Esclaves des machines et de leur langage (par Jaime Semprun)

Ci-après, deux extrait de l’ex­cellent livre Défense et illus­tra­tion de la nov­langue fran­çaise écrit par Jaime Sem­prun et publié en 2005 aux édi­tions de l’En­cy­clo­pé­die des Nuisances.


« Même si l’homme devient pour les machines ce que le chien et le chat sont pour nous, il conti­nue­ra pour­tant à vivre et se trou­ve­ra pro­ba­ble­ment mieux à l’état domes­tique sous la domi­na­tion bien­fai­sante des machines, que dans l’état sau­vage où il se trouve actuel­le­ment. […] Il y a lieu de croire que les machines nous trai­te­ront avec bien­veillance, car leur exis­tence dépen­dra, pour bien des choses, de la nôtre. Elles nous mène­ront avec une verge de fer, mais elles ne nous man­ge­ront pas. »

— Samuel But­ler, Erew­hon, 1870 ; ch. Le livre des machines.

I.

Les robin­son­nades numé­riques qui nous sont habi­tuel­le­ment pro­po­sées en guise de des­crip­tions de la socié­té de l’information nous pré­sentent un indi­vi­du iso­lé fai­sant face à la luxu­riance de la jungle vir­tuelle, à l’immensité de ses pos­sibles. Équi­pé de moteurs de recherche, il se fraye un che­min, grimpe aux arbo­res­cences, surfe sur le réseau de chats en chats. Inutile d’insister sur cette idylle inter­ac­tive, que nul ne peut ignorer.

Décrire les choses ain­si, en adop­tant le point de vue de l’in­ter­naute par­ti­cu­lier, avide de satis­faire tel ou tel besoin ou curio­si­té, ou sim­ple­ment de déri­ver, per­met aus­si peu de com­prendre le fonc­tion­ne­ment glo­bal du sys­tème infor­ma­tique que ne le per­met­trait, dans le cas du capi­ta­lisme, une des­crip­tion adop­tant le point de vue du consom­ma­teur par­ti­cu­lier, et par­tant de son besoin d’acheter des chaus­sures ou du jam­bon. De même que le but pre­mier du sys­tème mar­chand n’est assu­ré­ment pas de satis­faire les besoins des consom­ma­teurs, mais de réa­li­ser des pro­fits, de même celui du sys­tème infor­ma­tique mon­dial n’est pas d’informer ou de diver­tir les cyber­ci­toyens de la socié­té pro­gram­mée : il est de faire com­mu­ni­quer des machines avec d’autres machines, dans un lan­gage de signaux binaires qui leur est propre.

Les machines ten­daient en effet depuis long­temps à se relier entre elles direc­te­ment, sans plus pas­ser par le truche­ment de faillibles humains. Mais elles man­quaient pour ce faire d’un lan­gage com­mun, qui leur per­mît d’enregistrer des connais­sances et de se les trans­mettre, d’acquérir donc une mémoire col­lec­tive. C’est à ce besoin qu’a répon­du l’informatisation. Quand, en 1872, Samuel But­ler envi­sa­geait l’hypothèse que les machines de son époque fussent à celles de l’avenir ce que les pre­miers sau­riens avaient été à l’homme, il ne pou­vait encore qu’imaginer très confu­sé­ment ce que serait un jour leur lan­gage. Cepen­dant il voyait bien dans les pre­miers vagis­se­ments pous­sés par les machines, dans les divers signaux, son­nettes ou sirènes d’alarme, par les­quels elles fai­saient connaître leurs besoins à leurs conduc­teurs et méca­ni­ciens, l’embryon d’un lan­gage éla­bo­ré, exac­te­ment comme le cri, pour mettre en garde ou ordon­ner, a été la, pre­mière forme de lan­gage humain. Selon lui il était inévi­table qu’à par­tir de là le peuple des machines n’en arrive un jour ou l’autre à accé­der à un stade supé­rieur d’évolution, jusqu’à for­mer une socié­té orga­ni­sée et, pen­sait-il même, à décla­rer son indépendance.

