Le manifeste de la Montagne Sombre (The Dark Mountain Manifesto)

Note du Tra­duc­teur (Nico­las Casaux) : Le Mani­feste de la Mon­tagne Sombre, en anglais The Dark Moun­tain Mani­fes­to, a été rédi­gé en 2009 par Dou­gald Hine (entre­pre­neur et ancien jour­na­liste bri­tan­nique) et Paul King­snorth (ancien rédac­teur en chef adjoint de la revue envi­ron­ne­men­tale bri­tan­nique The Eco­lo­gist). Il est à l’o­ri­gine du col­lec­tif épo­nyme (Dark Moun­tain), d’ar­tistes, d’é­cri­vains et de pen­seurs qui s’in­té­ressent à l’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion, ses causes et ses consé­quences. Je n’ap­prouve ni tout ce qu’ils font et écrivent, ni la pos­ture rési­gnée de King­snorth (qui, entre­temps, a quit­té le col­lec­tif). Néan­moins, il m’a sem­blé inté­res­sant de tra­duire ce mani­feste parce qu’il s’ins­crit dans le cou­rant d’é­co­lo­gie radi­cale cri­tique de la civi­li­sa­tion. Mal­gré son renon­ce­ment expli­cite au mili­tan­tisme et au com­bat, Paul King­snorth com­prend bien les erre­ments de l’é­co­lo­gisme grand public, l’ab­sur­di­té du mythe du pro­grès et des autres mythes sur les­quels repose celui de la civilisation.


Incivilisation

Le manifeste de la Montagne Sombre

Réar­me­ment

Ces grands et fatals mou­ve­ments vers la mort : la gran­deur des masses
Font de la pitié une folle, cette pitié déchirante
Puisque les atomes de la masse, les per­sonnes, les vic­times, rendent cela monstrueux
D’admirer la tra­gique beau­té qu’ils construisent.
Aus­si belle qu’une rivière qui s’écoule ou que le lent rassemblement
D’un gla­cier sur la paroi rocheuse d’une haute montagne,
Voué à ense­ve­lir une forêt, ou que le gel de novembre,
Avec sa danse mor­telle des feuilles cou­leur d’or et de flamme […].
Je brû­le­rais ma main droite dans un feu lent
Pour chan­ger l’a­ve­nir … Je serais dérai­son­nable. La beau­té de l’homme moderne
Ne réside pas dans l’in­di­vi­du mais dans le
Rythme funeste, les masses lourdes et mou­vantes, la danse des masses
Gui­dées par les rêves le long de la mon­tagne sombre.

Robin­son Jef­fers, 1935

I

Marcher sur de la lave

La civi­li­sa­tion fini­ra par pré­ci­pi­ter la fin du genre humain.

— Ralph Wal­do Emerson

Ceux qui font l’expérience directe d’un effon­dre­ment social rap­portent rare­ment de grande révé­la­tion concer­nant les véri­tés pro­fondes de l’existence humaine. En revanche, ce qu’ils rap­portent, si on le leur demande, c’est leur éton­ne­ment vis-à-vis du fait qu’il est fina­le­ment si simple de mourir.

Les struc­tures répé­ti­tives de la vie ordi­naire, dans laquelle tant de choses res­tent les mêmes d’un jour à l’autre, dis­si­mulent la fra­gi­li­té de sa fabrique. Com­bien de nos acti­vi­tés sont-elles ren­dues pos­sibles par l’impression de sta­bi­li­té que pro­curent ces struc­tures ? Du moment qu’elles se répètent, qu’elles res­tent régu­lières, nous sommes en mesure de pla­ni­fier, de pré­voir pour demain comme si toutes les choses dont nous dépen­dons et que nous ne consi­dé­rons pas avec une grande atten­tion seront tou­jours là. Lorsque ces struc­tures se brisent, sous l’effet d’une guerre civile, d’une catas­trophe natu­relle ou d’une tra­gé­die de moindre impor­tance, abi­mant leur fabrique, nombre de ces acti­vi­tés deviennent impos­sibles ou insi­gni­fiantes, tan­dis que la simple tâche de répondre à nos besoins élé­men­taires, que nous tenions pour acquis, peut par­fois occu­per une grande par­tie de nos journées.

Les cor­res­pon­dants de guerre et les tra­vailleurs huma­ni­taires nous rap­portent non seule­ment la fra­gi­li­té de cette fabrique, mais aus­si la vitesse à laquelle elle peut se défaire. Tan­dis que nous écri­vons, per­sonne ne sait pré­ci­sé­ment où la déli­ques­cence de la fabrique finan­cière et com­mer­ciale de nos éco­no­mies nous mène­ra. Pen­dant quoi, au-delà des villes, l’exploitation indus­trielle incon­trô­lée dévore les bases maté­rielles de la vie dans de nom­breuses régions du monde, consu­mant les com­mu­nau­tés bio­tiques qui la rendent possible.

Cepen­dant, aus­si pré­caire que soit cette époque, la conscience de la fra­gi­li­té de ce que nous appe­lons civi­li­sa­tion n’est pas nouvelle.

« Peu com­prennent, écri­vait Joseph Conrad en 1896, que leur vie, l’essence même de leur per­sonne, leurs capa­ci­tés et leurs audaces, ne sont que l’expression de leur croyance en la sûre­té de leur milieu. » Les écrits de Conrad dénon­çaient la civi­li­sa­tion expor­tée par les impé­ria­listes euro­péens. Ils la dépei­gnaient comme une illu­sion confor­table, et rien de plus, non seule­ment au cœur téné­breux et indomp­table de l’Afrique, mais aus­si dans la blan­cheur des sépulcres de leurs grandes métro­poles. Les habi­tants de cette civi­li­sa­tion croyaient « aveu­glé­ment en la force irré­sis­tible de ses ins­ti­tu­tions et de sa morale, au pou­voir de sa police et de son opi­nion », mais leur confiance ne pou­vait se main­te­nir qu’en rai­son de la foule des croyants dans laquelle ils étaient plon­gés, et qui par­ta­geaient cette même vision. Hors les murs demeu­rait le sau­vage, aus­si proche que le sang sous la peau, bien que le cita­din n’était plus en mesure d’y faire face directement.

Ber­trand Rus­sell remar­qua cette ten­dance dans la pers­pec­tive de Conrad, sug­gé­rant que le roman­cier « consi­dé­rait la vie humaine civi­li­sée et mora­le­ment tolé­rable comme une marche dan­ge­reuse sur une fine couche de lave à peine refroi­die qui pour­rait céder à tout moment et plon­ger l’imprudent dans une four­naise ardente ». Rus­sell et Conrad sou­li­gnaient une évi­dence que n’importe quel his­to­rien pour­rait confir­mer : la civi­li­sa­tion est une construc­tion très fra­gile, édi­fiée sur des croyances : la croyance en la jus­tesse de ses valeurs ; la croyance en la force de son sys­tème de main­tien de l’ordre ; la croyance en sa mon­naie ; et avant tout, pro­ba­ble­ment, la croyance en son futur.

