Du mythe de la croissance verte à un monde post-croissance (par Philippe Bihouix)

L’ar­ticle sui­vant, qui dénonce l’illu­sion des solu­tions hau­te­ment tech­no­lo­giques (dont les éner­gies dites renou­ve­lables) dans la lutte contre le chan­ge­ment cli­ma­tique, est tiré de l’ou­vrage col­lec­tif Crime cli­ma­tique stop ! : L’ap­pel de la socié­té civile (éd. du Seuil, 2015). Son auteur, Phi­lippe Bihouix, est un ingé­nieur bor­de­lais auteur de L’Âge des low tech, vers une civi­li­sa­tion tech­ni­que­ment sou­te­nable (éd. du Seuil, 2014).


Nous connais­sons main­te­nant les consé­quences sur le cli­mat de notre uti­li­sa­tion mas­sive d’énergies fos­siles. Pour les rem­pla­cer, le nucléaire, toutes géné­ra­tions confon­dues, n’est cré­dible ni indus­triel­le­ment, ni mora­le­ment. Indé­nia­ble­ment, nous pou­vons et nous devons [sic] déve­lop­per les éner­gies renou­ve­lables. Mais ne nous ima­gi­nons pas qu’elles pour­ront rem­pla­cer les éner­gies fos­siles et main­te­nir notre débauche éner­gé­tique actuelle.

Les pro­blèmes aux­quels nous fai­sons face ne pour­ront pas être réso­lus sim­ple­ment par une série d’innovations tech­no­lo­giques et de déploie­ments indus­triels de solu­tions alter­na­tives. Car nous allons nous heur­ter à un pro­blème de res­sources, essen­tiel­le­ment pour deux rai­sons : il faut des res­sources métal­liques pour cap­ter les éner­gies renou­ve­lables ; et celles-ci ne peuvent qu’être impar­fai­te­ment recy­clées, ce phé­no­mène s’aggravant avec l’utilisation de hautes tech­no­lo­gies. La solu­tion cli­ma­tique ne peut donc pas­ser que par la voie de la sobrié­té et de tech­no­lo­gies adap­tées, moins consommatrices.

Énergies et ressources sont intimement liées

Les argu­ments sont connus : les éner­gies renou­ve­lables ont un poten­tiel énorme ; et même si elles sont dif­fuses, pour par­tie inter­mit­tentes, et à date encore un peu trop chères, les pro­grès conti­nus sur la pro­duc­tion, le sto­ckage, le trans­port, et leur déploie­ment mas­sif devraient per­mettre de réduire les coûts et les rendre abordables.

Certes, la Terre reçoit chaque jour une quan­ti­té d’énergie solaire des mil­liers de fois plus grande que les besoins de l’humanité… Les sce­na­rii sur des mondes « éner­gé­ti­que­ment ver­tueux » ne manquent pas : troi­sième révo­lu­tion indus­trielle du pros­pec­ti­viste Jere­my Rif­kin, plan Wind Water Sun du pro­fes­seur Jacob­son de l’université de Stan­ford, pro­jet indus­triel Deser­tec, ou, à l’échelle fran­çaise, simu­la­tions de l’association Nega­watt ou de l’ADEME.

Tous sont basés sur des déploie­ments indus­triels très ambi­tieux. Wind Water Sun pro­pose de cou­vrir les besoins en éner­gie de l’ensemble du monde, uni­que­ment avec des renou­ve­lables, d’ici 2030. Pour cela, il fau­drait 3,8 mil­lions d’éoliennes de 5 MW et 89 000 cen­trales solaires de 300 MW, soit ins­tal­ler en 15 ans 19 000 GW d’éoliennes (30 fois le rythme actuel de 40 GW au plus par an), et inau­gu­rer quinze cen­trales solaires par jour.

Économie de guerre

Rien d’impossible sur le papier, mais il fau­drait alors une véri­table éco­no­mie de guerre, pour orga­ni­ser l’approvisionnement en matières pre­mières – acier, ciment, résines poly­uré­thanes, cuivre, terres rares (pour four­nir le néo­dyme des aimants per­ma­nents pour les géné­ra­trices de ces éoliennes, il fau­drait – si tant est qu’il y ait les réserves dis­po­nibles – mul­ti­plier la pro­duc­tion annuelle par 15 !) –, la pro­duc­tion des équi­pe­ments, la logis­tique et l’installation (bateaux, grues, bases de sto­ckage…), la for­ma­tion du per­son­nel… Sans par­ler des dis­po­si­tifs de trans­port et de sto­ckage de l’électricité !

