Cadences infernales, castration, claustration : L’enfer productiviste des cochons (par Isabelle Saporta)

Extrait tiré du Livre noir de l’a­gri­cul­ture de la jour­na­liste Isa­belle Sapor­ta, publié en 2011.


L’ennui est l’un des fléaux majeurs de l’élevage indus­triel. Et, pas de bol pour lui, de l’avis même de la direc­trice de la bri­gade vété­ri­naire et phy­to­sa­ni­taire, « le cochon est un ani­mal hyper-sen­sible psy­cho­lo­gi­que­ment ». À quoi recon­naît-on un porc qui déprime ? À sa pro­pen­sion à vou­loir bouf­fer ses congé­nères ! « Lorsque les bêtes dépriment, le can­ni­ba­lisme s’installe », résume, un rien nar­quois, ce vieux pay­san bre­ton qui, à bout de forces, a déci­dé de lâcher l’élevage por­cin il y a quelques années. « Les condi­tions de claus­tra­tion sont très éprou­vantes et l’alimentation est exces­si­ve­ment riche. Les bêtes devraient pou­voir se dépen­ser, or elles ne doivent pas bou­ger pour pous­ser plus vite. Toutes les condi­tions sont donc réunies pour que les porcs fassent une dépres­sion. » Et, quoi qu’en disent les indus­triels, les petits jouets et autres trous dans le mur ne suf­fisent pas tou­jours à redon­ner le moral aux porcs. Du coup, on leur colle une bonne dose d’antidépresseurs. « Des cal­mants seule­ment », tem­père ce direc­teur d’un des plus gros ser­vices vété­ri­naires dépar­te­men­taux de Bre­tagne. « C’est vrai qu’on en donne régu­liè­re­ment aux porcs. Notam­ment avant le trans­port pour l’abattoir, pour les cal­mer. Cer­taines molé­cules sont auto­ri­sées sans délai d’attente. » Com­prendre : on va consom­mer la viande juste après, sans même avoir lais­sé le temps aux molé­cules de disparaître…

Si encore les cal­mants étaient les seuls médi­ca­ments ingur­gi­tés par ces pauvres bêtes ! Elles avalent aus­si la moi­tié des anti­bio­tiques vété­ri­naires de France : 675 tonnes pour l’année 2008. Pour­tant, quand on demande aux éle­veurs s’ils traitent encore leurs ani­maux, ils jurent la main sur le cœur, croix de bois, croix de fer, que tout cela appar­tient à un pas­sé révo­lu. Celui, béni, où l’on avait encore le droit de glis­ser des anti­bio­tiques dans la nour­ri­ture pour boos­ter la crois­sance des porcs. Les acti­va­teurs de crois­sance sont inter­dits en France depuis 2006. Curieu­se­ment, la vente des anti­bio­tiques n’a pas bais­sé d’un iota – ou si peu – depuis cette date. « Quand il y a des arrêts bru­taux de médi­ca­tions, quand on stoppe les acti­va­teurs de crois­sance qui jouent un rôle de sta­bi­li­sa­teur diges­tif, on voit appa­raître de façon conco­mi­tante une recru­des­cence de patho­lo­gies, sou­ligne Gilles Sal­vat, direc­teur du labo­ra­toire de l’Anses (Agence natio­nale de sécu­ri­té sani­taire ali­men­ta­tion, envi­ron­ne­ment, tra­vail) de Plou­fra­gan. On assiste ain­si à un dépla­ce­ment de l’additif, qui repré­sente de petits ton­nages, vers le cura­tif, qui, lui, est ven­du en quan­ti­tés plus impor­tantes. » Bref, on n’administre plus de petites doses d’antibio pour faire pous­ser plus vite les bes­tiaux, mais de grosses doses pour soi­gner leurs maux de ventre… et les faire pous­ser un peu plus vite aus­si au pas­sage. Pour­tant, à entendre les éle­veurs, on ne traite plus du tout, ou si peu. Bon, ils veulent bien concé­der quelques injec­tions de-ci, de-là. Des cépha­lo­spo­rines pour les arthrites à strep­to­coque, des fluo­ro­qui­no­lones pour le trai­te­ment des mam­mites et des métrites après mise bas, des poly­pep­tides (essen­tiel­le­ment la colis­tine) dans le trai­te­ment des coli­ba­cil­loses de sevrage du por­ce­let… Mais c’est tout ! Pro­mis, juré, cra­ché ! Ça fait déjà pas mal… Les ventes de fluo­ro­qui­no­lones ont aug­men­té de 50 % depuis 1999, et celles de cépha­lo­spo­rines ont qua­si­ment dou­blé sur la même période. Quant au niveau d’exposition des ani­maux aux fluo­ro­qui­no­lones, il a été mul­ti­plié par deux. Par trois pour les cépha­lo­spo­rines. « Or les cépha­lo­spo­rines de 3e et 4e géné­ra­tion et les fluo­ro­qui­no­lones sont consi­dé­rées comme par­ti­cu­liè­re­ment impor­tantes en méde­cine humaine, car elles consti­tuent l’une des seules alter­na­tives pour le trai­te­ment de cer­taines mala­dies infec­tieuses chez l’homme, sou­ligne Pas­cal San­ders, direc­teur du labo­ra­toire de l’Anses de Fou­gères. C’est très angois­sant, sur­tout que l’on sait main­te­nant qu’il y a dis­sé­mi­na­tion de bac­té­ries résis­tantes entre les ani­maux de rente et nous, que ce soit via l’alimentation ou les effluents d’élevage. »

