Note de lecture : Les héros de l’environnement (d’Élisabeth Schneiter)

« En réa­li­té il n’y a pro­ba­ble­ment pas de solu­tion au sein de la socié­té indus­trielle telle qu’elle nous est don­née. […] Pour nous et sur­tout pour nos des­cen­dants, il n’y a pas d’autres voies qu’une véri­table défense de la nature. Désor­mais toute entre­prise devrait être envi­sa­gée en tenant compte de la tota­li­té de l’équilibre qu’elle per­turbe. Les hommes qui se voue­raient à une telle révo­lu­tion pour­raient consti­tuer une ins­ti­tu­tion, indé­pen­dante des par­tis ou des États, consa­crée à la défense de la nature. […] La mer­veille de Baby­lone est ce jar­din ter­restre qu’il nous faut main­te­nant défendre contre les puis­sances de mort. »

— Ber­nard Char­bon­neau, Le jar­din de Baby­lone (1969).

Près de 50 années se sont écou­lées depuis que Ber­nard Char­bon­neau a écrit cela. Et que voyons-nous ? Sur le plan éco­lo­gique, nous voyons la nature être détruite à une cadence tou­jours plus sou­te­nue : au cours des soixante der­nières années, 90 % des grands pois­sons[1], 70 % des oiseaux marins[2] et, plus géné­ra­le­ment, 52 % des ani­maux sau­vages[3] ont dis­pa­ru. La défo­res­ta­tion ravage actuel­le­ment les forêts au rythme d’un hec­tare par seconde[4]. L’étalement urbain, qui détruit l’habitat des espèces vivantes et consti­tue ain­si une des prin­ci­pales causes de leur anéan­tis­se­ment et de la sixième extinc­tion de masse en cours actuel­le­ment, conti­nue inexo­ra­ble­ment au point qu’il est pré­vu que la sur­face urba­ni­sée du monde triple au cours des pro­chaines décen­nies[5]. L’extraction et l’utilisation de com­bus­tibles fos­siles ne cesse de croître, une ten­dance qui ne fera selon toute pro­ba­bi­li­té que s’intensifier au cours des pro­chaines décen­nies, au même titre que tout le reste.

Sur le plan poli­tique, nous voyons des fous élus pré­si­dents, par­mi les pires des­truc­teurs de la nature, qui cherchent à se faire pas­ser pour l’inverse de ce qu’ils sont, en étant sacré « Cham­pion de la terre » (Macron), et en se pro­cla­mant « véri­table défen­seur de l’environnement » (Trump). Nous voyons une ancienne lob­byiste de Danone, qui défend non pas la nature mais les OGM et toutes les indus­tries les plus nui­sibles, comme celle de l’huile de palme, nom­mée Secré­taire d’État à la Tran­si­tion éco­lo­gique (Emma­nuelle War­gon) auprès d’un ministre récem­ment nom­mé qui adore les indus­triels et déteste la nature (Fran­çois de Rugy). Nous voyons aus­si les inéga­li­tés éco­no­miques croître et croître et croître encore et atteindre une ampleur sans précédent.

La bonne nou­velle, c’est qu’à tra­vers le monde, contre la folie indus­trielle, des indi­vi­dus résistent. La mau­vaise, c’est qu’ils sont trop peu nom­breux, et prin­ci­pa­le­ment situés dans les pays les plus auto­ri­taires. Pour­quoi cela ? Peut-être, en par­tie, et pour para­phra­ser Der­rick Jen­sen, parce que lorsque votre eau sort du robi­net et votre nour­ri­ture du super­mar­ché, c’est ce sys­tème urba­no-indus­triel que vous allez vou­loir défendre et, inver­se­ment, parce que lorsque votre eau pro­vient de la rivière d’à côté et votre nour­ri­ture de la Terre dont vous pre­nez soin, ce sont elles que vous allez vou­loir défendre. Dans nos pays riches et « déve­lop­pés », la qua­si-tota­li­té d’entre nous dépendent désor­mais de la civi­li­sa­tion indus­trielle et de ses faci­li­tés tech­no­lo­giques pour leur sur­vie. Dans les pays moins déve­lop­pés (« en voie de déve­lop­pe­ment »), davan­tage d’individus obtiennent encore direc­te­ment leur sub­sis­tance du ter­ri­toire auquel ils appar­tiennent, et dont ils prennent soin.

C’est pour­quoi Ber­ta Caceres a été tuée alors qu’elle s’opposait à la construc­tion des bar­rages hydro­élec­triques d’Agua Zar­ca. Et c’est pour­quoi, en France, nombre de soi-disant éco­lo­gistes vantent les mérites des bar­rages qui pro­duisent, selon eux, de l’éner­gie « verte ». Deux mondes, deux visions de l’écologie.

Ber­ta Caceres, Éli­sa­beth Schnei­ter nous en parle dans son der­nier livre, Les héros de l’environnement, publié aux édi­tions Seuil/Repor­terre, dans lequel elle s’intéresse éga­le­ment à beau­coup d’autres défen­seurs de la nature au Hon­du­ras, au Nige­ria, au Cam­bodge, en Équa­teur, au Bré­sil, au Gua­te­ma­la, en Tan­za­nie, en Mon­go­lie, aux Phi­lip­pines, et ailleurs. Mais prin­ci­pa­le­ment, donc, dans des pays — ren­dus — pauvres.