Lorsque ces croyances com­mencent à se dis­lo­quer, l’effondrement de la civi­li­sa­tion peut deve­nir inar­rê­table. Que les civi­li­sa­tions s’effondrent, tôt ou tard, est une loi de l’histoire aus­si iné­luc­table que la gra­vi­té. Ce qui demeure, après l’effondrement, est un mélange de ves­tiges cultu­rels et d’individus confus et éner­vés, tra­his par leurs cer­ti­tudes. Mais l’on retrouve aus­si ces forces qui étaient res­tées là, tou­jours, dont les racines sont plus pro­fondes que les murs des villes : le désir de sur­vivre et le désir de sens.

*

Il semble que ce soit au tour de notre civi­li­sa­tion de connaître l’irruption du sau­vage et de l’invisible ; notre tour d’être secoués au contact de la réa­li­té brute. Un effon­dre­ment se pro­file. Nous vivons un temps où les contraintes qui nous sont fami­lières se rompent, où les fon­da­tions se dérobent des­sous nous. Après un quart de siècle de com­plai­sance, au cours duquel nous étions invi­tés à croire à des bulles qui n’éclateraient jamais, à des prix qui ne tom­be­raient jamais, à la fin de l’histoire, au recon­di­tion­ne­ment du triom­pha­lisme du cré­pus­cule vic­to­rien de Conrad — Hubris ren­contre Némé­sis. Et l’on assiste désor­mais au recom­men­ce­ment d’une vieille his­toire humaine dont nous sommes cou­tu­miers. L’histoire de l’Empire qui s’érode de l’intérieur. L’histoire d’un peuple qui a cru, pen­dant long­temps, que ses actions n’auraient pas de consé­quences. L’histoire de la manière dont ce peuple souf­fri­ra l’écroulement de ses mythes. Notre histoire.

Cette fois-ci, l’Empire qui chan­celle, c’est l’inexpugnable éco­no­mie mon­dia­li­sée, et le Meilleur des Mondes de la démo­cra­tie consu­mé­riste qu’elle consti­tuait à l’échelle pla­né­taire. Sur l’indestructibilité de cet édi­fice, nous avons misé les espoirs de cette ultime phase de notre civi­li­sa­tion. Désor­mais, son échec et sa failli­bi­li­té sont expo­sés, les élites du monde s’affairent fré­né­ti­que­ment à répa­rer la machine éco­no­mique dont, pen­dant des décen­nies, ils nous ont assu­ré qu’elle ne devait pas être contrainte, car la contrainte aurait cau­sé sa perte. D’innombrables sommes d’argents sont ache­mi­nées afin d’empêcher son explo­sion incon­trô­lée. La machine cahote et les ingé­nieurs paniquent. Ils se demandent s’ils la com­prennent fina­le­ment aus­si bien qu’ils le croyaient. Ils se demandent s’ils la contrôlent ou, au contraire, si c’est elle qui les contrôle.

De plus en plus, les gens s’inquiètent. Les ingé­nieurs se regroupent en équipes concur­rentes, mais aucune ne semble savoir quoi faire, et toutes se res­semblent. Autour du monde, le mécon­ten­te­ment gronde. Les extré­mistes affutent leurs armes et se regroupent durant que les cahots et les sur­sauts de la machine dévoilent les erre­ments des oli­gar­chies poli­tiques qui pré­ten­daient tout maî­tri­ser. Les anciens Dieux relèvent la tête, de même que les vieilles ritour­nelles : révo­lu­tion, guerre, conflit eth­nique. La poli­tique telle que nous l’avons connue titube, comme la machine qu’elle était cen­sée sou­te­nir. À sa place pour­rait bien se dres­ser quelque chose de plus élé­men­taire, au cœur sombre.

À mesure que les magi­ciens de la finance perdent leur pou­voir de lévi­ta­tion, que les poli­ti­ciens et les éco­no­mistes échouent à arti­cu­ler de nou­velles expli­ca­tions, nous com­men­çons à com­prendre que der­rière le rideau, au cœur de la Cité d’Émeraude, ne se trouve pas l’omnipotente et bénigne main invi­sible qu’on nous avait ven­due, mais tout autre chose. Quelque chose res­pon­sable, selon Marx, écri­vant peu avant Conrad, de « l’incertitude éter­nelle et de l’angoisse » de « l’époque bour­geoise », dans laquelle « tout ce qui est solide, bien éta­bli, se vola­ti­lise, tout ce qui est sacré se trouve pro­fa­né ». Levez le rideau, sui­vez les mou­ve­ments des rouages de la machine et remon­tez à sa source, et vous trou­vez le moteur de notre civi­li­sa­tion : le mythe du progrès.

Le mythe du pro­grès est pour nous ce que le mythe de la prouesse guer­rière d’inspiration divine était pour les Romains, ou ce que le mythe du salut éter­nel était pour les conquis­ta­dors : sans lui, nous ne pour­rions pas avan­cer. Sur les racines de l’Occident chré­tien, les Lumières, à leur apo­gée, gref­fèrent une vision d’un para­dis ter­restre vers lequel l’effort humain, gui­dé par la rai­son mathé­ma­tique, pour­rait nous mener. Selon ce cre­do, chaque géné­ra­tion devait connaitre une vie meilleure que celle qui l’avait pré­cé­dée. L’histoire deve­nait un ascen­seur qui ne pou­vait que mon­ter. Au der­nier étage, on trou­ve­rait la per­fec­tion humaine. Mais il était impor­tant qu’il reste hors de por­tée, afin de garan­tir une impres­sion de mouvement.

Cepen­dant, l’histoire récente a quelque peu per­tur­bé ce méca­nisme. Le siècle der­nier a trop sou­vent eu l’air d’une des­cente aux enfers plu­tôt que d’un para­dis ter­restre. Et même au sein des socié­tés pros­pères et libé­rales de l’Occident, le pro­grès, de bien des manières, a échoué à tenir ses pro­messes. Les géné­ra­tions pré­sentes sont visi­ble­ment moins satis­faites et ain­si moins opti­mistes que celles qui les ont pré­cé­dées. Elles tra­vaillent de longues heures, d’une manière plus pré­caire, et avec moins de chance d’échapper au contexte social qui les a vues naître. Elles craignent le crime, l’éclatement social, le sur­dé­ve­lop­pe­ment, l’effondrement éco­lo­gique. Elles ne croient pas que le futur sera meilleur que le pas­sé. Indi­vi­duel­le­ment, ils sont moins limi­tés par les conven­tions de classe que leurs parents ou leurs grands-parents, mais plus limi­tés par la loi, la sur­veillance, la pros­crip­tion éta­tique et l’endettement. Leur san­té phy­sique est meilleure[1], mais leur san­té men­tale plus fra­gile. Per­sonne ne sait ce qui arrive. Per­sonne ne veut savoir.

Mais sur­tout, il se trouve une obs­cu­ri­té sous-jacente à tout ce que nous avons construit. Hors des villes, au-delà des fron­tières dif­fuses de notre civi­li­sa­tion, à la mer­ci des machines mais non sous leur contrôle, repose quelque chose que ni Marx ni Conrad, ni César ni Hume, ni That­cher ni Lénine, n’ont jamais com­pris. Quelque chose que la civi­li­sa­tion occi­den­tale — qui a posé les jalons de la civi­li­sa­tion mon­dia­li­sée — n’a jamais été en mesure de com­prendre, car le com­prendre aurait fata­le­ment sapé son mythe fon­da­teur. Cette chose sur laquelle repose notre fine couche de lave fon­due, qui nour­rit la machine et tous ceux qui la sou­tiennent, et qu’ils se sont tous per­sua­dés de ne pas voir.

