Ni anthropocène, ni capitalocène : le problème, c’est le mégalocène (par Thierry Sallantin)

Thier­ry Sal­lan­tin, un ami eth­no­logue, m’a envoyé ce billet le 29 avril 2018, par e‑mail. Je me per­mets, avec son accord, de le publier.


J’ai écou­té l’é­mis­sion, l’in­ter­view de Cathe­rine Lar­rère et Rémi Beau, les coor­di­na­teurs du col­loque des 5 et 6 novembre 2015, « Pen­ser l’An­thro­po­cène », actes parus aux Presses de Sciences-Po en jan­vier 2018.

Peu avant ce col­loque, j’a­vais dit à Cathe­rine Lar­rère, ren­con­trée à Dau­phine au sémi­naire de Domi­nique Méda : « Il aurait fal­lu inti­tu­ler ce col­loque : « Com­ment ne pas pen­ser grâce au mot Anthro­po­cène » »… elle s’est décom­po­sée, furieuse !

Encore consta­té ce same­di 28 en écou­tant France Culture que le mot « Anthro­po­cène » n’est contes­té qu’à tra­vers le constat de l’i­né­ga­li­té du point de vue des socio­logues, et jamais du point de vue des ethnologues.

Les socio­logues ne voient qu’une masse d’hu­mains homo­gé­néi­sés — résul­tat de la liqué­fac­tion des socié­tés, suite au rou­leau com­pres­seur de l’oc­ci­den­ta­li­sa­tion. Une socié­té « liquide » (Zyg­munt Bau­mann), car on a liqui­dé les dif­fé­rences cultu­relles suite au géno­cide cultu­rel appe­lé « eth­no­cide » depuis Condo­mi­nas et Jau­lin. But : suite au « devoir des races supé­rieures, le devoir d’ap­por­ter la civi­li­sa­tion aux races infé­rieures » (Jules Fer­ry 1885, et Léon Blum, 1925), trans­for­mer tous les peuples tra­di­tion­nels en peuples modernes, enclen­cher par­tout l’exode rural (lire de Bitoun et Dupont : Le sacri­fice des pay­sans, une catas­trophe sociale et anthro­po­lo­gique), et l’exode hors des forêts, des zones semi-arides, des steppes, des toun­dras, des peuples nomades, des peuples chas­seurs-cueilleurs, ou des peuples pra­ti­quant aus­si une agri­cul­ture dis­crète en milieux tro­pi­caux, autant de peuples que les « civi­li­sés » nomment avec condes­cen­dance : « sau­vages » ; exode hors des cam­pagnes ou hors des forêts menant à l’en­tas­se­ment actuel de plus de 50% des humains en ville…  — et de cette masse d’hu­mains homo­gé­néi­sés, résul­tat de l’eth­no­cide, résul­tat en forme de jus insi­pide, ce liquide nau­séeux qui s’é­coule suite à des siècles de colo­ni­sa­tion, ces socio­logues sou­vent d’ins­pi­ra­tion mar­xiste ne cri­tiquent que l’i­né­ga­li­té entre riches et pauvres, ce qui les mène à cri­ti­quer le terme « Anthro­po­cène », comme si tous les humains avaient une même res­pon­sa­bi­li­té face à une bio­sphère de plus en plus abîmée.

Exact : ce sont les riches qui détruisent la pla­nète (Cf. le livre d’Hervé Kempf), ce sont eux qui ont un mode de vie à forte empreinte éco­lo­gique et qui, donc, sont les prin­ci­paux émet­teurs de gaz à effet de serre, ces oli­garques et autres « pro­prié­taires des moyens de pro­duc­tion », dont les nou­veaux mil­liar­daires qui se mettent à pul­lu­ler en Chine et autres pays qui sombrent (et non « émergent ») dans la stu­pide copie du mode de vie (sui­ci­daire) des vieux pays industriels.

D’où le suc­cès du terme alter­na­tif de « capi­ta­lo­cène », qu’Armel Cam­pagne, l’é­lève de Chris­tophe Bon­neuil et Jean-Bap­tiste Fres­soz, a choi­si pour son livre (éd. Diver­gences, décembre 2017), et dont traite le livre d’An­dreas Malm, L’anthropocène contre l’his­toire : le réchauf­fe­ment cli­ma­tique à l’ère du capi­tal (éd. La Fabrique, mars 2017).

Cette homo­gé­néi­sa­tion n’a qu’un but : faci­li­ter la cir­cu­la­tion de la Mar­chan­dise, tout doit être « liquide » pour flui­di­fier le com­merce et l’i­nex­tin­guible soif d’en­ri­chis­se­ment des riches, car le pou­voir, c’est la puis­sance, un tro­pisme qui semble irré­sis­tible depuis ses débuts dans les pre­mières cités-états en Méso­po­ta­mie, il y a 6 000 ans.

Le point de vue des eth­no­logues est dif­fé­rent :

Il y a une autre inéga­li­té : pas que l’i­né­ga­li­té sociale dans une socié­té glo­ba­li­sée, entiè­re­ment occi­den­ta­li­sée, encore que même là, il fau­drait sou­li­gner la res­pon­sa­bi­li­té des classes moyennes, com­plices des mul­ti­na­tio­nales en obéis­sant avec com­plai­sance aux ordres des publi­ci­taires en consom­mant avec enthou­siasme les pro­duits des super­mar­chés, donc pas seule­ment la res­pon­sa­bi­li­té des « 1% » !

