Quelques remarques sur Greta Thunberg et Extinction Rebellion (par Nicolas Casaux)

Nom­breux sont ceux qui ont lu un article ou vu une vidéo au sujet de la jeune sué­doise Gre­ta Thun­berg. Rares sont ceux qui ont enten­du par­ler de « We Don’t Have Time », la star­tup sué­doise ayant orches­tré son suc­cès média­tique. En effet, les pre­mières pho­tos de Gre­ta Thun­berg qui ont cir­cu­lé sur inter­net ont été prises par Mår­ten Thors­lund, res­pon­sable mar­ke­ting et déve­lop­pe­ment durable de We Don’t Have Time.

Selon ses propres termes, « We Don’t Have Time est un mou­ve­ment et une star­tup de la tech qui compte uti­li­ser le pou­voir des réseaux sociaux pour res­pon­sa­bi­li­ser les diri­geants et les entre­prises vis-à-vis du chan­ge­ment cli­ma­tique. » Star­tup qui compte Gre­ta Thun­berg par­mi ses deux « conseillères spé­ciale jeu­nesse » [mise à jour : entre­temps, Gre­ta Thun­berg s’est sépa­rée de la star­tup en ques­tion, ce qui n’a pas grande inci­dence sur le reste de ma cri­tique]. Ing­mar Rentz­hog, un des prin­ci­paux fon­da­teurs de l’entreprise We Don’t Have Time, est aus­si le fon­da­teur de l’entreprise sué­doise de conseil en com­mu­ni­ca­tion Lai­ka, spé­cia­li­sée dans le conseil d’entreprises finan­cières ; Lai­ka a récem­ment été rache­tée par la pla­te­forme de crowd­fun­ding sué­doise Fun­ded­ByMe (une entre­prise qui pos­sède des bureaux en Malai­sie et à Sin­ga­pour), qui a alors recru­té Rentz­hog dans son conseil d’administration. Ing­mar Rentz­hog est aus­si membre du think tank Glo­bal Utma­ning (Défi Mon­dial, en fran­çais) depuis le 24 mai 2018. En outre, il a été for­mé par l’ONG de l’ex vice-pré­sident états-unien Al Gore « The Cli­mate Rea­li­ty Pro­ject ». Orga­ni­sa­tion qui « a pour but de for­mer des indi­vi­dus sou­hai­tant contri­buer à la sen­si­bi­li­sa­tion géné­rale sur le sujet du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, en four­nis­sant les outils, le réseau­tage et les com­pé­tences de com­mu­ni­ca­tion ora­toires néces­saires afin de cap­ti­ver un public et par consé­quent, par­ve­nir à intro­duire des actions concrètes de chan­ge­ments comportementaux ».

Al Gore qui est un modèle par­ti­cu­liè­re­ment impor­tant pour la jeune Gre­ta Thun­berg qui, d’ailleurs, ne sort pas de nulle part. Sa mère, Mal­e­na Ern­man, est une célèbre chan­teuse d’opéra sué­doise et une des héroïnes de l’année 2017, dési­gnée par le WWF, son père, Svante Thun­berg, est un acteur sué­dois, et son grand-père, Olof Thun­berg, est aus­si un acteur et réa­li­sa­teur suédois.

Gre­ta Thun­berg et Al Gore

« We Don’t Have Time » a publié, le 25 jan­vier, une « Décla­ra­tion sur la neu­tra­li­té car­bone nor­dique » dans laquelle figurent tous les ava­tars du capi­ta­lisme et de l’in­dus­tria­lisme verts, y com­pris « l’é­co­no­mie cir­cu­laire », le « bio­mi­mé­tisme », les « tech­no­lo­gies à zéro émis­sion », les éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables », la « finance verte », les « contrats verts », la créa­tion « d’in­ci­ta­tifs » afin que « le sec­teur pri­vé » agisse vis-à-vis du chan­ge­ment cli­ma­tique, les « bio­com­bus­tibles et car­bu­rants renou­ve­lables », la « fores­te­rie sou­te­nable », les « tech­no­lo­gies de Cap­ture et Sto­ckage du Car­bone (CCS) », de « Cap­ture et Uti­li­sa­tion du Car­bone (CUS) », de « Cap­ture du Car­bone et de Miné­ra­li­sa­tion (CCM) », de « bio­éner­gies avec CCS », etc.

La mère de Gre­ta est signa­taire, aux côtés d’Ing­mar Rent­zog, d’un plai­doyer en faveur d’une tran­si­tion éco­lo­gique « attrac­tive, pro­fi­table et rapide » vers « une éco­no­mie à faible émis­sion de car­bone » : « Bien que la plu­part des chan­ge­ments requis soient à la fois pos­sibles et pro­fi­tables, de vigou­reuses cam­pagnes poli­tiques sont essen­tielles pour ajus­ter les prix, les taxes et les régu­la­tions de manière à ce que la tran­si­tion vers une socié­té sou­te­nable soit attrac­tive, pro­fi­table et rapide. » Ils rejoignent ain­si par­fai­te­ment la posi­tion d’Al Gore, expri­mée, par exemple, dans une tri­bune publiée dans le Finan­cial Times du 27 juillet 2014, coécrite avec David Blood, ancien diri­geant de Gold­man Sachs :

« Ces temps-ci sont cru­ciaux pour les inves­tis­seurs. C’est au cours des dix pro­chaines années que nous devons accé­lé­rer urgem­ment la tran­si­tion vers une éco­no­mie à faible émis­sion de car­bone. Nous pen­sons que le capi­ta­lisme court le risque de s’écrouler. En consé­quence, le com­merce, qui a été assez timide par le pas­sé en ce qui concerne la méca­nique de l’investissement dans la sou­te­na­bi­li­té, s’apprête à aug­men­ter sa visi­bi­li­té. Nous devons y aller à fond. Nous allons deve­nir plus agres­sif parce que nous n’avons pas le choix. »

La sur­mé­dia­ti­sa­tion ful­gu­rante de Gre­ta Thun­berg s’ins­crit dans la cam­pagne de pro­pa­gande orga­ni­sée par les pro­mo­teurs du capi­ta­lisme vert.

