Fukushima, Work in progress (par Audrey Vernon)

À l’oc­ca­sion du dixième anni­ver­saire de la catas­trophe nucléaire de Fuku­shi­ma, Audrey Ver­non nous pro­pose le texte com­plet de sa pièce de théâtre sur le sujet, ain­si qu’une cap­ta­tion vidéo d’une de ses répé­ti­tions (pla­cée à la fin de cette publication).

Fukushima, work in progress… 

Une légende Japonaise. 

Voix Off :

Fuku­shi­ma est une pré­fec­ture du japon située dans la pro­vince du Tohoku, 

Fuku­shi­ma signi­fie lit­té­ra­le­ment île du Bon­heur, de la chance… 

Sa Capi­tale est la ville de Fukushima

Fuku­shi­ma est une pré­fec­ture du japon située dans la pro­vince du Tohoku, 

Fuku­shi­ma signi­fie lit­té­ra­le­ment île du Bon­heur, de la chance… 

Sa Capi­tale est la ville de Fukushima

Fuku­shi­ma est une pré­fec­ture du japon située dans la pro­vince du Tohoku, 

Fuku­shi­ma signi­fie lit­té­ra­le­ment île du Bon­heur, de la chance… 

Sa Capi­tale est la ville de Fukushima

Audrey éclai­rée à jar­din posi­tion surélevée.

Audrey : Le 11 mars 2011 à 14 h 46, 23 secondes.

La plaque paci­fique a bru­ta­le­ment glis­sé entre les plaques phi­lip­pines et eur­asiennes déclen­chant un séisme de magni­tude 9 sur l’échelle de Rich­ter, dépla­çant l’ile du japon de 2,4 mètres vers l’est, dépla­çant l’axe de la terre de 25 cen­ti­mètres et accé­lé­rant légè­re­ment sa rotation.

Xavier : Dès les pre­miers ins­tants du séisme, les 54 cen­trales nucléaires du pays se sont arrê­tées immédiatement.

Audrey : Par inser­tion auto­ma­tique des grappes de com­mande dans le cœur des réacteurs…

Xavier : Tout a mer­veilleu­se­ment fonctionné…

Audrey : 50 minutes plus tard, à 15H36, un tsu­na­mi a défer­lé sur les côtes de la région du Tohoku.

Xavier : Une vague de 14 mètres a empor­té 16 000 personnes.

Audrey : Une vague de 14 mètres a sub­mer­gé la cen­trale de Fuku­shi­ma… la pri­vant de ses sources externes d’électricité et de ses moyens internes de refroidissement.

L’énergie néces­saire au refroi­dis­se­ment du cœur des réac­teurs était per­due, les réac­teurs ont com­men­cé à surchauffer…

Xavier : Il est 15h36 la région est dévas­tée, les routes impra­ti­cables, tout est détruit… la cen­trale de Fuku­shi­ma est plon­gée dans le noir.

Audrey : Sur les 6 réac­teurs, 3 étaient à l’arrêt à froid pour maintenance.

Dans les salles de com­mande des réac­teurs 1, 2 et 3 les écrans de contrôle ne fonc­tionnent plus. Les tra­vailleurs de la cen­trale n’ont plus accès aux para­mètres : pres­sion, tem­pé­ra­ture, niveau d’eau…

La pres­sion dans l’en­ceinte du bâti­ment ne doit pas être trop forte pour ne pas l’abîmer, la tem­pé­ra­ture ne doit jamais atteindre les 1200 degrés et le niveau d’eau dans les cuves qui contiennent le com­bus­tible ne doit jamais, jamais, jamais, baisser.

Xavier : Les sys­tèmes de refroi­dis­se­ment de secours devraient se mettre en marche automatiquement.

Audrey : Mais les cuves de Die­sel des géné­ra­teurs élec­triques de secours ali­men­tant les sys­tèmes de refroi­dis­se­ment de secours ont été empor­tées par le tsunami.

Il est 15h36, les hommes pré­sents dans les salles de com­mande des réac­teurs 1, 2 et 3 ne se sont pas aper­çus tout de suite que le sys­tème de refroi­dis­se­ment de secours ne s’était pas mis en marche, sans aucun ins­tru­ment de mesures, avec des répliques du séisme constantes et per­sua­dés que les sys­tèmes de refroi­dis­se­ment de secours s’étaient mis en marche automatiquement…

Xavier : Les télé­phones por­tables ne fonc­tionnent plus, la cen­trale de Fuku­shi­ma n’est plus joi­gnable que par Télé­phone fixe…

Audrey : À Tokyo. Au siège de Tep­co. Tokyo Elec­tric power company.

Nous ne savons pas exac­te­ment ce qui se passe mais nous savons qu’un acci­dent nucléaire est hau­te­ment improbable.

Les cen­trales nucléaires sont sûres, archi sûres. 

Audrey prend un télé­phone fixe. 

« Bon­jour, ici le siège de Tep­co, Tokyo élec­tric power com­pa­ny, pour­riez-vous nous faire un point sur la situa­tion dans la cen­trale de Fukushima ?

Vous n’avez plus d’électricité… sur les 6 réac­teurs… ah ouf… Le géné­ra­teur élec­trique de secours… d’une clim ! Sur les 6 réac­teurs… ça va pas être suf­fi­sant… Bon tenez nous au courant. »

Il est 19h, nous décla­rons une zone d’exclusion de 3 km autour de la centrale.