Dans ce domaine, les der­niers arri­vés au ban­quet de la socié­té de consom­ma­tion sont sou­vent les plus achar­nés à en ache­ter les pro­duits à la mode, ce qui explose la vieille par­ti­tion en « classes sociales » des mar­xistes, comme l’a­vait vu Mar­cuse dès les années 1960 : la révo­lu­tion ne peut plus venir des pro­lé­taires, puis­qu’ils admirent (lire Veblen !) le mode de vie des bour­geois, ne fai­sant que les jalou­ser. Donc le contraire de ces fils de bour­geois qui auront l’au­dace de renon­cer au désir d’en­ri­chis­se­ment en épou­sant la sub­ver­sion hip­pie ou les cou­rants éco­los menant au désir de vie simple. Preuve : l’ex­trême fai­blesse du mou­ve­ment hip­pie en Chine et en Inde !

Oui, il y a une autre inéga­li­té, bien plus fon­da­men­tale, obser­vée par les eth­no­logues au point de vue bien plus Deep His­to­ry, plus pro­fond, plus clair­voyant sur la longue durée.

Les humains sont membres de cultures très diverses, « Anthro­pos », ce n’est pas que l’Oc­ci­dent avec les 5% des langues par­lées dans le monde, des langues qui véhi­culent des visions du monde anthro­po­cen­triques, soit à par­tir des croyances mono­théistes, soit à par­tir de la reli­gion de la croyance à cette mytho­lo­gie qui résume l’his­toire du monde à celle d’un pro­grès iné­luc­table, pro­grès à atteindre grâce au déve­lop­pe­ment économique.

Croire cela, c’est être raciste, car c’est mépri­ser les peuples qui parlent 95% des langues du monde et qui trans­mettent par ces langues des phi­lo­so­phies, des sagesses bio­cen­triques. C’est mépri­ser les Pyg­mées, les Sans du Kala­ha­ri, les cen­taines de peuples papous et méla­né­siens, les Abo­ri­gènes d’Aus­tra­lie, les Toua­regs, les Inuits de l’Arc­tique, les Nenets et les Evenks et autres peuples de l’im­mense Sibé­rie et les cen­taines de peuples autoch­tones des Amériques.

« Anthro­pos », c’est donc une incroyable diver­si­té cultu­relle, et faire croire depuis l’in­ven­tion du terme « Anthro­po­cène » par le chi­miste Paul Crut­zen dans son article de la News­let­ter n° 41 de Glo­bal Change, IGPB parue en 2000, que tout ce qui va mal sur Terre, c’est de-la-faute-à-« L’homme », c’est oublier que les êtres humains sont de cultures extrê­me­ment diverses.

Non ! Ce n’est pas de la faute des Abo­ri­gènes d’Aus­tra­lie ! Ce n’est pas de la faute des Pyg­mées, ni des Yano­ma­mis d’A­ma­zo­nie ! Faire le mau­vais diag­nos­tic en se trom­pant sur la cause du mal qui détruit la bio­sphère, c’est ne pas se don­ner les moyens de gué­rir la mala­die. Le mal, ce n’est pas « l’Homme », « Anthropos » !

Il ne faut pas en vou­loir à ce chi­miste, jamais sor­ti de son labo­ra­toire : il ignore que les hommes ne sont pas tous des Occi­den­taux cou­rant comme lui les congrès scien­ti­fiques. Il ignore tout des sciences humaines, et depuis son petit monde d’a­do­ra­teurs de la tech­nique, il ne voit comme solu­tion à la catas­trophe éco­lo­gique qui pointe, qu’en­core plus de tech­nique pour résoudre les pro­blèmes engen­drés par la tech­nique : c’est un adepte de la géo-ingé­nie­rie, ain­si que le dénonce Clive Hamil­ton dans ses deux livres tra­duits en français.

Le mal, ce n’est pas le « capi­ta­lisme », ce qui lais­se­rait sup­po­ser que si la socié­té indus­trielle était gérée autre­ment, c’est-à-dire par les anti­ca­pi­ta­listes que sont les com­mu­nistes, les usines ces­se­raient sou­dain de pol­luer, de pro­duire des gaz à effet de serre !

Non ! Le mal est plus pro­fond : c’est l’in­dus­tria­lisme de Marx, Saint-Simon et Keynes ou Hayek qu’il faut remettre en cause. Ce sont tous les auteurs de l’an­ti-indus­tria­lisme qu’il faut relire, comme Tho­reau, Tol­stoï ou Gand­hi, [et les auteurs de l’Encyclopédie des Nui­sances, et Ber­nard Char­bon­neau, et Jacques Ellul, et tous les autres, NdE] et aujourd’­hui Der­rick Jen­sen (Éco­lo­gie en résis­tance, stra­té­gies pour une terre en péril : 2 volumes, 2016 et 2017, www.editionslibre.org).

