Covid19, stratégie du choc et accélération de la mutation du système technocapitaliste (par Pièces et main d’oeuvre)

Mutation

(ce que signifie accélérer)

Texte repro­duit depuis sa publi­ca­tion sur le site de PMO (Pièces et main d’oeuvre), à l’a­dresse suivante

Sans conteste, l’accélération est le maître mot de l’année qui vient de s’écouler. On en trou­ve­ra ici nombre d’occurrences, les plus variées qui soient, que nous avons rele­vées dans les domaines éco­no­mique, tech­no­lo­gique et scien­ti­fique, employées en sub­sti­tut ou en ren­fort à celui d’inno­va­tion. Par exemple, l’accélération de l’innovation. On recon­naît là des mots de la crise à laquelle il faut s’adapter d’urgence – d’où l’accélération – ou périr.

Assu­ré­ment aucun État n’a pla­ni­fié l’épidémie, sous-pro­duit per­vers de la socié­té indus­trielle, et subie depuis un an par leurs popu­la­tions ; mais tous les États pla­ni­fient des scé­na­rios de crise afin de faire face aux éven­tua­li­tés sou­daines, brèves ou durables. Et tous ont appris à sai­sir l’occasion que leur offrait la crise – l’épidémie – pour accé­lé­rer des ten­dances – com­pre­nez des plans, des pro­jets, des entre­prises, mûris et enga­gés de longue date dans leurs think tanks, leurs ser­vices admi­nis­tra­tifs, leurs forums, col­loques, réunions inter­mi­nis­té­rielles ou inter-gou­ver­ne­men­tales, etc.

C’est ain­si qu’à l’occasion d’une crise, une cer­taine quan­ti­té d’accélération entraîne un saut qua­li­ta­tif et une muta­tion. On connaît la théo­rie, quant à l’application pra­tique, nous la subis­sons depuis un an. Bien des gens se sont deman­dé pour­quoi « la grippe de Hong-Kong » qui avait fait 31 000 morts dans une France de 50,8 mil­lions d’habitants entre 1968 et 1970 était pas­sée presqu’inaperçue (68 ? Voir mai. 69 ? Année éro­tique. 70 ? Bal tra­gique à Colom­bey) ; alors que le Covid-19 dont le bilan s’établit à 84 000 morts au bout d’un an, dans une France de 67,4 mil­lions d’habitants obsède et sature notre atten­tion, assu­jet­tit notre vie quo­ti­dienne et trans­forme nos socié­tés de façon bru­tale et irré­ver­sible – pré­ci­sé­ment dans le sens sou­hai­té par la tech­no­cra­tie dirigeante.

Pour­quoi ce bour­rage de crâne qui nous gave de Covid, matin, midi et soir, à l’exclusion sou­vent de toute autre actua­li­té. Pour­quoi les mass media se concentrent à ce point sur un fléau somme toute mineur – voyez la liste de tous les ravages bien pires, sani­taires ou autres (ain­si la seule pol­lu­tion de l’air a tué près de 500 000 nou­veaux nés en 2019[1]). Pour­quoi mar­te­ler, répandre, gros­sir, détailler à ce point la panique Covid et cha­cune de ses péri­pé­ties ? Pour­quoi en faire l’un des quatre cava­liers de l’apocalypse ? Qu’est-ce que cet « effet spé­cial » sinon un leurre, un nuage de fumée, une opé­ra­tion de diver­sion des­ti­née à hyp­no­ti­ser les foules afin de pro­cé­der à l’abri des regards et en dis­tan­ciel, à la trans­for­ma­tion réelle des choses.

Pense-t-on qu’en un demi-siècle l’État (Macron, Édouard Phi­lippe, Bru­no Le Maire) soit deve­nu si sou­cieux de notre san­té qu’il n’hésite pas à « sus­pendre l’économie » – et d’ailleurs tout le pays – quand ses anciens maîtres (de Gaulle, Pom­pi­dou, Gis­card d’Estaing) se mon­traient d’une cruau­té impla­cable envers la chair à machine ? D’où une inter­ro­ga­tion immé­diate, « l’économie » est-elle vrai­ment « sus­pen­due » ou, au contraire, en sur­ac­ti­vi­té, afin de for­cer le pas­sage au numé­rique et aux tech­no­lo­gies conver­gentes (Nano-Bio-Info-Neu­ro, IA, etc.), cepen­dant que nul ne peut s’y opposer.

Cela signi­fie que pas­sées la sidé­ra­tion ini­tiale et la contra­rié­té de la tech­no­cra­tie éta­tique devant cette « grip­pette » venue trou­bler la rou­tine de ses plans de déve­lop­pe­ment tech­no-indus­triel, celle-ci a retour­né le pro­blème en solu­tion et dra­ma­ti­sé la gra­vi­té de l’épidémie afin de maxi­mi­ser les avan­tages qu’elle pou­vait en tirer. Mer­veilleuse aubaine que ce virus qui remet le gou­ver­ne­ment du pays entre les mains d’un conseil de défense – un groupe de ministres, de fonc­tion­naires et d’officiers dési­gnés par Macron, dont les réunions heb­do­ma­daires sont clas­sées « secret défense » – et d’un état d’urgence en voie de chro­ni­ci­sa­tion depuis les atten­tats isla­mistes ; qui vide les rues, les villes, les routes ; qui assigne la popu­la­tion à domi­cile et sous couvre-feu ; qui inter­dit et traque toute vie sociale ; qui sus­pend les liber­tés de réunion et de cir­cu­la­tion ; qui ferme les lieux et barre les routes où ces liber­tés s’exerçaient ; qui étouffe tout débat hors des « filets sociaux » (rets, réseaux, toile, etc.), lais­sant ain­si toute liber­té au pou­voir, et nulle oppo­si­tion, pour impo­ser d’un coup ce qu’il vou­lait obte­nir à la longue.

Cette vitesse est une vio­lence qu’on nous fait sous pré­texte d’urgence, afin de pro­cé­der d’un bond, d’une rup­ture, à la muta­tion for­cée de notre socié­té, de nos vies, de nos per­sonnes. Cette muta­tion peut se résu­mer en un mot : numé­ri­sa­tion, et ce mot en deux points : machi­na­tion et vir­tua­li­sa­tion. La tech­no­cra­tie, en effet, ne peut accroître sa puis­sance sans en révo­lu­tion­ner constam­ment les moyens et donc l’ensemble des rap­ports sociaux. Et ain­si tout ce que vivions en pré­sen­tiel est éloi­gné en visions illu­soires par l’autorité qui peut à tout moment en inter­rompre les flux ou en fal­si­fier les images.

Voi­ci un état détaillé de cette année de mutation.

***

Cela n’a pu vous échap­per, les voix syn­thé­tiques des experts ont débi­té toute l’année 2020 la série des accé­lé­ra­tions dues à la crise sani­taire. Comme si nos vies ne fon­çaient pas déjà aux vitesses de l’électron et des ondes radio depuis qu’elles dictent nos uni­tés de temps. Écou­tons nos assis­tants vocaux :

« Ces mois de qua­ran­taine nous ont per­mis de faire un bond de dix ans. Inter­net est deve­nu vital du jour au len­de­main. C’est essen­tiel pour faire des affaires, pour orga­ni­ser nos vies et pour les vivre[2] » (Éric Schmitt, ex-patron de Google).

« En quelques semaines, on a réa­li­sé cinq ans d’accélération cultu­relle » (Julien Fan­bon, consul­tant chez Accen­ture, à pro­pos du télétravail).

« La crise du Covid-19 force les entre­prises à accé­lé­rer leur tran­si­tion numé­rique » (un ana­lyste financier).

« Je pense que nous ne revien­drons jamais en arrière » (le direc­teur de Micro­soft 365).

« La pan­dé­mie a per­mis d’accélérer l’adoption de bon nombre d’innovations en san­té » (Yann Fleu­reau, cofon­da­teur de Car­dio­logs – intel­li­gence arti­fi­cielle et big data appli­qués à la cardiologie).

« En un mois, nous avons mis au point ce que, en temps nor­mal, nous aurions mis deux ou trois ans à conce­voir » (Xavier Jou­vin, cher­cheur à l’Inserm, à pro­pos d’AlloCovid, sys­tème d’intelligence artificielle).

« Le Covid donne un vrai coup d’accélérateur » (Antoine Papier­nik, pré­sident d’une socié­té de ges­tion, à pro­pos de la télémédecine).

« C’est par­ti. Il y aura un avant et un après » (la start up de réunions vir­tuelles Klaxoon).

« En quelques mois, nous avons accom­pli vingt ans de pro­grès dans notre atti­tude visà-vis du tra­vail flexible[3] » (Emma Hol­den, DRH britannique).

« Le Par­le­ment euro­péen per­met­tra un déve­lop­pe­ment accé­lé­ré des vac­cins contre le Covid-19[4]. »

Etc.

En dépit des invo­ca­tions à un « monde d’après » vivable et humain, c’est l’accélération elle-même qui s’accélère à l’occasion de la pandémie.

Ce qui réjouit d’ailleurs Thier­ry Bre­ton, com­mis­saire euro­péen au mar­ché inté­rieur, à la poli­tique indus­trielle et au numé­rique, ex-PDG du groupe d’ingénierie infor­ma­tique Atos :

« Les grandes crises sont très sou­vent, dans l’histoire, des accé­lé­ra­teurs de ten­dances. Quelles étaient les ten­dances dans les­quelles nous étions enga­gés ? Une ten­dance à être plus vert, c’est-à-dire plus res­pec­tueux de notre envi­ron­ne­ment, y com­pris en ce qui concerne la san­té. Une ten­dance en ce qui concerne l’importance du numé­rique. Une ten­dance à une redé­fi­ni­tion des grands rap­ports de force. Et bien oui, je crois sin­cè­re­ment que cette crise, comme toutes les grandes crises de l’histoire, va jouer son rôle d’accélérateur dans ces trois vec­teurs et qu’on va donc rebâ­tir un autre monde[5]. »

Ain­si, les « ten­dances dans les­quelles nous étions enga­gées » avant la crise étaient déjà des­ti­nées à « rebâ­tir un autre monde ». Mais lequel ?

Avant le Covid

Fin 2019, sou­ve­nez-vous, le monde était « en tran­si­tion ». Tra­ves­tie en « tran­si­tion éco­lo­gique », la révo­lu­tion cyber­né­tique éten­dait ses réseaux à tous les aspects de la socié­té pour ache­ver la « machine à gou­ver­ner ». Le transhuma­nisme œuvrant lui à la transition vers le posthumain.

Les « ten­dances », c’est-à-dire les direc­tions don­nées à nos vies, étaient tra­cées dans le plan « Hori­zon 2020 », le pro­gramme-cadre de l’Union euro­péenne pour la recherche et l’innovation. Les 79 mil­liards d’euros dis­tri­bués depuis le démar­rage de celui-ci en 2014 sti­mu­laient les ingé­nieurs-cher­cheurs des sec­teurs « stra­té­giques » : micro et nano­élec­tro­nique, nano­tech­no­lo­gies, pho­to­nique, bio­tech­no­lo­gies, maté­riaux avan­cés et pro­cé­dés avan­cés de fabri­ca­tion[6]. Une « conver­gence de la connais­sance et des tech­no­lo­gies[7] » que saluaient en connais­seurs les trans­hu­ma­nistes amé­ri­cains W. Bain­bridge et M. Roco.

En France, le plan « Tech­no­lo­gies-clés 2020 » du minis­tère de l’Économie déver­sait la manne euro­péenne sur les indus­tries et labo­ra­toires prio­ri­taires : robo­tique et cobo­tique, intel­li­gence arti­fi­cielle, big data et Inter­net des objets, ser­vices sans contact, super­cal­cu­la­teurs, ingé­nie­rie géno­mique, dis­po­si­tifs bio-embar­qués, hôpi­tal numé­rique, E‑éducation, cyber­sé­cu­ri­té, TGV du futur, ali­men­ta­tion « intel­li­gente », véhi­cule auto­nome, réseaux élec­triques « intel­li­gents », usine du futur, etc. Beau­coup d’argent, de res­sources humaines et maté­rielles au pro­fit de l’incarcération de l’homme-machine dans le monde-machine.

