Du changement individuel à la résistance organisée (par Derrick Jensen)

Tra­duc­tion d’un article de Der­rick Jen­sen, membre fon­da­teur de l’or­ga­ni­sa­tion d’é­co­lo­gie radi­cale Deep Green Resis­tance, ini­tia­le­ment publié le 2 mars 2010, sur le site web états-unien Orion.


120 espèces se sont à nou­veau éteintes aujourd’hui ; elles étaient ma famille. Je ne vais pas res­ter assis à attendre que la tota­li­té du monde vivant soit démem­brée. Je vais me battre comme un diable pour celles qui sont encore là — et j’aimerais que tous ceux qui s’en sou­cient me rejoignent. Beau­coup s’en pré­oc­cupent. Mais beau­coup ne s’en sou­cient guère. Une par­tie de ceux qui ne s’en sou­cient guère, pour quelque rai­son, n’en ont vrai­ment rien à faire. Cela m’inquiète. Ceux qui m’inquiètent plus encore sont ceux qui s’en sou­cient, mais qui ont choi­si de ne pas com­battre. Une grande par­tie de ceux qui s’en sou­cient, mais qui ont choi­si de ne pas com­battre, affirme que le chan­ge­ment de mode de vie au niveau indi­vi­duel est la seule réponse pos­sible face au meurtre de la pla­nète. Ils col­portent tous plus ou moins le même mes­sage — et uti­lisent sou­vent pré­ci­sé­ment les mêmes mots : la résis­tance n’est pas pos­sible. La résis­tance ne marche jamais.

Pen­dant ce temps, 120 autres espèces se sont éteintes aujourd’hui. Elles étaient ma famille.

Il y a des rai­sons per­son­nelles et com­pré­hen­sibles qui poussent à croire en l’invincibilité d’un sys­tème oppres­sif. Si vous par­ve­nez à vous convaincre que le sys­tème est invin­cible, il n’y a alors aucune rai­son d’entreprendre la tâche ardue, par­fois dan­ge­reuse mais tou­jours néces­saire, d’organisation, de pré­pa­ra­tion et de déman­tè­le­ment effec­tif de ce (ou de n’importe quel) sys­tème oppres­sif. Si vous par­ve­nez à vous convaincre que le sys­tème est invin­cible, vous pou­vez, avec la conscience claire, faire en sorte que vous et vos proches béné­fi­ciez d’autant de confort que pos­sible, dans les limites d’un sys­tème oppres­sif, tout en per­met­tant à ce sys­tème oppres­sif de per­du­rer. Il y a évi­dem­ment des rai­sons qui font que ceux au pou­voir veulent que nous les per­ce­vions comme invin­cibles. Les sys­tèmes abu­sifs, des plus simples aux plus sophis­ti­qués, du fami­lial au social, en pas­sant par le poli­tique et le reli­gieux, fonc­tionnent mieux lorsque les vic­times et les spec­ta­teurs se policent eux-mêmes. & l’un des meilleurs moyens pour faire en sorte que les vic­times et les spec­ta­teurs se policent eux-mêmes est qu’ils intègrent l’idée selon laquelle les abu­seurs sont invin­cibles, et mieux encore, de faire en sorte qu’ils tentent de poli­cer qui­conque menace de bri­ser le sta­tu quo abuseur/victime/spectateur.

Et pen­dant ce temps, 120 autres espèces se sont éteintes aujourd’hui.

Ceux qui croient en l’invincibilité des agres­seurs et de leurs sys­tèmes se trompent. Les sys­tèmes de pou­voir sont des créa­tions humaines qui peuvent être détruites par des humains. Ceux au pou­voir n’ont rien de sur­na­tu­rel ou d’immortel, et peuvent être des­ti­tués. Des gens qui dis­po­saient de res­sources bien moins impor­tantes que n’importe lequel des lec­teurs de ce site se sont bat­tus contre des sys­tèmes de domi­na­tion, et l’ont empor­té. Il n’y a aucune rai­son pour laquelle il en irait autre­ment de nous. Cepen­dant, la résis­tance com­mence par le fait d’y croire, et pas par croire qu’on en est inca­pable. Et cer­tai­ne­ment pas par la ten­ta­tive d’en dis­sua­der les autres.

