Derrière les idées reçues : à propos de la centrale solaire prévue à Barrettali, dans le Cap Corse (par Nicolas Casaux)

Derrière les idées reçues : à propos de la centrale solaire prévue à Barrettali, dans le Cap Corse

Des intérêts et des implications de l’installation d’une centrale solaire (ou de quelque ensemble de production d’énergie dite « verte » ou « renouvelable »)

Sur le ter­ri­toire de la petite com­mune de Bar­ret­ta­li, dans le Cap Corse, la socié­té Cor­si­ca Verde s’apprête, en coopé­ra­tion avec la mai­rie, à ins­tal­ler une cen­trale solaire au sol, « sur le flanc Sud d’un val­lon actuel­le­ment occu­pé par du maquis ». Le pro­jet occu­pe­ra une super­fi­cie totale de 119 040 m² (11,9 ha), dont envi­ron 6,5 ha pour les 17 232 pan­neaux pho­to­vol­taïques (modules poly­cris­tal­lins) qui seront posés.

D’après ses pro­mo­teurs, la réa­li­sa­tion de cette cen­trale est tout à fait posi­tive pour les rai­sons habi­tuelles, celles que donnent tous les pro­mo­teurs de ce genre de pro­jet. Pro­duire de l’énergie « verte » est une bonne chose, cela s’inscrit dans une dyna­mique qui rend plus « verte », plus « durable » notre socié­té. Cela par­ti­cipe au déve­lop­pe­ment éco­no­mique de la com­mune et de la région, à l’augmentation de leur « auto­no­mie éner­gé­tique », etc.

Qu’en est-il en réalité ?

L’étude d’impact envi­ron­ne­men­tal conclut, sans sur­prise, que même si l’on trouve des espèces pro­té­gées dans la zone concer­née, la réa­li­sa­tion du pro­jet ne devrait pas leur nuire outre mesure. On peut en dou­ter, mais admet­tons. De toute façon, même lorsqu’un tel pro­jet menace offi­ciel­le­ment des espèces pro­té­gées, y com­pris des espèces en dan­ger, il a de grandes chances d’être approu­vé quand même. Exemple : en 2016, pré­fète des Pyré­nées-Orien­tales, Josiane Che­va­lier y a auto­ri­sé une « déro­ga­tion à l’interdiction d’atteinte aux espèces pro­té­gées au titre de l’article L.411–2 du code de l’environnement concer­nant la cen­trale solaire ther­mo­dy­na­mique eLlo sur la com­mune de Llo ». Et, plus pré­ci­sé­ment, « une demande de déro­ga­tion concer­nant 18 espèces de flore et de faune pro­té­gées et por­tant sur la des­truc­tion de spé­ci­mens et la des­truc­tion, l’altération ou la dégra­da­tion de sites de repro­duc­tion ou d’aires de repos de ces espèces », et « la des­truc­tion par le pro­jet de 6,13 ha de zones humides ». Pour­quoi ? Parce que

« le pro­jet de cen­trale solaire ther­mo­dy­na­mique au sol eLlo sur la com­mune de Llo pré­sente des rai­sons impé­ra­tives d’intérêt public majeur, y com­pris de nature sociale et éco­no­mique du fait qu’il per­met : la pro­duc­tion d’énergie renou­ve­lable, la créa­tion d’emplois lors de la phase construc­tion (110 emplois pen­dant 2 ans) et lors de la période d’exploitation (8 emplois), la créa­tion d’un tis­su éco­no­mique dédié au solaire ther­mo­dy­na­mique à concen­tra­tion, la créa­tion d’un grou­pe­ment d’entreprises fran­çaises com­pé­ti­tives sur les mar­chés solaires à l’international, la consti­tu­tion d’un centre de for­ma­tion pour les pro­jets solaires ther­mo­dy­na­miques à concen­tra­tion, le ren­for­ce­ment de la culture indus­trielle du solaire asso­ciée au pla­teau Cer­dan, l’intégration à la pla­te­forme de R&D régio­nal Thé­mis Solaire Inno­va­tion, la col­la­bo­ra­tion avec le centre de recherche CNRS PROMES ».

En clair : au nom de l’économie, il est accep­table de détruire des espaces natu­rels et des espèces pro­té­gées. La pré­ser­va­tion du monde natu­rel, la san­té de la bio­sphère, l’écologie, importent bien moins que l’argent, que l’expansion de la socié­té indus­trielle, que le sys­tème tech­no-éco­no­mique. Bien enten­du, l’entreprise en charge de la construc­tion de la cen­trale s’est enga­gée à « com­pen­ser » les des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales qu’elle avait été auto­ri­sée à entre­prendre. Mal­heu­reu­se­ment, le prin­cipe de soi-disant « com­pen­sa­tion » n’est qu’une pré­ten­tion creuse et absurde. Dans les faits, c’est un lamen­table désastre.

