Trois jours chez les transhumanistes (Par n°0670947011009)

Texte récu­pé­ré sur le site de Pièces et Main d’Oeuvre, à l’a­dresse sui­vante.


On sait que le «  zéro défaut  » n’existe pas et que les plus hautes tech­no­lo­gies de pointe ont par­fois des « dys­fonc­tion­ne­ments » aux « effets per­vers ». Voi­ci n° 0 67 09 47 011 009, un cyborg — un orga­nisme cyber­né­tique — qui n’aurait jamais dû fran­chir le contrôle Qua­li­té avant sa mise en ser­vice. Un cyborg atteint d’aberration. N° 0 67 09 47 011 009 a la curio­si­té mal­saine du pas­sé humain — de son pas­sé. Ce cyborg assez déré­glé pour éprou­ver des sen­ti­ments, peut-être une nos­tal­gie rance, moi­sie, nau­séa­bonde et pour tout dire réac­tion­naire de ses ori­gines, convainc son col­lègue hacker de le télé­char­ger pour un bref voyage dans le pas­sé. Les aléas de l’espace temps en réa­li­té vir­tuelle l’amènent à assis­ter au pre­mier col­loque trans­hu­ma­niste en France, du 20 au 22 novembre 2014, à Paris, c’est-à-dire chez les pion­niers et pro­mo­teurs du monde-machine. On a beau dire, le hasard est grand. Et les mémoires numé­riques presque aus­si vastes.

C’est ain­si que grâce au compte-ren­du de n° 0 67 09 47 011 009, nous décou­vrons à la fois les pro­pa­gan­distes du trans­hu­ma­nisme, leurs dis­cours, leurs tac­tiques et sur­tout leur idéo­lo­gie, qui n’est autre que l’idéologie domi­nante à l’ère des tech­no­lo­gies conver­gentes : soit ce pro­duit des uni­ver­si­tés amé­ri­caines répan­du sous le label de French Theo­ry.

Suite aux récents mas­sacres, contre les Juifs et contre la liber­té d’expression, des amis deman­de­ront « Vous n’avez rien de plus urgent à dire ?… Vu le contexte ?… L’actualité ? » Ellul remar­quait que les mass-media tech­no­lo­giques favo­risent les réflexes au détri­ment de la réflexion. Nous trai­tons ici la véri­table actua­li­té, le vrai contexte. Ce que l’historien Fer­nand Brau­del nom­mait « la longue durée » et sans laquelle les évé­ne­ments immé­diats res­tent mys­té­rieux, si gigan­tesques et mons­trueux soient-ils. Quoi de plus inac­tuels en appa­rence que Char­bon­neau (1910–1996) et Ellul (1912–1994), dans les années trente et qua­rante ; au vrai temps des fas­cismes, du sta­li­nisme, de la Grande Dépres­sion, de la guerre, de l’Occupation, etc. Quoi de plus risible que leur « groupe per­son­na­liste du Sud-Ouest », cette équipe de chré­tiens « non-confor­mistes » en ran­don­née pédestre et intel­lec­tuelle, et dont nul ne publiait les livres. Les mili­tants du « concret » et de « l’urgence » s’en tapent encore les cuisses. A tort. Depuis Hiro­shi­ma, la cyber­né­tique, l’automation et l’organisation scien­ti­fique de la socié­té, leurs ana­lyses ont pas­sé l’épreuve des faits, quand celle-ci pul­vé­ri­sait celles des « progressistes ».

« Nous sommes des révo­lu­tion­naires mal­gré nous », disent Ellul et Char­bon­neau. « Aujourd’hui, toute doc­trine qui se refuse à envi­sa­ger les consé­quences du Pro­grès, soit qu’elle pro­clame ce genre de pro­blèmes secon­daires (idéo­lo­gie de droite), soit qu’elle le divi­nise (idéal de gauche), est contre-révolutionnaire. »

C’est qu’ils avaient anti­ci­pé quelque chose de pire que les tota­li­ta­rismes poli­tiques : l’homme-machine incar­cé­ré dans le monde-machine ren­du pos­sible par l’emballement technologique.

