­ver­sel­le­ment peu lu. Le pro­lé­ta­riat, ain­si qu’il le savait, était exploi­té et oppri­mé comme seuls, dans l’histoire du pas­sé escla­va­giste, les vain­cus l’avaient été. Toute la théo­rie de Marx sur l’histoire contem­po­raine et le futur du déve­lop­pe­ment indus­triel dépen­dait de l’existence conti­nuelle de ce pro­lé­ta­riat dont il était fami­lier. Il n’avait pas ima­gi­né la pos­si­bi­li­té que ce pro­lé­ta­riat cesse d’exister. Pour lui, il allait être éter­nel­le­ment et iné­luc­ta­ble­ment exploi­té et oppri­mé — c’est-à-dire, jusqu’à ce que la révo­lu­tion fonde l’État communiste.

Les faits lui ont don­né tort. Le pro­lé­ta­riat qu’il connais­sait n’est plus, ou, si cette affir­ma­tion est trop caté­go­rique, du moins cesse-t-il d’exister en Amé­rique et, dans une moindre mesure, au sein de l’Europe indus­tria­li­sée. Plus le degré de déve­lop­pe­ment indus­triel et de civi­li­sa­tion maté­rielle (qui dif­fère, d’ailleurs, de la civi­li­sa­tion tout court) s’élève, plus la trans­for­ma­tion du pro­lé­ta­riat pro­gresse. Dans les pays les plus indus­tria­li­sés, le pro­lé­ta­riat n’est plus une abjec­tion ; il est pros­père, son mode de vie se rap­proche de celui de la bour­geoi­sie. Il n’est plus vic­time et, dans cer­tains endroits, il devient même oppresseur.

Les ori­gines de ce chan­ge­ment sont diverses et nom­breuses. Dans les méandres de l’âme humaine se trouve ce que l’on arti­cule comme une soif de jus­tice. Il s’agit d’un sen­ti­ment obs­cur de la néces­si­té d’un équi­libre dans les affaires de la vie ; nous le conce­vons comme une pas­sion pour l’équité, une faim de jus­tesse. Un dés­équi­libre évident, dans le monde, indigne cette pul­sion pour l’équité, en nous, gra­duel­le­ment et cumu­la­ti­ve­ment, jusqu’à nous pous­ser à réagir, sou­vent de manière extra­va­gante, contre les forces qui génèrent ce dés­équi­libre. Tout comme les diri­geants aris­to­cra­tiques de la France du 18ème siècle étaient pous­sés, par cette soif d’équité, à prê­cher l’humanitarisme et l’égalité, à renon­cer à leurs pri­vi­lèges héré­di­taires et à céder sans com­battre aux exi­gences des révo­lu­tion­naires, ain­si les diri­geants indus­triels bour­geois du 19ème siècle pas­sèrent des lois pour limi­ter leur propre cupi­di­té, redis­tri­buèrent une part crois­sante de leur pou­voir au pro­lé­ta­riat qu’ils avaient si scan­da­leu­se­ment oppri­mé et même, dans cer­tains cas, prirent un plai­sir maso­chiste à se sacri­fier eux-mêmes en s’offrant à leurs vic­times, en ser­vant leurs ser­vi­teurs et en étant humi­liés par les oppri­més. S’ils avaient choi­si d’user de leur pou­voir sans aucune rete­nue, ils auraient pu conti­nuer à exploi­ter les esclaves sala­riés comme ils les exploi­taient durant la pre­mière moi­tié du siècle. Mais ils ne purent sim­ple­ment pas se résoudre à une telle déci­sion ; parce que le monde dés­équi­li­bré du début de l’époque indus­trielle était per­çu comme une injure par leur indi­vi­dua­li­té pro­fonde. D’où, à la fin du 19ème siècle, cette « crainte d’être grand » qui affli­geait et qui afflige tou­jours la classe des maîtres. Voi­là donc une des ori­gines de ce chan­ge­ment. Il s’agit d’une cause que les maté­ria­listes his­to­riques, qui ne pensent pas en termes de véri­tables êtres humains mais en termes abs­traits d’Homo Eco­no­mi­cus, ignorent. Elle n’en est pas moins impor­tante. Dans le monde des maté­ria­listes his­to­riques, on trou­vait aus­si un cer­tain nombre d’explications. L’organisation du pro­lé­ta­riat, la pro­pa­gande révo­lu­tion­naire culmi­nant en une vio­lence plus ou moins révo­lu­tion­naire. Et, par-des­sus tout, la décou­verte que les capi­ta­listes ont tout inté­rêt à avoir un pro­lé­ta­riat pros­père. Parce que ceux qui sont bien payés dépensent bien, par­ti­cu­liè­re­ment lorsqu’ils sont hyp­no­ti­sés par les sug­ges­tions inces­santes de la publi­ci­té moderne. L’objectif du capi­ta­lisme moderne est d’apprendre au pro­lé­ta­riat à être gas­pilleur, d’organiser et de faci­li­ter son extra­va­gance, tout en ren­dant pos­sible cette extra­va­gance à l’aide de bons salaires per­met­tant une bonne pro­duc­ti­vi­té. Le pro­lé­ta­riat nou­vel­le­ment enri­chi est encou­ra­gé à dépen­ser ce qu’il gagne et même à hypo­thé­quer ses futurs salaires dans l’achat d’objets que les publi­ci­taires pré­sentent per­sua­si­ve­ment comme des néces­si­tés, ou tout au moins comme des luxes indis­pen­sables. L’argent cir­cule et la pros­pé­ri­té de l’État indus­triel moderne est assu­rée — du moins, jusqu’à ce que les res­sources pla­né­taires ain­si dila­pi­dées com­mencent à se raré­fier. Cepen­dant, cette éven­tua­li­té demeure tou­jours dis­tante — du point de vue de la vie indi­vi­duelle, pas de celui de l’histoire et encore moins de celui de la géologie.

