Connect with us

FABRIQUE DU CONSENTEMENT

Le travail scientifique est-il principalement motivé par le désir de faire du bien à l’humanité ? (par Theodore Kaczynski)

Le texte qui suit est un extrait d’une lettre de Theo­dore Kac­zyns­ki à l’at­ten­tion d’un cer­tain P.B., en date du 16 mai 2009 (revue le 8 sep­tembre 2009 et le 27 octobre 2009). Il a été tra­duit en fran­çais par Ana Mins­ki depuis une ver­sion espa­gnole (la lettre ori­gi­nale, en anglais, n’est pas dis­po­nible sur inter­net), lisible à cette adresse. […]

Print Friendly, PDF & Email

Le texte qui suit est un extrait d’une lettre de Theo­dore Kac­zyns­ki à l’at­ten­tion d’un cer­tain P.B., en date du 16 mai 2009 (revue le 8 sep­tembre 2009 et le 27 octobre 2009). Il a été tra­duit en fran­çais par Ana Mins­ki depuis une ver­sion espa­gnole (la lettre ori­gi­nale, en anglais, n’est pas dis­po­nible sur inter­net), lisible à cette adresse.


Note limi­naire de l’é­di­teur : Afin de mieux com­prendre le pro­pos de Theo­dore Kac­zyns­ki dans le texte ci-après, je repro­duis ici les sec­tions 87 à 92 de son livre La Socié­té indus­trielle et son ave­nir :

87. La science et la tech­no­lo­gie four­nissent les exemples les plus par­lants de ce qu’est une acti­vi­té de sub­sti­tu­tion. Cer­tains scien­ti­fiques pré­tendent être mus par la « curio­si­té », ou encore œuvrer pour le « bien de l’hu­ma­ni­té ». Mais il est facile de voir qu’au­cune de ces expli­ca­tions ne tient. Quant à celle qui invoque la « curio­si­té », elle est tout sim­ple­ment absurde. La plu­part tra­vaillent dans des domaines hau­te­ment spé­cia­li­sés qui sortent du champ de la curio­si­té ordi­naire. Est-ce qu’un astro­nome, un mathé­ma­ti­cien ou un ento­mo­lo­giste est inté­res­sé par les pro­prié­tés de l’i­so­pro­pyl­tri­mé­thyl­mé­thane ? Bien sûr que non. Seul le chi­miste l’est, et il l’est seule­ment parce que la chi­mie est son acti­vi­té de sub­sti­tu­tion. Est-ce qu’un chi­miste est curieux de connaître la clas­si­fi­ca­tion appro­priée d’une nou­velle sorte de coléo­ptères ? Non. Cette ques­tion inté­resse seule­ment l’en­to­mo­lo­giste, et il s’y inté­resse seule­ment parce que l’en­to­mo­lo­gie est son acti­vi­té de sub­sti­tu­tion. Si le chi­miste et l’en­to­mo­lo­giste devaient sérieu­se­ment assu­rer leur sur­vie, et si cet effort mobi­li­sait leurs capa­ci­tés de manière inté­res­sante sans pour­tant rien avoir de scien­ti­fique, ils se fiche­raient com­plè­te­ment de l’i­so­pro­pyl­tri­mé­thyl­mé­thane ou de la clas­si­fi­ca­tion des coléo­ptères. Sup­po­sons que le manque de moyens ait empê­ché le chi­miste de pour­suivre ses études, et qu’il soit deve­nu agent d’as­su­rances. Il se serait inté­res­sé dans ce cas aux pro­blèmes d’as­su­rance et n’au­rait rien eu à faire de l’i­so­pro­pyl­tri­mé­thyl­mé­thane. Il est stu­pide d’ex­pli­quer par la simple curio­si­té la quan­ti­té de temps et d’ef­fort dépen­sée par les scien­ti­fiques dans leur tra­vail. Cette expli­ca­tion ne tient pas debout.

88. Il n’est pas plus plau­sible d’in­vo­quer le « bien de l’hu­ma­ni­té ». Cer­tains tra­vaux scien­ti­fiques n’ont aucun rap­port avec le bien-être de l’es­pèce humaine — comme la majeure par­tie de l’ar­chéo­lo­gie ou de la lin­guis­tique com­pa­rée, par exemple — et d’autres s’a­vèrent même mani­fes­te­ment dan­ge­reux. Les spé­cia­listes de ces domaines sont pour­tant aus­si enthou­siastes que ceux qui cherchent de nou­veaux vac­cins ou étu­dient la pol­lu­tion de l’air. Pre­nons le cas du Dr Edward Tel­ler, qui se lan­ça avec pas­sion dans la pro­mo­tion des cen­trales nucléaires. Cette pas­sion est-elle née du désir de faire le bien de l’hu­ma­ni­té ? Et dans ce cas pour­quoi le Dr Tel­ler s’est-il pas sen­ti concer­né par d’autres causes « huma­ni­taires » ? S’il était si huma­niste, pour­quoi a‑t-il par­ti­ci­pé au déve­lop­pe­ment de la bombe H ? Comme pour beau­coup d’autres tra­vaux scien­ti­fiques, il est loin d’être prou­vé que les cen­trales nucléaires sont réel­le­ment béné­fiques à l’hu­ma­ni­té. Est-ce que la la modi­ci­té du prix de l’élec­tri­ci­té com­pense l’ac­cu­mu­la­tion des déchets ou les risques d’ac­ci­dents ? Le Dr Tel­ler a vu seule­ment un aspect de la ques­tion. Son enga­ge­ment en faveur du nucléaire ne venait évi­dem­ment pas d’un désir d’œu­vrer au « bien de l’hu­ma­ni­té », mais du sen­ti­ment de réa­li­sa­tion per­son­nelle qu’il reti­rait de ses tra­vaux et de leurs applications.

89. Cela est vrai pour les scien­ti­fiques en géné­ral. Excep­té en de rares cas, leurs mobiles ne sont ni la curio­si­té ni le bien de l’hu­ma­ni­té, mais un besoin d’au­to-accom­plis­se­ment : avoir un but (un pro­blème scien­ti­fique à résoudre), faire un effort (la recherche) et atteindre son but (réso­lu­tion du pro­blème). La science est une acti­vi­té de sub­sti­tu­tion parce que les scien­ti­fiques tra­vaillent essen­tiel­le­ment pour le sen­ti­ment de réa­li­sa­tion qu’ils retirent du tra­vail lui-même.

90. Bien sûr, ce n’est pas si simple. En fait, chez beau­coup de scien­ti­fiques, d’autres mobiles entrent en jeu. L’argent et la car­rière par exemple. Cer­tains ont une soif inex­tin­guible de pres­tige (voir para­graphe 79) et cela peut être le prin­ci­pal mobile de leur tra­vail. Il est évident que la majo­ri­té des scien­ti­fiques, comme d’ailleurs le reste de la popu­la­tion, est plus ou moins récep­tive à la publi­ci­té ou au mar­ke­ting, et a besoin d’argent pour satis­faire sa frin­gale de mar­chan­dises et de ser­vices. La science n’est donc pas une pure acti­vi­té de sub­sti­tu­tion, mais elle l’est dans une large mesure.

91. La science et la tech­no­lo­gie consti­tuent en outre un puis­sant mou­ve­ment de masse, et de nom­breux scien­ti­fiques assou­vissent leur besoin de puis­sance en s’i­den­ti­fiant à ce mou­ve­ment (voir para­graphe 83).

