Résistance et activisme : comprendre la dépression grâce à l’écopsychologie (par Will Falk)

Will Falk est un écri­vain, avo­cat et acti­viste états-unien, membre de l’or­ga­ni­sa­tion d’é­co­lo­gie radi­cale Deep Green Resis­tance. Cet article a ini­tia­le­ment été publié (en anglais) le 6 juillet 2017, à cette adresse.


Je suis un acti­viste éco­lo­giste. Je souffre de dépres­sion. Être un acti­viste tout en souf­frant de dépres­sion me place direc­te­ment face à un dilemme sans issue : la des­truc­tion du monde natu­rel engendre un stress qui exa­cerbe la dépres­sion. Mettre un terme à la des­truc­tion du monde natu­rel sou­la­ge­rait le stress que je res­sens, et, dès lors, apai­se­rait cette dépres­sion. Cepen­dant, agir pour mettre fin à la des­truc­tion du monde natu­rel m’expose à une grande quan­ti­té de stress, ce qui ali­mente à nou­veau ma dépression.

Soit les des­truc­tions conti­nuent, je suis expo­sé au stress, et je reste dépres­sif, soit je rejoins ceux qui résistent contre la des­truc­tion, je suis expo­sé au stress, et je reste dépressif.

Dépres­sif si je ne fais rien, dépres­sif si j’agis. Je choi­sis de lutter.

Je me bat­trai tou­jours contre la dépres­sion. Je sais que cela peut son­ner comme la parole fata­liste typique d’un esprit dépri­mé, mais le fait d’accepter cette réa­li­té me sou­lage du faux espoir de vivre un jour tota­le­ment libé­ré de la culpa­bi­li­té, du déses­poir, et de la vacui­té qui consti­tuent la dépres­sion. Accep­ter cette réa­li­té libère l’énergie émo­tion­nelle que je dépen­se­rais en m’agrippant à ce faux espoir. Au lieu d’utiliser cette éner­gie à la recherche d’un trai­te­ment qui n’a jamais exis­té, je peux la consa­crer à l’activisme et à une ges­tion réa­liste de ma dépression.

Com­prendre cela n’a pas été chose aisée. Il m’a fal­lu cinq ans, après mon pre­mier diag­nos­tic d’un trouble dépres­sif majeur, après la confir­ma­tion de ce diag­nos­tic par trois méde­cins dif­fé­rents dans trois villes dif­fé­rentes, deux ten­ta­tives de sui­cide, et d’innombrables effon­dre­ments émo­tion­nels, pour fina­le­ment accep­ter ma situation.

Récem­ment, la tra­ver­sée des champs pétro­li­fères du Bas­sin de Uin­tah dans l’Utah m’a rap­pe­lé pour­quoi la dépres­sion me han­te­ra toute ma vie.

Exploi­ta­tion pétro­lière dans le bas­sin d’Uin­tah en Utah

L’autoroute 40, vers l’est, de Park City, en Utah, à Ver­nal, ne m’offre aucun endroit où me cacher. Dans le rétro­vi­seur, la neige fon­dante scin­tille le long des épaules des Monts Wasatch. Le chan­ge­ment cli­ma­tique menace les chutes de neige en Utah, et Park City sera pro­ba­ble­ment dépour­vue de neige de mon vivant. À tra­vers mon pare-brise, j’a­per­çois de gigan­tesques der­ricks s’élever des pla­te­formes de forage et trans­per­cer le ciel, après avoir trans­per­cé la terre. Près de ces pla­te­formes, les pompes des puits se balancent de manière léthar­gique, de haut en bas, inlas­sa­ble­ment. Les puits sont des vam­pires méca­niques qui sucent le sang de la terre, len­te­ment et inexorablement.

Tan­dis que les foreuses injectent le poi­son et que les pompes extraient le pétrole, il est dif­fi­cile de ne pas pen­ser aux seringues d’un jun­kie. Des cica­trices se forment sur le sol du bas­sin où des forêts autre­fois denses de pins, de gené­vriers et de buis­sons d’armoise argen­tée ondu­lant dans le vent s’entassent désor­mais à la péri­phé­rie des opé­ra­tions de frac­tu­ra­tion. Les marques de la des­truc­tion tra­hissent aus­si bien l’addiction que les sillons des engins.

Je passe devant d’innombrables camions-citernes sta­tion­nés auprès de réser­voirs de pétrole ronds et tra­pus. Les camions s’emplissent de pétrole brut avant de l’acheminer vers les raf­fi­ne­ries de Salt Lake. De là, il sera dis­tri­bué par bateau par­tout dans l’Ouest pour y être brû­lé. Chaque pla­te­forme pétro­lière, chaque foreuse, chaque puits que je dépasse bous­cule la paix de mon esprit. La com­bus­tion du conte­nu de chaque citerne pousse davan­tage la pla­nète en direc­tion d’un embal­le­ment cli­ma­tique et d’un effon­dre­ment total.

