« Derrière nos écrans de fumée » (The Social Dilemma) ou le leurre de la critique superficielle (par Nicolas Casaux)

DERRIÈRE NOS ÉCRANS DE FUMÉE (THE SOCIAL DILEMMA) OU LE LEURRE DE LA CRITIQUE SUPERFICIELLE

Tout sys­tème de domi­na­tion consé­quent, cher­chant à se parer des ori­peaux de la démo­cra­tie et de la liber­té, com­prend l’importance de pro­di­guer à ses sujets l’impression qu’il existe en son sein des garde-fous, des oppo­si­tions et des cri­tiques libres de s’exprimer. Nous vivons en démo­cra­tie. La preuve ? Il y a la droite et la gauche, il y a le plu­ra­lisme des médias de masse, etc. Bien enten­du, cette oppo­si­tion entre droite et gauche est lar­ge­ment illu­soire. Par exemple, per­sonne, dans la majeure par­tie du spectre poli­tique, ne remet sérieu­se­ment en cause l’État, le capi­ta­lisme tech­no­lo­gique, l’industrialisme. La plu­part s’accordent sur l’essentiel, de même que les médias de masse. Cette mise en scène d’une diver­si­té de vues, qu’on cherche même à pré­sen­ter comme anta­go­nistes, ren­force l’inertie du sys­tème tech­no­ca­pi­ta­liste. En outre, les cri­tiques super­fi­cielles auto­ri­sées dans la sphère cultu­relle grand public par­ti­cipent par­fois à la conso­li­da­tion, à l’amélioration, au per­fec­tion­ne­ment de ce sys­tème de domination.

Les récentes impro­ba­tions mass-média­tiques à l’encontre des réseaux sociaux ou des télé­phones por­tables par­ti­cipent cer­tai­ne­ment de ce per­fec­tion­ne­ment du sys­tème, loin de le remettre en ques­tion. Net­flix, par exemple, a finan­cé en ce début d’année 2020 la réa­li­sa­tion d’un docu­men­taire sur les méfaits des réseaux sociaux et des smart­phones, récem­ment paru sur la plate-forme fran­çaise de l’entreprise, et inti­tu­lé Der­rière nos écrans de fumée (titre ori­gi­nal : The Social Dilem­ma). Docu­men­taire dont les médias de masse ont à peu près tous fait la pro­mo­tion (Le Monde, Le Nou­vel Obs (« C’est le docu­men­taire dont tout le monde parle, celui qu’il faut avoir vu »), Télé­ra­ma, Les Inrocks, etc.). L’émission Envoyé Spé­cial, sur France 2, a éga­le­ment consa­cré un de ses der­niers numé­ros aux effets des smart­phones sur leurs utilisateurs.

L’un et l’autre ont en com­mun de dénon­cer cer­tains pro­blèmes, bien réels, liés à ces tech­no­lo­gies, mais ne consti­tuant que la par­tie émer­gée du gigan­tesque ice­berg de nui­sances qu’elles impliquent — et qu’implique le sys­tème socio­tech­nique mon­dia­li­sé sur lequel elles reposent, et qui, en retour, repose sur elles.

On y dénonce la manière dont des algo­rithmes conçus à cette fin uti­lisent les sen­ti­ments et la psy­cho­lo­gie des inter­nautes et des pos­ses­seurs de smart­phones en vue de les rendre accros, et/ou d’altérer, d’une manière ou d’une autre, leur com­por­te­ment ; on y liste cer­taines impli­ca­tions sociales de cette ter­rible addic­tion, du fonc­tion­ne­ment de ces tech­no­lo­gies : défi­cit de l’attention, déclin des rela­tions sociales réelles, phy­siques, en chair et en os, troubles du déve­lop­pe­ment du cer­veau chez les enfants, dégra­da­tion de la san­té men­tale, mani­pu­la­tions poli­tiques, etc. On s’inquiète pour l’avenir des « démo­cra­ties » (qui n’en sont pas, et n’en ont jamais été, ce qui explique le carac­tère anti­dé­mo­cra­tique des tech­no­lo­gies dont on lamente les effets). Des insi­ders, ex-employés de Google, Face­book, Ins­ta­gram, Twit­ter, etc., s’y repentent par­tiel­le­ment (non sans une cer­taine fier­té d’avoir par­ti­ci­pé à créer quelque chose d’aussi puis­sant) de leurs agis­se­ments ; accusent quelque « capi­ta­lisme de sur­veillance » ; désap­prouvent cer­taines évo­lu­tions pré­sen­tées comme impré­vues ou indé­si­rables des tech­no­lo­gies qu’ils ont contri­bué à concevoir.