But­ler pre­nait soin de réfu­ter les argu­ments contraires à sa thèse ; argu­ments qui se ramènent à peu près à dire que les machines, quels que soient leurs pro­grès, n’en res­tent pas moins à notre ser­vice, ne pos­sèdent aucune espèce de libre arbitre et ne peuvent même pas se repro­duire entre elles sans notre concours. A tout cela, il répon­dait à très bon escient que nous en juge­rions plus sai­ne­ment si, plu­tôt que de rai­son­ner à par­tir de l’existence de chaque machine prise sépa­ré­ment, nous les consi­dé­rions toutes ensemble comme une col­lec­ti­vi­té déjà orga­ni­sée. Alors nous les ver­rions colla­borer pour se repro­duire et se per­fec­tion­ner, et nous consta­terions que si elles ont besoin des hommes pour se repro­duire, c’est un peu à la façon dont beau­coup de plantes ont besoin d’insectes dans le même but. Mais tan­dis que les insectes rem­plissent cette fonc­tion sans en avoir conscience, nous sommes quant à nous plei­ne­ment conscients, et même fiers, de ser­vir ain­si le déve­lop­pe­ment des machines.

Il convient d’ailleurs de noter que l’argument selon lequel les machines ne se repro­duisent pas entre elles sans notre concours peut désor­mais être exac­te­ment retour­né : car même lorsque nous n’avons pas recours aux méthodes de féconda­tion in vitro, nous ne nous repro­dui­sons plus que grâce à l’assistance de diverses machines ou dis­po­si­tifs tech­niques, à com­men­cer par l’indispensable écho­gra­phie. Et les futu­ro­logues les plus confiants pré­voient pour très bien­tôt des nais­sances sécu­ri­sées dans des uté­rus arti­fi­ciels entiè­re­ment pilo­tés par ordinateur.

Pour appuyer sa thèse, But­ler rele­vait en outre deux faits qui sont aujourd’hui beau­coup plus mar­quants encore qu’à son époque. Le pre­mier est que notre pré­ten­du libre arbitre est un leurre, puisque nous ne sau­rions sur­vivre plus de six semaines si nous étions bru­ta­le­ment pri­vés des machines dont nous sommes deve­nus dépen­dants, tant mora­le­ment que maté­riel­le­ment. Le second, c’est qu’alors même qu’elles semblent être exclu­si­ve­ment à notre ser­vice, ce sont elles qui nous dictent leurs condi­tions et nous imposent un mode de vie conforme à l’op­ti­mi­sa­tion de leur fonc­tion­ne­ment. Ce qui revient à dire qu’elles nous ont domes­ti­qués, que nous les ser­vons bien plus qu’elles ne nous servent. J’ajouterai que cette der­nière affir­ma­tion n’est pas du tout infir­mée par le fait que de nos jours les machines aient de moins en moins besoin de ser­vi­teurs humains, comme c’est le cas avec l’automation. En effet, cela prouve seule­ment qu’elles sont deve­nues plus indé­pen­dantes encore, qu’elles ont moins besoin de notre aide, bref qu’elles sont bel et bien sor­ties de l’enfance, comme l’avait annon­cé Butler.