Le pro­fes­seur Andre­mont, qui dirige le labo­ra­toire de bac­té­rio­lo­gie de l’hôpital Bichat, met en avant une étude réa­li­sée sur les éle­veurs de porcs. Tous sont colo­ni­sés à des doses très impor­tantes par des bac­té­ries résis­tantes. Il y a donc pas­sage de ces bac­té­ries de l’animal à l’homme. Un constat qui devrait nous pous­ser à davan­tage de vigi­lance dans l’usage des anti­bio­tiques pour les ani­maux de rente. Car non seule­ment on crée des bac­té­ries résis­tantes, trans­mis­sibles à l’homme, mais on res­treint les solu­tions cura­tives pour l’homme, puisque nous uti­li­sons les mêmes anti­bio­tiques pour les ani­maux que pour nous. Et le pro­fes­seur Andre­mont de regret­ter l’usage mas­sif de colis­tine dans les éle­vages alors qu’il s’agit de l’une des der­nières molé­cules recours chez les humains… Lors de la jour­née de l’Anses consa­crée à l’antibiorésistance, en novembre 2010, les éle­veurs de porcs ont pro­mis un « mora­toire » sur la cépha­lo­spo­rine (ce qui a amu­sé au plus haut point le vété­ri­naire assis à mon côté : « Voi­là pour ceux qui se deman­de­raient encore les­quels, des vété­ri­naires ou des éle­veurs, sont aujourd’hui pres­crip­teurs ! Ce sont les éle­veurs qui dictent la loi ! »). En atten­dant que toutes ces belles réso­lu­tions soient appli­quées, l’antibiorésistance pro­gresse de façon alar­mante en France et en Europe : 400 000 patients sont tou­chés chaque année, et 25 000 péris­sent. Mal­gré la gra­vi­té de ce phé­no­mène, les cochons, comme tous les ani­maux de rente, conti­nuent d’avaler des mon­tagnes d’antibiotiques.

Le petit goret ingur­gite ain­si à lui seul 60 à 70 % des anti­bio­tiques de l’élevage… Même Porc Maga­zine a dénon­cé dans ses colonnes, en sep­tembre 2010, « l’utilisation géné­ra­li­sée en pré­ven­tif sur les por­ce­lets de pré­mé­langes médi­ca­men­teux incluant des anti­bio­tiques ». Elle consti­tue­rait un détour­ne­ment de l’interdiction de 2006. « À la décharge des éle­veurs fran­çais, explique un ins­pec­teur de la san­té publique, ils n’ont pas le droit, contrai­re­ment aux éle­veurs de pays nor­diques, et notam­ment du Dane­mark, d’utiliser l’oxyde de zinc, un addi­tif ali­men­taire non anti­bio­tique très effi­cace. En France, va savoir pour­quoi, cet addi­tif n’est pas uti­li­sé aux mêmes doses qu’au Dane­mark. Pour qu’il le soit, il fau­drait dépo­ser un dos­sier de demande d’autorisation de mise sur le mar­ché (AMM), or aucun labo­ra­toire sur terre ne va inves­tir des cen­taines de mil­liers d’euros pour un dos­sier qu’il ne pour­ra pas ren­ta­bi­li­ser étant don­né le coût très faible de la matière active. Non seule­ment il s’agit de concur­rence déloyale, mais en outre cela fait pas­ser les vété­ri­naires fran­çais pour des adeptes du trai­te­ment sys­té­ma­tique ! » Si main­te­nant même la légis­la­tion est contre eux…