Mais l’irréalisme tient davan­tage aux res­sources qu’aux contraintes indus­trielles ou finan­cières. Car il faut des métaux pour cap­ter, conver­tir et exploi­ter les éner­gies renou­ve­lables. Moins concen­trées et plus inter­mit­tentes, elles pro­duisent moins de kWh par uni­té de métal (cuivre, acier) mobi­li­sée que les sources fos­siles. Cer­taines tech­no­lo­gies uti­lisent des métaux plus rares, comme le néo­dyme dopé au dys­pro­sium pour les éoliennes de forte puis­sance, l’indium, le sélé­nium ou le tel­lure pour une par­tie des pan­neaux pho­to­vol­taïques à haut ren­de­ment. Il faut aus­si des métaux pour les équi­pe­ments annexes, câbles, ondu­leurs ou batteries.

Nous dis­po­sons de beau­coup de res­sources métal­liques, de même qu’il reste énor­mé­ment de gaz et pétrole conven­tion­nels ou non, d’hydrates de méthane, de char­bon… bien au-delà du sup­por­table pour la régu­la­tion cli­ma­tique pla­né­taire, hélas.

Mais, comme pour le pétrole et le gaz, la qua­li­té et l’accessibilité de ces res­sources minières se dégradent (pour le pétrole et le gaz, le rap­port entre quan­ti­té d’énergie récu­pé­rée et quan­ti­té d’énergie inves­tie pour l’extraire est pas­sé de 30–50 dans les champs onshore, à 5–7 dans les exploi­ta­tions deep ou ultra­deep off­shore, et même 2–4 pour les sables bitu­mi­neux de l’Alberta). Car nous exploi­tons un stock de mine­rais qui ont été créés, enri­chis par la nature « vivante » de la pla­nète : tec­to­nique des plaques, vol­ca­nisme, cycle de l’eau, acti­vi­té biologique…

Deux problèmes au même moment

Logi­que­ment, nous avons exploi­té d’abord les res­sources les plus concen­trées, les plus simples à extraire. Les nou­velles mines ont des teneurs en mine­rai plus basses que les mines épui­sées (ain­si du cuivre, pas­sé d’une moyenne de 1,8–2% dans les années 1930, à 0,5% dans les nou­velles mines), ou bien sont moins acces­sibles, plus dures à exploi­ter, plus profondes.

Or, que les mines soient plus pro­fondes ou moins concen­trées, il faut dépen­ser plus d’énergie, parce qu’il faut remuer tou­jours plus de « sté­riles » miniers, ou parce que la pro­fon­deur engendre des contraintes, de tem­pé­ra­ture notam­ment, qui rendent les opé­ra­tions plus complexes.

Il y a donc une inter­ac­tion très forte entre dis­po­ni­bi­li­té en éner­gie et dis­po­ni­bi­li­té en métaux, et la négli­ger serait se confron­ter à de grandes désillusions.

Si nous n’avions qu’un pro­blème d’énergie (et de cli­mat !), il « suf­fi­rait » de tar­ti­ner le monde de pan­neaux solaires, d’éoliennes et de smart grids (réseaux de trans­port « intel­li­gents » per­met­tant d’optimiser la consom­ma­tion, et sur­tout d’équilibrer à tout moment la demande variable avec l’offre inter­mit­tente des éner­gies renouvelables).

Si nous n’avions qu’un pro­blème de métaux, mais accès à une éner­gie concen­trée et abon­dante, nous pour­rions conti­nuer à exploi­ter la croûte ter­restre à des concen­tra­tions tou­jours plus faibles.

Mais nous fai­sons face à ces deux pro­blèmes au même moment, et ils se ren­forcent mutuel­le­ment : plus d’énergie néces­saire pour extraire et raf­fi­ner les métaux, plus de métaux pour pro­duire une éner­gie moins accessible.

L’économie circulaire est une gentille utopie

Les res­sources métal­liques, une fois extraites, ne dis­pa­raissent pas. L’économie cir­cu­laire, basée en par­ti­cu­lier sur l’éco-conception et le recy­clage, devrait donc être une réponse logique à la pénu­rie métal­lique. Mais celle-ci ne pour­ra fonc­tion­ner que très par­tiel­le­ment si l’on ne change pas radi­ca­le­ment notre façon de pro­duire et de consommer.