Gre­ta et les médias de masse

***

En ce qui concerne le dis­cours de Gre­ta en lui-même. Il est assez clair (et clai­re­ment confus). Si elle semble fus­ti­ger l’idée d’une « crois­sance verte », elle tient cepen­dant un dis­cours qu’on pour­rait entendre dans la bouche de beau­coup de pro­mo­teurs du « déve­lop­pe­ment durable », et même du « déve­lop­pe­ment » tout court, cette vieille croyance occi­den­tale, comme dirait Gil­bert Rist, qui n’est rien d’autre que l’industrialisme. Ain­si que l’écrit Thier­ry Sal­lan­tin dans un article que je vous recom­mande vive­ment :

« Rien de chan­gé depuis les temps colo­niaux. L’Occident fixe les règles du jeu. Un jeu qui s’appelle « le déve­lop­pe­ment » depuis la Réso­lu­tion 198–3 de l’ONU du 4 décembre 1948. Il fal­lait après la guerre trou­ver une expres­sion plus élé­gante que « pays arrié­rés » encore très uti­li­sée. Le Pré­sident Tru­man choi­si­ra les mots « pays déve­lop­pés » et « pays sous-déve­lop­pés » dans son dis­cours du 20 jan­vier 1949 en pré­ci­sant : « Plus de la moi­tié de la popu­la­tion du monde vit dans des condi­tions proches de la misère […] ; sa vie éco­no­mique est pri­mi­tive et stag­nante ». Puis on rem­pla­ce­ra « pays sous-déve­lop­pés » par « pays en voie de déve­lop­pe­ment » sans même sai­sir l’outrecuidance extra­or­di­naire de cette der­nière expres­sion : ces pays n’ont même pas le droit de déci­der en toute liber­té de leur ave­nir, l’Occident défi­nit d’emblée leur des­tin, c’est le déve­lop­pe­ment ou rien ! Pas ques­tion d’envisager par exemple la sta­bi­li­té, ou de trou­ver en eux-mêmes, en étant fiers de leur propre his­toire, leur propre culture, les clés de la vie épa­nouie et agréable, sans tenir compte de ce qui se fait ailleurs, par exemple en Europe ! Et ce déve­lop­pe­ment obli­ga­toire, en plus, les occi­den­taux veulent désor­mais le faire « durer », le rendre « durable » pour reprendre le pire mot choi­si par cer­tains pour tra­duire sus­tai­nable, alors que la seule urgence, au vu de la dégra­da­tion accé­lé­rée des équi­libres éco­lo­giques est d’arrêter le déve­lop­pe­ment. Il est abso­lu­ment insou­te­nable. Il ne faut pas sim­ple­ment chan­ger de « mode de déve­lop­pe­ment », il faut car­ré­ment se débar­ras­ser du déve­lop­pe­ment, donc sur­tout pas le rendre « durable ». Les races supé­rieures, les civi­li­sés, les déve­lop­pés doivent ces­ser d’inculquer au reste du monde leur mode de vie sui­ci­daire qui nous pré­ci­pite tout droit dans le mur des échéances éco­lo­giques, le mur de l’épuisement des res­sources non renou­ve­lables liquides, gazeuses ou miné­rales, le mur de léta­li­té des pol­lu­tions de l’air, de l’eau, de l’alimentation, les plus graves étant la pol­lu­tion radio­ac­tive et celle condui­sant au réchauf­fe­ment du cli­mat et à l’acidification des océans. Il faut ces­ser de croire à notre supé­rio­ri­té, arrê­ter de croire que nous sommes « en avance », arrê­ter de défi­nir nous-mêmes le sens de l’histoire, de pra­ti­quer le « vol de l’histoire » pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jack Goo­dy (Gal­li­mard 2010). »

Lorsque Gre­ta Thun­berg affirme, dans sa pré­sen­ta­tion TED, qu’il fau­drait que « les pays plus pauvres » amé­liorent « leur stan­dard de vie en construi­sant cer­taines des infra­struc­tures que nous avons déjà construites, telles que routes, écoles, hôpi­taux, eau potable, élec­tri­ci­té, etc. », elle pro­meut à son tour l’idéologie du déve­lop­pe­ment, l’industrialisation du monde. Elle ne s’oppose pas au modèle que consti­tue le sys­tème domi­nant, elle sou­haite son uni­ver­sa­li­sa­tion. Au pas­sage, on rap­pel­le­ra qu’il y avait bien plus d’eau potable avant l’industrialisation du monde, et qu’il y en a de moins en moins pré­ci­sé­ment à cause d’elle. On rap­pel­le­ra aus­si qu’il exis­tait aupa­ra­vant autant de manières d’éduquer les enfants que de cultures humaines dif­fé­rentes, que la sco­la­ri­té indus­trielle est une nui­sance et un outil de contrôle social au ser­vice des diri­geants des socié­tés indus­trielles, que la construc­tion des infra­struc­tures qu’elle sou­haite voir par­tout implique une socié­té de masse, hié­rar­chi­sée, coer­ci­tive, bureau­cra­tique, à l’image de nos socié­tés industrielles.

