Sur les illusions renouvelables (par Nicolas Casaux)

À ma connais­sance, dans le pay­sage lit­té­raire fran­co­phone, seuls ces trois livres (Le soleil en face, Les illu­sions renou­ve­lables et Le sens du vent, pho­to ci-des­sus) dis­cutent de l’absurdité selon laquelle les hautes tech­no­lo­gies pro­duc­trices d’énergies dites « renou­ve­lables » ou « vertes » ou « propres » pour­raient nous per­mettre de sor­tir de l’impasse socioé­co­lo­gique létale dans laquelle nous nous pré­ci­pi­tons (ou sommes pré­ci­pi­tés, c’est peut-être plus correct).

Si je devais n’en conseiller qu’un, ce serait Le sens du vent. Cela dit, les trois sont inté­res­sants et valent la lec­ture (même si celui de José Ardillo n’est pas brillam­ment tra­duit). Mais aucun n’expose, selon moi, le pro­blème de manière opti­male. Au plus simple, il me semble que trois points (qui n’en forment qu’un en réa­li­té) per­mettent d’exposer en quoi les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ou « renou­ve­lable » ne solu­tionnent stric­te­ment rien, au contraire :

1. D’abord, leur concep­tion, leur fabri­ca­tion et leur déploie­ment reposent sur la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste, c’est-à-dire sur une orga­ni­sa­tion socioé­co­no­mique mon­dia­li­sée, intrin­sè­que­ment inéga­li­taire, anti­dé­mo­cra­tique (basée sur l’État, par­fois qua­li­fié de « démo­cra­tique » dans un bel oxy­more, sur l’esclavage sala­rial), anti-éco­lo­gique (basée sur la crois­sance, sur une des­truc­tion per­pé­tuelle du monde natu­rel). Et même si l’on émet­tait l’hypothèse selon laquelle cela pour­rait se faire dans une socié­té autre que capi­ta­liste, celle-ci serait néces­sai­re­ment très com­plexe, très hié­rar­chi­sée, non démo­cra­tique : les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « verte », les cen­trales hydro­élec­triques, les cen­trales à bio­masse, les cen­trales solaires, les parcs éoliens, les cen­trales géo­ther­miques, etc., sont toutes des hautes tech­no­lo­gies, des tech­no­lo­gies requé­rant, de leur concep­tion à leur fabri­ca­tion et à leur déploie­ment, une socié­té de masse, orga­ni­sée à une vaste échelle géo­gra­phique, avec d’importantes divi­sion et spé­cia­li­sa­tion du tra­vail et une hié­rar­chie tout aus­si impor­tante ; des tech­no­lo­gies « auto­ri­taires », pour reprendre la dis­tinc­tion pro­po­sée par Lewis Mum­ford entre tech­niques démo­cra­tiques et tech­niques auto­ri­taires. Des tech­no­lo­gies qui reposent sur et appellent des struc­tures sociales auto­ri­taires. Mais admet­tons que l’autoritarisme ce soit super.

2. Leur fabri­ca­tion, leur main­te­nance, ain­si que la construc­tion et la main­te­nance des infra­struc­tures sur les­quelles ces tech­no­lo­gies reposent et de celles aux­quelles elles sont connec­tées, impliquent tou­jours des des­truc­tions du monde natu­rel. Rien de tout ça n’est sou­te­nable. Toutes ces indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ou « renou­ve­lable » reposent sur les « indus­tries extrac­tives » (« res­pon­sables de la moi­tié des émis­sions de car­bone et de la perte de plus de 80 % de la bio­di­ver­si­té, selon le bilan envi­ron­ne­men­tal le plus com­plet de l’exploitation minière et agri­cole[1] »). Que ce soit pour l’obtention des matières pre­mières ou des maté­riaux néces­saires à leur fabri­ca­tion (gal­lium, indium, alu­mi­nium, cad­mium, arse­nic, bore, molyb­dène, etc., pour l’industrie du solaire) ou à leur fonc­tion­ne­ment (cen­trales à bio­masse qui dévorent… de la bio­masse, par exemple des forêts) ou du fait de leur implan­ta­tion géo­gra­phique (les bar­rages nuisent gra­ve­ment aux cours d’eau et aux éco­sys­tèmes qui leur sont liés, les parcs éoliens impliquent leur lot de nui­sances, etc.). En outre, toutes les indus­tries des éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables » sont dépen­dantes du pétrole, de bout en bout (que ce soit pour l’obtention de matières pre­mières, leur trans­port, trai­te­ment, etc.).