Tout cela parut assez osé, et aujourd’hui encore on se récrie­ra en don­nant tel ou tel exemple des ser­vices que nous rendent les machines, sans aucune contre­par­tie ; et de citer, qui le lave-vais­selle, qui le télé­phone mobile, etc. Mais c’est chaque fois en répé­tant l’erreur de juge­ment réfu­tée par But­ler : en ne voyant qu’un objet iso­lé, tel que son uti­li­té ponc­tuelle le fait pas­ser pour bénin et de peu de consé­quences. En revanche, dès qu’on le consi­dère comme par­tie inté­grante d’un ensemble, tout change. Et ain­si l’automobile, machine on ne peut plus tri­viale et presque archaïque, que cha­cun s’accorde à trou­ver bien utile et même indis­pen­sable à notre liber­té de dépla­ce­ment, devient tout autre chose si on la replace dans la socié­té des machines, dans l’organisation géné­rale dont elle est un simple élé­ment, un rouage. On voit alors tout un sys­tème com­plexe, un gigan­tesque orga­nisme com­po­sé de routes et d’autoroutes, de champs pétro­li­fères et d’oléoducs, de sta­tions-ser­vice et de motels, de voyages orga­ni­sés en cars et de grandes sur­faces avec leurs par­kings, d’échangeurs et de rocades, de chaînes de mon­tage et de bureaux de « recherche et déve­lop­pe­ment » ; mais aus­si de sur­veillance poli­cière, de signa­li­sa­tion, de codes, de régle­men­ta­tions, de normes, de soins chi­rur­gi­caux spé­cia­li­sés, de « lutte contre la pol­lu­tion », de mon­tagnes de pneus usés, de bat­te­ries à recy­cler, de tôles à com­pres­ser. Et dans tout cela, tels des para­sites vivant en sym­biose avec l’organisme hôte, d’affectueux aphi­diens cha­touilleurs de machines, des hommes s’affairant pour les soi­gner, les entre­te­nir, les ali­men­ter, et les ser­vant encore quand ils croient cir­cu­ler à leur propre initia­tive, puisqu’il faut qu’elles soient ain­si usées et détruites au rythme pres­crit pour que ne s’interrompe pas un ins­tant leur repro­duc­tion, le fonc­tion­ne­ment du sys­tème géné­ral des machines.

Il me paraît inutile d’appliquer main­te­nant la même ana­lyse à des machines beau­coup plus modernes, dont l’imbri­cation est si bien connue qu’elle a reçu le nom d’inter­connexion. Ce sont en effet pour la plu­part de simples exten­sions du sys­tème ner­veux des machines, des organes sen­si­tifs, des sortes d’antennes ou de ter­mi­naux qui servent à s’assurer que leurs por­teurs humains se conforment doci­le­ment aux injonc­tions de la vie méca­nique. Les exemples mêmes que ceux-ci donnent de l’usage qu’ils en ont illus­trent bien cette fonc­tion : on a besoin de cha­cune de ces machines pour mieux répondre aux exi­gences de toutes les autres. Et le fait que ce sys­tème ner­veux, avec ses satel­lites géo­sta­tion­naires et son réseau infor­ma­tique, connaisse à chaque ins­tant la posi­tion de cha­cune de ces ter­mi­nai­sons, ce qu’elles enre­gistrent, les infor­ma­tions qu’elles se trans­mettent, qu’il s’agisse de cartes de cré­dit ou de télé­phones mobiles, suf­fit à prou­ver qu’il s’agit effec­ti­ve­ment d’un seul et même orga­nisme, même si sa mor­pho­lo­gie ne cor­res­pond pas à l’idée que nous nous fai­sons d’un orga­nisme vivant.

Pour finir de com­plé­ter la démons­tra­tion de But­ler par des exemples contem­po­rains, il me faut encore évo­quer deux faits par­ti­cu­liè­re­ment signi­fi­ca­tifs. Tout d’abord que les hommes ont aujourd’hui si bien admis être au ser­vice des machines, de leur repro­duc­tion et de leur per­fec­tion­ne­ment, qu’en toutes cir­cons­tances ils font pas­ser les inté­rêts de celles-ci avant les leurs. Non seule­ment il n’est pas d’incommodité qu’ils ne soient prêts à endu­rer si elle se trouve jus­ti­fiée à leurs yeux par des impé­ra­tifs tech­niques, mais c’est jusqu’à leur simple sur­vie qu’ils mettent tran­quille­ment en péril pour ne gêner en rien le déve­lop­pe­ment de la socié­té des machines. En ce domaine, rien ne leur fait peur : le boule­versement du cli­mat, la radio­ac­ti­vi­té, l’action impré­vi­sible de molé­cules chi­miques tou­jours plus nom­breuses, etc., quels qu’en soient les effets recon­nus sur leur san­té, étant d’une manière ou d’une autre néces­saires à la bonne marche du monde méca­ni­sé, sont accep­tés de bonne grâce. Et le pres­tige des machines n’en est pas affecté.