Ain­si que l’écrivait déjà Fran­çois Par­tant dans La fin du déve­lop­pe­ment – Nais­sance d’une alter­na­tive ? (publié en 1982) :

« Quant aux nations déve­lop­pées, elles se sont décou­vert une nou­velle mis­sion : aider le tiers monde à avan­cer sur cette voie du déve­lop­pe­ment […] qui n’est rien d’autre que celle que les Occi­den­taux pré­tendent indi­quer au reste de l’humanité depuis des siècles. Ain­si la socié­té occi­den­tale per­siste-t-elle à pen­ser qu’elle incarne l’avenir de toutes les socié­tés. Sa mis­sion civi­li­sa­trice s’est trans­for­mée en une mis­sion d’aide. »

Et pour­tant :

« L’i­dée que le tiers monde peut et doit se déve­lop­per comme les pays qui passent pour l’être est par­fai­te­ment absurde. L’i­dée qu’on peut et doit l’y aider l’est tout autant. Mais ces deux idées sont pro­fon­dé­ment enra­ci­nées dans l’o­pi­nion. En effet, elles font désor­mais par­tie de l’i­déo­lo­gie propre à la socié­té occi­den­tale, idéo­lo­gie qui com­porte beau­coup d’i­dées fausses et de croyances non fon­dées, toutes indis­pen­sables à la jus­ti­fi­ca­tion de cette socié­té et à la légi­ti­ma­tion de ses entreprises. »

En effet l’entreprise consis­tant à appor­ter la moder­ni­té indus­trielle (routes, écoles, hôpi­taux, etc.) à toutes les popu­la­tions du monde, en plus de rele­ver d’une men­ta­li­té colo­niale, est fon­da­men­ta­le­ment insou­te­nable. Ce mode de vie, qui est déjà le nôtre, n’est ni viable ni démo­cra­tique, ni même satis­fai­sant (à en juger par les consom­ma­tions d’antidépresseurs et de psy­cho­tropes en tous genres dans les pays riches). Ain­si que le sug­gé­rait Illich dans l’introduction de La convi­via­li­té, il serait infi­ni­ment plus sou­hai­table, plus intel­li­gent, d’aider (ou de lais­ser faire) ceux qui « le peuvent encore » à « évi­ter de tra­ver­ser l’âge indus­triel », en choi­sis­sant « dès à pré­sent un mode de pro­duc­tion fon­dé sur un équi­libre post­in­dus­triel — celui-là même auquel les nations surin­dus­tria­li­sées vont être accu­lées par la menace du chaos. » Autre­ment dit, ce qui est sou­hai­table, ce n’est pas que tous les pays du monde se hissent au niveau d’industrialisation du nôtre, mais que toutes les popu­la­tions du monde par­viennent à éla­bo­rer des modes de vie et des cultures véri­ta­ble­ment sou­te­nables et démo­cra­tiques — et donc basés sur des tech­no­lo­gies démo­cra­tiques, des tech­no­lo­gies douces, ou « basses tech­no­lo­gies » — dans le cadre des ter­ri­toires éco­lo­giques qui sont les leurs.