En atten­dant, qu’arrive-t-il et que risque-t-il d’arriver dans le futur, au pro­lé­ta­riat de Karl Marx ? Pour faire simple, il se trans­forme en une branche de la bour­geoi­sie — une bour­geoi­sie qui tra­vaille en usine et pas dans des bureaux ; une bour­geoi­sie avec les doigts pleins de cam­bouis et non pas tâchés d’encre. En dehors des heures de tra­vail, les modes de vie de ces deux branches de la bour­geoi­sie moderne se res­semblent. Inévi­ta­ble­ment, puisqu’elles gagnent les mêmes salaires. Dans les pays hau­te­ment indus­tria­li­sés, comme l’Amérique, il existe une ten­dance à l’égalisation des salaires. Une ten­dance à ce que le tra­vailleur non qua­li­fié soit payé autant que le qua­li­fié — ou plu­tôt, puisque la machine abo­lit la dif­fé­rence entre eux, une ten­dance à ce que l’ouvrier qua­li­fié et le non qua­li­fié fusionnent en un semi-qua­li­fié avec un salaire stan­dard — et à ce que le tra­vailleur manuel soit payé autant que le pro­fes­sion­nel. (En l’état des choses, il est sou­vent payé plus que le pro­fes­sion­nel. Un ingé­nieur en construc­tion super­vi­sant l’édification d’un gratte-ciel amé­ri­cain peut en réa­li­té être moins payé que le plâ­trier s’occupant des murs inté­rieurs. Les maçons gagnent plus que beau­coup de méde­cins, de des­si­na­teurs, de chi­mistes, de pro­fes­seurs et ain­si de suite. Cela est en par­tie dû au fait que les tra­vailleurs manuels sont plus nom­breux et mieux orga­ni­sés que les tra­vailleurs intel­lec­tuels, et qu’ils sont ain­si plus en mesure de négo­cier avec les capi­ta­listes ; et en par­tie dû à l’engorgement des pro­fes­sions à cause d’un sys­tème édu­ca­tif qui pro­duit plus de tra­vailleurs intel­lec­tuels qu’il n’y a de postes à pour­voir — ou qu’il n’y a de cer­veaux aptes au travail !)