92. La science pour­suit donc aveu­glé­ment sa marche en avant, sans se sou­cier du véri­table bien-être de l’es­pèce humaine (ni de quoi que ce soit d’autre), obéis­sant seule­ment aux besoins psy­cho­lo­giques des scien­ti­fiques, des fonc­tion­naires du gou­ver­ne­ment et des diri­geants de l’in­dus­trie qui financent la recherche.

***

Le travail scientifique est-il principalement motivé par le désir de faire du bien à l’humanité ?

Dans vos com­men­taires sur les para­graphes 87–92 de la Socié­té indus­trielle et son ave­nir [NdE : ci-avant] vous avez écrit :

« Les moti­va­tions des scien­ti­fiques. Cette sec­tion me semble par­ti­cu­liè­re­ment légère…

Une longue expli­ca­tion de pour­quoi Edward Tel­ler[1] est un Homme Mau­vais. C’est bien. Mais quand nous pen­sons aux phy­si­ciens, la plu­part d’entre nous pensent à Ein­stein plu­tôt qu’à Tel­ler, et Ein­stein est un exemple para­dig­ma­tique de quel­qu’un qui contre­dit tota­le­ment cette affir­ma­tion — mais il n’est pas le seul. [Quelle affir­ma­tion ? L’af­fir­ma­tion que le tra­vail scien­ti­fique n’est pas prin­ci­pa­le­ment moti­vé par un désir de béné­fi­cier à l’humanité ?] …

[Kac­zyns­ki], essen­tiel­le­ment, nie que les scien­ti­fiques ont des pré­oc­cu­pa­tions morales…

En dis­cu­tant avec des gens qui, je crois, ont tra­vaillé dans ce que je consi­dère être des dis­ci­plines de recherche véri­ta­ble­ment nui­sibles — concep­tion d’armes à Law­rence Lever­more[2], par exemple —, j’ai décou­vert que ceux qui dirigent et sont acti­ve­ment concer­nés par ce tra­vail, le sont parce qu’ils croient faire ce qui est appro­prié pour le pays, y com­pris tous les risques que leur tra­vail com­porte, et qu’en fai­sant ce qui est appro­prié pour le pays, il font aus­si ce qui est appro­prié pour le monde.

Ces gens sont conscients des impli­ca­tions morales des déci­sions qu’ils prennent acti­ve­ment — dans un sens que moi je ne pren­drais pas.

Les per­sonnes qui semblent ne pas vou­loir faire ça [ne pas vou­loir faire quoi ?] sont des per­sonnes brillantes qui, plus que diri­ger le tra­vail, l’en­tre­tiennent. Ils consi­dèrent l’emploi dans cette dis­ci­pline comme quelque chose d’é­thi­que­ment neutre, sim­ple­ment comme un tra­vail légal, et ils n’aiment pas pen­ser aux coûts et béné­fices de leur travail. »

En pre­mier lieu, gar­dons bien à l’es­prit ceci : il doit être clair que, dans les para­graphe 87–89 de La socié­té indus­trielle et son ave­nir, je com­men­tais les moti­va­tions habi­tuelles et typiques des scien­ti­fiques ; je ne pre­nais pas en compte les excep­tions. Par consé­quent, même si vous pou­vez prou­ver que 1 % ou 5 % des scien­ti­fiques sont réel­le­ment moti­vés par un désir de faire ce qu’il y a de mieux pour l’hu­ma­ni­té, cela n’af­fec­te­rait en rien mon argu­men­taire. Il aurait dû être aus­si évident qu’en ques­tion­nant les moti­va­tions des scien­ti­fiques, je m’in­ter­ro­geais sur leurs moti­va­tions à réa­li­ser des tra­vaux scien­ti­fiques, et non sur leurs moti­va­tions au moment d’a­gir dans d’autres contextes. Je n’ai jamais dit que la majo­ri­té des scien­ti­fiques ne se pré­oc­cu­pait pas des ques­tions morales. C’est une chose de dire qu’un scien­ti­fique ne se pré­oc­cupe pas des ques­tions morales et c’en est une autre, très dif­fé­rente, de dire que sa prin­ci­pale moti­va­tion pour mener une recherche scien­ti­fique est le désir de faire du bien à l’hu­ma­ni­té. (De toute manière, il est pos­sible de trou­ver de nom­breux exemples d’a­mo­ra­li­té chez les scien­ti­fiques, comme je le déve­lop­pe­rai plus loin).

Pour autant, l’ar­gu­ment selon lequel les scien­ti­fiques (sauf quelques excep­tions) ne sont pas prin­ci­pa­le­ment moti­vés par un désir de ser­vir l’hu­ma­ni­té ne nie pas que les scien­ti­fiques ont des pré­oc­cu­pa­tions morales — hors du labo­ra­toire. Vous men­tion­nez Ein­stein. Ein­stein a beau­coup œuvré pour la paix mon­diale, et ses moti­va­tions étaient sans aucun doute pro­fon­dé­ment morales. Mais cela n’a rien à voir avec ses moti­va­tions pour mener des recherches en physique.

Ce que vous affir­mez, c’est que les scien­ti­fiques agissent habi­tuel­le­ment comme des agents moraux dans leur tra­vail. Reve­nons à 2002, j’ai fait part de votre théo­rie aux deux psy­cho­logues de cette pri­son, des hommes com­pé­tents, selon moi, qui se consi­dèrent eux-mêmes comme des « ratio­na­listes récal­ci­trants » et dédaignent les théo­ries dou­teuses comme celle du freu­disme. Je cite une par­tie de mes notes datées du 9 avril 2002 :

« Étant don­né que je compte répondre à une lettre que j’ai reçue il y a quelques temps d’un cer­tain P. B., quand les doc­teurs Wat­ter­son et Mor­ri­son sont pas­sés aujourd’­hui par ma cel­lule, je leur ai deman­dé… s’ils avaient choi­si la dis­ci­pline de la psy­cho­lo­gie pour satis­faire leurs besoins per­son­nels, ou pour faire le bien de l’es­pèce humaine. Tous deux ont répon­du qu’ils avaient choi­si d’être psy­cho­logues pour satis­faire leurs besoins per­son­nels. Je leur ai alors deman­dé s’ils pen­saient que la majo­ri­té des psy­cho­logues choi­sis­saient cette pro­fes­sion pour… faire du bien à l’es­pèce humaine, ou pour satis­faire leurs besoins per­son­nels. Tous deux, les Dr. Wat­ter­son et Mor­ri­son, dirent que la majo­ri­té des psy­cho­logues choi­sis­saient cette pro­fes­sion pour satis­faire leurs besoins per­son­nels (et plus par­ti­cu­liè­re­ment leur ego, selon Wat­ter­son) et non pas pour le bien de l’es­pèce humaine. Mor­ri­son ajou­ta que beau­coup de psy­cho­logues diraient pro­ba­ble­ment qu’ils sont deve­nus psy­cho­logues pour aider les gens, mais que cela ne cor­res­pon­drait pas à leur moti­va­tion réelle. Je leur ai fait part de l’o­pi­nion de P. B., selon laquelle les scien­ti­fiques res­sen­taient des “pré­oc­cu­pa­tions d’ordre moral”. Wat­ter­son et Mor­ri­son sem­blèrent trou­ver ça amu­sant. Mor­ri­son sug­gé­ra, à moi­tié bla­gueur, que je devrais dire à P. B. de redes­cendre sur Terre. »

