Sauver la civilisation, sauver le monde, régler tous nos problèmes, etc.

J’ai récem­ment pro­po­sé une tri­bune à Repor­terre. Elle ne leur a pas plu. Je la publie donc ici avec, en com­plé­ment, un pas­sage rapi­de­ment tra­duit du der­nier livre de Theo­dore Kac­zyns­ki, Anti-Tech Revo­lu­tion, Why and How ? [Révo­lu­tion anti-tech, pour­quoi et com­ment ?], qui rejoint l’objet de ma tribune.


L’écologisme grand public et ses promesses absurdes :

« Éco­no­mie bleue » (Gun­ter Pau­li), « éco­lo­no­mie » (Emma­nuel Druon), « éco­no­mie cir­cu­laire », « éco­no­mie verte », « éco­no­mie contri­bu­tive » (Ber­nard Stie­gler), « éco­no­mie du par­tage », « éco­no­mie sociale et soli­daire », « éco­no­mie col­la­bo­ra­tive et du pair à pair », « éco­no­mie sym­bio­tique » (Isa­belle Delan­noy), « éco­no­mie régé­né­ra­tive » (Capi­tal Ins­ti­tute), « éco­no­mie per­ma­cir­cu­laire et bio­sour­cée » (Del­phine Batho et Domi­nique Bourg), « éco­no­mie res­tau­ra­trice » (Paul Haw­ken), « Green New Deal », etc., les nou­veaux concepts cen­sés nous per­mettre de résoudre les pro­blèmes socioé­co­lo­giques actuels se mul­ti­plient aus­si vite que l’on rem­plit les océans de plas­tique et l’atmosphère de gaz à effet de serre.

Tous ont en com­mun de n’impliquer de sor­tir ni du capi­ta­lisme (dont ils pro­posent diverses décli­nai­sons, qui un « capi­ta­lisme humain », qui un « capi­ta­lisme natu­rel » et qui un « capi­ta­lisme propre »), ni de l’industrialisme (idem) ; de consti­tuer dif­fé­rentes variantes de la mys­ti­fi­ca­tion pas­sée de mode du « déve­lop­pe­ment durable », qu’il convient donc d’actualiser pour conti­nuer à don­ner le change. Ain­si tous sont-ils autant de chi­mères indésirables.

Car il ne peut exis­ter de ver­sion éco­lo­gique et démo­cra­tique de la civi­li­sa­tion indus­trielle. À l’instar du capi­ta­lisme, l’industrialisme ne sera jamais ni sou­te­nable ni démo­cra­tique. Les exemples choi­sis par Isa­belle Delan­noy des éco­no­mies de maté­riaux de Miche­lin et de Rank Xerox, ain­si que le modèle de « l’écosystème indus­triel » de Kalund­borg au Dane­mark (une raf­fi­ne­rie de pétrole, une cen­trale au char­bon, et d’autres indus­tries for­mi­da­ble­ment éco­los) ; les soi-disant « éco-quar­tiers », des immeubles à peine moins nui­sibles que les autres, mais en maté­riaux bio­sour­cés, ce qui par­ti­cipe à la sur­ex­ploi­ta­tion des res­sources renou­ve­lables au lieu — ou plu­tôt, en plus — des non renou­ve­lables, où vivent des gens ayant peu ou prou le même mode de vie que tous les autres habi­tants des socié­tés indus­trielles ; les indus­tries des éner­gies dites « vertes » ou « renou­ve­lables », qui impliquent toutes leur lot de dom­mages éco­lo­giques, dont la pro­duc­tion s’ajoute à — plus qu’elle ne sup­plante — celle des autres indus­tries éner­gé­tiques, et ali­mente les mêmes fins anti-éco­lo­giques (faire fonc­tion­ner des usines, ali­men­ter smart­phones, ordi­na­teurs, data cen­ters, voi­tures, réfri­gé­ra­teurs, télé­vi­seurs, etc.) ; le bio, qui ne garan­tit ni la sou­te­na­bi­li­té (voir la vidéo ci-après) ni la jus­tice sociale ; l’efficacité éner­gé­tique qui ne résout rien, au contraire ; tout cela ne nous rap­proche ni de la véri­table sou­te­na­bi­li­té, ni de la démo­cra­tie. Mal­gré leurs vaines espé­rances en une géné­ra­li­sa­tion du concept trom­peur de « gou­ver­nance hori­zon­tale », tout cela repose sur les mêmes orga­ni­sa­tions sociales anti­dé­mo­cra­tiques, le même escla­vage sala­rial, la même ser­vi­tude moderne qui existent actuel­le­ment. D’aucuns affir­me­ront peut-être qu’il s’agit néan­moins d’un moindre mal, se four­voyant même au point d’y voir du bien. En effet « ceux qui choi­sissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choi­si le mal », ain­si que le remar­quait Han­nah Arendt.