II

La main coupée

Alors, quelle est la réponse ? Ne pas être éblouis par les rêves.
Savoir que les grandes civi­li­sa­tions se sont écrou­lées dans la violence,
et que leurs tyrans sont appa­rus, déjà de nom­breuses fois.
Lorsque la vio­lence ouverte appa­raît, l’éviter avec hon­neur et choisir
la moins mau­vaise fac­tion ; ces maux sont essentiels.
Gar­der son inté­gri­té, être misé­ri­cor­dieux et incorruptible,
ne pas sou­hai­ter le mal ; ne pas être dupé,
par les rêves de la jus­tice ou du bon­heur uni­ver­sels. Ces rêves
ne se réa­li­se­ront pas.
Le savoir, et savoir que peu importe à quel point les choses semblent horribles,
l’ensemble demeure splen­dide. Une main coupée
est une chose hor­rible et l’homme cou­pé de la terre et des étoiles
et de son his­toire… spi­ri­tuel­le­ment ou concrètement…
paraît sou­vent insup­por­ta­ble­ment hor­rible. L’intégrité est la complétude,
la plus grande beau­té est
la com­plé­tude bio­lo­gique, l’unicité de la vie et des choses, la beau­té divine
de l’univers. Aime cela, et non pas l’homme
cou­pé de cela, ou bien tu par­ta­ge­ras sa confu­sion pitoyable,
ou te noie­ras dans le déses­poir lorsque ses jours s’assombriront.

— Robin­son Jef­fers, La Réponse

Le mythe du pro­grès se fonde sur le mythe de la nature. Le pre­mier nous sug­gère que la gloire nous attend ; le second que la gloire ne coûte rien. Le pre­mier est indis­so­ciable du second. Tous deux nous racontent que nous sommes sépa­rés du monde ; que nous avons com­men­cé à grom­me­ler dans les marais pri­mi­tifs, en tant qu’humbles par­ti­ci­pants de ce que l’on appelle « nature », et que nous avons aujourd’hui triom­pha­le­ment domp­té. Le seul fait que nous ayons un mot pour dési­gner la « nature » témoigne du fait que nous ne nous consi­dé­rons pas en faire par­tie. Cette idée de sépa­ra­tion consti­tue un mythe néces­saire au triomphe de notre civi­li­sa­tion. Nous sommes, croyons-nous, la seule espèce ayant jamais atta­qué et vain­cu la nature. Telle est notre seule gloire.

Hors les cita­delles de notre auto­con­gra­tu­la­tion, des voix soli­taires s’élèvent depuis des siècles pour dénon­cer cette vision imma­ture de l’histoire humaine. Mais c’est seule­ment au cours des der­nières décen­nies que cette erreur est risi­ble­ment deve­nue mani­feste. Nous sommes la pre­mière géné­ra­tion à gran­dir cer­née par l’évidence, à savoir que notre ten­ta­tive de nous sépa­rer de la « nature » est un échec, qui prouve, non pas notre génie, mais notre hubris. Cette ten­ta­tive de cou­per la main et de la dis­so­cier du corps met en dan­ger le « pro­grès » que nous ché­ris­sons tant, et aus­si la « nature ». La tour­mente qui en résulte sous-tend les crises aux­quelles nous fai­sons face, désormais.

Nous nous per­ce­vons comme sépa­rés de la source de notre exis­tence. Les réper­cus­sions de cette erreur per­cep­tuelle sont tout autour de nous : un quart des mam­mi­fères du monde sont mena­cés d’extinction immi­nente ; un hec­tare de forêt tro­pi­cale est cou­pé chaque seconde ; 75 % des pêche­ries du monde sont au bord de l’effondrement ; on estime que d’ici 2048 les océans n’abriteront plus aucun pois­son ; 25 % des fleuves n’atteignent plus l’océan ; depuis moins de 60 ans, 90 % des grands pois­sons, 70 % des oiseaux marins et, plus géné­ra­le­ment, 52 % des ani­maux sau­vages, ont été anéan­tis ; chaque jour, deux cents espèces sont pré­ci­pi­tées dans les ténèbres éter­nelles de l’extinction. Même au tra­vers de la froi­deur des sta­tis­tiques, nous per­ce­vons les vio­lences aux­quelles nos mythes nous ont conduits.

Et, plus haut encore, au-des­sus de ce sombre tableau, plane l’ombre de l’emballement cli­ma­tique. De ce chan­ge­ment cli­ma­tique qui menace de rendre caduque tout pro­jet humain ; qui nous ren­voie en pleine figure la preuve for­melle de notre très mau­vaise com­pré­hen­sion du monde que nous habi­tons, tout en nous rap­pe­lant que nous dépen­dons tou­jours autant de lui. De ce chan­ge­ment cli­ma­tique qui illustre de manière dra­ma­tique le conflit qui existe entre la civi­li­sa­tion et la « nature » ; qui prouve, plus effi­ca­ce­ment qu’aucun argu­ment soi­gneu­se­ment construit ou qu’aucune mani­fes­ta­tion de défi opti­miste, à quel point les besoins de crois­sance de la machine requièrent que nous nous détrui­sions en son nom. De ce chan­ge­ment cli­ma­tique qui, fina­le­ment, nous rap­pelle notre impuissance.

Voi­là les faits, ou au moins quelques-uns. Cepen­dant, les faits ne racontent jamais toute l’histoire. (« Les faits, écri­vait Conrad, comme si les faits pou­vaient prou­ver quoi que ce soit. ») Les faits que nous enten­dons si sou­vent concer­nant les crises envi­ron­ne­men­tales dis­si­mulent autant qu’ils exposent. Et chaque jour on nous rap­porte les impacts de nos acti­vi­tés sur « l’environnement » (de même que la « nature », il s’agit d’une expres­sion qui nous dis­tance de la réa­li­té de notre situa­tion). Chaque jour, on nous rap­porte éga­le­ment les nom­breuses « solu­tions » à ces pro­blèmes : solu­tions qui impliquent habi­tuel­le­ment la néces­si­té d’accords poli­tiques urgents et d’une uti­li­sa­tion judi­cieuse du génie tech­no­lo­gique humain. Les choses changent peut-être, nous dit-on, mais il n’y a rien, ici, chers conci­toyens, que nous ne puis­sions gérer. Il nous faut aller de l’avant, plus rapi­de­ment encore. Il nous faut accé­lé­rer la cadence de la recherche et déve­lop­pe­ment. Il nous faut deve­nir plus « durables ». Mais tout ira bien. Il y aura tou­jours la crois­sance, il y aura tou­jours le pro­grès : ces choses conti­nue­ront, parce qu’il doit en être ain­si, elles ne peuvent faire que conti­nuer. Cir­cu­lez, il n’y a rien à voir. Tout ira bien.

*

Le « déni » est un mot lour­de­ment conno­té. Lorsqu’on l’utilise pour qua­li­fier ceux qui ne croient tou­jours pas au chan­ge­ment cli­ma­tique, ils objectent bruyam­ment en refu­sant d’être asso­ciés à ceux qui réécrivent l’histoire de l’Holocauste. Pour­tant, la ten­dance à se foca­li­ser sur ce groupe, qui fond comme neige au soleil, sert peut-être à nous dis­si­mu­ler une autre forme, bien plus répan­due, de déni, au sens psy­cha­na­ly­tique. Freud s’est inté­res­sé à cette capa­ci­té que nous avons de ne pas écou­ter et de ne pas entendre les choses qui ne confortent pas la manière dont nous nous per­ce­vons et dont nous per­ce­vons le monde. Nous pré­fé­rons nous livrer à toutes sortes de contor­sions internes plu­tôt que regar­der ces choses en face, qui remettent en ques­tion notre com­pré­hen­sion fon­da­men­tale du monde.