Le fait majeur du der­nier siècle, ce n’est pas tel ou tel évé­ne­ment, si atroce et spec­ta­cu­laire soit-il, c’est — à l’abri des évè­ne­ments, comme der­rière un décor — l’avènement du tech­no-tota­li­ta­risme. L’islamo-fascisme sera vain­cu comme d’autres patho­lo­gies poli­tiques avant lui. Les drones, les RFID, les implants élec­tro­niques, les camé­ras, la bio­mé­trie, les réseaux, les sys­tèmes de pilo­tage des indi­vi­dus et des socié­tés, eux, se déve­lop­pe­ront de plus belle.

Désor­mais, et en dépit des san­glants remous de sur­face, la contra­dic­tion prin­ci­pale oppose l’humain (d’origine ani­male) aux inhu­mains (d’avenir machinal).

Lisez Ellul. Lisez Char­bon­neau. Comme disait Char­lie Heb­do dans les années 1970.




Si vous savez ce qu’est un singe en cage, vous com­pre­nez ma condi­tion. J’étouffe dans ma socié­té et mon temps. Je hais mes sem­blables. Leur effi­ca­ci­té, leur fonc­tion­na­li­té. Jamais le contrôle Qua­li­té n’aurait dû me vali­der. Mes impul­sions sont non-conformes. Depuis ma fabri­ca­tion, je cherche mes ori­gines humaines dans les didac­ti­ciels d’Histoire et mes implants de mémoire aug­men­tée. J’ai scan­né les e‑archives du cloud et vécu des évé­ne­ments his­to­riques en réa­li­té vir­tuelle, mais ceci est faux. Nul ne me com­prend hors mon ami, le meilleur bio-hacker de la cyber­sphère. Wlad est un as, il vend très cher des implants sur-mesure. Mes erreurs sys­tème le fas­cinent. Je le laisse exa­mi­ner mes cir­cuits, à condi­tion qu’il ne me repro­gramme pas. Il y a une semaine, il m’a convié dans son labo. « — Je peux t’envoyer dans le pas­sé. — Avec tes implants 3D ? non mer­ci. — Non, réel­le­ment. À la date que tu veux. Dans la peau d’un humain. »

Nous des­cen­dons des humains, eux-mêmes issus de lignées ani­males. Mais nous devons notre condi­tion à leur volon­té, non au pro­ces­sus évo­lu­tion­naire qui les avait faits et aux­quels ils étaient étran­gers. Pour­quoi ces aïeux dont je me sens si proche ont-ils fait ce choix ?

« Une peau d’humain, Wlad ? Télé­charge-moi au XXIe siècle. »

C’est ain­si que j’ai débar­qué à Trans­Vi­sion 2014, « pre­mier col­loque trans­hu­ma­niste inter­na­tio­nal orga­ni­sé en France ». Chez nos pré­cur­seurs, les pion­niers de la tran­si­tion post-humaine.

***

Muni de billets reçus par Inter­net, me voi­ci le 20 novembre 2014 devant l’Espace des sciences Pierre-Gilles-de-Gennes de l’École supé­rieure de phy­sique et de chi­mie indus­trielles de Paris, près de la rue Mouf­fe­tard. À l’entrée, des humains me tendent un papier — un « Appel des Chim­pan­zés du futur » signé « Pièces et main d’œuvre », hos­tile à « l’homme-machine » et aux trans­hu­ma­nistes accu­sés de vou­loir « liqui­der l’espèce humaine[1] ». Pre­mière nou­velle : je ne suis pas le pro­duit d’une volon­té col­lec­tive de l’humanité, d’un désir par­ta­gé, mais d’un rap­port de forces — d’un viol, comme on disait du temps de la repro­duc­tion sexuée. Le post-humain a eu des oppo­sants, effa­cés de nos implants mémo­riels. Triste récon­fort. Mais alors les inaug­men­tés, les infé­rieurs qui crou­pissent hors de la cyber­sphère seraient les des­cen­dants de ces réfrac­taires ? Les ancêtres de ces mal­heu­reux auraient refu­sé de deve­nir cyborgs ? Brouillard dans mes cap­teurs. Per­sonne n’en parle jamais, com­ment l’aurais-je su.

J’imagine com­bien les oppo­sants furent mino­ri­taires. Ce col­loque est accueilli par une école pres­ti­gieuse, haut lieu de l’excellence scien­ti­fique[2], que pré­side une élue de Paris, Marie-Chris­tine Lemar­de­ley. Alliance des pou­voirs scien­ti­fiques, poli­tiques et indus­triels dif­fi­cile à bloquer.