Mon res­sen­ti est gan­gré­né par une ter­reur fami­lière. Autour de moi, je ne per­çois que des trau­ma­tismes. Alors je me tourne vers l’avenir. Je vois le niveau des eaux mon­ter, les villes être sub­mer­gées, et les réfu­giés s’enfuir. Je vois les océans deve­nir acides, les récifs coral­liens blan­chir, et la vie aqua­tique s’effondrer. Je vois les forêts brû­ler, les espèces dis­pa­raître, et le sol arable être empor­té par le vent.

Je ne vois pas de futur viable.

Mes mains s’agrippent au volant, les muscles de mon visage se crispent, et je me sens nau­séeux. Mon pied gauche est ner­veux. Mon pied droit, bien qu’occupé par l’accélérateur, s’agite lui aus­si. J’accélère. Mon corps est trou­blé. Il n’a aucune réfé­rence évo­lu­tive cor­res­pon­dant au fait d’être enfer­mé dans la cabine d’une voi­ture qui roule à vive allure sur l’autoroute.

Si vous pou­viez voir à tra­vers ma chair et mes os les organes qui consti­tuent mon sys­tème de réac­tion au stress, que ver­riez-vous ? Vous ver­riez mes glandes sur­ré­nales dif­fu­ser les hor­mones du stress. Vous ver­riez les hor­mones du stress pré­pa­rer mon corps et mon cer­veau à com­battre ou à fuir. Après quelques minutes, vous ver­riez mon hip­po­campe racor­ni, endom­ma­gé, essayer de signa­ler à mes glandes sur­ré­nales que la menace est pas­sée et qu’il faut arrê­ter d’inonder d’hormones du stress mon cor­tex fron­tal. Vous ver­riez mon hip­po­campe échouer, mes glandes sur­ré­nales conti­nuer à dif­fu­ser les hor­mones, et le risque de plon­ger dans un épi­sode de dépres­sion sévère s’accroître.

La recherche neu­ro­bio­lo­gique révèle que le carac­tère hau­te­ment récur­rent de la dépres­sion est en par­tie lié à la manière dont les hor­mones engendrent des lésions céré­brales. Les avan­cées en neu­ros­ciences dévoilent un sché­ma de la dépres­sion cor­res­pon­dant à un cercle vicieux dans le sys­tème de réac­tion au stress du corps. Dans un sys­tème sain, les sur­ré­nales pro­duisent des hor­mones en réponse au stress. Le stress passe et l’hippocampe signale aux sur­ré­nales d’arrêter la pro­duc­tion d’hormones.

Lorsque le cor­tex fron­tal — en par­ti­cu­lier l’hippocampe et l’amygdale — est expo­sé à une dose trop éle­vée d’hormones du stress, pen­dant une durée trop longue, le cor­tex fron­tal com­mence à se racor­nir. Un hip­po­campe endom­ma­gé ne par­vient pas à inter­rompre les sur­ré­nales, qui conti­nuent de fabri­quer les hor­mones du stress, qui conti­nuent à endom­ma­ger l’hippocampe. L’humeur, la mémoire, l’attention et la concen­tra­tion sont toutes affec­tées. Les pro­blèmes d’humeur, de mémoire, d’attention et de concen­tra­tion créent leurs propres stress, ce qui inten­si­fie le cycle.

Des décou­vertes récentes en psy­chia­trie brossent un sombre tableau. L’Association amé­ri­caine de psy­chia­trie décrit la dépres­sion comme étant « hau­te­ment récur­rente », avec, chez les res­ca­pés d’un pre­mier épi­sode de dépres­sion, un mini­mum de 50% de risques de réci­di­ver une fois ou plus au cours de leur vie, et d’environ 80% pour les res­ca­pés de deux épi­sodes. Les vic­times de trois épi­sodes ou plus ont 90% de risque de réci­dive. En moyenne, une per­sonne avec des anté­cé­dents de dépres­sion subi­ra entre cinq et neuf épi­sodes dépres­sifs dis­tincts au cours de sa vie.

J’ai vécu quatre périodes de dépres­sion qui me garan­tissent que la dépres­sion conti­nue­ra de repa­raître. Je tra­verse des périodes de rémis­sion, durant les­quelles je me sens rela­ti­ve­ment libé­ré de ses symp­tômes. Cepen­dant, même au cours de ces périodes, la dépres­sion reste tapie dans l’ombre, me contrai­gnant à une vigi­lance per­ma­nente, véri­table lutte contre la réci­dive. La dépres­sion peut s’estomper, mais pas le sou­ve­nir de sa dou­leur. Je vis dans la peur, quo­ti­dienne, d’un nou­vel épisode.

