Même la science nous incite à tous nous révolter (par Naomi Klein)

Article initialement publié (en anglais) sur le site du New Statesman, à l'adresse suivante.

Notre volon­té infi­nie de crois­sance est-elle en train de détruire la pla­nète ? Les scien­ti­fiques du cli­mat ont étu­dié la ques­tion– et en arrivent à des conclu­sions incendiaires.

En Décembre 2012, lors de la réunion d’automne de l’Ame­ri­can Geo­phy­si­cal Union qui a lieu chaque année à San Fran­cis­co, un cher­cheur en sys­tèmes com­plexes aux che­veux roses, nom­mé Brad Wer­ner, a fen­du la foule des 24,000 scien­ti­fiques de l’espace et de la terre. La confé­rence de cette année a vu pas­ser quelques inter­ve­nants célèbres, d’Ed Stone du pro­jet Voya­ger de la NASA, qui a expli­qué une nou­velle étape sur le che­min de la conquête spa­ciale, au cinéaste James Came­ron, qui a par­lé de ses aven­tures dans des sub­mer­sibles en eaux profondes.

Mais c’est la confé­rence de Wer­ner qui fit le plus de bruit. Elle était inti­tu­lée « La Terre est-elle fou­tue ? » (« Is the Earth F**ked ? ») (Titre com­plet : « La Terre est-elle fou­tue ? La Futi­li­té Dyna­mique de la Ges­tion Glo­bale de l’Environnement et les Pos­si­bi­li­tés de Déve­lop­pe­ment Durable via le Mili­tan­tisme de l’Action Directe »).

Debout devant la salle de confé­rence, le géo­phy­si­cien de l’Université de Cali­for­nie, à San Die­go, a pré­sen­té au public le modèle infor­ma­tique de pointe qu’il uti­li­sait pour répondre à cette ques­tion. Il a par­lé de limites du sys­tème, de per­tur­ba­tions, de dis­si­pa­tion, d’attracteurs, de bifur­ca­tions et de tout un tas d’autres trucs en grande par­tie incom­pré­hen­sibles pour tous les non-ini­tiés à la théo­rie des sys­tèmes com­plexes. Mais le fond du mes­sage était assez clair : le capi­ta­lisme glo­bal a ren­du l’épuisement de nos res­sources si rapide, si com­mode, et si incon­trô­lable, que les « sys­tèmes terre-humains » deviennent dan­ge­reu­se­ment instables. Pres­sé par un jour­na­liste pour répondre clai­re­ment à la ques­tion « Sommes-nous fou­tus ? », Wer­ner a lais­sé tom­ber le jar­gon scien­ti­fique et a répon­du : « Plus ou moins ».

Il y avait cepen­dant une dyna­mique dans le modèle qui offrait un peu d’espoir. Wer­ner l’a qua­li­fiée de « résis­tance » — des mou­ve­ments de « per­sonnes ou groupes de per­sonnes » qui « adoptent un cer­tain ensemble de dyna­miques qui ne cadrent pas avec la culture capi­ta­liste ». Selon le résu­mé de sa pré­sen­ta­tion, ceci inclut « l’action directe pour l’environnement, la résis­tance en dehors de la culture domi­nante, comme des mani­fes­ta­tions, des blo­cus et des sabo­tages par des peuples indi­gènes, des tra­vailleurs, des anar­chistes et autres groupes d’activistes ».

Les ren­contres scien­ti­fiques sérieuses ne sont géné­ra­le­ment pas émaillées d’appels à la résis­tance poli­tique de masse, et encore moins d’appels à l’action directe et au sabo­tage. Wer­ner n’appelait pas à ce genre d’actions. Il fai­sait sim­ple­ment le constat que les sou­lè­ve­ments en masse de popu­la­tions — à l’instar du mou­ve­ment pour l’abolition de l’esclavage, du mou­ve­ment pour les droits civiques ou d’Occupy Wall Street — repré­sentent la source de « fric­tion » la plus pro­bable pour ralen­tir une machine éco­no­mique par­tie en vrille. Nous savons que les mou­ve­ments sociaux du pas­sé ont « eu une influence énorme sur… l’évolution de la culture domi­nante », a‑t-il sou­li­gné. Donc, il va de soi que, « si nous pen­sons à l’avenir de la terre, et à l’avenir de notre rap­port à l’environnement, nous devons inclure le fac­teur résis­tance dans cette dyna­mique ». Et ceci, fait-il valoir, n’est pas une ques­tion d’opinion, mais « vrai­ment un pro­blème d’ordre géo­phy­sique ».