Dans le but de sou­te­nir votre argu­ment, vous dites « avoir décou­vert » que les per­sonnes qui « dirigent et sont actuel­le­ment impli­quées dans » la concep­tion d’armes mili­taires pensent qu’elles font ce qu’il y a de mieux pour le monde et qu’elles « prennent en compte les impli­ca­tions morales des déci­sions qu’elles prennent acti­ve­ment ». Mais com­ment avez-vous décou­vert cela ? Parce qu’elles vous l’ont elles-mêmes dit ? Votre naï­ve­té est stu­pé­fiante. Si ces per­sonnes pen­saient que leur tra­vail était pré­ju­di­ciable, pen­sez-vous qu’elles l’auraient admis devant vous ? Si une per­sonne a suf­fi­sam­ment peu de scru­pules pour effec­tuer un tra­vail aus­si nui­sible dans le but de satis­faire ses besoins per­son­nels, il est cer­tain qu’elle n’hésitera pas à tra­ves­tir ses moti­va­tions véritables.

Cer­taines per­sonnes ont des opi­nions très dif­fé­rentes des vôtres en ce qui concerne les scien­ti­fiques impli­qués dans les recherches mili­taires. Dans ses mémoires d’a­près-guerre, le ministre de l’ar­me­ment de Hit­ler écrivait :

« J’ai étu­dié le phé­no­mène du dévoue­ment, sou­vent aveugle, des tech­ni­ciens à leur tâche. Étant don­né qu’ils consi­dé­raient que la tech­no­lo­gie était mora­le­ment neutre, ces gens étaient dépour­vus du moindre scru­pule en ce qui concerne leurs acti­vi­tés. Plus tech­nique était le monde que nous impo­sait la guerre, plus dan­ge­reuse était l’in­dif­fé­rence des tech­ni­ciens face aux consé­quences de leurs acti­vi­tés ano­nymes. »[3]

Pen­sez-vous qu’un de ces tech­ni­ciens aurait ouver­te­ment admis à un incon­nu qu’il était indif­fé­rent aux consé­quences de son tra­vail ? C’est très impro­bable. Pre­nons le cas de Wern­her von Braun. Comme vous le savez pro­ba­ble­ment, von Braun était le chef des scien­ti­fiques char­gés du déve­lop­pe­ment des mis­siles sous Hit­ler. Il a diri­gé la fabri­ca­tion du mis­sile V‑2, qui tua de nom­breux civils à Londres et dans d’autres villes.[4] Von Braun affir­ma après la guerre que ses moti­va­tions avaient été « patrio­tiques ».[5] Mais pen­dant tout le temps où il a tra­vaillé avec Hit­ler, von Braun devait savoir que les Juifs étaient en train d’être exter­mi­nés, puisqu’il s’agissait « d’un secret de poli­chi­nelle en Alle­magne au moins depuis fin 1942 », selon les études les plus récentes.[6] Quel genre de patrio­tisme condui­rait un homme à construire des armes pour un régime qui exter­mine des groupes eth­niques entiers par simple haine ? Il est clair que le « patrio­tisme » n’é­tait qu’une excuse pour von Braun, et qu’il dési­rait sim­ple­ment construire des missiles.

« Quand la Seconde Guerre mon­diale tou­chait à sa fin, au début de 1945, Braun et beau­coup de ses asso­ciés déci­dèrent de se rendre aux États-Unis, où ils pen­saient trou­ver un appui pour leur recherche sur les mis­siles […]. »[7] Ce qui importe n’est pas de savoir si construire des armes pour Hit­ler est mora­le­ment équi­valent à construire des armes pour un régime pré­ten­du­ment démo­cra­tique comme celui des États-Unis. L’im­por­tant c’est que les scien­ti­fiques s’at­tri­buent à eux-mêmes des moti­va­tions appa­rem­ment nobles, telles que le « patrio­tisme », qui n’ont rien à voir avec leurs véri­tables motivations.

Et, non, cette façon d’a­gir ne se limite pas à ceux qui construisent des armes pour des régimes dic­ta­to­riaux. Comme sûre­ment vous le savez déjà, J. Robert Oppen­hei­mer a diri­gé le déve­lop­pe­ment de la pre­mière bombe ato­mique des États-Unis. Dans un dis­cours pro­non­cé le 2 novembre 1945 devant les scien­ti­fiques qui avaient par­ti­ci­pé au pro­jet de la bombe à Los Ala­mos, au Nou­veau Mexique,[8] Oppen­hei­mer sou­ligne : « On doit tou­jours s’in­quié­ter du fait que ce que les gens disent être leurs moti­va­tions n’est jamais juste. » Après quoi Oppen­hei­mer a pré­sen­té les excuses com­munes des scien­ti­fiques qui ont tra­vaillé sur la bombe : les nazis auraient pu conce­voir la bombe en pre­mier ; il n’existe aucun autre lieu au monde où le déve­lop­pe­ment des armes ato­miques aurait moins de pos­si­bi­li­tés de conduire au désastre qu’aux États-Unis ; l’im­por­tance réelle de l’éner­gie ato­mique n’é­tait pas dans les armes mais dans les béné­fices que cette éner­gie pou­vait appor­ter à l’hu­ma­ni­té ; etc. Oppen­hei­mer sou­ligne que toutes ces jus­ti­fi­ca­tions étaient plus ou moins valables, mais il insiste sur le fait que la véri­table rai­son pour laquelle les scien­ti­fiques avaient déve­lop­pé la bombe était que, pour eux, leur tra­vail était une néces­si­té per­son­nelle, une « néces­si­té orga­nique ». Les scien­ti­fiques, du point de vue d’Oppenheimer, vivaient selon une phi­lo­so­phie qui consi­dé­rait l’ac­qui­si­tion et la dif­fu­sion de connais­sances comme des fins, indé­pen­dam­ment de leurs béné­fices pra­tiques pour l’es­pèce humaine.

Les impli­ca­tions du dis­cours d’Oppenheimer sont évi­dentes, même si Oppen­hei­mer ne les expose pas clai­re­ment : les scien­ti­fiques ne tra­vaillent pas pour le bien de l’hu­ma­ni­té, mais pour satis­faire leurs propres besoins. Même si Oppen­hei­mer croyait pro­ba­ble­ment qu’en géné­ral la science béné­fi­cie à l’hu­ma­ni­té, il recon­nais­sait que jus­ti­fier la science en disant qu’elle est béné­fique pour l’hu­ma­ni­té était essen­tiel­le­ment une excuse qui ne repré­sen­tait pas les moti­va­tions réelles des scientifiques.

Il est signi­fi­ca­tif que la ver­sion impri­mée de ce dis­cours trou­vée par­mi les papiers d’Oppenheimer por­tait cette note : « Ce maté­riel ne doit pas être ren­du public. Une ver­sion cor­ri­gée devrait rapi­de­ment être publiée dans une revue scien­ti­fique. »[9] Mais, de fait, il semble que le dis­cours n’ait pas été publié, ni sous forme « cor­ri­gée » ni aucu­ne­ment, avant que Smith et Wei­ner ne l’in­tègrent à leur livre.

