Un optimisme pathologique : comment l’espoir colporté par les médias perpétue la catastrophe

Le déses­poir est le seul remède contre l’illu­sion, sans déses­poir il nous est impos­sible de redes­cendre sur Terre — il s’a­git, en quelque sorte, d’une période de deuil de nos fan­tasmes. Cer­tains ne sur­vivent pas à ce déses­poir, mais sans lui, aucun chan­ge­ment majeur ne peut se produire.

— Phi­lip E. Slater

L’espoir est le véri­table tueur. L’espoir est nui­sible. L’espoir nous per­met de res­ter immo­biles dans un radeau en per­di­tion au lieu d’agir et d’affronter le pro­blème. Oubliez l’espoir. Ana­ly­ser sin­cè­re­ment et hon­nê­te­ment la situa­tion comme elle se pré­sente est notre unique chance. Au lieu d’attendre, en « espé­rant » que l’on s’en sorte, peut-être devrions-nous admettre que prendre la pleine mesure de la situa­tion, aus­si déplai­sante soit-elle, est posi­tif puisque c’est la pre­mière marche vers le chan­ge­ment véritable.

— Grin­go Stars

En cette période de début d’une nou­velle année, bilans et pers­pec­tives futures sont publiés à tort et à tra­vers par les médias de masse. Dans le monde entier, c’est la sai­son des ras­su­rances. Avant d’en ana­ly­ser quelques exemples (une vidéo édi­tée par Slate France et un article du quo­ti­dien Libé­ra­tion), il est bon de repla­cer la dis­cus­sion dans son contexte. En effet, toute dis­cus­sion sur l’é­co­lo­gie et sur l’é­tat du monde en géné­ral devrait com­men­cer par quelques rappels :

Du côté de la vie non-humaine : les forêts du monde sont dans un état désas­treux — en ce qui concerne les vraies forêts, les « old growth forest » comme disent les anglo­phones, les forêts anciennes, pas les plan­ta­tions ou mono­cul­tures modernes, il n’en res­te­rait que deux — et qui ne cesse d’empirer. La plu­part des éco­sys­tèmes ori­gi­nels ont été modi­fiés (détruits, ou détra­qués), d’une façon ou d’une autre (25% des fleuves n’atteignent plus l’océan ; depuis moins de 60 ans, 90% des grands pois­sons, 70% des oiseaux marins et, plus géné­ra­le­ment, 52% des ani­maux sau­vages, ont dis­pa­ru ; depuis moins de 40 ans, le nombre d’animaux marins, dans l’ensemble, a été divi­sé par deux). Le der­nier rap­port « Pla­nète Vivante » du WWF, publié en octobre 2016, estime que « les popu­la­tions mon­diales de pois­sons, d’oiseaux, de mam­mi­fères, d’amphibiens et de rep­tiles ont régres­sé de 58 % entre 1970 et 2012 ». Les scien­ti­fiques estiment que nous vivons aujourd’hui la sixième extinc­tion de masse. Sachant que les déclins en popu­la­tions ani­males et végé­tales ne datent pas d’hier, et qu’une dimi­nu­tion par rap­port à il y a 60 ou 70 ans masque en réa­li­té des pertes bien pires encore (cf. l’amnésie éco­lo­gique). On estime que d’ici 2048 les océans n’abriteront plus aucun pois­son. D’autres pro­jec­tions estiment que d’ici 2050, il y aura plus de plas­tiques que de pois­sons dans les océans. On estime éga­le­ment que d’ici à 2050, la qua­si-tota­li­té des oiseaux marins auront ingé­ré du plas­tique. La plu­part des biomes de la pla­nète ont été conta­mi­nés par dif­fé­rents pro­duits chi­miques toxiques de syn­thèse (cf. l’empoisonnement uni­ver­sel de Fabrice Nico­li­no). L’in­dus­trie chi­mique, à tra­vers le globe, a fabri­qué plus de 90 mil­lions de sub­stances de syn­thèse, dont 35 mil­lions sont com­mer­cia­li­sées. 99 % de la quan­ti­té totale des sub­stances pré­sentes sur le mar­ché ne sont pas tes­tées. Par­mi celles-ci, envi­ron 30.000 sont com­mer­cia­li­sées en quan­ti­tés supé­rieures à une tonne par an. La pro­duc­tion mon­diale de pro­duits chi­miques a explo­sé, pas­sant d’un mil­lion de tonnes en 1930 à 400 mil­lions aujourd’­hui. Or, on connaît l’im­pact toxi­co­lo­gique d’à peine 3.000 sub­stances sur les 100.000 com­mer­cia­li­sées en Europe. L’air que nous res­pi­rons est désor­mais clas­sé can­cé­ri­gène par l’OMS. Les espèces ani­males et végé­tales dis­pa­raissent (sont tuées) au rythme de 200 par jour (esti­ma­tion de l’ONU). Les dérè­gle­ments cli­ma­tiques aux­quels la pla­nète est d’ores et déjà condam­née pro­mettent d’effroyables conséquences.

Et ce n’est pas fini, loin de là, puisque l’ex­pan­sion urbaine est encore en cours, et que les pro­chaines décen­nies pro­mettent un « boom en construc­tion d’in­fra­struc­tures ». Selon Bill Lau­rance, pro­fes­seur à l’u­ni­ver­si­té James Cook en Aus­tra­lie, « un tsu­na­mi de nou­velles routes, de nou­veaux bar­rages, de nou­velles lignes élec­triques, de nou­veaux pipe­lines et d’autres infra­struc­tures » se pré­pare, et « les pro­jec­tions actuelles sug­gèrent que d’ici 2050, il y aura envi­ron 25 mil­lions de kilo­mètres de routes pavées sup­plé­men­taires — assez pour faire plus de 600 fois le tour de la Terre ».

L’ex­pan­sion de l’hu­ma­ni­té, urbaine qui plus est, aus­si appe­lée « éta­le­ment urbain », est une des prin­ci­pales menaces pour la bio­di­ver­si­té res­tante. Dans une étude sur les impacts de l’é­ta­le­ment urbain sur la bio­di­ver­si­té, publiée par Eli­za­beth A. Forys et Craig R. Allen, res­pec­ti­ve­ment de l’u­ni­ver­si­té d’E­ckerd en Flo­ride et de l’u­ni­ver­si­té du Nebras­ka, on peut lire que :

« La des­truc­tion des habi­tats est la pre­mière cause pré­ci­pi­tant l’extinction des espèces ter­restres, mais l’impact du déve­lop­pe­ment humain ou des routes pour­rait avoir une por­tée s’étendant bien au-delà des zones immé­diates où l’habitat a été détruit. La rai­son pour laquelle l’étalement [urbain, de la civi­li­sa­tion indus­trielle] est une telle menace pour la bio­di­ver­si­té ne relève pas que de la conver­sion d’habitat en routes et en bâti­ments, mais éga­le­ment des consé­quences de ces per­tur­ba­tions humaines sur une échelle bien plus vaste ».

Dans leur livre « Les impacts éco­lo­giques des tech­no­lo­gies de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion » (2012), le groupe EcoIn­fo nous rap­porte que :

« La cause n° 1 de perte de bio­di­ver­si­té est la perte d’habitats par des­truc­tion directe, que ce soit par exemple par la défo­res­ta­tion ou l’urbanisation, l’artificialisation, par dégra­da­tion de leur qua­li­té ou par frag­men­ta­tion des pay­sages (créa­tion de routes par exemple). Concer­nant les acti­vi­tés minières, elles ont donc des impacts directs en termes de des­truc­tion d’habitats que ce soit par les sites miniers mais aus­si par les accès rou­tiers asso­ciés et l’ensemble des infra­struc­tures néces­saires, notam­ment lors du déve­lop­pe­ment d’activités d’extraction en zones tro­pi­cales – e.g. le Congo pour les terres rares, région qui se situe pré­ci­sé­ment dans les régions du monde à forte biodiversité.