Xavier : À 21h un ron­dier décide dans la plus grande impro­vi­sa­tion et avec une lampe de poche de par­tir à la recherche de bat­te­ries afin de récu­pé­rer les mesures du cœur des réac­teurs. Il visite les bâti­ments admi­nis­tra­tifs détruits à la recherche des plans de câblage. À l’extérieur les plaques d’égout et de cani­veaux ont été empor­tées par le Tsu­na­mi lais­sant des trous béants dans le sol… Les ron­diers ont l’idée d’enlever les bat­te­ries des voi­tures sur le par­king de la cen­trale et d’en bran­cher 6 en série afin de récu­pé­rer les mesures du cœur du réac­teur numé­ro 1…

Sirène

Audrey : Les mesures retrou­vées indiquent que le niveau d’eau a bais­sé et que le com­bus­tible est expo­sé à l’air…

Xavier : Ça ne doit pas arri­ver, ça ne doit jamais, jamais arriver.…

Audrey : Le niveau d’eau doit tou­jours être de 4 mètres au-des­sus des barres de com­bus­tibles. Non refroi­di le com­bus­tible com­mence à chauf­fer, il oxyde les gaines de Zir­co­nium qui l’entourent, qui se mettent à chauf­fer puis à fondre, accé­lè­rant la réac­tion en chaine abou­tis­sant à la for­ma­tion d’hydrogène hau­te­ment explosif…

Xavier : Ça ne doit pas arri­ver, ça ne doit jamais jamais arriver…

Audrey : Ces mesures sont impossibles.

Un ron­dier décide d’entrer dans le bâti­ment réac­teur afin de se rendre compte de ce qui se passe mais le niveau de radio­ac­ti­vi­té devant la porte est déjà beau­coup trop éle­vé impos­sible de rentrer.

Vidéo 1 (Audrey parle à une vidéo de Xavier, en ouvrier nucléaire)

-Bon­jour, ici la cen­trale de Fuku­shi­ma, nous avons un pro­blème sur le réac­teur numé­ro 1, les mesures indiquent que le niveau d’eau a bais­sé et que le com­bus­tible est expo­sé à l’air…

-ça ne doit pas arri­ver, ça ne doit jamais jamais arri­ver, vous devez abso­lu­ment injec­ter de l’eau, tout de suite.

- Com­ment injec­ter de l’eau, plus rien ne marche, nous n’avons plus d’électricité.

-Vous avez besoin d’électricité pour faire fonc­tion­ner une cen­trale élec­trique ? C’est débile à la base, non ? Par­don excu­sez moi… je panique. Que dit le manuel, regar­dez sur le plan d’urgence ?

-Rien, un cas pareil n’a jamais été envi­sa­gé, rien n’est pré­vu en cas de perte de l’alimentation élec­trique et du sys­tème de refroi­dis­se­ment, vous nous aviez dit que nous avions plus de chance de gagner 10 fois au Loto que de faire face à une telle situation.

- C’est nous qui avions dit ça… bon ben appuyez sur le bou­ton off ?

- Quel bou­ton off vous savez bien qu’une fois la fis­sion arrê­tée, il faut refroi­dir tout le temps.

-Com­bien de temps ?

- Tout le temps, c’est le prin­cipe, des années, 20 ans minimum.

-Connec­tez le cir­cuit incen­die au cir­cuit d’aspersion du cœur.

-Les cana­li­sa­tions ont été détruites par le Tsunami

-Les camions de pom­piers, nous vous avons offert 3 camions de pom­piers, Envoyez les camions de pompiers…

- 2 ont été empor­tés par le Tsu­na­mi, reste un camion de pom­pier et excu­sez-moi mais un camion de pom­pier n’est pas fait pour asper­ger le cœur d’un réac­teur. Pas pré­vu dans le plan d’urgence.

-Évi­dem­ment que ce n’était pas pré­vu dans le plan d’urgence, puisque ce n’était pas pré­vu… Envoyez le camion de pompier.

-Les pom­piers ne sont pas for­més pour inter­ve­nir dans un bâti­ment réacteur.

-Envoyez un employé de Tepco.

-Les employés de Tep­co ne sont pas for­més pour conduire et manœu­vrer un camion de pompier.

-Deman­dez à un sous-traitant…

- la tra­vail sous rayon­ne­ment n’est pas pré­vu dans leur contrat.

-Parce qu’ils ont des contrats main­te­nant les sous-trai­tants?… Si on emploie des sous-trai­tants< c’est bien pour qu’il n’y ait pas de lien entre eux et nous et qu’ils soient moins regar­dants sur les condi­tions de travail.

Je m’occupe des pro­blèmes de contrats, envoyez des sous-trai­tants… Et ne leur don­nez pas de dosimètres…

Fin Vidéo

Il est 4 heure du matin. Les pro­blèmes de contrats et de logis­tique sont résolus.

On injecte enfin de l’eau douce dans le cœur du réac­teur numé­ro 1 mais c’est déjà beau­coup beau­coup trop tard… Cela fait main­te­nant 10 Heures que le cœur du réac­teur n°1 n’est plus refroi­di… Éva­cuez la zone des 10Km… Tout le monde dort per­sonne n’entend…

À 8h du matin, l’exode mas­sif com­mence, 50 000 per­sonnes sont concernées…

Le 12 mars à 15h26, toute l’eau douce dis­po­nible sur le site est épuisée.

Le direc­teur de la cen­trale, Masao Yoshi­da, paix à son âme, demande aux employés de se pré­pa­rer à injec­ter de l’eau de mer…

La direc­tion de Tep­co refuse, injec­ter de l’eau de mer, dans un réac­teur nucléaire ? Cela le détrui­rait irré­mé­dia­ble­ment, vous savez com­bien ça coûte un réac­teur nucléaire ? Mais le direc­teur de la cen­trale, paix à son âme, décide de pas­ser outre l’interdiction de Tep­co et ordonne d’injecter de l’eau de mer immédiatement.

Mais mal­heu­reu­se­ment 10 minutes seule­ment après avoir com­men­cé cette opé­ra­tion, à 15h36, le com­bus­tible et le Zir­co­nium ont ache­vé leur réac­tion en chaine dans le cœur du réac­teur numé­ro 1…

Une forte explo­sion d’hydrogène se produit.