Reve­nons à la cen­trale solaire de Bar­ret­ta­li. Peut-on dire que l’énergie qu’elle pro­dui­rait serait réel­le­ment « verte » ? Là, les choses se com­pliquent beau­coup. Quid de la fabri­ca­tion des pan­neaux solaires ? La ques­tion ne semble pas inté­res­ser grand monde. Le sili­cium est un de leurs prin­ci­paux com­po­sants. Si les pro­mo­teurs du solaire ne manquent jamais de rap­pe­ler qu’on le trouve en abon­dance, ils oublient de dire qu’il requiert une puri­fi­ca­tion, un trai­te­ment très éner­gi­vore (« La plu­part des usines qui trans­forment la silice en sili­cium sont basées en Chine, et fonc­tionnent au char­bon »)[1]. Son recy­clage, éga­le­ment éner­gi­vore, est limi­té : quatre uti­li­sa­tions, au maxi­mum. De son extrac­tion à son trai­te­ment à son recy­clage, on observe donc déjà de nom­breux impacts éco­lo­giques signi­fi­ca­tifs. Le pan­neau solaire est éga­le­ment com­po­sé de verre — dont le recy­clage est, certes, simple, mais aus­si très éner­gi­vore — d’aluminium, de plas­tique, d’argent, et par­fois de bien d’autres élé­ments. D’où viennent-ils, quels sont les impacts, sociaux et envi­ron­ne­men­taux, de leur pro­duc­tion ? Est-ce sou­te­nable ? Est-ce éthique ? Et quid des « autres équi­pe­ments ins­tal­lés (ondu­leurs, conver­tis­seurs batteries/stockage et trans­for­ma­teurs) », et de tout le câblage ? La durée de vie d’un ondu­leur est de 8 à 12 ans, soit deux fois moins que celle du pan­neau solaire. Quels maté­riaux la pro­duc­tion de ces ondu­leurs et « autres équi­pe­ments » requiert-elle ? D’où viennent-ils et quels sont les impacts, sociaux et envi­ron­ne­men­taux, de leur pro­duc­tion ? Dans l’ensemble, tout cela est-il sou­te­nable, éco­lo­gique ? Pour répondre à toutes ces ques­tions, encore fau­drait-il qu’elles soient posées et étudiées.

Nul besoin d’attendre qu’elles le soient un jour. Elles ne le seront sans doute jamais sérieu­se­ment. Sans trop prendre de risques, nous pou­vons pro­po­ser quelques grandes lignes de réponse. Contrai­re­ment aux nom­breuses pré­ten­tions « vertes » et « durables » qui nous sont pré­sen­tées, la pro­duc­tion de tous ces maté­riaux implique d’innombrables dom­mages éco­lo­giques — la pro­duc­tion du lithium des bat­te­ries, pour prendre un autre exemple, est éga­le­ment très délé­tère[2]. En outre, elle repose sur la pré­sente orga­ni­sa­tion socio­po­li­tique du monde, dont le carac­tère sup­po­sé­ment « démo­cra­tique », et pas seule­ment en ce qui concerne les gou­ver­ne­ments comme celui de la Chine, relève éga­le­ment de l’imposture. Ain­si que le sou­ligne[3] le pro­fes­seur de sciences poli­tiques Fran­cis Dupuis-Déri :

« En ce qui concerne la “démo­cra­tie” moderne, plu­sieurs formes de pou­voir coexistent et sont en com­pé­ti­tion à l’intérieur même du sys­tème poli­tique offi­ciel. La majo­ri­té du peuple n’exprime pas sa voix, même dans la pré­ten­due chambre démo­cra­tique, puisque c’est seule­ment une mino­ri­té extrê­me­ment réduite de “repré­sen­tants” qui déli­bère au nom de la majo­ri­té ou de l’ensemble de la nation. Comme le sou­ligne Jean-Jacques Rous­seau, la majo­ri­té n’a que le pou­voir de choi­sir la petite clique qui gou­ver­ne­ra l’ensemble de la com­mu­nau­té. À titre de com­pa­rai­son, serait-il cor­rect d’affubler du terme de “monar­chie” un régime où un indi­vi­du — appe­lé roi ou reine — aurait comme unique pou­voir de confir­mer tous les quatre ou cinq ans un ou des indi­vi­dus à titre de repré­sen­tants déte­nant les vrais pou­voirs et gou­ver­nant en son nom ? Un tel régime serait pro­ba­ble­ment recon­nu comme étant une fausse monar­chie ou une aris­to­cra­tie. Il pour­rait très bien être appe­lé “monar­chie” par habi­tude ou pour des rai­sons idéo­lo­giques, en dépit de son carac­tère plu­tôt aris­to­cra­tique. De même, un régime dans lequel le seul pou­voir des aris­to­crates serait d’élire un repré­sen­tant unique tous les quatre ou cinq ans qui gou­ver­ne­rait en leur nom serait pro­ba­ble­ment iden­ti­fié dans les faits comme une monar­chie. La “démo­cra­tie” moderne, dans laquelle gou­verne une clique de repré­sen­tants élus par le peuple, cor­res­pond donc bien plus à une aris­to­cra­tie (le règne d’une mino­ri­té) qu’à une démo­cra­tie (le règne de la majo­ri­té). La tra­di­tion phi­lo­so­phique a d’ailleurs recon­nu ce fait. Aris­tote, Spi­no­za, Mon­tes­quieu et bien d’autres, ain­si que plu­sieurs fon­da­teurs des répu­bliques modernes (Tho­mas Jef­fer­son et Maxi­mi­lien Robes­pierre, entre autres), ont clai­re­ment indi­qué que l’élection — c’est-à-dire la sélec­tion d’une élite diri­geante — est de par sa nature aris­to­cra­tique et contraire à la démo­cra­tie. La “démo­cra­tie” moderne est donc une aris­to­cra­tie “repré­sen­ta­tive”, “popu­laire”, “élec­tive” ou “libé­rale” qui se cache sous le nom trom­peur de “démo­cra­tie” suite à des jeux rhé­to­riques moti­vés par des luttes politiques. »