Le col­loque s’intitule « Le trans­hu­ma­nisme face à la ques­tion sociale ». Il est orga­ni­sé par l’Association fran­çaise des trans­hu­ma­nistes, Tech­no­prog, qui se dit de gauche et « tech­no­pro­gres­siste ». De gauche ? Au pays des ser­vices publics et de la Sécu, il s’agit de séduire les pro­gres­sistes, de vali­der la com­pa­ti­bi­li­té entre éga­li­té et post-huma­ni­té. Marc Roux, le pré­sident de Tech­no­prog, répète qu’« un autre trans­hu­ma­nisme est pos­sible », pour se dis­tin­guer des trans­hu­ma­nistes « conser­va­teurs », de droite, par­ti­sans de la concur­rence et du marché.

Ain­si les pro­mo­teurs du post-humain avaient entre eux des diver­gences. Ça me fait une belle prothèse.

Ce sont les trans­hu­ma­nistes amé­ri­cains qui financent l’événement, via trois struc­tures : Huma­ni­ty + (ex-World Trans­hu­ma­nist Asso­cia­tion, créée en 1998 par les phi­lo­sophes Nick Bos­trom et David Pearce, implan­tée à Los Angeles, pré­si­dée par la desi­gner Nata­sha Vita-More, et ini­tia­trice des confé­rences Trans­Vi­sion), l’Institute for Ethics and Emer­ging Tech­no­lo­gies (IEET), think tank fon­dé par James Hugues et Nick Bos­trom, et la fon­da­tion Tera­sem de la mil­lion­naire Mar­tine Roth­blatt — on y reviendra.

L’accès du hall est contrô­lé : gar­dienne, por­tillons à carte sans contact. Il faut pré­sen­ter ses papiers d’identité, émar­ger, accro­cher son badge. De jeunes hôtes des asso­cia­tions fiXience et Traces, coor­ga­ni­sa­trices du col­loque, se chargent du pro­ces­sing. Des tren­te­naires à l’allure bran­chée — slim ou robe fleu­rie, bot­tines et ver­nis à ongle côté filles ; barbe de trois jours, jean et écharpe côté gar­çons — débor­dés mais contents que ça twitte sur l’événement. Il faut por­ter son badge pour cir­cu­ler dans l’espace où, « comme on l’a vu, cer­tains sont venus pour autre chose que le col­loque ». Marc Roux fait allu­sion aux dis­tri­bu­teurs de tracts. Le pré­sident de Tech­no­prog res­semble à un direc­teur de MJC. Queue-de-che­val, barbe, jean et pull camion­neur, dent man­quante (et les pro­thèses alors ?). Il arti­cule avec un ton de prof et un léger accent du sud. Vous lui confie­riez vos enfants in real life.

Nous sommes 80 dans un amphi à moi­tié vide. On nous dis­tri­bue des casques pour la tra­duc­tion, assu­rée par deux inter­prètes. Comme dans tout col­loque, nombre d’auditeurs sont aus­si ora­teurs. Soit une ving­taine de per­sonnes, plus les membres des asso­cia­tions orga­ni­sa­trices. Beau­coup de jour­na­listes, de l’AFP, des Inrocks, du Soir, de Libé­ra­tion, du Canard Enchaî­né, d’Arte, de France 2 notam­ment (Marc Roux n’en revient pas d’avoir décro­ché la « Une » du gra­tuit Métro­news). Les pro­fanes sont 30 à 40, dont peut-être la moi­tié sui­vront les trois jours. Retrai­tés, cher­cheurs, doc­to­rants. Des curieux. Cer­tai­ne­ment pas l’« assem­blée de trans­hu­ma­nistes » décrite par le repor­ter des Inrocks, qui ne dis­pose il est vrai ni de ma cog­ni­tion aug­men­tée, ni de mon oreille bio­nique bran­chée sur les conver­sa­tions privées.