(Vidéo des ceri­siers qui fleu­rissent Noir côté cour Audrey, Seul Xavier est main­te­nant éclai­ré à la bou­gie)

Xavier : Le bruit a été faible, faible comme un écho, c’était la pre­mière fois que j’entendais le bruit que fait une cen­trale qui explose et je ne l’oublierai jamais…

Les popu­la­tions des villes et des vil­lages de la pré­fec­ture de Fuku­shi­ma étaient encore là, tout le monde avait ces­sé de tra­vailler. Per­sonne ne par­lait et dans le silence, les cendres de Fuku­shi­ma Dai­chi ont com­men­cé à tom­ber… Des flo­cons, cer­tains pas plus grands qu’une pièce de mon­naie, d’autres avaient la taille d’une paume de main… Une chute incroya­ble­ment silen­cieuse… En les voyant tom­ber j’étais terrorisé.

Il ne s’agissait pas de cendre noire, elle était blanche. J’ai pres­sen­ti que cette cendre était mortelle.

Audrey sur scène est réeclai­rée, elle décroche le télé­phone pour par­ler à une autre Audrey : DÉGUISÉE EN SECRÉTAIRE : Vidéo 

-Bon­jour, ici Tep­co, je vou­drais par­ler à l’Autorité de Sûre­té nucléaire… c’est pour décla­rer un inci­dent sur un de nos réac­teurs de Fuku­shi­ma Daiichi…

-Echelle inter­na­tio­nale de mesure des évè­ne­ments nucléaires et radio­lo­giques, bon­jour… Ines à votre écoute… 

-Bon­jour ici Tep­co, j’appelle pour signa­ler un incident… 

-Bien sûr, pas de pro­blèmes, nous avons plu­sieurs niveaux à vous pro­po­ser… (avec un nuan­cier de pein­ture) niveau 0 aucune impor­tance pour la sûre­té, (l’autre Audrey fait non de la tête) niveau 1 ano­ma­lie… Niveau 2 incident ? 

-Vous avez com­bien de niveaux ?

-7… pour­quoi 7 ne me deman­dez pas je n’en sais rien… J’imagine que 8 étant l’infini c’était peut-être trop anxio­gène pour de l’énergie nucléaire… Niveau 3 peut être, inci­dent grave ? Tou­jours pas, on va bien finir par y arri­ver… Niveau 4… Acci­dent avec des consé­quences locales… (Audrey fait oui de la tête) Niveau 4, On n’en a pas sou­vent des comme ça, vous êtes seule­ment, notre deuxième… C’est noté. Bonne fin de jour­née… Tenez nous au cou­rant… (Fin vidéo)

À 18H25 nous pro­po­sons l’évacuation de la zone des 20km.… (por­te­voix) Éva­cuez la zone des 20km. Cette éva­cua­tion n’étant pas obli­ga­toire, elle n’ouvre droit à aucune indem­ni­té. Si vous ne sou­hai­tez pas éva­cuer, nous vous deman­dons de res­ter confi­nés dans les maisons…

Tout va bien, on gère…

De l’eau de mer est injec­tée dans le cœur du réac­teur, cette eau devient immé­dia­te­ment hau­te­ment radio­ac­tive, elle pénètre dans le bâti­ment, s’infiltre par toutes les brèches, va rejoindre l’eau de la nappe phréa­tique et du Tsu­na­mi avant de s’écouler dans l’océan.… Tout va bien, conti­nuez à vivre nor­ma­le­ment… Seule­ment ne sor­tez pas…

Fiche Bri­co­lage Numé­ro 1

Com­ment injec­ter de l’eau de mer dans un réac­teur nucléaire qui n’a pas été étu­dié pour, à l’aide de camions de pom­piers qui n’ont pas non plus été étu­diés pour, à l’aide d’ouvriers qui n’ont pas été for­més pour. 

Pre­miè­re­ment, trou­ver des bat­te­ries de voi­tures afin de les connec­ter en série dans la salle de com­mande aux sou­papes qui per­mettent de dépres­su­ri­ser le réac­teur afin qu’il n’explose pas lorsqu’on injecte de l’eau…

2 Trou­ver de l’eau de mer… 

3 Pom­per l’eau de mer. Nous avons d’abord essayé de pom­per l’eau de mer depuis le quai de la cen­trale à l’aide d’un camion de pom­pier mais la pres­sion des pompes à incen­die est trop faible par rap­port à la hau­teur du quai d’environ 20 mètres… Petite astuce, pen­sez à faire venir 4 autres camions de pom­pier des cen­trales envi­ron­nantes à tra­vers les routes détruites par le tsu­na­mi afin de bran­cher en série ces 4 camions de pom­pier et avoir une pres­sion suf­fi­sante pour pom­per l’eau de mer à par­tir d’un quai trop haut.


Deuxième astuce, pré­voyez de l’essence en quan­ti­té suf­fi­sante… Car les camions de pom­piers tombent en panne d’essence et ça, il vaut mieux y avoir pen­sé avant. 

Petit piège, pre­nez garde aux explo­sions dont les gra­vats peuvent endom­ma­ger les câbles et réduire à néant votre joli cir­cuit d’injection d’eau…

Voi­là… Vous savez main­te­nant asper­ger le cœur d’un réac­teur à l’aide de camions de pom­piers, la semaine pro­chaine nous vous expli­que­rons com­ment col­ma­ter un réser­voir qui fuit à l’aide d’un che­wing-gum mâchouillé.

Des cen­taines d’hommes se suc­cèdent nuit et jour pour essayer de refroi­dir 3 réac­teurs nucléaires avec les moyens du bord, en essayant d’ouvrir des vannes pneu­ma­tiques manuel­le­ment, en essayant de faire ren­trer des trucs ronds dans des trous car­rés, en essayant de contac­ter aux heures d’ouvertures des socié­tés qui ont fabri­qué ces vannes qu’on ne peut plus ouvrir sans électricité.

Tout cela dans un bruit assour­dis­sant qui souffle des sou­papes, sans éclai­rage, dans un envi­ron­ne­ment hau­te­ment irra­dié et dans une cha­leur si forte qu’elle fait fondre les bottes…

Le 14 mars à 11H le com­bus­tible et le Zir­co­nium ont ache­vé leur réac­tion en chaine dans le réac­teur numé­ro 3, une explo­sion d’hydrogène détruit l’enceinte du bâti­ment, bles­sant 6 tra­vailleurs, endom­ma­geant le réac­teur numé­ro 2 et la pis­cine qui contient le com­bus­tible usé du réac­teur numé­ro 4… qui elle aus­si com­mence à surchauffer…

Les réac­teurs sont deve­nus incon­trô­lables… ils retournent à l’état sauvage.

