Vidéo : la collapsologie ou l’écologie mutilée (Renaud Garcia)

Ci-après, l’in­ter­ven­tion de Renaud Gar­cia (pro­fes­seur de phi­lo­so­phie et auteur, notam­ment, du Désert de la cri­tique et du Sens des limites, parus chez l’Échappée, que je vous recom­mande) lors des ren­contres d’é­té de l’as­so­cia­tion Crise & Cri­tique, au sujet de la col­lap­so­lo­gie. Inter­ven­tion dans laquelle il pré­sente pour par­tie le conte­nu de son pro­chain livre, La col­lap­so­lo­gie ou l’é­co­lo­gie muti­lée, à paraître fin octobre, tou­jours chez l’Échappée.

Une obser­va­tion très simple per­met, à mes yeux, de déga­ger un des prin­ci­paux pro­blèmes de la col­lap­so­lo­gie : le com­men­taire le plus plé­bis­ci­té (« liké »), et de loin, sous la vidéo You­Tube de l’interview de Pablo Ser­vigne dans la web-série Next (S01E07), se ter­mine par : « Oh putain ce que j’ai­me­rai que ce monde per­dure avec sa tech­no­lo­gie, sa méde­cine, ses ser­vices etc… »

En com­pa­rant cette affir­ma­tion à la fameuse cita­tion de Wal­ter Ben­ja­min : « Que les choses conti­nuent comme avant, voi­là la catas­trophe », on note un contraste radical.

La col­lap­so­lo­gie, très loin du bio­cen­trisme ou de l’é­co­cen­trisme, est en (bonne) par­tie une lamen­ta­tion face à la pers­pec­tive d’ef­fon­dre­ment de la socié­té indus­trielle (lamen­ta­tion qui peut être récu­pé­rée de diverses manières par le capi­ta­lisme, par la socié­té indus­trielle, ou juste mener à diverses impasses nar­cis­siques, auto­cen­trées) ; tan­dis que de bien des manières, la catas­trophe, c’est son (bon) fonc­tion­ne­ment, sa continuation.

À ce pro­pos, je repense sou­vent à la phrase, tirée de la Bha­ga­vad-Gita, pro­non­cée par un Grand Homme des plus civi­li­sés, par le « père » de la bombe ato­mique, Mon­sieur Robert Oppen­hei­mer, lors du pre­mier essai nucléaire de l’Histoire, effec­tué dans le désert du Nou­veau-Mexique : « Main­te­nant, je suis deve­nu la mort, le des­truc­teur des mondes. »

En décou­vrant que la civi­li­sa­tion détruit le monde (ou les mondes) et que ce n’est pas viable, pas sou­te­nable, et qu’elle risque donc de s’é­crou­ler, la réac­tion de nombre de « col­lap­so­logues », qui serait aus­si celle, sans doute, de bon nombre de civi­li­sés, consiste à se lamen­ter sur le sort de la civi­li­sa­tion. Que cela nous dit-il des valeurs qu’on leur a incul­quées ? Eh bien que le monde natu­rel, l’ensemble du monde vivant, importe moins que la civi­li­sa­tion qui, en appa­rence, s’en est dis­so­ciée, et à laquelle les civi­li­sés sont tota­le­ment iden­ti­fiés et atta­chés, la per­ce­vant sous un jour émi­nem­ment posi­tif. La sur­vie de leurs proches, et la leur propre (dépen­dant de celle de la civi­li­sa­tion), leur importe plus que la pros­pé­ri­té de la vie sur Terre, que le sort de toutes les autres espèces vivantes, de toutes les com­mu­nau­tés bio­tiques, de toutes les autres cultures humaines res­tantes, que leur civi­li­sa­tion ado­rée anéan­tit de jour en jour. Ce qui témoigne d’un sens des prio­ri­tés par­ti­cu­liè­re­ment insou­te­nable (à l’image de la civi­li­sa­tion qui le pro­duit et s’en nour­rit). La pros­pé­ri­té des com­mu­nau­tés bio­tiques, la san­té de la bio­sphère, dont dépendent tous les êtres humains, devraient être primordiales.

La civi­li­sa­tion encou­rage un ter­rible nar­cis­sisme pla­çant la sur­vie de l’individu consi­dé­ré iso­lé­ment, aveu­gle­ment, hors du monde, uni­que­ment dans le cadre arti­fi­ciel de la civi­li­sa­tion, avant toute chose.