Rien n’est plus diri­gé que nos éco­no­mies capi­ta­listes et la recherche scien­ti­fique. La Corée du Sud a son « comi­té de la 4e révo­lu­tion indus­trielle », l’Allemagne sa « New High Tech Stra­te­gy », le Royaume-Uni son « Indus­trial Stra­te­gy Chal­lenge Fund », les États-Unis leurs plans d’action sec­to­riels et les pro­grammes de la Dar­pa (Defense advan­ced research pro­jects agen­cy), l’agence de recherche de l’armée amé­ri­caine. Et la Chine a bien sûr son plan « Made in Chi­na 2025 ».

Voyez le rap­port d’experts « Faire de la France une éco­no­mie de rup­ture tech­no­lo­gique » ren­du voi­ci un an, le 7 février 2020 aux ministres de l’Économie et des finances et de l’Enseignement supé­rieur, de la recherche et de l’innovation :

« La poli­tique indus­trielle dépasse alors le simple rôle de cor­rec­tion des défaillances de mar­chés pour jouer une fonc­tion d’accélérateur de la trans­for­ma­tion de l’économie en réponse à̀ des défis socié­taux majeurs. […] Les poli­tiques de R&D dites orien­tées mis­sion […] visent à̀ faire émer­ger de nou­velles filières en matière d’innovation de rup­ture par une inter­ven­tion de l’État et ont été́ à l’origine de nom­breuses per­cées tech­no­lo­giques. Elles connaissent ces der­nières années un fort déve­lop­pe­ment dans le sillage du modèle DARPA. […] Un tel modèle a été́ récem­ment déve­lop­pé́ en France à la faveur de la mise en place du Fonds pour l’innovation et l’industrie, sous la forme de Grands défis, et per­met ain­si de finan­cer des sec­teurs très amont, en explo­rant des pistes tech­no­lo­giques inédites (cer­ti­fi­ca­tion de l’Intelligence Arti­fi­cielle, modèles pré­di­ca­tifs pour les diag­nos­tics médi­caux, bio­pro­duc­tion, auto­ma­ti­sa­tion de la cyber­sé­cu­ri­té)[8]. »

L’État et le capi­tal obéissent aux impé­ra­tifs de l’innovation tech­no­lo­gique et inves­tissent dans cer­tains domaines afin d’accroître leur puis­sance. Si vous en dou­tez, com­pa­rez les moyens alloués au numé­rique et à l’agriculture bio­lo­gique en France. 12 mil­liards d’euros pour les plans Nano 2012, Nano 2017 et Nano 2022 (dont le prin­ci­pal béné­fi­ciaire est le fabri­cant de puces STMi­croe­lec­tro­nics) ; 160 mil­lions par an pour le main­tien ou la conver­sion à l’agriculture bio entre 2015 et 2020[9].

La tech­no­cra­tie, la classe du savoir, de l’avoir et du pou­voir décide de ces inves­tis­se­ments qui sont des choix poli­tiques. Ça marche comme ça : le pré­sident veut un « Pacte pro­duc­tif » pour res­ter dans la course mon­diale à l’innovation. Ses ser­vices chargent le cabi­net Roland Ber­ger, moyen­nant finances – on ignore com­bien – d’identifier les « mar­chés por­teurs sur les­quels la France est en capa­ci­té de pro­po­ser les solu­tions tech­no­lo­gi­que­ment inno­vantes et éco­no­mi­que­ment com­pé­ti­tives[10] ».

Le cabi­net Roland Ber­ger est une boîte de conseil en stra­té­gie créée en 1967 en Alle­magne, pré­sente dans le monde entier – en France depuis 1990. Il se pré­sente comme un « cabi­net de conseil de direc­tion géné­rale d’en­ver­gure inter­na­tio­nale », avec un chiffre d’affaires de 900 mil­lions d’euros en 2012. Ses 2700 consul­tants dans le monde conseillent des banques, des mul­ti­na­tio­nales, des éta­blis­se­ments publics, et même Mathieu Gal­let quand il diri­geait l’Institut natio­nal de l’audiovisuel, sui­vant un arran­ge­ment qui valut à Gal­let une condam­na­tion pour favo­ri­tisme d’un an de pri­son avec sur­sis et de 20 000 € d’amende. Mais ne som­brons pas dans le popu­lisme élitophobe.

Pour sa mis­sion au ser­vice de la com­pé­ti­ti­vi­té fran­çaise, le cabi­net Roland Ber­ger met à contri­bu­tion les minis­tères, des orga­nismes de recherche, des « per­son­na­li­tés qua­li­fiées », des agences publiques, des repré­sen­tants des filières indus­trielles. Puis invite des repré­sen­tants d’ONG, de syn­di­cats, du monde de l’enseignement supé­rieur et des entre­prises, pour l’acceptabilité des déci­sions. Toutes ces émi­nences s’appuient sur les ser­vices de l’État : direc­tion géné­rale des entre­prises, direc­tion géné­rale de la recherche et de l’innovation, secré­ta­riat géné­ral pour l’investissement ; et consulte l’académie des Tech­no­lo­gies, les « comi­tés stra­té­giques de filières », les pôles de com­pé­ti­ti­vi­té, les réseaux « French Tech » et « l’écosystème des start up ».

En somme, les direc­tions à suivre s’imposent rien qu’à l’énoncé des contri­bu­teurs. Notez que le cabi­net Roland Ber­ger est par­te­naire de Sig­fox[11], boîte pion­nière de l’Internet des Objets, pour le déve­lop­pe­ment de cyber-solu­tions au ser­vice de l’industrie 4.0. Sur­prise : les « mar­chés por­teurs » iden­ti­fiés dans son rap­port ne sont ni l’artisanat ni la trac­tion ani­male, mais « l’agriculture de pré­ci­sion », la « san­té digi­tale », l’hydrogène pour les sys­tèmes éner­gé­tiques, les tech­no­lo­gies quan­tiques, l’éolien en mer, les bâti­ments inno­vants, « l’e‑learning et les ed-tech », les bat­te­ries pour voi­tures élec­triques, etc.

Ça, c’était avant que le Covid-19 ne sti­mule l’accélération de ces plans d’accélération.

Les finances par temps de Covid

Coro­na-urgence : toutes les puis­sances mon­diales déversent dans leurs éco­no­mies des quan­ti­tés fara­mi­neuses d’argent jusqu’alors indis­po­nible. Fina­le­ment, il était pos­sible d’injecter 2000 mil­liards de dol­lars aux États-Unis (via la réserve fédé­rale), plus de 1800 mil­liards d’euros dans l’Union euro­péenne (via la Banque cen­trale euro­péenne), dont 750 mil­liards pour le plan de relance euro­péen, 570 mil­liards en France, dont 100 mil­liards pour le plan « France relance ».

La dette ain­si contrac­tée ne semble inquié­ter ni les gou­ver­ne­ments ni la plu­part des éco­no­mistes. Pour la France, on parle de 2648 mil­liards d’euros, soit 120 % du PIB. Les banques cen­trales en déte­nant une part (20 à 25 % pour la BCE en Europe), il s’agit dans ce cas de créa­tion moné­taire (la « planche à billets » finance le défi­cit public et injecte des liqui­di­tés dans l’économie). Natu­rel­le­ment, il fau­dra un jour en rem­bour­ser au moins une par­tie et les tech­no­crates com­mencent à évo­quer une « opti­mi­sa­tion du fonc­tion­ne­ment de l’État » – la com­pres­sion des dépenses publiques. Sans oublier la hausse iné­luc­table de la fis­ca­li­té, pour com­bler le défi­cit de la Sécu­ri­té sociale aggra­vé par l’épidémie. La réforme des retraites et de l’assurance chô­mage, vous vous sou­ve­nez ? Cet « argent gra­tuit » qui tombe à flots, c’est le nôtre.

Puis, si vous faites remon­ter le PIB, vous bais­sez méca­ni­que­ment la part de la dette. Seule la crois­sance peut nous sau­ver (elle doit être « la plus forte pos­sible, grâce aux réformes[12] », pré­co­nise le patron de la Banque de France), et les décrois­sants sont des irresponsables.

L’essentiel de la dette est ache­té sur les mar­chés par des inves­tis­seurs si confiants qu’ils paient pour en deve­nir créan­ciers, via des taux d’intérêt néga­tifs. « C’est parce qu’elle consti­tue un pla­ce­ment très inté­res­sant[13] », explique Antho­ny Requin (sic), direc­teur de l’Agence France Tré­sor char­gée de la ges­tion de la dette fran­çaise. Mais pour­quoi pla­cer son argent à des taux d’intérêt néga­tifs ? Depuis la crise des « sub­primes » en 2008 et la crise grecque de 2010, les inves­tis­seurs (fonds de pen­sion, d’assurances, banques, banques cen­trales étran­gères, Banque de France elle-même) sont pru­dents. Or les obli­ga­tions d’État (i.e les titres d’emprunt de l’État) sont les moins ris­quées du mar­ché et offrent le moyen de perdre le moins d’argent pos­sible – faute de pou­voir en gagner – dans les périodes trou­blées. Au moins êtes-vous sûr de récu­pé­rer votre capi­tal, même légè­re­ment ampu­té. L’équivalent de la loca­tion d’un coffre-fort sécu­ri­sé. Si vous gar­dez 1000 € dans le coffre de l’État, vous êtes assu­ré d’en récu­pé­rer 999, au lieu de ris­quer une perte plus impor­tante dans le coffre d’une banque ou de n’importe quelle socié­té faillible.

En bout de chaîne, cette pres­sion à la baisse des taux d’intérêt se réper­cute sur les épar­gnants, inci­tés à dépen­ser plu­tôt qu’à thé­sau­ri­ser. Ce sys­tème pro­fite aux riches, qui peuvent inves­tir dans l’immobilier ou en Bourse en emprun­tant à des taux minimes, et péna­lise les petits épar­gnants, dont le Livret A ne rap­porte plus rien. Les pauvres, qui meurent davan­tage du Covid, paient davan­tage en outre pour sau­ve­gar­der l’économie.

Pour les gou­ver­ne­ments, cet argent dis­po­nible sans frais offre une occa­sion unique d’accélérer leurs inves­tis­se­ments dans la « tran­si­tion » et les inno­va­tions de rup­ture. Bref, les inves­tis­seurs ne doutent pas de la recon­fi­gu­ra­tion du tech­no-capi­ta­lisme à l’occasion de la pan­dé­mie. Recon­fi­gu­ra­tion qu’ils financent de leurs capi­taux dans l’attente qu’une nou­velle ère de crois­sance les rem­bourse de leurs bonnes actions. C’est-à-dire non seule­ment les capi­taux prê­tés, mais aus­si les pro­fits miri­fiques escomp­tés de nou­velles opé­ra­tions néces­saires au déve­lop­pe­ment du nou­vel appa­reil de pro­duc­tion et d’échange.

Oppor­tu­nisme : de oppor­tun. Poli­tique qui consiste à tirer par­ti des cir­cons­tances, à les uti­li­ser au mieux, en tran­si­geant, au besoin, avec les prin­cipes (dic­tion­naire Le Robert).

Crise/crible : voyez en grec le sens de kri­sis, « juge­ment, exa­men, déci­sion ». Ce que le virus pré­da­teur fait aux humains, il le fait à l’économie : il fait le tri, éli­mine les faibles et ren­force les forts. Aidé, bien sûr, par les tech­no­crates et leurs « plans de relance ». Comme le dit l’économiste Pas­cal Salin, « une relance éco­no­mique implique des modi­fi­ca­tions dans le com­por­te­ment des pro­duc­teurs, en par­ti­cu­lier l’adoption de nou­velles tech­no­lo­gies à plus forte pro­duc­ti­vi­té ». Car, explique-t-il en ren­voyant à la loi de Say : « l’offre crée sa propre demande[14] ». Dit autre­ment : c’est le moment de bou­le­ver­ser les modes de vie en rem­pla­çant les vieilles habi­tudes par de nou­veaux pro­duits et ser­vices. Et il y aura des per­dants et des gagnants.