Poli­ti­que­ment, tou­jours, sou­li­gnons éga­le­ment que la réa­li­sa­tion d’une telle cen­trale solaire repose sur les prin­cipes du capi­ta­lisme qu’imposent de concert tous les gou­ver­ne­ments des États du monde. Dieu mer­ci, il y a des ouvriers dans des usines en Chine, ou ailleurs, pour assem­bler les pan­neaux solaires, d’autres qui tra­vaillent pour diverses entre­prises d’extraction minière un peu par­tout sur Terre pour obte­nir les matières pre­mières, et d’autres encore pour diverses indus­tries de trans­port afin de les ache­mi­ner. Et de gen­tils gou­ver­ne­ments — dont cer­tains se pré­tendent « démo­cra­tiques » — pour orga­ni­ser le tout.

Mais reve­nons à l’aspect pré­ten­du­ment éco­lo­gique de l’affaire. Pour les rai­sons déjà men­tion­nées, signi­fi­ca­tives, qua­li­fier de « verte » ou de « propre » l’énergie ain­si pro­duite relève de la fari­bole. Seule­ment, il y a plus. Plu­tôt que de par­ler d’énergie « verte » ou « renou­ve­lable », le cher­cheur états-unien Ozzie Zeh­ner, qui a écrit un livre sur le sujet, qu’il étu­die depuis de nom­breuses années, pré­fère par­ler d’énergies « déri­vées des com­bus­tibles fos­siles ». Selon lui, « il vaut mieux conce­voir les tech­no­lo­gies éner­gé­tiques alter­na­tives [solaire, éolien, etc.] comme des sous-pro­duits des com­bus­tibles fos­siles ». Il explique[4] :

« Il y a cette impres­sion de choix entre com­bus­tibles fos­siles et tech­no­lo­gies éner­gé­tiques propres comme les pan­neaux solaires et les éoliennes. Ce choix est une illu­sion. Ces tech­no­lo­gies alter­na­tives reposent, à tous leurs stades de pro­duc­tion, sur les com­bus­tibles fos­siles. Elles dépendent des com­bus­tibles fos­siles en ce qui concerne les opé­ra­tions d’ex­trac­tions minières néces­saires à l’ob­ten­tion des matières pre­mières, leurs trai­te­ments et assem­blages en usine, leur ins­tal­la­tion, leur main­te­nance, et leur déman­tè­le­ment. En plus, à cause de l’ir­ré­gu­la­ri­té de pro­duc­tion du solaire et de l’éo­lien, ces tech­no­lo­gies requièrent des cen­trales à com­bus­tibles fos­siles opé­ra­tion­nelles en paral­lèle et en permanence. »

Dans une inter­view por­tant sur la notion de décrois­sance[5], un mili­tant éco­lo­giste amé­ri­cain explique :

« Les renou­ve­lables sont, sans excep­tion, dépen­dantes des com­bus­tibles fos­siles. Pre­nons l’exemple des éoliennes. Leurs pales sont faites de plas­tique à par­tir du pétrole. L’acier qui les com­pose est pro­duit à l’aide de quan­ti­tés mas­sives de coke, qui est une forme de char­bon. L’industrie de l’acier est une des indus­tries les plus toxiques au monde, et pour­tant elle est cru­ciale pour les éoliennes et beau­coup d’autres tech­no­lo­gies “vertes”. Les éoliennes sont lubri­fiées à l’aide de pétrole. Chaque éolienne néces­site des cen­taines de litres de lubri­fiant. D’ailleurs, Exxon Mobil pos­sède une divi­sion spé­cia­li­sée dans les lubri­fiants pour éoliennes. Les éoliennes sont trans­por­tées grâce à des camions dépen­dants des com­bus­tibles fos­siles, mises debout grâce à des grues qui car­burent au die­sel, encas­trées dans leurs fon­da­tions en béton (un maté­riau dont la pro­duc­tion est très éner­gi­vore), dont les fosses ont été exca­vées par des machines qui car­burent elles aus­si au die­sel. Et ain­si de suite. »