3. Enfin, le point le plus évident — mais aus­si le moins évident, semble-t-il, et pour­tant un des plus cru­ciaux — : l’énergie que pro­duisent ces tech­no­lo­gies ne peut ser­vir, par défi­ni­tion, qu’à des usages liés à la socié­té indus­trielle. Le monde natu­rel ne béné­fi­cie jamais de l’énergie indus­triel­le­ment pro­duite. L’électricité pro­duite par les cen­trales solaires ali­mente des réfri­gé­ra­teurs der­nier cri, des télé­vi­seurs, smart­phones, tablettes, chaines Hi-Fi, fours micro-ondes, brosses à dents élec­triques, des usines de pro­duc­tion de divers pro­duits indus­triels, diverses acti­vi­tés indus­trielles, etc., elle n’alimente pas la pousse des arbres, n’encourage ni la flo­rai­son des fleurs, ni la puri­fi­ca­tion de l’eau et de l’air par les forêts, ni rien de véri­ta­ble­ment essen­tiel — elle n’a­li­mente que des choses qui nuisent à la san­té de la biosphère.

Les affir­ma­tions selon les­quelles tel ou tel vil­lage en France est deve­nu auto­nome et éco­lo­gique parce que ses citoyens ont par­ti­ci­pé au finan­ce­ment d’une cen­trale solaire pour l’alimenter en éner­gie sont insen­sées. Les pan­neaux solaires ne sont pas libre­ment fabri­qués sur place mais sont des pro­duits du sys­tème indus­triel mon­dia­li­sé, de ses des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales et de son escla­vage moderne, qui ser­vi­ront en outre à ali­men­ter d’autres appa­reils issus de ce même sys­tème. Ces pré­ten­tions d’autonomie et d’écologie sont donc autant de men­songes gro­tesques qui témoignent d’une mécom­pré­hen­sion conster­nante des réa­li­tés sociales et écologiques.

Ceux qui pro­meuvent les éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables » occultent le carac­tère anti­dé­mo­cra­tique de la socié­té indus­trielle, de tout sys­tème tech­no­lo­gique com­plexe, le carac­tère éco­lo­gi­que­ment nui­sible de toutes les indus­tries, y com­pris des indus­tries de ces éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables » (sou­vent en rédui­sant tous les pro­blèmes actuels au seul chan­ge­ment cli­ma­tique), ain­si que le carac­tère fon­ciè­re­ment insou­te­nable du capitalisme.

Ain­si que l’écrit Arund­ha­ti Roy :

« S’il reste encore un espoir pour le monde, il ne réside pas dans les salles de réunion des confé­rences sur le chan­ge­ment cli­ma­tique, et pas non plus dans les villes et leurs gratte-ciels. Il réside beau­coup plus près du sol, dans celles et ceux qui se battent chaque jour pour pro­té­ger les forêts, les mon­tagnes et les rivières, parce qu’ils savent que les forêts, les mon­tagnes et les rivières les pro­tègent en retour.

La pre­mière étape d’une réima­gi­na­tion d’un monde qui s’est pro­fon­dé­ment éga­ré serait de mettre fin à la des­truc­tion de ceux qui pos­sèdent une ima­gi­na­tion dif­fé­rente – une ima­gi­na­tion en-dehors du capi­ta­lisme aus­si bien que du com­mu­nisme. Une ima­gi­na­tion qui pro­pose une com­pré­hen­sion entiè­re­ment dif­fé­rente de ce qui consti­tue le bon­heur et l’épanouissement.