Aujourd’hui, l’humanité civi­li­sée tout entière est comme plon­gée dans les eaux troubles du déni concer­nant ce qu’elle a construit, et ce qui va lui arri­ver. Les effon­dre­ments éco­lo­gique et éco­no­mique se déroulent sous nos yeux et, lorsque nous les remar­quons, nous agis­sons comme s’il s’agissait d’un pro­blème tem­po­raire, d’un inci­dent tech­nique. Des siècles d’hubris cal­fatent nos oreilles comme des bou­chons de céru­men ; nous ne par­ve­nons pas à entendre le mes­sage que la réa­li­té nous hurle. Mal­gré nos doutes et nos malaises, nous sommes tou­jours sous l’emprise d’une idée de l’histoire selon laquelle le futur sera une ver­sion amé­lio­rée du pré­sent, selon laquelle les choses doivent conti­nuer à évo­luer dans la même direc­tion : le sen­ti­ment de crise ne fait qu’atténuer l’assurance de ce « doivent ». Et ce qui n’était qu’inéluctabilité natu­relle devient néces­si­té urgente : nous devons trou­ver une manière de conti­nuer à avoir des super­mar­chés et des auto­routes. Nous ne par­ve­nons pas à contem­pler l’alternative.

Nous nous trou­vons ain­si, tous ensemble, à trem­bler au bord du pré­ci­pice d’un chan­ge­ment si mas­sif que nous n’avons aucun moyen de le jau­ger. Aucun d’entre nous ne sait où regar­der, mais tous nous évi­tons de regar­der en bas. Secrè­te­ment, nous pen­sons tous être condam­nés : même les poli­ti­ciens le pensent, et même les éco­lo­gistes. Cer­tains d’entre nous se soignent en fai­sant du shop­ping. D’autres en espé­rant que cela advienne. D’autres s’abandonnent au déses­poir. Et d’autres tra­vaillent fié­vreu­se­ment à essayer de se pré­pa­rer à la tem­pête qui vient.

Notre ques­tion est la sui­vante : que se pas­se­rait-il si nous regar­dions en bas ? Serait-ce aus­si dra­ma­tique que nous sem­blons le croire ? Que ver­rions-nous ? Cela pour­rait-il être bon pour nous ?

Il est temps de regarder.

III

Incivilisation

Sans mys­tère, sans curio­si­té et sans la forme qu’impose une réponse par­tielle, il ne peut y avoir d’histoire — seule­ment des confes­sions, des com­mu­ni­qués, des sou­ve­nirs et des frag­ments de fan­tai­sie auto­bio­gra­phique qui, pour l’instant, passent pour des romans.

— John Ber­ger, ‘A Sto­ry for Aesop’, from Kee­ping a Rendezvous
[« Une his­toire pour Ésope », tiré de « Gar­der un rendez-vous »] 

Si nous vacillons effec­ti­ve­ment au bord du pré­ci­pice d’un chan­ge­ment colos­sal dans la manière dont nous vivons, dont la socié­té humaine elle-même se construit, et dans nos rap­ports au monde, ce sont les his­toires que nous nous racon­tons qui nous ont menés là — et notam­ment l’histoire de la civilisation.

Cette his­toire se raconte de dif­fé­rentes façons, reli­gieuse et sécu­lière, scien­ti­fique, éco­no­mique et mys­tique. Mais toutes parlent de la manière dont l’humanité a trans­cen­dé ses ori­gines ani­males, de notre mai­trise crois­sante de la « nature » à laquelle nous n’appartenons plus, et du futur glo­rieux d’abondance et de pros­pé­ri­té que nous pro­met sa mai­trise com­plète. Il s’agit de l’histoire de la cen­tra­li­té humaine, d’une espèce des­ti­née à domi­ner tout ce qu’elle ren­contre, affran­chie des limites qui s’appliquent aux autres créa­tures, jugées inférieures.

Ce qui la rend dan­ge­reuse, c’est d’abord, pour la plu­part, que nous avons oublié qu’il s’agissait d’une his­toire. Elle nous a été contée tant de fois par ceux qui se consi­dèrent comme ration­nels, et même scien­ti­fiques, dépo­si­taires de l’héritage des Lumières — héri­tage qui inclut le déni du rôle des his­toires dans la fabrique de notre monde.

Les humains ont tou­jours vécu au tra­vers d’histoires. Ceux qui étaient doués pour en racon­ter étaient trai­tés avec res­pect, et sou­vent, même, avec une cer­taine méfiance. Au-delà des limites de la rai­son, la réa­li­té demeure mys­té­rieuse, aus­si dif­fi­cile à appro­cher de manière directe que la proie d’un chas­seur. À l’aide des his­toires, de l’art, des sym­boles et des signi­fi­ca­tions, nous tra­quons ces aspects sub­tils de la réa­li­té qui demeurent insoup­çon­nés dans notre phi­lo­so­phie. Les conteurs tissent le numi­neux dans la fabrique de la vie, en l’associant avec le comique, le tra­gique, l’obscène, fai­sant ain­si appa­raître des che­mins plus sûrs pour tra­ver­ser un ter­ri­toire dangereux.

Pour­tant, à mesure que le mythe de la civi­li­sa­tion conso­li­dait son emprise sur notre pen­sée, en emprun­tant les appa­rences de la science et de la rai­son, nous com­men­çâmes à nier le rôle des his­toires, à déni­grer leur pou­voir comme rele­vant de quelque gros­siè­re­té pri­mi­tive, infan­tile, dépas­sée. Les vieux contes grâce aux­quels de si nom­breuses géné­ra­tions avaient sai­si le sens des sub­ti­li­tés et des étran­ge­tés de la vie furent expur­gés et confi­nés à la crèche. La reli­gion, ce sac de mythes et de mys­tères, ber­ceau du théâtre, fut dépous­sié­rée et nor­ma­li­sée de manière à s’inscrire dans un cadre de lois uni­ver­selles et de comp­ta­bi­li­té morale. Les visions oni­riques du Moyen Âge réduites aux his­toires absurdes de l’enfance vic­to­rienne. À l’âge du roman, les his­toires n’étaient plus la manière appro­priée d’approcher les véri­tés pro­fondes de l’existence, mais plu­tôt un moyen de pas­ser le temps durant qu’on pre­nait le train. Dif­fi­cile, aujourd’hui, d’imaginer qu’autrefois les mots des poètes pou­vaient faire trem­bler les rois.