Beau­coup de scien­ti­fiques ont été affec­tés par les résul­tats de leurs recherches au point de des­cendre dans les rues. Des phy­si­ciens, astro­nomes, méde­cins et bio­lo­gistes ont été à l’avant-garde des mou­ve­ments contre les armes nucléaires, l’énergie nucléaire, la guerre, la conta­mi­na­tion chi­mique et le créa­tion­nisme. Et en Novembre 2012, la revue Nature a publié un com­men­taire du finan­cier et phi­lan­thrope envi­ron­ne­men­tal Jere­my Gran­tham qui invi­tait les scien­ti­fiques à se joindre à cette tra­di­tion et « à se faire arrê­ter si néces­saire », car le chan­ge­ment cli­ma­tique « n’est pas seule­ment la crise de nos vies — c’est aus­si la crise de l’existence de notre espèce ».

Cer­tains scien­ti­fiques en sont déjà convain­cus. Le père de la science cli­ma­tique moderne, James Han­sen, est un mili­tant for­mi­dable, qui a été arrê­té une demi-dou­zaine de fois pour avoir résis­té à des mines de char­bon à ciel ouvert et des oléo­ducs de pétrole de sables bitu­mi­neux (il a même quit­té son emploi à la NASA cette année, en par­tie pour avoir plus de temps pour mili­ter). Il y a deux ans, quand j’ai été arrê­té devant la Mai­son Blanche lors d’une mani­fes­ta­tion contre le pipe­line Keys­tone XL de sables bitu­mi­neux, l’une des 166 per­sonnes menot­tées ce jour-là était un gla­cio­logue du nom de Jason Box, un expert de renom­mée mon­diale sur la fonte des glaces au Groenland.

toro

« Je me devais de le faire par amour-propre » a dit Box à l’époque, en ajou­tant que « voter semble insuf­fi­sant dans ce cas. J’ai besoin d’être un citoyen aus­si ».

C’est louable, mais ce que Wer­ner fait avec sa modé­li­sa­tion est dif­fé­rent. Il ne dit pas que sa recherche l’a conduit à prendre des ini­tia­tives pour mettre fin à une poli­tique par­ti­cu­lière, il dit que sa recherche démontre que l’ensemble de notre modèle éco­no­mique est une menace pour la sta­bi­li­té éco­lo­gique. Et, en effet, contes­ter ce para­digme éco­no­mique — à tra­vers des mou­ve­ments de masse — est la meilleure chance offerte à l’humanité pour évi­ter la catastrophe.

C’est déjà assez énorme. Mais il n’est pas seul. Il fait par­tie d’un petit groupe, mais de plus en plus influent, de scien­ti­fiques dont les recherches sur la désta­bi­li­sa­tion des sys­tèmes natu­rels — en par­ti­cu­lier le sys­tème cli­ma­tique — les conduisent à des conclu­sions tout aus­si trans­for­ma­trices, et même révo­lu­tion­naires. Et pour tout révo­lu­tion­naire en herbe qui un jour a rêvé de ren­ver­ser l’ordre éco­no­mique actuel en faveur d’un autre un peu moins sus­cep­tible de pous­ser les retrai­tés ita­liens au sui­cide par pen­dai­son, dans leur mai­son, cette étude devrait être par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sante. Parce qu’elle ne montre pas l’abandon de ce sys­tème cruel en faveur d’un nou­veau (qui, moyen­nant beau­coup d’efforts, serait peut-être meilleur) comme un simple pro­blème de pré­fé­rence idéo­lo­gique, mais plu­tôt comme une néces­si­té de sur­vie exis­ten­tielle pour de nom­breuses espèces.