Mais reve­nons-en à notre pro­lé­ta­riat méta­mor­pho­sé. L’égalisation des salaires — cette consom­ma­tion heu­reuse dont M. Ber­nard Shaw espère que toutes les béné­dic­tions décou­le­ront auto­ma­ti­que­ment — est en cours de réa­li­sa­tion, ici, sous le sys­tème capi­ta­liste de l’Amérique. Ce que pro­met le futur immé­diat, c’est un vaste pla­teau de reve­nus stan­dar­di­sés — pla­teau com­po­sé des tra­vailleurs manuels et de la majo­ri­té de la classe des employés et des petits pro­fes­sion­nels — avec un nombre rela­ti­ve­ment faible de pics en émer­geant qui attein­dront des opu­lences plus ou moins ver­ti­gi­neuses. Sur ces pics seront per­chés les grands pro­prié­taires héri­tiers, les capi­taines de l’industrie et de la finance, et les pro­fes­sion­nels excep­tion­nel­le­ment doués. Étant don­né cette trans­for­ma­tion du pro­lé­ta­riat en une branche de la bour­geoi­sie, étant don­né cette éga­li­sa­tion — à un niveau sans pré­cé­dent, et sur une zone géo­gra­phique d’une éten­due sans pré­cé­dent — des reve­nus, les doc­trines du socia­lisme per­dront une grande par­tie de leur attrait et la révo­lu­tion com­mu­niste appa­raî­tra futile. Ceux qui habitent au para­dis ne rêvent plus d’édens qui leur paraissent encore loin­tains (même s’il me semble plus que pro­bable qu’ils aspirent par­fois assez mélan­co­li­que­ment à l’enfer). Le para­dis socia­liste est un monde où tout le monde par­tage tout équi­ta­ble­ment, et où la satié­té de cha­cun est garan­tie par l’État. Pour l’homme ordi­naire les carac­té­ris­tiques les plus impor­tantes de ce pro­gramme seront l’équité dans le par­tage et la satié­té ; il ne se sou­cie­ra pas de qui pour­voit ces béné­dic­tions tant qu’elles sont pro­di­guées. Si le capi­ta­lisme s’en charge, il ne rêve­ra pas d’un ren­ver­se­ment violent du régime qui ne vise­rait qu’à lui offrir la même chose mais dans le cadre d’un État socia­liste. Ain­si, si la ten­dance pré­sente se pour­suit, il sem­ble­rait que le dan­ger d’une révo­lu­tion com­mu­niste dans les pays indus­tria­li­sés, comme l’Amérique, finisse par dis­pa­raître. Ce qui peut arri­ver, cepen­dant, c’est un chan­ge­ment plus gra­duel dans la pré­sente orga­ni­sa­tion de la socié­té capi­ta­liste. Un chan­ge­ment dont le capi­ta­lisme aura été lui-même lar­ge­ment res­pon­sable. Parce qu’en éle­vant les salaires afin que tout le monde puisse ache­ter ses pro­duits, le capi­ta­lisme amé­ri­cain fait plus pour la démo­cra­ti­sa­tion de la socié­té que tous les prê­cheurs idéa­listes des Droits de l’Homme. D’ailleurs, il a com­men­cé à faire de ces fameux droits et de l’affirmation selon laquelle tous les hommes sont égaux une réa­li­té. Ce fai­sant, il me semble que le capi­ta­lisme creuse sa propre tombe — ou plu­tôt, la tombe des gens extrê­me­ment riches qui dirigent actuel­le­ment l’entreprise capi­ta­liste. Parce qu’il est évident que vous ne pou­vez prê­cher la démo­cra­tie, et non seule­ment la prê­cher mais lui offrir une réa­li­sa­tion pra­tique sous forme d’une redis­tri­bu­tion moné­taire au sein de la socié­té, sans sti­mu­ler chez les hommes le désir de ne pas s’arrêter en si bon che­min et de pro­lon­ger cette démo­cra­ti­sa­tion par­tielle jusqu’à ce qu’elle soit totale. Nous assis­te­rons, il me semble, à la réa­li­sa­tion de ce qui s’apparente à un para­doxe — l’imposition d’une éga­li­té démo­cra­tique com­plète comme résul­tat non pas d’une mons­trueuse injus­tice, de la pau­vre­té, du mécon­ten­te­ment et donc à la suite d’une révo­lu­tion san­glante, mais d’une éga­li­sa­tion par­tielle et de la pros­pé­ri­té uni­ver­selle. Les révo­lu­tions du pas­sé ont échoué à pro­duire la démo­cra­tie par­faite au nom de laquelle elles ont tou­jours été menées parce que les masses des oppri­més étaient trop abjec­te­ment pauvres pour être en mesure d’imaginer la pos­si­bi­li­té d’être les égaux de leurs oppres­seurs. Seuls ceux qui s’approchaient déjà de l’égalité éco­no­mique avec leurs maîtres ont pro­fi­té de ces révo­lu­tions. En Amé­rique, sous le capi­ta­lisme moderne, l’ensemble du pro­lé­ta­riat est pros­père et bien orga­ni­sé ; il est ain­si en mesure de res­sen­tir un sen­ti­ment d’égalité vis-à-vis de ses maîtres. Sa rela­tion avec les diri­geants indus­triels est la même que celle de la bour­geoi­sie pro­fes­sion­nelle et indus­trielle bri­tan­nique avec les magnats de la pro­prié­té fon­cière en 1832, ou des juristes, mar­chands et finan­ciers avec la cou­ronne fran­çaise et ses nobles en 1789. Les reve­nus ont été revus à la hausse ; il s’ensuivra auto­ma­ti­que­ment, d’un autre côté, une demande de baisse des salaires. Si un plâ­trier vaut autant qu’un ingé­nieur en construc­tion, un foreur autant qu’un géo­logue (et d’après la théo­rie capi­ta­lo-démo­cra­tique moderne, ils méritent le même salaire du fait que cha­cun vaut un homme, ou en lan­gage éco­no­mique, un consom­ma­teur) — si cette éga­li­té est consi­dé­rée comme juste en théo­rie et consa­crée en pra­tique par le paie­ment de salaires égaux, alors, il est évident qu’il ne peut y avoir d’inégalité jus­ti­fiable entre les reve­nus d’un plâ­trier et d’un ingé­nieur d’un côté, et ceux d’un direc­teur de com­pa­gnie et d’un action­naire de l’autre. Dans la vio­lence, ou, plus pro­ba­ble­ment, via un pro­ces­sus indo­lore et gra­duel de pro­pa­gande, la pres­sion de l’opinion publique et fina­le­ment une légis­la­tion, ces autres reve­nus seront revus à la baisse comme les pre­miers sont actuel­le­ment revus à la hausse ; d’immenses for­tunes seront détruites ; la pro­prié­té des socié­tés par actions sera de plus en plus divi­sée, et les diri­geants de ces entre­prises seront payés autant que le moins qua­li­fié des ouvriers ou que le plus célèbre expert scien­ti­fique qu’ils emploient, autant et pas plus. En effet, pour­quoi un consom­ma­teur devrait-il rece­voir plus qu’un autre ? Chaque homme a un seul ventre à rem­plir, un seul dos à vêtir, un seul pos­té­rieur à asseoir en voi­ture. En un siècle, nous devrions assis­ter à la réa­li­sa­tion plus ou moins com­plète, dans l’Ouest indus­triel, du rêve d’égalité sala­riale de M. Shaw.

