La consom’action, un moyen pour les puissants d’égarer la résistance (par George Monbiot)

Pour ceux qui ne le connaissent pas, George Mon­biot est un jour­na­liste éco­lo­giste rela­ti­ve­ment connu au Royaume-Uni, qui tra­vaille pour le quo­ti­dien bri­tan­nique The Guar­dian, un équi­valent du jour­nal Le Monde, disons, pour faire court, en termes de renom­mée (mais pas exac­te­ment en termes de conte­nu, comme vous allez pou­voir le consta­ter). Nous ne par­ta­geons pas les ana­lyses de Mon­biot, ni son diag­nos­tic ni les objec­tifs qu’il conçoit. Il est pro-nucléaire, ne voit pas de pro­blème inhé­rent à l’in­dus­tria­lisme ou à l’é­co­no­mie glo­ba­li­sée, pas non plus à l’ex­pan­sion pla­né­taire d’une mono­cul­ture, etc. Autant dire que sa cri­tique est très limi­tée. Rai­son pour laquelle il a voix au cha­pitre dans les médias de masse. Cela dit, il a le mérite de remettre en ques­tion deux, trois choses qui devraient l’être, et de com­prendre cer­tains pro­blèmes. Sa der­nière chro­nique, publiée le 6 sep­tembre 2018 sur le site du Guar­dian et tra­duite ci-après, en témoigne. Je me suis per­mis de chan­ger son titre, dont une tra­duc­tion exacte aurait don­né : Nous ne sau­ve­rons pas la pla­nète avec de meilleures tasses de café jetables. Bonne lec­ture. Ah, j’ou­bliais, l’i­mage de cou­ver­ture est un détour­ne­ment de la cam­pagne sur­réa­liste de Max Have­laar (voir ci-après) qui affirme que pour se battre pour « un monde plus juste » il faut man­ger plein de cho­co­lat, ou de bananes, ou boire plein de café. Voi­là les doc­trines révo­lu­tion­naires de notre temps. Misère.


Nous devons défier les cor­po­ra­tions qui nous imposent de vivre dans une socié­té jetable plu­tôt que de cher­cher des manières « plus vertes » de main­te­nir le sta­tu quo.

Croyez-vous aux miracles ? Beau­coup de gens pensent que la socié­té dont nous par­ti­ci­pons peut conti­nuer telle qu’elle existe, puisqu’il nous suf­fit de sub­sti­tuer un maté­riau à un autre. Le mois der­nier, une requête exi­geant de Star­bucks et Cos­ta qu’ils rem­placent le plas­tique de leurs tasses de café par de la fécule de maïs a été ret­wee­tée 60 000 fois, avant d’être sup­pri­mée.

Ceux qui la par­ta­geaient ne se deman­daient aucu­ne­ment d’où vien­drait cette fécule de maïs, quelle sur­face cultu­rale devrait être allouée, ou quelle sur­face de terres agri­coles vivrières devraient être dépla­cées, pour sa pro­duc­tion. Ils occul­taient com­plè­te­ment les dom­mages que sa pro­duc­tion impli­que­rait : la culture du maïs est connue pour l’érosion du sol qu’elle entraîne, et les quan­ti­tés sou­vent impor­tantes de pes­ti­cides et d’engrais qu’elle requiert.

Le pro­blème n’est pas seule­ment le plas­tique : c’est le carac­tère jetable de tant de choses. Ou, pour le dire autre­ment, c’est la pour­suite, sur la seule pla­nète connue pour abri­ter la vie, d’un mode de vie qui en requiert quatre. Peu importe ce que l’on consomme, le volume de ce que nous consom­mons dévore tous les biomes de la planète.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Notre appé­tit pour le plas­tique est un fléau éco­lo­gique majeure, et les cam­pagnes pour limi­ter son usage sont res­pec­tables et par­fois effi­caces. Mais nous ne pou­vons pas nous atta­quer au désastre éco­lo­gique en sub­sti­tuant une res­source à une autre. Lorsque j’ai expri­mé cette remarque, cer­taines per­sonnes m’ont deman­dé : « Mais alors, que devrions-nous uti­li­ser à la place ? »

La ques­tion qu’il fau­drait poser est plu­tôt : « Com­ment devrions-nous vivre ? » Mais la pen­sée sys­té­mique est aus­si une espèce menacée.