Mais tou­jours, ils prennent soin, mal­gré tout, d’en faire l’éloge. Tou­jours ces tech­no­lo­gies sont défen­dues, inno­cen­tées. Tim Ken­dall, ex-direc­teur de la moné­ti­sa­tion de Face­book, sou­tient par exemple :

« Ces réseaux ont accom­pli des choses incroyables dans le monde. Ils ont per­mis de réunir des familles, de trou­ver des don­neurs d’organes […]. Des choses posi­tives ont eu lieu à tra­vers le monde, il ne faut pas l’oublier. »

Tris­tan Har­ris, ex-employé de Google, insiste : « ce n’est pas la tech­no­lo­gie qui menace direc­te­ment notre exis­tence, c’est le fait que la tech­no­lo­gie est capable de mettre au jour le pire de la socié­té humaine, c’est ce côté obs­cur en nous tous. » Blâ­mer la nature humaine, quelle finesse. Il fal­lait la pers­pi­ca­ci­té d’un ingé­nieur de chez Google. Le même ajoute :

« Il ne faut pas se dire, “oh mon dieu, les tech­no­lo­gies sont en train de détruire la pla­nète et nos enfants”, non. La chose per­tur­bante dans cette his­toire, c’est qu’on vit à la fois une uto­pie et une dys­to­pie. C’est quand même fabu­leux de pou­voir appuyer sur un bou­ton et trente secondes plus tard d’avoir une voi­ture qui vous amène où vous vou­lez. C’est de la magie. C’est incroyable. »

Dans le numé­ro d’Envoyé Spé­cial consa­cré aux dégâts des smart­phones, l’expert choi­si par Élise Lucet pour, entre autres, rela­ti­vi­ser le pro­blème que posent ces tech­no­lo­gies, le neu­ro­bio­lo­giste Jean-Phi­lippe Lachaux, cher­cheur en neu­ros­ciences cog­ni­tives et direc­teur de recherche CNRS, nous met en garde contre tout excès de radicalisme :

« La solu­tion qui consiste à dire : “on arrête tout, on débranche tout”, ou “le télé­phone c’est pas bien”, etc., c’est trop radi­cal. Cet outil c’est un mer­veilleux outil qui nous sert à plein de choses, non, il faut juste l’utiliser de façon intel­li­gente, et mai­tri­ser, à chaque fois que je l’utilise, pour­quoi je l’utilise et pour com­bien de temps. »

Le seul pro­blème, selon nos ex-ingé­nieurs recon­ver­tis en cham­pions de l’éthique ? Le « busi­ness-model » des entre­prises. Qu’il fau­drait chan­ger. Il faut plus de régu­la­tions. Il faut chan­ger notre « façon de conce­voir les réseaux sociaux », « chan­ger les réseaux sociaux et leur fonc­tion­ne­ment ». (Pire encore du côté d’Élise Lucet, qui se contente de blâ­mer les uti­li­sa­teurs des tech­no­lo­gies modernes : il leur faut « reprendre le contrôle » sur les­dites tech­no­lo­gies, en se pre­nant en main eux-mêmes, en acqué­rant une cer­taine dis­ci­pline. Ne nous fau­drait-il pas sur­tout, chère Élise, « reprendre le contrôle » sur les orga­ni­sa­tions sociales qui nous réduisent au rang de « res­sources humaines » ?)

Et afin de chan­ger le « busi­ness-model » des « entre­prises de la Tech », plu­sieurs ex-employés des plus célèbres d’entre elles ont, sous l’impulsion de Tris­tan Har­ris (ex-employé de Google), for­mé une ONG, le Cen­ter for Humane Tech­no­lo­gy, ou « Centre pour une tech­no­lo­gie humaine », avec pour objec­tif d’inciter les com­pa­gnies à se mora­li­ser, à conce­voir des pro­duits plus décents, moins addic­tifs, plus gen­tils, moins méchants. Finan­cée par l’Omidyar Net­work (réseau fon­dé en 2004 par le fon­da­teur de eBay et mil­liar­daire Pierre Omi­dyar et son épouse Pam), la Fon­da­tion Ford, l’Open Socie­ty Foun­da­tions du mil­liar­daire George Soros, la Sili­con Val­ley Com­mu­ni­ty Foun­da­tion (elle-même finan­cée par divers magnats et firmes de la Sili­con Val­ley, dont Mark Zucker­berg lui-même), et d’autres orga­nismes du même aca­bit, c’est-à-dire, au moins en par­tie, finan­cée par les GAFA, dans l’optique de « peser contre les GAFA » (selon la for­mule d’un jour­na­liste du maga­zine tech­no­lo­giste Usbek&Rica), autant dire que cette ONG, qui a tout d’une mau­vaise blague, s’apprête ins­tam­ment, selon toute pro­ba­bi­li­té, à ne rien chan­ger, ou si peu, au désastre socio-éco­lo­gique en cours.