Appa­rem­ment, Oppen­hei­mer n’é­tait pas très à l’aise avec ce qu’il avait lui-même écrit au sujet des moti­va­tions des scien­ti­fiques. Quoi qu’il en soit, cer­tains scien­ti­fiques ont expo­sé leur moti­va­tion plus ouver­te­ment qu’Oppenheimer et sans aucun scrupule.

Wer­ner von Sie­mens était un ingé­nieur du XIXe siècle qui inven­ta la géné­ra­trice à auto-exci­ta­tion et réa­li­sa d’autres décou­vertes impor­tantes dans le domaine de l’élec­tri­ci­té.[10] Dans une lettre datée du 25 décembre 1887, Sie­mens expose ses motivations :

« Certes, j’ai cher­ché à obte­nir la richesse et les béné­fices éco­no­miques, mais pas prio­ri­tai­re­ment pour en pro­fi­ter ; c’é­tait plu­tôt pour obte­nir les moyens pour l’exécution d’autres plans et pro­jets et, grâce à mon suc­cès, par­ve­nir à la recon­nais­sance du bien­fon­dé de mes méthodes et de l’u­ti­li­té de mon tra­vail. Pour autant, depuis ma jeu­nesse, j’ai dési­ré éta­blir une entre­prise inter­na­tio­nale comme celles des Fug­ger,[11] qui garan­ti­rait, non seule­ment à moi mais aus­si à mes suc­ces­seurs, le pou­voir et l’es­time dans le monde entier, ain­si que les moyens d’é­le­ver le niveau de vie de mes sœurs et des membres de ma famille proche. […]

Je consi­dère notre entre­prise seule­ment secon­dai­re­ment comme une source de richesse ; pour moi c’est davan­tage un royaume que j’ai fon­dé et que j’es­père lais­ser intact à mes suc­ces­seurs pour qu’ils conti­nuent de déve­lop­per un tra­vail créa­tif. »[12] (Les ita­liques sont de moi)

Pas même une parole sur le bien de l’hu­ma­ni­té. Mais por­tez votre atten­tion sur l’im­por­tance que Sie­mens se porte à lui-même, à l’exé­cu­tion de « plans », « pro­jets » et « tra­vail créa­tif ». C’est-à-dire aux acti­vi­tés alter­na­tives. Je vous ren­voie à La Socié­té indus­trielle et son ave­nir, para­graphes 38–41, 84, 87–89.

Il est tou­te­fois pro­bable que les scien­ti­fiques qui tra­vaillent dans des domaines dont les fina­li­tés sont expli­ci­te­ment huma­ni­taires, comme la recherche de trai­te­ments pour dif­fé­rentes mala­dies, soient mus par le désir de faire du bien à l’hu­ma­ni­té, n’est-ce pas ? Dans cer­tains cas, peut-être. Mais, en géné­ral, je crois que non. Le bac­té­rio­logue Hans Zins­ser a écrit :

« N’ayant jamais eu de rela­tion étroite avec quel­qu’un tra­vaillant dans le domaine des mala­dies infec­tieuses, il par­ta­geait la fausse croyance selon laquelle ces gens si par­ti­cu­liers étaient mus par de nobles moti­va­tions. Et, ne com­pre­nant pas com­ment quel­qu’un pou­vait être por­té par de telles moti­va­tions, il nous deman­da : “Com­ment quel­qu’un choi­sit de deve­nir bac­té­rio­logue ?” […] En véri­té, les hommes choi­sissent cette branche de la recherche pour divers motifs, par­mi les­quels le désir conscient de faire le bien est le moins impor­tant. Ce qui compte, c’est qu’il s’agit d’un des quelques défis qu’il reste pour ceux qui res­sentent le besoin de faire l’expérience de cer­taines émo­tions. La lutte contre les mala­dies infec­tieuses est l’une des quelques aven­tures authen­tiques qui res­tent encore dans le monde. […] Cette guerre contre ces petites et féroces créa­tures est peut-être l’u­nique défi authen­tique qui sub­siste après l’in­sa­tiable domes­ti­ca­tion de l’es­pèce humaine […]. »[13]

Vous men­tion­nez Ein­stein comme exemple de quel­qu’un dont le tra­vail scien­ti­fique était moti­vé par un désir de faire le bien pour l’hu­ma­ni­té, mais je crois que vous vous trom­pez. Selon Gor­don A. Craig, Ein­stein aurait dit : « Tout notre pro­grès tech­no­lo­gique, tant louan­gé, et notre civi­li­sa­tion en géné­ral, sont comme une hache entre les mains d’un cri­mi­nel patho­lo­gique. »[14] Craig n’in­dique pas la source de cette cita­tion, je ne peux donc pas véri­fier sa véra­ci­té.[15] Mais, si ces paroles reflètent la vision qu’Einstein avait de la tech­no­lo­gie, dif­fi­cile de lui prê­ter une moti­va­tion altruiste. Ein­stein pour­sui­vit son tra­vail en phy­sique théo­rique jus­qu’à un âge très avan­cé.[16] Il a bien dû réa­li­ser que n’im­porte quelle avan­cée phy­sique aurait très cer­tai­ne­ment des appli­ca­tions pra­tiques et, pour autant, il par­ti­ci­pait au ren­for­ce­ment de cette tech­no­lo­gie qu’il com­pa­rait à « une hache entre les mains d’un cri­mi­nel patho­lo­gique ». Alors, pour­quoi conti­nua-t-il son tra­vail ? Peut-être à cause d’une sorte de com­pul­sion. Ein­stein a écrit : « Je ne peux me tenir à l’é­cart de mon tra­vail. Il me tient inexo­ra­ble­ment pri­son­nier. »[17]

Qu’il s’a­gisse d’une com­pul­sion ou non, le tra­vail scien­ti­fique d’Ein­stein n’a­vait rien à voir avec le désir de faire du bien à l’hu­ma­ni­té. Dans une auto­bio­gra­phie[18] qu’il écri­vit à 67 ans, Ein­stein décrit ses moti­va­tions. Enfant, déjà, il se sen­tait oppri­mé par le sen­ti­ment qu’avoir des envies et faire des efforts pour obte­nir cer­taines choses était quelque chose de « vide » ou « dépour­vu de sens » (Nich­tig­keit).

Cela sug­gère une men­ta­li­té dépres­sive et défai­tiste. D’autre part, il semble qu’Ein­stein était un enfant extrê­me­ment déli­cat peu dis­po­sé à affron­ter la socié­té, puis­qu’il a décou­vert à un âge pré­coce ce qu’il appe­lait « la cruau­té » de devoir faire des efforts (trei­ben) pour gagner sa vie. Au début, il ten­ta d’échapper à ces sen­ti­ments dou­lou­reux en deve­nant pro­fon­dé­ment reli­gieux, mais à l’âge de douze ans il per­dit la foi en lisant des livres scien­ti­fiques qui réfu­taient l’his­toire de la Bible. Il cher­cha donc une conso­la­tion dans la science, laquelle lui four­nit un « para­dis » qui rem­pla­ça le para­dis reli­gieux qu’il avait per­du.[19]

Par consé­quent, il sem­ble­rait que dans le cas d’Ein­stein, le tra­vail scien­ti­fique était non seule­ment une acti­vi­té de sub­sti­tu­tion, mais aus­si une manière de fuir un monde qu’il trou­vait trop dur. De toute façon, ce qui est sûr, c’est qu’Ein­stein s’est consa­cré à la science uni­que­ment pour satis­faire ses besoins per­son­nels ; il ne sug­gère nulle part dans sa bio­gra­phie que ses recherches pour­raient, de quelque manière, amé­lio­rer les condi­tions de l’es­pèce humaine.