L’utilisation de ter­ri­toires pour le dépôt de déchets, l’implantation de moyens de télé­com­mu­ni­ca­tion, de câbles, comme une grande par­tie des acti­vi­tés humaines, sont autant de causes pos­sibles de frag­men­ta­tion et de mise en péril de la qua­li­té des habitats… »

Du côté de la vie humaine, les inéga­li­tés éco­no­miques ne cessent de croître, l’in­ci­dence des mala­dies psy­cho­lo­giques (stress, angoisses, dépres­sions, sui­cides) grimpent en flèche, comme celles des autres mala­dies d’ailleurs dites « de civi­li­sa­tion » — le dia­bète, l’athérosclérose, l’asthme, les aller­gies, l’obésité et le cancer.

Bien que cer­tains sta­tis­ti­ciens (comme Ste­ven Pin­ker) se plaisent à péro­rer que nous vivons dans un monde qui n’a jamais été aus­si dépour­vu de vio­lence, la réa­li­té est inverse. Tout dépend de la défi­ni­tion de « vio­lence » que l’on uti­lise. De ce qu’on consi­dère comme étant violent, et inver­se­ment. Gand­hi lui-même affir­mait que la pau­vre­té était la pire forme de vio­lence. La vio­lence psy­cho­lo­gique est-elle moins impor­tante que la vio­lence phy­sique ? L’ex­ploi­ta­tion des « res­sources humaines » que la civi­li­sa­tion indus­trielle est par­ve­nue à mon­dia­li­ser, a éten­due une forme de vio­lence par­ti­cu­liè­re­ment insi­dieuse au monde entier. On estime que plus de 150 mil­lions d’hu­mains dépendent des acti­vi­tés extrac­tives pour leur sub­sis­tance. Du tra­vail dans les mines. Bien évi­dem­ment, les pro­mo­teurs de l’illu­sion d’un monde par­fai­te­ment paci­fié ne consi­dèrent pas le tra­vail dans les mines comme de la vio­lence, même s’ils n’ont aucune idée de ce que c’est, et qu’ils ne s’a­mu­se­raient jamais pour leur bon plai­sir à aller extraire du cobalt au Congo. Le tra­vail, dans les pays « en déve­lop­pe­ment », impo­sé à 250 mil­lions d’en­fants (esti­ma­tion de l’OIT) âgées de 5 à 14 ans, et à des dizaines de mil­lions d’a­dultes, majo­ri­tai­re­ment des femmes, n’est pas une forme de vio­lence. Bien évi­dem­ment, les pro­mo­teurs de l’illu­sion d’un monde par­fai­te­ment paci­fié ne font pas et ne lais­se­raient pas tra­vailler leurs propres enfants. Le sala­riat, lui-même impo­sé, est une forme de vio­lence, pour beau­coup, et de bien des manières.

Arrê­tons-nous ici pour les rap­pels. Bien d’autres choses méri­te­raient d’être sou­li­gnées, mais ce n’est pas l’ob­jet prin­ci­pal de cet article. Pour ceux qui veulent en savoir plus, nous vous conseillons cet article, et cet autre.

Pour ceux qui sont assez hon­nêtes envers eux-mêmes, le constat est acca­blant. Et bien pire que ça. L’am­pleur des des­truc­tions, la folie dont la civi­li­sa­tion indus­trielle fait preuve, sont d’une magni­tude si colos­sale que les mots manquent pour les décrire.

Et pour­tant, les médias de masse, les grandes ONG, les gou­ver­ne­ments et les ins­ti­tu­tions cultu­relles offi­cielles rap­pellent en conti­nu que le monde ne va « pas si mal », qu’il y a de l’es­poir, Europe 1 nous apprend qu’une « majo­ri­té de Fran­çais, à hau­teur de 58%, se disent « opti­mistes » pour l’an­née 2017 », l’As­so­cia­ted Press (l’é­qui­valent de l’AFP des USA), que « 2017 repré­sente l’espoir pour les Amé­ri­cains », Vla­di­mir Pou­tine que « 2016 a été une année « dif­fi­cile » mais pleine d’es­poir », Libé­ra­tion publie un article inti­tu­lé « 11 bonnes rai­sons pour dire que la pla­nète ne va pas si mal », Slate.fr publie une vidéo sou­li­gnant 13 points qui, selon eux, prouvent qu’il « y a de quoi res­ter opti­miste », à l’ins­tar d’Avaaz.

En guise d’exemple, ana­ly­sons l’ar­ticle de Libé­ra­tion et les points sou­li­gnés par la vidéo de Slate France (qui a déjà été vision­née plus de 5,5 mil­lions de fois sur Facebook).

Les 11 bonnes rai­sons que Libé­ra­tion met en avant pour nous inci­ter à « espé­rer de jours meilleurs » sont les suivantes :

  1. Une poi­gnée d’es­pèces, dont les pan­das, les tigres et les Lynx boréals, ne sont plus consi­dé­rées comme gra­ve­ment mena­cées, et voient leurs effec­tifs légè­re­ment augmenter.
  2. La couche d’o­zone se rebouche.
  3. L’ac­cord de Kiga­li : 150 états se sont enten­dus pour inter­dire pro­gres­si­ve­ment l’u­ti­li­sa­tion des gaz hydro­fluo­ro­car­bures (HFC).
  4. L’ac­cord de Paris (COP 21) a été rati­fié en moins de 10 mois.
  5. Notre-Dame-des-Landes : les tra­vaux n’ont pas commencé.
  6. Oba­ma a pris des très bonnes mesures éco­lo­giques (forages en Arc­tique inter­dit, Keys­tone XL stop­pé, ter­ri­toires fédé­raux protégés).
  7. Jus­tin Tru­deau (pre­mier ministre du Cana­da) a lui aus­si œuvré en faveur de l’environnement
  8. Les éner­gies « renou­ve­lables » se développent.
  9. La loi sur la bio­di­ver­si­té a été votée en France.
  10. La Cour pénale inter­na­tio­nale s’in­té­resse aux crimes environnementaux.
  11. 21 enfants amé­ri­cains pour­suivent en jus­tice leur gou­ver­ne­ment « pour son impli­ca­tion dans le chan­ge­ment cli­ma­tique et son inac­tion à lut­ter contre ».

L’es­poir est un fléau, comme le rap­pelle brillam­ment Der­rick Jen­sen. L’op­ti­misme, une patho­lo­gie, à notre époque où il se confond avec le déni et per­met à la machine de conti­nuer son tra­vail mor­ti­fère. Tout plu­tôt que dire que ça va mal. Tout, plu­tôt que recon­naître et décrire les choses telles qu’elles sont.