Et alors, qu’adviendra-t-il ensuite ? Le spectre de la révo­lu­tion dis­pa­raî­tra-t-il défi­ni­ti­ve­ment ? L’humanité vivra-t-elle heu­reuse pour tou­jours ? M. Shaw semble en tout cas y croire. Une seule fois, si je ne m’abuse, dans son Guide du socia­lisme, sug­gère-t-il que l’homme ne peut vivre que d’un reve­nu éga­li­taire ; mais il le sug­gère d’une manière si légère, si dis­crète, que le lec­teur se retrouve tout de même avec le sen­ti­ment que l’égalité sala­riale est la solu­tion à tous les pro­blèmes de la vie. Fan­tas­tique doc­trine, aus­si absurde qu’elle est appa­rem­ment posi­ti­viste ! Car rien n’est aus­si chi­mé­rique que la notion selon laquelle l’Homme cor­res­pond à l’Homo Eco­no­mi­cus et que les pro­blèmes de la vie, de la vie de l’Homme, peuvent être réso­lus par de simples arran­ge­ments éco­no­miques. Sup­po­ser que l’égalisation du reve­nu pour­rait résoudre ces pro­blèmes est à peine moins absurde que de sug­gé­rer qu’ils pour­raient être réso­lus par l’installation uni­ver­selle de la tuyau­te­rie sani­taire ou la dis­tri­bu­tion de voi­tures Ford à chaque membre de l’espèce humaine. Que l’égalisation des salaires puisse être une bonne chose relève de l’évidence. (Mais elle peut aus­si, par ailleurs, en être une mau­vaise ; elle signi­fie­rait, par exemple, la réa­li­sa­tion pra­tique com­plète de l’idéal démo­cra­tique, ce qui, en retour, signi­fie­rait presque iné­luc­ta­ble­ment l’apothéose des valeurs humaines les plus basses, ain­si que le règne, spi­ri­tuel et maté­riel, des pires hommes). Mais bonne ou mau­vaise, l’égalisation des reve­nus ne s’adresse pas plus aux véri­tables sources du mécon­ten­te­ment pré­sent que ne le pour­rait n’importe quelle opé­ra­tion de comp­ta­bi­li­té, comme, par exemple, un plan visant à rendre pos­sible l’achat de n’importe quelle mar­chan­dise par paie­ments différés.