S’il s’agit de ce que Gre­ta Thun­berg vou­lait dire en par­lant de construire des routes, des hôpi­taux, etc., dans les pays pauvres, for­mi­dable, mais tout porte à croire qu’elle tenait sim­ple­ment un dis­cours indus­tria­liste clas­sique. Notam­ment parce qu’à la fin de son dis­cours, elle énonce ce qui, à ses yeux, consti­tue la solu­tion pour évi­ter le désastre cli­ma­tique et rendre sou­te­nable la socié­té indus­trielle, à savoir les « pan­neaux solaires, éoliennes, éco­no­mie cir­cu­laire, etc. ». Elle constate cepen­dant que ces « solu­tions » ne sont pas implé­men­tées suf­fi­sam­ment rapi­de­ment et qu’il faut agir vite, et vite construire tout plein de pan­neaux solaires, d’éoliennes, de cen­trales à bio­masses, bref, qu’il faut que les indus­tries des éner­gies dites « vertes » se déve­loppent en urgence, mais aus­si que les indus­tries des com­bus­tibles fos­siles cessent immé­dia­te­ment leurs acti­vi­tés. Ce qui est à la fois contra­dic­toire — les indus­tries des éner­gies dites « vertes » dépendent toutes inté­gra­le­ment et néces­sai­re­ment des com­bus­tibles fos­siles — et indé­si­rable. Je ne m’étendrai pas sur le sujet, les indus­tries des éner­gies dites « vertes » impliquent toutes leur lot de pol­lu­tions et de des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales (voir ici, , ou encore ). Sans comp­ter que les bar­rages génèrent des émis­sions mas­sives de gaz à effet de serre (de méthane), de même que les cen­trales à bio­masse (sachant qu’il s’agit des deux sources d’énergie dite « renou­ve­lable » domi­nantes). Les tech­no­lo­gies modernes, les hautes tech­no­lo­gies, dont font par­tie les tech­no­lo­gies de pro­duc­tion d’énergie dite « verte » et les tech­no­lo­gies dites « vertes » en géné­ral, requièrent une orga­ni­sa­tion sociale éta­blie à l’échelle pla­né­taire (pour l’obtention des dif­fé­rentes matières pre­mières, notam­ment), néces­sai­re­ment hié­rar­chique et coer­ci­tive (il faut bien faire en sorte que cer­tains tra­vaillent dans les mines, d’autres dans les usines de trai­te­ment des matières pre­mières, d’autres dans les usines d’assemblage des com­po­sants, conçus par une classe d’ingénieurs, etc.) ; en d’autres termes, une orga­ni­sa­tion sociale non démo­cra­tique. Outre que l’énergie faus­se­ment « verte » pro­duite par ces indus­tries des « renou­ve­lables » ali­mente les mêmes choses fon­ciè­re­ment anti-éco­lo­giques qu’alimentaient déjà les éner­gies non « vertes » (pan­neaux solaires sur les toits d’usines, éoliennes pour ali­men­ter en élec­tri­ci­té des smart­phones, télé­vi­seurs, ordi­na­teurs, réfri­gé­ra­teurs, tablettes, chaines Hi-Fi, etc., dont les pro­duc­tions sont autant de catas­trophes envi­ron­ne­men­tales et sociales). Une socié­té indus­trielle — qui plus est hau­te­ment tech­no­lo­gique — verte, sou­te­nable, ou propre, ça n’existe pas. De même qu’une socié­té de masse démo­cra­tique — un autre oxy­more. Quant à l’économie cir­cu­laire et aux autres nou­veaux concepts éco­no­miques géniaux cen­sés nous per­mettre de régler tous nos pro­blèmes, ils sont autant de chi­mères. Selon toute logique, seule une sor­tie com­plète du capi­ta­lisme et de la socié­té indus­trielle pour­rait mettre un terme au désastre socioé­co­lo­gique en cours, ce qu’aucun d’entre eux ne pro­posent. Au contraire puisqu’ils vont sou­vent de pair avec dif­fé­rentes décli­nai­sons du capi­ta­lisme (qui un « capi­ta­lisme humain », qui un « capi­ta­lisme natu­rel » et qui un « capi­ta­lisme propre », entre autres), qu’ils ne pro­posent en réa­li­té que dif­fé­rentes variantes de la vieille mys­ti­fi­ca­tion du « déve­lop­pe­ment durable[1] ». Ce qui m’amène à Extinc­tion Rebellion.

Extinction Rebellion

S’il est encou­ra­geant de consta­ter que cer­tains sont prêts à entre­prendre diverses actions de déso­béis­sance civile, d’occupations, de sabo­tages, etc., afin d’entraver le sta­tu quo, de s’attaquer sérieu­se­ment aux pro­blèmes socioé­co­lo­giques actuels, le groupe bri­tan­nique, à l’o­ri­gine du mou­ve­ment, pose pro­blème pour plu­sieurs rai­sons. Et d’abord parce que par­mi ses objec­tifs offi­ciels figure[2] l’illusoire éta­blis­se­ment d’une éco­no­mie neutre en car­bone, notam­ment au moyen du déve­lop­pe­ment des mal nom­mées indus­tries des éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables » ou « propres » (ils rejoignent ain­si les aspi­ra­tions de Gre­ta Thun­berg, qui leur a appor­té son sou­tien, mais aus­si celles d’Al Gore et de tous les pro­mo­teurs du « Green New Deal », ce plan de ver­dis­se­ment de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste). On n’y trouve, en revanche, aucune contes­ta­tion ni de l’industrialisme, ni du capi­ta­lisme, ni de la mon­dia­li­sa­tion éco­no­mique. On retrouve en effet, par­mi leurs objec­tifs offi­ciels, le fait de faire en sorte « que le gou­ver­ne­ment tra­vaille aux côtés des médias pour expli­quer l’urgence du chan­ge­ment et ce que doivent faire les indi­vi­dus, les com­mu­nau­tés et les entre­prises » et, afin de par­ve­nir à une éco­no­mie neutre en car­bone d’ici 2025, de faire en sorte que le « gou­ver­ne­ment coopère inter­na­tio­na­le­ment afin que l’économie mon­dia­li­sée ne consomme pas plus que la moi­tié des res­sources que la pla­nète pro­duit chaque année ». Une telle for­mu­la­tion semble même sug­gé­rer le sou­tien d’une tech­no­cra­tie mon­dia­li­sée — celle qui existe déjà. Par ailleurs, ils col­portent et s’appuient sur (deuxième point de leurs « prin­cipes et valeurs ») le mythe selon lequel « il suf­fit que 3,5 % d’une popu­la­tion soit mobi­li­sée pour qu’une lutte non vio­lente » triomphe. Cela dit, ils dif­fèrent des par­ti­sans du Green New Deal en ce qu’ils appellent à la créa­tion d’une « assem­blée citoyenne char­gée de déci­der des mesures à mettre en place pour atteindre ces objec­tifs », et insistent davan­tage sur la néces­si­té de « déman­te­ler les hié­rar­chies de pou­voir ». Si le « déman­tè­le­ment des hié­rar­chies de pou­voir » est très sou­hai­table, il est aus­si incom­pa­tible avec le main­tien de la socié­té indus­trielle et de la socié­té de masse. Encore une fois, l’établissement d’une stra­ti­fi­ca­tion sociale et de hié­rar­chies est néces­saire pour orga­ni­ser la socié­té de masse et l’industrialisme. Il est contra­dic­toire, d’un côté, d’appeler au déve­lop­pe­ment mas­sif des indus­tries des éner­gies dites « vertes » ou « propres » et, de l’autre, d’appeler au « déman­tè­le­ment des hié­rar­chies de pou­voir » (il est éga­le­ment contra­dic­toire de sou­hai­ter l’arrêt des indus­tries des com­bus­tibles fos­siles tout en deman­dant le déve­lop­pe­ment mas­sif des indus­tries des éner­gies « renou­ve­lables », sachant que les secondes dépendent inté­gra­le­ment des pre­mières). En cela, le mou­ve­ment Extinc­tion Rebel­lion bri­tan­nique rejoint la longue liste des orga­ni­sa­tions éco­lo­gistes qui croient en — et militent pour — l’avènement d’une civi­li­sa­tion indus­trielle verte et démo­cra­tique, d’une moder­ni­té (dans le sens du monde moderne et des types de tech­no­lo­gies et d’infrastructures qui le carac­té­risent) verte et démo­cra­tique. Un membre de la branche bri­tan­nique l’explique clai­re­ment dans une inter­view : ils sou­haitent « créer une mobi­li­sa­tion de masse façon Seconde Guerre mon­diale afin de résoudre la crise aux moyens d’investissements mas­sifs dans les renou­ve­lables, d’un amé­na­ge­ment ter­ri­to­rial et du plein emploi dans le déve­lop­pe­ment d’une socié­té soutenable. »