Alors, voi­là, rapi­de­ment, ce qu’on pense des 11 points de Libé :

  1. Poin­ter du doigt les excep­tions n’a aucune influence sur la règle, à savoir les 100 à 200 espèces qui, chaque jour, sont pré­ci­pi­tées vers l’ex­tinc­tion par la civi­li­sa­tion indus­trielle, même si, oui, c’est tou­jours ça de pris.
  2. Ok. Effec­ti­ve­ment, que le trou dans la couche d’o­zone se rebouche est une très bonne chose, et c’est tou­jours ça de pris aussi.
  3. Ce point est direc­te­ment lié au 2. Il s’agit des gaz en lien avec le trou dans la couche d’ozone, ce qui revient à rajou­ter un point pour rajou­ter un point.
  4. Génial, le résul­tat de la 21ème COP, sachant que la pla­nète a été détruite de manière expo­nen­tielle sous les 20 pre­mières. Nous dou­tons bien évi­dem­ment et à juste titre de l’u­ti­li­té de la COP21, comme de toutes les autres. Rap­pe­lons d’ailleurs qu’É­li­sa­beth Schnei­ter publiait en novembre 2016, sur Repor­terre, un article inti­tu­lé « Mal­gré l’accord de Paris, les pro­jets émet­teurs de CO2 se mul­ti­plient en France et dans le monde ».
  5. Ok. Un endroit spé­ci­fique qui reste pré­ser­vé, pour l’instant, même prin­cipe que pour le 1.
  6. Oba­ma éco­lo ? Est-ce une mau­vaise blague ? Le pays le plus consom­ma­teur et pol­luant du monde (en concur­rence avec la Chine dans cette dis­ci­pline) ? Encore une fois trois petits exemples sont poin­tés du doigt, comme l’ar­rêt du pipe­line Keys­tone XL, que l’on connait parce qu’il a été média­ti­sé. Mais les dizaines de pipe­lines et de pro­jets pétro­liers qu’Obama a vali­dés pen­dant son man­dat, et qui n’ont pas été média­ti­sés, qui les connait ? Qui a enten­du par­ler du pipe­line du lac Saka­ka­wea ? Du pipe­line Trans-Pecos ? Du pipe­line Comanche Trail ? Entre 2009 et 2015 plus de 19 000 km de pipe­lines ont été construits aux USA. L’administration Oba­ma a éga­le­ment dépen­sé plus de 34 mil­liards de dol­lars dans le sou­tien de plus de 70 pro­jets liés aux com­bus­tibles fos­siles, à tra­vers le globe, prin­ci­pa­le­ment dans des cen­trales tour­nant aux com­bus­tibles fos­siles, en Aus­tra­lie, en Afrique du Sud et ailleurs. Oba­ma a approu­vé les bud­gets mili­taires les plus impor­tants de toute l’his­toire des États-Unis.
  7. Même chose avec Tru­deau. Euphé­mi­sa­tion com­plè­te­ment indé­cente. Lui qui a approu­vé le Trans Moun­tain pipe­line (Kin­der Mor­gan), le pipe­line de la Line 3, qui a aug­men­té « la capa­ci­té de trans­port du pétrole par pipe­lines au Cana­da de 30 %, de plus d’un mil­lion de barils par jour », serait un cham­pion de l’environnement ?! On croit rêver.
  8. Les éner­gies renou­ve­lables sont une fausse solu­tion, une nou­velle indus­trie, pol­luante, comme toutes les indus­tries, donc un nou­veau pro­blème.
  9. La loi sur la bio­di­ver­si­té n’est pas un pro­grès, au contraire (« Si la loi recon­nait le prin­cipe du ‘pré­ju­dice éco­lo­gique, elle ouvre la porte à la com­pen­sa­tion, qui est ‘en pra­tique un droit à détruire’  », nous rap­por­tait Repor­terre à son sujet, entre autres choses).
  10. Si elle s’y inté­resse alors, nous sommes sauvés.
  11. Bis. Une dis­trac­tion sans aucun impact.

On serait ten­té de dire qu’une telle mini­mi­sa­tion, qu’un tel posi­ti­visme, en plus de n’être d’au­cune aide, et de lar­ge­ment rele­ver du déni, voire du men­songe, est un scan­dale, une honte, qu’il s’a­git d’un bara­tin minable et déri­soire. Mais on pas­se­rait à côté de l’im­por­tant. Qui est que pour conti­nuer, pour aller de l’a­vant, pour faire tour­ner la machine tech­no-indus­trielle et son corol­laire le sys­tème éco­no­mique mon­dial, les médias, les poli­ti­ciens, les experts et les hommes d’af­faire, en un mot l’a­ris­to­cra­tie diri­geante, se doivent de mettre en avant ce qu’ils peuvent pour main­te­nir une lueur d’es­poir chez les popu­la­tions de tra­vailleurs. S’ils ne dif­fusent presque jamais le constat que nous pré­sen­tons au début de ce texte, ce n’est pas un hasard, ni un oubli. Vous ima­gi­nez bien qu’ils ne peuvent se per­mettre de dire, à l’ins­tar de Ber­nard Char­bon­neau, qu’ « en réa­li­té il n’y a pro­ba­ble­ment pas de solu­tion au sein de la socié­té indus­trielle telle qu’elle nous est don­née ». Sans la croyance, sans l’es­pé­rance selon laquelle demain sera meilleur qu’­hier, le malaise social pour­rait atteindre un niveau dan­ge­reux qui ris­que­rait de mena­cer la paix sociale, et de per­tur­ber le bon fonc­tion­ne­ment de l’é­co­no­mie indus­trielle mon­dia­li­sée. On dit bien trop sou­vent que l’es­poir fait vivre, ce qui, d’une cer­taine manière, est vrai, mais pas pour les rai­sons que l’on croit. L’es­poir fait avan­cer, comme dans le cas de l’âne qui espère man­ger la carotte qui pend au bout d’un fil, devant son nez.

Ain­si, ce qu’on oublie de dire, c’est sur­tout que dans le sys­tème éco­no­mique mon­dia­li­sé qui est le nôtre, basé sur la consom­ma­tion de masse sti­mu­lée par la peur, elle-même engen­drée par un état de crise per­ma­nent, l’es­poir fait vendre. L’es­poir est un des com­bus­tibles qui per­met à la socié­té indus­trielle de fonc­tion­ner. La socié­té indus­trielle est res­pon­sable du déclin colos­sal en bio­di­ver­si­té que nous expo­sons au début. En réa­li­té, on pour­rait faci­le­ment sou­te­nir que l’es­poir tue, que l’es­poir de jours meilleurs (de len­de­mains qui chantent) que main­tiennent les popu­la­tions indus­trieuses, accep­tant ain­si doci­le­ment l’ordre éta­bli sur lequel elles n’ont de toute façon aucun pou­voir, est mor­tel pour les popu­la­tions non-humaines et pour la biodiversité.

Der­rick Jen­sen le for­mule comme suit :

Hon­nê­te­ment, je n’ai pas grand espoir. Mais je pense que c’est une bonne chose. L’espoir nous main­tien enchaî­nés au sys­tème, au conglo­mé­rat d’individus, d’idées et d’idéaux qui détruit la planète.

Pour com­men­cer, il y a ce faux espoir selon lequel sou­dai­ne­ment, de quelque façon, le sys­tème va inex­pli­ca­ble­ment chan­ger. Ou celui selon lequel la tech­no­lo­gie va nous sau­ver. Ou la déesse mère. Ou des créa­tures d’Alpha du Cen­taure. Ou Jésus Christ. Ou le père noël. Tous ces faux espoirs mènent à l’inaction, ou au moins à l’inefficacité. Une des rai­sons pour les­quelles ma mère res­tait avec mon père, qui la vio­len­tait, était le fait qu’il n’y avait pas de foyers pour femmes bat­tues dans les années 50 et 60, une autre qu’elle avait l’espoir qu’il chan­ge­rait. Les faux espoirs nous enchaînent à des situa­tions invi­vables, et nous empêchent de voir les pos­si­bi­li­tés réelles.

Qui croit vrai­ment que Weye­rhaeu­ser va arrê­ter de défo­res­ter parce qu’on lui demande gen­ti­ment ? Qui croit vrai­ment que Mon­san­to va arrê­ter de Mon­san­ter parce qu’on lui demande gen­ti­ment ? Si seule­ment nous avions un démo­crate à la mai­son blanche, tout irait bien. Si seule­ment nous fai­sions pas­ser telle ou telle loi, tout irait bien. Si seule­ment nous par­ve­nions à faire reti­rer telle ou telle loi, tout irait bien. Non-sens. Les choses n’iraient pas bien. Elles ne vont déjà pas, et elles empirent. Rapidement.