Tou­te­fois, les his­toires conti­nuent de façon­ner notre monde. À tra­vers la télé­vi­sion, les films, les romans et les jeux-vidéo, nous sommes bien plus gavés de nar­ra­tifs que tous ceux qui nous ont pré­cé­dés. L’étrange, cepen­dant, est la négli­gence avec laquelle ces his­toires nous sont com­mu­ni­quées — en tant que diver­tis­se­ment, que dis­trac­tion de la vie quo­ti­dienne, visant à rete­nir notre atten­tion jusqu’à la pro­chaine page de publi­ci­té. Rien ne sug­gère que ces choses consti­tuent l’équipement nous per­met­tant de navi­guer à tra­vers la réa­li­té. Mais de l’autre côté, on retrouve les his­toires sérieuses que nous racontent les éco­no­mistes, les poli­ti­ciens, les géné­ti­ciens et les diri­geants d’entreprise. Celles-ci ne nous sont abso­lu­ment pas pré­sen­tées comme des his­toires, mais comme des témoi­gnages directs de la réa­li­té du monde. Choi­sis­sez une des ver­sions concur­rentes qui nous sont pro­po­sées, puis com­bat­tez ceux qui en choi­sissent une autre. Le conflit que cela génère se joue chaque matin à la radio, et lors des joutes d’experts des débats télé­vi­sés du soir et de l’après-midi. Mais mal­gré leurs sima­grées et la bruyance de leurs oppo­si­tions, il est frap­pant de consta­ter à quel point les dif­fé­rents camps s’accordent : leurs dif­fé­rents points de vue ne sont que des varia­tions sur le thème com­mun de la cen­tra­li­té humaine, de notre mai­trise crois­sante de la « nature », de notre droit à une crois­sance éco­no­mique infi­nie, de notre capa­ci­té à trans­cen­der toutes les limites.

Ain­si, à cause de cette his­toire erro­née, nous trou­vons-nous pié­gés par un nar­ra­tif hors de contrôle, en route vers les pires retrou­vailles pos­sibles avec la réa­li­té. Dans un tel moment, les écri­vains, les artistes, les poètes et les conteurs de toutes sortes ont un rôle cri­tique à jouer. La créa­ti­vi­té demeure la plus incon­trô­lable des forces humaines : sans elle, le pro­jet de la civi­li­sa­tion serait incon­ce­vable, et pour­tant aucun autre aspect de notre vie ne demeure aus­si indomp­té et indo­mes­ti­qué. Les mots et les images peuvent cham­bou­ler les esprits, les cœurs et même le cours de l’histoire. Leurs créa­teurs façonnent des his­toires que les gens portent dans leurs vies, en déterrent des anciennes afin de les ravi­ver, de leur ajou­ter des rebon­dis­se­ments — parce qu’elles doivent tou­jours être renou­ve­lées, en par­tant de notre contexte.

L’art grand public, en Occi­dent, consiste depuis long­temps à cho­quer, à bri­ser des tabous, à se faire remar­quer. Cela dure depuis si long­temps qu’il est deve­nu cou­rant d’affirmer qu’en ces temps iro­niques, épui­sés, post-presque-tout, il n’y a plus aucun tabou à abattre. Seule­ment, il en reste un.

Ce der­nier tabou, c’est le mythe de la civi­li­sa­tion. Il repose sur les his­toires que nous avons conçues concer­nant notre génie, notre indes­truc­ti­bi­li­té, notre Des­ti­née Mani­feste en tant qu’espèce élue. Il est là où notre vision, notre hubris et notre refus irres­pon­sable de faire face à la réa­li­té de notre place sur Terre se rejoignent. Il a per­mis à l’espèce humaine d’accomplir ce que l’on peut consta­ter, et a conduit la pla­nète à l’âge de l’écocide. Les deux sont inti­me­ment liés. Nous pen­sons qu’ils doivent être déliés si nous devons avoir une chance que quelque chose survive.

Nous pen­sons que les « artistes » — qui consti­tue pour nous le plus sym­pa­thique de tous les mots, qui regroupe les écri­vains de toutes sortes, les peintres, les musi­ciens, les sculp­teurs, les poètes, les modé­listes, les créa­teurs, les fabri­cants de choses, les rêveurs de rêves — ont une res­pon­sa­bi­li­té dans l’amorçage de ce pro­ces­sus de dénoue­ment. Nous pen­sons qu’à l’âge de l’écocide, le der­nier tabou doit être bri­sé — et que seuls les artistes peuvent le faire.

L’écocide exige une réponse. Cette réponse est trop cru­ciale pour être lais­sée aux poli­ti­ciens, aux éco­no­mistes, aux pen­seurs concep­tuels, aux dévo­reurs de chiffres ; trop enva­his­sante pour être lais­sée aux acti­vistes ou aux mili­tants. Nous avons besoin des artistes. Cepen­dant, jusqu’ici, la réponse artis­tique est inexis­tante. Entre la tra­di­tion­nelle poé­sie de la nature et l’agitprop, que trouve-t-on ? Où sont les poèmes ayant ajus­té leur por­tée à la mesure de ce défi ? Où sont les romans qui explorent par-delà la mai­son de cam­pagne ou le centre-ville ? Une nou­velle manière d’écrire a‑t-elle vu le jour afin de défier la civi­li­sa­tion elle-même ? Une gale­rie d’art pro­pose-t-elle une expo­si­tion à la hau­teur de cette épreuve ? Un musi­cien a‑t-il décou­vert l’accord secret ?

Si les réponses à ces ques­tions sont, jusque-là, insuf­fi­santes, c’est peut-être à cause de la pro­fon­deur de notre déni col­lec­tif, et du carac­tère effrayant de ce défi. Qui nous effraie nous aus­si. Seule­ment, il doit être affron­té. L’art doit regar­der par-delà le pré­ci­pice, faire face au monde qui vient d’un œil déter­mi­né, et rele­ver le défi de l’écocide en recou­rant à un autre défi : une réponse artis­tique à l’effondrement des empires de l’esprit.

*

Cette réponse, nous l’appelons l’art Inci­vi­li­sé, et une de ses branches nous inté­resse tout par­ti­cu­liè­re­ment : l’écriture Inci­vi­li­sée. L’écriture Inci­vi­li­sée est une écri­ture qui tente de sor­tir du dôme humain et de nous consi­dé­rer comme nous sommes : des singes dotés d’un éven­tail de talents et de capa­ci­tés que nous déployons de manière irres­pon­sable, sans assez de réflexion, de contrôle, de com­pas­sion ou d’intelligence. Des singes qui ont construit un mythe sophis­ti­qué concer­nant leur propre impor­tance, afin de sou­te­nir leur pro­jet civi­li­sa­teur. Des singes dont le pro­jet est de domp­ter, de contrô­ler, de sou­mettre ou de détruire — de civi­li­ser les forêts, les déserts, les ter­ri­toires sau­vages et les mers, d’imposer des obli­ga­tions aux esprits de leurs congé­nères afin qu’ils puissent demeu­rer insen­sibles tout en exploi­tant ou en détrui­sant leurs coha­bi­tants terriens.

Contre le pro­jet civi­li­sa­teur et l’écocide qu’il engendre, l’écriture Inci­vi­li­sée ne pro­pose pas une pers­pec­tive non humaine — nous demeu­rons humains et, même avec ce qui se passe, nous n’en avons pas honte — mais une pers­pec­tive qui nous per­çoit comme un des innu­mé­rables fils de la tapis­se­rie du vivant plu­tôt que comme le pre­mier palan­quin d’une glo­rieuse pro­ces­sion. Elle pro­pose de regar­der sans bron­cher les forces par­mi les­quelles nous évoluons.