Pour gagner cet espace phi­lo­so­phique, il est néces­saire de concé­der de l’espace phy­sique pour la sur­vie de ceux qui ont l’air d’être les gar­diens de notre pas­sé, mais qui pour­raient bien être, en réa­li­té, les guides vers notre futur. Pour cela, il nous faut deman­der à nos diri­geants : pou­vez-vous lais­ser l’eau dans les rivières, les arbres dans les forêts ? Pou­vez-vous lais­ser la bauxite dans les mon­tagnes ? S’ils répondent par la néga­tive, alors peut-être devraient-ils ces­ser de faire des prêches de mora­li­té aux vic­times de leurs guerres. »

Parce qu’en atten­dant, comme le for­mule José Ardillo :

« Le débat actuel sur les éner­gies renou­ve­lables dis­si­mule le fait essen­tiel que l’u­ti­li­sa­tion de l’éner­gie et le rôle du tra­vail doivent être défi­nis par des groupes éga­li­taires et auto­nomes, coor­don­nés au niveau régio­nal, confor­mé­ment aux orien­ta­tions fixées par les limites géo­phy­siques et bio­lo­giques du milieu. L’ap­pro­pria­tion sociale de l’éner­gie ne vise donc pas à sou­te­nir les tech­no­lo­gies renou­ve­lables, qu’elles soient déve­lop­pées par l’in­dus­trie ou par l’É­tat, mais à encou­ra­ger le débat sur les struc­tures poli­tiques qui nous oppriment et sur les carac­té­ris­tiques phy­siques et bio­lo­giques du milieu qui nous limite. […] 

Nous n’avons pas besoin de trou­ver des alter­na­tives aux éner­gies conven­tion­nelles, mais de sor­tir du monde éner­gé­tique où elles nous ont conduits. L’avenir radieux pro­mis par les alter­na­ti­vistes est plu­tôt éclai­ré par le soleil noir de la défaite sociale. »


  1. https://www.euractiv.fr/section/energie/news/resource-extraction-responsible-for-half-worlds-carbon-emissions/

Et pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2019/02/democratie-photovoltaique-par-nicolas-casaux/

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
2
Shares
17 comments
  1. Dès que le concept de « déve­lop­pe­ment durable » est appa­ru, une alarme s’est déclen­chée en moi : Je me suis sou­ve­nu d’une lec­ture qui déve­lop­pait cer­tains pré­ceptes d’é­du­ca­tion et de culture autoch­tones. Les (cer­tains) Indiens d’A­mé­rique recom­man­daient de ne rien construire ni entre­prendre qui dure­rait plus de trois géné­ra­tions (des Grands-parents aux Petits-enfants), ceci afin qu’il y ait tou­jours néces­sai­re­ment au moins une per­sonne qui puisse dire pour­quoi, com­ment, où ce qui était fait l’a­vait été.
    Ce prin­cipe est géné­ra­li­sable au delà de la trans­mis­sion ver­bale si une culture veut (et toute culture devrait !) conser­ver la maî­trise de tout ce qu’elle entreprend.
    Par ailleurs, dans un monde d’une part fini, et en homéo­sta­sie per­ma­nente et hyper com­plexe d’autre part, le concept même de dura­bi­li­té est une vio­la­tion des condi­tions de cette homéostasie.

    1. Sauf que les indiens d’a­me­rique ont per­du face aux pre­da­teurs occidentaux..
      mon­ter un sys­teme bien orga­ni­sé à l’in­te­rieur ne suf­fit pas..
      il faut aus­si qu’il puisse resis­ter aux agres­sions externes