Par ailleurs, l’énergie (faus­se­ment « verte ») pro­duite par cette cen­trale solaire, que sert-elle à ali­men­ter ? Les tou­jours plus nom­breux appa­reils, pas même pré­ten­du­ment « verts », eux, dont dépend désor­mais le quo­ti­dien de tous les habi­tants des socié­tés indus­trielles capi­ta­listes. Ou plu­tôt, de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste : tous les États du globe forment un ensemble rela­ti­ve­ment homo­gène dont toutes les par­ties sont étroi­te­ment dépen­dantes les unes des autres. Sans les extrac­tions minières de tel ou tel pays, la pro­duc­tion de tel ou tel appa­reil ven­du dans tel ou tel autre pays ne serait pas pos­sible. Cela s’appelle la divi­sion inter­na­tio­nale du tra­vail (ou du capi­ta­lisme, ou de la socié­té indus­trielle). C’est-à-dire que la pro­duc­tion de cette éner­gie per­met de faire fonc­tion­ner des appa­reils dont la pro­duc­tion est elle-même un désastre envi­ron­ne­men­tal (et repose, elle aus­si, sur les aris­to­cra­ties élec­tives modernes). Les mon­tagnes d’e‑déchets (déchets élec­tro­niques) qui finissent déver­sés dans quelque décharge en Afrique, comme à Agbog­blo­shie au Gha­na, ou sim­ple­ment enfouis quelque part sur le ter­ri­toire fran­çais, en témoignent.

À l’ins­tar de toutes les autres éner­gies indus­trielles, l’éner­gie élec­trique — qu’elle soit issue d’une cen­trale solaire ou d’une cen­trale à char­bon — ne sert qu’à faire fonc­tion­ner le monde des machines, la tech­no­sphère, celle-là même qui, par­tout sur Terre, s’é­tale et croît tous azi­muts en dévo­rant la bio­sphère à une cadence infernale.

*

Ce qui nous amène à l’absurdité de la pré­ten­tion à l’auto­no­mie éner­gé­tique qui accom­pagne imman­qua­ble­ment ce genre de pro­jet. Quelle auto­no­mie quand la fabri­ca­tion des pan­neaux solaires, ondu­leurs, bat­te­ries, etc., se fait ailleurs, loin de Corse, repose sur des extrac­tions minières, des trai­te­ments de matières pre­mières, des assem­blages en usine qui se font là, là-bas ou encore quelque part là, et dont nous igno­rons presque tout ? Quelle auto­no­mie quand il en va de même de tous les appa­reils que l’énergie pro­duite par la cen­trale solaire sert à ali­men­ter ? La com­plexi­té ten­ta­cu­laire de la socié­té indus­trielle et capi­ta­liste mon­dia­li­sée est syno­nyme d’opacité. L’immense majo­ri­té d’entre nous ne sait rien de tout ce qui se cache der­rière la construc­tion d’une telle cen­trale solaire, de tout ce qui est néces­saire pour qu’un tel pro­jet puisse prendre place. Que ce soit en termes de logis­tiques, de poli­tiques, de pra­tiques, d’impacts envi­ron­ne­men­taux, sociaux, et de beau­coup d’autres choses. Dépendre de l’énergie pro­duite par une cen­trale solaire, ou par n’importe quel type d’installation de pro­duc­tion d’électricité, dépendre du réseau élec­trique et des appa­reils qu’il fait fonc­tion­ner, ce n’est pas vrai­ment de l’autonomie. Cela n’a même rien à voir avec l’autonomie, la véri­table auto­no­mie, dont jouis­saient ceux qui, à tra­vers les âges, ne dépen­daient que d’eux-mêmes, de leur com­mu­nau­té et de leur envi­ron­ne­ment immé­diat, ou rela­ti­ve­ment proche, pour sub­ve­nir à tous leurs besoins — et dont jouissent encore ceux pour les­quels c’est encore le cas.

L’homo tech­no­lo­gi­cus de la socié­té indus­trielle est à peu près aus­si auto­nome qu’un hip­po­po­tame dans un zoo. Si ses super­mar­chés n’étaient pas régu­liè­re­ment ravi­taillés en pro­duits pro­ve­nant du monde entier, il ne sau­rait pas vivre. Ain­si que l’a écrit le phi­lo­sophe Alain Gras dans un article inti­tu­lé « L’illusion de la fata­li­té tech­nique », publié dans la revue l’Écologiste n° 5, 2001 :

« L’homme moderne n’est pas seule­ment un être dont la vie est façon­née par le tra­vail et le désir inves­ti dans la consom­ma­tion, il est aus­si celui dont le confort dans la vie quo­ti­dienne dépend à un degré infi­ni­ment plus éle­vé qu’auparavant d’entités invi­sibles et omni­pré­sentes : il est l’homme “bran­ché” que décrit l’imagerie popu­laire. Bran­ché par la prise du rasoir sur l’usine élec­trique, bran­ché par la pompe à essence sur le puits de pétrole du Koweït [et, j’ajouterai : sur la défo­res­ta­tion et la mono­cul­ture de pal­miers à huile en Indo­né­sie, bran­ché sur les vio­la­tions des droits humains, les mas­sacres et les dévas­ta­tions envi­ron­ne­men­tales au Congo, où sont extraits, entre autres choses, le col­tan et le cobalt des télé­phones et des ordi­na­teurs por­tables, bran­ché sur de mul­tiples ravages sociaux et éco­lo­giques à tra­vers le globe, par exemple en Chine et bien­tôt au Groen­land où sont extraites les terres rares néces­saires aux tech­no­lo­gies dites vertes, bran­ché sur d’autres nui­sances sociales et éco­lo­giques au Chi­li d’où pro­vient le lithium des bat­te­ries des appa­reils élec­triques], bran­ché sur le monde par CNN et le satel­lite dans l’espace, bran­ché par la ligne aérienne sur New York ou par la voie fer­rée sur Lyon, sur Concorde ou le TGV, et débran­ché de ses sem­blables ! Cet homme, entou­ré d’objets tech­niques, ne voit la tech­nique que sous sa forme la plus naïve et la moins dan­ge­reuse. Il admire la gran­deur de la taille et de la puis­sance, il ne s’aperçoit pas qu’il devient tota­le­ment dépen­dant. Il ne sait rien de la manière dont sont diri­gés les grands sys­tèmes tech­niques qui se cachent sous la sur­face du réel quo­ti­dien [comme il ne sait rien de leurs impacts sociaux et environnementaux]. »