Natu­rel­le­ment on peut et il faut recy­cler plus qu’aujourd’hui, et les taux de recy­clage actuels sont sou­vent si bas que les marges de pro­gres­sion sont énormes. Mais on ne peut jamais atteindre 100% et recy­cler « à l’infini », quand bien même on récu­pé­re­rait toute la res­source dis­po­nible et on la trai­te­rait tou­jours dans les usines les plus modernes, avec les pro­cé­dés les mieux maî­tri­sés (on en est très loin).

D’abord parce qu’il faut pou­voir récu­pé­rer phy­si­que­ment la res­source pour la recy­cler, ce qui est impos­sible dans le cas des usages dis­per­sifs ou dis­si­pa­tifs. Les métaux sont cou­ram­ment uti­li­sés comme pro­duits chi­miques, addi­tifs, dans les verres, les plas­tiques, les encres, les pein­tures, les cos­mé­tiques, les fon­gi­cides, les lubri­fiants et bien d’autres pro­duits indus­triels ou de la vie cou­rante (envi­ron 5% du zinc, 10 à 15% du man­ga­nèse, du plomb et de l’étain, 15 à 20% du cobalt et du cad­mium, et, cas extrême, 95% du titane dont le dioxyde sert de colo­rant blanc universel).

Ensuite parce qu’il est dif­fi­cile de recy­cler cor­rec­te­ment. Nous conce­vons des pro­duits d’une diver­si­té et d’une com­plexi­té inouïes, à base de com­po­sites, d’alliages, de com­po­sants de plus en plus minia­tu­ri­sés et inté­grés… mais notre capa­ci­té, tech­no­lo­gique ou éco­no­mique, à repé­rer les dif­fé­rents métaux ou à les sépa­rer, est limitée.

Les métaux non fer­reux conte­nues dans les aciers alliés issus de pre­mière fonte sont fer­raillés de manière indif­fé­ren­ciée et finissent dans des usages moins nobles comme les ronds à béton du bâti­ment. Ils ont bien été recy­clés, mais sont per­dus fonc­tion­nel­le­ment, les géné­ra­tions futures n’y auront plus accès, ils sont « dilués ». Il y a dégra­da­tion de l’usage de la matière : le métal « noble » finit dans un acier bas de gamme, comme la bou­teille plas­tique finit en chaise de jardin.

La vraie voiture propre, c’est le vélo !

La voi­ture propre est ain­si une expres­sion absurde, quand bien même les voi­tures fonc­tion­ne­raient avec une éner­gie « 100% propre » ou « zéro émis­sion ». Sans remise en ques­tion pro­fonde de la concep­tion, il y aura tou­jours des usages dis­per­sifs (divers métaux dans la pein­ture, étain dans le PVC, zinc et cobalt dans les pneus, pla­tine reje­té par le pot cata­ly­tique…), une car­ros­se­rie, des élé­ments métal­liques et de l’électronique de bord qui seront mal recy­clés… La vraie voi­ture propre, ou presque, c’est le vélo !

Perte entro­pique ou par dis­per­sion (à la source ou à l’usage), perte « méca­nique » (par aban­don dans la nature, mise en décharge ou inci­né­ra­tion), perte fonc­tion­nelle (par recy­clage inef­fi­cace) : le recy­clage n’est pas un cercle mais un boyau per­cé, et à chaque cycle de pro­duc­tion-usage-consom­ma­tion, on perd de manière défi­ni­tive une par­tie des res­sources. On peut tou­jours pro­gres­ser. Mais sans revoir dras­ti­que­ment notre manière d’agir, les taux res­te­ront déses­pé­ré­ment bas pour de nom­breux petits métaux high tech et autres terres rares (pour la plu­part, moins de 1% aujourd’hui), tan­dis que pour les grands métaux nous pla­fon­ne­rons à un taux typique de 50 à 80% qui res­te­ra très insuffisant.