  2. (…suite)
    On dira que le concept de dura­bi­li­té ne Dès que le concept de « déve­lop­pe­ment durable » est appa­ru, une alarme s’est déclen­chée en moi : Je me suis sou­ve­nu d’une lec­ture qui déve­lop­pait cer­tains pré­ceptes d’é­du­ca­tion et de culture autoch­tones. Les (cer­tains) Indiens d’A­mé­rique recom­man­daient de ne rien construire ni entre­prendre qui dure­rait plus de trois géné­ra­tions (des Grands-parents aux Petits-enfants), ceci afin qu’il y ait tou­jours néces­sai­re­ment au moins une per­sonne qui puisse dire pour­quoi, com­ment, où ce qui était fait l’a­vait été.
    Ce prin­cipe est géné­ra­li­sable au delà de la trans­mis­sion ver­bale si une culture veut (et toute culture devrait !) conser­ver la maî­trise de tout ce qu’elle entreprend.
    Par ailleurs, dans un monde d’une part fini, et en homéo­sta­sie per­ma­nente et hyper com­plexe d’autre part, le concept même de dura­bi­li­té est une vio­la­tion des condi­tions de cette homéostasie.concerne pas les réa­li­sa­tions, mais faire en sorte que ces réa­li­sa­tions changent le moins pos­sible de choses, assurent la dura­bi­li­té du monde tel qu’il est au moment où elle sont mises en œuvre. C’est pour­tant la même chose : inter­ve­nir sur un sys­tème homéo­sta­tique de manière qu’il ne change pas, c’est très exac­te­ment empê­cher l’é­qui­libre de se faire là où pré­ci­sé­ment on est intervenu !

  3. Si le constat est juste et l’a­na­lyse per­ti­nente, un détail m’é­nerve de plus en plus, parce qu’on le lit par­tout : le petit laïus copié-col­lé sur le « solaire ». En pre­mier lieu il fau­drait dis­so­cier solaire ther­mique (pour pro­duire de l’eau chaude) et solaire pho­to­vol­taïque (pour pro­duire de l’élec­tri­ci­té), parce que les tech­no­lo­gies n’ont rien à voir. Enfin, pour le pho­to­vol­taïque, on retrouve dans cet article les lieux com­muns habi­tuels et en grande par­tie infon­dés qui dis­cré­ditent une tech­no­lo­gie rus­tique, déjà ancienne (plus de 50 ans) et arri­vée à matu­ri­té aujourd’hui.
    Gal­lium, indium, cad­mium, arse­nic, molyb­dène sont uti­li­sés uni­que­ment pour la filière thin film, ultra-mino­ri­taire et non pour le pho­to­vol­taïque à base sili­cium qui repré­sente aujourd’­hui près de 95% du mar­ché. Effec­ti­ve­ment, l’u­ti­li­sa­tion de ces maté­riaux est sen­sible, mais géné­ra­li­ser à tout le pho­to­vol­taïque est abu­sif. Cela revien­drait à consi­dé­rer que pro­duire 1 kWh élec­trique en France émet 800 g de CO2 parce qu’il nous reste 2 cen­trales à charbon.
    Pour com­plé­ter, le com­po­sant prin­ci­pal d’un cap­teur PV sili­cium est… le verre (80% du poids) A prio­ri on en a tous chez nous, notam­ment pour nos fenêtres. Le sili­cium est l’élé­ment le plus pré­sent dans la croûte ter­restre (alors par­ler de terre rare pour le pho­to­vol­taïque…) et mis à part pour le verre, on l’u­ti­lise pour fabri­quer les cel­lules PV, soit envi­ron 200 g par pan­neau. L’a­lu­mi­nium est uti­li­sé pour les cadres des pan­neaux, donc n’a qu’une uti­li­té méca­nique (pour fixer les cap­teurs) et n’est pas obli­ga­toire, on peut tout à fait inté­grer les cap­teurs sans cadres alu. Le bore est uti­li­sé a rai­son de quelques micro­grammes par cap­teur pour doper la face N des cel­lules, et le phos­phore dans des pro­por­tions iden­tiques pour doper le face P. On uti­lise aus­si un peu d’argent et de cuivre pour les connections.
    Et c’est à peu près tout.
    Quant à la durée de vie du bazar, elle est lar­ge­ment plus longue que 20 ans, chiffre qui cir­cule un peu par­tout sur le net sans aucun fon­de­ment, et qui cor­res­pond plu­tôt à la durée des contrats de vente de la pro­duc­tion à EDF. Le cap­teur, lui, pro­dui­ra encore 20 ou 30 ans de plus, avec un moins bon ren­de­ment, certes, mais sans réelle néces­si­té de maintenance.
    Ce qui est moins durable, et néces­site un peu de main­te­nance, ce sont les ondu­leurs qui trans­forment le cou­rant conti­nu en 240 V AC. Leur desi­gn life varie de 15 à 25 ans aujourd’­hui sui­vant les modèles.