Une par­tie du pro­blème découle de ce qui motive ces cam­pagnes contre le plas­tique : la série docu­men­taire Pla­nète Bleue II de David Atten­bo­rough. Les six pre­miers épi­sodes pro­posent un nar­ra­tif consé­quent et cohé­rent, mais le sep­tième, qui vise à expli­quer les dan­gers aux­quels font face les mer­veilleuses créa­tures que la série avait pré­cé­dem­ment pré­sen­tées, était très confus. Il affirme que nous pou­vons « faire quelque chose » contre la des­truc­tion de la vie marine. Mais ne nous dit pas quoi. Aucune expli­ca­tion de l’origine des pro­blèmes aux­quels elle fait face, des forces qui les génèrent, et de com­ment nous pou­vons nous y opposer.

Dans le fouillis de cette inco­hé­rence géné­rale, un inter­ve­nant affirme : « Je pense que nous devons tous prendre nos res­pon­sa­bi­li­tés vis-à-vis des choix per­son­nels qu’on effec­tue chaque jour. C’est tout ce que nous pou­vons faire. » Un par­fait résu­mé de la croyance erro­née selon laquelle un meilleur consu­mé­risme pour­rait sau­ver la pla­nète. Les pro­blèmes que nous connais­sons sont struc­tu­raux : un sys­tème poli­tique domi­né par des inté­rêts finan­ciers, et un sys­tème éco­no­mique qui court après une crois­sance infi­nie. Bien sûr, nous devrions mini­mi­ser notre propre impact, mais nous ne pou­vons pas affron­ter ces forces sim­ple­ment en « deve­nant res­pon­sables » de ce que nous consom­mons. Mal­heu­reu­se­ment, il y a des sujets que la BBC en géné­ral et David Atten­bo­rough en par­ti­cu­lier choi­sissent d’éviter. J’admire Atten­bo­rough de bien des manières, mais je n’apprécie pas son éco­lo­gisme. Pen­dant des années, il n’a rien dit. Et lorsqu’il s’est enfin expri­mé, il a évi­té de confron­ter le pou­voir — se conten­tant de par­ler en termes vagues ou se concen­trant sur les seuls pro­blèmes dont les inté­rêts domi­nants ne sont pas entiè­re­ment res­pon­sables. Cette ten­dance explique pour­quoi Pla­nète Bleue II occulte les prin­ci­paux pro­blèmes de notre temps.

La pêche indus­trielle est de ceux-là. Elle trans­forme les incroyables formes de vie que la série pré­sente par ailleurs en boîtes de conserves. À tra­vers les océans, cette indus­trie, sti­mu­lée par nos appé­tits et pro­té­gée par les gou­ver­ne­ments, génère un effon­dre­ment éco­lo­gique en cas­cade. Pour­tant la seule pêche­rie pré­sen­tée par la série fait par­tie du 1 % des pêche­ries qui sont en conva­les­cence. Il était très agréable de voir les cha­lu­tiers nor­vé­giens évi­ter de tuer des orques, mais on évi­tait soi­gneu­se­ment de nous dire à quel point cela est rare.

Le pro­blème du plas­tique mari­time est en grande par­tie lié au pro­blème de la pêche. Il se trouve que 46 % du conti­nent de plas­tique du Paci­fique — qui en est venu à sym­bo­li­ser notre socié­té du tout jetable — est com­po­sé de filets de pêche mis au rebut, et une par­tie impor­tante du reste est com­po­sé de maté­riel de pêche en tous genres. Le maté­riel de pêche aban­don­né s’avère bien plus dan­ge­reux pour la vie marine que n’importe quel autre type de déchet. En ce qui concerne les sacs et les bou­teilles qui contri­buent au désastre, la majo­ri­té pro­vient des pays les plus pauvres ne dis­po­sant pas d’un bon sys­tème de col­lecte. Mais ce point n’ayant pas été sou­li­gné, nous cher­chons des solu­tions aux mau­vais endroits.

De cet éga­re­ment résultent des mil­liers de per­ver­si­tés. Une célèbre éco­lo­giste a pos­té une image des gam­bas qu’elle avait ache­tées, célé­brant le fait qu’elle avait réus­si à per­sua­der le super­mar­ché de les mettre dans son propre sac plu­tôt que dans un sac en plas­tique, et liant cela à la pro­tec­tion des océans. Mais ache­ter des gam­bas génère bien plus de des­truc­tions pour la vie marine qu’aucun sac plas­tique dans lequel on pour­rait les embal­ler. La pêche cre­vet­tière implique le plus haut taux de prises acces­soires de tous les types de pêches — en remon­tant dans ses filets de nom­breuses tor­tues et d’autres espèces mena­cées. L’élevage de cre­vettes est aus­si mau­vais puisqu’il génère l’élimination de pans entiers de man­groves, qui sont autant de pou­pon­nières pour des mil­liers d’espèces.