II.

Une défense de la nov­langue ne sau­rait omettre de men­tionner, au moins de façon suc­cincte, com­ment son essor sim­pli­fie défi­ni­ti­ve­ment les déli­cats pro­blèmes jusqu’ici posés à l’art de tra­duire. Ain­si qu’il arrive sou­vent, c’est d’abord sous une forme des plus naïves qu’on s’est repré­sen­té par avance cette sim­pli­fi­ca­tion quand, il y a un demi-siècle, les pre­miers suc­cès dans le trai­te­ment élec­tro­nique du lan­gage ont ame­né à conce­voir le pro­jet d’une tra­duc­tion auto­ma­tique. Liée au déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies de la télécommuni­cation, l’étude scien­ti­fique de la trans­mis­sion de signaux venait d’aboutir à une théo­rie mathé­ma­tique de la commu­nication, selon laquelle toute tra­duc­tion pou­vait se rame­ner à trans­fé­rer une infor­ma­tion d’une langue dans une autre. « Mon gosier de métal parle toutes les langues », avait dit l’horloge dans le poème de Bau­de­laire : la régu­la­ri­té méca­nique pou­vant à meilleur droit encore être mise au cré­dit des cal­cu­la­trices autour des­quelles s’affairaient lin­guistes, logi­ciens et théo­ri­ciens de l’information, ceux-ci se prirent à rêver d’une Pen­te­côte élec­tro­nique qui met­trait fin à la confu­sion babé­lienne des langues en fai­sant des­cendre sur nous l’esprit exact des machines.

En fait, sauf à bor­ner son ambi­tion à une simple mise en mémoire des dic­tion­naires bilingues exis­tants, la ten­ta­tive d’automatiser la tra­duc­tion pré­sup­po­sait qu’entre deux langues natu­relles il existe un tru­che­ment, un troi­sième terme, c’est-à-dire que chaque langue par­ti­cu­lière puisse être rap­por­tée à une langue idéale, méta­lan­gage logique ou gram­maire univer­selle, qui les contien­drait toutes. Cela reve­nait donc à ressus­citer la vieille idée de la langue par­faite, dont le fan­tôme n’avait d’ailleurs jamais ces­sé de han­ter les spé­cu­la­tions plus ou moins mys­tiques sur la tra­duc­tion ; mais cette fois revê­tue des habits scien­ti­fiques tout neufs que lui avaient confec­tionnés d’éminents lin­guistes. Pour­tant le seul résul­tat vrai­ment déci­sif enre­gis­tré par les recherches menées à grands frais autour de la tra­duc­tion auto­ma­tique fut de pro­je­ter la lumière la plus crue sur le fait que l’infinie com­plexi­té des archéo­langues, où se mêlent inex­tri­ca­ble­ment le ration­nel et l’irrationnel, défiait toute for­ma­li­sa­tion, et par là toute modé­lisation mathé­ma­tique ou informatique.

Après avoir cru que la tra­duc­tion auto­ma­tique était chose aisée, on est donc reve­nu de cette erreur pour tom­ber dans celle, inverse, consis­tant à croire qu’elle était impos­sible, et que jamais on ne par­vien­drait à plier le lan­gage aux rigueurs d’un auto­ma­tisme. Or, c’est pré­ci­sé­ment ce qu’on voit s’accomplir avec la ratio­na­li­sa­tion tech­nique de la vie : le domaine où l’automatisation du pas­sage d’une langue à une autre peut être opé­rée sans déper­di­tion dom­ma­geable d’infor­mation est désor­mais en exten­sion per­ma­nente. Il recouvre peu à peu l’ensemble des textes tech­niques et scien­ti­fiques, le lan­gage média­tique dans sa qua­si-tota­li­té, les rap­ports d’experts et écrits divers éma­nant des ins­ti­tu­tions interna­tionales comme plus géné­ra­le­ment de toutes les équipes de ges­tion­naires, qu’elles soient gou­ver­ne­men­tales ou non. Les mêmes traits sont chaque fois pré­sents : syn­taxe élé­men­taire, grande fré­quence d’expressions toutes faites, termes abs­traits n’appelant l’évocation d’aucun contexte pré­cis ou au contraire étroi­te­ment déter­mi­nés, spé­ci­fiques et univoques.