Ce n’est pas sim­ple­ment le faux espoir qui enchaîne ceux qui vont en son sens. C’est l’espoir lui-même.

L’espoir, nous dit-on, est notre phare dans la nuit. Notre lumière à la fin d’un long et sombre tun­nel. Le rayon de lumière, qui, contre toute attente, par­vient à péné­trer jusque dans nos cel­lules. Notre rai­son de per­sé­vé­rer, notre pro­tec­tion contre le déses­poir (qui doit à tout prix, et donc à celui de notre san­té et de celle du monde, être évi­té). Com­ment conti­nuer si nous n’avons pas d’espoir ?

On nous a tous ensei­gné que l’espoir d’une condi­tion future meilleure — comme l’espoir d’un para­dis futur — est et doit être notre refuge dans la peine pré­sente. Je suis sûr que vous vous sou­ve­nez de l’histoire de Pan­dore. On lui remit une boîte fer­me­ment scel­lée et on lui dit de ne jamais l’ouvrir. Mais, curieuse, elle l’ouvrit, et en sor­tirent les fléaux, les peines et les cala­mi­tés, pro­ba­ble­ment pas dans cet ordre. Elle refer­ma la boîte, trop tard. Une seule chose y était res­tée : l’espoir. L’espoir, selon la légende, était « le seul bien que conte­nait le cof­fret par­mi tous les maux, et reste à ce jour le seul récon­fort de l’humanité en cas de mal­heur ». Aucune men­tion ici de l’action comme récon­fort en cas de mal­heur, ou de réel­le­ment faire quelque chose pour apai­ser ou éli­mi­ner l’infortune. (For­tune : du latin for­tu­na, appa­ren­té au latin fort‑, fors, hasard, chance : ce qui implique bien sûr que l’infortune que l’espoir est cen­sé récon­for­ter n’est que mal­chance, et non pas dépen­dante de cir­cons­tances que l’on puisse chan­ger : dans le cas pré­sent, je ne vois pas le rap­port entre la mal­chance et les misé­rables choix que l’on fait chaque jour et qui per­mettent à la civi­li­sa­tion de conti­nuer à détruire la Terre.)

Plus je com­prends l’espoir, plus je réa­lise que loin d’être un récon­fort, celui-ci méri­tait lar­ge­ment sa place dans la boîte aux côtés de tous les fléaux, peines et cala­mi­tés ; qu’il sert les besoins de ceux au pou­voir aus­si sûre­ment qu’une croyance en un dis­tant para­dis ; que l’espoir n’est vrai­ment rien de plus qu’une variante sécu­lière de la mys­ti­fi­ca­tion men­tale paradis/nirvana.

L’espoir est, en réa­li­té, une malé­dic­tion, un fléau.

Non seule­ment en rai­son de l’admirable dic­ton boud­dhiste, « l’espoir et la peur se pour­suivent l’un l’autre » — sans l’espoir il n’y a pas la peur — et non seule­ment parce que l’espoir nous éloigne du pré­sent, de qui et de là où nous sommes en ce moment et nous fait miroi­ter un état ima­gi­naire futur, mais sur­tout en rai­son de ce qu’est l’espoir.

Nous braillons plus ou moins tous et plus ou moins conti­nuel­le­ment à pro­pos de l’espoir. Vous ne croi­riez pas — ou peut-être le croi­riez-vous — com­bien d’éditeurs pour com­bien de maga­zines m’ont dit qu’ils vou­laient que j’écrive sur l’apocalypse, en me deman­dant ensuite de « faire en sorte de lais­ser aux lec­teurs un soup­çon d’espoir ». Mais, qu’est-ce que l’espoir, pré­ci­sé­ment ? Lors d’une confé­rence, au prin­temps der­nier, quelqu’un m’a deman­dé de le défi­nir. Je n’ai pas pu, et ai donc retour­né la ques­tion à l’audience. Voi­ci la défi­ni­tion qui a alors émer­gé : l’espoir est une aspi­ra­tion en une condi­tion future sur laquelle vous n’avez aucune influence. Cela signi­fie que vous êtes essen­tiel­le­ment impuissant.

Pensez‑y. Je ne vais pas, par exemple, dire que j’espère man­ger quelque chose demain. Je vais le faire. Je n’espère pas prendre une nou­velle res­pi­ra­tion main­te­nant, ni finir d’écrire cette phrase. Je le fais. D’un autre côté, j’espère que la pro­chaine fois que je pren­drais l’avion, il ne se cra­she­ra pas. Pla­cer de l’espoir en une fina­li­té signi­fie que vous n’avez aucune influence la concernant.

Tant de gens disent qu’ils espèrent que la culture domi­nante cesse de détruire le monde. En disant cela, ils garan­tissent sa conti­nua­tion, au moins à court-terme, et lui prêtent un pou­voir qu’elle n’a pas. Ils s’écartent aus­si de leur propre pouvoir.

Je n’espère pas que le sau­mon coho sur­vive. Je ferai ce qu’il faut pour évi­ter que la culture domi­nante ne les exter­mine. Si les coho sou­haitent par­tir en rai­son de la façon dont ils sont trai­tés — et qui pour­rait leur en vou­loir ? — je leur dirai au revoir, et ils me man­que­ront, mais s’ils ne sou­haitent pas par­tir, je ne per­met­trai pas à la civi­li­sa­tion de les exter­mi­ner. J’agirai quoi qu’il en coûte.

Je n’espère pas que la civi­li­sa­tion s’effondre le plus tôt pos­sible. Je ferai ce qu’il faut pour que cela arrive.

[…] Beau­coup de gens ont peur de res­sen­tir du déses­poir. Ils craignent qu’en s’autorisant à per­ce­voir le déses­poir de notre situa­tion, ils devront alors être constam­ment mal­heu­reux. Ils oublient qu’il est pos­sible de res­sen­tir plu­sieurs choses en même temps. Je suis plein de rage, de peine, de joie, d’amour, de haine, de déses­poir, de bon­heur, de satis­fac­tion, d’insatisfaction, et d’un mil­lier d’autres sen­ti­ments. Ils oublient aus­si que le déses­poir est une réponse tout à fait appro­priée pour une situa­tion déses­pé­rée. Beau­coup de gens ont aus­si pro­ba­ble­ment peur qu’en s’autorisant à per­ce­voir à quel point les choses sont déses­pé­rées, ils seront peut-être alors for­cés de faire quelque chose pour chan­ger leurs circonstances.

Pas­sons main­te­nant à la vidéo de Slate, au style hol­ly­woo­dien (qui n’est pas sans rap­pe­ler les vidéos de pro­pa­gande des médias de masse qui firent récem­ment le buzz sur le web durant la guerre en Syrie), énu­mé­rant 13 points sélec­tion­nés ; de quoi ras­su­rer les foules de naïfs que la com­bi­nai­son de jolies images, de faits tron­qués et d’une musique entraî­nante suf­fit à cap­ti­ver. Voi­ci les points qu’elle met en avant :

  1. Les baleines ain­si que 9 autres espèces ne sont plus menacées.
  2. En Inde, 50 mil­lions d’arbres ont été plan­tés et une refo­res­ta­tion de 12 % est prévue.
  3. Jua­rez, la ville la plus dan­ge­reuse du monde, est désor­mais moins dan­ge­reuse, la cri­mi­na­li­té diminue.
  4. La Chine pré­voit de fer­mer 1 mil­lier de mines de char­bon et de ne plus en ouvrir pen­dant 3 ans.
  5. Taï­wan pré­voit d’au­to­ri­ser le mariage homosexuel.
  6. 93% des enfants dans le monde ont appris à lire et écrire.
  7. L’espérance de vie en Afrique a aug­men­té de 9,4 années depuis 2000.
  8. La mor­ta­li­té infan­tile en Rus­sie a dimi­nué 12 %.
  9. La cri­mi­na­li­té chute aux pays bas, où 1/3 des cel­lules de pri­son sont inoccupées.
  10. La Gam­bie et la Tan­za­nie ont mis fin au mariage for­cé des enfants.
  11. La peine de mort est désor­mais illé­gale dans plus de la moi­tié des pays.
  12. La faim dans le monde recule, atteint son niveau le plus bas depuis 25 ans.
  13. Les nais­sances de pan­das battent de nou­veaux records.