Non domes­ti­quée, la radio­ac­ti­vi­té retrouve sa vraie nature, elle irra­die, elle s’éclate…

Le jeu du télé­phone arabe fait que les infor­ma­tions par­tant de la cen­trale arrivent défor­mées au centre de secours et encore plus défor­mées au bureau du pre­mier ministre.

(On entend le dia­logue ori­gi­nal en japo­nais entre la direc­tion de Tep­co, le bureau du pre­mier ministre et la cen­trale de Fukushima) 

QG QG est ce que vous m’entendez ? On a un pro­blème écou­tez-moi s’il vous plait, c’est ter­rible on a eu un pro­blème sur le réac­teur 3, ok il est 11H je vais faire un rap­port d’urgence, qu’elle est la situa­tion ? est-ce que c’est la même explo­sion que sur le réac­teur numé­ro 1 ? Je ne sais pas je n’ai pas de vision glo­bale. C’est assez dif­fi­cile à dire du poste de contrôle mais c’est clai­re­ment dif­fé­rent d’un simple trem­ble­ment de terre. À par­tir de main­te­nant il faut éva­cuer tout le monde du site. Regar­dez les para­mètres du réac­teur numé­ro 3. Éva­cuez les employés du site, éva­cuez les employés du site. Pré­ve­nez le cabi­net du pre­mier ministre, et L’ASN il faut les contacter.

Il faut faire très vite, nous devons injec­ter de l’eau. Dès que la ligne d’éventage est prête pour relâ­cher la pres­sion. Où en est la situa­tion ? Nous y tra­vaillons. Quoi ? Ce n’est pas ter­mi­né atten­dez un peu. Com­ment ça attendre ! Il n’y a pas de temps à perdre, il faut abso­lu­ment mettre tout le reste de côté. SI je com­prends bien nous devons mettre en place la ligne d’éventage. Oui exac­te­ment, c’est bien ce que j’ai com­pris, c’est ce qu’on va faire ? Donc Masao Yoshi­da, est ce qu’à par­tir de là on peut s’en tenir à cette feuille de route, est ce qu’on peut trans­mettre au gou­ver­ne­ment ? Oui je suis déso­lé, je n’ai pas le temps d’expliquer, pou­vez-vous vous en tenir à cette feuille de route et le faire ? 

Vous m’entendez ? Allo ? Il faut que nous par­lions des règles d’évacuation. Il faut savoir si les employés peuvent res­ter dans la salle de com­mande de la cen­trale, la situa­tion pour­rait réel­le­ment tour­ner à la catas­trophe. Il faut vrai­ment main­te­nant que quelqu’un prenne une déci­sion. MMMMM com­pris, Je pense que nous devons suivre la pro­cé­dure stan­dard. Véri­fions que nous sommes sur la même page en pre­nant l’heure où le réac­teur 2 a été expo­sé 18H22 c’est bien ça ? C’est bien ça l’heure est cor­recte. N’est-ce pas ? Oui c’est ça. Le cœur va fondre et endom­ma­ger l’enceinte du réac­teur dans 2 heures c’est bien ça ? Oui. Que dit la pro­cé­dure acci­den­telle sur l’évacuation lorsque l’enceinte est endom­ma­gée. Déso­lé je ne m’en sou­viens pas. C’est ter­rible il faut résoudre ça main­te­nant. Trou­vez-la et envoyez-la par email. 

Xavier : J’ai déci­dé d’évacuer à la qua­trième explo­sion à la troi­sième j’avais pres­sen­ti que l’ensemble des réac­teurs de la cen­trale allaient explo­ser les uns après les autres, une peur sour­noise m’a pris aux ventre…

Nous n’avions aucune infor­ma­tion, ou alors contra­dic­toires, nous n’avions pas le droit de prendre nos véhi­cules pri­vés, il fal­lait éva­cuer en bus, on nous a dit de ne prendre que le néces­saire, per­sonne ne nous a pré­ve­nu que cette éva­cua­tion n’était pas tem­po­raire, ils ont éva­cué les vieux, les hôpi­taux, en bus, nous avons été dépla­cés plu­sieurs fois d’un point à un autre dans la pré­fec­ture de Fuku­shi­ma, par­fois même on nous a emme­né dans des lieux plus radio­ac­tifs que notre point de départ, per­sonne ne savait ce qui se passait.

Je suis allé me réfu­gier dans ma famille loin de la pré­fec­ture de Fukushima.

Audrey devant une table rem­plie de jouets : Camions de pom­pier, voi­tures d’enfant etc… 

Nous essayons d’arroser une pas­soire à l’aide d’un brumisateur…

Tep­co envi­sage d’abandonner la cen­trale, le japon serait immé­dia­te­ment rayé de la carte.

Le pre­mier ministre Nao­to Kan informe TEPCO que le retrait n’est pas une option.

Le direc­teur de la cen­trale Masao Yoshi­da décide de faire éva­cuer tous les tra­vailleurs du site, sauf une cin­quan­taine de per­sonnes jugées indispensables.

L’explosion des bâti­ments a déclen­ché le rejet de radio­nu­cléides dans l’air mais les don­nées météo­ro­lo­giques sur la dis­per­sion radio­ac­tive autour de Fuku­shi­ma n’ont pas été ren­dues publique : afin de ne pas affo­ler les populations.

Le 16 mars au len­de­main du pas­sage de la radio­ac­ti­vi­té sur Tokyo et sur le japon nous déci­dons la dis­tri­bu­tion de pas­tilles d’iode qui per­mettent à la radio­ac­ti­vi­té de ne pas se fixer dans le corps… Mais cela n’est effi­cace qu’avant le pas­sage de la radioactivité…

Nous essayons d’éviter la panique à l’aide de petits des­sins ani­més qui expliquent la situa­tion de façon ras­su­rante. Nous accep­tons l’aide internationale.