    Ceci étant dit, à part cette impré­ci­sion, je ne peux que saluer l’a­na­lyse impla­cable de l’ar­ticle : sans réduc­tion dras­tique de nos consom­ma­tions d’éner­gie, pas de salut. Sachant que le PIB y est for­te­ment cor­ré­lé, cela implique évi­dem­ment un chan­ge­ment com­plet de para­digme. Tant mieux.

    1. On se ras­sure comme on peut j’i­ma­gine. Bien évi­dem­ment que le solaire pas­sif ou ther­mique sont des tech­no­lo­gies poten­tiel­le­ment démo­cra­tiques et sou­te­nables. Mais le pho­to­vol­taïque non. Quand on exa­mine les maté­riaux néces­saires au pho­to­vol­taïque, on ne se contente pas d’exa­mi­ner ce qui est néces­saire pour construire les cel­lules. Et il faut plus que du sili­cium pour construire un pan­neau solaire pho­to­vol­taïque. Même ceux qui repré­sentent aujourd’­hui encore 80% du mar­ché (et pas 95). Outre la machi­ne­rie extrê­me­ment com­plexe qui est néces­saire, et qui elle-même néces­site des matières pre­mières, etc. On n’en fini­rait pas. C’est sûr qu’a­vec un réduc­tion­nisme extrême (se foca­li­ser uni­que­ment sur les cel­lules, oublier de rap­pe­ler que la pro­duc­tion de sili­cium est un désastre, en se conten­tant de rap­pe­ler qu’il y a beau­coup de sili­cium dis­po­nible, ce qui est faux, on l’ob­tient à par­tir de la silice, Cf. le lien ci-avant) on peut essayer de don­ner une image rela­ti­ve­ment cor­rect de n’im­porte quoi. Par-des­sus le mar­ché, votre ten­ta­tive de redo­rer le bla­son du pho­to­vol­taïque se heurte à la ques­tion du carac­tère anti­dé­mo­cra­tique du sys­tème indus­triel néces­saire pour fabri­quer votre cel­lule pho­to­vol­taïque au sili­cium. On en revient aus­si ici aux outils dont vous avez besoin, en plus de tout le reste (infra­struc­tures indus­trielles, etc.). Mais élu­dez la ques­tion est plus simple. Vous avez rai­son. Et enfin, parce qu’il faut gar­der le meilleur pour la fin, l’électricité pro­duite par votre pan­neau solaire, qu’a­li­mente-t-elle ? Et là je pense que la boucle est bou­clée autour d’un sys­tème tech­noin­dus­triel dont toutes les pro­duc­tions impliquent diverses nui­sances envi­ron­ne­men­tales et sociales.

  4. L’heure est bien aux choix !

    Celui des gilets jaunes actifs qui peuvent aus­si se trou­ver dans une forme de manque de conscience glo­bale quant à l’ur­gence qui est la notre.….…..tout en ayant ne serait-ce qu’un exemple pré­cieux et pré­cis en tête per­met­tant la lutte têtue et jusque bou­tiste sans concession.
    Et
    Celui des gilets jaunes pas­sifs qui peuvent aus­si avoir conscience des pro­blèmes et de cette com­plexi­té à les résoudre dans leur globalité.….…amenant trop sou­vent à la para­ly­sie de toute action de résis­tance et de grands changements.
    Contre
    Une idéo­lo­gie dog­ma­tique du capi­ta­lisme-mon­dia­lis­te/­mon­dia­li­sé, implan­tant par­tout sur son pas­sage une hié­rar­chi­sa­tion extrême jume­lée à une entière cor­rup­ti­bi­li­té, puis une finan­cia­ri­sa­tion de tout jus­qu’au tout vivant, et enfin don­nant un sens à la vie et à notre pas­sage sur Terre « très étrange » jus­qu’à il y a peu, à « tout à fait sus­pect » aujourd’hui.….…résumant la nature de l’être humain à naître/n’être que « vache à lait » ou « chaire à canon », sous un ver­ni trom­peur et enva­his­sant d’hé­do­nisme démocratisant.