Sur la tota­li­té des trai­te­ments anti­bio­tiques, 60 à 70 % sont donc réser­vés aux por­ce­lets. Res­tent 30 à 40 % inex­pli­qués… Pas si inex­pli­qués que cela, en fait. Car, hélas, quand on tasse autant d’animaux dans des espaces aus­si confi­nés, ils ont ten­dance à se refi­ler joyeu­se­ment leurs miasmes. « Les anti­bio­tiques dans les éle­vages de cochons, comme dans tout éle­vage concen­tra­tion­naire, c’est inévi­table, confirme ce haut fonc­tion­naire de la Direc­tion géné­rale de l’alimentation en charge des contrôles dans les éle­vages. C’est comme quand vous met­tez des gens dans le métro. Quand il y en a un de malade, il conta­mine tout le monde. Le cochon est cer­tai­ne­ment l’un des ani­maux les plus médi­ca­li­sés de France. » Et ce d’autant plus qu’il est trai­té via des ali­ments médi­ca­men­teux, c’est-à-dire des médi­ca­ments fabri­qués par les usines de nour­ri­ture pour bes­tiaux. Ce qui ne fait qu’aggraver, de l’aveu même de Jac­que­line Bas­tien, qui repré­sente pour­tant les inté­rêts de ces indus­triels, une « confu­sion des genres dom­ma­geable entre vété­ri­naires, éle­veurs et fabri­cants d’aliments ». En gros, les éle­veurs com­mandent, les usines fabriquent, et les vété­ri­naires cau­tionnent. Par ailleurs, trai­ter les ani­maux via l’eau ou la nour­ri­ture, c’est certes plus pra­tique pour l’éleveur, mais par ce biais les trai­te­ments sont moins ciblés et, au final, les bêtes absorbent plus de médi­ca­ments qu’il ne serait nécessaire.

Le der­nier rap­port de l’Anses révèle des écarts impor­tants de consom­ma­tion médi­ca­men­teuse entre les éle­vages. En gros, d’après l’étude de Claire Chau­vin, char­gée de pro­jets scien­ti­fiques au labo­ra­toire de Plou­fra­gan, 10 à 30 % des éle­vages ingur­gitent 50 % de la quan­ti­té totale d’antibiotiques. Pour­quoi ces écarts ? « Dans cer­tains éle­vages, on réal­lote sans cesse les por­ce­lets en post-sevrage, l’idée étant de mettre ensemble les jeunes porcs qui “poussent” à la même vitesse », explique Gilles Sal­vat. Dans le monde mer­veilleux de l’élevage stan­dar­di­sé, on ne veut voir qu’une seule tête. Les gros avec les gros, les petits avec les petits, bref un seul gaba­rit par enclos. Cela per­met à l’éleveur de savoir, d’un seul coup d’œil, qui par­ti­ra ou non à l’abattoir à la fin de la semaine. Ces pra­tiques sont, en revanche, une héré­sie en termes de micro­bisme. Car mélan­ger les porcs à lon­gueur de temps, c’est mélan­ger leurs miasmes… Donc les rendre malades, donc être obli­gé de les trai­ter beau­coup plus sou­vent. « Il y a des solu­tions pour ne pas mélan­ger les porcs et les conduire en bandes homo­gènes, sou­ligne Phi­lippe Van­nier, direc­teur de la san­té ani­male et du bien-être ani­mal à l’Anses, mais pour ce faire il faut agran­dir les locaux, inves­tir des moyens colos­saux, et sur­tout obte­nir une auto­ri­sa­tion. » Et, dans ces cas-là, ce sont les éco­los qui bloquent en se disant – bien sou­vent à juste titre – qu’on veut leur rajou­ter des porcs par-des­sus la por­che­rie et qu’il en est hors de question.

À cela s’ajoute le pas­sage conjonc­tu­rel en géné­rique de cer­tains anti­bio­tiques. Qui dit géné­rique dit moins cher. Du coup, les ventes se sont envo­lées cette année.

Ça, c’est pour le tout-venant, le quo­ti­dien de ce joli petit monde. Mais peuvent s’ajouter à cela des pra­tiques frau­du­leuses. En août 2010, un ins­pec­teur vété­ri­naire s’est fen­du d’un mail pour expli­quer à l’ignare que je suis toutes les dérives pos­sibles du milieu. Il m’a décrit par le menu les escro­que­ries en tout genre pra­ti­quées sans ver­gogne par les ripoux de la pro­fes­sion. « Vous avez des phar­ma­ciens affai­ristes qui contournent allé­gre­ment la loi. Qu’il s’agisse des phar­ma­ciens d’officine (incom­pé­tents en matière de phar­ma­cie vété­ri­naire mais que ça n’empêche pas de four­nir des médi­ca­ments à tour de bras) ou des affai­ristes, sou­vent d’ailleurs sou­te­nus contre vents et marées par l’ordre des phar­ma­ciens mal­gré leurs tur­pi­tudes indé­fen­dables. » Cer­tains pro­fanes se prennent par­fois pour des vétos. C’est ain­si qu’un retrai­té, Alain Wis­socq, qui exer­çait illé­ga­le­ment la pro­fes­sion de vété­ri­naire depuis 2004 a été condam­né en juin 2010 à 18 mois de pri­son ferme par le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Dra­gui­gnan. Le faux véto, qui n’avait déci­dé­ment pas froid aux yeux, n’hésitait pas à char­cu­ter le bétail, à pra­ti­quer nombre d’opérations de chi­rur­gie sur ces pauvres bêtes et à déli­vrer gaillar­de­ment des ordon­nances. Et pas du bon anti­bio­tique auto­ri­sé en France, non, des médi­ca­ments en pro­ve­nance d’Espagne, dont cer­tains clas­sés dan­ge­reux pour l’être humain. La police en a sai­si près de 200 kilos à son domicile.