Dans l’ensemble, les aspi­ra­tions de la branche bri­tan­nique d’Extinction Rebel­lion se rap­prochent de celles de Nao­mi Klein, qui a d’ailleurs décla­ré les sou­te­nir. Nao­mi Klein qui fait actuel­le­ment la pro­mo­tion des illu­sions vertes pour l’ONG fon­dée grâce à l’argent des Rocke­fel­ler (350.org), et qui affirme sans ambages : « Mais je n’ai jamais dit que nous devrions “tuer”, ou “aban­don­ner” ou “déman­te­ler” le capi­ta­lisme afin de com­battre le chan­ge­ment cli­ma­tique. Et je n’ai cer­tai­ne­ment jamais dit que nous devrions faire cela avant tout. D’ailleurs, je dis exac­te­ment l’inverse dès le début du livre (page 25 [de son livre Tout peut chan­ger]), pré­ci­sé­ment parce qu’il serait dan­ge­reux d’affirmer une telle chose. » Nao­mi Klein dont le livre Tout peut chan­ger témoigne clai­re­ment de son choix de par­ti­ci­per — désor­mais, du moins, peut-être qu’à l’époque de ses pre­miers livres, elle pen­sait autre­ment : en effet, en moins de dix ans ses fré­quen­ta­tions se sont inver­sées, elle est pas­sée du sous-com­man­dant Mar­cos à Angel Gur­ria, l’ennemi juré des zapa­tistes — à la pro­mo­tion du mythe d’une socié­té indus­trielle verte et démocratique.

On note­ra éga­le­ment au pas­sage qu’Ex­tinc­tion Rebel­lion reçoit le sou­tien de Noam Chom­sky. Seule­ment, si Chom­sky pro­pose de très bonnes ana­lyses, entre autres, de l’impérialisme, de la pro­pa­gande et du sys­tème média­tique, sa pers­pec­tive éco­lo­giste est très mau­vaise. Ain­si Chom­sky consi­dère-t-il[3] que « la tech­no­lo­gie est neutre » et que « la seule chose qui puisse résoudre les pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux actuels c’est la tech­no­lo­gie de pointe », les hautes technologies.

Ces sou­tiens de célèbres intel­lec­tuels très res­pec­tés à gauche expliquent pour­quoi Extinc­tion Rebel­lion a béné­fi­cié d’une cer­taine pro­mo­tion dans les médias de masse (du New York Times au Guar­dian et au Monde). Sa pro­mo­tion dans le Guar­dian (l’équivalent bri­tan­nique de notre jour­nal Le Monde) est d’ailleurs liée au fait que George Mon­biot, un de ses chro­ni­queurs et un des éco­lo­gistes les plus connus du Royaume-Uni (ardent pro­mo­teur de l’énergie nucléaire et du mythe d’une socié­té indus­trielle verte et démo­cra­tique), sou­tient le mouvement.

***

Entre­prendre des actions de déso­béis­sance civile, de sabo­tage, d’occupations, se rebel­ler, oui ! Mais pas pour deman­der aux États de sub­ven­tion­ner mas­si­ve­ment cer­tains sec­teurs indus­triels (les éner­gies dites « vertes ») plu­tôt que d’autres. Les objec­tifs de la branche bri­tan­nique d’Extinction Rebel­lion, qui a don­né nais­sance au mou­ve­ment, ne cor­res­pondent pas à ceux d’un mou­ve­ment de résis­tance sou­hai­tant sérieu­se­ment s’attaquer aux pro­blèmes socioé­co­lo­giques de notre temps. La branche bri­tan­nique d’Extinction Rebel­lion semble plu­tôt s’inscrire dans la veine des GONGE (les Grandes Orga­ni­sa­tions Non Gou­ver­ne­men­tales Éco­lo­gistes), de Green­peace et 350.org, par exemple, avec les­quelles elle col­la­bore, c’est-à-dire dans la mou­vance qui pro­meut plus ou moins naï­ve­ment tout un tas d’illu­sions vertes (ain­si que le cher­cheur Ozzie Zeh­ner qua­li­fie les tech­no­so­lu­tions des éner­gies dites « renou­ve­lables »), l’idée d’une civi­li­sa­tion indus­trielle écolodurable.