Diri­gisme tech­no-capi­ta­liste. Si vous croyez que les mil­liards de la BCE évi­te­ront la faillite de votre bis­trot ou du bou­qui­niste du coin, vous faites erreur. Les tech­no­crates n’ont pas pro­mis de sau­ver les petits com­merces, mais « l’économie ». De même qu’il faut pro­té­ger « l’hôpital », non les vieillards. Pour que la France touche ses 40 mil­liards du plan de relance euro­péen, bap­ti­sé « Next Gene­ra­tion » (ciao les pré­cé­dentes), elle doit se confor­mer comme les autres pays aux prio­ri­tés défi­nies par la pré­si­dente de la Com­mis­sion, Ursu­la von der Leyen : « Green Deal, tran­si­tion numé­rique, rési­lience[15] » (sic). L’argent ne doit pas finan­cer le fonc­tion­ne­ment de l’État (les fonc­tion­naires, leurs bâti­ments, leurs équi­pe­ments) mais des inves­tis­se­ments et des réformes, des « chan­tiers inédits » dans les sec­teurs jugés « stra­té­giques » : espace, défense, san­té, intel­li­gence arti­fi­cielle, hydro­gène[16].

Appli­ca­tion. Le 23 octobre 2020, les ministres fran­çais de l’Économie, de l’Industrie et des Comptes publics signent un décret per­met­tant aux PME et entre­prises de taille inter­mé­diaires indus­trielles de tou­cher des aides de l’État pour inves­tir dans le numé­rique et les « tech­no­lo­gies du futur » – la réa­li­té aug­men­tée, les robots, l’impression 3D notam­ment. Bud­get alloué : 280 mil­lions d’euros d’ici 2022. « Si vous ache­tez une nou­velle machine qui est dans la liste, vous envoyez la fac­ture et vous avez l’argent[17] », dixit la ministre de l’Industrie. C’est ain­si, de façon concrète, maté­rielle et poli­tique, que la cyber­dé­pen­dance s’accélère – et non par des pro­ces­sus sans sujet tom­bés du ciel.

L’Union euro­péenne accroît en même temps son finan­ce­ment de la recherche et de l’innovation. Après « Hori­zon 2020 », voi­ci « Hori­zon Europe », le nou­veau pro­gramme-cadre pour la période 2021–2027, doté de 95,5 mil­liards d’euros. Soit, selon Mariya Gabriel, com­mis­saire euro­péenne en charge de ce sec­teur, « le plus puis­sant au monde en termes de sou­tien public à la recherche et à l’in­no­va­tion[18] ». On voit que la crise liée à la pan­dé­mie n’affectera pas tout le monde. On vous fait grâce des sec­teurs prio­ri­taires, ça devient las­sant, mais oubliez votre tro­quet et votre bouquiniste.

La planification numérique de la Commission européenne

L’évidence a été rabâ­chée à lon­gueur de confi­ne­ment. La crainte de la conta­gion ren­force la déma­té­ria­li­sa­tion de nos exis­tences. Sup­pri­mer le contact, c’est pré­ci­sé­ment l’objet des écrans qui font écran. Ça avait com­men­cé avec la télé puis l’Hygiaphone. L’entreprise Fichet, qui pos­sède la marque, et le chi­miste Arke­ma, qui pro­duit le Plexi­glas, n’ont d’ailleurs pas à se plaindre du coro­na­vi­rus. Voi­là qui récon­forte Fran­çois Ruf­fin et les syn­di­cats de l’industrie chi­mique. À toute chose mal­heur est bon. Même si les syn­di­ca­listes de l’usine chi­mique Ven­co­rex à Pont-de-Claix, comme ceux du fabri­cant de puces STMi­croe­lec­tro­nics à Crolles, crai­gnaient pour leur san­té et deman­daient la fer­me­ture des sites en mars 2020. « Est-ce la prio­ri­té de pro­duire des puces pour les télé­phones[19] ? ». C’est la ques­tion que nous, Pièces et main d’œuvre, leur posons depuis 2003.

La réponse des tech­no­crates, cepen­dant, devrait satis­faire leurs per­pé­tuelles demandes de crois­sance et d’emplois – du moins quand un virus ne les effraie pas.

Thier­ry Bre­ton, depuis la Com­mis­sion européenne :

« Nous allons amor­cer un virage com­plet dans nos acti­vi­tés par l’im­pli­ca­tion du numé­rique aus­si bien dans notre façon de pro­duire, tra­vailler, apprendre que dans nos rela­tions sociales et notre manière de nous dis­traire. « Décen­nie numé­rique », c’est notre label pour bien mon­trer que le plan de relance va sou­te­nir ce virage[20]. »

C’est vrai que le numé­rique a besoin d’être sou­te­nu. Et d’annoncer que 20 % au moins des 750 mil­liards du plan de relance euro­péen post-Covid finan­ce­ront cette « décen­nie numé­rique ». Soit 150 mil­liards d’euros pour le big data (i.e pour un pillage des don­nées euro­péen), les micro­pro­ces­seurs de haute per­for­mance pour l’intelligence arti­fi­cielle, et les réseaux (la 5G, la fibre, voire une « constel­la­tion » satel­li­taire en orbite basse pour arro­ser les zones blanches). Et vous, que feriez-vous avec 150 mil­liards d’euros ?

Au temps pour ceux qui pensent que notre mal­heur vient des mul­ti­na­tio­nales et des capi­ta­listes avides de pro­fits. Réjouis­sez-vous : c’est votre argent qui va finan­cer ce cata­clysme numérique.

En fait, explique l’économiste Robert Boyer, la pan­dé­mie accé­lère une double ten­dance à l’œuvre depuis dix ans : d’une part « le capi­ta­lisme de pla­te­forme, cen­tré sur l’exploitation de l’information » (les Gafam, Uber et consorts), d’autre part sa « contre­par­tie dia­lec­tique : une myriade de capi­ta­lismes à impul­sion éta­tique qui, pous­sés par les lais­sés-pour-compte de l’ouverture des éco­no­mies, entendent défendre les pré­ro­ga­tives de l’État-nation, y com­pris dans le domaine éco­no­mique[21] ». Nous voi­là coin­cés entre « un pou­voir numé­rique exer­cé par des mul­ti­na­tio­nales, et un pou­voir numé­rique exer­cé par des États sou­ve­rains rivaux[22] ».

La tech­no­lo­gie guide et moto­rise l’État et le capi­tal, pour une fois ce n’est pas Pièces et main d’œuvre qui le dit.

De façon concrète, dans nos vies, la « smart pla­net » sans contact – le monde-machine – a fran­chi des seuils en 2020 :

Bond en avant du com­merce élec­tro­nique et des livrai­sons à domi­cile. L’épidémie a aug­men­té de 183 mil­liards les dépenses dans l’e‑commerce mon­dial. L’e‑commerce repré­sente désor­mais 13,4 % du com­merce de détail en France, contre 9,8 % en 2019. Selon Romain Bois­son, patron de Visa France, « l’e‑commerce s’est ancré dans les habi­tudes de consom­ma­tion des Fran­çais et s’impose désor­mais […] pour tous les com­mer­çants, quelle que soit la taille de leur entre­prise[23] ». Deli­ve­roo vaut 7 mil­liards de dol­lars en bourse. Les grandes socié­tés de transport/logistique (DHL, UPS, FedEx, etc.) ont réa­li­sé un chiffre d’affaires de 300 mil­liards de dol­lars en 2020. Le chiffre d’affaires d’Amazon a aug­men­té de 38 % en 2020 pour atteindre 320 mil­liards d’euros. C’est à l’« Ama­zon aca­de­my » que l’État fran­çais, via la Banque publique d’investissement, confie la for­ma­tion des PME pour leur mettre le pied à l’Internet. Nom du pro­gramme : l’Accélérateur du numé­rique.

Adop­tion du télé­tra­vail. Cinq mil­lions de Fran­çais ont télé­tra­vaillé pen­dant le pre­mier confi­ne­ment et 60 % des sala­riés veulent conti­nuer après la crise. Moins de locaux, plus de télé­com­mu­ni­ca­tions. Le nombre d’abonnés à la fibre chez Orange a bon­di de 50 % : « Jamais on n’a autant câblé les Fran­çais qu’en 2020[24] ». Boom des appli­ca­tions de visio­con­fé­rence et autres « outils col­la­bo­ra­tifs » en ligne. Micro­soft Teams enre­gistre un record avec 44 mil­lions d’utilisateurs quo­ti­diens. Les ventes d’ordinateurs connaissent la plus forte crois­sance annuelle (+ 4,8 %) depuis dix ans dans le monde. Au tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Gre­noble, « le tout numé­rique a amor­ti la baisse d’activité[25] ». De quoi tenir l’objectif des ser­vices publics « 100 % déma­té­ria­li­sés » fixé par la plan « Action publique 2022 ».

Inva­sion du télé-ensei­gne­ment. Inven­tion des cours « en dis­tan­ciel » y com­pris pour les appren­tis, grâce au « lear­ning mana­ge­ment sys­tem ». L’école de com­merce de Gre­noble orga­nise ses « Portes ouvertes online » en jan­vier 2021. La ministre de l’Enseignement supé­rieur, Fré­dé­rique Vidal, voit dans l’épidémie « une oppor­tu­ni­té de façon­ner l’université numé­rique de demain[26] ». Envol ines­pé­ré pour le « e‑learning et les ed-tech », le plus pro­fi­table des « mar­chés por­teurs » iden­ti­fiés en février 2020 par le cabi­net Roland Ber­ger, avec 6000 mil­liards de dol­lars en 2018. Par­mi les « ver­rous à lever », celui-ci déplo­rait « la com­plexi­té́ des pro­ces­sus d’accès au mar­ché́ sco­laire qui agit comme une bar­rière à l’entrée[27] ». Voi­là un ver­rou for­cé par le virus. Le moindre pré­texte ren­voie désor­mais les élèves der­rière leur écran, comme l’ont consta­té ceux des Yve­lines, assi­gnés « en dis­tan­ciel » pour une chute de neige le 10 février 2021. #Res­tez­chez­vous est entré dans les mœurs.

Ruée sur les loi­sirs en ligne. 36 % de temps d’écran en plus par jour pour les Fran­çais, plus une heure de télé sup­plé­men­taire. Plus de 2,6 mil­liards de per­sonnes uti­lisent quo­ti­dien­ne­ment Face­book, What­sApp et Ins­ta­gram, soit 15 % de plus que fin 2019[28]. Net­flix et le jeu vidéo, grands gagnants du confi­ne­ment. Lequel a « accé­lé­ré le pro­ces­sus d’une culture de la séden­ta­ri­té plus pous­sée, notam­ment la place des écrans[29] », alerte David Thi­vel, membre du conseil scien­ti­fique de l’Observatoire natio­nal de l’activité́ phy­sique et de la séden­ta­ri­té́ (il y a des obser­va­toires pour tout). Les Fran­çais ont pris en moyenne 3 kg en 2020.

Décol­lage de la télé­mé­de­cine. 28 % de télé­con­sul­ta­tions en avril 2020, contre 0,1 % avant la pan­dé­mie. 19 mil­lions de télé­con­sul­ta­tions rem­bour­sées par la Sécu­ri­té sociale en 2020. Les start up de la san­té numé­rique (dites « heal­th­tech ») lèvent 8,2 mil­liards de dol­lars au pre­mier tri­mestre 2020, un record[30]. Selon Sta­nis­las Niox-Cha­teau, le patron de Doc­to­lib, « une fois l’épidémie de coro­na­vi­rus pas­sée, entre 15 % et 20 % des consul­ta­tions médi­cales se feront à dis­tance en France[31] ».

L’État en pro­fite pour accé­lé­rer son plan « numé­rique en san­té » lan­cé par Agnès Buzyn – récom­pen­sée depuis par une nomi­na­tion à l’OMS. Tan­dis que le virus détourne notre atten­tion, il implante à marche for­cée le « dos­sier usa­ger infor­ma­ti­sé », le « dos­sier médi­cal per­son­nel », le « e‑parcours de san­té », la « e‑prescription », c’est-à-dire la col­lecte mas­sive de don­nées depuis les hôpi­taux, cabi­nets médi­caux, éta­blis­se­ments médi­co-sociaux, phar­ma­cies – des cen­taines de téra­oc­tets aspi­rés dans le « Health data hub ».