Il faut aus­si comp­ter avec les pra­tiques pas très nettes de cer­tains grou­pe­ments vété­ri­naires. Là, on est dans la haute vol­tige de la mal­ver­sa­tion. Au départ, il n’y avait pour­tant que de très bonnes inten­tions. Avant la loi de 1975, l’univers des médi­ca­ments vété­ri­naires était une vraie jungle. Par exemple, et sans que cela gêne per­sonne, la fabri­ca­tion, la déten­tion et la vente de médi­ca­ments étaient qua­si libres, à l’exception des sérums et vac­cins et de cer­tains pro­duits conte­nant des sub­stances véné­neuses. Le légis­la­teur a donc été contraint d’y mettre un peu d’ordre. Sauf que, pour ne pas se fâcher avec ses amis et sur­tout futurs élec­teurs agri­cul­teurs, il a déci­dé de lais­ser aux grou­pe­ments d’éleveurs le droit d’acheter les médi­ca­ments direc­te­ment aux labo­ra­toires ou aux dis­tri­bu­teurs en gros. Mais atten­tion, pas tous les médi­ca­ments, seule­ment ceux dont ils avaient besoin pour les plans sani­taires d’élevage (PSE), soit les vac­cins, les anti­pa­ra­si­taires et les hor­mones. Le grou­pe­ment d’éleveurs ache­tait ces trai­te­ments en gros, sans pas­ser par la case « vété­ri­naires libé­raux » et « phar­ma­ciens », et engran­geait donc la marge sur les médi­ca­ments, qu’il refac­tu­rait aux éle­veurs au prix de l’officine… Au début, les grou­pe­ments s’arrangeaient avec les vété­ri­naires libé­raux pour les pres­crip­tions. Mais, très vite, ils se sont dit que ce serait bien plus simple d’avoir des vété­ri­naires sala­riés, qui signe­raient des ordon­nances sans rechi­gner. Sauf qu’à force de tirer sur la corde, et notam­ment de faire pres­crire à ces vété­ri­naires cor­véables à mer­ci des ordon­nances sur des médi­ca­ments qui ne fai­saient pas par­tie du PSE, eh bien, ça s’est vu… D’où l’arrêt Riau­court ren­du par le Conseil d’État le 24 jan­vier 2007. Le conten­tieux oppo­sait Alain Riau­court, doc­teur vété­ri­naire, sala­rié de longue date de la coopé­ra­tive Dynal de Lou­déac, à l’ordre des vété­ri­naires. Comme la plu­part des vété­ri­naires sala­riés, Alain Riau­court déli­vrait à tour de bras des médi­ca­ments vété­ri­naires hors PSE. Médi­ca­ments reven­dus ensuite aux adhé­rents par la coopé­ra­tive. Ce petit com­merce, extrê­me­ment lucra­tif pour les coopé­ra­tives, a quand même duré trois décennies.

maxresdefault

Épin­glé par le conseil régio­nal de l’ordre d’Aquitaine en avril 2004, le vété­ri­naire fait appel auprès du Conseil supé­rieur de l’ordre, mais perd en 2005. Puis il sai­sit le Conseil d’État, qui enfonce le clou, esti­mant qu’il s’agit de la part du grou­pe­ment d’un « exer­cice illé­gal de la phar­ma­cie » qui a « pour effet de lui appor­ter indû­ment un sur­plus de chiffre d’affaires ». Selon le Conseil d’État, le confrère sala­rié, qui pres­crit et délivre ces médi­ca­ments, « faci­lite [et] couvre de son titre » l’exercice illé­gal du grou­pe­ment, et peut donc être sanc­tion­né par l’ordre comme se livrant à des « actes déloyaux, contraires à l’honneur et à la pro­bi­té, […] pas­sibles de pour­suites pénales et de sanc­tions dis­ci­pli­naires par les juri­dic­tions ordinales ».

Bref, les vétos sala­riés sont ren­voyés dans les cordes. Il fau­dra désor­mais consul­ter les vété­ri­naires libé­raux… Sauf que les coopé­ra­tives ne sont pas nées de la der­nière pluie et qu’elles avaient anti­ci­pé cet arrêt. Les vété­ri­naires sala­riés ont créé des socié­tés d’exercice libé­ral, ou SEL. Or celles-ci per­mettent de contour­ner allé­gre­ment la loi et l’arrêt Riau­court. La socié­té exerce en libé­ral, du coup les vété­ri­naires, pour­tant encore sala­riés de la coopé­ra­tive, peuvent pres­crire tous les trai­te­ments. Et, vous l’aurez com­pris, à qui les vendent-ils ? À la coopé­ra­tive dont ils sont res­tés sala­riés, par­di ! « Tous les médi­ca­ments pres­crits par la SEL sont siphon­nés par les grou­pe­ments. Les vété­ri­naires déclarent des frais extra­va­gants, des loyers ahu­ris­sants, des parcs infor­ma­tiques flam­bant neufs. Du coup, ils paient tel­le­ment de charges qu’ils ne gagnent pas d’argent, et en fait c’est la coopé­ra­tive qui récu­père le pognon », déplore l’inspecteur. Mais, comme en SEL il faut payer les charges, l’URSAFF, la taxe pro­fes­sion­nelle, il faut vendre encore plus de médi­ca­ments qu’auparavant pour gagner autant d’argent… On en arrive à cette effroyable conclu­sion : pour main­te­nir leurs marges, les coopé­ra­tives vendent encore plus d’antibiotiques.

