Le temps et la machine (par Aldous Huxley)

Le texte qui suit est une tra­duc­tion d’un essai ini­tia­le­ment publié, en anglais, par Aldous Hux­ley, en 1936, et inti­tu­lé Time and The Machine. Cet essai a déjà été tra­duit et publié en fran­çais, dans une tra­duc­tion de la col­lec­tion d’es­sais d’Hux­ley inti­tu­lée The Oli­ver and Other Essays (ver­sion fran­çaise : L’O­li­vier et autres essais), mais qui n’est plus édi­tée depuis un cer­tain temps. Pour le lire en ver­sion ori­gi­nale (anglais, donc), c’est par ici : http://thispublicaddress.com/tPA5/archives/2010/11/time-and-the-machine.html


Le temps et la machine

Le TEMPS, tel que nous le per­ce­vons, est une inven­tion très récente. La per­cep­tion moderne du temps n’est guère plus ancienne que les États-Unis. Il s’a­git d’un sous-pro­duit de l’in­dus­tria­lisme — une sorte d’équivalent psy­cho­lo­gique des par­fums syn­thé­tiques et des colo­rants à l’aniline.

Ce temps est notre tyran. Nous sommes ins­tam­ment conscients du mou­ve­ment de l’ai­guille des minutes, et même de celle des secondes. Nous devons l’être. Il y a des trains à prendre, des machines à poin­ter, des tâches à accom­plir dans des délais pré­cis, des records à battre de quelques frac­tions de seconde, des appa­reils qui déter­minent la cadence à res­pec­ter. Notre conscience des plus petites uni­tés de temps est désor­mais aiguë. Pour nous, par exemple, le moment 8h17 signi­fie quelque chose — quelque chose de très impor­tant, s’il se trouve être l’heure de départ de notre train quo­ti­dien. Pour nos ancêtres, un moment aus­si étrange était incon­ce­vable — il n’exis­tait même pas. En inven­tant la loco­mo­tive, Watt et Ste­ven­son étaient en par­tie des inven­teurs du temps.

L’u­sine et son corol­laire, le bureau, consti­tuent une autre enti­té repo­sant sur le temps. Les usines existent dans le but d’ob­te­nir cer­taines quan­ti­tés de mar­chan­dises en un temps déter­mi­né. L’artisan d’autrefois tra­vaillait comme bon lui sem­blait, de sorte que les consom­ma­teurs devaient géné­ra­le­ment attendre les mar­chan­dises qu’ils lui avaient com­man­dées. L’u­sine est un dis­po­si­tif per­met­tant de pres­ser les ouvriers. La machine tourne tant de fois à la minute ; tant de mou­ve­ments doivent être effec­tués, tant de pièces pro­duites à l’heure. Résul­tat : l’ou­vrier d’u­sine (et il en va de même, muta­tis mutan­dis, de l’employé de bureau) est obli­gé d’être conscient du temps dans ses moindres frac­tions. À l’é­poque du tra­vail manuel, il n’y avait pas cette obli­ga­tion de connaître les minutes et les secondes.

Notre conscience du temps a atteint une telle inten­si­té que nous souf­frons beau­coup lorsque nos voyages nous emmènent dans un coin du monde où les gens ne s’in­té­ressent pas aux minutes et aux secondes. L’im­pu­ni­té de l’O­rient, par exemple, est épou­van­table pour ceux qui arrivent fraî­che­ment d’un pays où les heures de repas sont fixes et les trains régu­liers. Pour un Amé­ri­cain ou un Anglais moderne, l’at­tente est une tor­ture psy­cho­lo­gique. Un Indien accepte les heures blanches avec rési­gna­tion, voire avec satis­fac­tion. Il n’a pas per­du l’art de ne rien faire. Notre concep­tion du temps comme une col­lec­tion de minutes, dont cha­cune doit être inves­tie d’af­faires ou de diver­tis­se­ments, est tota­le­ment étran­gère à l’O­rient, tout comme elle était tota­le­ment étran­gère au Grec. Pour l’homme du monde pré­in­dus­triel, le temps s’écoulait à un rythme lent et facile ; il ne se sou­ciait pas de chaque minute, pour la bonne rai­son qu’il igno­rait le concept de la minute.