Le véri­table pro­blème du pré­sent sys­tème social et indus­triel n’est pas qu’il rende cer­taines per­sonnes bien plus riches que d’autres mais qu’il rende fon­da­men­ta­le­ment la vie insup­por­table pour tout le monde. Main­te­nant que non seule­ment le tra­vail mais aus­si les loi­sirs ont été com­plè­te­ment méca­ni­sés ; qu’à chaque inno­va­tion de l’organisation sociale, l’individu se voit davan­tage déshu­ma­ni­sé et réduit à une simple fonc­tion sociale ; que des diver­tis­se­ments prêts à l’emploi qui éva­cuent l’esprit créa­tif dif­fusent un ennui de plus en plus intense à tra­vers une sphère de plus en plus éten­due — l’existence est deve­nue insi­gni­fiante et into­lé­rable. Cepen­dant, les masses de l’humanité maté­riel­le­ment civi­li­sée ne le réa­lisent pas encore. Actuel­le­ment, seuls les plus intel­li­gents s’en rendent comptent. Une telle réa­li­sa­tion pousse ceux dont l’intelligence n’est accom­pa­gnée d’aucun talent, d’aucune pul­sion créa­trice, vers une haine immense, un besoin de détruire. Ce type de per­sonne a été admi­ra­ble­ment et effroya­ble­ment décrit par André Mal­raux dans son roman Les Conqué­rants, que je recom­mande à tous les sociologues.

Nous ne sommes plus très loin du temps où toute la popu­la­tion, et non plus seule­ment quelques indi­vi­dus par­ti­cu­liè­re­ment intel­li­gents, réa­li­se­ra consciem­ment l’invivabilité de la socié­té actuelle. Qu’adviendra-t-il ensuite ? Consul­tez M. Mal­raux. La révo­lu­tion qui s’ensuivra ne sera pas com­mu­niste — il n’y aura aucun besoin d’une telle révo­lu­tion, comme je l’ai expli­qué, en outre per­sonne ne croi­ra en une amé­lio­ra­tion de l’humanité ou en quoi que ce soit d’autre d’ailleurs. Il s’agira d’une révo­lu­tion nihi­liste. La des­truc­tion pour la des­truc­tion. La haine, la haine uni­ver­selle, et donc une démo­li­tion sans but, com­plète et minu­tieuse de tout ce qui existe. Et l’augmentation des salaires, en accé­lé­rant l’expansion de la méca­ni­sa­tion uni­ver­selle (la machi­ne­rie est coû­teuse), ne fera qu’accélérer l’avènement de cette grande orgie de nihi­lisme uni­ver­sel. Plus nous nous enri­chis­sons, plus nous nous civi­li­sons maté­riel­le­ment, plus cela advien­dra vite. Tout ce que l’on peut espé­rer, c’est que cela n’arrive pas de notre vivant.

