Un monde de plus en plus vert (par Nicolas Casaux)

Vous serez tous très heu­reux d’apprendre que le sec­teur minier est de plus en plus vert. En effet, de plus en plus d’entreprises minières recourent à des cen­trales de pro­duc­tion d’énergie dite « renou­ve­lable » ou « verte » ou « propre » pour ali­men­ter — une par­tie — de leurs exploi­ta­tions. Car si les immenses camions et engins miniers ne fonc­tionnent pas encore tous à l’électricité, « le plus grand véhi­cule élec­trique du monde est un camion à benne [un camion minier] de 290 tonnes ». Kon­bi­ni nous rap­porte que :

« Ce camion, nom­mé Fuel Cell Elec­tric Vehicle (FCEV), pos­sède une capa­ci­té de sto­ckage de 1 000 kWh, soit treize fois la capa­ci­té d’une Tes­la Model 3. Équi­pé ori­gi­nel­le­ment d’un moteur die­sel, il est en cours de conver­sion par Bal­lard avec l’aide de Williams Advan­ced Engi­nee­ring, qui a notam­ment four­ni les bat­te­ries pour les courses de For­mule E

Il dis­po­se­ra d’une moto­ri­sa­tion hybride grâce à neuf piles à com­bus­tible à hydro­gène cou­plée à une bat­te­rie lithium-ion. Il sera donc aus­si le plus gros véhi­cule à hydro­gène au monde. Une autre des par­ti­cu­la­ri­tés de ce monstre est qu’un dis­po­si­tif de régé­né­ra­tion des bat­te­ries au frei­nage a été mis en place, per­met­tant au camion de conser­ver de la bat­te­rie durant les des­centes et de s’économiser sur des ter­rains difficiles. »

En effet, fort heu­reu­se­ment, cha­ri­ta­ble­ment, géné­reu­se­ment, « l’industrie minière plé­bis­cite les camions élec­triques géants ». Ain­si qu’un article publié sur le site Rene­wables Now (lit­té­ra­le­ment : Les renou­ve­lables main­te­nant, un site dédié à l’in­dus­trie des éner­gies dites renou­ve­lables) nous l’apprend :

« Un des prin­ci­paux avan­tages des éner­gies renou­ve­lables, c’est qu’elles peuvent répondre aux besoins éner­gé­tiques d’exploitations minières situées dans des régions iso­lées, où le coût de construc­tion des infra­struc­tures néces­saires pour rac­cor­der la mine au réseau élec­trique ou pour construire une cen­trale élec­trique clas­sique serait très impor­tant. En dis­po­sant d’une source d’éner­gie renou­ve­lable hors réseau, une exploi­ta­tion minière peut satis­faire tous ses besoins éner­gé­tiques à par­tir de sources vertes et réa­li­ser des éco­no­mies impor­tantes sur le prix de l’électricité. »

Autre­ment dit, les éner­gies renou­ve­lables, c’est super. Même dans les régions encore pré­ser­vées des ravages de la civi­li­sa­tion, on peut ins­tal­ler une cen­trale pho­to­vol­taïque ou éolo­vol­taïque, et hop, on peut ouvrir une mine. N’est-ce pas formidable ?!

« Voyez par exemple le pro­jet de la socié­té auri­fère cana­dienne B2Gold de déve­lop­per et d’ins­tal­ler l’un des plus grands sys­tèmes d’éner­gie pho­to­vol­taïque et à bat­te­rie hors réseau du monde à sa mine de Feko­la au Mali. Ce pro­jet de 38 mil­lions de dol­lars US consis­te­ra en une cen­trale solaire de 30 MW avec un sto­ckage par bat­te­rie de 13,5 MWh, qui sera inté­grée à la cen­trale élec­trique exis­tante qui fonc­tionne au HFO [au fioul lourd, HFO = Hea­vy-Fue­led Oil]. »

Remar­quez, au pas­sage, le cercle émi­nem­ment ver­tueux que tout ceci induit, véri­table sym­biose entre indus­trie des éner­gies renou­ve­lables et indus­trie minière :

« Il est donc très clair que les indus­tries de l’ex­ploi­ta­tion minière et de la pro­duc­tion d’énergies renou­ve­lables auront, et doivent avoir, une rela­tion sym­bio­tique forte à l’a­ve­nir. L’in­dus­trie des éner­gies renou­ve­lables, qui doit nous per­mettre d’avancer en direc­tion de la neu­tra­li­té car­bone, repose sur l’extraction de métaux et mine­rais. En retour, l’in­dus­trie minière s’ap­puie­ra de plus en plus sur les éner­gies renou­ve­lables afin de faire en sorte que son image d’industrie sale s’estompe au pro­fit de l’image d’une indus­trie propre, en vue de conser­ver et ren­for­cer l’ap­pé­tit des investisseurs. »