Au pas­sage, on note­ra que le livre L’économie sym­bio­tique d’Isabelle Delan­noy est pré­fa­cé par Domi­nique Bourg qui est éga­le­ment l’auteur de la post­face du mani­feste de Del­phine Batho en faveur d’une « éco­lo­gie inté­grale », non sans rai­son puisque ces deux livres sug­gèrent gros­so modo la même chose — ain­si Domi­nique Bourg illustre-t-il le prin­cipe de l’économie cir­cu­laire en recy­clant sa rhé­to­rique d’un livre à l’autre. L’exercice que pro­pose Franck Lepage avec la langue de bois gou­ver­ne­men­tale pour­rait d’ailleurs être faci­le­ment repro­duit avec la langue de bois (cer­ti­fié « durable ») de l’écologie grand public. Il suf­fit pour cela de pré­pa­rer des bouts de papier où l’on note­rait quelques expres­sions comme : « chan­ger de modèle », « effi­cience éner­gé­tique », « ser­vices éco­sys­té­miques », « smart grids », « durable », ain­si que les concepts cités au début de ce texte.

En outre, si ceux-là sont pro­mus dans les médias grand public, c’est évi­dem­ment parce qu’ils ne menacent en rien la socié­té indus­trielle capi­ta­liste, au contraire, ils per­mettent d’éviter la for­ma­tion d’une contes­ta­tion plus radi­cale. En don­nant à croire qu’elle pour­rait tech­ni­que­ment deve­nir « verte » et démo­cra­tique — ou, selon les mots de Cyril Dion qu’il serait pos­sible « de conser­ver le meilleur de ce que la civi­li­sa­tion nous a per­mis de déve­lop­per (la chi­rur­gie, la recherche scien­ti­fique, la mobi­li­té, la capa­ci­té de com­mu­ni­quer avec l’ensemble de la pla­nète, une cer­taine sécu­ri­té) et de pré­ser­ver au mieux [sic] le monde natu­rel » — ils la pro­tègent. Ils ras­surent ceux qui y sont atta­chés, dont la plus grande peur est l’effondrement de la civi­li­sa­tion indus­trielle, la perte des com­mo­di­tés tech­no­lo­giques qu’ils asso­cient à une exis­tence digne de ce nom.

Ain­si le dis­cours éco­lo­giste domi­nant est-il émi­nem­ment anthro­po­cen­tré, et même socio­cen­tré : il ne se pré­oc­cupe pas tant de pré­ser­ver l’humanité que la civi­li­sa­tion, les peuples indi­gènes conti­nuant d’être anéan­tis sur toute la pla­nète sans que cela ne dérange par­ti­cu­liè­re­ment nos éco­lo­no­mistes. En quoi il repro­duit par­fai­te­ment le nar­cis­sisme (voire le solip­sisme) qui carac­té­rise la civi­li­sa­tion depuis plu­sieurs mil­lé­naires, et qui consti­tue un des prin­ci­paux fac­teurs cultu­rels à l’origine de sa destructivité.