Je sup­pose que pour chaque scien­ti­fique que je pour­rais citer et dont la moti­va­tion décla­rée serait de satis­faire ses besoins per­son­nels, vous pour­riez en citer beau­coup qui jure­raient avoir des moti­va­tions altruistes. Les moti­va­tions altruistes ne sont pas impos­sibles. J’imagine, par exemple, que la majo­ri­té de ceux qui étu­dient les dis­ci­plines de la bota­nique et de la zoo­lo­gie sont en par­tie mus par un amour naïf des plantes ou des ani­maux sau­vages. De toute façon, aux décla­ra­tions de moti­va­tions altruistes — ou, pour le dire de manière plus pré­cise, aux moti­va­tions qui sont consi­dé­rées admi­rables selon les normes de la socié­té actuelle — il faut, en géné­ral, accor­der très peu de valeur. Tan­dis qu’un scien­ti­fique qui admet que ses moti­va­tions sont égoïstes prend le risque de se déva­luer aux yeux de ceux qui l’en­tourent, celui qui affirme avoir une moti­va­tion « noble » satis­fait leurs attentes et s’as­sure leur appro­ba­tion, voire leur admi­ra­tion. Il devrait être évident que la majo­ri­té des gens, la plu­part du temps, diront ce qui pour­ra, à leur avis, leur octroyer l’ap­pro­ba­tion de leurs sem­blables. Cela sup­pose sans aucun doute une mal­hon­nê­te­té déli­bé­rée, ain­si de von Braun lorsqu’il assu­rait que ses moti­va­tions étaient « patrio­tiques ». Néan­moins, je pense que les scien­ti­fiques croient à peu près en leurs propres excuses. La science pos­sède sa propre idéo­lo­gie auto­com­plai­sante, dont une des fonc­tions consiste à ras­su­rer celui qui y croit. Ain­si que l’ex­plique le socio­logue Mon­ne­rot, l’idéologie « offre une ver­sion dif­fé­rente de la rela­tion entre la moti­va­tion et ce qu’elle engendre. Les maté­riaux qui com­posent une idéo­lo­gie, et que cette der­nière orga­nise, peuvent alors être expo­sés, en quelque sorte. Ils ne sont pas seule­ment per­mis, ou hono­rables, ils tentent constam­ment d’af­fir­mer leur rela­tion avec les valeurs sociales recon­nues […]. Les aspi­ra­tions du [croyant] sont chan­gées en valeurs éthiques et sociales par l’i­déo­lo­gie. […] »[20]

Mais l’i­déo­lo­gie qui pré­sente la science comme une entre­prise huma­ni­taire est contre­dite par le dis­cours et le com­por­te­ment quo­ti­diens des scien­ti­fiques. Au cours des onze années où j’ai été étu­diant et pro­fes­seur de mathé­ma­tiques, durant les­quelles j’ai aus­si assis­té à quelques cours de phy­sique et d’an­thro­po­lo­gie phy­sique, jamais je n’ai enten­du, que ce soit dans la bouche d’un pro­fes­seur ou d’un étu­diant, la moindre men­tion de l’effet du tra­vail scien­ti­fique ou mathé­ma­tique sur la socié­té, ou du béné­fice qu’il pro­cu­re­rait à l’hu­ma­ni­té. Vous faites allu­sion à mon « iso­le­ment, y com­pris […] sur le plan aca­dé­mique », je me per­mets donc de vous rap­pe­ler que les affir­ma­tions for­mu­lées à mon sujet exa­gèrent sou­vent jus­qu’à la cari­ca­ture, ou pire, quand elles ne sont pas sim­ple­ment fausses. J’étais effec­ti­ve­ment soli­taire, mais pas au point de ne pou­voir écou­ter et enga­ger de nom­breuses conver­sa­tions avec d’autres étu­diants et pro­fes­seurs de mathé­ma­tiques. Nous par­lions entre pro­fes­seurs et étu­diants de ce qui se pas­sait dans les diverses dis­ci­plines des mathé­ma­tiques, à pro­pos de cer­tains types de recherches qui se pra­ti­quaient, de qui les menaient, de leurs actes et de la per­son­na­li­té de cer­tains mathé­ma­ti­ciens, mais jamais[21] je n’ai enten­du quel­qu’un mani­fes­ter le moindre inté­rêt pour les avan­tages que son tra­vail pour­rait appor­ter à l’es­pèce humaine.

Une ver­sion moins infan­tile de l’i­déo­lo­gie scien­ti­fique pré­sente la science non comme une entre­prise huma­ni­taire, mais comme quelque chose de « mora­le­ment neutre » : les scien­ti­fiques mettent sim­ple­ment des outils à dis­po­si­tion de la socié­té, et s’ils sont uti­li­sés de manière néga­tive, c’est la faute de la socié­té, cou­pable d’en avoir fait un « mau­vais usage » ; ain­si, les mains des scien­ti­fiques res­tent propres. Comme celles de Ponce Pilate. L’Ency­clo­pé­die Bri­tan­nique énonce cet argu­ment de la « neu­tra­li­té » dans son article sur la tech­no­lo­gie[22] ; vous, Dr. B., men­tion­nez le même argu­ment dans la par­tie de votre lettre que j’ai citée plus haut ; Albert Speer le men­tion­na en se réfé­rant à l’ex­cuse que don­naient les tech­ni­ciens qui créaient les armes pour Hit­ler (voyez plus haut) : von Braun, de la même façon, « sou­li­gnait l’im­par­tia­li­té intrin­sèque de la recherche scien­ti­fique, laquelle est en elle-même dépour­vue de dimen­sions morales jus­qu’à ce que ses pro­duits soient uti­li­sés par l’en­semble de la socié­té. »[23]

D’un point de vue abs­trait, la tech­no­lo­gie peut effec­ti­ve­ment sem­bler mora­le­ment neutre. Mais von Braun ne déve­lop­pait pas des mis­siles dans le champ abs­trait des Formes Idéales de Pla­ton. Il construi­sait des mis­siles pour Adolf Hit­ler et savait très bien que ces fusées seraient uti­li­sées pour défendre un régime qui per­pé­trait des exter­mi­na­tions de masse. Aus­si neutre que puisse sem­bler la tech­no­lo­gie in abs­trac­to, lorsqu’un scien­ti­fique déve­loppe une nou­velle tech­no­lo­gie ou fait une décou­verte qui aura des appli­ca­tions tech­no­lo­giques, il agit d’une manière concrète qui implique des effets concrets sur la socié­té dans laquelle il vit. Il n’a pas le droit de nier sa res­pon­sa­bi­li­té en se basant sur l’idée selon laquelle la socié­té aurait pu en faire usage d’une manière non des­truc­trice. Von Braun était obli­gé de se deman­der non pas ce qu’­Hit­ler aurait pu faire de ces mis­siles, mais ce qu’il en ferait effec­ti­ve­ment. Pareille­ment, lorsque quelqu’un invente une nou­velle tech­no­lo­gie aujourd’hui, il est obli­gé de consi­dé­rer non pas ce que la socié­té pour­rait en faire, en théo­rie, mais de quelle manière cette tech­no­lo­gie inter­agi­ra avec la socié­té dans la pratique.