Aldous Hux­ley


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Cor­rec­tion : Lola Bearzatto

Pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2016/08/se-distraire-a-en-mourir-bd-huxley-orwell-par-neil-postman/

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. Mon­sieur Casaux, Madame Bear­zat­to et le per­son­nel de la rédaction,

    Quelques mots pour vous par­ler de la tra­duc­tion de l’es­sai ci-haut de Aldous Huxley.

    Il est heu­reux et sou­hai­table qu’un lec­to­rat plus impor­tant de langue fran­çaise ait accès à ce texte. Je vous en remer­cie. Je suis aus­si recon­nais­sant à Arrêt sur info de l’a­voir mis en ligne, ce qui m’a per­mis de le décou­vrir, car j’en igno­rais même l’exis­tence en anglais.

    Voi­là pour les fleurs.

    Pas­sez-moi l’ex­pres­sion, mais la tra­duc­tion de cet essai  »sent » trop le calque de l’an­glais ; elle est émaillée à chaque para­graphe, ou peu s’en faut, de tra­duc­tions lit­té­rales, telles :  »…sup­po­sé­ment en accor­dance avec… » (fin du pre­mier para­graphe,  »in accor­dance with », en anglais),  »… être fami­lier… », et j’en passe. On ne rend pas ser­vice à la pen­sée et à l’oeuvre de Hux­ley ; c’est dom­mage, car ses écrits étaient à l’é­poque une pré­fi­gu­ra­tion de l’a­ve­nir, — d’aujourd’hui. 

    Je ne tiens pas à vous ser­vir tout le flo­ri­lège des erreurs qui rendent le texte fran­çais lourd, par­fois dif­fi­ci­le­ment lisible, peu fluide. Et croyez-moi, je com­prends toute la dif­fi­cul­té inhé­rente à la pro­duc­tion qua­si conti­nue d’in­for­ma­tion pour ali­men­ter les niches de la contre-infor­ma­tion, chose par ailleurs fort néces­saire, voire indis­pen­sable de nos jours. Je com­prends aus­si qu’il n’est pas tou­jours pos­sible de rému­né­rer comme il se doit des tra­duc­teurs ; il doit y avoir dans ce que je lis tout un bataillon fan­tôme de béné­voles. Mais ne serait-ce qu’au nom d’une cer­taine idée de la rigueur, je vous prie de por­ter plus d’at­ten­tion à vos traductions.

    En vous saluant,

    Jean-Pierre Pel­le­tier,
    Poète, tra­duc­teur (espa­gnol et anglais vers le fran­çais), professeur
    Membre de l’As­so­cia­tion des tra­duc­teurs et tra­duc­trices lit­té­raires du Cana­da (ATTLC-LTAC)

    1. Dites, Jean-Pierre, dans ce cas, ça m’in­té­resse que vous me lis­tiez les fautes que vous voyez, avec vos suggestions/corrections, ça me per­met­trait de m’a­mé­lio­rer. Mer­ci. (Au fait : la plu­part des tra­duc­tions sont les miennes et tout est entiè­re­ment bénévole).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’affaire Sacco et Vanzetti (Par Howard Zinn)

"Combien d’entre vous savent quelque chose de l’affaire Sacco et Vanzetti ? Combien d’entre vous ne savent rien de l’affaire Sacco et Vanzetti? Et puis, il y a ceux qui connaissent l’affaire Sacco et Vanzetti sans la connaître. Au moment où je suis entré dans l’âge adulte et où je me suis politisé, l’affaire Sacco et Vanzetti m’est apparue comme l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire américaine..."