La dépression est une maladie de civilisation (par Sara Burrows)

Le texte qui suit est une tra­duc­tion de l’ar­ticle publié (en anglais) à l’a­dresse suivante.


La dépres­sion est une épi­dé­mie mon­diale. Il s’agit du pre­mier fac­teur de sui­cide, qui emporte actuel­le­ment plus d’un mil­lion de vies par an, à tra­vers le monde. Un États-unien sur quatre souf­fri­ra de dépres­sion cli­nique au cours de sa vie, et ce taux aug­mente avec chaque génération.

Elle prive les gens de som­meil, d’énergie, de concen­tra­tion, de mémoire, de pul­sion sexuelle, et de leur apti­tude élé­men­taire à appré­cier les plai­sirs quo­ti­diens de la vie, explique Ste­phen Ilda­ri, l’auteur de The Depres­sion Cure (Le trai­te­ment pour la dépres­sion). Elle peut détruire le désir des gens d’aimer, de tra­vailler, de jouer et même leur volon­té de vivre. Si non-trai­tée, elle peut cau­ser des dom­mages per­ma­nents au cerveau.

La dépres­sion met en route le cir­cuit de dou­leur du cer­veau au point que les patients psy­chia­triques d’Ildari la qua­li­fient de tour­ment, d’agonie et de tor­ture. « Beau­coup com­mencent à consi­dé­rer la mort comme une échap­pa­toire », explique-t-il dans une pré­sen­ta­tion TED.

Mais la dépres­sion n’est pas une mala­die natu­relle. Ce n’est pas une iné­luc­ta­bi­li­té liée au fait d’être humain. Ilda­ri affirme qu’à l’instar de beau­coup de mala­dies, la dépres­sion est une mala­die de civi­li­sa­tion. Une mala­die cau­sée par le mode de vie indus­triel moderne, hau­te­ment stres­sant, incom­pa­tible avec notre évo­lu­tion génétique.

La dépres­sion est le résul­tat d’une expo­si­tion pro­lon­gée au stress, explique Ilda­ri. Cette « réac­tion d’emballement au stress » du cer­veau – comme il l’appelle – est simi­laire à la réac­tion de lutte ou de fuite qui s’est déve­lop­pé pour aider nos ancêtres lorsqu’ils affron­taient des pré­da­teurs ou d’autres dan­gers phy­siques. Cette réac­tion exa­cer­bée au stress per­met­tait en retour une acti­vi­té phy­sique intense pen­dant plu­sieurs secondes, plu­sieurs minutes ou – dans des cas extrêmes – quelques heures.

« Le pro­blème, c’est que pour beau­coup de gens dans le monde occi­den­tal, cette réac­tion au stress per­dure sur des semaines, des mois voire des années, et devient alors extrê­me­ment toxique », continue-t-il.

Vivre en per­ma­nence dans un envi­ron­ne­ment stres­sant – ce que font désor­mais nombre d’humains modernes – détraque la dis­tri­bu­tion des sub­stances neu­ro­chi­miques comme la dopa­mine et la séro­to­nine, ce qui peut trou­bler le som­meil, endom­ma­ger le cer­veau, déré­gu­ler le sys­tème immu­ni­taire et pro­vo­quer des inflam­ma­tions, explique Ildari.

[La pré­sen­ta­tion TED de Ste­phen Ilda­ri, en anglais, pas encore de sous-titres fran­çais, ça vien­dra peut-être:]

La civilisation est la maladie

Des épi­dé­mio­lo­gistes ont iden­ti­fié une longue liste de mala­dies liées au stress qu’ils appellent des « mala­dies de civi­li­sa­tion ». Par­mi celles-ci, on retrouve le dia­bète, l’athérosclérose, l’asthme, les aller­gies, l’obésité et le can­cer. Ces mala­dies sont omni­pré­sentes dans le monde déve­lop­pé, mais qua­si­ment indé­ce­lables au sein des peuples abo­ri­gènes encore en vie.

Dans une étude sur 2000 abo­ri­gènes Kalu­li de Papoua­sie Nou­velle Gui­née, seul un cas mar­gi­nal de dépres­sion cli­nique fut consta­té. Pour­quoi ? Parce que le mode de vie des Kalu­li est très simi­laire à celui de nos ancêtres chas­seurs-cueilleurs ayant per­du­ré pen­dant près de 2 mil­lions d’années, avant l’avènement de l’agriculture, explique Ildari.