Tout ce qui a été dit dans le para­graphe pré­cé­dent est rela­ti­ve­ment évident, et n’importe quelle per­sonne suf­fi­sam­ment qua­li­fiée pour être experte en mis­sile, en phy­sique, ou en bio­lo­gie molé­cu­laire peut le com­prendre en cinq minutes de réflexion hon­nête. Le fait que tant de scien­ti­fiques défendent l’ar­gu­ment de la « neu­tra­li­té morale » démontre qu’ils sont soit mal­hon­nêtes vis-à-vis d’eux-mêmes et des autres, soit qu’ils n’ont sim­ple­ment jamais pris la peine de pen­ser sérieu­se­ment aux impli­ca­tions sociales et morales de leur tra­vail.[24]

Il existe un petit nombre de scien­ti­fiques qui pensent sérieu­se­ment et sin­cè­re­ment aux consé­quences de leur tra­vail sur la socié­té. Mais leurs scru­pules moraux n’in­ter­fèrent pas signi­fi­ca­ti­ve­ment avec leur recherche ; ils la mènent à terme quoi qu’il en soit et tran­quillisent leur conscience en insis­tant sur l’u­sage « éthique » de leur science, en impo­sant des limi­ta­tions déter­mi­nées à leurs recherches ou en évi­tant les tra­vaux qui sont spé­ci­fi­que­ment liés au déve­lop­pe­ment des armes.

Natu­rel­le­ment, leur insis­tance et leurs scru­pules sont com­plè­te­ment inutiles. La façon dont la science est mise en pra­tique n’est pas déter­mi­née par les scien­ti­fiques mais par l’u­ti­li­té que la science revêt aux yeux de ceux qui détiennent le pou­voir ou l’argent.

Alfred Nobel était paci­fiste, ce qui ne l’a pas empê­ché de déve­lop­per de puis­sants explo­sifs. Il se conso­lait avec l’es­pé­rance « que les pou­voirs des­truc­teurs de ses inven­tions aide­raient à en finir avec la guerre ».[25] Nous savons comme cela a bien fonc­tion­né, n’est-ce pas ? Comme nous l’a­vons déjà vu, Ein­stein prê­chait — de manière inef­fi­cace — la paix mon­diale, mais il pour­sui­vit ses recherches jus­qu’à la fin de sa vie, mal­gré son avis sur la tech­no­lo­gie. Les scien­ti­fiques du Pro­jet Man­hat­tan déve­lop­pèrent d’a­bord la bombe ato­mique et prê­chèrent ensuite — avec la même inef­fi­ca­ci­té — la néces­si­té d’une agence inter­na­tio­nale pour contrô­ler l’éner­gie ato­mique.[26] Dans son livre Beha­vior Control[27], Per­ry Lon­don mon­trait qu’il avait bien exa­mi­né les impli­ca­tions des tech­niques qui faci­li­taient la mani­pu­la­tion du com­por­te­ment humain. Il pro­po­sait cer­taines idées éthiques, espé­rant qu’elles gui­de­raient l’u­sage de ces tech­niques — mal­heu­reu­se­ment, ces idées n’eurent stric­te­ment aucun effet concret.

David Gelern­ter, dans son livre Mir­ror Worlds[28], expri­mait cer­taines pré­oc­cu­pa­tions au sujet de l’impact de l’in­for­ma­tique sur la socié­té. Pour autant, Gelern­ter a conti­nué de pro­mou­voir la tech­no­lo­gie, y com­pris l’in­for­ma­tique[29], et les pré­oc­cu­pa­tions qu’il expri­ma dans Mir­ror Worlds n’eurent stric­te­ment aucun effet sur les consé­quences du déve­lop­pe­ment de l’in­for­ma­tique. Dans un article publié dans le New York Times[30] à pro­pos d’une confé­rence de l’AAAI[31] en date du 25 février 2009, trai­tant des dan­gers que repré­sen­tait le déve­lop­pe­ment de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle, on apprend que comme solu­tions poten­tielles, les scien­ti­fiques pré­sents éta­blirent des « limites à la recherche », le confi­ne­ment de cer­taines recherches dans des « labo­ra­toires de haute sécu­ri­té » et une « com­mis­sion » qui devait « orga­ni­ser les avan­cées et aider la socié­té à affron­ter les consé­quences » de l’intelligence arti­fi­cielle. Dif­fi­cile de savoir dans quelle mesure il s’agissait d’une stra­té­gie publi­ci­taire et dans quelle mesure ces scien­ti­fiques y croyaient vrai­ment. Quoi qu’il en soit, ces pro­po­si­tions étaient com­plè­te­ment naïves.

Il est clair que les « limites » pro­po­sées par les scien­ti­fiques n’envisageaient pas d’entraver les recherches dans le champ de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle en géné­ral, mais seule­ment dans cer­tains sec­teurs très concrets que les scien­ti­fiques consi­dèrent comme par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles. Ces « limites » n’auraient pas tenu long­temps. Si les scien­ti­fiques du Pro­jet Man­hat­tan avaient refu­sé de tra­vailler dans la recherche mili­taire, ils auraient seule­ment retar­dé de quelques années l’ap­pa­ri­tion des armes nucléaires puisque, une fois la théo­rie quan­tique déve­lop­pée et la fis­sion nucléaire décou­verte, il était inévi­table que quel­qu’un, tôt ou tard, mette ces connais­sances au ser­vice de la fabri­ca­tion d’armes nucléaires. De la même manière, étant don­né que la recherche dans le domaine de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle va conti­nuer, il est cer­tain que quel­qu’un, tôt ou tard (et pro­ba­ble­ment assez tôt), met­tra les connais­sances tech­niques déve­lop­pées au ser­vice des pro­jets que l’ AAAI sou­hai­te­rait interdire

Les « labo­ra­toires de haute sécu­ri­té » ne seront contrô­lés ni par vous ni par moi, mais par des orga­nismes puis­sants tels que les grandes entre­prises ou les gou­ver­ne­ments. Par consé­quent, le confi­ne­ment de cer­taines recherches dans des labo­ra­toires de haute sécu­ri­té ne fera qu’ac­croître la concen­tra­tion du pou­voir dans nos socié­tés, déjà lar­ge­ment excessive.

La « com­mis­sion » qui pré­tend « don­ner corps aux avan­cées et aider la socié­té à affron­ter les consé­quences » de l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle m’ins­pire crainte et mépris, parce que l’i­dée qu’ont ces gens de ce qui est bon pour les êtres humains dépasse à peine les réflexions d’un enfant de quatre ans. Le monde qu’ils crée­raient s’ils le pou­vaient est un cauchemar.

De toute manière, dans la pra­tique, la « com­mis­sion » n’au­ra pas plus de suc­cès que les groupes scien­ti­fiques qui se for­mèrent après 1945 afin de faire en sorte que l’éner­gie nucléaire soit « sage­ment » régu­lée et uni­que­ment uti­li­sée à des fins paci­fiques. Au bout du compte, la façon dont l’in­tel­li­gence arti­fi­cielle sera déve­lop­pée et appli­quée dépen­dra des volon­tés de ceux qui détiennent le pou­voir et qui en veulent tou­jours plus.