Afin de plei­ne­ment réa­li­ser l’absurdité de la pré­ten­tion d’autonomie qui va de pair avec la pro­mo­tion des pro­jets comme celui de cette cen­trale solaire à Bar­ret­ta­li, les Corses peuvent s’enquérir de ce qui est arri­vé à d’autres îliens, habi­tants des îles Toke­lau, à l’autre bout du monde, près de la Nou­velle-Zélande, après qu’une cen­trale solaire ait été ins­tal­lée sur leur archi­pel. Leur his­toire est emblé­ma­tique. Elle expose de manière assez sai­sis­sante la manière dont la socié­té indus­trielle capi­ta­liste s’est impo­sée et éten­due sur toute la pla­nète, et les dégâts qu’elle engendre, sociaux et environnementaux.

*

Bien évi­dem­ment, ces sujets sont soi­gneu­se­ment pas­sés sous silence par les gou­ver­ne­ments et les médias de masse, publics (qui appar­tiennent aux­dits gou­ver­ne­ments) ou pri­vés (qui appar­tiennent aux grandes entre­prises dont les patrons sont de mèche avec les­dits gou­ver­ne­ments), qui col­portent à peu près le même dis­cours. S’ils daignent recon­naître, désor­mais, que l’industrie des com­bus­tibles fos­siles pose quelques petits pro­blèmes, ils ne sou­lignent pas le fait que toutes les indus­tries — celles du domaine de l’électroménager (réfri­gé­ra­teurs, fours, etc.), de l’informatique (ordi­na­teurs, tablettes, etc.), de la construc­tion (routes, bâti­ments, etc.), et ain­si de suite — impliquent toutes sortes de dom­mages envi­ron­ne­men­taux. C’est l’ensemble de la socié­té indus­trielle qui détruit la bio­sphère, pas seule­ment l’industrie des com­bus­tibles fos­siles. C’est le prin­cipe même de l’industrialisme qu’il faut remettre en ques­tion. C’est le mode de vie tech­no­lo­gique, indus­trielle, moderne, et le type de régime poli­tique qui le rend pos­sible. C’est le genre de vie qu’il impose aux popu­la­tions du monde entier. Bien enten­du, il serait absurde d’attendre de ceux qui tirent pro­fit de l’état actuel des choses, de ceux qui sont aux com­mandes de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste, qu’ils soient diri­geants d’États ou d’entreprises, qu’ils pro­meuvent une telle remise en ques­tion du sta­tu quo. D’où ces nou­velles indus­tries men­son­gè­re­ment qua­li­fiées de « vertes », « propres » ou « durables ».

D’aucuns affir­me­ront que c’est tou­jours ça. Que les indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite « verte », « renou­ve­lable », cen­trales solaires, parcs éoliens, bar­rages hydro­élec­triques, cen­trales à bio­masse, etc., ne sont peut-être pas réel­le­ment « vertes », mais qu’elles valent tou­jours mieux que les indus­tries des com­bus­tibles fos­siles ou du nucléaire. Absurde. Parce que le déve­lop­pe­ment des indus­tries de pro­duc­tion d’énergie dite « verte » ne sup­plante pas le déve­lop­pe­ment des autres indus­tries de pro­duc­tion d’énergie. Dans le monde entier, on construit des cen­trales à char­bon, des cen­trales au gaz, des cen­trales nucléaires ET des cen­trales solaires, des parcs éoliens, etc. Les pro­duc­tions d’énergie dite « verte » ne font que s’ajouter aux pro­duc­tions des autres éner­gies, dans une dyna­mique de crois­sance de tout. De la pro­duc­tion d’énergie, de la consom­ma­tion, de la popu­la­tion, des extrac­tions minières, de l’urbanisation (dans son rap­port du 26/06/18, l’INSEE constate : « Depuis 2010, la Corse gagne 5 020 loge­ments sup­plé­men­taires par an, soit une aug­men­ta­tion annuelle moyenne de 2,2 %. La région enre­gistre la plus forte crois­sance du parc de loge­ments de France métro­po­li­taine, devant l’Occitanie et les Pays de Loire »), des dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales, des émis­sions de gaz à effet de serre, etc., ad infer­num.

Même si les indus­tries des éner­gies dites « vertes » l’étaient vrai­ment, et même si elles pou­vaient rem­pla­cer inté­gra­le­ment les indus­tries des com­bus­tibles fos­siles et du nucléaire, toutes les indus­tries qui com­posent la socié­té indus­trielle impli­quant des dégra­da­tions du milieu natu­rel, nous serions encore très loin d’avoir réso­lu les pro­blèmes éco­lo­giques aux­quels nous sommes confron­tés. Sans par­ler des pro­blèmes sociaux, politiques.

