Sale temps pour le cochon ! (par Isabelle Saporta)

Extrait tiré du Livre noir de l’a­gri­cul­ture de la jour­na­liste Isa­belle Sapor­ta, publié en 2011.


« L’élevage por­cin, c’est l’industrie lourde de l’agriculture » , se féli­cite Patrice Drillet, vice-pré­sident de la Cooperl Arc Atlan­tique. Cette coopé­ra­tive abat plus de 5 200 000 porcs par an, soit 20 % de la pro­duc­tion por­cine fran­çaise à elle seule. Chaque semaine, ses trois abat­toirs tuent 100 000 porcs. Un toutes les six secondes. Un vrai tra­vail à la chaîne qui ne souffre ni sen­ti­ment, ni perte de temps.

En qua­rante ans, la France, pas peu fière de ses cochons, a su employer les grands moyens pour indus­tria­li­ser ses éle­vages. Et qu’importe si, au pas­sage, on a divi­sé par 50 le nombre d’exploitations agri­coles – de 795 000 en 1968 à 15 000 aujourd’hui – tout en mul­ti­pliant par deux le chep­tel. Mais, à entendre les pay­sans convain­cus, il fal­lait en pas­ser par là et consen­tir à cette inévi­table casse pour quit­ter l’univers archaïque de l’élevage en plein air. Finis les temps heu­reux où les cochons avaient encore l’heur de déam­bu­ler à leur guise dans les cours des fermes. Ces cli­chés appar­tiennent désor­mais à un monde dépas­sé, désuet et char­mant. L’avenir du porc, lui, était tout tra­cé. Les agro­nomes en avaient des­si­né les contours. Le porc et ses éle­veurs devaient entrer de gré ou de force dans l’ère de la moder­ni­té. S’adapter ou mou­rir. Sur­vivre, tout simplement.

Une uni­for­mi­sa­tion s’imposait. Aux oubliettes, les dizaines de races rus­tiques qui exis­taient encore au len­de­main de la Seconde Guerre mon­diale. Les géné­ti­ciens ne veulent plus voir qu’une seule tête. Ou plu­tôt quatre : Lan­drace, Pié­train, Duroc et le fameux Large White. Ce der­nier est issu de croi­se­ments entre des porcs blancs du York­shire et des races chi­noises qui, dixit le Nou­veau Larousse agri­cole, édi­tion 1952, « ont été choi­sies pour la finesse de leur sque­lette [elles font plus de viande que d’os] et pour leur apti­tude à un engrais­se­ment rapide » ; « les bêtes reçurent au fil des ans des doses crois­santes de sang asia­tique ». Les races chi­noises sont sur­tout célèbres pour don­ner des truies hyperprolifiques.

Blanc de l’Ouest, cul noir du Limou­sin, basque, cochon de Bayeux, gas­con, Nus­trale sont les seuls res­ca­pés de cet eugé­nisme indus­triel. « Mais tous réunis, ils ne repré­sentent pas plus de 0,2 % de l’ensemble du chep­tel de truies et epsi­lon des porcs pro­duits », rap­pelle Joce­lyne Por­cher, cher­cheur à l’INRA (Ins­ti­tut natio­nal de la recherche agro­no­mique) et auteur de Cochons d’or. En 1952, le Larousse agri­coleconsa­crait encore des pages entières à décrire les races bou­lon­naise, nor­mande, cel­tique, bres­sane, de Bour­deaux, la race d’Aubagne ou encore celle de Loches et de Mont­mo­rillon. Bref, chaque région, voire chaque com­mune, avait ses propres races, adap­tées aux ter­roirs et à la nour­ri­ture que ces contrées pou­vaient leur offrir. Tout n’était pas encore contrô­lé par les quelques labo­ra­toires de géné­tique qui répar­tissent aujourd’hui les mêmes bêtes sur tout l’Hexagone et dans le monde entier. Pen Ar Lan, l’un des cadors du milieu, se vante ain­si d’avoir com­mer­cia­li­sé plus de 235 000 truies Naï­ma dans le monde en 2006. France Hybrides a expor­té quelque 180 000 de ses truies Galaxy dans vingt-deux pays dif­fé­rents… Et les des­crip­tions cha­leu­reuses du Larousse agri­cole des années 1950 sont bien loin des pré­oc­cu­pa­tions de nos géné­ti­ciens. À quoi bon s’attarder sur le type cel­tique de la race de Bayeux, sur les oreilles hori­zon­tales de la race bres­sane, ou s’esbaudir devant les attri­buts de bons mar­cheurs des porcs gas­cons ? Aujourd’hui, ce sont des « pro­duits » appar­te­nant à une « gamme ». Pré­oc­cu­pa­tion numé­ro un pour le ver­rat : la vitesse de crois­sance ; numé­ro deux : le muscle ; numé­ro trois : sa consom­ma­tion de nour­ri­ture. Moins il mange, plus il gros­sit et mieux c’est. La petite bête est certes un tan­ti­net fra­gile. Mais qu’importe, grâce au génie géné­tique de Pen Ar Lan, le Pie­train new wave est « 100 % résis­tant au stress » (la publi­ci­té vante « les qua­li­tés du Pie­train, sans le stress »). Et pour­quoi ce sou­dain désir de four­nir des bêtes « indemnes du gène de sen­si­bi­li­té au stress » ? Parce que ce gène, appe­lé RN, « génère des viandes acides à 24 heures post mor­tem et des bas ren­de­ments à la cuis­son ». Le ver­rat P 76, lui, est « “éco­no­mique” par excel­lence, fait pour pro­duire au moindre coût ». Son petit frère, Max­ter 16 de chez France Hybrides, pro­met un « ren­de­ment excep­tion­nel » – « prio­ri­té au muscle » –, que la bête crou­pisse sur caille­bo­tis ou sur paille, qu’elle mange à volon­té ou qu’elle soit ration­née. Max­ter 16, quoi que tu lui fasses et quoi que tu lui donnes à man­ger, il gonfle à vue d’œil ! Tout comme son cou­sin Mus­clor, de chez Gene Plus.