Lan­cée en novembre 2019, cette pla­te­forme – aus­si fran­çaise que la « French tech » – doit livrer nos don­nées de san­té à l’intelligence arti­fi­cielle pour en tirer des trou­vailles fran­çaises. C’est le « concept d’État-plateforme », que défend la délé­ga­tion minis­té­rielle au numé­rique en san­té[32]. L’idée n’est pas de nos tech­no­crates fran­co-ricains, mais de l’entrepreneur amé­ri­cain Tim O’Reilly, auteur de Govern­ment as a pla­te­form : l’État doit s’inspirer de l’efficacité des Gafam et recru­ter les meilleurs geeks pour inven­ter des ser­vices inno­vants. Un rêve d’anticapitaliste : réap­pro­prions-nous la tyran­nie technologique.

Bref, moins de méde­cins, moins d’hôpitaux et de lits, plus d’écrans, plus d’objets connec­tés et de cyber-cli­nique. On se sent déjà mieux.

Inva­sion de la mon­naie vir­tuelle. Les Fran­çais délaissent le cash par peur de la conta­mi­na­tion. Les retraits de liquide ont chu­té de 50 % en volume pen­dant le pre­mier confi­ne­ment, au pro­fit du paie­ment « sans contact » (dont l’Autorité ban­caire euro­péenne a rele­vé le pla­fond à 50 €), qui bon­dit de 65 %. Les réfrac­taires ont « sau­té le pas, et il n’y aura pas de retour en arrière[33] », selon Pierre-Antoine Vache­ron, direc­teur géné­ral de Natixis Pay­ments. Au fait, le nombre de dis­tri­bu­teurs de billets dimi­nue en France depuis 2015. Ça va s’accélérer. Avec l’e‑commerce et le « click & col­lect », le consom­ma­teur paie désor­mais en ligne. « Les Fran­çais s’y habi­tuent », constate le même expert. Ou plu­tôt, on y habi­tue les Fran­çais. On s’est vu refu­ser un chèque au motif qu’il fau­drait tou­cher notre carte d’identité pour l’encaisser.

For­mi­dable occa­sion pour Libra, le pro­jet de mon­naie vir­tuelle de Face­book. 80 % des banques cen­trales de la pla­nète étu­dient la pos­si­bi­li­té de créer une « e‑monnaie » en s’appuyant sur la tech­no­lo­gie « blo­ck­chain[34] ». La Suède déve­loppe une « e‑couronne ». La Chine teste son yuan digi­tal depuis la fin 2020 avec des cen­taines de mil­liers de volon­taires[35]. Chris­tine Lagarde, pré­si­dente de la Banque cen­trale euro­péenne, annonce « un euro digi­tal ». En outre, le paie­ment par smart­phone s’envole et pour­rait rapi­de­ment deve­nir la méthode de paie­ment pré­fé­rée des jeunes, selon Marion Laboure, éco­no­miste à la Deutsche Bank[36].

Effet-cli­quet : on ne revient pas en arrière quand les tech­no­lo­gies ont impo­sé de nou­velles habi­tudes. L’offre a créé la demande. De réunions Zoom en concerts vir­tuels, de cours sur Inter­net en achats en ligne, de cyber-démarches admi­nis­tra­tives en télé­con­sul­ta­tions médi­cales, nous deve­nons des Smar­tiens, cette espèce qui ne sur­vit que connec­tée à la Machi­ne­rie géné­rale. Voyez la gra­ti­tude des confi­nés connec­tés – « com­ment aurions-nous fait sans Inter­net ? » – révé­lant toute honte bue leur dépen­dance Si notre vie tient à un câble, la sélec­tion tech­no­lo­gique éli­mine ceux qui refusent ou n’ont pas accès à la connexion uni­ver­selle. Seuls res­tent les adap­tés, les connec­tés, vac­ci­nés, livrés et moni­to­rés par la Machine. Le petit com­merce ne sur­vit pas sans mise en ligne, c’est-à-dire sans sup­pri­mer ce qui fait le petit com­merce. Il faut choi­sir : dis­pa­raître ou dis­pa­raître. Comme les Chim­pan­zés du futur, ces humains qui ne vou­dront ou ne pour­ront « s’augmenter » pour deve­nir des surhommes.

Pour fêter cette muta­tion, la banque amé­ri­caine MKM Part­ner crée un indice bour­sier, le « Stayat-home index[37] ». Natu­rel­le­ment, cette vie numé­rique qu’accélère le virus nous ren­dra plus vul­né­rables aux virus, la séden­ta­ri­té étant la mère des « comor­bi­di­tés » de l’époque (obé­si­té, dia­bète, hypertension).

La conclu­sion vous est offerte par la délé­guée géné­rale de la Fon­da­tion SFR, Julie Leseur : « Le numé­rique est l’électricité du XXIe siècle[38] ». C’est–à‑dire qu’il mul­ti­plie­ra et accé­lè­re­ra par un fac­teur x les ravages de l’électricité depuis le XIXe siècle. Aus­si nos aïeux des val­lées alpines se plièrent sans plai­sir à l’invasion élec­trique[39].

Pas d’humain, pas de problème

L’idéologie cyber­né­tique et trans­hu­ma­niste empoi­sonne les esprits depuis des décen­nies : l’erreur, c’est l’humain, le « vivant poli­tique » (zoon poli­ti­kon). Vos objets sont plus intel­li­gents que vous. Sui­vez les algo­rithmes. L’humain est non seule­ment faillible, incon­trô­lable (en théo­rie) et mor­tel, mais il col­porte des virus. Pour évi­ter de mou­rir, vous savez ce qu’il vous reste à faire. La pan­dé­mie est l’occasion d’accélérer l’élimination de l’humain, d’où, par exemple, l’acharnement contre le spec­tacle vivant (les super­mar­chés oui, les théâtres, non).

Vous avez remar­qué ? On ne voit plus guère de petits vieux dans nos rues, nos squares et nos cafés fer­més. Accé­lé­ra­tion : 30 % de morts en plus chez les plus de 75 ans en mars et avril 2020, soit beau­coup plus que durant la cani­cule de 2003, selon l’Insee. La der­nière géné­ra­tion d’humains à se sou­ve­nir comme on vivait sans assis­tance élec­tro­nique dis­pa­raît en accé­lé­ré. La façon dont l’administration a orga­ni­sé leur effa­ce­ment, avec des ago­nies et des sépul­tures soli­taires, façon Soleil vert, en dit long sur les pro­grès de la déshumanisation.

L’eugénisme tech­no­lo­gique révèle sa bru­ta­li­té inhu­maine à la lumière de la crise, comme en témoigne cette tri­bune d’un étu­diant en his­toire et de l’infectiologue Odile Lau­nay publiée dans Libé­ra­tion, pour relé­guer gen­ti­ment mais fer­me­ment les vieux et les faibles à l’écart :

« L’égalité ne doit pas faire oublier que toutes les tranches de vie ne se « valent » pas […] Pour­quoi ne pas leur réser­ver des horaires aux heures creuses dans les super­mar­chés ? Affré­ter des taxis dont le coût serait pris en charge pour les dépla­ce­ments essen­tiels ? Pré­voir des livrai­sons à domi­cile de nour­ri­ture et de biens de pre­mière néces­si­té ? Véri­fier l’installation infor­ma­tique des plus anciens pour leur assu­rer une rela­tion au moins vir­tuelle avec leur famille ? Ou encore, dans le cas d’une réou­ver­ture des salles de spec­tacle, mettre en place des ses­sions réser­vées aux plus fra­giles, et d’autres aux moins vul­né­rables ?[40] »

Ain­si pro­gresse dans les esprits la lutte d’espèces entre humains supé­rieurs auto­ma­chi­nés et Chim­pan­zés du futur, la « ten­dance de fond » dont ne parlent jamais les technocrates.

Pen­dant ce temps, un robot-chien de la boîte amé­ri­caine Bos­ton Dyna­mics patrouille les rues de Nantes pour rap­pe­ler les consignes de l’état d’urgence sani­taire aux bipèdes[41]. En France comme à Sin­ga­pour. La socié­té́ Flying Eye ins­tal­lée à̀ Sophia Anti­po­lis (Nice), a ven­du en mars 2020 une tren­taine de drones chi­nois Mavic 2, équi­pés d’un haut-par­leur (3 000 € pièce), aux ser­vices de police judi­ciaire ou de gen­dar­me­rie char­gés de faire res­pec­ter le confi­ne­ment. « La crise sani­taire dyna­mise la livrai­son par drone entre hôpi­taux. À terme, les trans­por­teurs sou­haitent élar­gir cette offre aux biens de consom­ma­tion cou­rante[42] ». Wal­mart livre à domi­cile par drone des kits de dépis­tage du Covid-19 dans la région de Las Vegas.

Le Lil­lois Exo­tec voit la demande explo­ser pour ses robots Sky­pod, des­ti­nés aux entre­pôts logis­tiques de la grande dis­tri­bu­tion. Les robots ne craignent pas la conta­mi­na­tion, virale ou radio­ac­tive, et ne pos­tillonnent pas quand ils communiquent.

Le gou­ver­ne­ment fran­çais accé­lère « le virage de l’industrie 4.0 », notam­ment dans l’automobile, avec un chèque de 200 mil­lions d’euros des­ti­né à la numé­ri­sa­tion et la robo­ti­sa­tion des usines[43]. La France doit rat­tra­per les autres éco­no­mies avan­cées. On comp­tait en 2019, 855 robots pour 10 000 employés en Corée du sud, 346 en Alle­magne, seule­ment 177 dans l’Hexagone[44]. Selon une prof d’économie inter­na­tio­nale, « la pan­dé­mie incite les entre­prises des pays riches à inves­tir davan­tage dans les robots et à réduire leur dépen­dance vis-à-vis des chaînes d’approvisionnement mon­diales[45] ». Vous ne pen­siez pas que les « relo­ca­li­sa­tions » indus­trielles envi­sa­gées à l’occasion du coro­na­vi­rus crée­raient des emplois en France ?

« « La leçon du Covid-19 est que nous devons inves­tir dans les usines du futur », explique Rolf Najork, membre du direc­toire de Bosch (…) Et tout le sec­teur s’y est mis. « Notre tâche est désor­mais que l’industrie 4.0 devienne la norme du sec­teur. Voi­là pour­quoi nous inves­ti­rons 500 mil­lions d’euros dans la digi­ta­li­sa­tion de nos opé­ra­tions indus­trielles ces cinq pro­chaines années. »[46] »

Le « cabi­net de conseil et de tech­no­lo­gies » Accen­ture avait publié début 2020 son rap­port sur les ten­dances pour l’année. La pan­dé­mie l’a contraint à le cor­ri­ger en juillet :

« Aucune ten­dance n’a autant pro­gres­sé que celle « Des robots en liber­té ». Alors que la dis­tan­cia­tion phy­sique s’impose, les robots quittent les envi­ron­ne­ments contrô­lés et gagnent les envi­ron­ne­ments non contrô­lés, quel que soit le sec­teur d’ac­ti­vi­té. Cette évo­lu­tion est plus rapide que pré­vu. Les robots deviennent indis­pen­sables dans les entre­prises et dans la socié­té, car les indus­triels et les gou­ver­ne­ments sont à la recherche de nou­velles solu­tions « sans contact ». […] Alors que les lea­ders actuels de la robo­tique ont assu­mé leurs res­pon­sa­bi­li­tés en endos­sant de nou­veaux rôles pen­dant la pan­dé­mie, ceux qui pensent au long terme construisent aus­si un ave­nir plus auto­ma­ti­sé[47]. »

Conclu­sion : « la pan­dé­mie n’a pas frei­né l’in­no­va­tion, elle l’a même spec­ta­cu­lai­re­ment ampli­fiée ». Accé­lé­rons.

Nul risque de pos­tillons au télé­phone, c’est pour­tant un robot vocal qui vous répond à Allo­Co­vid si vous avez des symp­tômes. La pre­mière « intel­li­gence arti­fi­cielle au ser­vice de la san­té publique », selon Xavier Jou­ven de l’Inserm, vous oriente en fonc­tion de votre état. « Tapez 33 ». L’IA pré­tend sur­pas­ser les méde­cins pour éta­blir des diag­nos­tics et des pro­nos­tics sur l’état des patients, il fau­dra vous y faire. Les pro­mo­teurs de l’intelligence arti­fi­cielle sai­sissent l’occasion pour vendre aux gou­ver­ne­ments leurs pré­dic­tions sur l’évolution de la pan­dé­mie, leurs scé­na­rios de confi­ne­ment, décon­fi­ne­ment, recon­fi­ne­ment ou leurs plans de vac­ci­na­tion (ceci explique cela).