La croissance « verte » sera mortifère

La crois­sance « verte » se base, en tout cas dans son accep­tion actuelle, sur le tout-tech­no­lo­gique. Elle ne fera alors qu’aggraver les phé­no­mènes que nous venons de décrire, qu’emballer le sys­tème, car ces inno­va­tions « vertes » sont en géné­ral basées sur des métaux moins répan­dus, aggravent la com­plexi­té des pro­duits, font appel à des com­po­sants high tech plus durs à recy­cler. Ain­si du der­nier cri des éner­gies renou­ve­lables, des bâti­ments « intel­li­gents », des voi­tures élec­triques, hybrides ou hydrogène…

Le déploie­ment suf­fi­sam­ment mas­sif d’énergies renou­ve­lables décen­tra­li­sées, d’un inter­net de l’énergie, est irréa­liste. Si la méta­phore fleure bon l’économie « déma­té­ria­li­sée », c’est oublier un peu vite qu’on ne trans­porte pas les élec­trons comme les pho­tons, et qu’on ne stocke pas l’énergie aus­si aisé­ment que des octets. Pour pro­duire, sto­cker, trans­por­ter l’électricité, même « verte », il faut quan­ti­té de métaux. Et il n’y a pas de loi de Moore (pos­tu­lant le dou­ble­ment de la den­si­té des tran­sis­tors tous les deux ans envi­ron) dans le monde phy­sique de l’énergie.

Mais une lutte tech­no­lo­gique contre le chan­ge­ment cli­ma­tique sera aus­si désespérée.

Ain­si dans les voi­tures, où le besoin de main­te­nir le confort, la per­for­mance et la sécu­ri­té néces­site des aciers alliés tou­jours plus pré­cis pour gagner un peu de poids et réduire les émis­sions de CO2. Alors qu’il fau­drait limi­ter la vitesse et bri­der la puis­sance des moteurs, pour pou­voir dans la fou­lée réduire le poids et gagner en consom­ma­tion. La voi­ture à un litre aux cent kilo­mètres est à por­tée de main ! Il suf­fit qu’elle fasse 300 ou 400 kg, et ne dépasse pas les 80 km/h.

Ain­si dans les bâti­ments, où le niveau de confort tou­jours plus exi­geant néces­site l’emploi de maté­riaux rares (verres fai­ble­ment émis­sifs) et une élec­tro­ni­ci­sa­tion géné­ra­li­sée pour opti­mi­ser la consom­ma­tion (ges­tion tech­nique du bâti­ment, cap­teurs, moteurs et auto­ma­tismes, ven­ti­la­tion méca­nique contrôlée).

Avec la crois­sance « verte », nous aime­rions appuyer timi­de­ment sur le frein tout en res­tant pied au plan­cher : plus que jamais, notre éco­no­mie favo­rise le jetable, l’obsolescence, l’accélération, le rem­pla­ce­ment des métiers de ser­vice par des machines bour­rées d’électronique, en atten­dant les drones et les robots. Ce qui nous attend à court terme, c’est une accé­lé­ra­tion dévas­ta­trice et mor­ti­fère, de la ponc­tion de res­sources, de la consom­ma­tion élec­trique, de la pro­duc­tion de déchets ingé­rables, avec le déploie­ment géné­ra­li­sé des nano­tech­no­lo­gies, des big data, des objets connec­tés. Le sac­cage de la pla­nète ne fait que commencer.

La solution climatique passera par les low tech

Il nous faut prendre la vraie mesure de la tran­si­tion néces­saire et admettre qu’il n’y aura pas de sor­tie par le haut à base d’innovation tech­no­lo­gique – ou qu’elle est en tout cas si impro­bable, qu’il serait périlleux de tout miser des­sus. On ne peut se conten­ter des busi­ness models émer­gents, à base d’économie de par­tage ou de la fonc­tion­na­li­té, peut-être for­mi­dables mais ni géné­ra­li­sables, ni suffisants.

Nous devrons décroître, en valeur abso­lue, la quan­ti­té d’énergie et de matières consom­mées. Il faut tra­vailler sur la baisse de la demande, non sur le rem­pla­ce­ment de l’offre, tout en conser­vant un niveau de « confort » acceptable.

C’est toute l’idée des low tech, les « basses tech­no­lo­gies », par oppo­si­tion aux high tech qui nous envoient dans le mur, puisqu’elles sont plus consom­ma­trices de res­sources rares et nous éloignent des pos­si­bi­li­tés d’un recy­clage effi­cace et d’une éco­no­mie cir­cu­laire. Pro­mou­voir les low tech est avant tout une démarche, ni obs­cu­ran­tiste, ni for­cé­ment oppo­sée à l’innovation ou au « pro­grès », mais orien­tée vers l’économie de res­sources, et qui consiste à se poser trois questions.