L’histoire four­nit de nom­breux exemples de résis­tances effi­caces, tout comme l’actualité. Les natio­na­listes irlan­dais, les abo­li­tion­nistes, les suf­fra­gettes — je pour­rais rem­plir ce para­graphe d’exemples. Récem­ment, le Mou­ve­ment pour l’Émancipation du Del­ta du Niger (MEND), à tra­vers des attaques contre des pipe­lines pétro­liers, a mis hors d’état plus de 40 % de l’industrie des com­bus­tibles fos­siles du Nigé­ria, et cer­taines com­pa­gnies envi­sagent de se reti­rer de la région. Si ceux d’entre nous qui sont les pre­miers béné­fi­ciaires de ce sys­tème d’exploitation mon­dia­li­sé fai­saient preuve d’à peine 1% du cou­rage et de l’engagement com­mu­nau­taire et ter­ri­to­rial de MEND, nous pour­rions être aus­si effi­caces, sinon plus. Nous avons bien plus de res­sources à notre dis­po­si­tion, et que pro­po­sons-nous, des tas de com­post ? Le monde est en train d’être rava­gé et de nom­breux éco­lo­gistes pensent encore que faire du vélo est une sorte de solution.

13465945_1886723768134658_7138436103662209790_n

Cer­tains sou­tiennent que la résis­tance ne peut rien accom­plir tant que la culture elle-même n’a pas été chan­gée ; chan­ger la culture serait alors la tâche à accom­plir. Si l’on met de côté le fait que par­fois, des gens, des orga­ni­sa­tions et des ins­ti­tu­tions sont entiè­re­ment nui­sibles et doivent être arrê­tés — on peut pen­ser aux nazis, au KKK lors de son apo­gée, aux barons voleurs, et ain­si de suite — ce qu’il faut sou­li­gner, c’est que la résis­tance et le tra­vail cultu­rel ne sont pas mutuel­le­ment exclu­sifs, mais au contraire pro­fon­dé­ment com­plé­men­taires, ce qui rend la com­plainte des adeptes du chan­ge­ment indi­vi­duel plus insen­sée encore. Je ne cherche pas à les empê­cher de pré­ser­ver des semences ou de fabri­quer des faux manuelles ; je ne fais que sou­li­gner que ces actions sont insuf­fi­santes pour stop­per cette culture dans sa des­truc­tion de la planète.

Oui, abso­lu­ment, nous avons besoin de la créa­tion d’une nou­velle culture por­teuse de nou­velles valeurs (ou, plu­tôt, de dizaines de mil­liers de cultures, cha­cune émer­geant de son propre ter­ri­toire éco­lo­gique, y com­pris de la résur­gence de cultures indi­gènes dis­pa­rues). Mais ceux qui s’impliquent dans cette créa­tion cultu­relle devraient se per­ce­voir comme fai­sant par­tie d’un mou­ve­ment de résis­tance qui sou­tient et encou­rage les actions directes contre les forces qui démembrent actuel­le­ment notre pla­nète, ou, au moins, qui ne cherche pas acti­ve­ment à déni­grer la résis­tance orga­ni­sée à chaque fois que le sujet est évo­qué. Autre­ment, cette sym­pa­thique nou­velle culture n’est qu’une fan­tai­sie, décon­nec­tée du monde réel, phy­sique, inca­pable de faire preuve d’efficacité, et, fina­le­ment, une pos­ture de pri­vi­lé­gié. Maud Gonne, par exemple, était inti­me­ment impli­quée dans le mou­ve­ment du Gae­lic Revi­val [Renou­veau gaé­lique, en fran­çais, NdT], en fai­sant la pro­mo­tion de la langue et de la culture gaé­lique. Elle accom­plis­sait éga­le­ment un tra­vail d’aide aux pri­son­niers, tra­vaillait avec la Ligue de la Terre irlan­daise, et fut elle-même arrê­tée. Elle frô­la la mort lors d’une grève de la faim et obtint par-là quelques droits élé­men­taires pour les pri­son­niers irlan­dais (son fils, Sean Mac­Bride, devint chef d’état-major au sein de l’armée répu­bli­caine irlan­daise, l’IRA, par­ti­ci­pa à la créa­tion d’Amnesty Inter­na­tio­nal, et, en 1974, obtint le prix Nobel de la paix). L’affirmation caté­go­rique selon laquelle la résis­tance ne marche pas est une insulte envers sa mémoire et celles de beau­coup d’autres qui se sont bat­tus. La résis­tance fonc­tionne, évi­dem­ment. Mais elle néces­site que des gens s’y mettent vrai­ment, et fassent preuve d’abnégation pen­dant un cer­tain temps.