L’in­dus­tria­lisme n’est fina­le­ment qu’un moyen d’ac­cé­lé­rer la pro­duc­tion pour s’en­ri­chir plus vite : une arme de plus pour les états obsé­dés depuis le début par la course à la puis­sance : enva­hir pour ne pas être enva­hi. La pre­mière arme étant d’en­ré­gi­men­ter des peuples jadis auto­nomes et de taille modeste pour consti­tuer des struc­tures inéga­li­taires en vue de l’ef­fi­ca­ci­té mili­taire, des struc­tures les plus peu­plées pos­sibles pour ponc­tion­ner les sou­mis à coups de taxes et d’im­pôts, signe tan­gible de l’État : plus l’État sou­met des tri­bus, des peuples, plus l’argent rentre dans ses caisses, et plus il peut armer des troupes puis­santes pour agran­dir encore son espace de pou­voir. Voir aujourd’­hui la men­ta­li­té des tech­no­crates de l’U­nion Euro­péenne, des États-Unis, de l’Inde ou de la Chine : le tou­jours plus est inex­tin­guible. Le faire, car sinon l’autre état concur­rent va le faire : course pour le faire en pre­mier. Pas le temps de réflé­chir aux consé­quences, par exemple l’é­pui­se­ment des res­sources, les pol­lu­tions, l’in­ha­bi­ta­bi­li­té à terme de notre bio­sphère. Cou­rir juste parce que l’autre court, tro­pisme gré­gaire aus­si stu­pide que ce trou­peau de bre­bis qui bas­cule dans le ravin. Juste suivre, s’a­dap­ter comme dit Emma­nuel Macron, res­ter dans la course.

Le mal est plus profond.

En amont, il y a la sor­tie du sens de la mesure, du sens de la limite, sor­tir de ce sens étant le signe de cette folie nom­mée « hubris » par les Anciens grecs.

La plu­part des peuples, ceux par­lant 95% des langues du monde, ont su, grâce aux phi­lo­so­phies bio­cen­triques, gar­der le sens de l’é­qui­libre tant vis à vis des autres espèces vivantes que vis-à-vis des autres socié­tés humaines : grâce à la sagesse de ces visions du monde, ces peuples ont su gar­der le sens des limites, le sens de la mesure (lire Oli­vier Rey).

Com­prendre cela, c’est com­prendre que c’est la faute non de « l’homme » en géné­ral, mais d’hommes bien par­ti­cu­liers, et que c’est bien plus grave que la seule faute des « riches ». Les socio­logues nous enferment dans le seul spec­tacle des récentes socié­tés urba­ni­sées, alors que notre espèce est mor­pho­lo­gi­que­ment sta­bi­li­sée depuis 300 000 ans.

Les eth­no­logues ont une vue plus glo­bale, plus pro­fonde, donc sont plus à même de faire le bon diag­nos­tic.

On n’ar­rê­te­ra pas la Sixième extinc­tion mas­sive des espèces et le réchauf­fe­ment cli­ma­tique en se conten­tant d’une réfor­mette : modi­fier la ges­tion du monde indus­triel en en chan­geant les pro­prié­taires des moyens de production !

Non ! C’est le fait même de pro­duire à grande échelle qu’il faut remettre en cause. Il faut remettre à l’hon­neur l’ar­ti­sa­na­lisme (William Mor­ris ou Gand­hi) et aban­don­ner défi­ni­ti­ve­ment le rêve industriel.

Le bon diag­nos­tic : accu­ser non pas « l’homme », mais cer­tains hommes, ceux qui sombrent dans la folie des gran­deurs, car ils sortent du cadre défi­ni par les sagesses tra­di­tion­nelles des 7 000 ou 8 000 peuples épris de bio­cen­trisme. Il faut accu­ser l’an­thro­po­cen­trisme des peuples qui se sont don­né des visions du monde qui poussent à l’or­gueil : l’homme au-des­sus de toutes les espèces, l’homme sépa­ré de la « nature » (Lire Des­co­la, et encore mieux : Vivei­ros de Cas­tro, pour com­prendre ce qui fonde les onto­lo­gies anti déve­lop­pe­ment comme l’ex­plique Artu­ro Esco­bar dans le livre paru en avril 2018 : Sen­tir-pen­ser avec la Terre). Sor­tir de cet orgueil, c’est aller encore plus loin que la récente mode accu­sant le « spé­cisme » qui ne vise que la moi­tié ani­male des espèces vivantes, en oubliant la moi­tié végé­tale : les peuples bio­cen­triques savent que les plantes ont une sen­si­bi­li­té, et ils tiennent compte de la souf­france végé­tale au même titre que la souf­france animale.

Donc le bon diag­nos­tic, c’est accu­ser cette héré­sie appa­rue au milieu de l’ère géo­lo­gique post ère des gla­cia­tions (= le Pléis­to­cène), nom­mée « Holo­cène », héré­sie qu’est le brusque virage vers la folie des gran­deurs où ont som­bré les peuples s’a­don­nant à cette cruau­té que sont les socié­tés inéga­li­taires qui crée­ront des États, héré­sie appa­rue en plu­sieurs endroits de la Pla­nète, pas qu’en Mésopotamie.

Appe­lons cette mal­heu­reuse ère géo­lo­gique le « Méga­lo­cène », qui est l’ère où cer­taines socié­tés humaines par­viennent à être dotées de moyens tech­niques si puis­sants qu’elles mettent en branle des forces com­pa­rables aux forces tel­lu­riques, comme la capa­ci­té à modi­fier à une vitesse encore jamais vue le cli­mat glo­bal et la biodiversité.