L’installation de cette cen­trale solaire dans les mon­tagnes du Cap Corse va-t-elle faire dimi­nuer la consom­ma­tion d’énergie de la région ? Non, au contraire. (En 2008, Fré­dé­ric Busin, Direc­teur régio­nal d’EDF-GDF, confiait à Corse-Matin[6] que la consom­ma­tion d’énergie élec­trique corse aug­men­tait de 3 à 4 % par an, une « évo­lu­tion […] très impor­tante », qui « cor­res­pond à trois fois l’é­vo­lu­tion des consom­ma­tions consta­tée sur la même période sur le conti­nent ». Entre 2005 et 2015, la pro­duc­tion élec­trique de la Corse a presque dou­blé.) S’agit-il réel­le­ment d’une éner­gie « verte », « propre » ? Non. Le fonc­tion­ne­ment des appa­reils que cette éner­gie ser­vi­ra à ali­men­ter est-il béné­fique pour l’environnement ? Non. La construc­tion de cette cen­trale per­met-elle d’éviter que d’autres pro­jets liés aux indus­tries des com­bus­tibles fos­siles ne se déve­loppent en Corse ? Non, clai­re­ment pas (il y a un pro­jet de gazo­duc, un pro­jet de cen­trale ther­mique, et d’autres encore). Va-t-elle rap­por­ter de l’argent à la com­mune ? Sans doute. Cet argent vaut-il les des­truc­tions envi­ron­ne­men­tales et les pro­blèmes sociaux que génèrent les dyna­miques dans les­quelles s’inscrit la construc­tion de la cen­trale ? Cer­tai­ne­ment pas. À moins que l’on consi­dère, comme le vou­drait l’idéologie domi­nante, que la thune, l’économie, cette socié­té tou­jours plus tech­no­lo­gi­que­ment per­for­mante, la marche de ce qu’ils osent encore qua­li­fier de Pro­grès alors qu’il ne génère que des regrets, soient plus impor­tantes que le monde.

*

La val­lée de Bar­ret­ta­li, vue mer

Si la val­lée de Bar­ret­ta­li est encore un havre de tran­quilli­té, une oasis de nature, un refuge pour le sau­vage et le féral, les geais et les chênes verts, le bal­bu­zard pêcheur, qui nidi­fie près de la Moglia­rese, et une myriade d’autres espèces, c’est parce qu’elle est encore épar­gnée par le « déve­lop­pe­ment ». Qu’il soit tou­ris­tique, éco­no­mique, immo­bi­lier, ou même « durable », le « déve­lop­pe­ment » — dans sa signi­fi­ca­tion moderne, capi­ta­liste, indus­trielle — est un fléau des­truc­teur des pay­sages natu­rels comme des com­mu­nau­tés humaines. Depuis l’endroit où j’écris ces lignes, j’aperçois la côte sud du Por­tu­gal, et plus pré­ci­sé­ment le « Bar­la­ven­to » (« au vent », en por­tu­gais), la par­tie occi­den­tale de l’Algarve.

En 1963, la poé­tesse por­tu­gaise Sophia de Mel­lo Brey­ner Andre­sen énu­mé­rait fameu­se­ment les périls qui mena­çaient l’Algarve tout juste redé­cou­verte par l’industrie du tourisme :

« L’incompétence, la bêtise, la spé­cu­la­tion fon­cière, les mau­vais archi­tectes, le faux tra­di­tio­na­lisme, la manie du luxe et de l’ostentation, les opé­ra­tions immo­bi­lières ‘de vitrine’ et, sur­tout, le manque d’amour. »

Dans le même texte, elle écrivait :

« Lorsque nous regar­dons autour de nous les vil­lages, les villes et les vil­lages du Por­tu­gal, nous consta­tons que presque tout ce qui a été construit au cours des der­nières décen­nies est laid. Moche et — mal­heur à nous ! — là pour durer. Des tra­vaux publics laids et des tra­vaux pri­vés laids. Les excep­tions à la règle de la lai­deur sont rares, on dit que notre pau­vre­té est à l’o­ri­gine de nos maux. Mais ce qui carac­té­rise une grande par­tie de notre archi­tec­ture de cette époque, c’est le New Yor­kisme. C’est d’au­tant plus triste quand on com­pare le pré­sent au pas­sé : en effet, en regar­dant les vieux manoirs de pierre et de chaux, on constate que notre archi­tec­ture a su créer de la noblesse sans richesse. D’où la pure­té et la digni­té de tant de vieilles mai­sons ; il ne s’a­git plus de copier le pas­sé : l’ar­chi­tec­ture est un art et l’art est créa­tion et non imi­ta­tion. Conti­nuer, ce n’est pas imi­ter et imi­ter, c’est tou­jours offen­ser et tra­hir ce qui est imi­té. Mais il est néces­saire qu’il y ait cette conscience du pas­sé et du pré­sent que nous appe­lons culture. Nous sommes un pays ancien. On nous dit que nous sommes un pays pauvre. La construc­tion de la ville moderne amène avec elle des pro­blèmes dif­fi­ciles à résoudre : pro­blèmes d’es­pace et de circulation. »