La langue posi­tive de l’information se répand aus­si vite que l’obligation de gérer tech­ni­que­ment notre bio­tope ter­restre. Le monde entier est main­te­nant comme cette ban­quise arc­tique où les Inuits en sont arri­vés à dépendre, pour suivre au jour le jour les effets du réchauf­fe­ment cli­ma­tique sur leurs ter­ri­toires de chasse tra­di­tion­nels, des ren­sei­gne­ments four­nis par des satel­lites ; tout comme ils dépendent ensuite d’autres ana­lyses scien­ti­fiques pour suivre la pro­gres­sion des concen­trations de pol­luants orga­niques per­sis­tants dans le gibier dont ils se nour­rissent et dans leur sang ; la valeur propre­ment cultu­relle de leur ali­men­ta­tion tra­di­tion­nelle, ain­si mieux cer­née et com­prise, se trou­vant de son côté plei­ne­ment recon­nue, et dili­gem­ment ins­crite à l’inventaire en cours du patri­moine imma­té­riel de l’humanité. On ne res­pire plus inno­cem­ment, et nous sommes tous deve­nus très savants en fait de nappes phréa­tiques, de couche d’ozone, de perturba­teurs hor­mo­naux, de radi­caux libres, d’acides gras insa­tu­rés, etc. Jusque dans nos rela­tions les plus intimes, nous avons recours aux connais­sances des spé­cia­listes, qui nous aident à nous adap­ter aux effets de la moder­ni­sa­tion. La part de la com­mu­ni­ca­tion qui demeure indé­ter­mi­née, équi­voque, et par là réfrac­taire au trai­te­ment par les pro­cé­dures auto­ma­tiques de tra­duc­tion, se réduit donc à la parole qui n’est pas infor­mée par les connais­sances tech­niques ou cal­quée sur les expli­ca­tions média­tiques. On voit, ou plu­tôt on entend chaque jour, com­bien cela est négligeable.

Jaime Sem­prun

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. la tech­no­lo­gie tue­ra l’homme comme elle l’a déjà fait dans le pas­sé semble t’il .. à des époques loin­taines .. mais sans cela les machines que nous avons actuel­le­ment pour la plu­part sont obso­lètes et l’o­li­gar­chie actuelle nous empêche de vivre serei­ne­ment de ces tech­no­lo­gies .. nous avons un monde basé sur le pétrole et des éner­gies sales comme le nucléaire et le char­bon ou les éoliennes qui sont le reflet du miroir du monde limi­té dans lequel nous vivons .. alors que l’éner­gie est pré­sente par­tout autour de nous .. que l’an­ti gra­vi­té est sur­ement mai­tri­sée depuis long­temps .. que nom­breux cher­cheurs ont prou­vé que la terre et le soleil suf­fisent ample­ment à créer l’éner­gie suf­fi­sante pour cha­cun sans en pas­ser par des usines pol­luantes qui exploitent leurs sala­riés .. des pays sont 100 % éner­gie solaire pen­dant que d’autres conti­nuent à per­sis­ter… voi­la notre époque d’hy­po­cri­sie et de théo­rie du hasard selon cer­tains ou cela mène .. mais bien sur n’ou­bliez pas votre petite pupuce sous la peau , comme un bon toutou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Quelques petits problèmes concernant le discours d’Aurélien Barrau (par Nicolas Casaux)

En à peine quelques semaines depuis que son appel a été diffusé sur le site du journal Le Monde, Aurélien Barrau est devenu la coqueluche de l’écologie grand public. S’il énonce des choses tout à fait justes, comme la nécessité pour l’humanité de cesser de s’étendre et même de laisser davantage d’espace aux autres espèces, et la nécessité de consommer moins, de décroître, de renoncer au principe de croissance, son discours pose problèmes pour plusieurs raisons. Retour sur un engouement tout à fait attendu. [...]