Et les contrôles, dans tout ça ? Reve­nons au mail de notre ins­pec­teur : « Déjà, les contrôles offi­ciels des 22 000 phar­ma­ciens sont qua­si­ment irréa­li­sables. Ima­gi­nez, 22 000, ça en fait du monde à visi­ter ! Mais en plus quand vous avez, comme pour les coopé­ra­tives, ces SEL… Le fonc­tion­ne­ment réel de ces socié­tés est tel­le­ment raf­fi­né pour paraître hon­nête que les ins­pec­teurs se font bala­der faute de com­pé­tences appro­fon­dies dans les domaines les plus variés : droit social, droit du com­merce, droit des socié­tés, connais­sances comp­tables per­met­tant de lire et de com­prendre le bilan comp­table d’une SA, d’une SEL, d’un agri­cul­teur, d’un cabi­net vété­ri­naire, connais­sance très fine du fonc­tion­ne­ment des grou­pe­ments d’éleveurs, des socié­tés d’exercice libé­ral vété­ri­naire, de la phar­ma­cie vété­ri­naire, “trai­te­ment spé­ci­fique à chaque espèce ani­male”, éle­vage “tra­di­tion­nel” et éle­vage “inten­sif”, rôle des tech­ni­ciens d’élevage, des fabri­cants d’aliments, etc. Bref, ce domaine est infi­ni­ment com­plexe, et seul un ou deux ins­pec­teurs des ser­vices vété­ri­naires sont suf­fi­sam­ment com­pé­tents pour affron­ter (le terme n’est pas usur­pé) des molosses (grou­pe­ments d’éleveurs). » L’accès à ces coopé­ra­tives leur est le plus sou­vent refu­sé, alors même qu’ils sont ins­pec­teurs d’État, et ce sous pré­texte qu’il ne fau­drait pas impo­ser des contrôles inces­sants à nos agri­cul­teurs et à nos éle­veurs. « Il est inad­mis­sible que les vété­ri­naires ins­pec­teurs ne puissent pas frap­per à la porte d’un grou­pe­ment de pro­duc­teurs. On ne peut y aller que par des biais ! Les auto­ri­tés font bar­rage pour nous empê­cher de contrô­ler ces grou­pe­ments. C’est une vraie acro­ba­tie pour faire des ins­pec­tions. Pour­quoi ? Parce que le véri­table ministre de l’Agriculture, c’est le patron de la FNSEA [Fédé­ra­tion natio­nale des syn­di­cats d’exploitants agri­coles]. Et que notre agri­cul­ture pro­duc­ti­viste est rude­ment pro­té­gée par le gou­ver­ne­ment », assène le haut fonc­tion­naire en conclu­sion de notre conver­sa­tion téléphonique.

Jeu­di 18 novembre. Jour­née orga­ni­sée par l’Anses sur l’antibiorésistance. Tout le gra­tin de la recherche se presse sur les bancs d’un gigan­tesque amphi­théâtre au siège de Mai­sons-Alfort. C’est l’heure de la confé­rence intro­duc­tive de Phi­lippe Van­nier, direc­teur de la san­té ani­male et du bien-être des ani­maux. Tout le monde s’attend à un dis­cours très poli­cé. Le cher­cheur com­mence : « On sait tous qu’il y a des pres­sions directes et indi­rectes des labo­ra­toires sur les vété­ri­naires : invi­ta­tions aux congrès, chèque de bonus si les ventes d’antibiotiques sont impor­tantes… Allons, nous ne sommes pas nés de la der­nière pluie, et nous connais­sons tous ces pra­tiques ! » Et paf ! pour les vété­ri­naires qui touchent des com­mis­sions et des avan­tages en nature s’ils sont de « bons » – com­prendre de gros – pres­crip­teurs aux yeux des labo­ra­toires. La salle applau­dit, à l’exception des repré­sen­tants des coopé­ra­tives agri­coles et des labo­ra­toires… Deuxième salve de Phi­lippe Van­nier : « On nous a dit : main­te­nant il y a les SEL, et donc une sépa­ra­tion effec­tive entre les vété­ri­naires et les coopé­ra­tives agri­coles. Mais cette sépa­ra­tion est-elle vrai­ment effec­tive ? À par­tir du moment où les éle­veurs ne rému­nèrent pas le conseil, où les vété­ri­naires ne sont pas payés pour cela, je m’interroge : quelle est la part de la vente des anti­bio­tiques dans la rému­né­ra­tion des vété­ri­naires ? Quelle est la part de la vente des anti­bio­tiques dans l’équilibre bud­gé­taire des SEL ? Et, à par­tir du moment où il sera – for­cé­ment – prou­vé qu’il n’y a pas de sépa­ra­tion effec­tive entre les pres­crip­teurs et les éle­veurs, cela ne conduit-il pas obli­ga­toi­re­ment à une aug­men­ta­tion des ventes d’antibiotiques ? Quand les éle­veurs et les labo­ra­toires com­pren­dront-ils que les anti­bio­tiques ne sont pas des biens mar­chands, mais des biens publics ? »