Que dire de la belle et douce Naï­ma de chez Pen Ar Lan ? « Chi­noise par ses qua­li­tés mater­nelles, euro­péenne par ses qua­li­tés de car­casse. » Son pré­nom est même enca­dré d’une cal­li­gra­phie chi­noise… Et qu’importe si Naï­ma est un pré­nom arabe signi­fiant « dou­ceur du para­dis » et for­mé à par­tir de l’adjectif na’îm, « heu­reux ». Heu­reuse, Naï­ma ne doit pour­tant pas l’être tant que ça, mal­gré son « ins­tinct mater­nel par­ti­cu­liè­re­ment déve­lop­pé ». Qu’est-ce que l’instinct mater­nel d’une truie ? Le style est lapi­daire : « Une pro­li­fi­ci­té excep­tion­nelle, et ce grâce aux qua­li­tés uté­rines des races chi­noises asso­ciées à l’importante ponte ovu­laire des races hyper­pro­li­fiques euro­péennes. Des venues en cha­leur très mar­quées, un ISSF court [inter­valle de sevrage de saillie de fécon­da­tion, soit l’intervalle entre le sevrage des por­ce­lets et la nou­velle saillie fécon­dante – ici de 6 jours au plus]. Mises bas rapides [il ne man­que­rait plus qu’elles traînent, ces fai­néantes…], excel­lente pro­duc­tion lai­tière, très bonne qua­li­té des tétines ; ajou­té à ceci, de bons aplombs. » Bref, elle tient debout, elle fait une ving­taine de mar­mots par por­tée, qu’elle éjecte en un temps record : voi­là une bonne mère ! Chaque année, ces super­truies sont récom­pen­sées au Space – le Salon inter­na­tio­nal de l’élevage qui se tient à Rennes – par le célèbre Cochon d’or. Cette année, la céré­mo­nie était ani­mée par l’ex-Miss France Élo­die Gos­suin… La jolie reine de beau­té a embras­sé à bouche que veux-tu les trois éle­veurs comp­tant dans leur por­che­rie des truies capables de sevrer 32,1 porcelets…

Bien enten­du, qui dit moder­nisme dit gigan­tisme. La taille moyenne des exploi­ta­tions a été mul­ti­pliée par 70 en qua­rante ans. Dans les fermes d’antan, on se féli­ci­tait de comp­ter 12 ou 13 porcs. Aujourd’hui, à moins de 900 cochons, c’est une exploi­ta­tion minia­ture. Trois mille éle­vages concentrent plus de la moi­tié du chep­tel de France. En haut du podium, vain­queur toutes caté­go­ries, la Bre­tagne, qui détient le sinistre record d’élever plus de la moi­tié des porcs de l’Hexagone. En Armo­rique, il y a trois fois plus de porcs que de Bretons…

QZEN3ZO51_web

Tou­jours plus de cochons sur des espaces tou­jours plus réduits. Pour mettre en place ce sys­tème, il a fal­lu ratio­na­li­ser l’élevage. Un doux euphé­misme : on a reti­ré les cochons de leurs cours, sans doute un peu rus­tiques mais dans les­quelles ils étaient libres de leurs mou­ve­ments, pour les entas­ser dans d’immenses bâti­ments borgnes, éclai­rés par la seule lueur des néons. Dans son édi­tion de 1952, le Larousse agri­coleéle­vait pour­tant au rang de pre­mière condi­tion à la réus­site de l’élevage le fait que « les ani­maux vivent le plus pos­sible à la lumière dans des enclos bien ensoleillés »…