La psy­cho­lo­gie conven­tion­nelle met un terme à cette dis­cus­sion ; elle pré­co­nise d’éviter les endroits qui sti­mulent la dépres­sion, comme le Bas­sin de Uin­tah, et conclut que la clé de la gué­ri­son réside à la fois dans l’amélioration de la capa­ci­té de l’hippocampe à inter­rompre la dif­fu­sion des hor­mones du stress, dans la sup­pres­sion, autant que pos­sible, du stress dans la vie du dépres­sif, et dans l’adaptation au stress ne pou­vant être éliminé.

En d’autres temps, ou dans un autre monde, je n’aurais aucune rai­son de ne pas croire en l’efficacité de cette méthode. Mais la pla­nète a presque entiè­re­ment été trans­for­mée en des lieux comme le Bas­sin de Uin­tah. Rares et pré­cieux sont les ter­ri­toires pré­ser­vés de la vio­lence de la civi­li­sa­tion. Tan­dis que nos habi­tats sont au bord de la des­truc­tion, que l’horreur empoisse notre expé­rience quo­ti­dienne, que la pro­tec­tion de la vie exige que l’on affronte ces hor­reurs, l’élimination du stress est-elle pos­sible ? Est-il hon­nête de s’adapter ?

L’é­co­psy­cho­lo­gie explique que l’élimination du stress n’est pas pos­sible en cette période éco­lo­gique. La psy­cho­lo­gie étant l’étude de l’esprit, et l’écologie l’étude des rela­tions natu­relles créant la vie, l’écopsychologie insiste sur l’impossibilité d’étudier l’esprit en dehors de ces rela­tions natu­relles, et nous encou­rage à exa­mi­ner les types de rela­tions néces­saires à l’esprit pour qu’il soit vrai­ment sain. En obser­vant la dépres­sion au tra­vers du prisme de l’écopsychologie, on peut l’ex­pli­quer comme le résul­tat de pro­blèmes dans nos rela­tions avec le monde natu­rel. La dépres­sion ne peut être soi­gnée tant que ces rela­tions ne sont pas réparées.

Cette expli­ca­tion com­mence avec le stress et la rela­tion que le corps entre­tient avec lui. Le stress est éco­lo­gique par essence en ce qu’il résulte de la rela­tion entre un ani­mal et son habi­tat. L’exemple clas­sique de la nature éco­lo­gique d’un sys­tème ani­mal de réac­tion au stress est illus­tré par la rela­tion entre proie et pré­da­teur. Lorsqu’un élan est mena­cé par des loups, son sys­tème de réac­tion au stress pro­duit des hor­mones qui l’aident à fuir ou à com­battre les loups.

La rela­tion for­mée par le loup, l’élan, les hor­mones du stress de l’élan, et son sys­tème de réac­tion au stress est l’une des innom­brables rela­tions néces­saires à la sur­vie de l’élan. Même chose pour cha­cun de nous. Les autres rela­tions dont dépendent les ani­maux com­prennent l’air, l’eau, et l’espace, les ani­maux d’autres espèces, les membres de leur propre espèce, les cham­pi­gnons, les fleurs, et les arbres, les cel­lules for­mant leur chair, les bac­té­ries de leurs intes­tins, et les levures de leurs épi­dermes. Des rela­tions donnent vie à l’animal, et à la fin, des rela­tions entraînent sa mort. La mort d’un ani­mal offre la vie à d’autre êtres. L’histoire de la Vie est l’histoire de ces rela­tions aux béné­fices mutuels.

Les humains civi­li­sés empoi­sonnent l’air et l’eau, modi­fient l’espace, assas­sinent les espèces, détruisent les cham­pi­gnons, les fleurs, et les arbres, conta­minent les cel­lules, font muter les bac­té­ries, et condamnent les levures. Bref, ils menacent la capa­ci­té de la pla­nète à accueillir la Vie. Les civi­li­sés détruisent non seule­ment ceux dont nous dépen­dons, avec qui nous avons besoin d’être en rela­tion, mais ils détruisent éga­le­ment la pos­si­bi­li­té que ces rela­tions existent dans le futur. Chaque langue autoch­tone per­due, chaque espèce pré­ci­pi­tée vers l’extinction, chaque hec­tare de forêt rasé est une rela­tion condam­née aujourd’hui et à jamais.

En vivant de manière hon­nête dans cette réa­li­té, nous nous ouvrons à la dépres­sion. La perte de ces rela­tions, et la per­cep­tion d’un futur dépour­vu des rela­tions dont nous avons besoin, engendrent un stress inef­fable. Vivre avec ce stress jour après jour peut inon­der le cor­tex fron­tal d’hormones du stress, racor­nir l’hippocampe, et entraî­ner le sys­tème de réac­tion au stress au-delà sa capa­ci­té de régénération.

Si cela advient, vous pour­riez être han­té par la dépres­sion pour le res­tant de vos jours.