Dès avril 2020, une dizaine de cher­cheurs et autres datas­cien­tists défendent leur pro­jet « Covid IA », pour mou­li­ner les don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion des télé­phones, les résul­tats des tests, l’âge du capi­taine, et en tirer « des pré­dic­tions de plus en plus fiables[48] ». Ils créent l’association Pan­dé­mIA et nous instruisent :

« L’intelligence arti­fi­cielle « amasse » des don­nées qui peuvent par­fois avoir un rap­port loin­tain avec la mala­die ; elle tente d’établir le meilleur lien pos­sible entre ces don­nées et l’évolution de la mala­die. Ce lien n’est pas for­cé­ment expli­cite ; il est même par­fois inin­tel­li­gible à la ratio­na­li­té humaine. Mais la force de ces tech­niques d’intelligence arti­fi­cielle est que les pré­dic­tions peuvent être de qua­li­té équi­va­lente, voire supé­rieure, à celles des modèles méca­nis­tiques[49]. »

Les scien­ti­fiques nous recom­mandent donc d’agir sui­vant des motifs échap­pant à la « ratio­na­li­té humaine ». Dans sa course à la puis­sance, la tech­no­cra­tie mise tout sur la Machine et sa ratio­na­li­té inhu­maine, telle une divi­ni­té supé­rieure, jusqu’à prô­ner l’obscurantisme tech­no­lo­giste qui se défie de l’humain, c’est-à-dire de l’intelligence. Cas­to­ria­dis nous l’avait bien dit :

« Ce qui est en jeu ici est un des noyaux de l’imaginaire occi­den­tal moderne, l’imaginaire d’une maî­trise « ration­nelle » et d’une ratio­na­li­té arti­fi­cia­li­sée deve­nue non seule­ment imper­son­nelle (non indi­vi­duelle) mais inhu­maine (« objec­tive »). (…) Mais une maî­trise imper­son­nelle éten­due à tout est évi­dem­ment la maî­trise de outis, de per­sonne – et par là même, c’est la non-maî­trise com­plète, l’impouvoir[50]. »

C’est-à-dire, la dépos­ses­sion de notre pou­voir de déci­sion par la « Machine à gou­ver­ner » des enne­mis de l’humain – les cyber­né­ti­ciens. Si des réti­cences se mani­festent encore à l’égard de cet aban­don de sou­ve­rai­ne­té, il paraît que l’IA gagne du ter­rain dans les consciences. Le cabi­net Accen­ture, dans son rap­port de pros­pec­tive, note que « la pan­dé­mie a le pou­voir de lever ce frein[51] ».

Confir­ma­tion avec l’étude « L’IA au tra­vail » publiée par la mul­ti­na­tio­nale infor­ma­tique Oracle en octobre 2020 : les sala­riés, dont le moral souffre des effets de l’épidémie (télé­tra­vail, insé­cu­ri­té éco­no­mique, dis­pa­ri­tion de métiers), pré­fé­re­raient en majo­ri­té confier leurs pro­blèmes à un robot ou une IA plu­tôt qu’à leurs mana­gers. Ce qui en dit long sur le mana­ge­ment, certes – le tueur de DRH arrê­té fin jan­vier aurait-il pré­fé­ré être mal­trai­té par un algo­rithme ? – mais aus­si sur l’acceptabilité de la déshumanisation :

« Fina­le­ment, les employés trouvent que recou­rir aux sys­tèmes IA repré­sente un moyen plus « confor­table » pour par­ler de leurs pro­blèmes. Le déploie­ment de ces solu­tions en période de pan­dé­mie qui a déjà com­men­cé va s’accélérer dans les pro­chain mois[52]. »

Comme les mana­gers, nombre d’employés sont rem­pla­cés par des machines. Et ceux qui res­tent subissent une pres­sion accrue sur leurs salaires et leurs condi­tions de tra­vail. La numé­ri­sa­tion de l’économie accé­lère la machi­na­tion et l’externalisation des fonc­tions sup­port, elle trans­forme les sala­riés des grandes boîtes en employés de sous-trai­tants ou en « indé­pen­dants » pré­caires. Voyez les livreurs à vélo, les « concierges » d’appartements Airbnb et autres bull­shit jobs 3.0. La hausse record des créa­tions d’entreprises en France en 2020 est due aux « microen­tre­prises » des livreurs à domi­cile (+ 21,7 %)[53].

La « relance verte », ou l’accélération de la fuite en avant

Thier­ry Bre­ton, Ursu­la von der Layen, Emma­nuel Macron nous ont pré­ve­nus : la relance sera verte, le Green Deal n’attend plus. La France consacre un cin­quième de son bud­get de relance post-Covid, soit 20 mil­liards d’euros, à un plan qui « sera un accé­lé­ra­teur puis­sant de la tran­si­tion éco­lo­gique[54] », annonce Jean Cas­tex le 15 juillet 2020. Qu’on ne se méprenne pas, pré­cise le pre­mier ministre, il s’agit de « crois­sance éco­lo­gique », non de « décrois­sance verte ». L’argent n’ira donc ni au rem­pla­ce­ment des centres com­mer­ciaux par du maraî­chage, ni au démon­tage des usines de semi-conduc­teurs, mais aux « tech­no­lo­gies vertes de demain[55] ». Sans oublier les mil­liards d’aide à l’industrie auto­mo­bile et à l’aéronautique.

La ville est le pou­mon de la pla­nète. En fait, la « relance verte » consiste d’abord à gaver le BTP de sub­ven­tions et de mar­chés cap­tifs. Le plan post-Covid doit accé­lé­rer la réno­va­tion éner­gé­tique des bâti­ments publics et l’isolation des « pas­soires ther­miques » : 2 mil­liards d’euros pour les par­ti­cu­liers, 4 mil­liards pour les éta­blis­se­ments publics (écoles, uni­ver­si­tés, etc.) et les bâti­ments de l’État. Un cri­tère de sélec­tion pour ces der­niers étant l’efficacité éco­lo­gique et éco­no­mique « favo­ri­sant la relance des éco­no­mies locales et du sec­teur du bâti­ment[56] ». Les Verts et le BTP, même com­bat. On conçoit qu’isoler les bâti­ments occupe arti­sans et PME et éco­no­mise de l’énergie. En prin­cipe. Sauf si l’effet rebond encou­rage les occu­pants des loge­ments iso­lés à mon­ter le ther­mo­stat, comme l’a révé­lé l’expérience allemande :

« […] mal­gré les mil­liards inves­tis dans la réno­va­tion éner­gé­tique des bâti­ments depuis une décen­nie en Alle­magne, la consom­ma­tion éner­gé­tique du loge­ment est res­tée stable[57]. »

Non seule­ment les 340 mil­liards d’euros inves­tis depuis 2010 n’ont pas fait bais­ser la consom­ma­tion éner­gé­tique et les émis­sions de CO2, mais la réno­va­tion a ren­ché­ri le prix des loyers de façon dis­pro­por­tion­née. La leçon d’Épicure n’a ser­vi de rien, la sobrié­té n’est tou­jours pas à l’ordre du jour.

« L’hydrogène, com­bus­tible du futur[58]. » On se sou­vient que le cabi­net Roland Ber­ger avait iden­ti­fié, par­mi les « mar­chés por­teurs » pour la crois­sance fran­çaise, l’hydrogène « propre » – éga­le­ment au pro­gramme du Green Deal euro­péen. Voi­là une « tech­no­lo­gie verte de demain » qui devrait don­ner des résul­tats, avec les moyens que l’État lui donne (nous, en fait). Après les 100 mil­lions du « pro­gramme d’investissements d’avenir » depuis 2018, les 110 mil­lions offerts à la recherche publique depuis 10 ans, les 80 mil­lions dis­tri­bués par l’Ademe pour la « mobi­li­té hydro­gène », voi­ci 7,2 mil­liards d’ici 2030, dont 2 du plan de relance, pour les piles à com­bus­tible et les trans­ports à hydro­gène. Ima­gi­nez qu’on dépense ces mil­liards pour rou­vrir des ate­liers locaux de pro­duc­tion arti­sa­nale et des épi­ce­ries par­tout, par exemple, voi­là qui rédui­rait les besoins de « mobi­li­té » – pour tra­vailler loin et faire ses courses dans les « zones com­mer­ciales ». Il est vrai que ce ne seraient pas des « tech­no­lo­gies de demain ». Mais qui sait à quoi demain res­sem­ble­ra, et qui en décide ?

Donc, la France fonce vers l’hydrogène. Voi­là qui nous ramène en 2005, quand nous dénon­cions une « nou­velle chi­mère du tech­no-gra­tin gre­no­blois[59] ». Notre tech­no­pole avait alors obte­nu, comme d’habitude, d’être « pôle natio­nal » pour déve­lop­per la pile à com­bus­tible, avec les par­te­naires habi­tuels : le Com­mis­sa­riat à l’énergie ato­mique, Schnei­der Elec­tric, Air Liquide, EDF-GDF, l’Institut natio­nal poly­tech­nique de Gre­noble. Sans oublier les labos de nano­tech­no­lo­gies, four­nis­seurs de maté­riaux inno­vants.

On résume pour les nou­veaux. L’hydrogène est par­tout sur Terre, notam­ment dans l’eau, mais jamais pur ; le pro­blème est de l’isoler. Jusqu’ici, on y par­vient en brû­lant beau­coup d’énergie fos­sile (pétrole, gaz, bois) pour créer les réac­tions chi­miques néces­saires. Ces pro­cé­dés rejettent 830 mil­lions de tonnes de CO2 par an, soit 2,5 fois les émis­sions de la France. Mais l’industrie a besoin de cet hydro­gène pour pro­duire les engrais azo­tés qui pol­luent nos nappes phréa­tiques (les ammo­ni­trates, à l’origine des catas­trophes d’AZF à Tou­louse et du port de Bey­routh) ; pour raf­fi­ner les pro­duits pétro­liers qui pol­luent notre air (car­bu­rants) ; pour fabri­quer les puces élec­tro­niques des smart­phones, comme chez STMi­croe­lec­tro­nics, dont les rejets de chlo­rure d’hydrogène et d’ammoniac conta­minent l’air et l’eau de la cuvette gre­no­bloise. Bref, l’hydrogène sac­cage notre envi­ron­ne­ment lors de sa pro­duc­tion et de ses usages. Pour de véri­tables éco­lo­gistes, la solu­tion découle de l’énoncé du pro­blème : stop.

Pour les tech­no­lo­gistes, macro­niens, verts, rouges – tous saint-simo­niens – la solu­tion est dans l’hydrogène « décar­bo­né ». En fait, de l’hydrogène pro­duit avec de l’électricité, éner­gie pré­ten­due non pol­luante puisque nul gaz ne s’échappe des prises et inter­rup­teurs. On appelle ça l’électrolyse. Rap­pe­lez-vous vos cours de chi­mie : en envoyant de l’électricité dans de l’eau via des élec­trodes, on sépare oxy­gène et hydro­gène. Il s’agit donc d’industrialiser le pro­cé­dé. Le CEA-Gre­noble s’y affaire avec sa tech­no­lo­gie « d’électrolyseur haute tem­pé­ra­ture à oxyde solide », déployée à échelle indus­trielle via Gen­via, sa socié­té créée avec Schlum­ber­ger New Ener­gy, en par­te­na­riat avec Vin­ci Construc­tion, les ciments Vicat et l’Agence régio­nale éner­gie cli­mat Occi­ta­nie[60]. Objec­tif : créer une « giga fac­to­ry » pour « répondre aux livrai­sons de giga­watts d’élec­tro­ly­seurs et de piles à com­bus­tible que le mar­ché devrait deman­der en 2030 et au-delà[61]. »

Bru­no Le Maire et Bar­ba­ra Pom­pi­li, ministres de l’Économie et de la Tran­si­tion écologique :

« Compte tenu de son mix élec­trique fai­ble­ment émet­teur de CO2, la France dis­pose d’atouts pour fabri­quer l’hydrogène décar­bo­né. […] Le déve­lop­pe­ment des tech­no­lo­gies de l’hy­dro­gène repré­sente une oppor­tu­ni­té, tant dans les ter­ri­toires qu’à l’é­chelle euro­péenne, pour : 1) accé­lé­rer la tran­si­tion éco­lo­gique ; 2) créer une filière indus­trielle dédiée. […] Le mar­ché de la pro­duc­tion d’hydrogène décar­bo­né par élec­tro­lyse doit évo­luer vers des pro­jets de plus grande taille et de plus impor­tante capa­ci­té. La France se fixe ain­si un objec­tif de 6,5 GW d’électrolyseurs ins­tal­lés en 2030[62] . »

L’industrie rejet­te­ra donc tou­jours plus d’ammoniac, de chlo­rures d’hydrogène, de par­ti­cules fines, mais fabri­qués avec de l’hydrogène pro­duit « pro­pre­ment ». Vrai­ment ? Le « mix éner­gé­tique fai­ble­ment émet­teur de CO2 », c’est le nom de code pour nucléaire. L’hydrogène « décar­bo­né », c’est de l’hydrogène nucléaire, à quelques pour­cen­tages près d’éolien et de solaire, sources d’électricité aus­si rava­geuses que les autres[63]. Rabâ­chons : il‑n’y‑a-pas‑d’énergie-propre.

