Coronavirus : La distanciation sociale, une blague cruelle pour les habitants des bidonvilles himalayens (par Joydeep Gupta)

Le texte sui­vant est une tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment publié, en anglais, le 25 mars 2020, sur le site thethirdpole.net Cet humble témoi­gnage per­met de sou­li­gner l’é­ten­due du crime dont les riches et les puis­sants, les tenan­ciers de la socié­té indus­trielle, de la socié­té de masse, sont cou­pables. Non contents d’ex­ploi­ter et d’en­tas­ser la misère humaine dans des (bidon)villes insa­lubres sur la pla­nète entière, de rava­ger les milieux natu­rels et d’or­ga­ni­ser la concen­tra­tion éga­le­ment mas­sive d’a­ni­maux pareille­ment misé­rables (domes­tiques ou non, d’é­le­vages et autres), pré­ci­pi­tant l’é­mer­gence et la dif­fu­sion de patho­gènes comme le covid-19, plou­to­crates et tech­no­crates, bien à l’a­bri dans leurs luxueuses demeures, laissent alors la plèbe (« ceux qui ne sont rien ») souf­frir les consé­quences de leurs ignobles et irres­pon­sables ordonnances.


Coronavirus : La distanciation sociale, une blague cruelle pour les habitants des bidonvilles himalayens

Entas­sés dans de minus­cules mai­sons sur des bandes de quelques mètres de large, les habi­tants des bidon­villes confron­tés à la pan­dé­mie de Covid-19 se demandent com­ment ils peuvent se tenir à dis­tance les uns des autres.

« À com­bien s’élève cette dis­tan­cia­tion sociale dont le Pre­mier ministre ne cesse de par­ler ? » demande Sumi­ta Singh. « Il veut que nous gar­dions une dis­tance mini­male d’un mètre. Regar­dez notre mai­son. Six per­sonnes vivent dans une mai­son de cinq mètres de large et trois mètres de pro­fon­deur. Pou­vons-nous pra­ti­quer cette dis­tan­cia­tion sociale ? » L’Or­ga­ni­sa­tion mon­diale de la san­té met désor­mais l’ac­cent sur la « dis­tan­cia­tion phy­sique » plu­tôt que sur la « dis­tan­cia­tion sociale », mais pour Singh, les deux sont tout aus­si impossibles.

Singh prend en pho­to, avec son télé­phone, sa mai­son exi­guë, puis sort de chez lui, mon­trant une allée non pavée d’à peine un mètre de large, bor­dée de mai­sons simi­laires, où se tient une file de femmes.

En arrière-plan, une col­line boi­sée où ces habi­tants d’un bidon­ville de Shim­la s’ap­pro­vi­sionnent en eau, 30 minutes par jour. « Heu­reu­se­ment, il a plu », explique Singh, « et la file d’at­tente pour l’eau, que vous voyez, est plus petite que d’ha­bi­tude. Vous pou­vez consta­ter que la plu­part des gens portent des masques. Nous savons pour le Coro­na­vi­rus. Nous savons à quel point cette mala­die est dan­ge­reuse. Nous savons que nous devons nous tenir éloi­gnés les uns des autres. Mais com­ment faire ? Nous avons une seule toi­lette com­mune pour toute la file, donc tout le monde doit y aller de toute façon. »

En Asie du Sud, la crainte de la pan­dé­mie de Covid-19 se pro­page des grandes villes aux plus petites, puis aux com­munes et aux vil­lages, car des mil­liers et des mil­liers de tra­vailleurs migrants ont dû ren­trer chez eux. Le mari de Singh était ven­deur dans un maga­sin de chaus­sures de New Del­hi qui est main­te­nant fer­mé. Elle explique qu’ils ont de la chance parce que le pro­prié­taire du maga­sin a pro­mis de conti­nuer à lui ver­ser son salaire, et qu’il a réus­si à ren­trer à Shim­la avant que toute l’Inde ait été pla­cée en qua­ran­taine, à minuit le 24 mars.

Les habi­tants des bidon­villes de Shim­la — la capi­tale de l’Hi­ma­chal Pra­desh — et d’autres villes de l’Hi­ma­laya tra­versent une période par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile. La topo­gra­phie pen­tue fait que les bidon­villes sont ici encore plus entas­sés que dans les plaines, de nom­breuses bâtisses se déployant à flanc de montagne.