À ce pro­pos, un article a récem­ment été publié dans la pres­ti­gieuse revue scien­ti­fique Nature, inti­tu­lé « La pro­duc­tion d’éner­gie renou­ve­lable va exa­cer­ber les menaces que les exploi­ta­tions minières font peser sur la bio­di­ver­si­té ». S’il dénonce à juste titre les dom­mages envi­ron­ne­men­taux qu’implique le déve­lop­pe­ment des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite « propre », « verte » ou « renou­ve­lable », il com­mence par une belle absur­di­té, qui illustre très bien le pro­blème de per­cep­tion dans lequel sont englués la plu­part des gens ayant été fruc­tueu­se­ment condi­tion­nés par l’idéologie dominante :

« La pro­duc­tion d’éner­gie renou­ve­lable est néces­saire pour endi­guer le chan­ge­ment cli­ma­tique et enrayer les pertes de bio­di­ver­si­té qui y sont associées. »

Néces­saire ! Comme si, afin de mettre un terme au réchauf­fe­ment cli­ma­tique, il était impé­ra­tif de construire des cen­trales pho­to­vol­taïques et de pro­duire de l’électricité. Comme si la pla­nète avait impé­ra­ti­ve­ment besoin que les humains pro­duisent de l’électricité afin de dimi­nuer son taux de car­bone atmo­sphé­rique ! Comme si la pro­duc­tion d’électricité pho­to- ou éolo­vol­taïque était une condi­tion sine qua non de la pré­ser­va­tion des baleines ! Quelle conne­rie. La pro­duc­tion d’électricité sert aux humain­dus­triels, à la civi­li­sa­tion indus­trielle. Si ces scien­ti­fiques consi­dèrent ce moindre mal (moindre par rap­port à faire encore plus con, à tout détruire encore plus vite) du déve­lop­pe­ment de nou­velles indus­tries faus­se­ment vertes comme le mini­mum vital, c’est qu’ils partent du prin­cipe, de l’axiome indis­cu­té, à l’ins­tar de la plu­part des civi­li­sés, selon lequel la pro­duc­tion d’électricité, la per­pé­tua­tion de l’essentiel du mode de vie tech­no-indus­triel moderne, est une néces­si­té fon­da­men­tale, et qu’ils occultent alors tout ques­tion­ne­ment sur si une telle chose peut-être, ou non, com­pa­tible avec la pros­pé­ri­té de la vie sur Terre et l’existence de socié­tés éga­li­taires, démo­cra­tiques, offrant aux humains des vies dési­rables. C’est qu’ils sont inca­pables d’envisager la seule solu­tion qui puisse être réel­le­ment bonne, posi­tive : arrê­ter la civi­li­sa­tion indus­trielle, c’est-à-dire arrê­ter de pro­duire de l’électricité et de l’énergie indus­trielles, et tout ce que cela implique.

(Dans un autre épi­sode, je vous par­le­rai peut-être du ver­dis­se­ment de l’ar­mée et de l’in­dus­trie de la guerre plus géné­ra­le­ment. Les réus­sites de l’é­co­lo­gisme sont innombrables.)

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
13
Shares
1 comment
  1. Bon­jour,

    C’est écœu­rant et ne laisse plus aucun doute sur le che­min pris ain­si que cette fuite en avant mor­ti­fère. Basta ! 

    Si, quand la fusion sera maî­tri­sée et que l’éner­gie sera pra­ti­que­ment sans borne, bon mar­ché, ratio­na­li­sée, cap­tée et dédiées essen­tiel­le­ment aux acti­vi­tés de la méga­ma­chine, soyez sûr d’une chose : plus aucune limite à la trans­for­ma­tion de chaque par­celle de cette pla­nète en mar­chan­dise dési­rable pour la repro­duc­tion de ce cycle annon­cé comme ver­tueux. Il n’en res­te­ra plus rien.

    Le « capi­ta­lo­cène » est cette chose la plus pour­rie qui soit et qui refa­çonne le monde : de la nature pri­maire jus­qu’à ton désir de nature en recons­trui­sant des ersatz de nature ou en la gérant/la met­tant sous cloche en te disant que c’est mieux que la nature.

    Que vienne la ruine au pré­sent, je l’ac­cueille­rai plus joyeu­se­ment et serei­ne­ment que les énièmes marottes et men­songes com­plexes du pro­grès bâtis­sant l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Leurs virus, nos morts (par Pièces et Main d’Oeuvre/PMO)

Les idées, disons-nous depuis des lustres, sont épidémiques. Elles circulent de tête en tête plus vite que l’électricité. Une idée qui s’empare des têtes devient une force matérielle, telle l’eau qui active la roue du moulin. Il est urgent pour nous, Chimpanzés du futur, écologistes, c’est-à-dire anti-industriels et ennemis de la machination, de renforcer la charge virale de quelques idées mises en circulation ces deux dernières décennies. Pour servir à ce que pourra. [...]