Elle s’emploie à peindre un por­trait d’Homo sapiens qu’un être d’un autre monde ou, mieux, de notre monde — une baleine bleue, un alba­tros, un renard roux — pour­rait consi­dé­rer comme vrai­ment res­sem­blant. À détour­ner notre atten­tion de nous-mêmes afin que l’on se tourne vers l’extérieur, à décen­trer nos esprits. Il s’agit, pour faire court, d’une écri­ture qui met la civi­li­sa­tion — et nous-mêmes — en pers­pec­tive. D’une écri­ture qui émane non pas, ain­si que la plu­part des écrits, des centres métro­po­li­tains auto­cen­trés et auto­sa­tis­faits de la civi­li­sa­tion, mais d’ailleurs, du dehors, de ses péri­phé­ries sau­vages. De ces endroits arbo­rés, rem­plis de mau­vaises herbes, et lar­ge­ment évi­tés, d’où l’on per­çoit ces véri­tés incon­for­tables nous concer­nant, ces véri­tés qu’il nous déplait d’entendre. D’une écri­ture qui s’emploie vigou­reu­se­ment à nous remettre à notre place, peu importe à quel point cela nous embarrasse.

Il pour­rait être tout aus­si utile d’étayer un peu ce que l’écriture Inci­vi­li­sée n’est pas. Elle n’est pas l’écriture éco­lo­giste, qui abonde d’ores et déjà, qui échoue la plu­part du temps à pas­ser outre les bar­rières qui déli­mitent notre ego civi­li­sé col­lec­tif, et qui finit le plus sou­vent par l’exalter davan­tage, ali­men­tant ain­si nos illu­sions civi­li­sées col­lec­tives. Elle n’est pas l’écriture natu­ra­liste, puisque la nature n’est pas dis­tincte des humains. Et elle n’est pas l’écriture poli­tique, qui inonde déjà notre monde, parce que la poli­tique est une créa­tion humaine, com­plice de l’écocide et qui pour­rit de l’intérieur.

L’écriture Inci­vi­li­sée est plus radi­cale que toutes celles-là. Par-des­sus-tout, elle est déter­mi­née à dérou­ter notre vision du monde, et non pas à l’alimenter. Il s’agit de l’écriture des mar­gi­naux. Si votre but est d’être aimé, mieux vaut ne pas vous y aven­tu­rer, car la majo­ri­té, au moins pour un temps, refu­se­ra fer­me­ment d’écouter. En témoigne le sort d’un des plus impor­tants et des plus négli­gés des poètes du ving­tième siècle. Robin­son Jef­fers écri­vait, sans les qua­li­fier ain­si, des vers Inci­vi­li­sés soixante-dix ans avant que ce mani­feste soit ima­gi­né. Au début de sa car­rière de poète, Jef­fers était une star : il appa­rais­sait sur la cou­ver­ture du Time maga­zine, lisait ses poèmes dans la biblio­thèque du Congrès, et était res­pec­té pour l’alternative qu’il offrait face au mas­to­donte moder­niste. Aujourd’hui, son tra­vail est igno­ré des antho­lo­gies, son nom, à peine connu, et ses pers­pec­tives, consi­dé­rées avec sus­pi­cion. Lisez ses der­nières œuvres et vous com­pren­drez pour­quoi. Son crime fut de ten­ter, déli­bé­ré­ment, de per­fo­rer la bau­druche enflée de l’égo civi­li­sé. Sa puni­tion, d’être condam­né aux oubliettes lit­té­raires d’où, qua­rante ans après sa mort, il n’a tou­jours pas été auto­ri­sé à sortir.

Mais Jef­fers savait dans quoi il s’embarquait. Il savait que per­sonne, à l’ère du « choix du consom­ma­teur », ne vou­lait entendre un pro­phète des falaises cali­for­niennes affir­mer qu’il « est bon pour l’homme […] de savoir que ses besoins et sa nature n’ont pas plus chan­gés en dix mille ans que les becs des aigles ». Il savait qu’aucun libé­ral exal­té ne vou­drait entendre ces aver­tis­se­ments cin­glants, publiés à l’apogée de la Seconde Guerre mon­diale : « Méfiez-vous des dupes qui parlent de démo­cra­tie / Et des chiens qui parlent de révo­lu­tion / Des ora­teurs ivres, des men­teurs et des croyants […] / Longue vie à la liber­té, et mau­dites soient les idéo­lo­gies ». Sa vision d’un monde dans lequel l’humanité était condam­née à détruire son milieu et ulti­me­ment, à se détruire elle-même (« Je brû­le­rais ma main droite dans un feu lent / Pour chan­ger l’avenir […] Je serais dérai­son­nable ») fut ver­te­ment reje­tée, en ces débuts de l’ère de la démo­cra­tie consu­mé­riste, qu’il pré­di­sait éga­le­ment (« Soyez heu­reux, ajus­tez votre por­te­feuille à la nou­velle abondance […] »).

À mesure que sa poé­sie se déve­lop­pait, Jef­fers déve­lop­pait éga­le­ment une phi­lo­so­phie. Il l’appela « inhu­ma­nisme ». Elle consis­tait, écrivait-il :

« En un dépla­ce­ment de l’emphase et de l’importance de l’humain vers le non-humain : le rejet du solip­sisme humain et la recon­nais­sance de la magni­fi­cence supra­hu­maine […]. Cette manière de pen­ser et de res­sen­tir n’est ni misan­thrope ni pes­si­miste […]. Elle pro­pose un déta­che­ment rai­son­nable comme règle de conduite, au lieu de l’amour, de la haine et de la convoi­tise […], elle pro­cure la magni­fi­cence de l’instinct reli­gieux, et satis­fait nos besoins de contem­pler la gran­deur et de se réjouir de la beauté. »

Le dépla­ce­ment de l’emphase depuis l’humain vers le non-humain : tel est l’objectif de l’écriture Inci­vi­li­sée. Pour « inhu­ma­ni­ser un peu nos pers­pec­tives, et deve­nir confiants / Comme le rocher et l’océan qui nous ont engen­drés ». Il ne s’agit pas d’un rejet de notre huma­ni­té — mais d’une affir­ma­tion du miracle que consti­tue le fait d’être plei­ne­ment humain. Cela consiste à accep­ter le monde pour ce qu’il est et d’enfin en faire notre mai­son, plu­tôt que de rêver d’une délo­ca­li­sa­tion stel­laire, ou d’exister sous un dôme de fabri­ca­tion humaine et de pré­tendre qu’il n’y a rien — ni per­sonne — en-dehors, avec quoi — ou qui — nous serions liés.

Voi­là donc le défi lit­té­raire de notre époque. Jusqu’à pré­sent, peu s’y sont essayés. Les signes des temps virent tous au rouge écla­tant, mais nos som­mi­tés de lettres ont plus impor­tant à lire. Leur art reste confi­né sous le dôme civi­li­sé. L’idée de civi­li­sa­tion s’inscrit, depuis ses racines éty­mo­lo­giques, dans le phé­no­mène urbain, ce qui sou­lève la ques­tion sui­vante : si nos écri­vains semblent inca­pables de trou­ver de nou­velles his­toires à même de nous gui­der dans les temps qui viennent, n’est-ce pas le résul­tat de leur men­ta­li­té métro­po­li­taine ? Les grands noms de la lit­té­ra­ture contem­po­raine sont aus­si bien chez eux dans les quar­tiers hup­pés de Londres que dans ceux de New-York, leurs écrits reflètent les pré­ju­gés des déra­ci­nés, de l’élite trans­na­tio­nale à laquelle ils appartiennent.