En tête de ce cor­tège de scien­ti­fiques révo­lu­tion­naires se trouve le plus connu des experts bri­tan­nique du cli­mat, Kevin Ander­son, le direc­teur adjoint du centre Tyn­dall de recherche sur le chan­ge­ment cli­ma­tique, qui s’est rapi­de­ment impo­sé comme une des meilleures ins­ti­tu­tions de recherche bri­tan­nique sur le sujet. S’adressant à tous, du Dépar­te­ment pour le Déve­lop­pe­ment Inter­na­tio­nal jusqu’au Conseil Muni­ci­pal de Man­ches­ter, Ander­son a pas­sé plus d’une décen­nie à expli­quer patiem­ment les impli­ca­tions des der­nières décou­vertes sur le cli­mat aux poli­ti­ciens, aux éco­no­mistes et aux mili­tants. Dans un lan­gage clair et com­pré­hen­sible, il éta­blit une feuille de route rigou­reuse sur la réduc­tion des émis­sions qui offre une chance rai­son­nable de main­te­nir la hausse des tem­pé­ra­tures en des­sous de 2 degrés Cel­sius, limite qui avait été fixé comme déter­mi­nante par les gou­ver­ne­ments, pour évi­ter les catastrophes.

Mais ces der­nières années, les rap­ports d’Anderson et ses pré­sen­ta­tions sont deve­nus plus alar­mistes. Sous des titres comme « le chan­ge­ment cli­ma­tique : au-delà du dan­ger… des chiffres brutes et un espoir pré­caire », il mon­trait que les chances de main­te­nir un réchauf­fe­ment cli­ma­tique avec des tem­pé­ra­tures accep­tables dimi­nuent très rapidement.

Avec son col­lègue Alice Bows, une experte en atté­nua­tion des chan­ge­ments cli­ma­tiques du Centre Tyn­dall, Ander­son explique que nous avons per­du tel­le­ment de temps à cause de l’indécision des poli­tiques, et des demi-mesures inef­fi­caces — tout en assis­tant à une explo­sion de la consom­ma­tion mon­diale (et des émis­sions) — que nous sommes désor­mais confron­tés à des réduc­tions néces­saires si dra­co­niennes qu’elles remettent en ques­tion la logique fon­da­men­tale de la prio­ri­té don­née à la crois­sance du PIB au-détri­ment de tout le reste.

Ander­son et Bows nous informent que l’objectif de réduc­tion à long terme sou­vent cité — une réduc­tion des émis­sions de 80 % par rap­port à celles 1990, d’ici 2050 — a été choi­si uni­que­ment pour des rai­sons d’opportunisme poli­tique et n’a « aucune base scien­ti­fique ». Parce que les impacts sur le chan­ge­ment cli­ma­tique ne sont pas seule­ment liés aux émis­sions actuelles ou futures, mais aus­si au cumul des émis­sions pas­sées. Et ils pré­viennent qu’en se foca­li­sant uni­que­ment sur des objec­tifs à long terme, comme 2050 (dans plus de trois décen­nies) — plu­tôt que sur ce que nous pou­vons faire dès main­te­nant pour réduire for­te­ment les émis­sions de car­bone — il y a un sérieux risque que nous lais­sions les émis­sions pour­suivre leur crois­sance ver­ti­gi­neuse dans les années à venir, dépas­sant ain­si lar­ge­ment nos 2 degrés « de réserve », et que l’on se retrouve alors dans une situa­tion inex­tri­cable, plus tard au cours de ce siècle.

C’est pour­quoi Ander­son et Bows font valoir que, si les gou­ver­ne­ments des pays déve­lop­pés sont sérieux quant à atteindre l’objectif conve­nu inter­na­tio­na­le­ment de main­te­nir le réchauf­fe­ment en des­sous de 2° Cel­sius, et si les réduc­tions res­pectent un mini­mum d’équité (en gros que les pays qui émettent déjà du car­bone depuis deux siècles réduisent leurs émis­sions avant les pays où ils sont plus d’un mil­liard à ne pas avoir accès à l’électricité), alors les réduc­tions d’émissions doivent être bien plus impor­tantes que pré­vu, et doivent se faire bien plus rapidement.

