Anticlérical ! (par Arthur)

Chro­nique écrite à l’oc­ca­sion de l’é­lec­tion [le 26 août 1978] de Jean-Paul Pre­mier (Albi­no Lucia­ni), Pape au pon­ti­fi­cat express : un mois ! Il en est mort, le bougre.

Atten­tion croyant, passe ton che­min ! Ces lignes vont faire sai­gner ton âme !

Dieu est malade : achevons-le !

Sus­pense dra­ma­tique à la cha­pelle Six­tine : on était sans nou­velle des cent-onze vieillards enfer­més sous les fresques de Michel-Ange. Le fonc­tion­ne­ment défec­tueux d’un poêle archaïque était-il à l’o­ri­gine d’une asphyxie collective ?

L’Église déca­pi­tée ? Le curé de Cucu­gnan élu pape de la Chré­tien­té, faute de car­di­naux ? Non ! Jean-Paul Pre­mier sau­vait la Sainte Face en sor­tant vain­queur de l’im­pi­toyable course aux honneurs.

Des suc­ces­seurs de Saint Pierre, il y en eut : des saints, des débau­chés, des machia­vé­liques com­bi­nards. Tous du côté du manche, der­rière Simon de Mont­fort (vam­pire de l’Oc­ci­ta­nie) ou Fran­co et Hitler.

L’Église était l’État. Orga­ni­sa­tion cen­tra­li­sée, faite pour diri­ger les hommes. L’Église était le bras armé de l’Oc­ci­dent nive­leur. Les conquis­ta­dores espa­gnols mirent à bas les civi­li­sa­tions inca et maya au nom de Dieu.

sioui

Dieu, comme Casius Clay, est the king of the world. Dieu est amour, napalm, et sor­cières cal­ci­nées. Le nombre de femmes brû­lées vives pour rai­son de feu au cul, de non-conforme ou de rebou­teuse, vous pou­vez pas savoir… (la femme était Satan, elle don­nait des idées char­nelles au fidèle).

Crois ou meurs !

Et ça dure. Ces môme­ries san­glantes sont tou­jours à la Une. Savez-vous que les inté­gristes feraient volon­tiers cra­mer les nudistes exhi­bant leur tem­po­relle cha­leur, s’ils étaient au pouvoir ?

Les églises se vident sous les pro­jec­teurs de l’in­dif­fé­rence maté­ria­liste et les bate­leurs font le for­cing. Entrez et vous ver­rez ! Rien. On sait qu’il n’y a rien, que l’orgue nos­tal­gique et l’en­cens exotique.

Rien qu’une méthode de gou­ver­ne­ment des masses.

Sor­ti­ra-t-on un jour des ténèbres du mys­ti­cisme ? C’est une ques­tion à se faire excom­mu­nier. À quand les ren­voyeurs d’actes de baptême ?

Déchi­rée par les que­relles bou­ti­quières de sur­faces concur­rentes, l’Église est en plein doute : achevons-là !

Les rati­chons dans le vent se posent même la ques­tion de l’exis­tence de Dieu. Le Bar­bu a du plomb dans l’aile. On le rem­place par une enti­té floue, plus facile à caser, sorte de nébu­leuse apai­sante, de cata­plasme adap­table à tous les cas de lèpre agnos­tique. Dieu est tout, donc tout est Dieu. Embal­lez, c’est pesé. Tu crois sans le savoir. N’in­siste pas, tu feras ton Salut, volens nolens.

Plus besoin d’al­ler prier, se confes­ser, bouf­fer l’hos­tie. On peut être chré­tien en res­tant chez soi. Comme la Redoute, Dieu livre à domicile.

Alors à quoi bon le rite, le conclave, la fumée ? A quoi bon ? Mais un rite a ses lois immuables, celles du Spec­tacle. Le gogo doit mar­cher, tel le sau­vage, aux tabous du féti­chisme gué­ris­seur. On gar­de­ra donc avec pro­fit un mini­mum de sym­bo­lique pour ne pas tout démythifier.