L’inverse est aus­si vrai. Ces voix qui racontent une autre his­toire ont ten­dance à éma­ner d’un sens de l’appartenance au lieu. Ain­si des romans et des essais de John Ber­ger et de la Haute-Savoie, ou des pro­fon­deurs explo­rées par Alan Gar­ner dans un rayon d’une jour­née de marche de son lieu natal dans le com­té de Che­shire. Ou de Wen­dell Ber­ry ou de WS Mer­win, de Mary Oli­ver ou de Cor­mac McCar­thy. Ceux dont les écrits approchent les rives de l’Incivilisation sont ceux qui connaissent leur place, au sens phy­sique, et qui se méfient des cris de sirène de la mode cita­dine et de l’effervescence civilisée.

Si nous citons quelques écri­vains par­ti­cu­liers dont les tra­vaux illus­trent ce que nous défen­dons, ce n’est pas dans l’optique de les situer d’une manière pres­ti­gieuse sur la carte exis­tante des répu­ta­tions lit­té­raires. Il s’agit plu­tôt, ain­si que Geoff Dyer le disait de John Ber­ger, de prendre leur tra­vail au sérieux afin de redes­si­ner entiè­re­ment la carte — non seule­ment la carte des répu­ta­tions lit­té­raires, mais éga­le­ment toutes celles qui nous servent à navi­guer à tra­vers l’existence.

Et même en la matière, nous res­tons pru­dents, la car­to­gra­phie n’est pas non plus une acti­vi­té neutre. L’idée de tra­cer des cartes fait écho à un lourd pas­sé colo­nial. L’œil civi­li­sé cherche à obser­ver le monde depuis l’espace, comme quelque chose que l’on dépasse et que l’on sur­veille. L’écrivain Inci­vi­li­sé com­prend que le monde est plu­tôt une chose à laquelle nous appar­te­nons — une mosaïque de lieux, d’expériences, de vues, d’odeurs, de sons. Les cartes peuvent gui­der, mais aus­si éga­rer. Nos cartes doivent être de celles que l’on des­sine par terre à l’aide d’un bâton, et que la pluie efface. Elles ne peuvent être lues que par ceux qui demandent à les voir, et elles ne s’achètent pas.

Voi­là, fina­le­ment, ce qui consti­tue l’écriture Inci­vi­li­sée. Humaine, inhu­maine, stoïque et entiè­re­ment natu­relle. Humble, inter­ro­geante, sus­pi­cieuse des grandes idées et des réponses faciles. Che­mi­nant sur les crêtes et revi­si­tant de vieilles conver­sa­tions. À part mais enga­gée, ses pra­ti­quants sont tou­jours prêts à mettre les mains dans la terre ; conscients, d’ailleurs, que la terre est essen­tielle ; que sur les touches des cla­viers ne devraient taper que ceux dont les ongles sont ter­reux et les esprits impré­gnés de sauvage.

Nous avons essayé de domi­ner le monde ; nous avons ten­té d’agir comme les inten­dants de Dieu et, enfin, nous avons ten­té de faire adve­nir la révo­lu­tion huma­niste, l’âge de la rai­son et de la sépa­ra­tion. Dans tout cela, nous avons échoué, et notre échec a détruit bien plus que le peu que nous per­ce­vions. La civi­li­sa­tion appar­tient au pas­sé. L’Incivilisation, qui com­prend ses défauts puisqu’elle y a par­ti­ci­pé ; qui regarde les choses en face et mord aus­si ver­te­ment qu’elle rap­porte ce qu’elle voit — voi­là le pro­jet dans lequel nous devons désor­mais nous inves­tir. Voi­là le défi que l’écriture — que l’art — doit rele­ver. Voi­là pour­quoi nous sommes là.

 

IV

Aux contreforts !

L’élan vital d’un bois vernal
Peut vous apprendre plus de l’homme,
Du bien et du mal,
Que tous les sages.

— William Word­sworth, ‘The Tables Tur­ned’ / Les temps basculent

Tout mou­ve­ment a besoin d’un début. Toute expé­di­tion, d’un camp de base. Tout pro­jet, d’un quar­tier géné­ral. Notre pro­jet, l’Incivilisation, qui com­prend la pro­mo­tion de l’écriture — et de l’art — Inci­vi­li­sée, requiert une base. Nous pro­po­sons ce mani­feste, non seule­ment parce que nous avons quelque chose à dire — comme beau­coup — mais éga­le­ment parce que nous avons quelque chose à faire. Nous espé­rons que ce pam­phlet a allu­mé une flamme. Si tel est le cas, nous nous devons de l’attiser. Et c’est ce que nous comp­tons faire. Mais nous n’y arri­ve­rons pas seuls.

Voi­ci venu le moment de poser les ques­tions pro­fondes et de les poser urgem­ment. Tout autour de nous, des chan­ge­ments sont en cours qui sug­gèrent que notre mode de vie com­mence à deve­nir obso­lète. Il est temps de par­tir à la recherche de nou­velles voies et de nou­velles his­toires, à même de nous gui­der à tra­vers ces temps de fin du monde tel que nous le connais­sons, et au-delà. Nous pen­sons qu’en ques­tion­nant les fon­da­tions de la civi­li­sa­tion, le mythe de la cen­tra­li­té humaine, de notre sépa­ra­tion ima­gi­naire, nous trou­ve­rons de telles voies.

Hors les enceintes que nous avons bâties — les murs des villes, ces signes ori­gi­nels, en pierre ou en bois, de la sépa­ra­tion de « l’homme » et de « la nature ». Au-delà des portes, vers le sau­vage, voi­là où nous allons. Et même là, il nous fau­dra viser les hau­teurs, étant don­né, ain­si que l’a écrit Jef­fers, que « lorsque les villes reposent aux pieds du monstre / Il reste les mon­tagnes ». Nous effec­tue­rons notre pèle­ri­nage en direc­tion de la mon­tagne sombre du poète, vers les hauts som­mets, immuables, de l’inhumanité, qui étaient là avant nous et seront là après et, depuis leurs flancs, nous obser­ve­rons les minus­cules lumières des villes au loin afin de com­prendre qui nous sommes et ce que nous sommes devenus.

Voi­là le pro­jet de la mon­tagne sombre. Voi­là où il débute.

Où il fini­ra ? Per­sonne ne sait. Où il mène­ra ? Nous ne sommes pas sûrs. Sa pre­mière incar­na­tion, en plus de ce mani­feste, est un site inter­net, qui indique la direc­tion des mon­tagnes. Il contien­dra des pen­sées, des notes, des idées ; il pré­pa­re­ra le pro­jet de l’Incivilisation en pro­po­sant aux nou­veaux venus de rejoindre la discussion.

Et puis il devien­dra un objet phy­sique, la réa­li­té vir­tuelle n’ayant, au bout du compte, rien de réel. Il devien­dra un jour­nal papier, des cartes, des tableaux et des gra­vures ; d’idées, de pen­sées, d’observations, de mur­mures ; de nou­velles his­toires qui aide­ront à défi­nir le pro­jet — l’école, le mou­ve­ment — de l’écriture Inci­vi­li­sée. Il col­lec­te­ra les mots et les images de ceux qui se consi­dèrent Inci­vi­li­sés et qui veulent en par­ler ; qui veulent nous aider à atta­quer les cita­delles. Il sera beau pour l’œil, pour le cœur et pour l’esprit, puisque nous sommes assez archaïques pour croire que la beau­té — comme la véri­té — existe, mais aus­si qu’elle importe.