Ces pro­blèmes nous sont soi­gneu­se­ment dis­si­mu­lés. En tant que consom­ma­teurs, nous sommes confus, dupés et presque impuis­sants — et les pou­voirs cor­po­ra­tistes se sont don­nés du mal pour nous pous­ser à nous per­ce­voir de la sorte. En ce qui concerne ces sujets, l’approche éco­lo­gique de la BBC est hau­te­ment par­ti­sane, de mèche avec un sys­tème qui vise à trans­fé­rer la res­pon­sa­bi­li­té de pro­blèmes struc­tu­rels aux consom­ma­teurs indi­vi­duels. Il n’y a que par l’action poli­tique que nous pour­rons faire adve­nir un chan­ge­ment digne de ce nom.

La réponse à la ques­tion : « Com­ment devrions-nous vivre ? » est « Sim­ple­ment ». Mais vivre sim­ple­ment est très com­pli­qué. Dans Le meilleur des mondes d’Aldous Hux­ley, le gou­ver­ne­ment mas­sacre les « pra­ti­quants de la Vie Simple ». Ce n’est plus vrai­ment néces­saire : aujourd’hui, ils peuvent faci­le­ment être mar­gi­na­li­sés, insul­tés et igno­rés [sic – Mon­biot se plante, par­tout sur la pla­nète, de l’Inde à la Colom­bie, les gou­ver­ne­ments d’État mas­sacrent encore aujourd’hui les der­niers peuples tra­di­tion­nels qui refusent d’être inté­grés au grand mar­ché pla­né­taire, NdT]. L’idéologie de la consom­ma­tion est si domi­nante qu’elle en devient invi­sible : elle est la soupe de plas­tique dans laquelle nous évoluons.

Vivre en res­pec­tant la capa­ci­té de charge de notre pla­nète implique non seule­ment de réduire notre propre consom­ma­tion, mais aus­si et sur­tout de se mobi­li­ser contre le sys­tème qui génère cette marée de déchets, de com­battre les pou­voirs cor­po­ra­tistes, de chan­ger les struc­tures poli­tiques, de défier le sys­tème pla­né­taire fon­dé sur l’idée de crois­sance que l’on appelle capitalisme.

Ain­si que l’étude publiée le mois der­nier nous aver­tis­sant que la Terre pour­rait bas­cu­ler dans un nou­vel état cli­ma­tique irré­ver­sible, deve­nant une sorte d’étuve, concluait : « Des chan­ge­ments gra­duels et linéaires […] ne sont pas suf­fi­sants pour sta­bi­li­ser le sys­tème Terre. Des trans­for­ma­tions fon­da­men­tales, éten­dues et rapides sont pro­ba­ble­ment requises pour évi­ter que l’on par­vienne à cet état. »

Les tasses de café jetables pro­duites à par­tir de nou­veaux maté­riaux sont non seule­ment une fausse solu­tion : elles sont aus­si une per­pé­tua­tion du pro­blème. Pour défendre la pla­nète, nous devons chan­ger le monde.

George Mon­biot


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Et tou­jours :

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Des mots chargés ! L’écriture comme discipline de combat (par Derrick Jensen)

Bien trop d'entre nous ont oublié, ou n'ont jamais su, que les mots peuvent servir d'armes au service de nos communautés. Bien trop d’entre nous ont oublié, ou n’ont jamais su, que les mots devraient être utilisés comme des armes au service de nos communautés. Depuis bien trop longtemps, trop de critiques et professeurs nous disent que la littérature devrait être apolitique (comme si c’était possible), et que même les essais et les œuvres journalistiques devraient être "neutres" ou "objectifs" (comme si, encore une fois, c’était possible).
Lire

La disparition des géants des forêts (par Bill Laurance)

A travers la planète, les arbres les plus grands et les plus vieux du monde se meurent. Pourquoi? David Lindenmayer, de l'université nationale australienne, et Bill Laurance, directeur du site ALERT, viennent de publier un article en ligne, dans lequel ils soulignent les nombreuses raisons pour lesquelles ces grands arbres anciens sont si vulnérables. Certaines sont évidentes, mais d'autres sont des énigmes biologiques.