Pour­quoi pro­duit-on ? Il s’agit d’abord de ques­tion­ner intel­li­gem­ment nos besoins, de réduire à la source, autant que pos­sible, le pré­lè­ve­ment de res­sources et la pol­lu­tion engen­drée. C’est un exer­cice déli­cat car les besoins humains – nour­ris par la riva­li­té mimé­tique – étant a prio­ri exten­sibles à l’infini, il est impos­sible de décré­ter « scien­ti­fi­que­ment » la fron­tière entre besoins fon­da­men­taux et « super­flus », qui fait aus­si le sel de la vie. D’autant plus déli­cat qu’il serait pré­fé­rable de mener cet exer­cice démo­cra­ti­que­ment, tant qu’à faire.

Il y a toute une gamme d’actions ima­gi­nables, plus ou moins com­pli­quées, plus ou moins acceptables.

Cer­taines devraient logi­que­ment faire consen­sus ou presque, à condi­tion de bien expo­ser les argu­ments (sup­pres­sion de cer­tains objets jetables, des sup­ports publi­ci­taires, de l’eau en bouteille…).

D’autres seront un peu plus dif­fi­ciles à faire pas­ser, mais fran­che­ment nous n’y per­drions qua­si­ment pas de « confort » (retour de la consigne, réuti­li­sa­tion des objets, com­pos­tage des déchets, limite de vitesse des véhicules…).

D’autres enfin pro­mettent quelques débats hou­leux (réduc­tion dras­tique de la voi­ture au pro­fit du vélo, adap­ta­tion des tem­pé­ra­tures dans les bâti­ments, urba­nisme revi­si­té pour inver­ser la ten­dance à l’hypermobilité…).

Qui est liberticide ?

Liber­ti­cide ? Cer­tai­ne­ment, mais nos socié­tés sont déjà liber­ti­cides. Il existe bien une limite, de puis­sance, de poids, fixée par la puis­sance publique, pour l’immatriculation des véhi­cules. Pour­quoi ne pour­rait-elle pas évo­luer ? Un des prin­cipes fon­da­men­taux en socié­té est qu’il est pré­fé­rable que la liber­té des uns s’arrête là où com­mence celle des autres. Puisque nous n’avons qu’une pla­nète et que notre consom­ma­tion dis­pen­dieuse met en dan­ger les condi­tions même de la vie humaine – et de bien d’autres espèces – sur Terre, qui est liber­ti­cide ? Le conduc­teur de 4×4, l’utilisateur de jet pri­vé, le pro­prié­taire de yacht, ou celui qui pro­pose d’interdire ces engins de mort différée ?

Que pro­duit-on ? Il faut ensuite aug­men­ter consi­dé­ra­ble­ment la durée de vie des pro­duits, ban­nir la plu­part des pro­duits jetables ou dis­per­sifs, s’ils ne sont pas entiè­re­ment à base de res­sources renou­ve­lables et non pol­luantes, repen­ser en pro­fon­deur la concep­tion des objets : répa­rables, réuti­li­sables, faciles à iden­ti­fier et déman­te­ler , recy­clables en fin de vie sans perte, uti­li­sant le moins pos­sible les res­sources rares et irrem­pla­çables, conte­nant le moins d’électronique pos­sible, quitte à revoir notre « cahier des charges », accep­ter le vieillis­se­ment ou la réuti­li­sa­tion de l’existant, une esthé­tique moindre pour les objets fonc­tion­nels, par­fois une moindre per­for­mance ou une perte de ren­de­ment… en gros, le mou­lin à café et la cafe­tière ita­lienne de grand-mère, plu­tôt que la machine à expres­so der­nier cri. Dans le domaine éner­gé­tique, cela pour­rait prendre la forme de la micro et mini hydrau­lique, de petites éoliennes « de vil­lage » inter­mit­tentes, de solaire ther­mique pour les besoins sani­taires et la cuis­son, de pompes à cha­leur, de biomasse…

Com­ment pro­duit-on ? Il y a enfin une réflexion à mener sur nos modes de pro­duc­tion. Doit-on pour­suivre la course à la pro­duc­ti­vi­té et à l’effet d’échelle dans des giga-usines, ou faut-il mieux des ate­liers et des entre­prises à taille humaine ? Ne doit-on pas revoir la place de l’humain, le degré de méca­ni­sa­tion et de robo­ti­sa­tion, la manière dont nous arbi­trons aujourd’hui entre main‑d’œuvre et ressources/énergie ? Notre rap­port au tra­vail (meilleur par­tage entre tous, inté­rêt d’une spé­cia­li­sa­tion outran­cière, répar­ti­tion du temps entre tra­vail sala­rié et acti­vi­tés domes­tiques, etc.) ?