Une fois ce diag­nos­tic posé, grâce à la saga­ci­té des eth­no­logues, leur « regard éloi­gné » comme disait Lévi-Strauss, leur capa­ci­té à embras­ser le temps long, la mala­die étant déter­mi­née, le remède peut être envi­sa­gé, et ce remède est bien plus révo­lu­tion­naire que le simple pas­sage du capi­ta­lisme au communisme !

Sauf à com­prendre « com­mu­nisme » au sens de « com­mu­nisme pri­mi­tif » : ce par­tage éga­li­taire pra­ti­qué dans les groupes tribaux.

Le remède est à trou­ver dans les peuples encore locu­teurs des mil­liers de langues qui échappent aux volon­tés mono-lin­guistes des États, ces peuples qui conti­nuent à refu­ser l’oc­ci­den­ta­li­sa­tion et l’é­ta­ti­sa­tion issues de la colo­ni­sa­tion des empires euro­péens ou chi­nois (la Zomia asia­tique défi­nie en 2001 par William van Schen­del ou en 2006 par Jean Michaud, que les fran­co­phones ont décou­vert par le livre de James C. Scott tra­duit en 2013 : Zomia, ou l’art de ne pas être gou­ver­né, son der­nier étant Against the Grain, a Deep His­to­ry of the Ear­liest States [excellent livre dont vous pou­vez lire un bout de l’introduction ici, qui devrait sor­tir cette année aux édi­tions La Décou­verte, et dont le conte­nu est éga­le­ment décrit dans cet article, NdE]). Le remède est à trou­ver dans les mil­liers de peuples du centre de l’Inde, appe­lés « Adi­va­sis », qui per­sistent à vivre tra­di­tion­nel­le­ment dans leurs vil­lages en lut­tant à la fois contre l’embrigadement maoïste (naxa­liste) et l’embrigadement de l’Inde du Pre­mier ministre Modi, obsé­dé d’ou­ver­tures de chan­tiers miniers. L’un de ces peuples empêche encore toute colo­ni­sa­tion : ceux de l’île de North Sen­ti­nele, au sud de l’ar­chi­pel des Anda­mans. Artu­ro Esco­bar montre com­ment depuis les peuples autoch­tones des Andes et des peuples de Colom­bie émergent des pen­sées non déve­lop­pe­men­tistes[1] qui puisent leur argu­men­ta­tion dans leurs visions du monde mil­lé­naires. Rien à voir avec le mar­xisme des années 1960 qui n’a­mène qu’une autre forme d’oc­ci­den­ta­li­sa­tion, et donc encore des rai­sons de conti­nuer l’en­tê­te­ment à creu­ser tou­jours plus de mines : « l’ex­trac­ti­visme » décrit par Yves-Marie Abra­ham et David Mur­ray (éd. Eco­so­cié­té, 2015) ou Anna Bed­nick (éd. Le Pas­sa­ger Clan­des­tin, 2016). Sur une des îles du Vanua­tu, celle de Bun­lap, le peuple Saa a déci­dé lui aus­si de sor­tir du « Méga­lo­cène » en expul­sant tous les agents de déve­lop­pe­ment, les ensei­gnants, les mis­sion­naires, et en remet­tant à l’hon­neur leur langue natale. Leur but, vivre en totale indé­pen­dance éco­no­mique et cultu­relle en pra­ti­quant à nou­veau le jar­di­nage comme autre­fois et la pêche artisanale.

Même si, ici en Europe, nous sommes les des­cen­dants des peuples les plus eth­no­ci­dés de la Terre : qui se rap­pelle duquel des 300 peuples gau­lois il des­cend !?, il est encore pos­sible de faire séces­sion et de sor­tir de la fuite en avant des tech­no­crates de la Start Up Nation en fai­sant un « pas de côté » comme le mon­trait le film L’An 01, pour expé­ri­men­ter des modes de vie loin de la déme­sure. Retrou­ver le sens des limites, retrou­ver la modes­tie éco­lo­gique d’é­co­no­mies qui s’in­sèrent har­mo­nieu­se­ment dans le milieu natu­rel, c’est par exemple ce qui se pra­tique sur l’es­pace boca­ger mira­cu­leu­se­ment pro­té­gé par presque 50 années d’a­mé­na­ge­ment dif­fé­ré (ZAD) car depuis la fin des années 1960, le gou­ver­ne­ment gelait ces terres pour y faire atter­rir le Concorde !

Prendre la mesure de l’é­norme révo­lu­tion néces­saire pour évi­ter l’é­co­cide pla­né­taire, c’est ces­ser de tour­ner son regard vers les lubies de Marx, Lénine, Mao ou Cas­tro et Gue­va­ra, comme trop d’au­to-dési­gnés « révo­lu­tion­naires » le fai­saient encore en Mai 1968, pour enfin admettre que les petits peuples que nous regar­dions avec mépris depuis que nous nous étions auto-dési­gnés comme LA Civi­li­sa­tion[2] elle-même (1756), sont ces peuples qui peuvent nous don­ner les bonnes idées pour sor­tir de l’im­passe où se trouvent les « civi­li­sés ». Une telle sub­ver­sion est en route par exemple sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, à com­prendre désor­mais comme une Zone pion­nière, à l’a­vant-garde de l’Au­to­no­mie Défi­ni­tive, une ZAD qui a pris la pleine mesure de l’am­pleur des bou­le­ver­se­ments néces­saires de nos modes de vie pour tour­ner le dos radi­ca­le­ment, donc au plus pro­fond des racines même, à tout ce qui mène à l’ère géo­lo­gique mor­ti­fère qu’est le Mégalocène.