« 99,9 % de l’expérience humaine a été vécu dans un contexte de chas­seur-cueilleur », ajoute-t-il. « La majeure par­tie de la pres­sion de sélec­tion qui a sculp­té et for­mé nos génomes cor­res­pond à cet envi­ron­ne­ment et à ce mode de vie. »

Au regard des 3 mil­lions d’années d’existence de l’hominidé, de l’utilisation d’outils en pierre d’homo habi­lis, on constate que notre espèce connait un chan­ge­ment envi­ron­ne­men­tale très rapide depuis l’avènement de l’agriculture, il y a envi­ron 12 000 ans, et pire encore depuis 200 ans et la révo­lu­tion indus­trielle. Notre espèce fait face à ce qu’Ildari appelle une « muta­tion envi­ron­ne­men­tale radicale ».

Tan­dis que notre envi­ron­ne­ment a radi­ca­le­ment chan­gé, change radi­ca­le­ment, notre génome est essen­tiel­le­ment le même qu’il y a 200 ans, explique Ilda­ri. « Cela ne fait que 8 géné­ra­tions. Ce n’est pas assez de temps [pour des adap­ta­tions géné­tiques importantes]. »

« Il existe un déca­lage pro­fond entre les gènes que nous por­tons, les corps et les cer­veaux qu’ils génèrent, et le monde dans lequel nous nous trou­vons », ajoute-t-il. « Nous n’avons pas du tout été conçu pour la séden­ta­ri­té, l’enfermement, l’isolation sociale, l’alimentation fast-food, la pri­va­tion de som­meil et le rythme effré­né de la vie moderne. »

Le remède

Bien qu’il ne soit pas com­plè­te­ment oppose à la médi­ca­tion, Ilda­ri explique que tous les médi­ca­ments du monde ne peuvent rien contre cette épi­dé­mie de dépression.

La consom­ma­tion d’antidépresseur a aug­men­té de 300 % au cours des vingt der­nières années, mais les taux de dépres­sion conti­nuent d’augmenter. Un États-unien sur neuf de plus de 12 ans est actuel­le­ment sous anti­dé­pres­seur, et un sur cinq l’a été à un moment.

Le remède, explique Ilda­ri, c’est un chan­ge­ment de mode de vie. Il explique que les résul­tats de son pro­gramme en six étapes ont lar­ge­ment dépas­sé ses attentes :

  1. Faire de l’exercice
  2. Les acides gras omé­ga 3
  3. La lumière du soleil
  4. Un som­meil de qualité
  5. Des acti­vi­tés non-répétitives
  6. L’importance du lien social

Dans sa pré­sen­ta­tion, il sou­ligne l’importance de l’exercice et des rela­tions sociales, qui consti­tuent les points les plus dif­fi­ciles de son pro­gramme pour les États-uniens modernes.

IMP

L’exercice « n’est pas naturel »

Ilda­ri explique que l’influence de l’exercice sur la dépres­sion est si puis­sante que si on pou­vait en faire une pilule, il s’agirait de la pilule la plus chère au monde. Le pro­blème, c’est que 60% des États-uniens adultes ne pra­tiquent aucune acti­vi­té phy­sique régu­lière. Ilda­ri ajoute que ce n’est pas de leur faute. Entre les longues jour­nées de tra­vail et les res­pon­sa­bi­li­tés au foyer et fami­liales, qui a le temps ou l’énergie pour aller faire de la gym ?

Le pro­blème de l’exercice, explique Ilda­ri, c’est que « ce n’est pas quelque chose de natu­rel ». Nous sommes conçus pour être actifs phy­si­que­ment « en vue d’objectifs sen­sés », pas pour faire de l’exercice comme un ham­ster dans une roue.

Les chas­seurs-cueilleurs ont une acti­vi­té phy­sique vigou­reuse chaque jour pen­dant plus de 4 heures, mais deman­dez-leur, et ils vous diront qu’ils ne font pas d’exercice, explique Ilda­ri. « Ils ne font pas d’exercice. Faire de l’exercice leur sem­ble­rait fou. Ils vivent. »

« Lorsque vous pla­cez un rat sur un tapis rou­lant […] il s’accroupit, et le tapis com­mence à frot­ter sa four­rure et la peau de son dos », explique-t-il. « Lorsque vous obser­vez un appa­reil pour faire de l’exercice phy­sique, une par­tie de votre cer­veau vous crie ‘ne le fais pas ! Ça ne mène nulle part !’ »

Si vous ne pou­vez pas sor­tir cueillir vos propres noix et baies ou chas­ser votre propre viande, Ilda­ri recom­mande une marche avec un ami. Mar­cher 30 minutes, trois fois par semaine, est plus effi­cace que le Zoloft, explique-t-il.

Le lien social

Le manque de lien social dans les bulles de nos familles nucléaires modernes est un autre fac­teur impor­tant pou­vant mener à la dépres­sion. « Du temps en pré­sence de nos proches dimi­nue nos réac­tions au stress », explique Ildari.