Pour­quoi ceux qui se disent eux-mêmes éco­lo­gistes ne parlent-ils pas de ce qui est néces­saire pour sau­ver cette pla­nète ? La com­bus­tion de car­bu­rants fos­siles, par exemple, doit être arrê­tée. Ce n’est pas négo­ciable. On ne peut négo­cier avec la réa­li­té phy­sique. Peu importe com­ment, cette com­bus­tion doit ces­ser. Nous devons la faire ces­ser — ces­ser de la pra­ti­quer, et en empê­cher les autres, et par­ti­cu­liè­re­ment les grandes multinationales.

Nous avons besoin d’une résis­tance poli­tique orga­ni­sée. Le pou­voir doit être ana­ly­sé, nom­mé, puis sys­té­ma­ti­que­ment déman­te­lé. Cela requiert l’action conjointe de tout ce qui est esti­mé néces­saire. Tan­dis que les acti­vistes du front dis­loquent les sys­tèmes de pou­voir et com­battent pour défendre la nature, la culture de résis­tance four­nit loyau­té, coopé­ra­tion et sou­tien maté­riel, et éla­bore de nou­velles ins­ti­tu­tions — des moyens de rendre justes les sys­tèmes éco­no­miques, des sys­tèmes d’approvisionnement en nour­ri­ture, des écoles et des nou­velles formes de lit­té­ra­ture, par exemple — qui peuvent prendre le relais durant que le sys­tème s’effondre. Ce modèle n’est pas dur à com­prendre. Il pren­dra dif­fé­rentes formes cultu­rel­le­ment appro­priées. Ces mêmes pro­ces­sus ont par­tout été entre­pris par les mou­ve­ments de résis­tance — par les anar­chistes espa­gnols, par les patriotes amé­ri­cains. Ce n’est pas un concept compliqué.

ligne-sep

Quelques exemples d’un acti­visme popu­laire et effi­cace dans cette vidéo que nous avons sous-titrée :

ligne-sep

Mais au lieu d’encourager la néces­si­té de l’action (et nous ne par­lons même pas des formes que l’action pour­rait ou devrait prendre), ou au moins de ne pas ten­ter de décou­ra­ger l’action à chaque tour­nant, un large pan du mou­ve­ment éco­lo­giste conti­nue à affir­mer que seul le chan­ge­ment indi­vi­duel est pos­sible. Aucun groupe oppri­mé, his­to­ri­que­ment, n’a jamais tenu un tel dis­cours. Actuel­le­ment, un petit groupe de nigé­riens, pauvres et peu nour­ris, a mis à genoux l’industrie pétro­lière du pays. Ils se sou­viennent de ce qu’aimer leur terre et leurs com­mu­nau­tés signi­fie — peut-être parce qu’ils ne nagent pas dans les pri­vi­lèges, mais dans la boue toxique des extrac­tions pétro­lières. Est-ce cela qu’il fau­drait pour que les éco­lo­gistes des USA [et de France, NdT] décident de riposter ?