***

Quels que soient les cri­tères éthiques qu’un scien­ti­fique pro­fesse, ils n’ont aucun effet sur le déve­lop­pe­ment conjoint de la science et de la tech­no­lo­gie. Ce que j’ai écrit dans le para­graphe 92 de La Socié­té indus­trielle et son ave­nir est exact : « La science pour­suit donc aveu­glé­ment sa marche en avant, sans se sou­cier du véri­table bien-être de l’es­pèce humaine (ni de quoi que ce soit d’autre), obéis­sant seule­ment aux besoins psy­cho­lo­giques des scien­ti­fiques, des fonc­tion­naires du gou­ver­ne­ment et des diri­geants de l’in­dus­trie qui financent la recherche. »

Theo­dore Kaczynski

Tra­duc­tion : Ana Minski
Édi­tion : Nico­las Casaux
Relec­ture : Lola Bearzatto


  1. Phy­si­cien nucléaire des États-Unis d’o­ri­gine hon­groise. FC, groupe auteur de La Socié­té indus­trielle et son ave­nir duquel Kac­zyns­ki serait l’u­nique membre, men­tion­nait le Dr. Tel­ler, dans le para­graphe 88 de ladite œuvre, comme exemple de scien­ti­fique dont les moti­va­tions pour la recherche n’a­vaient rien à voir avec le bien pour l’hu­ma­ni­té. N. du T. espa­gnol
  2. Law­rence Liver­more, centre fédé­ral de la recherche et du déve­lop­pe­ment situé à Liver­more, Cali­for­nie. Une de ses prin­ci­pales acti­vi­tés est la recherche en arme­ment nucléaire. N. du T. espa­gnol
  3. Albert Speer, Inside the Third Reich, tra­duit par Richard et Cla­ra Wins­ton, Mac­mil­lan, New York, 1970, page 212.
  4. The Week, 6 mars 2009, page 39.
  5. The New Ency­clo­pae­dia Bri­tan­ni­ca, 15e édi­tion, 2003, Vol. 2, article “Braun, Wern­her von”, page 485.
  6. Ben­ja­min Schwarz, “Co-Conspi­ra­tors”, The Atlan­tic, mai 2009, page 80.
  7. Ency­cl. Bri­tan­ni­ca, 2003, Vol. 19, article “Explo­ra­tion”, page 47.
  8. Le texte com­plet du dis­cours est dis­po­nible dans le livre d’A­lice Kim­ball Smith et Charles Wei­ner (eds), Robert Oppen­hei­mer : Let­ters and Recol­lec­tions, Stan­ford Uni­ver­si­ty Press, Cali­for­nia, 1995, pages 315–325.
  9. Ibid.
  10. Voir G. A. Zim­mer­mann, Das Neun­zehnte Jah­rhun­dert, deuxième moi­tié, deuxième par­tie, Mil­wa­kee, 1902, pages 439–442 ; Ency­cl. Bri­tan­ni­ca, 2003, Vol.10, article “Sie­mens, Wer­ner von”, page 787.
  11. Impor­tante famille alle­mande de ban­quiers et de com­mer­çants. (N.d. T. espa­gnol)
  12. Frie­drich Klemm, A His­to­ry of Wes­tern Tech­no­lo­gy, tra­duit par Doro­thea Waley Sin­ger, M.I.T. Press, 1964/1978, page 353.
  13. Hans Zins­ser, Rats, Lice, and His­to­ry, vers la fin du cha­pitre I. Je n’ai pas noté la date de publi­ca­tion de ce livre, mais pro­ba­ble­ment autour de la décen­nie 1930..
  14. “The End of the Gol­den Age”, The New York Review of Books, 4 novembre 1999, page 14.
  15. L’au­teur par­vint pos­té­rieu­re­ment à trou­ver les dates ori­gi­nales uti­li­sées par Craig : “Let­ter from Ein­stein to Hein­rich Zang­ger, dated 6 Dec. 1917”, in Col­lec­ted Papers of Albert Ein­stein, vol. 8A, pages 561–562 (en alle­mand). Prin­ce­ton Uni­ver­si­ty Press (1987), J. Sta­chel, edi­tor. Et la cita­tion ori­gi­nale en alle­mand serait : “Unser gan­zer geprie­sene Fort­schritt der Tech­nik, übe­rhaupt der Civi­li­sa­tion, ist der Axt in der Hand des patho­lo­gi­schen Ver­bre­chers ver­gleich­bar”. N. du T. espa­gnol
  16. Ency­cl. Bri­tan­ni­ca, 2003, Vol. 18, article “Ein­stein”, page 157.
  17. Ibid.
  18. Paul Arthur Schilpp (ed), Albert Ein­stein : Phi­lo­so­pher-Scien­tist, Open Court, La Salle, Illi­nois, Ter­ce­ra Edi­ción, 1970/1995, pages 1–94. Cette auto­bio­gra­phie a été ori­gi­nel­le­ment écrite en alle­mand et une tra­duc­tion en anglais en pages alter­na­tives. Je conseille au lec­teur de lire la ver­sion alle­mande si pos­sible, la tra­duc­tion anglaise me semble pauvre.
  19. Pour ce para­graphe voir ibid., pages 2 et 4.
  20. Jules Mon­ne­rot, Socio­lo­gie du com­mu­nisme.
  21. Avec une excep­tion tri­viale qui n’est pas remar­quable dans ce cas.
  22. Ency­cl. Bri­tan­ni­ca, 2003, Vol. 28, article “Tech­no­lo­gy, The His­to­ry of”, p. 471.
  23. Ibid., Vol. 2, article “Braun, Wern­her von”, page 485.
  24. On m’a racon­té que ces der­nières années cer­tains scien­ti­fiques ou les entre­prises qui leur servent de rela­tions publiques ont déve­lop­pé des argu­ments suf­fi­sam­ment sophis­ti­qués pour ten­ter de jus­ti­fier le rôle de la science dans la socié­té ; et je ne doute pas que cela est vrai. Mais tout ce que j’ai vu dans les moyens de com­mu­ni­ca­tions de masse, jus­qu’à l’é­té 2009, semble indi­quer que la plus grande par­tie des pen­sées des scien­ti­fiques au sujet des impli­ca­tions sociales et morales de leur tra­vail est tou­jours d’un niveau super­fi­ciel, voir infan­tile. Il serait très dési­rable et impor­tant de mener une étude de la pro­pa­gande de la science offi­cielle, et plus spé­cia­le­ment de la pro­pa­gande sophis­ti­quée diri­gée à une audience intel­li­gente, mais cette étude res­te­rait très éloi­gnée de la visée de cette lettre ; de plus, je manque des connais­sances néces­saires pour cela. Les argu­ments des pro­pa­gan­distes pro­fes­sion­nels reflètent pro­ba­ble­ment aus­si peu la pen­sée du scien­ti­fique de base que les argu­ments des phi­lo­sophes pro­fes­sion­nels reflètent celle du sol­dat de base envoyé au front pour com­battre pour la démo­cra­tie, pour le fas­cisme, ou pour le com­mu­nisme. Comme beau­coup, les scien­ti­fiques et les sol­dats de base peuvent répé­ter sans réflé­chir les argu­ments sophis­ti­qués des pro­pa­gan­distes pour jus­ti­fier leurs actes envers eux-mêmes ou devant les autres.
  25. Ency­cl. Bri­tan­ni­ca, 2003, vol. 8, article “Nobel, Alfred Bern­hard”, page 738.
  26. Smith y Wei­ner, op. cit., pages 303 y 310.
  27. Har­per & Row, New York, 1969
  28. Oxford Uni­ver­si­ty Press, New York, 1991, p. 213–225.
  29. Véase David Gelern­ter, “U.S. faces tech­no­lo­gy cri­sis”, The Mis­sou­lian (per­ió­di­co de Mis­sou­la, Mon­ta­na), 24 de febre­ro de 1992.
  30. John Mar­koff, “Scien­tists Wor­ry Machines May Outs­mart Man”, The New York Times, 26 juillet 2009.
  31. Sigles de “Asso­cia­tion for the Advan­ce­ment of Arti­fi­cial Intel­li­gence” (Asso­cia­tion pour l’Avancement