En mul­ti­pliant les Zones d’Au­to­no­mie Défi­ni­tives par­tout, il sera pos­sible d’é­vi­ter les rai­dis­se­ments dic­ta­to­riaux qui risquent d’ac­com­pa­gner l’ef­fon­dre­ment des socié­tés indus­trielles (en cela, Alain Deneault par­tage les pré­vi­sions du col­lap­so­logue Pablo Ser­vigne), car comme le dit éga­le­ment Yves Cochet, c’est la géo­lo­gie qui va vaincre l’in­dus­tria­lisme, dont une des formes est le capi­ta­lisme. Les don­nées phy­siques sont impla­cables, et c’est de l’i­gno­rer que la moder­ni­té va se fra­cas­ser sur le mur des limites des res­sources naturelles.

Thier­ry Sallantin

Edi­tion : Nico­las Casaux


  1. Voir : « Le déve­lop­pe­ment est-il colo­nial ? » : http://www.journaldumauss.net/?Le-developpement-est-il-colonial
  2. Voir : « Et si le pro­blème, c’était la civi­li­sa­tion ? » : https://partage-le.com/2017/10/7993/

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
7 comments
  1. Le pro­blème est si près de nous que nous avons peine à le voir. Regar­dons nous de près et nous allons voir cette peur qui nous hante et que nos diri­geants (gou­ver­ne­ments, action­naires d’en­tre­prises (petits et gros action­naires) et autres groupes qui font la pro­mo­tion de cette soif de crois­sance) (diri­geants ou élites com­mer­ciales qui existent depuis des mil­liers d’an­nées) ont fait de nous faire croire que nous allons tous vivre dans des condi­tions atroces si nous n’a­dop­tons pas ce régime de consom­ma­tion (par consé­quence d’in­dus­tria­li­sa­tion et de crois­sance). La peur est l’arme des domi­na­teurs des puis­sants. Dès que nous n’a­vons plus peur (comme le groupe de la ZAD) c’est l’é­tat qui a peur. Ces domi­na­teurs nous ont intro­duit le désir du mieux vivre. Le mieux vivre brise toutes ces limites éco­lo­giques que les peuples sages ont su res­pec­ter par le bien vivre. Déga­geons-nous de cette peur qui a pous­sé les hommes à cette colo­ni­sa­tion (ancienne et moderne) et à tout domi­ner (domi­na­tion de autres peuples et de leur culture et de la nature). Allons vers un bien vivre simple, arrê­tons la recherche et le déve­lop­pe­ment, rédui­sons nos dépen­dances à la science appli­quée. Il est beau­coup plus facile d’en­rayer notre peur en groupe. Conti­nuons d’en par­ler et soyons des acteurs de la décroissance.

  2. Salut Thier­ry

    Pour ma part je pense que c’est ….La pres­sion demo­gra­phique qui a conduit un roga­ton de singe tro­pi­cal à sor­tir d’Afrique, et pulu­ler sur la toute la terre, jusque dans ce froid mor­dant, sous nos hautes lati­tudes… Une Sacré pirouette, quand t’y pense, pour cet aus­tral pri­mate dégé­né­ré, ces expé­di­tions boréales, que des com­pli­ca­tions à foi­son ! De l’escalade d’a­dap­ta­tion ! Niveau Bar­da, Tam­bouille et tout le tou­tim (il a fal­lu inven­ter le feu, les fringues, les luges, les bateaux, …)
    La sai­son­na­li­té des dis­tri­bu­tions végé­tales virant à la rareté…l’importance de la bar­baque, crût à hau­teur de sa dis­tance à l’équateur… et ça a pas fait un pli , sapiens a qua­si tout mis en l’air, envoyé din­guer, mordre la pous­sière , bou­ca­né la qua­si-tota­li­té des grands mam­mi­fères de la terre… ad patres les « méga­faunes » croi­sés, au hasard de ses chasses… (Jusqu’à ses propres cou­sins homos Néan­der­tha­liens , Deni­so­viens, hob­bit de flores ) .… En Aus­tra­lie par exemple : extinc­tions des lions Mar­su­piaux , kan­gou­rou ‚koa­las geants , « dipro­to­don » , varan géant (Mega­lo­nia pris­ca) ‚lezard geant — oiseaux élé­phant, émeus, qua­si 90% de la mega­faune aus­tra­lienne du pleis­to­cene (pas des gen­tils les ancêtres navi­ga­teurs des abo­ri­gènes ?!) ….. aux ame­riques ….après avoir déba­rou­lé en moufle de la nuit polaire (un singe en hiver ?!) par le cor­ri­dor de Bérin­gie, des hordes dites de « Clo­vis  » , dézingue toute les méga­faunes amé­ri­caines cette fois .…y Deman­ti­bule les éden­tés ‚les par­res­seux géants, evis­cére les pla­cen­taires… les cas­tors géants de Flo­ride au Nebras­ka , c’est la fin des Mas­to­dontes, des mam­mouths de Colomb, che­vaux Amé­ri­cains, tigres et lions à dents de sabres…et j’en passe .…Car­casses en mon­ti­cule par myriades … …Véri­table Aria dia­pré de réci­ta­tifs éta­gés d’entrailles en guir­landes ….de lam­beaux san­gui­no­lents de viande… flot­tant aux quatre vents ! 