Peut-être faut-il alors rap­pe­ler, ou expli­quer, que la si for­mi­dable civi­li­sa­tion est une orga­ni­sa­tion anti­so­ciale, psy­cho­pa­thique, rédui­sant tout au sta­tut de « res­sources » à exploi­ter, uti­li­ser ou consom­mer ; où les humains eux-mêmes sont réduits à l’état de « res­sources humaines », rouages impuis­sants d’une machi­ne­rie capi­ta­liste mon­dia­li­sée, sujets d’oligarchies tech­no­cra­tiques elles-mêmes assu­jet­ties à l’inertie du sys­tème qu’elles per­pé­tuent, condam­nés à vendre leurs temps de vie à l’Entreprise-monde, à s’entr’exploiter les uns les autres, inté­gra­le­ment dépos­sé­dés de leur apti­tude à for­ger leurs propres cultures, à for­mer eux-mêmes le genre de socié­té dans lequel ils sou­haitent vivre, à orga­ni­ser eux-mêmes leur propre sub­sis­tance, leurs rela­tions entre eux et avec la nature, la repro­duc­tion de leur vie quo­ti­dienne. Rap­pe­ler, encore, que la civi­li­sa­tion est une ter­mi­tière humaine où les femmes et les enfants sont sys­té­ma­ti­que­ment abu­sés, bat­tus, vio­len­tés, ou vio­lés ; où l’abêtissement est géné­ra­li­sé et crois­sant ; où les inéga­li­tés vont pareille­ment crois­sant ; où les troubles psy­chiques (stress, angoisses, dépres­sions, bur­nouts, bore-outs, etc.), tou­jours plus nom­breux, sont aus­si épi­dé­miques que les éga­le­ment tou­jours plus nom­breuses « mala­dies de civi­li­sa­tion », dont ils semblent faire par­tie, et que les addic­tions et toxi­co­ma­nies en tous genres ; où nombre d’autres ani­maux sont quo­ti­dien­ne­ment mal­trai­tés, tor­tu­rés, tués ; qui n’a de cesse d’étendre son empire mor­ti­fère, sa tech­no­sphère, son urba­ni­sa­tion, ses pol­lu­tions de tout (des eaux, de l’at­mo­sphère, des sols, des corps, etc.), ses ravages, et dont le seul hori­zon per­cep­tible est un empi­re­ment inexo­rable de toutes ces tendances.

Com­ment ne pas sou­hai­ter l’a­néan­tis­se­ment de la civi­li­sa­tion, dont tout nous indique qu’elle est « la mort, le des­truc­teur des mondes », et ce depuis ses origines ?

*

La posi­tion de Pablo Ser­vigne sur cette ques­tion, avec les années, n’a pas vrai­ment chan­gé. Elle demeure assez ambi­guë, ce qu’elle était déjà dans la Bible col­lap­so (Com­ment tout peut s’ef­fon­drer), dans laquelle Ser­vigne et Ste­vens expli­quaient gros­so modo que cer­taines per­sonnes consi­dèrent que l’ef­fon­dre­ment de la socié­té indus­trielle serait une bonne chose, tout en évi­tant de prendre eux-mêmes posi­tion. Selon où il s’ex­prime (sur LCI, chez France Culture, ou à la ZAD), Pablo Ser­vigne dit des choses très dif­fé­rentes à ce sujet. Par­fois la catas­trophe, la chose à évi­ter à tout prix, c’est l’é­crou­le­ment de la civi­li­sa­tion. Par­fois c’est la des­truc­tion du monde par la civi­li­sa­tion. Par­fois les deux sont étran­ge­ment amal­ga­més comme s’il s’a­gis­sait de deux consé­quences d’une cause externe, voire sur­na­tu­relle, en quelque sorte. Alors que l’ef­fon­dre­ment ou plu­tôt la des­truc­tion du monde natu­rel, découle — est la consé­quence — du bon fonc­tion­ne­ment, de la pros­pé­ri­té de la civi­li­sa­tion (indus­trielle) ; alors que l’ef­fon­dre­ment de la civi­li­sa­tion indus­trielle signi­fie­rait le recou­vre­ment de la san­té pour le monde natu­rel, peut-être pas sur le court terme, mais sur le moyen ou le long. Autre­ment dit : les objec­tifs de sau­ver la civi­li­sa­tion et de sau­ver le monde natu­rel sont fon­ciè­re­ment contra­dic­toires, anti­no­miques. D’où l’ab­sur­di­té de sou­te­nir par­fois l’un et par­fois l’autre.

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
20
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Bienvenue dans la machine : Science, surveillance, et culture du contrôle (par Derrick Jensen)

Quels sont les prérequis nécessaires à la transformation d'une communauté humaine vivante en machine ? Il faut que ses membres commencent à se percevoir eux-mêmes non plus comme les fils entrelacés d'une immense tapisserie du vivant, composée de relations complexes et changeantes — dans laquelle ils joueraient tel ou tel rôle selon ce qui est approprié, nécessaire, et désiré (par eux et par d'autres) — mais comme des rouages de l'engrenage colossale de ce qu'ils perçoivent comme une machine géante sur laquelle ils n'ont fondamentalement aucun contrôle, aucun impact. [...]
Lire

Se battre pour le vivant ! (par Thierry Sallantin)

Nous sommes en guerre, la guerre est là, trop tard pour fuir le conflit en cours et défiler "pour la paix", car le faire ressemblerait à la lâcheté des "je-m'en-foutiste" : face aux luttes en cours, se voiler la face par un "foutez-moi la paix", et donc devenir comme dans les années quarante un "collabo", ou retomber dans les polémiques des anarchistes qui optaient pour le pacifisme face à l'invasion allemande de 1914... Non, il faut avoir le courage de combattre car jamais la vie n'a été aussi gravement menacée.
Lire

Comment nous nous préparons, nous et nos enfants, pour l’extinction (par Daniel Quinn)

Dans un récent film semi-documentaire appelé Garbage (Déchet), un ingénieur en traitement des déchets toxiques à qui l’on demande comment nous pourrions faire pour cesser de submerger le monde ne nos poisons, répond : « Qu’il faudrait pour cela qu’on disparaisse tous de la planète, parce que les humains GÉNÈRENT des déchets toxiques, qu’il s’agisse d’organismes pathogènes que l’on excrète de nos corps ou d’autres choses. Nous sommes un poison pour la planète. » Comment réagissez-vous à cette affirmation ? Si vous êtes d’accord avec cette idée que les humains sont intrinsèquement toxiques, levez la main.