Le direc­teur de l’autorité de sûre­té nucléaire fran­çaise exige que l’accident soit réevalué…

« Allo Ines, je crois qu’on est plu­tôt en train de se diri­ger vers un 5 Acci­dent avec risques hors site… oui même un 6, Acci­dent grave avec rejets impor­tants. 7 ? Non… Pas 7… 7 c’est Tcher­no­byl… On n’en est pas là… »

Des camions de pom­piers et des camions anti émeutes, nor­ma­le­ment uti­li­sés pour dis­per­ser des mani­fes­tants sont appe­lés en renfort…

Les inter­ven­tions humaines sont presque impos­sibles en rai­son des radia­tions, per­sonne ne peut appro­cher des réac­teurs endommagés.

On essaie d’utiliser les héli­co­ptères de l’armée mais l’eau est dis­per­sée par le vent, elle ruis­selle le long des bâti­ments et n’atteint jamais le cœur. La radio­ac­ti­vi­té se fout com­plè­te­ment des efforts déployés pour essayer de la contenir.…

Il fau­dra plus d’un mois pour retrou­ver une tem­pé­ra­ture à peu près maîtrisable.

Au bout d’un mois, nous déci­dons d’appeler INES pour clas­ser la catas­trophe, catas­trophe de niveau 7. Catas­trophe nucléaire majeur avec for­ma­tion de 3 CORIUMS.…

Le 21 avril 2011… Nous déci­dons la créa­tion d’une zone rouge…

J’aimerais m’adresser aux populations.

Dans une zone de 20KM autour de Fuku­shi­ma, une zone rouge est décla­rée, zone dans laquelle il est désor­mais tota­le­ment inter­dit de péné­trer et où « il sera assez dif­fi­cile de reve­nir pen­dant assez longtemps… »

Xavier : La for­mule est jolie.

Audrey : Mer­ci ! Oui c’est un euphé­misme.… Je trouve ça plus élégant…

Une per­sonne par famille est auto­ri­sée pen­dant 2 heures à venir récu­pé­rer des affaires. Sont concer­nées les villes de Oku­ma, Tomio­ka, Futa­ba, Namie, Mina­mi soma, Iitate…

Xavier : Non pas Iitate… Iitate est un des plus beaux vil­lages du japon.

Audrey : Sumi­ma­sem, je suis désolée.

Dans la pré­fec­ture de Fuku­shi­ma, dans les zones oranges et vertes, Nous vous recom­man­dons d’avoir tou­jours un dosi­mètre sur vous, vous êtes res­pon­sables de vos doses…

Les nou­velles normes accep­tables sont de 20 mil­li­sie­verts par an pour les popu­la­tions locales… 3000 BCQ par kilos pour les pro­duits frais, 100 bcq pour le lait infantile.

Xavier : 20 mili­si­verts par an, est la norme accep­table pour les tra­vailleurs du nucléaire, la norme pour les popu­la­tions dans le monde est de 1 mili­sie­verts par an…

Audrey : Sumi­ma­sem Je suis désolée…

Xavier : Avant l’accident, 100 bcq était consi­dé­ré comme un déchet nucléaire qui devait être sto­cké et retrai­té. À l’état natu­rel, le plu­to­nium et le césium n’existent pas. La norme devrait être zéro bec­que­rel pour le lait infantile.

Audrey : Sumi­ma­sem, je suis déso­lée. La norme a été augmentée.

Tep­co a rédi­gé un communiqué.

« Nous nous excu­sons sin­cè­re­ment d’avoir été à l’origine de ce grave acci­dent et d’avoir géné­ré des pro­blèmes, à la fois phy­si­que­ment et men­ta­le­ment pour des popu­la­tions qui avaient déjà été frap­pées par une catas­trophe natu­relle. Nous nous excu­sons d’avoir cau­sé du sou­ci aux populations »

Faute avouée…

Xavier : Du sou­ci… Cette terre est deve­nue inha­bi­table, 160 000 per­sonnes ont per­du leur mai­son, leur racine, leur pas­sé, elles ont per­du leurs espé­rances, leurs rêves, leur futur.

Audrey : Excu­sez-moi, qui êtes-vous ?

Xavier : Je suis un pay­san, j’habite la zone rouge de Fukushima.

Audrey : Vous êtes un délin­quant, vous habi­tez illé­ga­le­ment la zone rouge de Fuku­shi­ma… Je pour­rais vous faire arrê­ter. Pour­quoi êtes-vous revenu ?

Xavier : La vie de réfu­gié est absurde, Les irra­diés sont des pes­ti­fé­rés, per­sonne ne veut s’approcher d’eux, les voi­tures imma­tri­cu­lées Fuku­shi­ma se font insul­ter, les jeunes ne peuvent plus se marier qu’entre eux. Cette popu­la­tion est deve­nue une popu­la­tion de parias… De pay­sans, de pêcheurs, vous en avez fait des chô­meurs… Une vie pro­vi­soire, en pré­fa­bri­qués. C’est pour ça que je suis ren­tré. C’est ma terre et bien que conta­mi­née je conti­nue de l’aimer. Je ne la lais­se­rai pas entre les mains froides de Tep­co. C’est ma façon de com­battre et de ne jamais oublier ni ma colère, ni mon cha­grin, je ne déser­te­rai pas.

Audrey : En res­tant vous per­dez le droit à une quel­conque indemnité.

Xavier : Vos indem­ni­tés sont ridi­cules. 8000 euros par foyer.

Per­sonne ne peut recons­truire une vie ailleurs…

Vous indem­ni­sez des mai­sons vieilles de cent ans, des terres ines­ti­mables au prix du marché.

Audrey : Le prix du mar­ché a énor­mé­ment bais­sé dans la pré­fec­ture de Fuku­shi­ma, les mai­sons ne valent plus rien… Si vous vou­lez vous pou­vez rem­plir un dos­sier de contes­ta­tion, ça va prendre du temps, j’espère que vous ne mour­rez pas avant et je doute que vous tou­chiez quoi que ce soit, vous êtes un mau­vais citoyen, vous n’obéissez pas au gouvernement.