L’acharnement violent auquel font face les défen­seurs de la nature dans ces pays-là fait froid dans le dos. Les col­lu­sions et cor­rup­tions au sein du gou­ver­ne­ment ou entre l’État et des entre­prises y sont bien pires que chez nous — et bien sou­vent à cause de chez nous, à cause de nos gou­ver­ne­ments de pays riches, qui ont orga­ni­sé et vou­lu le sta­tu quo géo­po­li­tique actuel afin de piller faci­le­ment les res­sources des pays qu’ils appau­vris­saient en les inté­grant dans l’Empire capi­ta­liste indus­triel mon­dia­li­sé ; l’exemple du Hon­du­ras déve­lop­pé dans le livre l’illustre ter­ri­ble­ment. Éli­sa­beth Schnei­ter rappelle :

« En 2017, d’a­près les cal­culs de l’ONG Glo­bal Wit­ness, 207 acti­vistes ont été tué parce qu’ils défen­daient la nature, ce qui fait envi­ron quatre per­sonnes par semaine. De nom­breux meurtres échappent pro­ba­ble­ment aux sta­tis­tiques. L’as­sas­si­nat n’est d’ailleurs que l’une des tac­tiques uti­li­sées pour faire taire les défen­seurs des terres et de l’en­vi­ron­ne­ment, il y a aus­si les inti­mi­da­tions diverses, menaces de mort, arres­ta­tions, dif­fa­ma­tions, agres­sions sexuelles et pro­cès abu­sifs, avec emprisonnement… »

Une des his­toires qu’elle raconte, celle de Chut Wut­ty, un éco­lo­giste cam­bod­gien qui a fini assas­si­né parce qu’il osait se confron­ter à la mafia de la défo­res­ta­tion, est d’ailleurs expo­sée dans un bon docu­men­taire récem­ment dif­fu­sé sur Arte :

Le cou­rage dont témoignent les femmes et les hommes qu’Élisabeth Schnei­ter décrit  force le res­pect, et devrait nous ins­pi­rer nous, dans nos pays riches. Et non seule­ment leur cou­rage mais aus­si, pour plu­sieurs d’entre eux, leur para­digme éco­lo­gique. Car contrai­re­ment à nos éco­lo­gistes les plus fameux qui ne pro­posent que d’installer des cen­trales solaires et des éoliennes un peu par­tout afin de pou­voir conti­nuer à mener le train de vie consu­mé­riste indus­triel auquel ils sont désor­mais atta­chés tout en ayant l’impression de ne pas détruire le monde, c’est plu­tôt contre ce mode de vie indé­si­rable et insou­te­nable (y com­pris contre ses éoliennes, ses bar­rages et ses autres indus­tries soi-disant « renou­ve­lables »), qui n’a jamais eu d’avenir, et contre tout ce qu’il implique de ravages sociaux et éco­lo­giques, que cer­taines popu­la­tions autoch­tones se battent encore aujourd’hui — des Tolu­pans du Hon­du­ras à cer­tains peuples autoch­tones de la pro­vince de Sucum­bios en Équa­teur ou de Bor­néo. Ces popu­la­tions savent encore com­ment vivre sans détruire leur milieu natu­rel, ain­si qu’elle le rap­pelle (« Les autoch­tones de Bor­néo res­pectent des règles éta­blies de longue date par leurs ancêtres, fixant les taux de col­lecte et la bonne façon de recueillir les res­sources fores­tières pour mini­mi­ser le stress cau­sé aux arbres par des coupes »).

Cela dit, cer­tains, en France aus­si, per­çoivent l’impasse dans laquelle l’écologisme grand public s’enlise en pro­mou­vant un impos­sible ver­dis­se­ment de la socié­té indus­trielle[6]. Et par­mi eux les zadistes, et par­mi eux ceux qui s’opposent à tous les nou­veaux pro­jets indus­triels, même « renou­ve­lables », et qui militent pour d’autres manières de vivre, à taille humaine, véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques et soli­daires, non indus­trielles et non mar­chandes, les plus auto­nomes pos­sibles, basées sur un lien fort et res­pec­tueux avec leur ter­ri­toire éco­lo­gique, avec la com­mu­nau­té bio­tique qu’il constitue.

« Une guerre igno­rée est en cours sur la pla­nète, écrit-elle, entre des entre­prises prêtes à tout et des gens qui veulent vivre libres et indé­pen­dants sur leurs ter­ri­toires, sans nui­sances et sans destructions. »

Et les his­toires de cou­rage et d’abnégation qu’elle rap­porte dans son livre devraient ins­pi­rer nos luttes.

Nico­las Casaux

La cou­ver­ture du livre d’Élisabeth Schneiter.

  1. http://www.liberation.fr/sciences/2003/05/15/90-des-gros-poissons-ont-disparu_433629
  2. http://www.sudouest.fr/2015/07/16/environnement-70-des-oiseaux-marins-ont-disparu-en-seulement-60-ans-2025145–6095.php
  3. http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20140930.OBS0670/infographie-52-des-animaux-sauvages-ont-disparu-en-40-ans.html
  4. https://www.theguardian.com/environment/ng-interactive/2018/jun/27/one-football-pitch-of-forest-lost-every-second-in-2017-data-reveals
  5. https://www.theguardian.com/environment/world-on-a-plate/2016/dec/28/growing-mega-cities-will-displace-vast-tracts-of-farmland-by-2030-study-says
  6. https://partage-le.com/2018/10/de-paul-hawken-a-isabelle-delannoy-les-nouveaux-promoteurs-de-la-destruction-durable-par-nicolas-casaux/

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

L’invention du capitalisme : comment des paysans autosuffisants ont été changés en esclaves salariés pour l’industrie (par Yasha Levine)

[...] Eh oui, au contraire de ce qui est souvent suggéré, la transition vers une société capitaliste ne s'est pas faite naturellement ou sans douleur. Les paysans anglais, voyez-vous, n'avaient aucune envie d'abandonner leurs communautés rurales et leurs terres afin de travailler pour des salaires plus que précaires dans d’atroces et dangereuses usines, installées par une nouvelle et riche classe de propriétaires terriens capitalistes. [...]