Tout indique que la situa­tion socioé­co­lo­gique va conti­nuer à empi­rer au cours des pro­chaines décen­nies (la sur­face urba­ni­sée du monde devrait tri­pler, la pro­duc­tion de déchets être démul­ti­pliée, les gaz à effet de serre conti­nuer de s’accumuler dans l’atmosphère, les inéga­li­tés socioé­co­no­miques conti­nuer de croître, et la défo­res­ta­tion et tous les fléaux envi­ron­ne­men­taux s’intensifier), d’où l’urgence de reje­ter les bali­vernes de l’écologisme domi­nant. La démo­cra­tie est incom­pa­tible avec une socié­té de masse et avec l’industrialisme. La gigan­tesque machine pla­né­taire que consti­tue la civi­li­sa­tion indus­trielle ne sera jamais verte/soutenable/etc. Ceux d’entre nous qui sou­haitent mettre un terme à la des­truc­tion du monde et vivre au sein de com­mu­nau­tés humaines véri­ta­ble­ment démo­cra­tiques ne devraient pas se faire d’illusion : ain­si que l’explique l’organisation Deep Green Resis­tance, cela passe par un com­bat contre la civi­li­sa­tion industrielle.

Nico­las Casaux


Le passage du livre de Kaczynski :

Aujourd’hui encore, des per­sonnes dont on aurait espé­ré mieux conti­nuent d’ignorer le fait que le déve­lop­pe­ment des socié­tés [com­plexes] ne peut jamais être contrô­lé ration­nel­le­ment. Ain­si voyons nous sou­vent des tech­no­philes décla­rer des choses aus­si absurdes que : « L’humanité est en charge de son propre des­tin » ; « [nous allons] prendre en charge notre évo­lu­tion » ; ou « les gens [vont] par­ve­nir à contrô­ler les pro­ces­sus évo­lu­tion­naires ». Les tech­no­philes veulent « gui­der la recherche afin que la tech­no­lo­gie amé­liore la socié­té », ils ont créé une « uni­ver­si­té de la Sin­gu­la­ri­té » et un « ins­ti­tut de la Sin­gu­la­ri­té », cen­sés « déter­mi­ner les avan­cées et aider la socié­té à gérer les rami­fi­ca­tions » du pro­grès tech­no­lo­gique, et « garan­tir […] que l’intelligence arti­fi­cielle […] demeure ami­cale » envers les humains.

Bien évi­dem­ment, les tech­no­philes ne par­vien­dront pas à « déter­mi­ner les avan­cées » du pro­grès tech­nique, ni à s’assurer qu’elles « amé­liorent la socié­té » et soient ami­cales envers les humains. Sur le long terme, les avan­cées tech­no­lo­giques seront « déter­mi­nées » par les luttes de pou­voir intes­tines entre les dif­fé­rents groupes qui déve­lop­pe­ront et uti­li­se­ront la tech­no­lo­gie à seule fin d’obtenir plus de pouvoir. […] 

Il est peu pro­bable que la majo­ri­té des tech­no­philes croient plei­ne­ment en ces âne­ries de « déter­mi­ner les avan­cées » de la tech­no­lo­gie pour « amé­lio­rer la socié­té ». En pra­tique, l’université de la Sin­gu­la­ri­té sert sur­tout à pro­mou­voir les inté­rêts de ceux qui inves­tissent dans la tech­no­lo­gie, tan­dis que les fan­tasmes concer­nant « l’amélioration de la socié­té » servent à désa­mor­cer la résis­tance du public vis-à-vis des inno­va­tions tech­no­lo­giques extrêmes. Une telle pro­pa­gande n’est effi­cace que parce que le pro­fane est assez naïf pour croire en toutes ces fantaisies.