Le point 1 et le point 13, qui n’en forment qu’un, nous les com­men­tons déjà à tra­vers nos remarques sur l’ar­ticle de Libé­ra­tion (cf. point 1). Ce qu’on peut se deman­der, c’est si le choix de finir sur la nais­sance de bébés pan­das (mas­cottes velues ado­rées des foules), quitte à rajou­ter un point qui fait dou­blon, est for­tuit ou délibéré.

Le deuxième point nous offre l’oc­ca­sion de nous pen­cher sur la situa­tion éco­lo­gique de l’Inde. Par­mi les choses que l’on peut apprendre sur cet évè­ne­ment, il y a le fait que ces arbres ont été plan­tés « en des endroits spé­ci­fiques, le long de routes, d’au­to­routes, de voies fer­rées et de terres boi­sées », et que « seuls 60% de ces arbres sur­vi­vront » (puisque les autres mour­ront de soif). On com­prend dès lors qu’il ne s’a­git pas vrai­ment de forêts que l’on replante, tout comme les par­celles boi­sées régu­liè­re­ment cou­pées pour l’in­dus­trie du bois n’ont jamais l’oc­ca­sion de deve­nir de vraies forêts. L’é­tat des forêts indiennes est l’ob­jet de mani­pu­la­tion sta­tis­tiques liées à des défi­ni­tions dou­teuses. Le gou­ver­ne­ment indien pré­tend que la cou­ver­ture fores­tière a aug­men­té en Inde, ces der­niers temps. Ce que plu­sieurs études, se basant sur une défi­ni­tion plus rigou­reuse de ce qu’est une forêt, viennent contre­dire. La sur­face recou­verte de forêts « denses » dimi­nue constam­ment. En 1930, en Inde, les forêts recou­vraient 869 012 km², contre 625 565 en 2013, une perte de 243 447 km² (28%) en 80 ans (source). En 2015, selon les chiffres du gou­ver­ne­ment indien, la forêt recou­vrait cepen­dant 701 673 km². La cou­ver­ture fores­tière, en Inde, aurait ain­si aug­men­té au cours des 13 der­nières années, selon le gou­ver­ne­ment indien (qui recon­nait éga­le­ment que sur les 30 der­nières années, 15 000 km² de forêt ont été per­dus à cause de l’é­ta­le­ment urbain et 14 000 à cause de plus de 23 716 pro­jets indus­triels). Cette aug­men­ta­tion s’explique par la plan­ta­tion d’arbres, par­ti­cu­liè­re­ment de mono­cul­tures, qui ne peuvent pas se sub­sti­tuer aux forêts natu­relles et diver­si­fiées, per­dues pour tou­jours. Cette crois­sance annon­cée est qua­li­fiée par la revue Eco­no­mic Times (pour­tant loin d’être une revue d’é­co­lo­gie radi­cale) de « résul­tat de jon­gle­ries sta­tis­tiques et de l’utilisation de défi­ni­tions erro­nées de la part du minis­tère des forêts ». Sachant que l’Inde compte construire plus de 50 000 km de routes sur les 6 pro­chaines années, entre autres infra­struc­tures indus­trielles. Mais j’i­ma­gine que les gens n’ont pas à savoir tout ça, qu’ils peuvent bien se conten­ter de jolies images, d’une musique exci­tante, et de slo­gans simplistes.

Le troi­sième point, com­ment dire, ne nous inté­resse pas plus que ça. Que la ville de Jua­rez soit plus calme est fort bien pour ses habi­tants. Pour la pla­nète, c’est autre chose. L’é­ta­le­ment urbain étant une des pre­mières nui­sances qui soit pour la bio­di­ver­si­té et la san­té des éco­sys­tèmes, qu’une ville se porte bien, eh bien, ça n’est pas néces­sai­re­ment une bonne chose.

Le qua­trième point, atten­dons voir. Il s’a­git de pré­vi­sions. De quelque chose qui doit se pro­duire. Le pla­cer dans les réus­sites de 2016 est légè­re­ment pré­ma­tu­ré. Sur­tout lorsque la Chine, ain­si que nous le rap­porte notre cher quo­ti­dien Le Monde, à tra­vers son « 13e plan quin­quen­nal pour l’énergie, dévoi­lé lun­di 7 novembre par l’Administration natio­nale pour l’énergie, pré­voit une aug­men­ta­tion de la capa­ci­té des cen­trales à char­bon du pays de 19 % d’ici à 2020 », qui conti­nue : « La Chine, pre­mier émet­teur mon­dial de CO2, va conti­nuer à construire des cen­trales à char­bon, source d’énergie la plus pol­luante. Le pays, qui peut aujourd’hui pro­duire 920 giga­watts d’électricité grâce au char­bon, pré­voit d’augmenter cette capa­ci­té jusqu’à 1 100 GW d’ici à 2020 ». Nove­thic sou­ligne éga­le­ment que « la Chine veut inves­tir 460 mil­liards d’euros dans de nou­velles cen­trales à char­bon ». Ce qu’on peut encore ajou­ter, c’est que la Chine importe de plus en plus de char­bon depuis l’é­tran­ger, ces der­nières années, où elle finance d’autres mines (comme en Bir­ma­nie, au Cana­da, en Mon­go­lie, en Rus­sie, en Afrique du Sud, et ailleurs), et qu’elle entre­prend actuel­le­ment la construc­tion de cen­trales nucléaires (flot­tantes (!)), tout en aidant, entre autres, le Pakis­tan a en construire (des cen­trales nucléaires nor­males, non-flot­tantes, qui cou­le­raient sur­ement si on les pla­çait en mer).

Le cin­quième point, même chose, pré­vi­sions. Et puis, le mariage homo­sexuel pour sau­ver la pla­nète, on est scep­tique. C’est sûre­ment très bien pour ceux que cela concerne.

Le sixième point, la pro­gres­sion de l’en­doc­tri­ne­ment et de l’ins­truc­tion à l’oc­ci­den­tal, qui relève his­to­ri­que­ment et encore actuel­le­ment de l’eth­no­cide ou d’une insi­dieuse accul­tu­ra­tion, voyez-vous, ne laisse rien augu­rer de bon (pour plus de détails concer­nant ce sujet, nous avons récem­ment publié cet article, et vous pou­vez éga­le­ment regar­der cet excellent documentaire) :

Le sep­tième point, bon, pour­quoi pas, pris comme ça, seule­ment, si on ana­lyse le com­ment, les choses se com­pliquent. En ce qui concerne l’es­pé­rance de vie, rap­pe­lons plu­sieurs choses, et d’a­bord que ces der­nières années, elle a dimi­nué aux États-Unis comme en France. L’aug­men­ta­tion de l’es­pé­rance de vie moyenne dans le monde déve­lop­pé pré­sente le même pro­blème para­doxal que l’aug­men­ta­tion de l’es­pé­rance de vie moyenne dans le monde « en déve­lop­pe­ment ». Elle est en par­tie le résul­tat du confort et des agré­ments que l’in­dus­tria­lisme, qui a rava­gé et qui ravage le monde, nous a offert. Cela valait-il et cela vaut-il le coup de rui­ner la pla­nète à coups de mines, de cen­trales pol­luantes, d’é­mis­sions de gaz à effet de serre, de pol­lu­tions plas­tiques et métal­liques diverses, etc., dans le seul but de vivre plus long­temps ? L’aug­men­ta­tion de l’es­pé­rance de vie moyenne d’une par­tie des humains et pour un temps limi­té (puis­qu’elle repose sur une civi­li­sa­tion qui se rap­proche tous les jours plus de son effon­dre­ment) et à un tel prix, est-elle une bonne chose ?