Pour avoir ne serait-ce qu’une chance sur deux d’atteindre la cible de 2°C (ce qui, pré­viennent-ils avec beau­coup d’autres, implique déjà qu’il fau­dra faire face à toute une série d’impacts cli­ma­tiques extrê­me­ment dom­ma­geables), les pays indus­tria­li­sés doivent com­men­cer à réduire leurs émis­sions de gaz à effet de serre par quelque chose comme 10 % par an — et ils doivent com­men­cer dès main­te­nant. Mais Ander­son et Bows vont plus loin, en sou­li­gnant que cet objec­tif ne peut être atteint avec des prix de car­bone bas ou avec des solu­tions de tech­no­lo­gie verte géné­ra­le­ment prô­nées par les grands groupes éco­lo­gistes. Ces mesures vont cer­tai­ne­ment aider, bien sûr, mais sont tout sim­ple­ment insuf­fi­santes : une baisse des émis­sions de 10 % par an est pra­ti­que­ment sans pré­cé­dent depuis que nous avons com­men­cé à ali­men­ter nos éco­no­mies avec du char­bon. En fait, les réduc­tions supé­rieures à 1 % par an « ont été his­to­ri­que­ment asso­ciées uni­que­ment à des réces­sions éco­no­miques ou des crises », comme l’a sou­li­gné l’économiste Nicho­las Stern dans son rap­port de 2006 pour le gou­ver­ne­ment britannique.

Même après l’effondrement de l’URSS, des réduc­tions de cette durée et de cette ampleur n’ont pas eu lieu (les anciens pays sovié­tiques ont connu une réduc­tion annuelle moyenne d’environ 5 % sur une période de dix ans). Elles n’ont pas eu lieu après l’effondrement de Wall Street en 2008 (les pays riches ont connu une chute de 7 % entre 2008 et 2009, mais leurs émis­sions de CO2 ont rebon­di avec brio en 2010 et les émis­sions de la Chine et de l’Inde ont conti­nué d’augmenter). Il n’y a qu’au len­de­main du grand krach bour­sier de 1929 que les États-Unis, par exemple, ont vu leurs émis­sions bais­ser pen­dant plu­sieurs années consé­cu­tives de plus de 10 % par an, selon les don­nées his­to­riques du Centre d’analyse de l’information sur la dioxyde de car­bone. Mais ce fut la pire crise éco­no­mique des temps modernes.

Si nous vou­lons évi­ter ce genre de car­nage tout en attei­gnant les limites pro­po­sées par la science en matière d’émissions de car­bone, les réduc­tions doivent s’effectuer avec pré­cau­tion à tra­vers ce que Bows et Ander­son décrivent comme « des stra­té­gies radi­cales et immé­diates de décrois­sance aux USA, en Europe et dans les autres pays riches ». Ce qui pour­rait aller, si notre sys­tème éco­no­mique n’idolâtrait pas la crois­sance du PIB avant tout, sans aucune consi­dé­ra­tion pour les consé­quences humaines et/ou éco­lo­giques, et si la classe poli­tique néo­li­bé­rale n’avait pas renon­cé à gérer quoi que ce soit (puisque que le mar­ché est le génie invi­sible à qui l’ont doit tout confier).

Ce qu’Anderson et Bows expliquent, fina­le­ment, c’est qu’il y a encore du temps pour évi­ter un réchauf­fe­ment catas­tro­phique, mais pas selon les règles du capi­ta­lisme telles qu’elles sont actuel­le­ment appli­quées. Ce qui consti­tue peut être le meilleur argu­ment que nous ayons jamais eu pour chan­ger les règles.