Méfiez-vous, des voi­tures de police patrouillent dans la zone

Xavier : Ce sont des trompe l’œil.

Audrey : C’est vrai, nous n’avons pas assez d’hommes qui acceptent de tra­vailler dans la zone et nous avons besoin d’eux pour la dépol­lu­tion… des mil­liers de km2 à retour­ner… Nous avons même dû enga­ger des SDF, le tra­vail est immense, et une fois fait l’eau coule de la mon­tagne, ravine la radio­ac­ti­vi­té et tout est à recommencer.

Xavier : Et les ani­maux, nous n’avons pas eu le droit d’évacuer nos ani­maux, ils sont morts de faim, de soif, les étables sont deve­nues de char­niers. Qu’avez-vous pré­vu pour l’âme des ani­maux morts qui han­te­ront cette terre jusqu’à la fin des temps ?

Tep­co : L’âme des ani­maux morts, est ce que nous avons quelque chose pour l’âme des ani­maux morts, je regarde sur le plan d’urgence… Je ne sais pas si je dois cher­cher à âme ou à ani­maux… âme, âme j’ai quelque chose… âme des réac­teurs appe­lée aus­si cœur du réac­teur « la perte de l’électricité a engen­dré la perte du cœur des réac­teurs qui ont fon­du et se sont trans­for­més en Corium. »

Xavier : Qu’est-ce que c’est ?

Audrey : C’est la matière la plus dan­ge­reuse de l’univers, une matière qui n’existe qu’en cas de catas­trophe nucléaire majeure.

Xavier : Pour­quoi ça s’appelle Corium ?

Audrey : C’est un néo­lo­gisme, c’est l’industrie nucléaire qui l’a inven­té, ça vient du mot cœur avec le suf­fix ium… ça fait scien­ti­fique… Corium c’est du cœur fondu…

Xavier : Ah oui, c’est tout bête.

Audrey : Le Corium est une lave hau­te­ment radio­ac­tive, dense, extrê­me­ment chaude qui peut faire fondre tout ce qui se trouve sous lui… Nous n’avons pas un Corium, mais 3 coriums qui percent actuel­le­ment le sol sous les 3 réacteurs…

On ne sait pas où ils sont, on ne sait pas ce qu’ils font, on ne peut pas s’approcher qui­conque s’en appro­che­rait serait mort en quelques secondes.

Il fau­dra plu­sieurs dizaines d’années, pour que la cha­leur du Corium dimi­nue… Pour le moment elle doit être entre 2500 et 3000°, la lave pour vous don­ner un ordre d’idée est autour de 1000°. La lave refroi­dit à l’air… Le Corium non.

Mais ne vous inquié­tez pas… Nous l’arrosons, le seul élé­ment qui peut refroi­dir le Corium est l’eau, cette eau devient immé­dia­te­ment hau­te­ment radioactive…

Xavier : la seule chose qui soit plus forte que votre radio­ac­ti­vi­té est un élé­ment qui ne vous doit rien, la chose la plus simple et la plus pure de l’univers, l’eau… et cette eau, vous la souillez.

Audrey : Tous les jours que Dieu fait, nous devons réin­jec­ter de l’eau pour refroi­dir les réac­teurs puisque plus rien ne fonc­tionne, qu’on ne peut pas répa­rer, qu’on ne peut pas s’approcher…

350 m³ cubes d’eau sont envoyés tous les jours dans les cuves afin de main­te­nir la tem­pé­ra­ture entre 30 et 50 degrés. Le jour du Tsu­na­mi l’eau a enva­hi l’usine, cette eau hau­te­ment radio­ac­tive est tou­jours sous l’usine, elle remonte, à cause des brèches, 400 m³ d’eau remonte tous les jours, cela fait donc 750 m³ d’eau à pom­per par jour.

Xavier : Votre haute tech­no­lo­gie n’est qu’une his­toire de pis­cines qui se rem­plissent et qui se vident, une his­toire de pompes, de Shadocks…

Audrey : Le dés­équi­libre entre l’eau extraite et l’eau réin­jec­tée impose de sto­cker tous les jours. 400 m³ d’eau conta­mi­née. Nous en sommes déjà à 600 000 tonnes…

Nous essayons de trai­ter cette eau pour en éli­mi­ner le césium et avoir l’autorisation de la reje­ter à la mer, mais notre ligne de décon­ta­mi­na­tion ne fonc­tionne pas, c’est Are­va qui l’a construite…

Le pro­blème c’est que la radio­ac­ti­vi­té dévore tout ce dans quoi nous la mettons.

Pour vous don­ner un exemple… Pour vous mon­trer que je ne vous cache rien…

Nous dis­po­sons actuel­le­ment de 300 réser­voirs ver­ti­caux à assem­blage par bride… 300 réser­voir hori­zon­taux sou­dés, plus de 200 réser­voirs cubiques sou­dés, 7 réser­voirs enterrés…

Xavier : et 2 seaux.

Audrey : Pardon ?

Xavier : Oui, j’ai deux seaux si vous vou­lez, je peux vous les prêter…

Audrey : Je suis déso­lée, je ne suis pas for­mée pour com­prendre et appré­cier votre humour.

Vous savez déman­te­ler une cen­trale nucléaire vous ?

Xavier : Non

Audrey : Ben nous non plus, quand on les a construites, on pen­sait qu’aujourd’hui nous saurions…

Nous nous étions tou­jours dit que les cen­trales ne devraient jamais durer plus de 40 ans, car au bout de 40 ans une cen­trale est tel­le­ment ron­gée de radio­ac­ti­vi­té qu’elle devient impos­sible à entretenir…

Le réac­teur numé­ro 1 de Fuku­shi­ma Daï­chi allait fêter ses 40 ans…

Xavier : Quelle ironie…

Audrey : Nous devons construire de nou­veaux réser­voirs sur la zone tous les jours… Le pro­blème de ces réser­voirs ce sont les fuites… Joints dégra­dés, bou­lons fous, corrosion…

Xavier : Des bou­lons fous ?