Faire l’expérience d’une dépres­sion majeure, c’est apprendre que la conscience est une fonc­tion invo­lon­taire du corps. Tout comme le bat­te­ment de votre cœur, vous ne pou­vez pas éteindre votre conscience avec des médi­ca­ments, un coup à la tête, ni aucune autre méthode vio­lente envers le corps et l’esprit. La conscience est un muscle, et la per­cep­tion des phé­no­mènes est la façon dont tra­vaille ce muscle. La dépres­sion est une dou­leur per­ma­nente accom­pa­gnant la per­cep­tion. Dans le monde civi­li­sé, la dou­leur et le trau­ma­tisme sont le reflet d’innombrables phé­no­mènes. La des­truc­tion est deve­nue si totale que la conscience ne trouve nulle part où s’apaiser, nul lieu pré­ser­vé des stig­mates de la violence.

Je sais que la réa­li­té que j’ai décrite est âpre pour ceux d’entre nous qui vivent avec la dépres­sion. Néan­moins, c’est la réa­li­té. Pour nombre d’entre nous, la dépres­sion est une mala­die à per­pé­tui­té. Sur le long terme, il est tou­jours pré­fé­rable d’accepter une dure réa­li­té plu­tôt que de se main­te­nir dans un état de déni. J’ai com­pris que le fait d’accepter cette réa­li­té m’aidait à gérer ma dépres­sion au quo­ti­dien et me per­met­tait d’être plus effi­cace en tant qu’activiste.

Admettre que je devrai tou­jours me battre contre la dépres­sion n’implique pas d’abandonner. Au contraire, accep­ter cette lutte requiert une dis­ci­pline quo­ti­dienne. Plu­sieurs de mes méde­cins ont com­pa­ré la dépres­sion avec le dia­bète. A l’instar de nom­breux dia­bé­tiques, qui doivent véri­fier le sucre dans leur sang, évi­ter cer­tains ali­ments, et pra­ti­quer une acti­vi­té phy­sique régu­lière, les dépres­sifs doivent mettre en place dans leur vie une rou­tine quo­ti­dienne. En ce qui me concerne, cela consiste à m’adonner régu­liè­re­ment à des exer­cices car­dio­vas­cu­laires qui aident mon corps à gérer ses hor­mones du stress, à dor­mir huit heures chaque nuit, à boire de l’alcool de façon modé­rée, à limi­ter les situa­tions dans les­quelles je suis ten­té de broyer du noir, et à m’investir de manière constante dans mes rela­tions sociales, tant humaines que non-humaines.

Accep­ter la nature immuable de la dépres­sion m’a aus­si don­né la force de com­battre la culpa­bi­li­té per­ma­nente qui l’accompagne. La culpa­bi­li­té liée à la dépres­sion peut deve­nir enva­his­sante car elle s’auto-alimente. Je me sens cou­pable lorsque je suis fati­gué, par exemple, ou lorsque je n’arrive pas à me concen­trer pour écrire, ou lorsque je ne trouve pas la force men­tale pour ter­mi­ner les tâches que je me suis pro­mis d’achever. Je me rap­pelle que le manque d’énergie, et les pro­blèmes de concen­tra­tion et de moti­va­tion sont des symp­tômes de la dépres­sion. Dès lors, je me sens cou­pable d’oublier, et cou­pable de me lais­ser me sen­tir coupable.

Admettre que je devrai tou­jours me battre contre la dépres­sion, c’est accep­ter que je devrai éga­le­ment tou­jours me battre contre les symp­tômes de la dépres­sion tels que la culpa­bi­li­té. Sachant cela, lorsque je me trouve englué dans des cycles de culpa­bi­li­té, j’arrête d’essayer d’en sor­tir par la rai­son, et laisse sim­ple­ment la culpa­bi­li­té dans un coin où il importe peu que je me sente cou­pable ou non.

Accep­ter la nature immuable de la dépres­sion me sou­lage de la recherche d’un trai­te­ment. La recherche per­son­nelle d’un trai­te­ment est rapi­de­ment conver­tie par la dépres­sion en injonc­tion à aller mieux. Cette injonc­tion se trans­forme en sen­ti­ment d’échec tan­dis que les symp­tômes de la dépres­sion s’intensifient. Alors que le monde brûle, le stress à l’origine de la dépres­sion est tou­jours pré­sent. Je peux me pro­té­ger effi­ca­ce­ment de cette dépres­sion pen­dant un moment, mais, la vio­lence est à ce point totale, le trau­ma­tisme tel­le­ment évident, qu’il y aura des moments où le stress sur­pas­se­ra mes défenses. Ce n’est pas un échec per­son­nel, et ce n’est pas de ma faute. Je me bats avec autant de force que pos­sible, mais je ne gagne­rai pas toujours.

Le plus impor­tant, c’est que cette accep­ta­tion fait de moi un meilleur acti­viste. Je ne peux sépa­rer mon expé­rience des innom­brables humains et non-humains qui rendent cette expé­rience pos­sible. Heu­reu­se­ment, l’écopsychologie m’offre un lexique pour par­ler des rela­tions créant mon expé­rience. Com­prendre que ce stress omni­pré­sent, engen­dré par la des­truc­tion sys­té­mique des rela­tions qui font de nous des humains, est à l’origine de ma dépres­sion, me libère de la voix qui me dit que ma dépres­sion est de ma faute.