Des mai­sons à flanc de col­line à Shim­la, dans l’Hi­ma­chal Pradesh

Le retour des locaux

Sona­li Tha­pa a étu­dié très dur pour sor­tir d’un tel bidon­ville, à Dar­jee­ling. Elle a étu­dié dans une école locale diri­gée par des mis­sion­naires chré­tiens et s’est concen­trée sur son anglais. Après avoir ter­mi­né ses études, elle a obte­nu un emploi d’hô­tesse dans un res­tau­rant à la mode de la rue Park Street de Kolkata […].

Au cours des dix der­nières années, elle a réus­si à deve­nir membre de l’é­quipe de direc­tion du res­tau­rant. Elle avait pré­vu de faire venir ses parents, ses grands-parents et son jeune frère dans une meilleure mai­son d’une meilleure par­tie de Dar­jee­ling lorsque la pan­dé­mie de Covid-19 a entraî­né la fer­me­ture du res­tau­rant. Elle a alors pris le pre­mier moyen de trans­port dis­po­nible pour retour­ner chez elle.

 « J’ai lu que ce virus se pro­pa­geait par le biais des sur­faces conta­mi­nées encore plus que par l’air », explique Tha­pa. « Donc, avant de quit­ter Cal­cut­ta, j’ai ache­té des gants ain­si que des masques pour tout le monde à la mai­son. Vous savez que dans un res­tau­rant, nous rece­vons des four­ni­tures de par­tout, nous avons des clients qui viennent de par­tout. Il n’y avait donc aucun moyen de savoir si j’é­tais infec­té. Et si je devais por­ter le virus Covid chez nous, je ne vou­lais abso­lu­ment pas que quel­qu’un d’autre soit infec­té. Je sais à quel point notre mai­son est petite, tout le monde est entas­sé dans deux petites pièces. La seule chose sûre à faire est de por­ter des gants et des masques en permanence. »

Désor­mais, elle a deux pro­blèmes. D’a­bord, les gants et les masques qu’elle a récu­pé­rés à la phar­ma­cie sont cen­sés être jetables, mais elle ne par­vient pas à en trou­ver d’autres. D’où son second pro­blème, à savoir que son père veut sor­tir tout le temps pour par­cou­rir la ville à la recherche de gants et de masques. « Je n’ar­rête pas de lui dire que tout va bien, nous lavons les masques et les gants dans de l’eau bouillante tous les jours. Mais c’est très dif­fi­cile de le gar­der à la mai­son, il n’a pas l’ha­bi­tude. Cer­tains de mes amis ont aus­si les mêmes pro­blèmes avec des parents baby­boo­mer », explique-t-elle en riant.

Comment vais-je être payé ?

Dans un bidon­ville proche de Dee­por Beel à Guwa­ha­ti, Shi­pra Das n’a pas le même pro­blème avec ses parents — ils sont trop infirmes pour se dépla­cer beau­coup. Dans sa baraque au toit de briques et de tôle non cimen­té, la prin­ci­pale pré­oc­cu­pa­tion de cette employée de mai­son à temps par­tiel dans quatre foyers de Guwa­ha­ti est l’argent. « J’ai tra­vaillé aus­si long­temps que je le pou­vais. Mais dans une mai­son, puis dans une autre, on m’a dit de ne pas venir. Et main­te­nant, je ne peux aller dans aucune des mai­sons où je tra­vaillais — la police ne nous laisse pas y aller. Dans tous les foyers, on m’a dit que je serai tout de même payée. Mais comment ? »

Pen­dant ce temps, les réserves de nour­ri­ture s’amenuisent, comme d’ha­bi­tude. Les petites épi­ce­ries qui appro­vi­sionnent le bidon­ville sont ouvertes, mais les prix ont aug­men­té. Das com­men­çait à me par­ler de son inquié­tude vis-à-vis du fait que la police force les maga­sins à res­ter fer­més depuis l’an­nonce de la mise en qua­ran­taine de l’en­semble de l’Inde par le Pre­mier ministre Naren­dra Modi, puis a sou­dai­ne­ment mis l’ap­pel en attente. À son retour, elle m’a dit qu’elle venait de gron­der son fils ado­les­cent qui vou­lait aller jouer au cri­cket dans l’allée.