    de l’In­tel­li­gence Arti­fi­cielle). N du T. espa­gnol

Print Friendly, PDF & Email
Newsletter Signup

3 Comments

3 Comments

  1. Niakine YAPATCHEF

    14 décembre 2018 at 9 h 23 min

    Une petite remarque par­ti­cu­lière concer­nant les psy­cho­logues : les cotoyant sur le plan pro­fes­sion­nel, je peux vous assu­rer que pour la plu­part, leur moti­va­tion prin­ci­pale pour s’o­rien­ter dans ce métier éma­nait d’un désir de domi­na­tion sur leurs sem­blables. Connaitre les méca­nismes de la pen­sée humaine afin de pou­voir mani­pu­ler. Force est de consta­ter que des gens natu­rel­le­ment altruistes il y en a peu dans ces professions…

    • nico rame

      23 décembre 2018 at 12 h 03 min

      Je ne sais pas si mon expé­rience per­son­nelle est per­ti­nente mais j’ai quit­té le monde de la psy­cho­lo­gie pour jus­te­ment des ques­tions « d’al­truismes » (pour reprendre la logique de l’ar­ticle). Arri­vé en mas­ter et comme je consi­dé­rai que réadap­ter des gens à la civi­li­sa­tion (à l’é­poque réadap­ter des gens à la vie capi­ta­liste) était jus­te­ment aller contre « l’hu­ma­ni­té », j’ai pré­fé­rer me réorien­ter. (Et je n’ai pas fait ça qu’une seule fois…)

      Ensuite je ne consi­dère pas avoir fait cela pour de manière altruiste car j’ai fait prin­ci­pa­le­ment cela de manière égoiste pre­nant conscience que je me sen­ti­rai mal dans ma peau en agis­sant ain­si. Pour moi donc, l’al­truisme et l’é­goisme sont indis­so­ciables mais ça c’est une autre histoire…

  2. Cédric

    18 décembre 2018 at 9 h 20 min

    De même l’ont peut appli­quer cela à nos repré­sen­tants de l’ordre. Il vous diront que c’est pour pro­té­ger la veuve et l’or­phe­lin et non pas pour assou­vir leur désir de « vio­lence légi­time ». Mais quand on regarde la col­la­bo­ra­tion de ces gens à la dépor­ta­tion des juifs entre 40 et 45, je doute fort de leur soit-disant patrio­tisme et de leur sacri­fice pour le bien de l’humanité
    https://www.contreculture.org/AT%20R%E9sistance.%20Chiffres.html
    « Le com­por­te­ment de la police française
    Les dépor­ta­tions men­tion­nées plus haut n’ont pu se faire que grâce à la col­la­bo­ra­tion qua­si-géné­rale des fonc­tion­naires de police.

    Au musée de la Police, un cadre est consa­cré aux « morts pour le devoir » de la ville de Paris et du dépar­te­ment de la Seine, de 1940 à 1944 ; il est pos­sible d’y rele­ver trente-six noms : 1 en 1940 ; 2 en 1941 ; 8 en 1942 ; 13 en 1943 ; 12 en 1944.
    Il est impos­sible de savoir si ces 36 « morts pour le devoir” ont été tués par des truands ou des résistants.

    Sur 200 000 fonc­tion­naires, on réper­to­rie pour la durée de la guerre 19 poli­ciers fusillés, morts en cap­ti­vi­té ou tués dans les maquis, une soixan­taine de dépor­tés et un mil­lier de com­bat­tants volon­taires bles­sés. D’autre part, 167 fonc­tion­naires de police sont morts dans les com­bats pour la libé­ra­tion de Paris, et font liste à part.

    Pen­dant la durée de l’Oc­cu­pa­tion, la police fran­çaise s’est acquit­tée des tâches sui­vantes, sans encou­rir de cri­tiques majeures de la part des auto­ri­tés allemandes :
    1. Le recen­se­ment des Juifs en octobre 1940, effec­tué dans les com­mis­sa­riats de police. De même l’apposition du cachet « Juif » sur les cartes d’identité.
    2. Les rafles des 14 mai et 20 août 1941.
    3. Le res­pect du cou­vre­feu impo­sé aux Juifs, à par­tir du mois de février 1942.
    4. L’obligation pour les Juifs de rendre leur poste récep­teur de TSF.
    5. Les étoiles jaunes dis­tri­buées dans les com­mis­sa­riats de police et la vigi­lance appor­tée par les gar­diens de la paix à ce que cet « insigne spé­cial » soit por­té bien visiblement.
    6. L’obligation faite aux abon­nés juifs du télé­phone de rendre leur récep­teur dans les com­mis­sa­riats de police.
    7. La sur­veillance atten­tive de ceux des Juifs qui ne res­pec­taient pas l’interdiction qui leur était faite de paraître dans les lieux publics et de ne plus voya­ger que dans la der­nière voi­ture du métro parisien.

    J’ai eu tra­vaillé dans une école d’in­gé­nieur et côtoyé donc des cher­cheurs. Un bien grand mot pour des petites gens. Des cher­cheurs qui n’ont ni foi ni morale, ven­dant père et mère pour récu­pé­rer les sub­ven­tions des grands groupes indus­triels et sur­tout mor­ti­fères. Sub­ven­tion de Total, Safran, Syn­gen­ta, Pétrole, Arme­ment, OGM. Sérieux, c’est pour le bien de l’hu­ma­ni­té ! Et c’est la même dans tous les labos de France. A la recherche de finan­ce­ment, le cher­cheur se bouche le nez et prend tout. Son huma­ni­té ne res­semble qu’à ruine et tristesse.
    Anec­dote : Au moment du scan­dale sur le bis­phé­nol A, une cher­cheuse me disait « tu sais c’est com­pli­qué pour les indus­triels, c’est un pro­duit super et fran­che­ment sans grand dan­ger ». Un truc de dingue. Et je me demande même si elle n’é­tait pas direc­teur de labo… Vive la recherche

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles les plus consultés

La science, facteur majeur de la catastrophe sociale et écologique en cours (par Nicolas Casaux)

ÉCOLOGIE

Couper les cordes vocales du monde (par Neil Evernden)

FABRIQUE DU CONSENTEMENT

Giraud, Jancovici, Bihouix, etc. : Contre les experts et leur monde (par Nicolas Casaux)

DÉVELOPPEMENT DURABLE

La science, instrument de l’État et du capitalisme industriel (par Guillaume Carnino)

FABRIQUE DU CONSENTEMENT

Newsletter Signup

Copyright © 2018 Jawn Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.

Newsletter Signup