    Bref l’heure est aux choix car oui, c’en est encore un.…..ce n’est pas lorsque plus de 50 % de la popu­la­tion devra sor­tir pour sur­vivre que l’on pour­ra en dire autant !

    Tout est à chan­ger et c’est quelque chose qu’il vau­dra tou­jours mieux « déci­der » plu­tôt que d’y être for­cé, qui plus est sachant que ‘for­cés’ nous le serons, à moins de se ‘déci­der’ nous-m’aime d’i­ci peu de temps.

    Que les beaux jours ense­mencent l’air/l’ère d’en­vie de liber­té et de grands changements.

  5. Je par­tage tota­le­ment et, depuis long­temps, votre analyse.
    Les décrois­sants ont tou­jours été pris pour des hur­lu­ber­lus alors qu’ils sont les seuls à avoir été conscient de tous les aspects néga­tifs de la « crois­sance verte ».
    Comme par hasard, ce sont les mêmes qui m’ap­pa­raissent comme les plus « démo­crates » dans leur gouvernance.

  6. Ayant tra­vaillé dans le sec­teur minier, j’a­bonde tout à fait dans le sens de M. Casaux.

    Petite illus­tra­tion : pour pro­duire la bat­te­rie d’une auto­mo­bile, type Tes­la (540kg envi­ron), il faut dyna­mi­ter 77 000 tonnes de roches. Ces 77 milles tonnes (je ne me suis pas trom­pé dans les zéros), seront trans­por­tées par des camions de mines qui consom­me­ront alors en mazout, ce qu’une ber­line die­sel consom­me­rait en 900 000km. Elles seront ensuite trai­tées par une usine qui elle aus­si fonc­tionne au mazout, les miné­raux trans­por­tés par bateaux vers les usines de fabri­ca­tion des bat­te­ries, etc.

    On peut se poser la même ques­tion au sujet des bar­rages hydro­élec­triques. C’est de l’éner­gie « propre ». Moui… com­bien de dyna­mi­tages, com­bien de camions et de pel­le­teuses pour déblayer, puis pour béton­ner ? Je serais curieux de savoir à com­bien ça se chiffre en pétrole consom­mé (outre la des­truc­tion des écosystèmes).

    L’ur­gence n’est pas d’u­ti­li­ser des éner­gies dites renou­ve­lables, mais avant tout de consom­mer moins :
    avons nous vrai­ment besoin de rechar­ger nos Smart­phones tous les jours, avec des charges sans fil de surcroit ? 

    Avons-nous besoin de lais­ser la TV allu­mée si nous ne la regar­dons pas ? 

    La vidéo 4K, Est-ce une obli­ga­tion, sachant qu’il faut pas­ser plus de don­nées et donc d’éner­gie dans le tuyau, plus de sto­ckage, plus de puis­sance, etc ? 

    Un fri­go dit « amé­ri­cain », Est-ce vrai­ment nécessaire ?

    Je sais, je pose beau­coup de ques­tions. Je ne juge pas, je ne fais qu’in­ter­ro­ger, je suis moi-même un pécheur.

  7. Bon­jour,

    Depuis quelques temps déjà, je par­cours vous articles ain­si que ceux de nom­breux autres sites en quête d’in­for­ma­tions sur les symp­tômes et leurs causes pro­bables de la dégra­da­tion géné­rale de nos socié­tés, de nos envi­ron­ne­ments et de nos condi­tions de vie.

    J’ai éga­le­ment dans cette logique était ame­né à lire un cer­tain nombre de tra­vaux, de pen­seurs qui m’ont sem­blés pertinents.