Les même ques­tions sont valables pour le 8ème point, qui, dans l’ab­so­lu (hors contexte, consi­dé­ré iso­lé­ment), est une bonne chose.

Le 9ème point, pareil, si pour la socié­té indus­trielle des Pays-Bas c’est peut-être une amé­lio­ra­tion, en quoi cela nous sort-il du pétrin dans lequel nous nous enfon­çons chaque jour un peu plus ?

Le 10ème point, très bien. Mais le choix de mettre en avant l’in­ter­dic­tion du mariage for­cé des enfants, en Gam­bie et en Tan­za­nie, relève d’une volon­té per­verse per­met­tant d’oc­cul­ter l’é­lé­phant dans la pièce, comme les grands médias savent si bien le faire. En Gam­bie, le pré­sident-élu Ada­ma Bar­row n’est pas encore en poste puisque son pré­de­ces­seur Yahya Jam­meh conteste sa défaite élec­to­rale, refuse la pas­sa­tion de pou­voir, et « pré­pare la guerre ». Bien des choses devraient être dites sur la Tan­za­nie, comme sur bien des pays « en déve­lop­pe­ment », dont l’é­co­no­mie dépend d’un pillage des matières pre­mières, d’une agri­cul­ture d’ex­por­ta­tion et des dévas­ta­tions éco­lo­giques que les deux entraînent. L’or est la pre­mière expor­ta­tion de la Tan­za­nie (1,37 mil­liards de dol­lars), qu’elle exporte vers l’A­frique du Sud, l’Inde, la Suisse et l’Aus­tra­lie. L’or est sui­vi par le tabac, qu’elle exporte vers la Bel­gique, le Luxem­bourg, l’Al­le­magne, la Pologne, la Rus­sie et la France, prin­ci­pa­le­ment. Après le tabac, on retrouve les expor­ta­tions de mine­rai de métaux pré­cieux (dia­mants et autres), vers le Japon, la Chine et l’Al­le­magne, notam­ment. Le café y est culti­vé pour expor­ta­tion vers le Japon, les États-Unis, l’I­ta­lie, l’Al­le­magne et la Bel­gique. Si au sein du sys­tème éco­no­mique actuel, qui détruit le monde, cela a un sens, éco­lo­gi­que­ment et socia­le­ment, ça n’en a aucun. Culti­ver pour expor­ter à l’in­ter­na­tio­nal est anti­éco­lo­gique au pos­sible. Détruire des éco­sys­tèmes qui sont l’ha­bi­tat de nom­breuses espèces pour creu­ser d’im­menses trous dans le sol afin d’en extraire divers maté­riaux des­ti­nés au sys­tème indus­triel moderne non plus (rap­pe­lons que l’or est encore prin­ci­pa­le­ment uti­li­sé dans le domaine de la bijou­te­rie, cru­cial n’est-ce pas). Peut-être qu’il serait inté­res­sant que les médias de masse, lors­qu’ils daignent par­ler de pays « en déve­lop­pe­ment », abordent ces sujets-là, qui sont bien plus vitaux, à tous points de vue.

Le 11ème point, soit, même si la peine de mort est tou­jours de mise aux USA, en Chine, et ailleurs…

Le 12ème point, pré­sen­té ain­si, est gro­tesque. Pour­quoi la faim dans le monde existe-t-elle ? Quelles en sont les causes et les méca­nismes ? Au sein de la socié­té de consom­ma­tion mon­dia­li­sée, une par­tie colos­sale des den­rées ali­men­taires est pure­ment et sim­ple­ment jetée et gâchée. L’é­co­no­mie de mar­ché décide de la répar­ti­tion de la nour­ri­ture. Les pra­tiques agri­coles de tous les pays du monde devraient être ana­ly­sées, éva­luées et dis­cu­tées. Le sys­tème éco­no­mique mon­dial per­met aux pays « déve­lop­pés » de piller les pays où des gens meurent de faim. Un pro­blème dont on attend tou­jours de Slate qu’ils s’en sai­sissent. Mais qu’ils n’ex­po­se­ront jamais ain­si. Inté­rêts éco­no­miques et poli­tiques obligent. Comme l’ex­plique Jean Zie­gler, ancien rap­por­teur spé­cial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, « un enfant qui meurt de faim est assas­si­né », « la faim dans le monde tient du crime orga­ni­sé », et « les spé­cu­la­teurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité ».

Dans l’en­semble, les seuls points véri­ta­ble­ment posi­tifs que contiennent les dif­fé­rentes ras­su­rances publiées par les médias de masse concernent ces quelques espèces dont les effec­tifs remontent légè­re­ment. (Et, dans le cas de l’ar­ticle de Libé­ra­tion, le fait que la ZAD de Notre-Dame-des-Landes tienne bon est aus­si un bon point). Le reste est un ramas­sis de bêtises qu’ils ont du gla­ner en tapant « bonnes nou­velles 2016 » sur le moteur de recherche de Google.

Cet autre opium du peuple qu’est l’es­poir, que les chiens de garde de l’ordre éta­bli — les chantres du pro­grès social et/ou tech­no­lo­gique, du déve­lop­pe­ment, de la crois­sance, etc. — cultivent régu­liè­re­ment, relève d’un for­mi­dable déni des réa­li­tés éco­lo­giques pré­sentes et de ses ten­dances his­to­riques, d’une gigan­tesque occul­ta­tion de l’é­lé­phant (désor­mais en voie de dis­pa­ri­tion) dans la pièce. A com­men­cer par le fait que la pla­nète va mal, de mal en pis, que l’ex­pan­sion de la civi­li­sa­tion indus­trielle est une catas­trophe en cours, avec ses crois­sances de zones urbaines, ses extrac­tions minières qui se mul­ti­plient, ses pro­duc­tions de déchets en tous genres, des plas­tiques aux métal­liques, avec sa sur­ex­ploi­ta­tion des res­sources non-renou­ve­lables, et sa sur­ex­ploi­ta­tion des res­sources renou­ve­lables, avec ses pol­lu­tions de l’air par des par­ti­cules de toutes sortes de tailles et toxiques, avec l’eth­no­cide qu’elle pour­suit, afin qu’il ne reste qu’une mono­cul­ture domi­nante, et ain­si de suite.

La popu­la­ri­té de ces ras­su­rances témoigne de la pas­si­vi­té du public en géné­ral, qui absorbe des slo­gans sim­plistes dont il pour­rait aisé­ment se rendre compte de l’ab­sur­di­té s’il fai­sait l’ef­fort de se ren­sei­gner lui-même, un mini­mum, à leur sujet. Comme tou­jours, les infor­ma­tions sont dis­po­nibles. Les ten­dances, assez claires. Dont la ten­dance des médias de masse à faus­ser ou à défor­mer l’in­for­ma­tion, et la ten­dance du public à ne pas s’en sou­cier, à accep­ter des men­songes, pour­vus qu’ils soient ras­su­rants. Mal­heu­reu­se­ment, ces men­songes ras­su­rants détruisent la pla­nète, qui est notre seule maison.

