C’est le 1er mai : vive la journée contre le travail et contre le capitalisme, et vive l’anarchie (par Nicolas Casaux)

C’EST LE 1ER MAI : VIVE LA JOURNÉE CONTRE LE TRAVAIL ET CONTRE LE CAPITALISME, ET VIVE L’ANARCHIE

Désor­mais imman­qua­ble­ment pré­sen­tée par nos diri­geants — au tra­vers d’une de ces splen­dides inver­sions des réa­li­tés dont ils ont le secret — comme une célé­bra­tion du tra­vail, de la ser­vi­tude moderne qu’ils imposent, cette jour­née, dont les ori­gines sont ouvrières et anar­chistes, ins­tau­rée en mémoire du mas­sacre de Hay­mar­ket Square du 4 mai 1886, découle his­to­ri­que­ment d’une oppo­si­tion au tra­vail tel qu’il est défi­ni et impo­sé par le capi­ta­lisme et l’État. Ce 4 mai 1886, un ras­sem­ble­ment et une marche sont orga­ni­sés à Chi­ca­go, en pro­tes­ta­tion contre la vio­lente (meur­trière) répres­sion poli­cière que subissent les ouvriers. Plu­sieurs anar­chistes prennent la parole, dont Albert Richard Par­sons. En fin de jour­née, les poli­ciers chargent, ten­tant de dis­per­ser le ras­sem­ble­ment. Une bombe est lan­cée au milieu des agents, qui se mettent à ouvrir le feu sur la foule. Plu­sieurs civils et poli­ciers sont tués.

Après cette échauf­fou­rée, en guise de ven­geance, sept hommes sont arrê­tés, accu­sés des meurtres (de poli­ciers) de Hay­mar­ket. August Spies, George Engel, Adolph Fischer, Louis Lingg, Michael Schwab, Oscar Neebe et Samuel Fiel­den. Un hui­tième nom s’a­joute à la liste quand Albert Par­sons se livre à la police. Le 19 août, au terme d’un pro­cès par­ti­cu­liè­re­ment inique, tous sont condam­nés à mort, à l’ex­cep­tion d’Os­car Neebe qui écope de 15 ans de pri­son. Un vaste mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion inter­na­tio­nal se déclenche — on appren­dra, ulté­rieu­re­ment, que tous les accu­sés étaient inno­cents. Les peines de mort de Michael Schwab, Oscar Neebe et Samuel Fiel­den sont com­muées en pri­son à per­pé­tui­té (ils seront tous les trois gra­ciés le 26 juin 1893). Louis Lingg se sui­cide en pri­son. Quant à August Spies, George Engel, Adolph Fischer et Albert R. Par­sons, ils sont pen­dus le 11 novembre 1887. Les capi­taines d’in­dus­trie furent invi­tés à assis­ter à la pendaison.

Au cours du pro­cès, Albert Richard Par­sons pro­nonce un dis­cours inti­tu­lé « Nous vou­lons la liber­té pour l’esclave » (We Seek Liber­ty for the Slave), qui pour­rait bien avoir été écrit hier soir, et dont voi­ci quelques extraits (tra­duits par mes soins, à par­tir du dis­cours ori­gi­nal, en anglais, que vous pou­vez lire ici) :

« Je sais ce que la vie réserve aux masses. J’étais des leurs. Je dor­mais dans leurs man­sardes, et vivais dans leurs cla­piers. Je les ai vus tra­vailler et mou­rir. Je tra­vaillais avec des filles en usine — qui se pros­ti­tuaient, parce qu’elles ne pou­vaient pas gagner assez pour vivre. Je voyais des femmes malades à cause du sur­me­nage, bri­sées dans leur corps et dans leur esprit à cause de la vie qu’elles étaient obli­gées de mener. J’ai vu des filles de dix à qua­torze ans tra­vailler pour une somme déri­soire. J’ai vu com­ment leur moral était détruit par le lan­gage gros­sier et vil et le mau­vais exemple de leurs igno­rants col­lègues de tra­vail, qui les condui­saient elles-aus­si sur ce même che­min de la misère, et en tant qu’in­di­vi­du je ne pou­vais rien faire. J’ai vu des familles affa­mées et des hommes valides tra­vailler jus­qu’à la mort.

[…] Avant tout, notre pers­pec­tive, celle des anar­chistes, consi­dère que tout gou­ver­ne­ment est des­po­tisme ; que le gou­ver­ne­ment est une orga­ni­sa­tion d’op­pres­sion, et que la loi, le droit, est son agent. L’a­nar­chie est anti-gou­ver­ne­ments, anti-dic­ta­teurs, anti-patrons et anti-diri­geants. L’a­nar­chie est la néga­tion de la force ; l’é­li­mi­na­tion de toute auto­ri­té dans les affaires sociales ; la néga­tion de la domi­na­tion d’un homme sur un autre. C’est le par­tage des droits, du pou­voir, des devoirs, éga­le­ment et libre­ment entre tous les individus.