MEND a été clair avec l’industrie pétro­lière : « Il doit être clair que le gou­ver­ne­ment du Nigé­ria ne peut pro­té­ger ni vos employés ni vos pro­prié­tés. Quit­tez notre terre tant que vous le pou­vez, ou mourrez‑y. » Il y a plus de cou­rage, d’intégrité, d’intelligence et de prag­ma­tisme dans cette décla­ra­tion de MEND que dans n’importe laquelle des décla­ra­tions d’écologistes états-uniens que j’ai lues, y com­pris les miennes. Nous devons accep­ter le fait que décla­rer ce genre de choses (et être prêt à agir en consé­quence) peut être néces­saire pour la pré­ser­va­tion d’une pla­nète vivante.

Cer­tains sont peut-être prêts à aban­don­ner la vie sur cette pla­nète sans résis­ter. Pas moi.

Der­rick Jensen


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
3 comments
  1. L’au­teur confond résis­tance, sui­cide est sacrifice.
    Ce monde n’a ces­sé d’être conflits depuis que cer­tains pro­mettent mont et merveille.
    Ces pro­gres­sistes créèrent des pro­blèmes par pou­voir, cupi­di­té, inter­èts, avan­cées sociales, bien être, soins etc etc. Pour­quoi d’autres devraient sacri­fier leur vie à les solutionner !

    En conti­nuant à résis­ter nous approu­vons ce monde car les solu­tions que nous avan­çons aujourd’­hui devien­drons les pro­blèmes de demain.

    Ceci est une guerre per­ma­nente, récur­rente qui se pour­sui­vra jus­qu’à l’ef­fon­dre­ment et ce jour là cer­tains auront peut être la luci­di­té de pen­ser : Pour­quoi ne sommes nous pas res­ter dans la nature en petite tri­bu pour jouir sim­ple­ment de la vie telle qu’elle est, de la chasse, de la pêche, des enfants, de l’a­mour d’une femme ou d’un homme, qu’a­vons nous gagner de tout ce pro­grès éphé­mère, de tout ces conflits, de toutes cette tech­no­lo­gies, de la richesse, du sang versé ?

    Pour détruire cette socié­té nul besoin de resis­tance ou de conflits il suf­fit de la quit­ter mais la masse à une foi immense en cette civi­li­sa­tion et ne bou­ge­ra pas, il faut donc attendre que ce Tita­nic s’é­ventre de lui même.

    1. Si la résis­tance c’est les pan­neaux solaires et les éoliennes indus­trielles alors oui, ce sont plus de pro­blèmes encore. La résis­tance dont parle Der­rick Jen­sen revient à pré­ci­pi­ter l’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle, pas à la sau­ver. Quant à la stra­té­gie de la défec­tion, elle est illu­soire, et d’a­bord parce qu’elle requiert des masses qu’elles agissent toutes simul­ta­né­ment, Lor­don en par­lait bien dans son dis­cours « La révo­lu­tion n’est pas un pique-nique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

La civilisation, le suprémacisme humain et l’écologie (par Nicolas Casaux)

La culture dominante, la civilisation industrielle, et ses formes précédentes (diverses civilisations), ont en commun certaines caractéristiques fondamentales, raison pour laquelle est aujourd’hui établie une sorte de continuité temporelle conceptuelle appelée Histoire, basée sur une idée de progrès (de progression). Des peuples pré-industriels deviennent ainsi industriels, puis post-industriels. [...]
Lire

Appel à tous les fanatiques (par Derrick Jensen)

Je pense souvent à cette phrase du psychiatre R.D. Laing, "Peu de livres, aujourd'hui, sont pardonnables". Il a écrit cela, je pense, en raison de la profondeur de notre aliénation vis-à-vis de notre propre expérience, de qui nous sommes, et parce qu'étant donné la destructivité — vis-à-vis des autres comme de nous-mêmes — de cette aliénation, nous ferions mieux de contempler des pages blanches plutôt qu'un livre ne la considérant pas comme postulat de départ et n’œuvrant pas à la rectifier. [...]