En ce qui concerne la branche fran­çaise du mou­ve­ment, on peut lire, dans un article du jour­nal Le Monde : « Dans les conver­sa­tions en ligne, les “rebelles”, sous pseu­dos, débattent pour savoir si le mou­ve­ment est anti­ca­pi­ta­liste, quelle conver­gence est pos­sible avec les “gilets jaunes” ou com­ment “faire bou­ger les lycées”. » Le mou­ve­ment, du moins le mou­ve­ment fran­çais, ne semble donc pas — encore — par­ta­ger de diag­nos­tic clair de la situa­tion, et n’a pas encore défi­ni ses objec­tifs. On peut donc espé­rer que les dif­fé­rentes branches locales du mou­ve­ment, dont la branche fran­çaise, s’affranchiront des objec­tifs dou­teux voire mau­vais de la branche prin­ci­pale en adop­tant une ligne réso­lu­ment anti­ca­pi­ta­liste et anti-indus­trielle, ou anti-civilisation.

Face au désastre social et éco­lo­gique en cours, l’en­vie d’a­gir est une chose incroya­ble­ment pré­cieuse. Pour autant, devrait-on se pré­ci­pi­ter sur les pre­mières ini­tia­tives pro­po­sées ? Non, bien sûr. Si les branches bri­tan­nique et états-unienne du mou­ve­ment semblent déci­dées à embras­ser l’é­co­lo­gisme domi­nant, celui du « déve­lop­pe­ment durable », des éner­gies dites « renou­ve­lables », de l’é­co­no­mie cir­cu­laire et tut­ti quan­ti, les autres branches, y com­pris la fran­çaise, peuvent et devraient suivre un autre che­min. Nous serons pro­ba­ble­ment d’ac­cord sur les points suivants :

  • La civi­li­sa­tion indus­trielle détruit le monde natu­rel aus­si sûre­ment qu’elle implique l’ex­ploi­ta­tion de l’hu­main par l’hu­main. Et tout indique que cela va continuer.
  • Par­mi les nom­breuses consé­quences délé­tères de son acti­vi­té, on retrouve le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, qui consti­tue une menace pour l’en­semble du monde natu­rel, des espèces vivantes qui existent actuel­le­ment, l’hu­main y compris.
  • Nous devons faire notre pos­sible pour mettre un terme à cette situation.

Nous ajou­tons à ce constat une cri­tique des fausses solu­tions de l’é­co­lo­gisme domi­nant, qui tente, ain­si que l’é­crit Yves-Marie Abra­ham, « de nous convaincre que cette civi­li­sa­tion a encore un bel ave­nir devant elle pour­vu seule­ment que nous fas­sions preuve d’un peu de bonne volon­té éco­ci­toyenne et que nous gar­dions confiance dans les pro­grès de la tech­nique. Ces pro­messes, dont les formes les plus raf­fi­nées se nomment “déve­lop­pe­ment durable”, “crois­sance verte” ou “éco­no­mie cir­cu­laire”, ne sont pas seule­ment fal­la­cieuses. Elles sont aus­si dan­ge­reuses parce que ras­su­rantes. »

Ce qui nous place dans une situa­tion autre­ment plus dif­fi­cile et com­pli­quée. Car il ne s’a­git pas, pour sau­ver la situa­tion, de per­sua­der les diri­geants d’in­ves­tir mas­si­ve­ment dans les éner­gies « vertes », ni d’en­tre­prendre un chan­tier mas­sif visant à mettre aux normes HQE, BBC, ou THPE l’en­semble des bâti­ments de France, afin d’es­sayer de rendre éco­lo­gique et démo­cra­tique la civi­li­sa­tion indus­trielle. Elle ne le sera jamais. Elle ne peut l’être. Il s’a­git d’ar­rê­ter la civi­li­sa­tion indus­trielle. Ce qui implique de construire un véri­table mou­ve­ment de résis­tance fon­dé sur une véri­table culture de résis­tance. Pour cela, nous pou­vons nous ins­pi­rer des mou­ve­ments de résis­tance du pas­sé, de leurs échecs et de leurs triomphes. En outre, ain­si que DGR le for­mule : « Toute stra­té­gie dont l’objectif est un futur viable devrait éga­le­ment inclure un appel à l’édification de démo­cra­ties directes basées sur le res­pect des droits humains et sur des cultures maté­riel­le­ment sou­te­nables. »

Le livre Deep Green Resis­tance, que nous avons récem­ment publié aux Édi­tions Libre, dis­cute tout cela plus en détail. Nous avons eu l’oc­ca­sion d’en par­ler avec plu­sieurs membres de la branche fran­çaise qui semblent d’ac­cord avec cette ana­lyse. Et aux autres : puis­siez-vous prendre ces quelques remarques comme une invi­ta­tion plus que comme une cri­tique. Peut-être aurons-nous l’oc­ca­sion d’é­chan­ger de vive voix.

Nico­las Casaux

***

P.S. : 1. Je tiens à rap­pe­ler que le fait d’ex­po­ser ce que j’ex­pose ici ne signi­fie pas que tous les impacts de la média­ti­sa­tion de Gre­ta sont fata­le­ment mau­vais, nui­sibles. La situa­tion est com­plexe. Il est tout à fait pos­sible que la média­ti­sa­tion de Gre­ta puisse avoir quelques effets posi­tifs ci et là, sur X ou Y caté­go­rie de per­sonnes. Il est aus­si sûre­ment pos­sible d’u­ti­li­ser sa média­ti­sa­tion à notre avan­tage (à l’a­van­tage de ceux qui com­prennent qu’une socié­té indus­trielle verte et démo­cra­tique ça n’existe pas). Si je publie ça, c’est entre autres choses parce qu’il est impor­tant de savoir ce qui se passe en cou­lisses, de com­prendre l’ob­jec­tif de ceux qui ont coop­té le mou­ve­ment éco­lo­giste il y a long­temps déjà et qui conti­nuent de le domi­ner, de l’o­rien­ter, de l’influencer.)