Pour le com­prendre, j’ai dû m’ouvrir à la réa­li­té de ces rela­tions. Ces rela­tions sont notre plus grande vul­né­ra­bi­li­té et notre plus grande force. Nous ne pou­vons rien y chan­ger. La dis­pa­ri­tion actuelle de ces rela­tions est incroya­ble­ment dou­lou­reuse. Si nous vou­lons un jour mettre un terme à cette dou­leur, nous devons riposter.

La Vie parle, mais rare­ment en anglais. Un seul lan­gage humain ne pour­ra jamais expri­mer la richesse des rela­tions qui com­posent la toile du vivant. Le vent et l’eau, le sol et la pierre, les nageoires, la four­rure et les plumes ne sont que quelques-uns des innu­mé­rables dia­lectes de la Vie.

Les plaques tec­to­niques annoncent aux mon­tagnes où se for­mer. Le sang dans l’eau signale au requin que la nour­ri­ture est pro­ba­ble­ment proche. Les pro­téines étran­gères à la sur­face des cel­lules dan­ge­reuses intiment à vos glo­bules blancs d’attaquer. Un simple pépie­ment, for­mé dans la gorge d’un chien de prai­rie, d’un dixième de seconde à peine, signale à une entière colo­nie l’espèce et les carac­té­ris­tiques phy­siques d’un intrus.

Vous n’entendrez peut-être pas la Vie pro­non­cer les mots : « Arrê­tez la des­truc­tion ». Mais les lan­gages de la Vie sont aus­si divers que les expé­riences phy­siques. La dou­leur de la dépres­sion est une expé­rience phy­sique, il s’ensuit que la Vie parle au tra­vers de la dépres­sion. Cette dou­leur me han­te­ra le res­tant de mes jours. La vie conti­nue de par­ler. Elle nous dit : « Résistez ! »

Will Falk


Tra­duc­tion : Jes­si­ca Aubin

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
15
Shares
12 comments
  1. Même si je pense que l’au­teur est de bonne foie, je ne peux m’empêcher de répri­mer mon envie de dire que c’est du grand n’im­porte quoi.
    Tout l’ar­ticle porte sur l’i­dée que notre époque est dépres­sante, mais pour que ce soit le cas, il fau­drait que les pré­cé­dentes l’eut été moins. Je ne suis pas convain­cu que nous ayons une vie plus stres­sante que les humains du de l’An­ti­qui­té, du Moyen-âge ou de la Renais­sance, quand sévis­saient les ravages per­pé­tuels de la guerre et des épi­dé­mies. Alors faute de preuve, je me dois de consi­dé­rer cette idée comme dogmatique.
    L’autre idée, c’est que la dépres­sion découle du stress. Or, pas for­cé­ment. Les modèles de la dépres­sion sont mul­tiples et pas for­cé­ment exclu­sifs, et cer­tains scien­ti­fiques ont pro­po­sé, par exemple, que cer­taines dépres­sions soient d’o­ri­gine inflammatoire.
    Quand aux juge­ments expri­més sur les médi­ca­ments et les thé­ra­pies, je ne peux m’empêcher de pen­ser qu’ils sont dic­tés avant tout par une volon­té poli­tique, mais qui fait fi des faits. Les résul­tats ne sont pas par­faits, en par­ti­cu­lier pour les anti­dé­pres­seurs, mais bien réels. Pour un point de vue nuan­cé sur le sujet, voir : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20520282 si vous pou­vez y avoir accès (bibli uni­ver­si­taire ? pay per view ? sci-hub pour ceux qui sont prets à faire du télé­char­ge­ment pas tout à fait légal?)
    C’est dom­mage, parce que par contre l’i­dée de l’ac­ti­visme contre la dépres­sion n’est à mon avis pas idiote et est par­tiel­le­ment cor­ro­bo­rée par le fait qu’en labo­ra­toire, l’ac­tion libère les rats du stress. Nuan­cez donc les idées de cet article si vous ne vou­lez pas mélan­ger le bon grain de l’i­vraie, et sur­tout, docu­men­tez vous sur ce que dit la lit­té­ra­ture scientifique.