Para­doxe ? Conscient des plus petites par­ti­cules consti­tu­tives du temps — du temps, tel que mesu­ré par les hor­loges, les arri­vées des trains et les révo­lu­tions des machines — l’homme indus­tria­li­sé a, dans une large mesure, été dépos­sé­dée de la per­cep­tion ances­trale du temps. Le temps dont nous avons connais­sance est un temps arti­fi­ciel, fabri­qué par les machines. Le temps natu­rel et cos­mique, tel qu’il est mesu­ré par le soleil et la lune, lui est le plus sou­vent étran­ger. Les peuples pré­in­dus­triels connais­saient le temps dans ses rythmes quo­ti­diens, men­suels et sai­son­niers. Ils étaient conscients du lever, du zénith et du cou­cher du soleil, de la pleine lune et de la nou­velle, de l’é­qui­noxe et du sol­stice, du prin­temps et de l’é­té, de l’au­tomne et de l’hi­ver. Toutes les anciennes reli­gions, y com­pris le chris­tia­nisme catho­lique, met­taient en lumière ce rythme quo­ti­dien et sai­son­nier. L’homme pré­in­dus­triel n’a jamais pu oublier le majes­tueux mou­ve­ment du temps cosmique.

L’in­dus­tria­lisme et l’ur­ba­nisme ont chan­gé tout cela. On peut vivre et tra­vailler dans une ville sans être conscient de la course jour­na­lière du soleil dans le ciel, sans jamais voir la lune et les étoiles. Broad­way et Pic­ca­dilly sont notre Voie lac­tée ; nos constel­la­tions sont ins­crites dans des tubes de néon. Même les chan­ge­ments de sai­son n’af­fectent que très peu le cita­din. Il habite un uni­vers arti­fi­ciel qui, dans une large mesure, est cou­pé du monde de la nature. Hors les murs, le temps cos­mique se meut selon la pro­gres­sion du soleil et des étoiles. À l’in­té­rieur, il est affaire d’engrenages et se mesure en secondes et minutes — au plus long, en jour­nées de huit heures et en semaines de six jours. Nous avons une nou­velle conscience, mais elle a été ache­tée au détri­ment de l’ancienne.

Aldous Hux­ley

Tra­duc­tion : Nico­las Casaux

Print Friendly, PDF & Email
Contri­bu­tor
Total
147
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Imagine (par Derrick Jensen)

Le manque d’imagination est une des (nombreuses) manières, pour cette culture, de détruire la planète. J’ai beaucoup pensé à cela après la catastrophe nucléaire de Fukushima, et après avoir lu trois réactions typiques, dont chacune faisait montre de moins d’imagination que la précédente. [...]
Lire

Contre le TGV et son monde (par l’Encyclopédie des Nuisances)

Toute la propagande en faveur du TGV -[ou de n'importe quelle innovation technologique en voie de généralisation, NdlR]- peut ainsi être ramenée à deux sophismes, ou plutôt à un seul, opportunément réversible : ce qui nuit à tous profite néanmoins à chacun personnellement, du mal général sort le bien particulier — des paysages sont saccagés, des villages et des bourgs deviennent invivables ou disparaissent, des biens qui n'étaient à personne, comme le silence ou la beauté, nous sont ôtés, et nous découvrons alors combien ils étaient communs.
Lire

Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable (par René Riesel et Jaime Semprun)

L’extinction finale vers laquelle nous entraîne la perpétuation de la société industrielle est devenue en très peu d’années notre avenir officiel. Qu’elle soit considérée sous l’angle de la pénurie énergétique, du dérèglement climatique, de la démographie, des mouvements de populations, de l’empoisonnement ou de la stérilisation du milieu, de l’artificialisation des êtres vivants, sous tous ceux-là à la fois ou sous d’autres encore, car les rubriques du catastrophisme ne manquent pas, la réalité du désastre en cours, ou du moins des risques et des dangers que comporte le cours des choses, n’est plus seulement admise du bout des lèvres, elle est désormais détaillée en permanence par les propagandes étatiques et médiatiques. […]