Cepen­dant, qu’importent ces trai­te­ments puisque les rési­dus d’antibiotiques sont sur­veillés par d’incessants contrôles vété­ri­naires. « On n’a jamais rien trou­vé dans les 12 700 contrôles inopi­nés que la Direc­tion vété­ri­naire fran­çaise pra­tique chaque année », assène le direc­teur dépar­te­men­tal de ce gros ser­vice de contrôle de la Région Bre­tagne. 12 700 contrôles, ça paraît beau­coup. Rame­nés aux 26 mil­lions de porcs abat­tus chaque année en France, ça ne fait plus sou­dain qu’un contrôle tous les 2 050 cochons… Res­tent les contrôles réa­li­sés de manière sys­té­ma­tique en abat­toir. Dans l’immense usine de la gigan­tesque coopé­ra­tive agri­cole sise à Lam­balle, on abat 45 000 porcs par semaine, 9 000 porcs par jour. Douze vété­ri­naires sont char­gés de contrô­ler les car­casses qui déboulent sur une chaîne à un rythme tel­le­ment infer­nal qu’on les dis­tingue à peine. Com­ment les contrô­ler atten­ti­ve­ment quand on n’a pas plus de trente secondes pour s’assurer de la qua­li­té d’une car­casse ? Le contrôle est essen­tiel­le­ment visuel, confirme Sophie Ber­trand, la res­pon­sable qua­li­té du groupe. « Si on n’a pas vu de traces de piqûre dans l’échine, ni d’abcès, ni d’animaux anor­ma­le­ment confor­més qui nous amè­ne­raient à sus­pec­ter l’utilisation d’hormones de crois­sance, on appose le cachet », confirme le doc­teur Mama­dou Sidi­bé, chef vété­ri­naire à l’abattoir de Montauban-de-Bretagne.

En France, on croit dur comme fer aux ver­tus de l’autocontrôle lorsqu’il s’agit de notre ali­men­ta­tion, et donc de notre san­té, mais beau­coup moins quand il est ques­tion de cir­cu­la­tion et d’accidents de la route. Il faut croire que l’industrie agroa­li­men­taire est bien plus ver­tueuse que nos automobilistes…

Et encore ne s’agit-il là que des porcs char­cu­tiers, ces ado­les­cents d’à peine 6 mois tués dans la force de l’âge, pas de nos braves coches de réforme. Une baisse de régime ? Neuf por­ce­lets par por­tée au lieu de dix-huit ? Un ventre vide après insé­mi­na­tion ? Et hop, rillettes ! « On n’a pas de temps à perdre avec ces bêtes-là, sou­ligne, sans état d’âme, le chef por­cher. Ça bouffe pareil qu’un porc char­cu­tier, et au prix de l’alimentation on n’a pas les moyens de gar­der une truie qui ne fait pas assez de petits. » Ce ne serait pas ren­table. Donc, après deux ou trois années de bons et loyaux ser­vices, les « vieilles » coches sont envoyées, manu mili­ta­ri, à l’abattoir. Soit quelque 500 000 truies réfor­mées chaque année. Pour­tant, quand on inter­roge les employés des abat­toirs, c’est comme si per­sonne ne savait ce qu’elles sont deve­nues. Tous prennent une moue dégoû­tée pour expli­quer qu’on ne tue pas ces bêtes-là chez eux… Il faut dire que les pauvres n’arrivent pas en très grande forme à la tue­rie. Du coup, soit on les abat en fin de jour­née, soit on les tue dans des abat­toirs spé­cia­li­sés. Mais la ques­tion sani­taire n’est pas la seule rai­son qui empêche les abat­toirs de tuer les truies, comme le confirme Jean-Pierre Joly, direc­teur du Mar­ché du porc bre­ton, le mar­ché au cadran du porc : « La coche, c’est un métier spé­cial. Il y a vingt, vingt-cinq ans de cela, tous les abat­toirs tuaient les coches parce qu’ils ne pou­vaient pas faire autre­ment. C’étaient les coches de l’éleveur qui leur livraient des porcs. » Puis les abat­toirs se sont robo­ti­sés. « Et les coches, ce n’était pas pra­tique dans les chaînes auto­ma­ti­sées et cali­brées pour des porcs char­cu­tiers. Les truies étaient dis­pro­por­tion­nées, bien trop grandes et trop grosses, il fal­lait déré­gler les chaînes pour les adap­ter à ces bêtes gigan­tesques. » Les abat­toirs n’en ont plus vou­lu. Accep­ter ces mas­to­dontes dans leurs usines à viande, c’était un coup à cas­ser le rythme, à foutre en l’air la cadence, sans comp­ter le net­toyage des chaînes… « Les abat­toirs les prennent en fin de jour­née, à la rigueur, quand il reste un rab de temps ! »