    Sa fré­né­sie sur­nu­mé­raire (tou­jours) en sus­pen­soir …Arri­vé… dans l’emballement d’une chasse toute en prouesses ( qu’en minait jus­qu’à l’utilité ) …de lisière en confins ; au bout de la terre…donc au bout du che­min, tan­dis qu’il cava­lait à embro­cher une faune de plus en plus clair­se­mé !.. À plus pou­voir faire marche arrière et man­quer d’aires a gros gibiers. ..Y du s’ra­va­ler à de piètres proies devoir faire la peau…Dévolu par le sort à des prises inutiles (et fort dépré­ciées) jusque-alors , du pis-aller d’abatis…Sapiens du ‚pour ça aus­si ‚adap­ter sa pano­plie, ses indus­tries « lithiques » (comme on disait à l’é­poque), pas­sant du pieu à l’arme de jet , au pro­pul­seur à sagaie, à l’arc (qui élonge en por­tée son rayon d’ac­tion) pour finir à l’hameçon
    Il a tou­jours eu le génie de l’escalade, le Sapiens….
    Une cer­taine pré­dis­po­si­tion au retour de mani­velle, son propre porte poisse, tou­jours enclin à se fabri­quer pour long­temps des jours plus difficiles…passant du limi­té au cos­mique son élé­ment c’est la connerie..

    Pour fina­le­ment devoir se conten­ter de minus­cules gra­mi­nés , à l’al­bu­men Fari­neux (qui entrai­na une modi­fi­ca­tion de son phé­no­type ances­tral, par sélec­tion des indi­vi­dus sur­pro­duc­teur d’amylase sali­vaire ) .. à devoir se col­ti­ner de les plan­ter … le néo­li­thique est encore un pis-aller … (« la pire erreur de l’humanité »
    https://partage-le.com/2016/09/lagriculture-ou-la-pire-erreur-de-lhistoire-de-lhumanite-par-jared-diamond-clive-dennis/ )

    Sapiens ripe, dans la pesan­teur des char­niers sur la pente fatale d’une funeste fuite en avant, har­ce­lé qu’il était par l’ardent aiguillon de sa propre démographie …
    à l’instar des conjec­tures de Mal­thus et Bose­rup , le sac­cage de son espace vitale , conduit inva­ria­ble­ment Sapiens à des embar­dées tech­niques (indus­tries lithiques, micro­li­thique, chi­miques, ato­mique) , mâti­nés de chan­ge­ments cultu­rels (de l’A­ni­misme au Natu­ra­lisme) ! Qui pro­duisent en se géné­ra­li­sant un regain sys­te­ma­tique d’ bouche à nour­rir au km car­ré, un rebond de popu­la­tion, engre­nant par retour de mani­velle un nou­veau cycle de rétro­ac­tion entre sa dépen­dance à de nou­velles niches éco­lo­giques et une nou­velle situa­tion de rare­té.… et la boucle est bouclée

    C’est ce que Craig Dil­worth Appelle un cercle vicieux , dans son excellent bou­quin : Too Smart for our Own Good : The Eco­lo­gi­cal Pre­di­ca­ment of Human­kind Cam­bridge Uni­ver­si­ty Press, 2009 

    Ca l’a ren­du bien Malades l’agriculture Sapiens (caries, arthroses, zoo­noses à foi­son , Dia­bete ) …socié­tés de masse hié­rar­chique et inéga­li­taires .….famine, Peste , Epi­de­mie… jusqu’à.…. bon poids, la fin du 19 ieme (via une cer­taine amé­lio­ra­tion de l’hygiène) pour une seconde tran­si­tion demo­gra­phique liee a l’esperance de vie cette fois ci .
    Car pour la tran­si­tion démo­gra­phique au neo­li­thique on est plu­tôt (confer le ratio d’immatures dans les sepul­tures) dans une pro­blé­ma­tique d’aug­men­ta­tion du nombre d’en­fant, liée à la séden­ta­ri­té …plus besoin de se dépla­cer, neces­site de plus de bras pour bos­ser, amé­nor­rhée post-par­tum.…. perte de l’ho­méo­sta­sie social des chas­seurs cueilleurs.…

    http://www.evolhum.cnrs.fr/bocquet/cnrsed09.pdf

    en Résu­mé apres avoir cra­mé les mega­faunes, et pas mal de faune, on s’en est pris aux vege­tales (cf : la gueule du tri­angle fer­tile ) défo­res­ta­tion , des­truc­tions des sols,salinisation .… quand y’a plus eu assez de bois et de terre, à Man­ches­ter (on a d’abord dézin­gué les Amé­rin­diens) et puis on est pas­sé du « char­bon de bois » au « char­bon de terre » ‚la encore un pis-aller, et on a com­men­cé à s’attaquer au sous sols (la révo­lu­tion indus­trielle qu’on appelle ça … le fameux anthro­po­cène) les mines , le Pétrole …et on en arrive main­te­nant au bout … la boucle est bou­clé ‚on butte sur la fini­tude de la terre (plus rien des­sus plus rien dedans) …et on se retrouve à 8 mil­liards à grat­ter les fonds de tiroir (pétrole et gaz de schiste…) pour bien finir le bou­lot des eth­no­cides, des éco­cides en ayant tota­le­ment dérè­glé le climat . 