Au-delà… le reste est à décou­vrir. Le che­min est long à tra­vers les plaines, et les choses deviennent indis­tinctes avec la dis­tance. Il reste de grands espaces vierges sur cette carte. Les civi­li­sés vou­draient les rem­plir ; nous ne le sou­hai­tons pas. Mais nous ne résis­tons pas à les explo­rer, en navi­gant, au gré des rumeurs et des étoiles. Nous ne savons pas exac­te­ment ce que nous trou­ve­rons. Cela nous rend quelque peu ner­veux. Mais nous ne ferons pas demi-tour. Nous pen­sons que quelque chose d’immense attend là, dehors, d’être trouvé.

L’Incivilisation, comme la civi­li­sa­tion, n’est pas quelque chose que l’on peut créer seul. L’ascension de la mon­tagne sombre ne peut être un exer­cice soli­taire. Nous avons besoin de por­teurs, de sher­pas, de guides, de com­pa­gnons d’aventure. Nous devons nous encor­der ensemble, pour plus de sécu­ri­té. Pour le moment, notre struc­ture est amorphe et nébu­leuse. Elle se raf­fer­mi­ra au cours de la marche. Comme les meilleurs écrits, nous devons être façon­nés par le sol sous nos pieds, et ce que nous devien­drons sera for­mé, au moins en par­tie, de ce que nous décou­vri­rons en chemin.

Si cela vous inté­resse de mar­cher avec nous, au moins un bout de che­min, nous aime­rions avoir de vos nou­velles. Nous sommes per­sua­dés qu’il y en a d’autres, dehors, qui appré­cie­raient de par­ti­ci­per à cette expédition.

Venez. Joi­gnez-vous à nous. Nous par­tons à l’aube.

Les huit principes de l’Incivilisation

« Nous devons inhu­ma­ni­ser un peu nos pers­pec­tives, et deve­nir confiants
Comme le rocher et l’océan qui nous ont engendrés. »

  1. Nous vivons une époque de désa­gré­ga­tion sociale, éco­no­mique et éco­lo­gique. Tout autour de nous sont des signes de ce que notre mode de vie, dans son inté­gra­li­té, com­mence déjà à deve­nir obso­lète. Nous affron­te­rons cette réa­li­té hon­nê­te­ment et appren­drons à vivre avec.
  2. Nous reje­tons la foi qui vou­drait que les crises conver­gentes de notre temps puissent être réduites à une série de « pro­blèmes » appe­lant des « solu­tions » tech­no­lo­giques ou politiques.
  3. Nous pen­sons que les racines de ces crises plongent dans les his­toires que nous nous racon­tons. Nous comp­tons défier ces his­toires qui sou­tiennent notre civi­li­sa­tion : le mythe du pro­grès, le mythe de la cen­tra­li­té humaine, et le mythe de notre sépa­ra­tion de la « nature ». Ces mythes sont d’autant plus dan­ge­reux que nous avons oublié qu’ils en étaient.
  4. Nous réaf­fir­me­rons le rôle du récit en tant que force dépas­sant lar­ge­ment le seul diver­tis­se­ment. C’est au tra­vers des his­toires que nous tis­sons la réalité.
  5. Les humains ne sont ni le centre ni la rai­son d’être de la pla­nète. Notre art com­men­ce­ra par ten­ter de sor­tir du dôme de la civi­li­sa­tion. Avec une grande atten­tion, nous nous réin­ves­ti­rons avec le monde non humain.
  6. Nous célè­bre­rons l’écriture et l’art ancrés dans un sens du lieu et du temps. Notre lit­té­ra­ture est depuis trop long­temps domi­née par ceux qui habitent les cita­delles cosmopolites.
  7. Nous ne nous per­drons pas dans l’élaboration de théo­ries ou d’idéologies. Nos mots seront élé­men­taires. Nous écri­rons d’ailleurs avec la terre qu’il y aura sous nos ongles.
  8. La fin du monde tel que nous le connais­sons n’est pas la fin du monde. Ensemble, nous trou­ve­rons l’espoir au-delà de l’espoir, les che­mins qui mènent au monde incon­nu que l’on a devant nous.

Notes :

  1. Une affir­ma­tion cer­tai­ne­ment dis­cu­table, qui me semble même sim­ple­ment fausse. Selon toute pro­ba­bi­li­té, la san­té phy­sique des civi­li­sés, séden­taires, nour­ris à l’alimentation indus­trielle, sur­mé­di­ca­li­sés, phy­si­que­ment inac­tifs, etc., est vrai­sem­bla­ble­ment moins bonne que celle des géné­ra­tions pré­cé­dentes. Seule l’espérance de vie a aug­men­té, mais il s’agit d’un indi­ca­teur quan­ti­ta­tif et non qua­li­ta­tif. Ain­si que Sénèque le remar­quait déjà en son temps : « Pas un ne se demande s’il vit bien, mais s’il aura long­temps à vivre. Cepen­dant tout le monde est maître de bien vivre ; nul, de vivre long­temps. » C’est pour­quoi : « L’essentiel est une bonne et non une longue vie. » Voir : https://partage-le.com/2017/09/une-breve-contre-histoire-du-progres-et-de-ses-effets-sur-la-sante-de-letre-humain/, NdT.

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
41
Shares
4 comments
  1. Bon­jour et mer­ci Nico­las C pour ce tra­vail de tra­duc­tion qui non seule­ment m’ins­pire à réflexion et m’a per­mis de décou­vrir Robi­son Jef­fers a tra­vers sont unique œuvre publier en fran­çais « Le dieu sau­vage du monde ». J’ai décou­vert votre site depuis peu et j’a­voue avoir un cer­tain plai­sir a vous lire. Cette cri­tique radi­cal de l’é­co­lo­gie bien trop absente dans les médias y com­pris ceux qui se pré­tendent alter­na­tif, me semble aujourd’hui plus que jamais d’ac­tua­li­té et néces­saire. Je par­tage a tra­vers vos publi­ca­tions un bon nombre de réflexions qui me servent de bous­sole pour avan­cer dans le chaos de cette socié­tés en voie d’effondrement.

  2. Ce mani­feste est très intéressant.
    Cepen­dant je viens d’al­ler sur le site du pro­jet Dark Moun­tain, et quelle décep­tion de voir que pour un mou­ve­ment qui se veut aus­si en marge, il faille payer pour lire les œuvres… Non pas que 3£ soient exces­sifs, dans le prin­cipe même je trouve cela moyen­ne­ment intègre à toute la pen­sée du mouvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Oubliez les douches courtes ! (par Derrick Jensen)

Une seule personne sensée aurait-elle pu penser que le recyclage aurait arrêté Hitler, ou que le compostage aurait mis fin à l’esclavage ou qu'il nous aurait fait passer aux journées de huit heures, ou que couper du bois et porter de l’eau aurait sorti le peuple russe des prisons du tsar, ou que danser nus autour d’un feu nous aurait aidés à instaurer la loi sur le droit de vote de 1957 ou les lois des droits civiques de 1964? Alors pourquoi, maintenant que la planète entière est en jeu, tant de gens se retranchent-ils derrière ces "solutions" tout-à-fait personnelles ?