Le pro­blème c’est que nous avons rem­pla­cé ce lien phy­sique par une connexion via écrans inter­po­sés. « Nos ancêtres chas­seurs-cueilleurs pas­saient leurs jour­nées entières en com­pa­gnie de leurs proches et des gens qu’ils aimaient. »

Mal­heu­reu­se­ment la mala­die, y com­pris les mala­dies men­tales, incitent les gens à s’i­so­ler, ce qui ne fait que ren­for­cer la dépression.

« Résis­tez à la pul­sion d’isolement », explique Ilda­ri, « parce que lorsque vous êtes malade, votre corps vous pousse à vous fer­mer et à vous iso­ler. Lorsque vous avez la grippe, c’est une réponse adap­tée. Lorsque vous êtes dépres­sif, c’est la pire des choses à faire. »

Le ré-ensauvagement et la vie tribale

Ce qu’Ildari ne men­tionne pas dans sa pré­sen­ta­tion TED, c’est la dif­fi­cul­té pour la plu­part des humains modernes de suivre son pro­gramme de cure. Bien sûr, nous aime­rions tous pro­fi­ter de plus d’air frais, de soleil, d’activité phy­sique, avoir un meilleur som­meil, des acti­vi­tés moins mono­tones, et plus d’interactions avec nos proches, mais qui a le temps pour ça ?

Je suis là, devant mon écran, à taper ces mots, en train d’essayer de faire ce que je peux pour vivre, mais nombre d’entre nous n’ont même pas le temps de lire cet article en rai­son de leurs emplois et des 50 heures par semaine voire plus qu’ils leur prennent. Les chas­seurs-cueilleurs « tra­vaillaient » pen­dant envi­ron 17 heures par semaine. Dans ce monde, nous ne pou­vons mani­fes­te­ment pas aban­don­ner nos bou­lots pour être moins stres­sés, étant don­né que le stress finan­cier ferait encore empi­rer la situation.

Selon moi, la réponse relève de petits pas. Des petits pas vers une sor­tie de la civi­li­sa­tion, pour se libé­rer de notre dépen­dance, et vers la nature, vers des com­pé­tences phy­siques et concrètes, orien­tées vers la vie en com­mu­nau­té. C’est éga­le­ment dans ce domaine que je compte apprendre tou­jours plus de choses tan­dis que je m’occupe de ce site web. Je compte par­ta­ger ce que j’apprends avec vous, et j’espère que vous ferez de même.

taff5(1)


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux


La civi­li­sa­tion (« Mode de vie fon­dé sur — et émergent de — la crois­sance de villes, dépen­dantes, pour les matières pre­mières dont elles ont besoin, des régions les envi­ron­nant (le conta­do), car impropres à l’autosuffisance. Carac­té­ri­sée par une cen­tra­li­sa­tion du pou­voir, l’esclavage, l’endoctrinement, les guerres d’expansion, l’agriculture indus­trielle et la des­truc­tion envi­ron­ne­men­tale ») est déjà asso­ciée aux mala­dies de civi­li­sa­tion (dia­bète, asthme, mala­dies car­dio-vas­cu­laires, can­cer, etc.), mais la liste des troubles qui lui sont asso­ciés com­porte donc aus­si la dépres­sion, le stress, l’an­goisse, la schi­zo­phré­nie, et d’autres troubles men­taux, ce qui est moins connu. Quelques extraits d’autres publi­ca­tions pour illus­trer ceci :

Le fait de naître et de gran­dir dans une grande zone urbaine mul­ti­plie les risques de souf­frir d’anxiété et de troubles de l’humeur au cours sa vie. Jusqu’à main­te­nant, le pro­ces­sus bio­lo­gique en cause dans ces asso­cia­tions n’avait pas été décrit. Mais une nou­velle étude inter­na­tio­nale, à laquelle a pris part le cher­cheur Jens Pruess­ner, de l’Institut uni­ver­si­taire en san­té men­tale Dou­glas, est la pre­mière à démon­trer que la vie urbaine a une inci­dence sur deux régions dis­tinctes du cer­veau, qui régulent les émo­tions et le stress. […] 

« D’après des études anté­rieures, le risque de troubles anxieux est de 21 % supé­rieur chez les cita­dins, chez qui l’on observe éga­le­ment une aug­men­ta­tion de 39 % des troubles de l’humeur, explique le co-auteur de l’étude, Jens Pruess­ner, cher­cheur au Dou­glas. De plus, l’incidence de schi­zo­phré­nie est presque dou­blée chez les per­sonnes qui sont nées et ont gran­di à la ville. » […]

M. Pruess­ner, et ses col­lègues du Cen­tral Ins­ti­tute of Men­tal Health à Mann­heim, ont obser­vé l’activité céré­brale de volon­taires sains, pro­ve­nant de zones urbaines et rurales. Dans une série d’expériences de réso­nance magné­tique fonc­tion­nelle, ils ont démon­tré que la vie urbaine est asso­ciée à une plus forte réac­tion de stress dans les amyg­dales du cer­ve­let, zone céré­brale jouant un rôle dans la régu­la­tion des émo­tions et des humeurs. Par contraste, on a décou­vert que le fait de gran­dir en ville était asso­cié à l’activité du cor­tex cin­gu­laire, région régu­lant les affects néga­tifs et le stress.