Dans un essai publié en 2012 dans l’influente revue scien­ti­fique Nature Cli­mate Change, Ander­son et Bows posaient une sorte de défi, accu­sant beau­coup de leurs col­lègues scien­ti­fiques de ne pas être hon­nête à pro­pos des chan­ge­ments exi­gés de l’humanité pour évi­ter le dérè­gle­ment cli­ma­tique. Leurs pro­pos méritent d’être reproduits :

« […] dans l’élaboration de scé­na­rios d’émissions, les scien­ti­fiques ont à maintes reprises et gra­ve­ment sous-esti­mé les impli­ca­tions de leurs ana­lyses. Quand il s’agit d’éviter une aug­men­ta­tion de 2 ° C, « impos­sible » se trans­forme en « dif­fi­cile mais pos­sible », tan­dis que « urgent et radi­cal » devient « dif­fi­cile » — tout cela pour apai­ser le dieu de l’économie (ou, pour être plus pré­cis, celui de la finance). Par exemple, pour évi­ter de dépas­ser le taux maxi­mum de réduc­tion des émis­sions dic­té par les éco­no­mistes, des pre­miers pics d’émissions sont pré­su­més « impos­sibles », tout en pré­sen­tant des notions naïves sur la « grande » ingé­nie­rie et les rythmes de déploie­ment d’infrastructures à faible émis­sion de car­bone. Plus inquié­tant encore : tan­dis que les marges de manœuvre dimi­nuent, la géoin­gé­nie­rie est de plus en plus sol­li­ci­tée pour faire en sorte que le dik­tat des éco­no­mistes ne soit pas remis en question. […] »

En d’autres termes, pour paraître rai­son­nable au sein des cercles néo­li­bé­raux, les scien­ti­fiques ont dra­ma­ti­que­ment sous-esti­mé les impli­ca­tions de leurs recherches. En Aout 2013, Ander­son expli­qua encore plus fran­che­ment que le bateau du chan­ge­ment gra­duel avait déjà levé l’ancre depuis long­temps. « Peut-être qu’à l’époque du som­met de la terre de 1992, ou au moment du chan­ge­ment de mil­lé­naire, la limite des 2°C était encore attei­gnable à l’aide de chan­ge­ments gra­duels très impor­tants au sein du sys­tème poli­tique et éco­no­mique actuel. Mais le chan­ge­ment cli­ma­tique est un pro­blème cumu­la­tif ! Main­te­nant, en 2013, les nations (post-)industrielles à forts taux d’émission sont confron­tées à toute autre chose. Notre débauche col­lec­tive de car­bone se pour­suit et a balayé toute pos­si­bi­li­té de « chan­ge­ment pro­gres­sif » que nous per­met­tait notre marge de l’époque (plus impor­tante, donc) vis-à-vis des 2 ° C. Aujourd’hui, après deux décen­nies de bluff et de men­songe, ce qui reste de notre marge de 2 ° C exige un chan­ge­ment révo­lu­tion­naire de l’hégémonie poli­tique et éco­no­mique elle-même » (c’est lui qui souligne).

Nous ne devrions pro­ba­ble­ment pas être sur­pris que cer­tains spé­cia­listes du cli­mat soient un peu effrayés par les consé­quences radi­cales de leurs propres recherches. La plu­part d’entre eux ne fai­saient que vaquer tran­quille­ment à leur tra­vail, en mesu­rant des carottes de glace, en fai­sant tour­ner des modèles cli­ma­tiques mon­diaux et en étu­diant l’acidification des océans, pour finir par décou­vrir, selon l’expert cli­ma­tique et auteur aus­tra­lien Clive Hamil­ton, qu’ils « étaient invo­lon­tai­re­ment en train de désta­bi­li­ser l’ordre poli­tique et social ».

Mais beau­coup de gens sont bien conscients de la nature révo­lu­tion­naire de la science du cli­mat. C’est pour­quoi cer­tains gou­ver­ne­ments, qui ont déci­dé de jeter leurs enga­ge­ments sur le cli­mat aux orties en faveur d’encore plus d’extractions de car­bone, ont dû trou­ver des moyens de plus en plus coer­ci­tifs pour réduire au silence et inti­mi­der les scien­ti­fiques. En Grande-Bre­tagne, où cette stra­té­gie est de plus en plus mani­feste, Ian Boyd, le conseiller scien­ti­fique en chef du minis­tère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales, a écrit récem­ment que les scien­ti­fiques devraient évi­ter « de lais­ser entendre que des poli­tiques peuvent être bonnes ou mau­vaises » et devraient expri­mer leurs points de vue « en tra­vaillant avec des conseillers offi­ciels (comme moi), et en étant la voix de la rai­son, plu­tôt que celle de la dis­si­dence, dans l’espace public ».