    Amen

    phi­lippe

  3. Mon­sieur Sal­lan­tin devrait lire (où relire) Marx, car l’as­so­cier à Lenine Mao, Cas­tro et Gue­va­ra est une faute his­to­rique et philosophique.

    1. Marx était pro­duc­ti­viste (Vive le tra­vail obli­ga­toire — en fait la seule dif­fé­rence pra­tique entre mar­xisme et capi­ta­lisme est que les mar­xistes veulent mettre même les bour­geois au tra­vail obli­ga­toire.) et pro­gres­siste (Niquons la pla­nète!). Lénine, Mao, les frères Cas­tro, sur­tout Raul mais Fidel aus­si, Gue­ve­ra se réclament tous du mar­xisme. Pré­tendre le contraire est du révi­sion­nisme. Par exemple à Cuba, c’est même ins­crit dans la consti­tu­tion que l’é­tat cubain est marxiste-léniniste.

      De plus j’ai pu consta­té, lors de mes voyages à Cuba, que les cubains n’i­déa­lisent pas plus les sirènes du mar­xisme que celles du capi­ta­lisme. Par contre ils sont tout acquis au consu­mé­risme, comme nous ils veulent pou­voir consom­mer, ils ont déjà les der­niers modèles de smart­phones, et ils veulent comme nous avoir des voi­tures, pou­voir voya­ger et dis­po­ser des der­nières consoles de jeu. Exac­te­ment comme le décrit cet article : Vive le tou­jours plus de la socié­té de consommation.

      Wil­helm Reich l’a­vait très bien com­pris, lui qui fut viré du par­ti com­mu­niste pour avoir consta­té que les pro­lé­taires, avec la révo­lu­tion indus­trielle, avait fait leurs la morale bour­geoise ain­si que leurs attentes : Plus ! comme dans la pub. Parce que la spé­cia­li­té des com­mu­nistes comme de la gauche en géné­ral, ce n’est pas la révo­lu­tion, c’est la divi­sion, c’est l’ex­com­mu­ni­ca­tion. Le résul­tat est qu’au­jourd’­hui elle est ato­mi­sée en une mul­ti­tude de sectes concur­rentes qui pour la plu­part ont même renon­cé aux valeurs his­to­riques de la gauche comme l’an­ti-impé­ria­lisme et l’an­ti-colo­nia­lisme (… à force d’al­ler se for­mer dans des kibboutz.).

      Marx avait au moins l’hon­nê­te­té intel­lec­tuelle de remar­quer que ses théo­ries man­quait de cohé­rence. Sa plus pro­fonde contra­dic­tion réside dans le fait que dans La ques­tion juive, il conclut qu’il faut se débar­ras­ser de l’argent, alors que dans tout le reste de son oeuvre, il a besoin du tra­vail obli­ga­toire (et de son alié­na­tion) ain­si que de l’argent (et ses inéga­li­tés) pour construire le pro­grès indus­triel qui nique la pla­nète. Il essaie dès lors de nous faire croire que chan­ger la marque du bou­lier ou de la cal­cu­la­trice va tout chan­ger. Son pro­gres­sisme, com­pré­hen­sible à son époque, l’a aveu­glé. Mais aujourd’­hui nous savons tous, faits têtus, que comme avec les réfu­giés, les fron­tières de nos états seront inca­pables d’ar­rê­ter la sixième extinc­tion de masse ou d’en­rayer l’é­pui­se­ment des res­sources naturelles.

      Enfin, il faut bien com­prendre que le capi­ta­lisme, comme le mar­xisme, ne sont que des outils éco­no­miques. En tant que tels, ils ne sont pas des causes mais des outils. Pré­tendre que le capi­ta­lisme est une cause, comme le font tant de mar­xistes auto-pro­cla­més, revient donc à tom­ber dans le piège, dénon­cé par Marx et dans lequel il est lui-même tom­bé, du féti­chisme des moyens. La cause est ce qui rend pos­sible mar­xisme et capi­ta­lisme : notre mode de vie. Donc la seule ques­tion aujourd’­hui est de savoir si ce mode de vie sera ter­mi­né avec ou sans nous, si nous allons le ter­mi­ner et faire autre chose, ou si nous allons être ter­mi­né avec lui.

  4. Les com­mu­nistes parlent de com­mu­nisme pri­mi­tif pour dési­gner le régime poli­tique des socié­tés tra­di­tion­nelles. C’est de l’an­thro­po­cen­trisme car le com­mu­nisme en pra­tique n’est pas un régime poli­tique, c’est juste une façon dif­fé­rente de gérer l’é­co­no­mie d’une socié­té indus­trielle, une façon dif­fé­rente pour un état de s’al­lier avec l’in­dus­trie contre ses peuples. 