Howard Zinn, his­to­rien et acti­viste états-unien, s’é­ver­tuait à rap­pe­ler aux gens que « le gou­ver­ne­ment n’est pas notre ami », un euphé­misme pour dire que le gou­ver­ne­ment est notre enne­mi. Les médias non plus, ne sont pas nos amis, à l’ins­tar des célé­bri­tés. Le poids des démis­sions indi­vi­duelles, des renon­ce­ments face à l’i­ner­tie de l’é­poque et au règne des ins­ti­tu­tions domi­nantes, que beau­coup prennent pour une fata­li­té, n’est qu’un mau­vais choix col­lec­tif. Attendre de ces ins­ti­tu­tions (médias, poli­ti­ciens, etc.), ou de cette culture plus géné­ra­le­ment, qu’elles nous guident vers un monde meilleur, c’est faire preuve du « loya­lisme sui­ci­daire » dont par­lait Aldous Hux­ley dans son livre « Les temps futurs » :

« Car, en fin de compte, la peur chasse même l’hu­ma­ni­té de l’homme. Et la peur, mes bons amis, la peur est la base et le fon­de­ment de la vie moderne. […] La peur de la science, qui enlève d’une main plus encore qu’elle ne donne avec une telle pro­fu­sion de l’autre. La peur des ins­ti­tu­tions dont le carac­tère mor­tel est démon­trable et pour les­quelles, dans notre loya­lisme sui­ci­daire, nous sommes prêts à tuer et à mou­rir. La peur des Grands Hommes que, par accla­ma­tion popu­laire, nous avons éle­vés à un pou­voir qu’ils uti­lisent, inévi­ta­ble­ment, pour nous assas­si­ner et nous réduire en esclavage. »

Dans son article « Notre manie d’es­pé­rer est une malé­dic­tion », Chris Hedges dénonce à sa manière ce loya­lisme sui­ci­daire :

« La croyance naïve selon laquelle l’histoire est linéaire, et le pro­grès tech­nique tou­jours accom­pa­gné d’un pro­grès moral, est une forme d’aveuglement col­lec­tif. Cette croyance com­pro­met notre capa­ci­té d’action radi­cale et nous berce d’une illu­sion de sécu­ri­té. Ceux qui s’accrochent au mythe du pro­grès humain, qui pensent que le monde se dirige inévi­ta­ble­ment vers un état mora­le­ment et maté­riel­le­ment supé­rieur, sont les cap­tifs du pou­voir. Seuls ceux qui acceptent la pos­si­bi­li­té tout à fait réelle d’une dys­to­pie, de la mon­tée impi­toyable d’un tota­li­ta­risme ins­ti­tu­tion­nel, ren­for­cé par le plus ter­ri­fiant des dis­po­si­tifs de sécu­ri­té et de sur­veillance de l’histoire de l’humanité, sont sus­cep­tibles d’effectuer les sacri­fices néces­saires à la révolte.

L’aspiration au posi­ti­visme, omni­pré­sente dans notre culture capi­ta­liste, ignore la nature humaine et son his­toire. Cepen­dant, ten­ter de s’y oppo­ser, énon­cer l’évidence, à savoir que les choses empirent, et empi­re­ront peut-être bien plus encore pro­chai­ne­ment, c’est se voir exclure du cercle de la pen­sée magique qui carac­té­rise la culture états-unienne et la grande majo­ri­té de la culture occi­den­tale. La gauche est tout aus­si infec­tée par cette manie d’espérer que la droite. Cette manie obs­cur­cit la réa­li­té, au moment même où le capi­ta­lisme mon­dial se dés­in­tègre, et avec lui l’ensemble des éco­sys­tèmes, nous condam­nant poten­tiel­le­ment tous. »

La « pen­sée magique » fait réfé­rence à une « forme de pen­sée qui s’at­tri­bue la puis­sance de pro­vo­quer l’ac­com­plis­se­ment de dési­rs, l’empêchement d’é­vé­ne­ments ou la réso­lu­tion de pro­blèmes sans inter­ven­tion maté­rielle ».

Mais le phé­no­mène que l’on observe aujourd’­hui, plus stu­pide encore, ne relève pas que de cette pen­sée magique. Il relève de la contra­dic­tion pure.

Dans une article récem­ment publié (le 27 décembre 2016) sur le site du Guar­dian, on peut lire les résul­tats d’une étude publiée le 20 décembre 2016 par l’A­ca­dé­mie Natio­nale des Sciences des USA, por­tant sur la crois­sance des villes. L’é­tude en ques­tion nous rap­porte que « d’ici 2030, on estime que la taille des zones urbaines du monde va tri­pler ». Ce qui se rap­porte à ce que nous écri­vons plus haut, à pro­pos du boom de construc­tions d’in­fra­struc­tures et d’é­ta­le­ment urbain que connaissent d’ores et déjà la plu­part des pays « en déve­lop­pe­ment », et dans une moindre mesure les pays « déve­lop­pés » (routes, bar­rages, voies fer­rées, villes, etc.), et dont il est pré­vu qu’il s’in­ten­si­fie encore au cours des pro­chaines décen­nies. Ne pas com­prendre ce que cela implique pour la bio­di­ver­si­té pla­né­taire res­tante et pour l’é­tat du monde natu­rel en géné­ral implique de sacré­ment le vou­loir. La ville est un mode d’ha­bi­tat anti­éco­lo­gique (c’est expli­qué plus en détails ici), la pres­sion que fait peser la civi­li­sa­tion urbaine sur la pla­nète (et ses « res­sources ») est lar­ge­ment insou­te­nable, et ce depuis déjà long­temps, ima­gi­nez donc les effets que pro­dui­ra cette expan­sion planifiée.

Les pro­messes d’es­poir que dis­til­lent l’a­ris­to­cra­tie diri­geante, dont cer­tains « éco­lo­gistes » capi­ta­listes ou éco­ca­pi­ta­listes  — des éco­lo­gistes spé­cia­li­sés dans le green­wa­shing, un pro­cé­dé de mar­ke­ting ou de rela­tions publiques uti­li­sé par une orga­ni­sa­tion (entre­prise, admi­nis­tra­tion publique natio­nale ou ter­ri­to­riale, etc.) dans le but de se don­ner une image éco­lo­gique res­pon­sable — sont des impos­si­bi­li­tés tech­niques. Comme croire que plus de tech­no­lo­gie peut résoudre le pro­blème que les hautes tech­no­lo­gies sont en train de per­pé­tuer. Croire que les ins­ti­tu­tions qui orga­nisent la ruine de la pla­nète peuvent la sau­ver. Croire que l’on peut pré­ser­ver notre confort indus­triel ET ces­ser de détruire et de pol­luer le monde natu­rel ; croire que l’on peut conti­nuer avec l’é­ta­le­ment urbain ET pré­ser­ver la bio­di­ver­si­té et les popu­la­tions d’es­pèces sau­vages. Rap­pel, en bref : le confort indus­triel dépend de mul­tiples pra­tiques des­truc­trices, extrac­tions minières (des­truc­tion d’ha­bi­tat), exploi­ta­tions de res­sources non-renou­ve­lables, émis­sions de pol­luants divers et variés, entre autres (et sans même abor­der l’ex­ploi­ta­tion et les inéga­li­tés sociales qu’il requiert). L’é­ta­le­ment urbain (indis­so­ciable de la civi­li­sa­tion indus­trielle et de son confort) détruit éga­le­ment l’ha­bi­tat d’un nombre incal­cu­lables d’es­pèces non-humaines, par essence. Sur une pla­nète finie, il y a impos­si­bi­li­té logique. Mais les mythes ont la peau dure, et notam­ment celui du pro­grès, que dénon­çait déjà Aldous Hux­ley dans son livre « Les temps futurs » :

« Dès le début de la révo­lu­tion indus­trielle, il avait pré­vu que les hommes seraient gra­ti­fiés d’une pré­somp­tion tel­le­ment outre­cui­dante pour les miracles de leur propre tech­no­lo­gie qu’ils ne tar­de­raient pas à perdre le sens des réa­li­tés. Et c’est pré­ci­sé­ment ce qui est arrivé.