2. Ceux qui lisent l’an­glais sont invi­tés à lire l’en­quête de Cory Mor­ning­star, en quatre par­ties, sur le sujet. Les trois pre­miers volets ont été publiés :

  1. http://www.wrongkindofgreen.org/2019/01/17/the-manufacturing-of-greta-thunberg-for-consent-the-political-economy-of-the-non-profit-industrial-complex/
  2. http://www.wrongkindofgreen.org/2019/01/21/the-manufacturing-of-greta-thunberg-for-consent-the-inconvenient-truth-behind-youth-cooptation/
  3. http://www.wrongkindofgreen.org/2019/01/28/the-manufacturing-of-greta-thunberg-for-consent-the-most-inconvenient-truth-capitalism-is-in-danger-of-falling-apart/

  1. À ce sujet, lire : https://partage-le.com/2015/12/le-developpement-durable-est-un-mensonge-par-derrick-jensen/, https://partage-le.com/2015/10/le-developpement-durable-est-en-train-de-detruire-la-planete/, https://partage-le.com/2017/02/des-dangers-du-developpement-durable-ou-capitalisme-vert-par-derrick-jensen/ ou encore https://partage-le.com/2018/10/de-paul-hawken-a-isabelle-delannoy-les-nouveaux-promoteurs-de-la-destruction-durable-par-nicolas-casaux/
  2. Voir aus­si : https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/26/climat-extinction-rebellion-se-prepare-a-entrer-en-resistance-en-france_5414936_3244.html
  3. https://chomsky.info/19910401/

 

Print Friendly, PDF & Email
Total
10
Shares
21 comments
  1. Bon­jour ! Mer­ci pour cet article riche en idées. Je suis d’ac­cord sur presque tout ce que vous dites. Cepen­dant il y a quelques pas­sages que je n’ai pas com­pris. C’est pos­sible d’a­voir qq explique actions svp ? D’a­bord quand vous dites que les éner­gies vertes « requièrent une orga­ni­sa­tion sociale éta­blie à l’échelle pla­né­taire, néces­sai­re­ment hié­rar­chique et coer­ci­tive ; en d’autres termes, une orga­ni­sa­tion sociale non démo­cra­tique. » je ne com­prends pas en quoi une telle orga­ni­sa­tion de la socié­té est anti-demi­cra­tique. jnai essayé de pen­ser à d’autres formes de socié­té vrai­ment démo­cra­tiques, mais je n’en voit aucune sans « orga­ni­sa­tion ». Je suis vrai­ment curieuse d’a­voir votre avis ! Mer­ci d’a­vance 🙂 Mel

    1. On ne dit pas qu’une socié­té démo­cra­tique est une socié­té sans orga­ni­sa­tion. Ce qu’on sou­ligne, c’est qu’une socié­té qui doit être orga­ni­sée à l’é­chelle pla­né­taire, c’est-à-dire à une échelle qui dépasse lar­ge­ment l’é­chelle humaine, qui plus est une socié­té fon­dée sur des tech­no­lo­gies com­plexes (ou hautes tech­no­lo­gies, high-tech), sera néces­sai­re­ment socia­le­ment stra­ti­fiée, hié­rar­chique. Non démo­cra­tique. Ain­si qu’O­li­vier Rey l’ex­plique dans son livre « Une ques­tion de taille », que je te conseille, et ain­si que le com­pre­naient beau­coup de pen­seurs, dont Jean-Jacques Rous­seau, dans son « Pro­jet de consti­tu­tion pour la Corse », rédi­gé en 1765, par exemple :

      « Un gou­ver­ne­ment pure­ment démo­cra­tique convient à une petite ville plu­tôt qu’à une nation. On ne sau­rait assem­bler tout le peuple d’un pays comme celui d’une cité et quand l’autorité suprême est confiée à des dépu­tés le gou­ver­ne­ment change et devient aristocratique. »

      Lewis Mum­ford, expli­quait, lui, en 1973, que « la démo­cra­tie est une inven­tion de petite socié­té. Elle ne peut exis­ter qu’au sein de petites com­mu­nau­tés. Elle ne peut pas fonc­tion­ner dans une com­mu­nau­té de 100 mil­lions d’individus. 100 mil­lions d’individus ne peuvent être gou­ver­nés selon des prin­cipes démocratiques. »

      1. Bon­soir,

        Mais du coup, com­ment gérer des pro­blèmes mon­diaux ? car nous sommes tous sur la même pla­nète et donc il y aura for­cé­ment des ques­tions à gérer tou.te.s ensemble.…
        On fini­ra tou­jours par ne pas plaire à une par­tie +- grande du peuple.
        (c’est déjà le cas au niveau des nations comme elles sont gérées actuellement )

        Mer­ci ,

        1. Per­sonne ne gère les « pro­blèmes mon­diaux ». Les Etats-nations ne font que pro­mou­voir « l’a­dap­ta­tion » à coup de sur­en­chère tech­no­lo­gique et de crois­sance éco­no­mique, cad en per­sis­tant dans ce qui créé les « pro­blèmes mondiaux »