Et puis il y a la ques­tion aigüe de la ter­ri­to­ria­li­sa­tion de la pro­duc­tion. Après des décen­nies de mon­dia­li­sa­tion faci­li­tée par un coût du pétrole suf­fi­sam­ment bas et le trans­port par conte­neurs, le sys­tème est deve­nu absurde.

À l’heure des futures per­tur­ba­tions, des ten­sions sociales ou inter­na­tio­nales, des risques géo­po­li­tiques à venir, que le chan­ge­ment cli­ma­tique ou les pénu­ries de res­sources risquent d’engendrer, sans par­ler des scan­dales sani­taires pos­sibles, un sys­tème basé sur une Chine « usine du monde » est-il vrai­ment résilient ?

Un projet de société

Pour réus­sir une telle évo­lu­tion, indis­pen­sable mais tel­le­ment à contre-cou­rant, il fau­dra résoudre de nom­breuses ques­tions, à com­men­cer par celle de l’emploi. « La crois­sance, c’est l’emploi » a tel­le­ment été mar­te­lé qu’il est dif­fi­cile de par­ler de sobrié­té sans faire peur.

Mal­gré l’évidence des urgences envi­ron­ne­men­tales, toute radi­ca­li­té éco­lo­gique, toute évo­lu­tion régle­men­taire ou fis­cale d’envergure, même pro­gres­sive, toute réflexion de fond même, est inter­dite par la ter­reur – légi­time – de détruire des emplois. Une fois acté le fait que la crois­sance ne revien­dra pas (on y vient dou­ce­ment), et tant mieux compte tenu de ses effets envi­ron­ne­men­taux, il fau­dra se convaincre que le plein-emploi, ou la pleine acti­vi­té, est par­fai­te­ment attei­gnable dans un monde post-crois­sance éco­nome en ressources.

Il fau­dra aus­si se poser la ques­tion de l’échelle ter­ri­to­riale à laquelle mener cette tran­si­tion, entre une gou­ver­nance mon­diale, impos­sible dans les délais impar­tis, et des expé­riences locales indi­vi­duelles et col­lec­tives, for­mi­dables mais insuf­fi­santes. Même enchâs­sé dans le sys­tème d’échanges mon­dial, un pays ou un petit groupe de pays pour­rait prendre les devants, et, pro­té­gé par des mesures doua­nières bien réflé­chies, amor­cer un réel mou­ve­ment, por­teur d’espoir et de radicalité.

Compte-tenu des forces en pré­sence, il y a bien sûr une part uto­pique dans un tel pro­jet de socié­té. Mais n’oublions pas que le scé­na­rio de sta­tu quo est pro­ba­ble­ment encore plus irréa­liste, avec des pro­messes de bon­heur tech­no­lo­gique qui ne seront pas tenues et un monde qui s’enfoncera dans une crise sans fin, sans par­ler des risques de sou­bre­sauts poli­tiques liés aux frus­tra­tions tou­jours plus grandes. Pour­quoi ne pas ten­ter une autre route ? Nous avons lar­ge­ment les moyens, tech­niques, orga­ni­sa­tion­nels, finan­ciers, socié­taux et cultu­rels pour mener une telle tran­si­tion. A condi­tion de le vouloir.

Phi­lippe Bihouix
Ingé­nieur, spé­cia­liste de la fini­tude des res­sources minières
et de son étroite inter­ac­tion avec la ques­tion énergétique.