Les finan­ceurs du Centre for Humane Technology

Cela étant, on com­prend par­fai­te­ment, bien enten­du, que du point de vue des ingé­nieurs, des neu­ro­bio­lo­gistes, des pré­sen­ta­teurs télé, etc., du point de vue des classes domi­nantes, des bour­geois, le smart­phone (et son monde) soit effec­ti­ve­ment génial. L’affirmer avec aplomb est d’autant plus aisé qu’on occulte tran­quille­ment toutes les impli­ca­tions socio-éco­lo­giques du sys­tème tech­no-indus­triel néces­saire à sa pro­duc­tion, qu’on ne dit rien des extrac­tions minières, des infra­struc­tures qui consti­tuent le sys­tème tech­no­lo­gique mon­dia­li­sé (routes, auto­routes, usines, etc.), de leurs impacts sur les milieux natu­rels et les popu­la­tions du monde ; qu’on évite soi­gneu­se­ment « de pen­ser et de qua­li­fier les rap­ports sociaux qui l’ont ren­du pos­sible » (René Rie­sel, Aveux com­plets), de dis­cu­ter des inci­dences du capi­ta­lisme sur la liber­té des humains (contraints de vendre leurs temps de vie en échange d’un salaire), des coer­ci­tions et des vio­lences phy­siques sur les­quelles repose l’existence et le fonc­tion­ne­ment de l’État (qui, lui, impose et encadre le sys­tème capi­ta­liste), des États modernes, (y com­pris des faus­se­ment « démocratiques »).

Il devrait pour­tant être évident que si de tels macro-sys­tèmes socio­tech­niques se sont mis en place, ont pu être mis en place, c’est en rai­son de l’absence de démo­cra­tie ; c’est parce que les gens n’ont aucun droit de regard, aucun contrôle sur le fonc­tion­ne­ment, au niveau inter­na­tio­nal, de la civi­li­sa­tion indus­trielle capi­ta­liste mon­dia­li­sée et, plus loca­le­ment, sur celui de l’État qui règne sur le ter­ri­toire où ils se trouvent ; c’est parce que ces gigan­tesques orga­ni­sa­tions ne sont pas à taille humaine, ne peuvent pas être gou­ver­nées selon le prin­cipe démo­cra­tique. En s’inquiétant des effets nui­sibles des tech­no­lo­gies qu’ils ont déve­lop­pées sur les démo­cra­ties, nos ignares sur­di­plô­més de chez Face­book, Apple, etc., confondent la cause et l’effet. C’est parce que les soi-disant « démo­cra­ties » n’en sont abso­lu­ment pas qu’ils ont pu déve­lop­per des tech­no­lo­gies aus­si nui­sibles. Dans la mytho­lo­gie de nos insi­ders de chez Google, Ins­ta­gram, etc. : « Avant, on se sou­ciait du bien-être des enfants. Quand ils regar­daient les des­sins ani­més le same­di matin, ils étaient pro­té­gés ». (Tris­tan Har­ris) Avant inter­net, les réseaux sociaux et les smart­phones, c’était le bon temps, le temps de la démo­cra­tie et du bien-être des enfants.

En réa­li­té, pas du tout. L’exploitation, par cer­tains indi­vi­dus, des sen­ti­ments, de la psy­cho­lo­gie humaine, en vue de faire d’accumuler des richesses et d’engranger du pou­voir, est sans doute aus­si vieille que l’État, que les pre­mières socié­tés stra­ti­fiées en classes. Le capi­ta­lisme ne s’est jamais sou­cié du bien-être des enfants. D’ailleurs, pour don­ner, comme image d’un soi-disant sou­ci de leur bien-être, celle d’enfants scot­chés devant la télé­vi­sion un same­di matin, là encore, il fal­lait toute la sagesse mobi­li­sable par un ingé­nieur de chez Google. La plu­part (sinon toutes) les civi­li­sa­tions (au sens éty­mo­lo­gique et his­to­rique du terme) ne se sont pas sou­ciées du bien-être des enfants. Celle qui, aujourd’hui, a méta­sta­sé sur la pla­nète entière, ne fait pas exception.