Audrey : Oui les bou­lons deviennent fous au contact de l’eau conta­mi­née. Les bou­lons fous sont un vrai pro­blème dans le sto­ckage de l’eau radioactive…

Xavier : Vous n’avez pas essayé des réser­voirs en papier cré­pon, celui dont on fait les éven­tails et les lampions ?

Audrey : Non, mais nous avons essayé de construire un mur géant puis de geler le sous-sol de la cen­trale afin que l’eau ne s’écoule plus dans la mer…

Le pro­blème c’est que ça coûte une blinde en élec­tri­ci­té un fri­go sou­ter­rain géant et puis sur­tout ça ne fonc­tionne pas.

Xavier : Qui va payer ?

Audrey : Euh.… Alors… pas moi, pas les diri­geants de Tep­co, pas les membres du gou­ver­ne­ment… Hum… Vous ! Tep­co a été natio­na­li­sé… Tep­co obéit à la loi du capi­ta­lisme les béné­fices sont pri­vés mais les pertes doivent être assu­mées par la col­lec­ti­vi­té. Nous allons aug­men­ter le prix de l’électricité… et le gou­ver­ne­ment a voté une sub­ven­tion… ain­si qu’un prêt… ça va coû­ter des mil­liards mais ce chiffre n’est qu’une esti­ma­tion, on n’en sait rien, vous ver­rez bien.

Xavier : Per­sonne n’a été condamné ?

Audrey : Non per­sonne, nous avons consi­dé­ré que la res­pon­sa­bi­li­té n’était pas par­ti­cu­lière. Que c’était un pro­blème de men­ta­li­té, de sou­mis­sion, de pro­tec­tion des puis­sants, accu­ser des per­sonnes par­ti­cu­lières n’aurait rien changé…

Et nous avons consi­dé­ré que les preuves n’étaient pas suf­fi­santes pour conclure qu’ils auraient pû pré­voir ou éviter…

Xavier : Pour­tant un rap­port vous avait pré­ve­nu que la cen­trale ne résis­te­rait pas à une vague de plus de 10 mètres…

Audrey : Nous avons enter­ré ce rap­port… Nous pen­sions qu’une vague de plus de 10 mètre était irréa­liste. Les risques ont été mini­mi­sés dans l’intérêt de l’industrie, recon­naître des risques, implique des mesures de sécu­ri­té, tout ça coûte cher et on ne peut pas tout pré­voir… Par exemple, ça va vous paraître idiot, vous allez rire…

Xavier : Non je ne crois pas non…

Audrey : Dans les années 90 nous avons ins­tal­lé des géné­ra­teurs de secours sur une col­line à l’abri d’un éven­tuel tsunami

Xavier : Et que s’est-il passé ?

Audrey : Non je ne vous dis pas, vous allez encore vous moquer…

Xavier : Je vous pro­mets, je vais faire un effort.…

Audrey : Les inter­rup­teurs, on les a lais­sés en bas… en zone inon­dable… On n’y a pas eu accès…

Xavier : Vous plaisantez ?

Audrey : Ah vous voyez, vous vous moquez…

Xavier : Non, je vous assure… Ce n’est pas drôle…

Audrey : Nous avons fait de notre mieux dans cette situa­tion et puis sans le pre­mier ministre Nao­to Kan, sans le direc­teur de la cen­trale Masao Yoshi­da paix à son âme, ain­si que tous les tra­vailleurs pré­sents sur place ça aurait pû être bien pire.

Xavier : Pour­quoi paix à son âme…

Audrey : Masao Yoshi­da est mort après avoir lut­té nuit et jour pen­dant 5 mois, pour récu­pé­rer la mai­trise de la cen­trale, can­cer de l’œsophage, ful­gu­rant mais ce n’est pas être à cause de la radio­ac­ti­vi­té, il faut 5 ans à ce can­cer pour se décla­rer… donc ça ne peut pas être nous…

ET puis comme tous les tra­vailleurs Nao­to Kan avait une clause sur son contrat qui déga­geait Tep­co de toute res­pon­sa­bi­li­té en cas de mala­die : Les tra­vailleurs sont res­pon­sables de leurs doses.

Xavier : Vous êtes des criminels.

Audrey : La radio­ac­ti­vi­té n’a tué per­sonne à Fukushima.

Xavier : Mais l’arrivée du Césium a tué toute pos­si­bi­li­té de vivre dans un monde nor­mal… Jusqu’ici man­ger des fruits, boire de l’eau c’était bon, res­pi­rer un bon bol d’air pur en forêt en y ramas­sant des cham­pi­gnons, c’était bon. Tou­cher la neige, nager dans la mer, pêcher des pois­sons à quoi bon… Ramas­ser des légumes dans le jar­din, tra­vailler la terre.

Audrey : J’espère que vous ne faites pas ça… Les végé­taux stockent le césium radio­ac­tif, ne tou­chez pas aux fruits, aux légumes, aux céréales, au lait, à la viande, au miel, ne buvez pas l’eau.

Dans les villes et les vil­lages, il fau­dra éla­guer les arbres, arra­cher les fleurs et les buis­sons, rem­pla­cer le sable du jar­din des enfants. Les empê­cher de jouer dehors. Arra­cher la mousse des arbres, col­lec­ter les aiguilles de pin, les feuilles mortes… Il fau­dra éla­guer les arbres, arra­cher les fleurs et les buis­sons, rem­pla­cer le sable du jar­din des enfants. Les empê­cher de jouer dehors. Arra­cher la mousse des arbres, col­lec­ter les aiguilles de pin, les feuilles mortes…

Xavier : éla­guer les arbres, arra­cher les fleurs et les buis­sons, rem­pla­cer le sable du jar­din des enfants. Les empê­cher de jouer dehors. Arra­cher la mousse des arbres, col­lec­ter les aiguilles de pin, les feuilles mortes…

C’est ça votre dépol­lu­tion ! Vous dépla­cez la radio­ac­ti­vi­té d’un point A à un point B en espé­rant qu’elle se dilue en route…

Audrey : En Fin­lande ils ont trou­vé une bonne idée, ils ont appe­lé ça Onka­lo, la cachette.