Ces misé­rables esclaves des rouages et des registres se mirent à se féli­ci­ter d’être les Vain­queurs de la Nature, vrai­ment ! En fait, bien enten­du, ils avaient sim­ple­ment ren­ver­sé l’é­qui­libre de la Nature et étaient sur le point d’en subir les conséquences.

Son­gez donc à quoi ils se sont occu­pés au cours du siècle et demi qui a pré­cé­dé la Chose. A pol­luer les rivières, à tuer tous les ani­maux sau­vages, au point de les faire dis­pa­raître, à détruire les forêts, à déla­ver la couche super­fi­cielle du sol et à la déver­ser dans la mer, à consu­mer un océan de pétrole, à gas­piller les miné­raux qu’il avait fal­lu la tota­li­té des époques géo­lo­giques pour dépo­ser. Une orgie d’imbécillité criminelle.

Et ils ont appe­lé cela le Pro­grès. Le Pro­grès ! Je vous le dis, c’é­tait une inven­tion trop fan­tas­tique pour qu’elle ait été le pro­duit d’un simple esprit humain – trop démo­nia­que­ment iro­nique ! Il a fal­lu pour cela une Aide exté­rieure. Il a fal­lu la Grâce de Bélial, qui, bien enten­du, est tou­jours offerte – du moins, à qui­conque est prêt à coopé­rer avec elle. »

Le mythe du pro­grès et les espoirs qu’il véhi­cule, selon les­quels les contra­dic­tions pré­cé­dem­ment citées se résou­dront d’elles-mêmes, consti­tue la plus dan­ge­reuse des illu­sions. Non pas qu’il n’y ait aucun espoir de voir un jour l’é­tat du monde et de nos socié­tés s’a­mé­lio­rer. Qui vivra ver­ra. Mais ce qui est clair, c’est que la voie sur laquelle nous sommes col­lec­ti­ve­ment enga­gés est une impasse. & qu’é­tant don­né le carac­tère anti-éco­lo­gique des fon­de­ments mêmes de la civi­li­sa­tion indus­trielle, aucune réforme n’y fera rien. Les espoirs qui pré­tendent autre­ment sont autant de mensonges.

Col­lec­tif Le Partage


Print Friendly, PDF & Email
Total
4
Shares
7 comments
  1. Très bon article.

    « En ce qui concerne l’espérance de vie, rap­pe­lons plu­sieurs choses, et d’abord que ces der­nières années, elle a dimi­nué aux États-Unis comme en France. »
    Preuve que l’es­pé­rance de vie n’a rien à voir avec le progrès.

    Don­ner une espé­rance de vie à quel­qu’un qui vient de naitre ou qui à 20 ans relève de la fraude.
    L’es­pé­rance de vie devrait en véri­té se réfé­rer à une espé­rance de vie selon une cer­taine époque, un cer­tain déve­lop­pe­ment, PIB, mode vie…

    On remar­que­ra à ce sujet que ceux qui ont vécu le plus long­temps (puisque l’es­pé­rance de vie décroît actuel­le­ment) sont nées à une époque où méde­cine, confort, hygiène était rare et que la décrois­sance de l’es­pé­rance de vie actuelle concerne ceux qui ont béné­fi­cié du pro­grès, des vaccins…il ne fait nul doute pour moi que dans l’a­ve­nir l’es­pé­rance de vie va encore décroître et que l’é­poque de nais­sance de ces morts pré­coces cor­res­pon­dra sûre­ment à ce qu’on consi­dére aujourd’­hui comme le sum­mum du progrès.

  2. Enfin!..

    Un écho, plus cette impres­sion de bour­don­ne­ment vide. Des mots qui font réson­ner le mal-être qui som­meille en moi depuis long­temps. Merci.

    Espé­rance de vie… pour une vie sans espé­rance. Prô­ner la quan­ti­té plu­tôt que la qua­li­té. L’en­jeu est double, nous faire consom­mer plus pour com­pen­ser ce mal-être et plus long­temps en aug­men­tant la durée ! Bingo !

    Et tout ça pour se retrou­ver dans une situa­tion où, à force de se faci­li­ter la vie par bon nombre de gad­gets (chers finan­ciè­re­ment et éco­lo­gi­que­ment), nous sommes obli­gés de nous dépen­ser arti­fi­ciel­le­ment pour entre­te­nir notre condi­tion phy­sique, re-Bingo !

    L’hu­main, ‘som­met’ de la créa­tion est deve­nu pitoyable dans sa vanité.

  3. apres avoir vu constats de des­truc­tions, et tant de deci­sions a court terme
    pen­dant tant d annees, j ai essaye de trou­ver la logique de ces gestes.
    ma conclusion ;
    l elite, les diri­geants, sonts convain­cus de la des­truc­tion imminente
    de la civi­li­sa­tion, peut etre meme de toute vie sur terre…
    c est la seule expli­ca­tion logique.
    meteo­rite, super vol­cans, guerre nucleaire, faites votre choix !
    donc, ils ne perdent rien a tout exploi­ter et tuer sur leur passage,
    puisque pour eux, tout est deja detruit.…

  4. L’ar­ticle rejoint tout à fait le livre de Paul Jorion  » Le der­nier qui s’en va éteint la lumière », dont la lec­ture est tout à fait salutaire

    1. Sauf que Paul Jorion est un tech­no­phile qui pensent que des robots et des machines pour­raient nous aider, sans com­prendre que des machines et des robots ne peuvent être que le fait d’une socié­té indus­trielle mon­dia­li­sée, elle-même insou­te­nable (des­truc­trice). Qu’il compte sur « les plus riches » pour régler nos pro­blèmes. Et d’autres âneries.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Covid19, stratégie du choc et accélération de la mutation du système technocapitaliste (par Pièces et main d’oeuvre)

Sans conteste, l’accélération est le maître mot de l’année qui vient de s’écouler. On en trouvera ici nombre d’occurrences, les plus variées qui soient, que nous avons relevées dans les domaines économique, technologique et scientifique, employées en substitut ou en renfort à celui d’innovation. Par exemple, l’accélération de l’innovation. On reconnaît là des mots de la crise à laquelle il faut s’adapter d’urgence – d’où l’accélération – ou périr. [...]
Lire

L’écologie radicale est criminalisée (entretien avec Armand Farrachi)

Les organisations d’extrême gauche qui entendaient intégrer l’écologie à leur projet ont montré que certains concepts écologiques n’étaient pas intégrables par une pensée de type marxiste (surpopulation, décroissance, libération animale, régime frugal, critique de la technique, etc.). Il n’y a pas eu, en France, de courant intellectuel pour défendre ces idées. Les radicaux passent pour des quasi terroristes, en tout cas des extrémistes. Ils sont systématiquement attaqués dans la presse et suivis par la police. L’écologie radicale n’est pas considérée comme une fraction de l’opinion mais comme un danger, une menace. Tout ce qui est zadisme, ecoguerriers, etc., est non seulement marginalisé mais criminalisé.