Plus de paille, mais des caille­bo­tis sur les­quels les bêtes s’esquintent les pattes. Dom­mage col­la­té­ral de l’élevage indus­triel. Les petites lattes de bois ou, mieux encore, de plas­tique doivent en effet être suf­fi­sam­ment espa­cées pour per­mettre aux déjec­tions des porcs de s’y fau­fi­ler. D’ailleurs, à peine entré dans l’un de ces bâti­ments, une odeur nau­séa­bonde vous assaille. La pous­sière, lourde, s’infiltre dans vos narines et semble tapis­ser votre gorge. Sous vos pieds flottent des kilos et des kilos de merde de porc, bai­gnant dans des litres d’urine. Un bruit assour­dis­sant, un ron­ron­ne­ment per­pé­tuel, scande vos pas. C’est la ven­ti­la­tion. L’air de ces bâti­ments est fil­tré en per­ma­nence pour ten­ter de réduire l’un des prin­ci­paux fléaux de ces éle­vages hors sol : les mala­dies res­pi­ra­toires, qui repré­sentent la moi­tié des patho­lo­gies frap­pant les porcs indus­triels. Elles sont dues à l’air confi­né, un air char­gé d’ammoniac, de fer­men­ta­tion d’excréments et de squames de peau cau­sés par les frot­te­ments des bêtes les unes contre les autres. Étant don­né la concen­tra­tion des ani­maux, sans cette ven­ti­la­tion les porcs mour­raient en quelques heures. D’ailleurs, tous les gros éle­vages sont munis d’un groupe élec­tro­gène en cas de panne élec­trique… Les assu­reurs refusent de cou­vrir les éle­vages qui en seraient dépour­vus. Autre option indis­pen­sable : le dépan­nage 24 heures sur 24.

L’air est d’autant plus irres­pi­rable que la tem­pé­ra­ture est éle­vée. Pour­quoi cette cha­leur étouf­fante ? Pour que les bêtes ne dépensent pas sot­te­ment leur éner­gie à se réchauf­fer plu­tôt qu’à gros­sir à la vitesse de l’éclair. Et, sur­tout, pour qu’elles ne fassent pas de gras. Le porc moderne se doit d’être maigre. En dix ans, il a per­du plus d’un cen­ti­mètre de graisse afin de satis­faire aux exi­gences dié­té­tiques des consom­ma­teurs. S’il ven­dait des car­casses trop grasses, l’éleveur serait péna­li­sé finan­ciè­re­ment : le prix de la viande dépend de son épais­seur de gras. Le porc n’a donc qu’à s’accommoder de vivre dans cette atmo­sphère confi­née. Et sans jamais voir la lumière du jour : il vit dans le noir. Les néons ne sont allu­més que lorsque l’éleveur débarque pour lui admi­nis­trer des médi­ca­ments ou pour s’assurer que la machine à soupe (c’est-à-dire l’ensemble des tuyau­te­ries qui par­courent les bâti­ments) a bien des­ser­vi à heure dite et à cha­cun sa ration de nourriture.

Mal­gré l’obscurité impo­sée aux bêtes, l’élevage hors sol engendre une débauche de dépenses éner­gé­tiques. D’après les chiffres four­nis par l’IFIP (Ins­ti­tut du porc) à l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maî­trise de l’énergie), chauf­fage et ven­ti­la­tion consti­tuent 85 ou 86 % de la consom­ma­tion totale d’électricité d’un éle­vage indus­triel. Bien sûr, plus les éle­vages sont impor­tants, plus la consom­ma­tion éner­gé­tique l’est aus­si. Qui dit gigan­tisme dit méca­ni­sa­tion à outrance. Machine à soupe, dis­tri­bu­teurs de cro­quettes et d’eau, tout est auto­ma­ti­sé. Et plus l’élevage est vieux, plus il est gour­mand en éner­gie. Or la majo­ri­té des éle­vages por­cins bre­tons ont dans les dix-huit ans bien tas­sés. Ils consomment envi­ron 1 171 kilo­watts-heure par truie et par an. Soit qua­si­ment le double de la consom­ma­tion élec­trique moyenne d’un Alba­nais ou d’un Indien, six fois et demie celle d’un Ivoi­rien et l’équivalent de celle d’un Cubain…

Isa­belle Saporta

Le livre dont ce texte est tiré

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Imagine (par Derrick Jensen)

Le manque d’imagination est une des (nombreuses) manières, pour cette culture, de détruire la planète. J’ai beaucoup pensé à cela après la catastrophe nucléaire de Fukushima, et après avoir lu trois réactions typiques, dont chacune faisait montre de moins d’imagination que la précédente. [...]