« Et encore, pour­suit Jean-Pierre Joly, les choses se sont paci­fiées aujourd’hui avec les truies. Vous seriez venue il y a quinze ans à peine, vous seriez tom­bée en plein dans la bataille homé­rique de la tête de truie ! Les abat­toirs disaient que leurs chaînes n’étaient pas adap­tées aux coches. Le groin des truies tou­chait par terre et l’on ris­quait, selon eux, une conta­mi­na­tion bac­té­rienne. » On s’est donc accor­dé pour déca­pi­ter la truie. Mais la ques­tion était : où cou­per la tête ? « On peut la cou­per à deux endroits, pré­cise, gogue­nard, Jean-Pierre Joly : très près de l’oreille ou très près de l’épaule. Entre les deux, ça fait une sacrée dif­fé­rence de poids et donc de rému­né­ra­tion pour l’éleveur. Bref, il a fal­lu qu’on s’accorde sur le bon endroit pour décou­per la tête et que cet endroit soit le même dans chaque abattoir. »

Si ces coches de réforme engendrent tant de sou­cis et si les éle­veurs semblent consi­dé­rer qu’il s’agit d’un maté­riau pas assez noble, peu valo­ri­sable, dont ils ne savent même pas vrai­ment ce qu’il devient, pour­quoi ne pas s’en débar­ras­ser ? « Vous rigo­lez ? s’écrie Jean-Pierre Joly. Jamais de la vie ! Leur prix au kilo est à peine moins éle­vé que celui d’un porc char­cu­tier, vous pen­sez bien qu’aucun éle­veur ne se pri­ve­rait de ces reve­nus ! » Au fait, on en fait quoi, de ces coches de réforme ? Rillettes et sau­cis­sons ! La char­cu­te­rie, c’est du 100 % vieilles coches de réforme, char­gées aux métaux lourds après avoir conscien­cieu­se­ment léché les bar­reaux de leur cage pen­dant trois ans, gavées d’hormones et d’antibiotiques…

Or, si le porc est la viande la plus consom­mée en France, avec 35 kilos par an et par ménage, on ne consomme pas tel­le­ment de viande fraîche (à peine 8,5 kilos par an). Sau­cis­sons secs, rillettes, sau­cisses repré­sentent 75 % de notre consom­ma­tion de porc.

Cadences infer­nales, cas­tra­tion, claus­tra­tion… Le cochon vit dans un enfer pavé de « bonnes » inten­tions pro­duc­ti­vistes. Le revers de cette hyper­pro­li­fi­ci­té, de cette hyper­pro­duc­ti­vi­té por­cine, c’est l’omniprésence de la mort. L’élevage concen­tra­tion­naire aura fait renaître la pra­tique de l’eugénisme, même s’il n’est « que » por­cin. On va jusqu’à trou­ver une jus­ti­fi­ca­tion, si ce n’est morale, tout au moins éco­no­mique, au fait de tuer celui qui ne résiste pas.

Pre­mière vic­time : le por­ce­let. Dans l’édition de 1952 du Larousse agri­cole, l’entrée por­cine indi­quait déjà : « Dès la nais­sance, on peut sup­pri­mer les sujets les moins bien venus et gar­der à la mère autant de por­ce­lets qu’elle a de tétines en fonc­tion­ne­ment. » Sauf qu’on avait encore conscience de l’inutilité de for­cer la nature au-delà de cer­taines limites : « Les por­tées supé­rieures à 12 sont sans inté­rêt, car les por­ce­lets sous-ali­men­tés ne sont jamais de belle venue. » Bref, on éli­mi­nait déjà le por­ce­let ché­tif, mais on n’en fai­sait pas encore naître plus de 20 par portée !