    Je suis en géné­ral assez d’ac­cord sur un ensemble de constats que vous faites mais reste sur­pris sur cer­tains points d’analyse. 

    En l’oc­cu­rence, la cri­tique du capi­ta­lisme — qui reste indé­nia­ble­ment un sys­tème inéga­li­taire, vorace et des­truc­teur vis à vos des res­source et des condi­tions humaines — m’ap­pa­raît comme man­quer de cer­tains éléments.

    En effet, c’est assez rare que je trouve des réfé­rences à Ellul, Illitch, Beau­drillard, Weil et d’autres encore qui ont pour­tant fouiller dans les pro­fon­deurs de nos socié­tés et aler­té en leurs temps sur les méca­nismes sous jacents en jeux et leurs consé­quences. Leurs approches — dif­fé­rentes mais com­plé­men­taires — laissent à pen­ser que le sys­tème capi­ta­liste ne serait pas une cause mais un symp­tôme d’un ou plu­sieurs phé­no­mènes de glis­se­ments pro­gres­sifs qui prennent leurs racines plus loin dans le temps. Com­prendre ces phé­no­mènes serait pour moi impor­tant pour mieux sai­sir les enjeux (notament les chan­ge­ments de per­cep­tions et de rap­port au monde) et mieux évi­ter les écueils.

    Si je devais rete­nir trois tra­vaux, « l’en­ra­ci­ne­ment » de Simone Weil, « la convi­via­li­té » d’I­van Illitch et « la tech­nique » de Jacques Ellul me semblent par­ti­cu­liè­re­ment per­ti­nents pour abor­der toutes ces pro­blé­ma­tiques régu­liè­re­ment étu­diées sur votre site.

    Je n’en reste pas moins à l’af­fût de vos pro­chains articles qui soignent un peu ce mal de connais­sances récurent dans notre monde.

    Cor­dia­le­ment,
    Fran­çois, inté­ri­maire BTP

    1. Et pour­tant en effec­tuant une recherche par mot-clé sur notre site, en tapant Illitch, Ellul, etc., vous trou­ve­rez de nom­breux articles dans les­quels ils sont cités.

  8. 90% des gens ne demandent qu’à vivre sim­ple­ment, mais les 10% qui res­tent, sont dans un esprit de com­pé­ti­tion, de richesse et donc de pou­voir, et ceux-là nous endoc­trinent avec le crois­sance durable grâce aux éner­gies renouvelables.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/
    Le dérè­gle­ment cli­ma­tique est moins dan­ge­reux que la recherche des res­sources pour conti­nuer cette com­pé­ti­tion éco­no­mique, car les ten­sions des pays pour ces res­sources peut finir en conflit mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Ce qu’Obama lègue à l’Afrique : terrorisme, guerre civile & expansion militaire (par Eric Draitser)

omme prévu, les médias capitalistes débitent leurs rétrospectives vomitives de la présidence d’Obama, hypnotisant ainsi les US-Américains à l’aide de contes de fées sur les exploits progressistes du Président de l’Espoir et du Changement. Mais au milieu de la mémoire sélective et de la doublepensée qui se font passer pour une expertise sophistiquée au sein de la matrice des médias contrôlés, n’oublions pas qu’en Afrique, le nom de Barack Obama est désormais synonyme de déstabilisation, de mort et de destruction. [...]
Lire

La « civilisation », cette catastrophe (par Aric McBay / Thomas C. Patterson)

Le dénominateur commun, c'est le contrôle. La civilisation c'est la culture du contrôle. Une civilisation, c'est un petit groupe de gens contrôlant un large groupe via les institutions propres à cette civilisation. Si ces gens se trouvent au-delà des frontières de cette civilisation, alors ce contrôle prendra la forme d'armées et de missionnaires (des spécialistes religieux ou techniques). Si les gens à contrôler sont à l'intérieur des limites de la ville, de la civilisation, alors le contrôle pourra prendre la forme de militarisation domestique (la police, etc.). [...]