Le réseau inter­net, et toutes les tech­no­lo­gies et infra­struc­tures sur les­quelles il repose, au même titre que le smart­phone, l’ordinateur, la télé­vi­sion et toutes les hautes tech­no­lo­gies, sont des pro­duits du sys­tème tech­no­ca­pi­ta­liste, des tech­no­lo­gies auto­ri­taires en ce qu’elles impliquent, de leur concep­tion à leur pro­duc­tion en série, une orga­ni­sa­tion sociale com­plexe, stra­ti­fiée en classes, avec une impor­tante divi­sion du tra­vail, y com­pris à l’échelle inter­na­tio­nale (obten­tion des matières pre­mières obli­geant), d’importantes spé­cia­li­sa­tions (et l’utilisation de machines requé­rant elles-mêmes toutes ces choses), le tout ne pou­vant être agen­cé qu’au moyen de struc­tures sociales auto­ri­taires (non-démo­cra­tiques).

En occul­tant toute réflexion appro­fon­die, sérieuse, radi­cale, sur les tenants et abou­tis­sants du sys­tème tech­no­lo­gique et des macro-sys­tèmes qui le com­posent, sur les tou­jours plus nom­breuses et enva­his­santes tech­no­lo­gies modernes, le docu­men­taire de Net­flix et l’émission d’Élise Lucet servent plei­ne­ment la conti­nua­tion, pour l’essentiel, des dyna­miques tech­no­ca­pi­ta­listes, qu’il s’agirait sim­ple­ment de réfor­mer, ci et là, pour que tout conti­nue d’aller pour le mieux dans le Meilleur des mondes. Cette défense du sta­tu quo, de l’essentiel du sys­tème tech­no-indus­triel et de ses dyna­miques, s’exprime d’ailleurs de manière on ne peut plus fla­grante dans la vive condam­na­tion des des­truc­tions d’antennes 5G par le docu­men­taire pro­duit par Net­flix, les­quelles seraient uni­que­ment l’œuvre de quelques abru­tis déso­rien­tés par des « fake news » ou quelque « théo­rie conspirationniste ».

Ceux que les dégâts de ces tech­no­lo­gies inquiètent et qui cherchent à com­prendre sérieu­se­ment de quoi tout cela retourne feraient mieux de lire les enquêtes et les textes que pro­duisent les Gre­no­blois de Pièces et Main d’Œuvre (PMO) depuis des années (www.piecesetmaindoeuvre.com), de consul­ter les ouvrages des édi­tions de l’En­cy­clo­pé­die des Nui­sances, les ana­lyses des anti-indus­triels et autres tech­no­cri­tiques qui ne passent pas sur Net­flix et ne sont pas célé­brés dans les médias de masse (et qui, pour­tant, anti­cipent les désastres tech­no­lo­giques actuels depuis bien avant la nais­sance des insi­ders sus­men­tion­nés — désor­mais plus ou moins repen­tis — de la Tech).

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
110
Shares
2 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

L’affaire Sacco et Vanzetti (Par Howard Zinn)

"Combien d’entre vous savent quelque chose de l’affaire Sacco et Vanzetti ? Combien d’entre vous ne savent rien de l’affaire Sacco et Vanzetti? Et puis, il y a ceux qui connaissent l’affaire Sacco et Vanzetti sans la connaître. Au moment où je suis entré dans l’âge adulte et où je me suis politisé, l’affaire Sacco et Vanzetti m’est apparue comme l’un des événements les plus dramatiques de l’histoire américaine..."
Lire

Cyril Dion, Rob Hopkins, Vincent Verzat, Andreas Malm, etc. : le développement durable et ses apôtres (par Nicolas Casaux)

Je me permets de regrouper ici quelques billets publiés ces dernières semaines sur les réseaux sociaux, parce qu’ils me semblent discuter d’à peu près la même chose — à savoir l'espoir d'un développement durable de la société techno-industrielle, principale espérance de la plupart des écolos, de la gauche, des écomarxistes, etc., et principal objectif des dirigeants de la société industrielle — et qu’ils pourront peut-être intéresser les lecteurs de notre site (rien de très nouveau, mais quelques remarques concernant l'actualité).