Quelles que soient les rai­sons der­rière l’ambition des tech­no­philes sou­hai­tant « amé­lio­rer la socié­té », cer­tains d’entre eux semblent pro­po­ser des choses véri­ta­ble­ment sin­cères. Pour des exemples récents, il faut lire les livres de Jéré­my Rif­kin (2011) et de Bill Ivey (2012). D’autres exemples semblent plus éla­bo­rés que les pro­po­si­tions de Rif­kin et Ivey mais sont tout aus­si impos­sibles à mettre en pra­tique. Dans un livre publié en 2011, Nico­las Ash­ford et Ralph P. Hall « offrent une approche uni­fiée et trans­dis­ci­pli­naire de la manière dont on pour­rait par­ve­nir à un mode de déve­lop­pe­ment durable dans les nations indus­tria­li­sées. […] Les auteurs pro­meuvent la concep­tion de solu­tions mul­ti­fonc­tion­nelles au défi de la sou­te­na­bi­li­té, inté­grant l’économie, l’emploi, la tech­no­lo­gie, l’environnement, le déve­lop­pe­ment indus­triel, les règles juri­diques natio­nales et inter­na­tio­nales, le com­merce, la finance, et la san­té et la sécu­ri­té publique et des tra­vailleurs. » Ash­ford et Hall ne pro­posent pas cela comme une abs­trac­tion type Répu­blique de Pla­ton ou Uto­pie de Tho­mas Moore ; ils croient véri­ta­ble­ment pro­po­ser un pro­gramme pratique.

Pour prendre un autre exemple, Nao­mi Klein (2011) pro­pose une « pla­ni­fi­ca­tion » mas­sive, éla­bo­rée, mon­diale, cen­sée per­mettre de jugu­ler le réchauf­fe­ment cli­ma­tique, régler nombre des autres pro­blèmes envi­ron­ne­men­taux, nous appor­ter une « véri­table démo­cra­tie », « domp­ter le monde de l’entreprise », résoudre le pro­blème du chô­mage, mini­mi­ser le gas­pillage des pays riches tout en aidant les pays pauvres à conti­nuer leur crois­sance éco­no­mique, nour­rir « l’interdépendance plu­tôt que l’hyper-individualisme, la réci­pro­ci­té plu­tôt que la domi­nance et la coopé­ra­tion plu­tôt que la hié­rar­chie », « tis­ser toutes ces luttes dans un récit cohé­rent concer­nant la manière de pro­té­ger la vie sur terre » et, dans l’ensemble, pro­mou­voir un agen­da « pro­gres­siste » afin de créer « un monde sain et juste ».

L’on est ten­té de se deman­der si tout cela ne consti­tue pas une sorte de blague sophis­ti­quée ; mais non, à l’instar d’Ashford, de Hall, Klein est très sérieuse. Com­ment peuvent-ils croire un ins­tant que les scé­na­rios qu’ils ima­ginent pour­ront se concré­ti­ser dans le monde réel ? Sont-ils tota­le­ment dénués de tout sens pra­tique concer­nant les affaires humaines ? Peut-être. Mais une expli­ca­tion plus réa­liste nous est offerte par Nao­mi Klein elle-même : « Il est tou­jours plus confor­table de nier la réa­li­té que de voir votre vision du monde s’effondrer […] ». La vision du monde de la plu­part des membres de la classe moyenne supé­rieure, qui com­prend la plu­part des intel­lec­tuels, est pro­fon­dé­ment dépen­dante de l’existence d’une socié­té com­plexe et éten­due, minu­tieu­se­ment orga­ni­sée, cultu­rel­le­ment « avan­cée », carac­té­ri­sée par un haut degré d’ordre social. Pour de tels indi­vi­dus, il serait extrê­me­ment dif­fi­cile, psy­cho­lo­gi­que­ment, de recon­naître que la seule chose pou­vant nous per­mettre d’éviter le désastre qui se pro­file serait un effon­dre­ment total de la socié­té orga­ni­sée, une plon­gée dans le chaos. Ain­si se rac­crochent-ils à n’importe quel pro­gramme, aus­si fan­tai­siste soit-il, qui leur pro­met de pré­ser­ver la socié­té dont dépendent leurs vies et leur vision du monde ; et l’on sus­pecte qu’à leurs yeux, leur vision du monde soit plus impor­tante que leurs propres vies.