Xavier : La cachette ?

Audrey : Oui, la cachette… Ils enfouissent les déchets dans la terre très pro­fond dans la terre pen­dant cent ans, ils bouchent avec du béton et ils scellent à jamais… Le pro­blème c’est qu’ils ne savent pas s’ils doivent mettre un mot sur la porte, ne pas ouvrir… Ou pas de mot pour évi­ter que les gens repèrent l’entrée… Un mot qui sera encore com­pré­hen­sible dans 100 000 ans. Mais nous n’en sommes pas à des dis­cus­sions lin­guis­tiques à Fuku­shi­ma… Pour l’instant on entre­pose dans les jar­dins, dans les com­munes pauvres… Par­fois on jette dans la rivière, on oublie où on stocke…

Xavier : La radio­ac­ti­vi­té est invi­sible, c’est le crime parfait.

Audrey : Nous met­tons tout en œuvre pour reprendre en main le site, nous sommes en bonne voie… L’idéal serait que l’on nous auto­rise à vider les réser­voirs pleins dans le paci­fique cela per­met­trait de diluer la radio­ac­ti­vi­té, de la par­ta­ger avec le monde entier, cela devien­drait moins concen­tré… donc inof­fen­sif plus ou moins…

Xavier : Rien ne jus­ti­fie qu’une socié­té uti­lise des moyens qui mettent en péril les géné­ra­tions futures. Vous êtes irres­pon­sables, vous avez détruit un beau pays par appât du gain.

Vous vous êtes déchar­gés de votre res­pon­sa­bi­li­té et aujourd’hui c’est nous qui payons.

Ah mer­ci, vous nous avez tous don­né du travail…

C’est nous main­te­nant qui sommes deve­nus res­pon­sable de votre radio­ac­ti­vi­té qui est si dangereuse…

Audrey : La radio­ac­ti­vi­té n’est pas dan­ge­reuse, la peur de la radio­ac­ti­vi­té si…

Actuel­le­ment les gens meurent de mala­dies de cœur, d’obésité, de stress… Ils se sui­cident par déses­poir… Détendez-vous…

Xavier : À cause de vous ne vivrons plus jamais dans le même monde, des gens qui vivaient pai­si­ble­ment sont tom­bés dans une vie incroya­ble­ment misé­rable. Les vieux vou­draient mou­rir où ils sont nés…

Les jeunes sont par­tis, vous avez détruit notre pas­sé, notre futur et notre Humanité…

Audrey : Qui êtes-vous, vous qui par­lez, vous vous éton­nez aujourd’hui de la façon dont l’énergie nucléaire était fabri­quée mais ces cen­trales étaient autour de vous, de l’électricité sor­tait de vos murs, de vos mai­sons, pour­quoi ne pas vous être inquié­té de savoir d’où elle venait… Vous êtes-vous déjà posé la ques­tion de savoir com­ment les choses dont vous jouis­sez, que vous consom­mez existent elles n’apparaissent pas toutes faites… Des hommes tra­vaillaient, vivaient au contact de cette éner­gie, dans des condi­tions misé­rables, auprès de cette matière aus­si immaî­tri­sable que le soleil… Pour­quoi ne pas vous être inquié­té à ce moment-là…

Pour­quoi vous en inquié­ter seule­ment le jour où cela vous touche.

Ne faites pas comme si vous n’apparteniez pas aus­si à cette huma­ni­té qui se réjouit de pro­fi­ter des bien­faits de l’électricité… Sans savoir d’où elle vient ni qui elle a déjà tué.

Xavier : Vous nous juriez que cette élec­tri­ci­té n’était pas dan­ge­reuse. Qu’elle n’était pas cher, Qu’elle était sûre, propre…

Audrey : Il ne fal­lait pas nous croire.

Noir

Vidéo du vieux japonais… : 

Déso­lée pour l’image un peu sombre et pas très opti­miste mais je crois que le plus impor­tant est de faire com­prendre aux gens que les habi­tants du vil­lage d’Iitate et ceux de la région de Fuku­shi­ma s’efforcent de sur­vivre, est ce qu’on veut lais­ser une terre souillée et inha­bi­table à nos enfants ou un envi­ron­ne­ment viable aux géné­ra­tions futures ? Je pense en par­ti­cu­lier à la France je pense sou­vent aux fran­çais qui d’après ce qu’on m’a dit exploitent très lar­ge­ment le nucléaire. J’aimerais que vous y réflé­chis­siez voi­là tout. 


La pièce en vidéo et en entier :

Print Friendly, PDF & Email
Total
32
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Attention à la marche (documentaire)

Minding the Gap (en français : « Attention à la marche », voir ici) est un film documentaire de 2018, réalisé par Bing Liu et plusieurs fois primé (Sundance, etc.). Il s’agit d’une chronique des amitiés qui lient trois jeunes hommes de la ville de Rockford, dans l’État de l’Illinois, aux États-Unis, unis par leur amour du skateboard. Les séquences vidéos du documentaire s’étalent sur plus de 12 ans de vie des protagonistes, les plus anciennes ayant été tournées par Bing Liu alors qu’il avait 14 ans. [...]
Lire

Qu’est-ce que l’anti-industrialisme et que veut-il ? (par Miguel Amorós)

De fait, la critique du développement est la critique sociale telle qu’elle existe maintenant, aucune autre n’est véritablement anticapitaliste car aucune ne met en cause la croissance ou le progrès, les vieux dogmes que la bourgeoisie a transmis au prolétariat. D’un autre côté, les luttes de défense pour la préservation du territoire, en sabotant le développement, font que l’ordre de la classe dominante chancelle : dans la mesure où ses luttes réussiront à reformer un sujet collectif anticapitaliste, ces luttes deviendront la lutte de classes moderne.