    Où alors si nous le consi­dé­rons comme régime poli­tique, c’est un régime qui occulte son stade nor­mal pour pas­ser direc­te­ment à son stade dévoyé, celui de la dic­ta­ture. Dic­ta­ture du par­ti des seuls pro­lé­taires (je ne le suis plus car j’ai dépas­sé le stade mou­ton, le stade robot du sys­tème) au mépris de tous les autres, et encore faut-il qu’ils soient enca­drés par l’a­vant-garde éclai­rée du par­ti. Dans le genre fou­tage de gueule, c’est pas mal le com­mu­nisme en pra­tique — à Cuba ils ont au moins réus­si à limi­ter le pou­voir du par­ti en lui inter­di­sant de nom­mer les can­di­dats aux élec­tions. L’his­toire nous montre aus­si (Espagne, Mexique, Rus­sie, …) que les com­mu­nistes se sont presque tou­jours alliés avec la droite contre les anar­chistes, la seule excep­tion étant peut-être Cuba.

    Ce qui nous amène à consi­dé­rer l’a­nar­chisme comme sys­tème poli­tique et c’est le seul où tous ont le pou­voir. Sa forme dévoyée étant le chaos, chaos qui s’ins­talle dès que cer­tains perdent le pou­voir et qui devient ultime quand plus per­sonne n’a le pou­voir. Vu sous cet angle, les autres régimes poli­tiques ne peuvent que favo­ri­ser le chaos :

    Anar­chisme : tous ont le pou­voir — chaos
    Démo­cra­tie : la majo­ri­té à le pou­voir — dic­ta­ture de la majorité
    Féo­da­lisme : une mino­ri­té a le pou­voir — olygarchie
    Répu­blique : mélange de démo­cra­tie et de féodalisme
    Royau­té : un seul a le pou­voir — tiranie

    Ce tableau montre que ce que les com­mu­nistes appellent com­mu­nisme pri­mi­tif est en fait de l’a­nar­chisme. Ce qui suf­fit à démon­trer que le fond de com­merce des com­mu­nistes est le même que celui des bour­geois : divi­ser pour régner. L’his­toire le prouve : ils sont tou­jours res­sor­tis plus divi­sés qu’a­vant de leurs internationales.

    1. Excellent com­men­taire, ce sont des sacrés lièvres qui ont été sou­le­vés. Le com­mu­nisme pra­tique est la plus grande abo­mi­na­tion du ving­tième siècle, il n’y a aucun débat à avoir des­sus. Le mar­xisme est un pro­duit de la civi­li­sa­tion, il doit être vu pour ce qu’il est : un enfumage.

  5. Réflexion inté­res­sante, d’au­tant qu’elle ‘ose’ mettre en cause le tabou d’une majo­ri­té de ceux qui se qua­li­fient de ‘gauche’ mais n’en ont sou­vent que l’ap­pel­la­tion… je veux dire, ‘oser’ dire l’im­pos­ture de citer Marx à tout bout de champ (sans par­ler des qqs autres) comme étant ‘LA’ solu­tion… quand la plu­part des pseu­do-gau­chistes actuels ne l’ont jamais lu et n’en connaissent que la réfé­rence, tel un man­tra répé­té à l’envi !

    mais, il y a un mais… je pense que croire que le monde dans son état de déla­bre­ment avan­cé pour­rait trou­ver une ‘solu­tion’ par un retour à une vie des plus simples, par un retour à ‘la nature’ est un leurre…

    je pense qu’il est trop tard et que nous assis­te­rons (peut-être de notre vivant) au déli­te­ment puis à l’ef­fon­dre­ment de cette pyra­mide de plus en plus fra­gile que consti­tue la civi­li­sa­tion dans son ensemble, étant d’ac­cord avec le constat de l’ar­ticle, que toutes les socié­tés semblent cou­rir der­rière le modèle ‘occi­den­tal’ pour­tant mor­ti­fère… à l’é­chelle de la pla­nète (c’est bien de cela qu’il s’a­git) les ‘ZAD’ sont et res­te­ront une exception

    les seuls qui pour­ront (peut-être) s’en sor­tir à condi­tion que les ravages de notre extinc­tion ne les atteignent pas, ce sont les socié­tés recu­lées, vivant encore en pleine nature, de plus en plus rares, et qui savent com­ment se débrouiller sans tous les arti­fices que de notre côté, nous pen­sons indis­pen­sables pour mener notre vie…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Catastrophe — Endgame Vol. 1 : Le problème de la civilisation (par Derrick Jensen)

Le texte qui suit est une traduction du chapitre intitulé « Catastrophe » du livre « Endgame volume 1 » écrit par Derrick Jensen, et publié en 2006. Extrait : « [...] Les villes, éléments caractéristiques de la civilisation, ont toujours été dépendantes du prélèvement des ressources des campagnes environnantes, ce qui signifie, d'une part, qu'aucune ville n'a jamais été ou ne sera jamais soutenable en elle-même, et que d'autre part, dans le but de continuer leur expansion perpétuelle, les villes devront continuellement étendre le territoire dont elles nécessitent l'incessante surexploitation. [...] »
Lire

Montebourg, Piolle, nucléaire et soumission renouvelable (par Nicolas Casaux)

Un certain malaise à voir ces gens commenter sur internet le « débat » entre Arnaud Montebourg et Éric Piolle organisé par Reporterre, qui approuvant la position de l’ancien ministre — pro-nucléaire & pro-EnR (Énergies dites Renouvelables) —, et qui celle du maire de Grenoble — seulement pro-EnR. L’occasion de mettre en lumière un des aspects du problème général de notre temps.