(58mn) Une confé­rence de Phi­lippe Bihouix, ingé­nieur, spé­cia­liste de la fini­tude des res­sources minières et de son étroite inter­ac­tion avec la ques­tion éner­gé­tique. Auteur de L’Âge des low tech, vers une civi­li­sa­tion tech­ni­que­ment sou­te­nable, éd. du Seuil, coll. Anthro­po­cène, 2014. Toutes les solu­tions tech­no­lo­giques exis­te­raient pour une alter­na­tive éner­gé­tique aux éner­gies fos­siles. Mais c’est oublier que inno­va­tions telles que les nano et bio­tech­no­lo­gies, l’informatique et les réseaux intel­li­gents, les éoliennes indus­trielles et les pan­neaux pho­to­vol­taïques, se révèlent grandes consom­ma­trices d’énergie et de res­sources minières pour leur pro­duc­tion. Le recy­clage des métaux uti­li­sés dans les objets high tech se révèle très dif­fi­cile. Une pro­duc­tion basse tech­no­lo­gie (low tech) serait la seule alter­na­tive sou­te­nable à l’économie high tech.

Une confé­rence du cycle « Moder­ni­té en crise » don­née à la Cité des sciences et de l’industrie à Paris en mai 2016.

Pour aller plus loin :

https://partage-le.com/2017/07/letrange-logique-derriere-la-quete-denergies-renouvelables-par-nicolas-casaux/

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
34
Shares
4 comments
  1. Ce n’est pas pour défendre Phi­lippe, mais je note que, même si l’au­teur n’in­siste pas sur les pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux des acti­vi­tés minières au début, il en a bien conscience et parle de « Le sac­cage de la pla­nète ne fait que commen­cer. » quand il s’a­git de retom­bées dans les big data, les nano, etc. depuis plu­sieurs années. Même si le sac­cage, à grande échelle, en ques­tion date au moins depuis l’é­po­pée de Gil­ga­mesh pour DGR 🙂 et depuis l’é­ra­di­ca­tion de la méga­faune pour d’autres biologistes/paléotologistes ain­si que la maî­trise du feu il y a 400000 voire même 1.5M années (soit effec­ti­ve­ment peu de temps dans l’his­toire de cette planète).
    J’ai la convic­tion que les impacts sur notre bio­sphère n’é­taient pas le pro­pos prin­ci­pal ici, mais le dis­cours est plus axés sur la démons­tra­tion de l’ab­sur­di­té de notre monde pro­duc­ti­viste et sa fuite en avant tech­no­lo­giques en une fonc­tion inverse : vou­loir tou­jours plus pour avoir tou­jours moins. Si on pou­vait l’é­crire : « dura leges natu­rae, sed leges ». 🙂

  2. Ping : Le Partage
  3. L’éner­gie verte pro­duite ne sup­prime pas de l’éner­gie « noire » mais se rajoute çà elle pour engen­drer plus de com­pé­ti­ti­vi­té, plus consom­ma­tion de res­sources pri­maires. Le capi­ta­lisme vide la pla­nète de ses res­sources et pré­pare une guerre éco­no­mique qui peut dégénérer.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2019/04/22/resistance/
    Tant que les états cherchent la puis­sance en s’ac­cro­chant à l’é­co­no­mie, la pla­nète et ceux qui l’ha­bitent sont en dan­ger. Il faut démon­ter ce méca­nisme qui remonte à la nuit des temps, quand quelques mil­lions d’hu­mains consom­maient 1000 fois moins et se fai­saient la guerre. Main­te­nant le risque touche des mil­liards d’humains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les sports populaires à l’âge de la machine : contrôler, distraire et stimuler les foules (par Lewis Mumford)

Il y a toutefois dans la civilisation moderne toute une série de fonctions compensatrices qui, loin de rendre possible une meilleure intégration, ne servent qu’à stabiliser l’état existant — et qui, en fin de compte, font partie de l’embrigadement même quelles sont censées combattre. La plus importante de ces institutions est sans doute le sport populaire. On peut définir ce genre de sport comme une pièce de théâtre dans laquelle le spectateur importe plus que l’acteur, et qui perd une bonne partie de son sens lorsqu’on joue le jeu pour lui-même. Le sport populaire est avant tout un spectacle.
Lire

Où en sommes-nous [20 ans après] ? (par Miguel Amoros)

« Que cherchons-nous à accomplir ? Changer l’organisation sociale sur laquelle repose la prodigieuse structure de l’organisation de la civilisation,  qui s’est construite au cours de siècles de conflits, au sein de systèmes vieillissants ou moribonds, conflits dont l’issue fut la victoire de la civilisation moderne sur les conditions naturelles de la vie. »