L’autre objec­tif des tech­no­lo­gistes est le moteur élec­trique à hydro­gène pour voi­ture, scoo­ter, bus, train, bateau, avion : les « mobi­li­tés du futur ». Car l’hydrogène pos­sède un fort pou­voir éner­gé­tique et peut être conver­ti en élec­tri­ci­té, en cha­leur ou en force motrice. Sui­vez bien : grâce à la pile à com­bus­tible (PAC), votre hydro­gène pro­duit avec de l’électricité… pro­duit dere­chef de l’électricité. C’est l’inverse de l’électrolyse.

Dépen­ser de l’électricité pour pro­duire de l’électricité, c’est rai­son­nable pour les ingé­nieurs. C’est ain­si qu’ils peuvent sto­cker l’électricité en sur­plus dans les périodes de moindre consom­ma­tion. Certes, ils perdent 85 % d’énergie pour trans­for­mer cette élec­tri­ci­té en hydro­gène, puis pour faire l’inverse, mais c’est mieux que de tout perdre. Comme les taux d’intérêt néga­tifs en somme. Puis les Sha­doks nous l’ont appris : « Il vaut mieux pom­per même s’il ne se passe rien, plu­tôt que ris­quer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pom­pant pas ».

Comme nous, lec­teur, tu sou­pires peut-être devant une telle débauche d’énergie, élec­trique et céré­brale, pour construire l’usine à gaz du futur. Tu penses que pour résoudre un pro­blème, il faut en sup­pri­mer la cause. Qu’il fau­drait d’urgence ralen­tir, pas­ser légers sur la terre à vif. Mais ça ne fait ni une crois­sance, ni de l’innovation. Les ministres et les ingé­nieurs, eux, pré­tendent faire à la fois la « tran­si­tion éco­lo­gique » et une « filière indus­trielle ». Nous aurons donc des méga­élec­tro­ly­seurs pour rechar­ger les bat­te­ries des voi­tures, des camions, des avions et des smart­phones.

Que cette volon­té de puis­sance, quoi qu’il en coûte, cette per­pé­tuelle ruée furieuse, après des décen­nies d’alertes inces­santes, relève du géno­cide et de l’écocide sadiques, d’une jouis­sance trans­gres­sive illi­mi­tée ; voi­là ce qu’on est bien for­cé d’admettre enfin. Que cette volon­té de puis­sance et cette jouis­sance trans­gres­sive se concentrent au plus haut point dans la classe tech­no­cra­tique et notam­ment chez les ingé­nieurs, rien de plus clair.

Virons les ingé­nieurs avant qu’ils ne nous achèvent.

Lâchons la puis­sance pour la quiétude.

La recherche en vitesse, la recherche de vitesse

Au crible de la crise sani­taire, l’industrie bio­tech­no­lo­gique est gagnante. Moder­na et Pfi­zer engrangent les béné­fices des vac­cins les plus rapides du monde. Moder­na dépasse les 60 mil­liards de dol­lars de capi­ta­li­sa­tion bour­sière ; Pfi­zer mise sur 15 mil­liards de chiffre d’affaires avec son anti-Covid en 2021.

Il faut d’ordinaire une décen­nie pour pro­duire un vac­cin, depuis les essais pré­cli­niques jusqu’à la phar­ma­co­vi­gi­lance. Miracle du Sars-Cov2 : dix mois ont suf­fi aux labos pour abou­tir. Cette accé­lé­ra­tion sans pré­cé­dent tient d’abord au finan­ce­ment hors normes des labo­ra­toires de bio­tech­no­lo­gies. Time is money. On compte en géné­ral un mil­liard d’euros pour déve­lop­per un vac­cin, de la recherche aux lignes de pro­duc­tion. Cette fois, l’administration Trump a mis 11 mil­liards de dol­lars pour la R&D et le pré­achat de doses (dont 2,5 mil­liards pour Moder­na, 2 mil­liards pour Pfi­zer, 1,2 pour Astra­Ze­ne­ca, 2 mil­liards pour Sano­fi & GSK). La Com­mis­sion euro­péenne a ver­sé 2 mil­liards d’euros pour des pré­com­mandes, le chiffre devrait grim­per. Le Cana­da, Israël, le Royaume-Uni ont finan­cé les labos de leur côté. S’ajoutent les finan­ce­ments pri­vés de la fon­da­tion Gates (150 mil­lions de dol­lars), de Nest­lé ou du réseau social chi­nois Tik Tok (10 mil­lions). Pour Marie Hum­blot-Fer­re­ro, spé­cia­liste de l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique au Bos­ton Consul­ting Group (BCG), ces sommes énormes sont un « accé­lé­ra­teur pour tout le monde : pour l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique comme pour les régu­la­teurs, on est dans une nou­velle façon de tra­vailler. […] Cela accé­lère éga­le­ment le finan­ce­ment de nou­velles tech­no­lo­gies[64]. »

La « régu­la­tion » : voi­ci l’autre expli­ca­tion de cette inno­va­tion à marche for­cée. Les indus­triels ont lan­cé la pro­duc­tion avant d’avoir les auto­ri­sa­tions de mise sur le mar­ché. Un risque pour eux sans doute, mais aus­si une pres­sion sur les admi­nis­tra­tions : on ne pou­vait tout-de-même pas avoir englou­ti tous ces mil­liards pour rien. Coup de pot, les vac­cins sont effi­caces, sûrs, garan­tis sans effets secon­daires indi­vi­duels ou col­lec­tifs à long terme. Croi­sons les doigts et oublions le vac­cin contre la dengue, reti­ré de la cir­cu­la­tion en urgence après de graves embal­le­ments immu­ni­taires. La dengue est un virus à ARN, comme le Sars-Cov2. Bref. Féli­ci­tons la fruc­tueuse col­la­bo­ra­tion des « Big phar­mas » et des start up, de l’intelligence arti­fi­cielle, des big data, des finan­ceurs et des cher­cheurs. Et des « régu­la­teurs », donc. Le Par­le­ment euro­péen a fait un effort de sim­pli­fi­ca­tion admi­nis­tra­tive inédit :

« Pour déve­lop­per, auto­ri­ser et rendre dis­po­nibles faci­le­ment des vac­cins sûrs contre le Covid-19, le Par­le­ment a adop­té une déro­ga­tion tem­po­raire à cer­taines règles sur les essais cli­niques. […] Cer­tains vac­cins ou trai­te­ments contre le Covid-19 déjà en cours de déve­lop­pe­ment peuvent être défi­nis comme des orga­nismes géné­ti­que­ment modi­fiés (OGM) et sont donc cou­verts par les direc­tives euro­péennes per­ti­nentes sur les OGM. […] une déro­ga­tion à ces règles est néces­saire pour évi­ter des retards impor­tants dans la mise au point de vac­cins et de trai­te­ments sus­cep­tibles de sau­ver des vies[65]. »

Vous voyez que l’Europe n’est pas ce monstre tech­no­cra­tique qui freine tout, à coup de normes et pro­cé­dures absurdes. Elle consen­ti­rait sûre­ment à déro­ger au règle­ment sur la pro­duc­tion du reblo­chon[66] en cas de grande famine.

Donc, cer­tains vac­cins anti-Covid sont des OGM. En l’occurrence, dans les vac­cins à ARN mes­sa­ger de Moder­na et Pfi­zer, la séquence géné­tique codant la pro­téine immu­no­gène (qui doit acti­ver l’immunité) a été modi­fiée, notam­ment pour assu­rer la sta­bi­li­té du pro­duit. Ces vac­cins à ARN mes­sa­ger sont auto­ri­sés sur l’humain pour la pre­mière fois à la faveur de la pan­dé­mie. Jusqu’ici, on ne les uti­lise que sur cer­tains ani­maux, et les usages humains traînent depuis des décennies.

Ces OGM n’entraînent nul risque de modi­fi­ca­tion de votre génome, assurent les scien­ti­fiques. Soit. Le risque serait plu­tôt, dans une pro­por­tion incon­nue, celui d’un embal­le­ment de votre sys­tème immu­ni­taire sous l’effet du vac­cin, si votre orga­nisme est ensuite expo­sé au virus (res­tez confi­nés). Puis, nous informe benoî­te­ment le site de vul­ga­ri­sa­tion Futu­ra Sciences, « comme elle est récente, cette tech­no­lo­gie pré­sente des incon­vé­nients qui sont sur­tout liés à un manque de recul scien­ti­fique sur son uti­li­sa­tion[67] ». Quels incon­vé­nients ? Vous les décou­vri­rez, peut-être, après vous être faits vacciner.

Ces vac­cins stop­pe­ront-ils la conta­gion du coro­na­vi­rus ? Quels seront les effets à long terme d’une tech­no­lo­gie géné­tique inex­pé­ri­men­tée, sur les indi­vi­dus et la popu­la­tion en géné­ral, sur le virus, ses muta­tions, son envi­ron­ne­ment qui est aus­si le nôtre ? En ver­tu de l’impossibilité de répondre à ces ques­tions, les tech­no­crates ont lan­cé la plus rapide opé­ra­tion de vac­ci­na­tion de masse de l’histoire, dans un labo­ra­toire à l’échelle pla­né­taire. Vac­cé­lé­ra­tion.

Au fait, qu’aurait-on réus­si en consa­crant ces 15 mil­liards de dol­lars à la pré­ven­tion et l’hygiène de vie, à l’amélioration de l’immunité indi­vi­duelle, à des soins alter­na­tifs ? On n’a pas essayé.

Chine, la grande invasion

On n’apprend pas aux joueurs de go à sai­sir une occa­sion. Comme Thier­ry Bre­ton, le pré­sident chi­nois Xi Jin­ping entend pro­fi­ter de la coro­na­crise pour accé­lé­rer les « ten­dances en cours ». En 2019, la Chine était en plein déploie­ment de puis­sance. Son pro­gramme des « nou­velles routes de la soie », tis­sait un filet d’infrastructures et d’investissements à tra­vers 100 pays – ports, aéro­ports, gazo­ducs, câbles sous-marins – afin de pilo­ter à son pro­fit l’ensemble des flux de mar­chan­dises, de don­nées, de per­sonnes. Quant au plan « Made in Chi­na 2025 » lan­cé en 2015, il devait faire du pays une super­puis­sance mon­diale dans les sec­teurs de pointe : robo­tique, numé­rique et intel­li­gence arti­fi­cielle, espace et aéro­nau­tique, nou­velles éner­gies, nou­veaux maté­riaux, nou­veaux véhi­cules, inno­va­tion dans la san­té, machi­nisme agri­cole et fer­ro­viaire. Son modèle éco­no­mique fon­dé sur une main d’œuvre peu chère, mutant en « indus­trie 4.0 » robo­ti­sée, à forte valeur ajou­tée, s’appuyant sur les entre­prises d’État et un inves­tis­se­ment de plus de 2000 mil­liards d’euros. On se rap­pelle l’ire de Donald Trump au sujet de ce plan et la bataille com­mer­ciale qui s’ensuivit.