Si le mythe passe, le com­merce trépasse.

L’es­sen­tiel, voyez-vous, ce n’est pas l’ef­fi­ca­ci­té du méde­cin, c’est l’exis­tence des malades. Et de ce côté-là, pas de sou­cis ! Le mar­ché de la misère affec­tive et morale se porte bien. D’où Dieu, sa main fraîche sur les plaies inté­rieures (dif­fi­ciles à obser­ver, gué­ri­son remise à une vie ulté­rieure), son brouillard à éga­rer l’in­tel­li­gence. Pru­rit onto­lo­gique ? Voyez Dieu !

Le dan­ger, pour la libé­ra­tion intel­lec­tuelle et libi­di­neuse de l’homme, un esprit libre dans un corps affran­chi, c’est l’es­prit reli­gieux. Un can­cer à dépis­ter par­tout, jusque dans les nou­velles reli­gions (tech­nique, crois­sance du PNB, État).

La reli­gion relie (reli­gere). Les chaînes aus­si. L’Homme a sans doute besoin d’être relié à quelque chose, sous peine de flot­ter dans l’é­ther, tel le den­tier dans un verre à cham­pagne. Mais relié à quoi ? À qui ? Et sur­tout, pourquoi ?

Répondre à ces ques­tions c’est déjà faire un pas vers la dis­so­lu­tion des dogmes, c’est déjà tuer Dieu comme la lumière tue l’ombre.

Croyant ! Tu n’as pas écou­té mes conseils limi­naires : tu as lu ce tis­su d’or­dures, et main­te­nant tu souffres ! Petit maso­chiste, je suis ton Golgotha.

Arthur (Hen­ri Montant),
La Gueule ouverte n°225, 30 août 1978.

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Shares
1 comment
  1. L’homme est capable du meilleur comme du pire, avec ou sans — n’im­porte quelle — idéo­lo­gie. Dif­fi­cile d’é­ta­blir un clas­se­ment de la mor­bi­di­té, on a tué au nom de la reli­gion mais aus­si de poli­tiques athées (fas­cisme, com­mu­nisme) ou de la laï­ci­té. Les guerres actuelles se font au nom des droits de l’homme. Faut-il pour autant les jeter avec l’eau du bain ? 

    Dieu est mort mais pas seule­ment, pour para­phra­ser Nietzsche : « l’homme est mort également ».
    Cela ne signi­fie pas que le concept de Dieu ou celui de l’humanité n’a jamais pro­duit de belles choses (lisez Maître Eck­hart ou Nico­las de Cues), mais qu’ac­tuel­le­ment on tend à en faire n’im­porte quoi.

    Car le pire est devant nous. L’i­déo­lo­gie domi­nante du mar­ché sans entrave et du néo-libé­ra­lisme (pri­va­ti­sa­tion des béné­fice et socia­li­sa­tion des pertes) est la plus dan­ge­reuse de toute car sans fron­tière et d’une puis­sance finan­cière jamais vue.
    La cho­si­fi­ca­tion du vivant et des vivants (tout règnes confon­dus) ou leur mar­chan­di­sa­tion avance à grand pas. Tout se vend, tout s’a­chète pour le seul pro­fit des plus riches. La cor­po­ra­to­cra­tie (a‑religieuse, a‑politique, a‑nationale) rem­place chaque jour un peu plus les démocraties.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Lewis Mumford et la critique de la civilisation (industrielle)

Un des plus brillants analystes de nos sociétés industrielles (ou plutôt, de la société industrielle) et de leur (de sa) trajectoire (progrès technique, croissance, développement, destruction du monde et totalitarisme) s'appelait Lewis Mumford. En France, à l’exception de quelques spécialistes, très peu le connaissent, et aux États-Unis, son pays d'origine, pas beaucoup plus. [...]