« Les sables bitu­mi­neux détruisent nos terres » / « Si vous construi­sez, nous viendrons ! »

Si vous vou­lez savoir où cela mène, regar­dez ce qui se passe au Cana­da, où je vis. Le gou­ver­ne­ment conser­va­teur de Ste­phen Har­per a fait un tra­vail si effi­cace pour bâillon­ner les scien­ti­fiques et arrê­ter des pro­jets de recherche essen­tiels qu’en Juillet 2012, quelques deux milles scien­ti­fiques et sym­pa­thi­sants ont orga­ni­sé une veillée funèbre sur la Col­line du Par­le­ment à Otta­wa en mémoire de « la mort de la preuve scien­ti­fique ». Leurs pan­cartes disaient : « Sans science, pas de preuves, pas de Véri­té ».

Mais la véri­té est en train de sur­gir, mal­gré tout. Le fait que la course aux pro­fits et l’obsession pour la crois­sance soient en train de désta­bi­li­ser la vie sur terre n’est plus une infor­ma­tion que l’on ne retrouve que dans les revues scien­ti­fiques. Nous pou­vons d’ores-et-déjà obser­ver de nos yeux les pre­miers effets de ces pra­tiques. Et de plus en plus de gens réagissent en consé­quence : blo­cage des acti­vi­tés de frac­tu­ra­tion hydrau­lique à Bal­combe ; inter­fé­rence avec les pré­pa­ra­tifs de forage dans l’Arctique dans les eaux russes (avec un coût per­son­nel énorme) ; plaintes dépo­sées contre les exploi­tants de sables bitu­mi­neux pour vio­la­tion de la sou­ve­rai­ne­té autoch­tone, et d’innombrables autres actes de résis­tance, petits et grands. Il s’agit, dans le modèle infor­ma­tique de Brad Wer­ner, de la « fric­tion » néces­saire pour ralen­tir les forces de désta­bi­li­sa­tion ; le mili­tant cli­ma­tique Bill McKib­ben les appelle les « anti­corps » qui se déploient pour com­battre la « pous­sée de fièvre » de la planète.

Ce n’est pas une révo­lu­tion, mais c’est un début. Et cela pour­rait bien nous faire gagner suf­fi­sam­ment de temps pour éla­bo­rer un mode de vie qui ne soit pas aus­si des­truc­teur, sur cette planète.

Nao­mi Klein


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

We Love Green(washing), festival-vitrine de l’écocapitalisme (par Nicolas Casaux)

Près de 40 ans après l’invention de ce concept de « développement durable », la situation écologique planétaire, qui n’a jamais cessé d’empirer, est pire que jamais. L’inanité de ce concept est manifeste. Pourtant, d’un point de vue commercial, le « développement durable » est une incroyable réussite. Toutes les entreprises et tous les gouvernements s’en réclament. L’illusion fonctionne, notamment grâce au complexe médiatico-culturel doté de moyens colossaux et toujours plus envahissant qui n’a de cesse de relayer les mensonges du capitalisme vert. L’imbécillité de toute cette entreprise de propagande culmine dans le festival de musique soi-disant « écolo » et « engagé » We Love Green. [...]
Lire

Vidéo : la collapsologie ou l’écologie mutilée (Renaud Garcia)

Ci-après, l'intervention de Renaud Garcia (professeur de philosophie et auteur, notamment, du Désert de la critique et du Sens des limites, parus chez l’Échappée, que je vous recommande) lors des rencontres d'été de l'association Crise & Critique, au sujet de la collapsologie. Intervention dans laquelle il présente pour partie le contenu de son prochain livre, La collapsologie ou l'écologie mutilée, à paraître fin octobre, toujours chez l’Échappée.