La Chine est déter­mi­née à s’emparer à son pro­fit du « règne pla­né­taire de la tech­nique ». Voi­ci 40 ans que l’État tech­no­cra­tique, sous la direc­tion du Par­ti com­mu­niste, a déchaî­né les forces du mar­ché pour déve­lop­per les moyens de sa puis­sance[68]. Rap­pel du Glo­bal Times, tabloïd natio­na­liste publié en chi­nois et en anglais :

« Le temps de la Chine sou­mise est révo­lu. Le sta­tut ascen­dant de la Chine dans le monde exige qu’elle sau­ve­garde ses inté­rêts natio­naux d’une façon non équi­voque. Après tout, ce qui s’exprime der­rière le style « loup com­bat­tant » de la diplo­ma­tie chi­noise, c’est le rap­port de force qui est en train de chan­ger entre la Chine et l’Occident[69]. »

Puis un virus s’échappe d’un labo­ra­toire chi­nois. Ou plu­tôt, « le virus est appa­ru dans d’autres pays avant d’être détec­té à Wuhan[70] », où il fut impor­té dans des sur­ge­lés mal cuits. Méfiez-vous des ham­bur­gers yan­kees. Où l’on voit que la puis­sance et la diplo­ma­tie offen­sive ne sont pas vaines. Les enquê­teurs de l’OMS admis en Chine pour iden­ti­fier l’origine de l’épidémie ont conclu que l’accident de labo­ra­toire était « hau­te­ment impro­bable », convain­cus par « des dis­cus­sions longues et franches avec les cher­cheurs et leur enca­dre­ment. Ils sont les mieux pla­cés pour reje­ter ces allé­ga­tions et four­nir des réponses aux ques­tions[71]. » On allait le dire.

De retour de Chine, le chef de cette mis­sion, Peter Ben Emba­rek, admet qu’il n’a pas eu les moyens d’explorer la piste de l’accident de labo. Son entre­tien avec la revue scien­ti­fique amé­ri­caine Science trans­pire d’embarras : « hau­te­ment impro­bable » ne signi­fie pas « impos­sible[72] », murmure-t-il.

Rap­pe­lons que cette mis­sion de l’OMS qui abou­tit, selon Le Monde, à « un triomphe pour la Chine », incluait au moins un ami de la recherche chi­noise, Peter Das­zak, connu de nos lec­teurs[73]. Ce zoo­logue qui hurle plus fort que tous aux « théo­ries conspi­ra­tion­nistes », assu­rait en avril 2020 qu’aucun coro­na­vi­rus n’était en culture à Wuhan[74] – avant d’être démen­ti par le direc­teur du labo­ra­toire lui-même. Das­zak a ses rai­sons de pro­té­ger le labo P4 de Wuhan, ses tra­vaux sur l’aug­men­ta­tion des virus par gains de fonc­tion, et sa spé­cia­liste des coro­na­vi­rus, Shi Zhen­gli : il a co-signé des articles scien­ti­fiques avec celle-ci. Mieux, l’organisme Eco­Health Alliance qu’il pré­side a rever­sé des finan­ce­ments amé­ri­cains issus des Natio­nal Ins­ti­tutes of Health[75] au labo chi­nois. Un tel conflit d’intérêt chez un « enquê­teur » rap­pelle aux plus dis­traits l’allégeance de l’OMS à l’égard de Pékin.

La Chine finance la construc­tion du futur siège du Centre afri­cain de contrôle et de pré­ven­tion des mala­dies à Addis-Abe­ba en Éthio­pie, le pays de Tedros Adha­nom Ghe­breye­sus, direc­teur géné­ral de l’OMS. Lequel a fini par tra­hir sa ser­vi­li­té à force de cour­bettes. Fin jan­vier 2020, alors que le monde s’interroge sur l’origine et l’ampleur de l’épidémie en Chine, le doc­teur Tedros « se livre, avec une constance gênante, à des éloges sur la « trans­pa­rence » et la réponse « sans pré­cé­dent » des auto­ri­tés chi­noises[76]. » La pan­dé­mie est l’occasion de ren­for­cer l’emprise crois­sante de la Chine en Afrique.

Par­tout, la « diplo­ma­tie sani­taire », des masques aux vac­cins, devient une arme géo­po­li­tique et la « coopé­ra­tion vac­ci­nale » consti­tue une « nou­velle direc­tion » de la poli­tique exté­rieure chi­noise, explique le Gobal Times[77]. La Chine envoie son aide à l’Italie dès le mois de mars 2020 à grand ren­fort de pro­pa­gande – l’Italie qui a signé la pre­mière un pro­to­cole d’accord en 2019 sur les « nou­velles routes de la soie ». Hua­wei, en pleine polé­mique sur le déploie­ment de la 5G en France, aurait pro­po­sé des masques aux entre­prises « pou­vant lui être utiles dans son expan­sion[78] ».

Pas­sée inaper­çue, la signa­ture en novembre 2020 du Par­te­na­riat régio­nal éco­no­mique glo­bal (RCEP) est un « coup géo­po­li­tique » pour la Chine, selon l’ex-ministre alle­mand des affaires étran­gères, Josh­ka Fisher[79]. Cet accord com­mer­cial place le pays « au centre de la plus grande zone de libre-échange du monde », asso­ciant la Chine à l’As­so­cia­tion des nations de l’A­sie du sudest, au Japon, à la Corée du sud, l’Aus­tra­lie et la Nouvelle-Zélande.

Mena­çante effi­ca­ci­té du pre­mier pays tou­ché par la pan­dé­mie, tan­dis que la crise contraint les États-Unis et l’Europe à en rabattre. En février 2020, « l’usine du monde » était à l’arrêt, pro­vo­quant une crise des appro­vi­sion­ne­ments inédites en Occi­dent. Un an de tech­no­cra­ture sani­taire plus tard (assi­gna­tion à rési­dence, fli­cage élec­tro­nique, dis­pa­ri­tion et cen­sure des scep­tiques et des rétifs, « contrô­leurs de quar­tiers » à la Mao), la Chine est le seul État affi­chant un PIB en hausse en 2020, à + 2,3 %. Elle enre­gistre son excé­dent com­mer­cial le plus éle­vé depuis 2015, avec 535 mil­liards de dol­lars, grâce à la vente de 224 mil­liards de masques au monde entier et à l’exportation de pro­duits élec­tro­niques[80]. Selon le sino­logue Jean-Pierre Cabes­tan, prof à Hong Kong :

« La Chine sort même ren­for­cée de cette crise. Le pays est la prin­ci­pale source de crois­sance dans le monde. Il est deve­nu incon­tour­nable. Pre­nez les banques : toutes veulent inves­tir en Chine, les finan­ciers sont à genoux devant elle, et comme le pays a assou­pli ses règles rela­tives aux inves­tis­se­ments étran­gers, elle gagne des points. Avec la situa­tion éco­no­mique déplo­rable que l’on connaît dans le reste du monde, si l’on est cynique, la seule option pour relan­cer l’é­co­no­mie est la Chine[81]. »

Comme au temps de la guerre froide, cette accé­lé­ra­tion chi­noise ren­force la com­pé­ti­tion entre puis­sances et accé­lère la course à l’innovation. Modi­fi­ca­tions géné­tiques de l’humain, robo­tique, vie sous assis­tance et contrainte numé­riques, conquête spa­tiale, smart cities : la Chine bâtit à grande vitesse le monde-machine pour les hommes-machines, les Machi­nois du futur, grâce à l’efficacité conver­gente de l’organisation com­mu­niste et du sys­tème technicien.

Mutation : au-delà du techno-capitalisme

Un an après le déclen­che­ment de la pan­dé­mie, voi­ci un tableau provisoire.

D’un côté, les gagnants de la crise : la « Tech » et la Sili­con Val­ley, Wal­mart et les hyper­mar­chés, la Chine, Ama­zon et les livrai­sons à domi­cile, les usines « 4.0 » et les robots, les mil­liar­daires, Arke­ma, le Plexi­glas et la chi­mie, la télé, les applis de visio­con­fé­rence, le pod­cast, le paie­ment sans contact, l’immobilier péri-urbain, la voi­ture, le vélo élec­trique, les drones, Doc­to­lib et la télé­mé­de­cine, les start up du numé­rique, les consoles de jeu et les loi­sirs en ligne, la 5G, l’industrie phar­ma­ceu­tique, les congé­la­teurs, les machines à pain, à café et à raclette, le livret A, les dis­tri­bu­teurs auto­ma­tiques de piz­zas, l’« intel­li­gence » arti­fi­cielle, la bande des­si­née, les per­ceuses, Tin­der, les réseaux sociaux, les anxio­ly­tiques, Net­flix, les action­naires, le virtuel.

De l’autre, les per­dants : les boîtes de nuit et caba­rets, les bis­trots, les hôtels et res­tau­rants, les bras­seurs et viti­cul­teurs, l’argent liquide et les chèques, les vieux, les fleu­ristes, les vide-gre­niers, les pauvres, les trans­ports publics, l’aéronautique et l’industrie auto­mo­bile, les sta­tions ther­males, les agences de voyage, le tou­risme, les sta­tions de ski, les méde­cins de mon­tagne, les fes­ti­vals, le spec­tacle vivant et le ciné­ma, les jeunes, les bou­qui­ne­ries, les bou­tiques d’habillement et autres de centre-ville, les fers à repas­ser, la publi­ci­té, les foires et salons, les chô­meurs, les spor­tifs et les artistes ama­teurs, la vie direc­te­ment vécue.

Que s’est-il pas­sé ? Les diri­geants des éco­no­mies les plus avan­cées ont sus­pen­du toute acti­vi­té non liée à la san­té et à la vie quo­ti­dienne. Zor­glub[82] nous a gelés sur place d’un coup de Zor­glonde. La tech­no­cra­tie a sai­si l’occasion du choc, de la rup­ture, bru­tale et inédite, pour accé­lé­rer la muta­tion du sys­tème tech­no-éco­no­mique. L’économiste amé­ri­cain Jason Fur­man l’annonce en mai 2020, la crise « pro­vo­que­ra une vaste redis­tri­bu­tion par­mi les entre­prises et les sec­teurs éco­no­miques[83]. » Non par enchan­te­ment, mais sur déci­sion tech­no­cra­tique, comme l’indique le com­mis­saire euro­péen Thier­ry Bre­ton : « on ne va pas rebâ­tir le monde d’après avec les sché­mas et les outils du monde d’avant[84]. » Robert Boyer, éco­no­miste auteur de Les capi­ta­lismes à l’épreuve de la pan­dé­mie[85], assure qu’« il est impos­sible que tout « reprenne » comme avant » car « une trans­for­ma­tion struc­tu­relle de l’économie se pro­duit sous nos yeux » :

« La « congé­la­tion » de l’économie a accé­lé­ré le déver­se­ment de valeur entre des indus­tries en déclin et une éco­no­mie de plates-formes en pleine crois­sance – pour faire image, le pas­sage de l’ingénieur de l’aéronautique au livreur d’Amazon. Or cette éco­no­mie offre une très faible valeur ajou­tée, un médiocre niveau de qua­li­fi­ca­tion à la majo­ri­té de ceux qui y tra­vaillent, et génère de très faibles gains de pro­duc­ti­vi­té. J’ai long­temps pen­sé que ces carac­té­ris­tiques allaient débou­cher sur une crise struc­tu­relle du capi­ta­lisme, mais je recon­nais aujourd’hui que je me suis trom­pé. […] le capi­ta­lisme n’est pas du tout en crise, il sort même consi­dé­ra­ble­ment ren­for­cé par cette pan­dé­mie[86]… »

Le capi­ta­lisme mute, comme le virus, sous l’effet de l’emballement tech­no­lo­gique, mais son « ren­for­ce­ment », comme l’appelle Robert Boyer, consti­tue en fait ce que les théo­ri­ciens mar­xistes – et Marx lui-même – nom­maient plu­tôt « dépas­se­ment ». L’émergence, des flancs de la vieille socié­té, d’une socié­té nou­velle où l’acquisition de puis­sance compte davan­tage que l’accumulation du capi­tal, et dicte sa loi, sa ratio­na­li­té, au capi­tal et à l’État eux-mêmes, qui la financent et la pro­tègent. L’un et l’autre y trou­vant leur compte sous forme de pro­fits et de pou­voirs supplémentaires.