Puis, un peu plus loin :

« […] je pense à la terre de l’Al­garve, avec ses plages, ses grottes, ses pro­mon­toires, ses murs blancs, sa lumière très vive. Nous ne devons pas détruire ces choses. L’art est tou­jours l’ex­pres­sion d’une rela­tion entre l’homme et le monde qui l’en­toure. L’ar­chi­tec­ture est pré­ci­sé­ment l’ex­pres­sion d’une rela­tion juste avec le pay­sage et le monde social. En dehors de ces coor­don­nées il n’y a que de la mau­vaise archi­tec­ture. On dit qu’il faut déve­lop­per le tou­risme en Algarve. Pour cela, il fau­dra construire. »

39 ans plus tard, en 2002, son fils, le jour­na­liste Miguel Sou­sa Tavares, com­men­tant ces pro­pos, écri­vait[7] :

« […] on aurait alors eu du mal à ima­gi­ner que la bar­ba­rie et la sau­va­ge­rie pure attein­draient l’ampleur actuelle et celle à venir, quand ce qui reste encore théo­ri­que­ment pro­té­gé – les zones humides de la Ria For­mo­sa et de la Ria de Alvor – sera tout autant dévas­té par le ‘pro­grès’. »

Enfin, en 2015, dans le quo­ti­dien por­tu­gais Pùbli­co, l’artiste Fer­nan­do Sil­va Grade constate à leur suite :

« Des pro­phé­ties qui, non contentes de s’être avé­rées, sont même en deçà de la réa­li­té. La folie des­truc­trice qui depuis qua­rante ans s’est abat­tue sur la région, béton­nant le lit­to­ral, déna­tu­rant les pay­sages du bar­ro­cal [arrière-pays, à la topo­gra­phie de tran­si­tion entre lit­to­ral et mon­tagne] et défi­gu­rant villes, vil­lages et hameaux, s’en prend aujourd’hui au plus incon­ce­vable des anéan­tis­se­ments : celui des plages de la côte déchi­que­tée du Bar­la­ven­to de l’Algarve ! »

Effec­ti­ve­ment, la côte sud du Por­tu­gal, autre­fois un endroit magni­fique (on le conçoit aisé­ment à par­tir du peu qui demeure encore rela­ti­ve­ment pré­ser­vé, mais pour com­bien de temps ?!) est désor­mais — tou­risme, éco­no­mie, bref, déve­lop­pe­ment oblige — une zone hyper­tou­ris­tique comme une autre, avec ses marées inhu­maines de tou­ristes, ses bars, res­tau­rants, hôtels, parcs de rési­dences secon­daires, mai­sons et vil­las que l’on construit tou­jours plus près du lit­to­ral et tou­jours plus den­sé­ment, ses déchets qui par­sèment les abords des routes et même tout le ter­ri­toire, etc.

Le Por­tu­gal est pour­tant régu­liè­re­ment pré­sen­té comme un modèle éco­lo­gique, en rai­son de son déve­lop­pe­ment des indus­tries des éner­gies dites « renou­ve­lables ». La trom­pe­rie est grotesque.

La soi-disant « tran­si­tion éco­lo­gique », par­fois sim­ple­ment réduite à une « tran­si­tion éner­gé­tique », cor­res­pond plus pro­saï­que­ment, en réa­li­té, à la construc­tion de nou­velles infra­struc­tures indus­trielles, et s’inscrit dans la dyna­mique plus vaste du « déve­lop­pe­ment » de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste. « Déve­lop­pe­ment » qui ne laisse dans son sillage que des pay­sages rava­gés et des popu­la­tions humaines alié­nées dans une course absurde et délé­tère, asser­vies à un sys­tème éco­no­mique mortifère.

*

À quoi res­sem­ble­raient de véri­tables dyna­miques d’autonomie et de res­pect du monde natu­rel ? Au déve­lop­pe­ment d’une auto­no­mie ali­men­taire, de formes d’agriculture et/ou d’élevage res­pec­tueuses des milieux natu­rels et des êtres vivants, au niveau com­mu­nal, local. Au réap­pren­tis­sage de métiers, d’artisanats, eux aus­si res­pec­tueux des milieux natu­rels, eux aus­si basés sur des res­sources locales et renou­ve­lables. À un aban­don pro­gres­sif du mode de vie indus­triel, capi­ta­liste, basé sur le sala­riat, la consom­ma­tion de pro­duits tous plus pol­luants les uns que les autres et issus des quatre coins du globe, au pro­fit de modes de vie locaux, com­mu­naux, plus démo­cra­tiques, car l’autonomie doit aus­si être poli­tique. Or, quand on a la chance de faire par­tie d’une petite com­mune, d’un petit vil­lage, beau­coup d’expériences peuvent être faites en ce sens. Il ne tient qu’aux habi­tants, au lieu de pro­mou­voir la défi­gu­ra­tion du pay­sage, du ter­ri­toire, au pro­fit de l’industrialisme, de la socié­té de consom­ma­tion, du capi­ta­lisme, de faire des choix allant dans le sens d’une véri­table auto­no­mie, d’une véri­table éman­ci­pa­tion poli­tique, d’un véri­table res­pect de l’environnement.