« J’ai enten­du par­ler du dan­ger que repré­sente cette nou­velle mala­die. Mais à part sor­tir le moins pos­sible, que pou­vons-nous faire, nous les pauvres ? Il est très dif­fi­cile de res­ter enfer­mé dans une si petite pièce avec cinq autres per­sonnes, sur­tout pour les jeunes. En plus, si nous nous trans­met­tons cette mala­die les uns aux autres, entas­sés que nous sommes, nous ne pour­rons rien faire d’autre que mourir. »

Pas juste un problème indien

Muham­mad Naeem, 55 ans, est le chef d’une famille éten­due dans la région de Malik Pura de la ville d’Ab­bot­ta­bad au Pakis­tan. Il vit dans une mai­son de quatre pièces, qu’il par­tage avec la famille de son jeune frère, mari et femme, et trois enfants. Naeem lui-même a quatre enfants, donc 11 per­sonnes vivent dans ce petit espace.

Naeem gagne sa vie en tant que ven­deur de fruits et légumes, tan­dis que son frère tra­vaille dans le bâti­ment, comme ouvrier jour­na­lier. Bien qu’il connaisse les conseils de pro­tec­tion, il a du mal à com­prendre com­ment les appli­quer. Les dés­in­fec­tants sont trop chers, tout comme les masques. Il essaie d’u­ti­li­ser de l’eau et du savon, mais, ne dis­po­sant pas de l’eau cou­rante chez lui, doit mar­cher dix minutes pour trou­ver une source.

Compte tenu de l’es­pace res­treint dans lequel ils vivent et de la nature de leur tra­vail, la dis­tan­cia­tion phy­sique est incroya­ble­ment dif­fi­cile à gérer. Naeem et son frère passent la plu­part de leur temps à tra­vailler à l’ex­té­rieur, alors que l’es­pace de leur mai­son est bien trop exi­gu pour qu’ils puissent gérer sept enfants, ce qui incombe à leurs femmes pen­dant qu’ils tra­vaillent. Les enfants n’ont pas de place pour jouer à l’in­té­rieur. Leur ter­rain de jeu, c’est la rue.

Joy­deep Gupta


Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Total
155
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles connexes
Lire

Cadences infernales, castration, claustration : L’enfer productiviste des cochons (par Isabelle Saporta)

L’ennui est l’un des fléaux majeurs de l’élevage industriel. Et, pas de bol pour lui, de l’avis même de la directrice de la brigade vétérinaire et phytosanitaire, « le cochon est un animal hyper-sensible psychologiquement ». À quoi reconnaît-on un porc qui déprime ? À sa propension à vouloir bouffer ses congénères ! « Lorsque les bêtes dépriment, le cannibalisme s’installe », résume, un rien narquois, ce vieux paysan breton qui, à bout de forces, a décidé de lâcher l’élevage porcin il y a quelques années. [...]
Lire

Contre le TGV et son monde (par l’Encyclopédie des Nuisances)

Toute la propagande en faveur du TGV -[ou de n'importe quelle innovation technologique en voie de généralisation, NdlR]- peut ainsi être ramenée à deux sophismes, ou plutôt à un seul, opportunément réversible : ce qui nuit à tous profite néanmoins à chacun personnellement, du mal général sort le bien particulier — des paysages sont saccagés, des villages et des bourgs deviennent invivables ou disparaissent, des biens qui n'étaient à personne, comme le silence ou la beauté, nous sont ôtés, et nous découvrons alors combien ils étaient communs.
Lire

Derrière les idées reçues : à propos de la centrale solaire prévue à Barrettali, dans le Cap Corse (par Nicolas Casaux)

Sur le territoire de la petite commune de Barrettali, dans le Cap Corse, la société Corsica Verde s’apprête, en coopération avec la mairie, à installer une centrale solaire au sol, « sur le flanc Sud d’un vallon actuellement occupé par du maquis ». Le projet occupera une superficie totale de 119 040 m² (11,9 ha), dont environ 6,5 ha pour les 17 232 panneaux photovoltaïques (modules polycristallins) qui seront posés. D’après ses promoteurs, la réalisation de cette centrale est tout à fait positive pour les raisons habituelles, celles que donnent tous les promoteurs de ce genre de projet. Produire de l’énergie « verte » est une bonne chose, cela s’inscrit dans une dynamique qui rend plus « verte », plus « durable » notre société. Cela participe au développement économique de la commune et de la région, à l’augmentation de leur « autonomie énergétique », etc. Qu’en est-il en réalité ?