Cette socié­té nou­velle que l’on nomme « tech­no­cra­tie[87] » depuis le néo­lo­gisme de l’ingénieur William Smyth en 1919 et qui repose sur le machi­nisme et la tech­no­lo­gie, éli­mine constam­ment les moins adap­tés. Cha­cun le sait depuis la dis­pa­ri­tion des pay­sans et bien avant que des scien­ti­fiques dévoyés ne répandent la fable du « dar­wi­nisme social » et de la néces­si­té de l’eugénisme, aujourd’hui tech­no­lo­gique[88].

La tech­no­cra­tie elle-même se recom­pose et se pola­rise, entre ceux que la machine rem­place – tech­ni­ciens et cadres inter­mé­diaires, fonc­tions sup­port – et ceux qui détiennent effec­ti­ve­ment la Machine, parce qu’ils la pilotent effec­ti­ve­ment : cher­cheurs, ingé­nieurs, cadres supé­rieurs, diri­geants, entrepreneurs.

Quelles que soient les socié­tés consi­dé­rées, com­mu­nistes ou libé­rales, éta­tiques ou par­le­men­taires, « des­po­tiques asia­tiques » ou « libé­rales occi­den­tales », c’est en faveur de la haute tech­no­cra­tie, de la couche supé­rieure de la classe tech­no­cra­tique, dont la volon­té de puis­sance s’enfle des gains accu­mu­lés durant la crise, que s’accroît le rap­port de forces. La muta­tion est la pour­suite de la lutte de classes par d’autres moyens.

Pièces et main d’œuvre

Gre­no­po­lis, 22 février 2021

Retrou­vez ce texte et bien d’autres sur le site des Chim­pan­zés du futur : https://chimpanzesdufutur.wordpress.com/

Lisez ce texte sur papier dans les Pièces déta­chées n°92 & 92’.

Lire aus­si :

  • Pièce déta­chée n°17 : « Éner­gie : il n’y a pas d’alternative »

Pour com­man­der les Pièces déta­chées, voir la rubrique « Librai­rie » sur www.piecesetmaindoeuvre.com


  1. https://www.geo.fr/environnement/la-pollution-de-lair-a-tue-pres-de-500–000-nouveaux-nes-en-2019–202545
  2. CBS, 10/05/20
  3. Cita­tions tirées du Monde, édi­tions des 24/03/20, 28/04/20, 19/05/20, 7–8/06/20, 25/08/20 4
  4. RTL 12/04/20
  5. Com­mis­sion euro­péenne, Hori­zon 2020 en bref
  6. M. Roco et W. Bain­bridge, The new world of dis­co­ve­ry, inven­tion, and inno­va­tion : conver­gence of know­ledge, tech­no­lo­gy, and socie­ty (Sprin­ger, 2013)
  7. Rap­port dis­po­nible sur https://www.economie.gouv.fr/files/Rapport_college_experts_06_02.pdf
  8. https://agriculture.gouv.fr/sites/minagri/files/08_aides_a_la_conversion_et_au_maintien_de_lab.pdf
  9. Les ministres B. Le Maire, A. Pan­nier-Runa­cher et F. Vidal, lettre de mis­sion à Benoît Potier pour la rédac­tion du rap­port « Faire de la France une éco­no­mie de rup­ture tech­no­lo­gique », op. cit.
  10. « Roland Ber­ger and Sig­fox Announce stra­te­gic part­ner­ship ULTRA VALUE to unlock busi­ness value through IoT », www.rolandberger.com
  11. Le Dau­bé, 9/02/21.
  12. Le Dau­bé, 27/10/20.
  13. P. Salin, « On ne résou­dra pas une crise de l’offre en aug­men­tant la demande », Le Monde, 28/03/20.
  14. Le Monde, 16/06/20.
  15. Idem.
  16. L’Usine nou­velle, 27/12/20.
  17. https://www.france24.com/fr/%C3%A9missions/ici-l-europe/20201225-mariya-gabriel-commissaireeurop%C3%A9enne-nous-ne-voulons-pas-d-une‑g%C3%A9n%C3%A9ration-lockdown 19
  18. Le Dau­bé, 31/03/20.
  19. lepoint.fr 26/09/20.
  20. Le Monde diplo­ma­tique, novembre 2020.
  21. Le Monde, 3/10/20.
  22. Le Monde, 10/02/21.
  23. Le Monde, 5/02/21
  24. Le Dau­bé, 10/05/20.
  25. Le Monde, 20/02/21.
  26. « Faire de la France une éco­no­mie de rup­ture tech­no­lo­gique », 7/02/20, rap­port cité.
  27. Le Monde, 7/02/21.
  28. Le Monde, 27/01/21.
  29. Le Monde, 7–8/06/20.
  30. Reu­ters, 27/03/20.
  31. www.healthandtech.eu/fr/tour/news/9093/1er-conseil-numerique-sante-accompagnement-acteurs-coeurpreoccupations.html
  32. Le Monde, 9/06/20.
  33. Tech­no­lo­gie per­met­tant de sto­cker et trans­mettre des infor­ma­tions de façon trans­pa­rente, sûre et décen­tra­li­sée.
  34. Le Monde, 15/01/21.
  35. « Vers la fin de l’argent liquide », Le Monde, 7–8/06/20.
  36. www.reuters.com/article/us-usa-funds-best-yearend/stay-at-home-trade-still-has-legs-in-21-top-mutualfund-managers-idUSKBN28W0J5
  37. Le Monde, 1/09/20.
  38. Cf. « Et si on reve­nait à la bou­gie ? Le noir bilan de la Houille blanche », Pièces et main d’œuvre, Pièce déta­chée n°88.
  39. Libé­ra­tion, 1/02/21.
  40. www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/loire-atlantique/video-le-spectacle-du-chien-robot-impressionne-leschiens-en-chair-et-en-os-place-graslin-a-nantes-cb75851a-3a25-11eb-b87c-7ba9e39963ec
  41. Le Monde
  42. Cf. Le Monde, 28/05/20.
  43. Rap­port de la Fédé­ra­tion inter­na­tio­nale de robo­tique, 24/09/20.
  44. D. Marin, « La pan­dé­mie peut-elle accroître la pro­duc­ti­vi­té ? », Le Monde, 4/02/21
  45. Le Monde, 9/02/21.
  46. https://www.accenture.com/fr-fr/insights/technology/tech-vision-coronavirus-trends
  47. Huf­fing­ton Post, 5/04/20
  48. https://covidia.org/methodes/
  49. C. Cas­to­ria­dis, “Voie sans issue”, in Le monde mor­ce­lé, Les car­re­fours du laby­rinthe 3, Seuil, 1990.
  50. https://www.accenture.com/fr-fr/insights/technology/tech-vision-coronavirus-trends
  51. « Pan­dé­mie, intel­li­gence arti­fi­cielle et san­té men­tale des tra­vailleurs », RFI, 8/11/20.
  52. https://www.insee.fr/fr/statistiques/5012095
  53. Le Monde, 17/02/20.
  54. Idem.
  55. https://immobilier-etat.gouv.fr/les-grands-dossiers/france-relance-projets-renovation-energetique-batimentspublics
  56. Le Monde, 7/10/20.
  57. Cf. Jules Verne, L’île mys­té­rieuse, 1874. Livre de poche, 2002. p. 422
  58. Cf. « Une tech­no­lo­gie qui tombe pile ? La pile à com­bus­tible, nou­velle chi­mère du tech­no-gra­tin gre­no­blois », 2005, sur www.piecesetmaindoeuvre.com
  59. Le Dau­bé, 9/02/21.
  60. https://www.cea.fr/presse/Pages/actualites-communiques/institutionnel/presidence-genvia-fevrier-2021.aspx
  61. 09/09/20, www.economie.gouv.fr/presentation-strategie-nationale-developpement-hydrogene-decarbonefrance
  62. Cf. Le soleil en face. Rap­port sur les cala­mi­tés de l’énergie solaire et des pré­ten­dues éner­gies alter­na­tives, Fré­dé­ric Gaillard, L’Échappée, 2012.
  63. www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/covid-5-chiffres-fous-sur-le-financement-des-vaccins1269170
  64. www.europarl.europa.eu/news/fr/press-room/20200706IPR82731/le-parlement-permettra-undeveloppement-accelere-des-vaccins-contre-le-covid-19
  65. file:///Users/nom/Downloads/CDCReblochon_BO‑1.pdf
  66. https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-fonctionne-vaccin-arn-84148/
  67. Cf. « Alain Badiou nous attaque et nous fai­sons (hum­ble­ment) notre auto­cri­tique », Marius Blouin (2019), sur www.piecesetmaindoeuvre.com, et Pièces déta­chées n°87a & 87b.
  68. Cité in Le Monde, 3–4/05/20.
  69. Le Chi­na Dai­ly, cité in Le Monde, 11/02/21.
  70. Le Monde, 11/02/21.
  71. Cf. « L’OMS n’a rien vu à Wuhan » et la tra­duc­tion de l’entretien de Science sur www.piecesetmaindoeuvre.com
  72. Cf. « Un virus d’origine scien­ti­freak ? », juin 2020, www.piecesetmaindoeuvre.com, Pièce déta­chée n°92.
  73. www.independentsciencenews.org/health/the-case-is-building-that-covid-19-had-a-lab-origin/
  74. https://www.dailymail.co.uk/news/article-8211291/U‑S-government-gave‑3–7million-grant-Wuhan-labexperimented-coronavirus-source-bats.html
  75. Le Monde, 15/04/20.
  76. Le Monde 11/02/21.
  77. Le Monde, 7/07/20.
  78. https://www.medias24.com/la-chine-ce-grand-vainqueur-de-2020–14768.html 80
  79. Le Monde, 18/01/21.
  80. Le JDD, 23/01/21, https://www.lejdd.fr
  81. Cf. Fran­quin, Z comme Zor­glub (Dupuis)
  82. Le Monde, 17–18/05/20.
  83. Le Monde, 23/05/20.
  84. La Décou­verte, oct.2020.
  85. Le Monde, 3/10/20.
  86. Cf. Marius Blouin, De la tech­no­cra­tie. Sur la classe diri­geante à l’ère du capi­ta­lisme tech­no­lo­gique. Ludd contre les Amé­ri­cains. Pièces déta­chées n°80 & 80’, et sur www.piecesetmaindoeuvre.com
  87. Cf. Pièces et main d’œuvre, Aler­tez les bébés ! Objec­tions aux pro­grès de l’eugénisme et de l’artificialisation de l’espèce humain, Ser­vice com­pris, 2020.

Print Friendly, PDF & Email
Total
310
Shares
4 comments
  1. Bon­jour qui forme ces tech­no­crates, ingé­nieurs, fonc­tion­naires, pro­gram­meurs, cadres, contre­maîtres, com­mu­ni­quants… ? Com­ment sont-ils sélec­tion­nés afin que per­sonne ne résiste ?

  2. Le lien de la pre­mière note de bas de page ne fonc­tionne pas, serait-il pos­sible de cor­ri­ger cela ou la page est mort ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Un optimisme pathologique : comment l’espoir colporté par les médias perpétue la catastrophe

En cette période de début d'une nouvelle année, bilans et perspectives futures sont publiés à tort et à travers par les médias de masse. Dans le monde entier, c'est la saison des rassurances. Avant d'en analyser quelques exemples (une vidéo éditée par Slate France et un article du quotidien Libération), il est bon de replacer la discussion dans son contexte. [...]
Lire

Pourquoi les ONG sont un problème (par Stephanie McMillan)

Depuis cette conversation, les ONG ont proliféré comme des champignons dans le monde entier. D’abord déployées dans les formations sociales dominées par l’impérialisme, elles occupent aujourd’hui aussi la scène politique des pays qui sont la base du capitalisme. Elles sont devenues la nouvelle forme à la mode d’accumulation du capital, avec une portée mondiale et des milliards de revenus. Tout se prétendant "à but non-lucratif", elles servent de source de revenus importants pour ceux d’en haut, tout en gavant de larges couches de la petite bourgeoisie, leur permettant de s'étaler sur la classe ouvrière comme une couverture chauffante humide, mettant ainsi en sourdine ses revendications. [...]