Mais qu’ils ne s’y trompent pas, et qu’ils ne se mentent pas. Faire le choix d’approuver la construc­tion d’une cen­trale solaire, ce n’est pas choi­sir de faire au mieux pour les géné­ra­tions futures ou pour la pla­nète. C’est sim­ple­ment ava­li­ser la per­pé­tua­tion de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste. La pire chose qui soit pour les géné­ra­tions futures et la planète.

Nico­las Casaux


  1. Voir aus­si : https://ecoinfo.cnrs.fr/le-silicium/
  2. Voir aus­si : https://www.partage-le.com/2016/11/le-cobalt-le-congo-les-couts-socio-ecologiques-de-la-high-tech-par-le-washington-post/
  3. Voir : https://www.partage-le.com/2014/12/francis-dupuis-deri-lanarchie-dans-la-philosophie-politique-2007/. Pour aller plus loin sur le sujet, vous pou­vez lire son livre Démo­cra­tie, his­toire poli­tique d’un mot aux États-Unis et en France
  4. Dans cette inter­view : https://www.partage-le.com/2015/03/les-illusions-vertes-ou-lart-de-se-poser-les-mauvaises-questions/
  5. https://www.partage-le.com/2018/11/la-decroissance-doit-etre-une-lutte-revolutionnaire-un-entretien-avec-max-wilbert/
  6. https://www.corsematin.com/article/corse/la-consommation-electrique-de-lile-a-double-en-quinze-ans
  7. https://www.courrierinternational.com/article/portugal-sauvons-les-plages-de-lalgarve-de-leur-destruction-programmee

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
2 comments
  1. Mer­ci pour cet article qui décrit en détails la réa­li­té et les impacts tous azi­muts de notre mode de vie. C’est quand même ultra-dépri­mant de voir que nous ne sommes pas très nom­breux à en être conscients. On s’en tient sou­vent au « CO2 » direct et tout le reste, on s’en fout.

    Extrait : « Or, quand on a la chance de faire par­tie d’une petite com­mune, d’un petit vil­lage, beau­coup d’expériences peuvent être faites en ce sens (…) de faire des choix allant dans le sens d’une véri­table auto­no­mie, d’une véri­table éman­ci­pa­tion poli­tique, d’un véri­table res­pect de l’environnement ». Tout à fait d’ac­cord avec toi. Mais mal­heu­reu­se­ment, l’ex­pé­rience que je connais n’est pas très radi­cale (mal­gré les dis­cours). Le côté démo­cra­tique est essen­tiel­le­ment de façade, sur­tout quand il s’a­git de céder à une nou­velle antenne relais. Même « de gauche et éco­lo », la ten­ta­tion du « pro­grès » est trop forte et les voix dis­si­dentes n’ont pas leur place. Quant aux habi­tants, tous mieux les uns que les autres, ils cèdent un a un au mirage du « vélo à assis­tance élec­trique » car quand même « ya des bosses par­tout » (un article sur le VAE bientôt?)…
    Tristesse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Il y a trop d’éléphants ! (par Armand Farrachi)

Ce massacre d’une ampleur inégalée depuis 65 millions d’années révèle de façon on ne peut plus criante la façon dont l’agression contre la vie s’accomplît sous des prétextes politiques, économiques ou culturels, et l’animal, représentant le plus légitime de la vie naturelle, ne serait-ce que par son besoin vital d’un monde grand, divers et vrai, nous montre, encore une fois, la voie sans issue où nous pousse la formidable avancée du saccage technologique. La disparition des espèces vivantes, engagée voilà cent cinquante ans, est en passe de s’achever, et la première moitié du XXIe siècle restera probablement dans l’Histoire, si tant est que cette Histoire se poursuive, comme l’époque de la désanimalisation du monde, en tous points comparable à la dératisation des égouts, mais à grande échelle. Car sur l’arche de Noé des temps industriels, la consigne, on l’a compris, est de passer par-dessus bord les rescapés du désastre.
Lire

Catastrophe — Endgame Vol. 1 : Le problème de la civilisation (par Derrick Jensen)

Le texte qui suit est une traduction du chapitre intitulé « Catastrophe » du livre « Endgame volume 1 » écrit par Derrick Jensen, et publié en 2006. Extrait : « [...] Les villes, éléments caractéristiques de la civilisation, ont toujours été dépendantes du prélèvement des ressources des campagnes environnantes, ce qui signifie, d'une part, qu'aucune ville n'a jamais été ou ne sera jamais soutenable en elle-même, et que d'autre part, dans le but de continuer leur expansion perpétuelle, les villes devront continuellement étendre le territoire dont elles nécessitent l'incessante surexploitation. [...] »
Lire

Convergence des luttes : Frapper où ça fait mal (par Theodore Kaczynski)

Il est généralement admis que la variable fondamentale qui détermine le processus historique contemporain repose sur le développement technologique (Celso Furtado). Plus que tout, c’est la technologie qui est responsable de l’état actuel du monde et qui contrôlera son développement ultérieur. De sorte que le bulldozer qu’il nous faut détruire est la technologie moderne elle-même. [...]