Il faut lire les entre­tiens recueillis par Joce­lyne Por­cher. Ils font fré­mir. « Un por­ce­let qu’est trop petit, qu’a aucune chance de vivre, je dirais vrai­ment trop, trop petit, on le tue. » « Sur le nombre, on arri­ve­ra tou­jours à en sau­ver la moi­tié. Mais bon ! C’est vrai que c’est du tra­vail en plus pour pas grand-chose. Le but du jeu, c’est de sevrer le plus de cochons. » Et comme on n’a pas l’habitude, dans un sys­tème pro­duc­ti­viste, de tra­vailler pour « pas grand-chose », on pré­fère se débar­ras­ser des « gêneurs » plu­tôt que de perdre inuti­le­ment son temps. Soit une truie lamb­da. Elle fait gen­ti­ment sa ving­taine de petits. Bien trop pour ses tétines. On lui en retire donc cinq, par­mi les plus mai­gri­chons. On les « toque » – c’est-à-dire qu’on leur explose le crâne à mains nues contre le caille­bo­tis ou contre le mur, parce qu’on n’a pas de temps à perdre à faire gros­sir des ché­tifs qui ne répon­dront jamais, quoi qu’on fasse, aux cri­tères de l’industrie de la viande. Pour­quoi, alors, pous­ser la nature jusqu’à avoir des truies qui font 30 por­ce­lets dont on ne sau­ve­ra, au mieux, que la moi­tié ? 30 por­ce­lets mis bas, c’est 15 por­ce­lets garan­tis ; 3 de plus que si l’on avait une belle por­tée de 12 petits menée à bien par une truie en pleine san­té… Bref, une truie heu­reuse, c’est du ren­de­ment en moins, et le risque, inac­cep­table, d’avoir des tétines inoc­cu­pées. Il n’y a pas de place, dans l’univers indus­triel, pour une tétine sans goret. Mieux vaut perdre 15 petits que de lais­ser une tétine sans porcelet.

Avant l’engraissement, au moment du sevrage, on tue encore quelques por­ce­lets. Pas la peine d’engraisser sot­te­ment des bêtes qui ne seront pas ren­tables. « Un cochon qui ne fera rien et qui est en train de man­ger de l’aliment, c’est du gas­pillage ; […] ça ne sert à rien de les gar­der, de leur don­ner à man­ger pour rien. On les assomme, c’est pas sor­cier. C’est jamais qu’un coup de mar­teau, faut pas le lou­per, c’est tout. »

Seconde vic­time de ce monde sans pitié : la truie. For­çat de la mater­ni­té, per­çue comme une machine à fabri­quer du vivant. Et réfor­mée dès qu’elle ne pro­duit plus assez de « mine­rai ». « Com­ment peut-on par­ler du bien-être d’une truie contrainte de vivre en bâti­ment, de pro­duire plus de 20 por­ce­lets par por­tée dont on toque une par­tie contre le mur ou le caille­bo­tis, pri­vée du droit à l’erreur, et qu’on assom­me­ra au bout du compte d’un coup de masse parce qu’elle se sera coin­cé un onglon dans le caille­bo­tis ? » s’emporte Joce­lyne Por­cher. On ne soigne plus les ani­maux, on les tue. Et pour­tant, comme le sou­ligne la socio­logue, « les truies sont réfor­mées pour des patho­lo­gies liées à leur conten­tion : boi­te­ries, para­ly­sies, abcès, retour d’insémination arti­fi­cielle, pro­blèmes hépa­tiques, por­tées insuf­fi­santes… ». Ce sont les condi­tions d’élevage qui les usent. C’est parce qu’elles sont entra­vées à lon­gueur de jour­née et condi­tion­nées à mettre bas à des cadences infer­nales qu’elles sont réfor­mées tous les deux ou trois ans. Bien sûr, il serait aisé de les gar­der plus long­temps si on les trai­tait mieux. Mais encore fau­drait-il renon­cer au sché­ma pro­duc­ti­viste. Et l’industrie por­cine est loin de vou­loir le faire. Mieux vaut user la bête jusqu’à ce qu’elle crève, quitte à rache­ter des cochettes plus sou­vent, plu­tôt que de prendre le risque d’une baisse de ren­de­ment. En éle­vage indus­triel, une truie a inté­rêt à ne pas lever le pied ! Mais, atten­tion, hors de ques­tion de les tuer avant qu’elles aient cra­ché tout leur mine­rai. Le coup de masse, c’est après la nais­sance des pré­cieux porcelets.

Isa­belle Saporta

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
0
Shares
4 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

La mort du corail, les documentaires écolos, et le narcissisme subventionné (par Nicolas Casaux)

Le tout dernier documentaire à faire le buzz dans le milieu écolo grand public s’intitule Chasing Coral (ce qui pourrait être traduit par : À la Recherche du Corail). Disponible en ligne sur le site de Netflix depuis le 14 juillet 2017, ce film documentaire primé au festival très tendance de Sundance a été tourné sur plus de trois ans, et à l’aide de plus de 500 heures de vidéo (dont des heures et des heures de vidéo montrant comment leurs vidéos ont été enregistrées, comme nous allons le voir). [...]
Lire

Penser hors de la civilisation (par Kevin Tucker)

Mais ce qui est évident c’est que notre situation est en train d’empirer. Avec cette dépendance croissante des combustibles fossiles, nous spolions le futur d’une façon tout à fait inédite. Nous nous retrouvons dans une situation familière: comme les civilisations Cahokia, Chacoan, Maya, Aztèque, Mésopotamienne et Romaine avant nous, nous n’apercevons pas les symptômes de l’effondrement qui caractérisent notre époque. Nous ne pensons à rien sauf à ce qui est bon et bien pour nous ici et maintenant. Nous ne pensons pas hors de notre conditionnement. Nous ne pensons pas hors de la civilisation.