Les industries des énergies « vertes » et le « mangerbio » : deux fausses solutions (par Nicolas Casaux)

I. Les énergies « vertes » : une double imbécillité

Depuis plu­sieurs années, dans les médias grand public, la pro­pa­gande en faveur du déve­lop­pe­ment des éner­gies dites « vertes » (et, plus lar­ge­ment, en faveur du « déve­lop­pe­ment durable ») ne cesse de s’intensifier. En paral­lèle, l’état du monde natu­rel ne cesse d’empirer (je pour­rais citer une liste inter­mi­nable d’indicateurs de la catas­trophe éco­lo­gique en cours, mais il est plus simple de sou­li­gner qu’aucun indi­ca­teur ne témoigne d’une amé­lio­ra­tion véritable).

Le maga­zine GEO, par exemple, vient de publier un article inti­tu­lé Bil­bao, fer de lance d’une indus­trie éolienne espa­gnole revi­go­rée. Dans l’article, on apprend que « l’in­dus­trie éolienne espa­gnole a trou­vé à Bil­bao, au Pays basque, un fer de lance pour pré­ser­ver sa com­pé­ti­ti­vi­té face à la Chine et l’Eu­rope du nord ». Ce que cela nous indique, très clai­re­ment, c’est que l’industrie éolienne doit être une indus­trie com­pé­ti­tive, comme les autres, en s’intégrant au capi­ta­lisme mon­dia­li­sé. « L’éner­gie ter­restre, alias ‘onshore’, est le pari de l’en­tre­prise Hai­zea, qui pré­voit de fabri­quer des éoliennes de 160 mètres de haut, dans une usine flam­bant neuve du port de Bil­bao, de 500 mètres de long pour 130 de large. […] Hai­zea compte éga­le­ment per­cer dans l’éo­lien ‘off­shore’, en mer. La com­pa­gnie fabri­que­ra des tours pour les éoliennes off­shore, dont les bases s’en­foncent jus­qu’à 50 mètres sous le fond marin et 110 mètres sous la sur­face de l’eau. »

Ain­si que Phi­lippe Bihouix, Guillaume Pitron et Oli­vier Vidal (direc­teur de recherche au CNRS, qui s’intéresse aux nou­velles indus­tries des soi-disant « renou­ve­lables ») le montrent dans leurs tra­vaux[1], et ain­si que la Banque mon­diale l’explique dans un de ses com­mu­ni­qués, le déve­lop­pe­ment des éner­gies dites « vertes » génère et va entraî­ner une énorme aug­men­ta­tion de l’exploitation de diverses res­sources non-renou­ve­lables (métaux, mine­rais, etc.), avec des impacts envi­ron­ne­men­taux à la mesure de cet essor. C’est-à-dire catastrophiques.

Mais le carac­tère absurde et contre-pro­duc­tif du fait de pré­sen­ter ces nou­velles indus­tries « vertes » (du solaire, de l’éolien, de l’hydroélectrique, etc.) comme des solu­tions ne se limite pas à leur aspect non éco­lo­gique, anti­éco­lo­gique. Le fait qu’aucune de ces indus­tries ne soit réel­le­ment éco­lo­gique ne consti­tue que la moi­tié de l’angle mort de la rhé­to­rique en leur faveur.

L’autre moi­tié relève d’une évi­dence encore plus fla­grante : à quoi sert l’électricité pro­duite par ces indus­tries (du solaire, de l’éolien, de l’hydroélectrique, etc.) ? Cer­tai­ne­ment à rien que l’on puisse qua­li­fier d’écologique, à rien qui ne béné­fi­cie au monde natu­rel, à rien qui ne par­ti­cipe de sa pré­ser­va­tion ou de sa gué­ri­son. L’électricité pro­duite par ces indus­tries sert à la même chose que l’électricité pro­duite par des cen­trales au char­bon, au gaz natu­rel, ou nucléaires. À savoir, à ali­men­ter en éner­gie des usines (de Mon­san­to, d’ar­me­ment, etc.), des data cen­ters, des télé­vi­sions, des réfri­gé­ra­teurs, des micro-ondes, des voi­tures, des rasoirs élec­triques, des machines à café, des ordi­na­teurs, des trot­ti­nettes élec­triques, des seg­way, des iPad, des iPod, des iPhone, des iWatch, des iMac, des McDo­nald, des consoles de jeux vidéo, des chaines Hi-Fi, des lec­teurs Blu-Ray, des brosses à dents élec­triques, des sèche-che­veux, à rechar­ger des télé­phones mobiles, etc. Autant de choses dont la pro­duc­tion et le fonc­tion­ne­ment sont tout sauf écologiques.