  2. Beau­coup de bonnes idées, mais jus­te­ment peut-être un peu trop pour être (faci­le­ment) digérable.
    L’as­pect média­tique de la com­mu­ni­ca­tion de Gre­ta Thun­berg m’a­vait un peu aga­cé, sans que j’in­ves­tisse un effort à le décontruire.
    La cri­tique du « déve­lop­pe­ment durable » (et de la tra­duc­tion du mot sus­tai­nable) m’a­vait échap­pée. Je garde un sou­ve­nir ému de Gro Har­lem Brundt­land, et j’es­père ne pas avoir à le remettre en question.
    Donc, je ne demande qu’à être convaincu…

  3. Bien que d’ac­cord avec nom­breuses des idées évo­quées, je suis curieux de savoir quelles alter­na­tives tu pro­poses à cette » crois­sance verte » à la mode.
    J’ai dû mal à en trou­ver moi-même, d’où mon inté­rêt de ton retour. Merci !

    1. Je te conseille de fouiller notre site, ou de te pro­cu­rer le livre Deep Green Resis­tance. Tu y trou­ve­ras des réponses. Pour faire très simple : la socié­té hau­te­ment tech­no­lo­gique n’a aucun ave­nir. Il n’y a pas de socié­té indus­trielle durable ou verte. Les seuls modèles de socié­tés viables sont des socié­tés à taille humaine (petites) et basées sur des basses tech­no­lo­gies (tech­no­lo­gies douces, tech­no­lo­gies démo­cra­tiques). On fini­ra par reve­nir ou par réin­ven­ter ce type de socié­té ou bien on crè­ve­ra avant.

  4. Lire cet article c’est voir la réa­li­sa­tion du puzzle en accé­lé­ré ! Dis­cer­ner la spon­ta­néi­té juvé­nile de l’in­ter­pré­ta­tion brillante, c’é­tait la pièce qui me man­quait pour remon­ter le fil du scé­na­rio… Merci !

  5. Bon­jour,
    Mer­ci pour l’ar­ticle. J’ai adhé­ré à Extinc­tion Rebel­lion France en me disant que le mou­ve­ment semble peu enclin à bros­ser le capi­ta­lisme dans le sens du poil. Appa­rem­ment tout n’est pas figé mais il va fal­loir qu’on soit nom­breux pour que la ligne direc­trice se démarque des grosses ONG de l’en­vi­ron­ne­ment. J’es­père que les mili­tants d’EX France te liront qu’ils en tire­ront les conclu­sions qui s’imposent.

  6. Un grand mer­ci pour cet article et les com­men­taires. Je rejoins ceux de Ade­li­ta Vil­la et de JF. Je ne les répète donc pas.
    Naï­ve­té : j’ai long­temps cru que de nom­breux éco­lo­sen­sibles avaient com­pris ce que tu exposes dans ton article.
    Pour Extinction/Rebéllion France rien n’est écrit.

  7. Pour Chom­sky, la réfé­rence date de 1991, un peu ancien comme réfé­rence de ces pro­pos. On est plus en 1991, des choses paraissent plus évi­dentes main­te­nant. Pos­sible que depuis il ait chan­gé d’i­dée, non ?
    je vois son dis­cours ici qui ne dit rien, mais qui pose une autre vue sur la situa­tion actuelle que le monde de 91 : https://www.youtube.com/watch?v=S55lCaAhmWE

    1. Rien n’in­dique qu’il ait chan­gé de posi­tion. Le dis­cours que vous met­tez en lien, que j’ai sous-titré, m’a­vait inté­res­sé pour cer­taines rai­sons mais on constate bien que sa pers­pec­tive est tou­jours entiè­re­ment anthro­po­cen­trée, et même socio­cen­trée, c’est l’a­néan­tis­se­ment de la civi­li­sa­tion qui consti­tue à ses yeux l’é­vè­ne­ment le plus dra­ma­tique auquel nous fai­sions face. Voir : https://partage-le.com/2018/07/le-narcissisme-pathologique-de-la-civilisation-par-nicolas-casaux/

      Du coup, si sur ce point-là il n’a pas chan­gé, il en est pro­ba­ble­ment de même pour le reste.

  8. « Jusqu’ici, Extinc­tion Rebel­lion pré­tend ins­crire son action dans la lignée de la résis­tance non-vio­lente prô­née par Gand­hi et Mar­tin Luther King. Il prend éga­le­ment pour modèle rien de moins que le « Comi­té des 100 », le cœur du mou­ve­ment de « déso­béis­sance civique » du pseu­do-paci­fiste anglais, Ber­trand Rus­sell. Rap­pe­lons que pour ce der­nier, la « psy­cho­lo­gie des foules » est un ins­tru­ment majeur en poli­tique, y com­pris pour mani­pu­ler les indi­vi­dus dès leur petite enfance (…) » https://solidariteetprogres.fr/chroniques-strategiques/extinction-rebellion-city-de-londres-bulle-verte.html

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Un exemple d’espoir mensonger et de propagande médiatique : « La plus belle ville du monde » sur M6

Le 1er janvier 2016, un reportage qui fit grand bruit était diffusé sur la chaîne M6. Nous n'avons pas pour habitude de critiquer le contenu proposé par les différentes chaînes de télévision, puisque, par définition, rien de bon n'est à attendre de cette outil de propagande de masse, mais étant donné la teneur de ce reportage et son succès, nous nous sommes dits que cela ferait un bon exemple.