    1. Les humains, pen­dant la majeure par­tie de leur exis­tence, n’ont pas vécu dans des com­mu­nau­tés éco­ci­daires, qui détrui­saient leur envi­ron­ne­ment. La pro­pa­ga­tion de la civi­li­sa­tion indus­trielle et urbaine à une majo­ri­té de la popu­la­tion humaine est récente. Le Moyen Âge pré­sen­tait son lot de des­truc­tions éco­lo­giques, certes, mais non seule­ment n’est-il pas repré­sen­ta­tif de la majeure par­tie de l’his­toire de l’exis­tence humaine, mais en plus les dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales qu’on y trou­vait n’a­vaient rien à voir avec celles de notre temps, ni en ampleur, ni en léta­li­té, etc. Nous avons une vie plus stres­sante que les humains d’a­vant, pour faire court. C’est même étu­dié et prou­vé par la Science (des expé­riences et des labo­ra­toires et des tor­tures de rats) que tu sembles par­ti­cu­liè­re­ment révé­rer : les études des peuples de chas­seurs-cueilleurs et de peuples indi­gènes exis­tant encore aujourd’­hui montrent qu’ils sont infi­ni­ment moins tou­chés par les mala­dies liées au stress, et par le stress. Cf : https://partage-le.com/2016/07/la-depression-est-une-maladie-de-civilisation-stephen-ildari/ & https://www.sciencedaily.com/releases/2012/05/120521163621.htm, etc.

      1. Je ne révère rien ni per­sonne, et c’est pour ça que j’es­saye d’é­pu­rer mon lan­guage de toute mau­vaise foi, de tout oppor­tu­nisme poli­tique et que j’at­tends des autres qu’ils fassent de même. Un peu comme Bakou­nine, grand prêtre du mas­sacre de rats s’il en est. Voyez vous un autre moyen d’y par­ven­nir que d’employer la méthode et la logique de la science ?

        Par ailleurs vous êtes à côté de la plaque. Encore une fois le modèle de la dépres­sion par le stress est loin de faire l’u­na­ni­mi­té, et il est assez pro­bable qu’au moins une par­tie des cas sorte de son domaine d’ex­pli­ca­tion. Je vous ren­voie vers l’é­di­to très inci­sif que j’ai mis en lien dans mon pre­mier com’.
        Ensuite, je vous ferai remar­quer que l’a­gri­cul­ture date main­te­nant de 7000–8000 ans. Cela fait belle lurette que per­sonne n’est plus chas­seur cueuilleur. Or c’est pré­ci­sé­ment par rap­port à eux que nous sommes com­pa­rés dans les thès psy­choé­vo­lu­tio­nistes de la dépres­sion. Je vous fait le pari que les habi­tants des cités grecques ont plus en com­mun avec nous dans leur mode de vie qu’a­vec les chas­seurs cueuilleurs, et qu’il était pro­ba­ble­ment tout aus­si stres­sant ‑pen­sez-vous qu’il vaille mieux pour votre stress être esclave d’a­ris­to­crates grecs que sala­rié chez Auchan ?
        Ces thèses ne disent d’ailleurs abso­lu­ment rien sur l’im­por­tance de l’é­co­lo­gie pour le moral. Je vous ren­voie d’ailleurs aux conclu­sions même de votre article. Man­ger cor­rec­te­ment, dor­mir suf­fi­sa­ment, faire de l’exer­cice, prendre le soleil, avoir un job inté­res­sant, et du lien social, voi­là ce que pro­pose le Ted­Talk, pas « vivre en slip avec les singes comme des hip­pies ». Pas un mot sur l’é­co­lo­gie d’ailleurs.

        Mais pour finir, mon plus gros reproche, ce n’est pas de pro­po­ser des idées vague­ment far­fe­lues, c’est de répandre des idées fausses sur le trai­te­ment de la dépres­sion, et de pré­tendre les faire sor­tir de la bouche des scien­ti­fiques. Les psy­cho­thé­ra­pies comme les médi­ca­ments fonc­tionnent, dans cer­tains cas, et sous cer­taines condi­tions et ils pour­raient le faire bien mieux si le sys­tème de san­té des Etats modernes n’é­tait pas pour­ri et si les méde­cins étaient com­pé­tents en la matière. Si vous aviez lu l’ar­ticle que j’ai lin­ké, vous n’au­riez pas man­qué cette cri­tique cin­glante et constructive.

      2. Et j’a­jout­te­rai, car j’a­vais oublié ça. Les com­pa­rai­sons entre chas­seurs cueuilleurs de la pré­his­toire et chas­seurs cueuilleurs modernes est plus que dis­cu­table. En par­ti­cu­lier pour la dépres­sion, puis­qu’il a été démon­tré que que la géné­tique jouait un rôle très impor­tant dans le déve­lop­pe­ment d’une grande par­tie des états dépres­sifs patho­lo­giques. En d’autres termes : qu’est-ce qui me dit que ce n’est pas un simple effet de l’i­so­la­tion géo­gra­phique et géné­tique de ces popu­la­tions ? Sans par­ler des pres­sions éco­lo­giques qui ont pesé sur elles et le conti­nuent, qui seront pro­ba­ble­ment venu à bout de bon nombre de varia­tions géné­tiques néga­tives. Dans ce cas, est-ce vrai­ment bien ?