[…] Le tra­vailleur dis­pose d’un droit natu­rel à la vie, et comme la vie est impos­sible sans moyens de pro­duc­tion, le droit à la vie implique un droit égal à des moyens de pro­duc­tion. Le droit légal du capi­ta­liste est pra­ti­que­ment l’af­fir­ma­tion selon laquelle un homme dis­pose d’un plus grand droit à la vie qu’un autre homme, puis­qu’il nie l’é­ga­li­té des condi­tions natu­relles. Notre sys­tème social actuel est donc basé sur la léga­li­sa­tion du vol, de l’es­cla­vage et du meurtre. L’ou­vrier qui ne reçoit qu’une simple pitance comme fruit de son labeur est volé. L’ou­vrier for­cé de men­dier du tra­vail et de l’ac­cep­ter à n’im­porte quelles condi­tions sous peine de mou­rir de de faim est un esclave. L’ou­vrier inca­pable de trou­ver de tra­vail mais trop fier pour men­dier, voler ou deve­nir pauvre, est assas­si­né au tra­vers d’une lente privation.

[…] Dire à l’es­clave : “tu es libre de pen­ser que tu devrais être libre, mais tu n’as pas le droit d’être libre”, quelle farce ! Me for­cer à tra­vailler et à souf­frir pour votre bien, puis me conso­ler en me disant que je suis libre de pen­ser ce que je veux, c’est une insulte à la liber­té. C’est le fruit de l’au­to­ri­té, de la force, du gouvernement.

[…] L’é­tat pré­sent de la socié­té se fonde sur — et est garan­ti et per­pé­tué — par l’u­sage de la force. Le sys­tème capi­ta­liste d’au­jourd’­hui ne tien­drait pas vingt-quatre heures sans les baïon­nettes et les matraques de sa milice et de sa police.

[…] Les tra­vailleurs sont sans pays. Par­tout, ils sont dépos­sé­dés, et l’A­mé­rique ne fait pas excep­tion. Les esclaves sala­riés sont les lar­bins des riches dans tous les pays. […] À l’a­ve­nir, les tra­vailleurs ne com­bat­tront que pour leur propre défense, et ne tra­vaille­ront que pour eux-mêmes et non pour un autre. Tous les gou­ver­ne­ments sont des conspi­ra­tions visant à asser­vir les travailleurs.

Exa­mi­nez donc la mora­li­té du sys­tème capi­ta­liste. Dans le sys­tème capi­ta­liste, tout est à vendre. L’a­mour, l’hon­neur, la liber­té, tout est à vendre ; tout a son prix, dans ce sys­tème mar­chand moderne ; le pro­fit et la perte ; […] et cela incite chaque homme à être un men­teur et un hypo­crite. On apprend aux hommes à être hypo­crites, à por­ter un masque, à men­tir, à tout défor­mer. Aucun homme ne peut être hon­nête et réus­sir dans les affaires ou gagner de l’argent. C’est impos­sible. L’hon­nê­te­té est punie par la pau­vre­té, tan­dis que la mal­hon­nê­te­té se délecte dans tous les luxes. »

Non, rien, vrai­ment, rien n’a chan­gé, n’est-ce pas ?

Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
256
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Extinction de l’espèce humaine — le suicide de la civilisation industrielle (par Guy McPherson)

Comme souligné par l'étude de Tim Garrett publiée il y a quelques années, seul l'effondrement de la civilisation pourrait éviter un emballement du changement climatique. La civilisation est un moteur thermique, qui requiert des débits massifs de ressources et d'énergies afin de maintenir la croissance de notre économie mondialisée et la complexité que nous prenons pour un acquis. La seule façon d'arrêter ce réchauffement c'est de couper le moteur. [...]
Lire

Qu’est-ce que l’anti-industrialisme et que veut-il ? (par Miguel Amorós)

De fait, la critique du développement est la critique sociale telle qu’elle existe maintenant, aucune autre n’est véritablement anticapitaliste car aucune ne met en cause la croissance ou le progrès, les vieux dogmes que la bourgeoisie a transmis au prolétariat. D’un autre côté, les luttes de défense pour la préservation du territoire, en sabotant le développement, font que l’ordre de la classe dominante chancelle : dans la mesure où ses luttes réussiront à reformer un sujet collectif anticapitaliste, ces luttes deviendront la lutte de classes moderne.