Mais tout comme il espère ou croit que les éner­gies soi-disant « renou­ve­lables » ou « vertes » le sont vrai­ment, le mou­ve­ment éco­lo­giste grand public espère que la pro­duc­tion et le fonc­tion­ne­ment de toutes ces choses seront (et peuvent donc être) ren­dus « renou­ve­lables » ou « verts » dans le futur.

Une des inep­ties du mou­ve­ment éco­lo­giste grand public relève de ce qu’il ne com­prend pas, ou refuse d’admettre, que l’ensemble du mode de vie de la civi­li­sa­tion élec­trique est éco­lo­gi­que­ment insou­te­nable, et que même si toute l’énergie qu’il uti­li­sait pro­ve­nait de sources d’énergies (véri­ta­ble­ment) « vertes », éco­lo­giques (ce qui n’est pas pos­sible), cela ne résou­drait qu’une petite par­tie d’un pro­blème qu’il refuse de poser autre­ment qu’en des termes qui le rendent inso­luble. En effet, si au lieu de deman­der com­ment rendre « vert » tel ou tel aspect de la civi­li­sa­tion indus­trielle, il se deman­dait s’il est pos­sible, et s’il est sou­hai­table, de les rendre éco­lo­giques, il com­men­ce­rait à entre­voir l’impasse éco­lo­gique dans laquelle il nous mène.

II. L’éco-consommation (l’écomoralisme de classe) : une fausse solution vraiment inique

« Nous avons aujourd’hui un mode de vie insou­te­nable ». C’est ce qu’affirme Pas­cal Can­fin, PDG du WWF, dans une petite vidéo qui a récem­ment fait le buzz sur les réseaux sociaux. On ne peut qu’acquiescer, évi­dem­ment. Seule­ment, la suite de son plai­doyer, qui traite des solu­tions, illustre bien la rai­son pour laquelle il est à la tête d’une branche natio­nale de l’ONG éco­lo­giste la plus célèbre du capi­ta­lisme mondialisé :

« On a mon­tré au WWF qu’on pou­vait, sans dépen­ser 1 euro de plus, pour une famille de 2 adultes et 2 enfants, aller jusqu’à 50 % de pro­duits bio. »

Il recom­mande ensuite de rem­pla­cer la viande « par des pâtes ou par des légu­mi­neuses, ou par des fruits et des légumes », et explique qu’il est impor­tant de man­ger « moins de viande, mais mieux de viande ».

(Pour­quoi le bio n’est pas et ne sera jamais une solu­tion aux pro­blèmes que nous connaissons)

La solu­tion au désastre éco­lo­gique, c’est donc que les gens mangent des pâtes et moins de viande (il s’agit de la fameuse rhé­to­rique de la douche courte[2]). Pen­dant ce temps-là, les riches peuvent conti­nuer à voya­ger en jet, à ache­ter de nou­veaux yachts chaque année, à se faire construire des vil­las tou­jours plus fas­tueuses, les indus­tries peuvent conti­nuer d’accaparer des terres, de pri­va­ti­ser des sources, de pol­luer des fleuves et des rivières, d’utiliser des res­sources non renou­ve­lables et des res­sources renou­ve­lables dans d’innombrables acti­vi­tés com­plè­te­ment nui­sibles (de l’aérospatiale aux indus­tries de l’armement), les indus­triels de construire de nou­veaux com­plexes immo­bi­liers, hôte­liers, de nou­veaux ter­rains de golf, de nou­veaux centre com­mer­ciaux, et ain­si de suite. Mer­ci Pas­cal. Si avec ce régime popu­laire à base de pâtes et de mieux de viande, on ne sauve pas la pla­nète, vrai­ment, c’est qu’il n’y avait rien à faire.