    2. Bon­jour,
      Mer­ci pour cet article … très des­crip­tif de ce que je vis (du coup, je vis en yourte, je me res­source régu­liè­re­ment dans la nature, je sim­pli­fie mes rela­tions humaines, je dimi­nue le nombre de sti­mu­li que je reçois et sur­tout je tra­vaille, en per­ma­nence, à amé­lio­rer la navi­ga­tion entre ma rai­son et mes émotions).
      Mer­ci aus­si HC pour vos remarques. Dans les com­pa­rai­sons avec les temps plus anciens, tout de même, j’ai­me­rais bien avoir vos éclair­cis­se­ments ou un débat. En effet, il me semble qu’il y a une chose que vous ne men­tion­nez pas : nous sommes à une époque inédite de sur­abon­dance de l’in­for­ma­tion (sur­charge cog­ni­tive). J’ai, en une jour­née, plus d’in­for­ma­tions stres­santes sur mon envi­ron­ne­ment (glo­bal) que n’im­porte quel esclave d’a­ris­to­crate grec en toute une vie (je cari­ca­ture). Le stress de l’es­clave grec.que, des chasseur.e.s cueilleur.e.s, des paysan.ne.S du Moyen-Age, concerne essen­tiel­le­ment ses besoins pri­maires, son envi­ron­ne­ment proche, son futur proche. Ces gens n’a­vaient ni l’é­du­ca­tion ni la tech­no­struc­ture pour avoir accès à toutes les autres infor­ma­tions stres­santes. Par essence, vrai­ment, il me semble. Or, et c’est là que je pose la ques­tion, il me semble que la réac­tion à ce type de stress essen­tiel et pri­maire n’est pas la dépres­sion. C’est la colère, ou la peur ou … la répres­sion de la colère ou de la peur, pou­vant se tra­duire par une déprime per­ma­nente, mais pas par une dépression.
      Si je prend l’exemple de mes dépres­sions, de mes crises d’an­goisse, c’est bien la sur­charge cog­ni­tive dans laquelle j’é­tais qui les a créées. Trop d’in­for­ma­tions me par­ve­naient, impos­si­bi­li­té de les hié­rar­chi­ser, d’en faire quelque chose de construc­tif, de les trans­for­mer en actions qui libèrent le stress parce que quoique je fasse, j’é­tais blo­qué. A tous les niveaux.
      Il me semble éga­le­ment que la struc­ture sociale des socié­tés plus anciennes, figées, sans ascen­seur social (!), tuaient dans l’oeuf un autre type de stress que j’ai pour ma part res­sen­ti : j’ai fait des études, j’ai lu, j’ai for­gé une conscience poli­tique, j’ai mani­fes­té, pris la parole en public (pris des lacry­mos et coups de matraque), construit des col­lec­tifs (etc) pour lut­ter, pour « amé­lio­rer » les choses … et j’ai très sou­vent per­du, la plu­part du temps.
      Un pay­san de la Creuse au milieu du XIIIè siècle ne vit pas ce déca­lage abys­sal (source de gros stress) entre des hautes aspi­ra­tions (sau­ver la pla­nète, deve­nir monarque …) et sa vie quo­ti­dienne parce que depuis le jour de sa nais­sance TOUT dans son envi­ron­ne­ment lui inter­dit toute haute aspi­ra­tion. Enfin, je crois, pour la grande majo­ri­té des pay­sans de la Creuse du milieu du XIIIè siècle.
      En ce sens, ma dépres­sion est bien plus pro­fonde que la déprime de l’es­clave grec.que ou de la pay­sanne Creu­soise. Ca ne veut pas dire que je vis plus mal. Ca veut dire que son mal-être à lui ou elle n’é­tait pas une dépres­sion, ne pou­vait pas être une dépres­sion (je sup­pose qu’un esclave en dépres­sion aurait une espé­rance de vie de l’ordre de la semaine avant d’être tué). Son mal-être, c’é­tait la lutte per­ma­nente, les condi­tions de vie dégra­dantes, l’ab­sence de temps de cer­veau dis­po­nible pour ses pen­sées à lui ou elle, éven­tuel­le­ment la lutte contre le sys­tème d’es­cla­vage. Pro­ba­ble­ment aus­si le stress de ne pas être séparé.e de sa famille.
      Je ne dis pas (parce que je ne le pense pas !) que ma dépres­sion est pire que ses condi­tions de vie ! je dis que ce que ces gens vivaient, ce n’é­tait pas des dépres­sions, pour moi. Qu’en est-il, ou qu’en pensez-vous ?
      Je fais tout pour ne pas uti­li­ser expli­ci­te­ment la pyra­mide de Mas­low parce que bon voi­là quoi, mais en gros : avant, les condi­tions étaient telles que les seuls besoins impor­tants pour les gens étaient le 1er et le 2ème étage de la pyra­mide, et que quand ces besoins ne sont pas rem­plis, on ne tombe pas en dépres­sion, on se bat, on se recentre ou on tombe malade et on meurt. 