« D’après ces obser­va­tions, on voit que dif­fé­rentes régions céré­brales sont sen­sibles à l’expérience urbaine à diverses périodes de la vie, explique M. Pruess­ner. Les futures études devront cla­ri­fier le lien entre la psy­cho­pa­tho­lo­gie et ces effets chez les per­sonnes qui souffrent de troubles men­taux. Ces décou­vertes nous aident à com­prendre les risques que l’environnement urbain fait cou­rir quant aux troubles men­taux et à la san­té en général. »

L’ar­ticle en entier à cette adresse.

Mais aus­si :

Une étude de l’U­ni­ver­si­té Colum­bia avait déjà fait le lien entre les quar­tiers pol­lués de New York et un risque de retard de déve­lop­pe­ment chez les enfants. Aujourd’­hui, en plus des consé­quences néga­tives connues liées à la pol­lu­tion et à ses par­ti­cules fines sur notre état phy­sique (sys­tèmes res­pi­ra­toire et vas­cu­laire notam­ment), des études montrent que la pol­lu­tion agi­rait éga­le­ment de façon néga­tive sur notre équi­libre mental.

En effet, lorsque ces par­ti­cules sont inté­grées dans l’or­ga­nisme, elles ont ten­dance à géné­rer ou à accen­tuer un stress oxy­dant ain­si qu’une inflam­ma­tion des tis­sus du cer­veau. Ce qui favo­ri­se­rait le déve­lop­pe­ment de troubles men­taux et la dimi­nu­tion des capa­ci­tés cog­ni­tives. Qu’il s’a­gisse de la mémoire ou de la capa­ci­té de concen­tra­tion, les troubles recen­sés sont réels.

Mar­ti­na Benaz­zi pré­cise : « La pro­blé­ma­tique entre pol­lu­tion et san­té men­tale reste aujourd’­hui inté­res­sante et com­plexe. Cer­taines études nous montrent une cor­ré­la­tion posi­tive entre agents pol­luants et troubles psy­cho­lo­giques, mais il y a éga­le­ment d’autres fac­teurs envi­ron­ne­men­taux (style de vie, sta­tut socio-éco­no­mique, etc.) qui peuvent jouer dans le déclen­che­ment de ces maladies. »

Article en entier ici.

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
1
Shares
8 comments
  1. je pense que la dépres­sion, la mélan­co­lie, etc sont des troubles du Temps, de sa per­cep­tion, de res­ter posi­tion­ner à l’ins­tant T, comme si le pas­sé et l’a­ve­nir n’exis­taient pas ! on reste sur un point, et c’est pas bien, il faut se dépla­cer dans le Temps, non je n’ai pas ima­gi­né la machine, le Temps pulse, il faut dan­ser sur!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La science, facteur majeur de la catastrophe sociale et écologique en cours (par Nicolas Casaux)

[...] La science, sur laquelle repose la quasi-totalité de la civilisation industrielle — son infrastructure, sa technologie, etc. —, doit rester l’autorité absolue. Les « antisciences » sont raillés, moqués, dénigrés — et tous mis dans le même panier ; et peu importe qu’il en existe de différentes sortes, et que la plupart de ceux qui sont mis en avant ne critiquent en réalité pas la science du tout (à l’instar des fans de Didier Raoult, ou des « climatosceptiques » à la Claude Allègre, qui se contentent juste de nier certains résultats scientifiques au profit d’autres études ou propositions qui se veulent tout-à-fait scientifiques). Critiquer la science, douter de son autorité ou de son bien-fondé, « cela ne se fait pas : la Science est politiquement neutre, même lorsque quelqu’un la laisse par mégarde tomber sur Hiroshima[1] », ironisait amèrement le mathématicien français Roger Godement. [...]
Lire

Les peuples indigènes sont en première ligne du combat pour la défense du monde naturel (par Pamela Jacquelin-Andersen)

Imaginez que votre survie dépende de votre droit de vivre là où vous êtes en ce moment. Qu’à n’importe quel moment, le gouvernement puisse décider d’extraire du pétrole ou de construire une autoroute à l’endroit même où votre famille dort chaque nuit, sans vous consulter. Imaginez simplement la mine ou l’autoroute polluer l’eau que vous buvez et la terre au point que vos cultures ne poussent même pas. Qu’en plus, chaque jour vous soyez obligés de parler une langue étrangère dans un pays qui met en danger votre culture et mode de vie. [...]