(Bien sûr, ailleurs, Pas­cal Can­fin et le WWF prônent peut-être, en plus des pâtes et des légu­mi­neuses, d’autres solu­tions ou types de solu­tions, mais qu’il ait choi­si de résu­mer sa minute-solu­tion à ce mes­sage en par­ti­cu­lier en dit long).

Ce qui nous ramène au pre­mier exemple et à la manière dont l’écologisme grand public ne per­çoit pas (ou occulte sciem­ment) l’ampleur du carac­tère anti­éco­lo­gique de la civi­li­sa­tion indus­trielle mon­dia­li­sée. Il se contente de faire illu­sion, de pro­mou­voir des fausses solu­tions, qui ne menacent pas les classes des riches et des puis­sants mais qui per­mettent de don­ner le change, de garan­tir la paix léthar­gie sociale, de pré­ser­ver le sta­tu quo, à défaut de la planète.

Nico­las Casaux


  1. Voir, de Phi­lippe Bihouix, l’article Du mythe de la crois­sance verte à un monde post-crois­sance, voir aus­si mon article L’étrange logique der­rière la quête d’énergies ‘renou­ve­lables’, qui expose cela plus en détail.
  2. À ce sujet, il faut lire l’article de Der­rick Jen­sen, Oubliez les douches courtes.

Print Friendly, PDF & Email
Total
12
Shares
4 comments
  1. Salut,
    Dans les uti­li­sa­tions élec­triques cer­taines sont quand même plus utile que d’autre. Mon pater­nel qui a connu la 2eme guerre mon­diale, se sou­vient de la conser­va­tions des ali­ments qui pour­rissent mal­gré toutes les pré­cau­tions qu’il pou­vait faire. La machine a laver aus­si a été une révo­lu­tion pour les femmes. Avant il fal­lait beau­coup de temps et d’énergie pour laver le linge. D’ailleurs pour lui c’est la machine la plus utile inven­tée au 20eme siècle. Après les écrans, gad­get et com­pa­gnie sont deve­nus impé­ra­tifs alors que tota­le­ment super­flus, en plus tel­le­ment polluant…

    1. De même que la bagnole a per­mis le dépla­ce­ment plus rapide et plus confor­table que la trac­tion ani­male, que la tron­çon­neuse a faci­li­té la découpe du bois etc…Le réfri­gi­ra­teur déna­ture les ali­ments et n’est que trés moyen­ne­ment indis­pen­sable pour ceux qui vivent arti­fi­ciel­le­ment en ville et pas du tout pour les habi­tants des cam­pagnes( puit,salaison,séchage…)Idem pour la machine à laver,produit de masse pour une culture de masse tota­li­taire et des­truc­trice par­fai­te­ment bien expli­qué sur ce site.

  2. Mon père Ber­nard Char­bon­neau a écrit dès les années 70 que l’a­gri­cul­ture bio­lo­gique ne résou­drait pas la crise éco­lo­gique comme d’ailleurs toutes les tech­no­lo­gies dites alternatives !!

    Son fils Simon éga­le­ment auteur de nom­breux ouvrages sur cette question !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

« Protéger les riches du monde contre les tensions et les problèmes des pauvres » (par l’UE)

Opérations d’endiguement – protéger les riches du monde contre les tensions et les problèmes des pauvres. Puisque la proportion de la population mondiale vivant dans la misère et la frustration continuera d’être très élevée, les tensions entre ce monde et le monde des riches continueront de s’accentuer, avec les conséquences que cela suppose.