      Je pré­cise vrai­ment : je suis en train de réflé­chir en écri­vant. Cer­taines phrases qui res­semblent à des affir­ma­tions sont en fait des ques­tion­ne­ments. Mer­ci de me le dire pas trop mécham­ment si j’é­cris des aneries 🙂

      Une der­nière chose HC : vous dites que cer­taines dépres­sions sont d’o­ri­gine inflam­ma­toires. Je n’ar­rive pas à voir d’an­ti­no­mie : il me semble que toute inflam­ma­tion finit par se tra­duire en un signal de stress pour le cer­veau, non ? Une inflam­ma­tion est un stress pro­ve­nant de la sphère éco­lo­gique « mon corps ».

    1. On pour­rait. Seule­ment mili­tant vient de mili­taire. En outre, acti­viste implique une notion d’ac­tion directe qui cor­res­pond plus exac­te­ment à ce qu’il veut dire dans ce texte.

  2. Les scien­tistes sont pénibles : ils croient dur comme fer atteindre le dur de la Véri­té avec un grand V (de fer) lors­qu’ils par­viennent au mieux par dis­ci­pline, au pire par rou­tine, à encap­su­ler les idées neuves de leur cer­velle dans des for­mules mathé­ma­tiques ou bio­chi­miques, ce qui est un enfer­me­ment dans le dogme le plus posi­ti­viste que je sache : celui des nombres, du chiffre et de la quan­ti­fi­ca­tion. Cette quan­to­phré­nie abou­tit aux dis­cus­sions les plus bêtes qui soient. Il ne suf­fit pas de publier une étude dans une revue à comi­té de lec­ture pour faire preuve. Bien des preuves passent par d’autres cir­cuits que ces comi­tés, et les tra­vailleurs de la preuve ne sont pas tous des cher­cheurs (d’emploi, de fonds de com­merce, de nice) à la solde de Big Phar­ma. La que­relle pré­cé­dente sur les fac­teurs de la dépres­sion, stress ou pas, est une dis­pute aca­dé­mique. Honte à celui qui la lance, il se com­porte comme un chien savant. Le fait est que la sinis­trose n’est pas le tae­dium vitae, ni le stress l’exact contraire de l’a­ta­raxie, mais la dévas­ta­tion des res­sources de notre terre, pour celles et ceux qui ont les pieds des­sus, est l’un des épi­sodes les plus dra­ma­tiques de l’his­toire humaine. L’an­thro­po­cène, ou pou­bel­lien supé­rieur, n’est pas un leurre, et l’a­ci­di­fi­ca­tion dont il s’ac­com­pagne, du sol, des eaux, du sang, du sys­tème ner­veux, pour­rait être l’un des fac­teurs déter­mi­nant de l’ef­fon­dre­ment pan­dé­mique des consciences, qu’on observe un peut par­tout dans le monde. Je recom­mande pour ma part la lec­ture de Phi­lippe Pignarre, « Com­ment la dépres­sion est deve­nue une épi­dé­mie », mais en dépit des psy­cho­lo­gies posi­tives, je n’ar­rive pas à me dépar­tir, comme Gram­sci et Romain Rol­land il y a un siècle, du pes­si­misme de l’in­tel­li­gence et de l’op­ti­misme de la volon­té. Il est temps de vou­loir, mal­gré tout, de lut­ter contre l’ex­ten­sion des nui­sances humaines sur cette planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

ON VOULAIT DÉJÀ PAS DU TÉLÉGRAPHE, ALORS LA 5G… (par Nicolas Casaux)

Dans son ouvrage intitulé Une histoire de la communication moderne : espace public et vie privée, Patrice Flichy rappelle que c’est au cours du XIXème siècle « que sont nées les machines qui restent encore la base de nos systèmes de communication : le télégraphe puis le téléphone, la photographie, le disque, le cinéma, la radio ». Ainsi, « les techniques contemporaines (la télévision par satellite ou le téléphone mobile par exemple) ne peuvent être étudiées sans être replacées dans cette lignée historique ». [...]
Lire

Les médias et la fabrique de l’illusion : à propos de quelques mensonges rassurants

Certains d’entre vous ont sûrement remarqué comment quelques exemples de soi-disant réussites, de soi-disant « révolutions », « succès » et autre « progrès » — ayant été repris et republiés à tort et à travers sur internet en raison de la soif grandissante de bonnes nouvelles qui caractérise logiquement une période d’effondrement — sont régulièrement brandis comme des preuves d’une amélioration de la situation, des preuves de ce que la civilisation industrielle, moyennant X ou Y ajustement, pourrait être corrigée, socialement et/ou écologiquement. Dans cet article, nous nous proposons d’exposer pour ce qu’ils sont cinq d’entre eux : 1. Le déploiement des énergies soi-disant renouvelables au Costa Rica, érigé en modèle de soutenabilité écologique, 2. La soi-disant révolution en Islande, 3. Les gouvernements d’Amérique Latine soi-disant « socialistes » et respectueux de la « Pachamama », 4. Le soi-disant « modèle nordique », ou scandinave, et 5. Les soi-disant progrès de la ville de San Francisco en termes de recyclage (son image verte).