— Theo­dore Kac­zyns­ki, Anti-Tech Revo­lu­tion, Why and How (2015)

Print Friendly, PDF & Email
Total
18
Shares
4 comments
  1. « Domi­nique Bourg illustre le prin­cipe de l’économie cir­cu­laire en recy­clant sa rhé­to­rique d’un livre à l’autre »

    Et dans le der­nier livre de Ser­vigne & Co éga­le­ment, où il n’hé­site pas à écrire « La fête indus­trielle sera bien­tôt ter­mi­née. » C’est sûr que de tels néo-tech­no­crates pré­fèrent pen­ser la fin du monde que la fin du capi­ta­lisme industriel…

    Mes­sage per­so à Nico Casaux :
    J’ai rédi­gé une bro­chure « Réap­pro­pria­tion de la sub­sis­tance contre Pro­grès de la valo­ri­sa­tion » que je t’en­voie volon­tiers en vrai papier de bois d’arbre pour peu que tu me com­mu­nique une adresse postale…

  2. Pour rece­voir la bro­chure : « Réap­pro­pria­tion de la sub­sis­tance contre Pro­grès de la civi­li­sa­tion »=Thier­ry Sal­lan­tin, 12 rue du Trou Sam­son, 95150 Taver­ny (à deux pas de la forêt de Mont­mo­ren­cy, avec dans le musée Jean-Jacques Rous­seau de Mont­mo­ren­cy, toutes les archives des anar­chistes natu­riens des années 1890 dont une réédi­tion existe en librai­rie, en très grand for­mat : 45 cm X 31 cm, édi­tions du Sandre 2018, 25 euros, titre : « Le Natu­rien »,avec pré­face de Tan­guy L’A­mi­not : « L’é­co­lo­gie en 1898 »)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

A la racine des luttes sociales et écologiques : la lutte contre la civilisation (par Mike Sliwa)

La civilisation est rarement remise en cause lorsqu’on discute de justice sociale. Il y en a bien quelques-uns qui font la connexion entre justice et civilisation, mais ils sont peu, et restent vagues. Lorsque j’ai commencé à connecter la civilisation à la justice sociale, j’ai complètement perdu certaines personnes. Cela peut être lié au fait que je n’ai pas présenté de documentation assez claire ou assez bonne, mais au fil des ans, je me suis mis à penser qu’il y avait plus que ça. J’ai commencé à remettre en question nos arrangements de vie, et, pour certains, ça n’est pas négociable.
Lire

L’accord de Paris : ne rien changer, compter sur la technologie, s’adapter et, surtout, vive la croissance (par Clive Spash)

À l’issue de la 21e session de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ayant eu lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015 en France, à Paris, les 195 pays de la communauté internationale sont finalement parvenus à un accord, considéré, tant par les participants que par les médias, comme un tournant politique majeur dans la difficulté de s’attaquer au changement climatique provoqué par l’humain. Le texte suivant est un bref commentaire critique dans lequel j’explique succinctement en quoi l’accord de Paris ne change rien. J’y souligne comment cet accord ignore pratiquement toutes les questions de fond concernant les causes du changement climatique d’origine anthropique, et en quoi ce même accord n’offre aucun plan d’action concret. [...]
Lire

Un message des Zapatistes pour cette nouvelle année : « Nous choisissons la vie ! »

Compañeras et compañeros, nous sommes ici pour célébrer aujourd’hui le 22ème anniversaire du commencement de la guerre contre l’oubli. Depuis plus de 500 ans, nous avons enduré la guerre que les puissants de différentes nations, de différentes langues, couleurs et croyances, ont mené contre nous afin de nous annihiler. Ils voulaient nous tuer, que ce soit en tuant nos corps ou en tuant nos idées. Mais nous résistons.