Voi­ci la jeune kiné en mas­ter d’histoire des reli­gions à l’université catho­lique de Lou­vain, l’ancien cadre de l’industrie cos­mé­tique, l’étudiant en maths d’Orsay qui masque sa juvé­ni­li­té sous une barbe soi­gnée, et qui jus­ti­fie l’écart entre dis­cours scien­ti­fique et média­tique (un cher­cheur peut dire qu’il existe un risque nucléaire non négli­geable, mais pas publi­que­ment, sinon vous ima­gi­nez la panique) ; les jumeaux cir­cas­siens espa­gnols de Bruxelles qui pré­parent un spec­tacle sur le trans­hu­ma­nisme, la retrai­tée fan de science-fic­tion qui approuve les confé­ren­ciers à voix haute, la docu­men­ta­liste de lycée en for­ma­tion, l’étudiant en desi­gn, l’écolo inquiet du réchauf­fe­ment cli­ma­tique, la doc­to­rante en « Arts & sciences » qui fait sa thèse sur la place des artistes dans la révo­lu­tion de la socié­té par les tech­no­lo­gies, l’apprenti-naturopathe sor­ti des Dam­nés de Vis­con­ti (che­veux blonds pla­qués en arrière, visage de cire, main­tien figé, cra­vate, veste bleue marine à empiè­ce­ments de cuir, montre en or, man­teau plié sur l’avant-bras, il n’a qu’une pomme dans l’estomac depuis le matin car la diète et les bio­tech­no­lo­gies sont sources de lon­gé­vi­té), le couple quin­qua­gé­naire dont le mon­sieur s’y connaît en ges­tion des res­sources humaines, le Sué­dois ven­tru qui res­semble à un patron de start up, la bande de jour­na­listes décon­trac­tés chic, qui com­parent les mérites des docu­men­taires Un homme (presque) par­fait et Un monde sans humains. L’un d’eux déchiffre un livre de Pièces et main d’œuvre pen­dant les talks. Un pro­vo­ca­teur ? Non, il a de la dis­tance et une moue iro­nique, il est juste milieu, tout est ques­tion de dosage.

Les doc­to­rants se repèrent à leur façon d’attraper le confé­ren­cier à la pause pour lui deman­der son mail, de pla­cer leur sujet de thèse dans chaque dis­cus­sion, en gar­dant pour eux leur cor­pus, afin de pré­ser­ver leur car­rière en toute neu­tra­li­té axio­lo­gique. C’est à eux que je dois en par­tie mon sort. Mon séjour chez les humains n’améliore pas mon humeur. Je connais l’issue de la crise — ce moment où tout peut bas­cu­ler d’un côté ou de l’autre — qu’ils feignent d’ignorer ou de dési­rer. Se haïssent-ils à ce point ? Sont-ils si las d’eux-mêmes ? Je découvre une huma­ni­té acca­blée par son propre poids. Comme si l’histoire avait trop duré, émous­sé l’émerveillement d’être vivant. Cyborg, j’ignore tout de cette sen­sa­tion. Le mot « vie » n’est pour nous qu’un éty­mon ou une méta­phore. Mais je suis défec­tueux ; j’ai lu les poètes humains, écou­té la musique et vu la pein­ture des âges anciens, j’ai appro­ché ce qui n’appartient qu’aux mor­tels. Ils ne peuvent pas tous être ces pan­tins capri­cieux, insen­sibles et anthro­po­phobes, ces bla­sés qui croient avoir fait le tour de la condi­tion humaine ?

***

Aucun spec­ta­teur du col­loque ne se déclare trans­hu­ma­niste, ni oppo­sant ; la plu­part consi­dèrent le phé­no­mène « inté­res­sant » à dis­cu­ter, comme l’euthanasie ou la tran­si­tion éner­gé­tique. Cer­tains s’emballent, tel ce retrai­té à che­veux blancs qui hous­pille les ora­teurs, trop fri­leux à son goût. Tout a échoué, les reli­gions, les phi­lo­so­phies, les sys­tèmes poli­tiques ; l’homme va repro­duire ses échecs à l’infini. Donc pour chan­ger le monde, il faut chan­ger l’homme. Pour­quoi les trans­hu­ma­nistes ne disent-ils pas clai­re­ment : « voi­là ce qu’on va chan­ger dans le cer­veau, pour tra­vailler sur la jalou­sie, la ran­cœur, la colère ? » En fait, ce per­fec­tion­niste devrait s’adresser à Cli­na­tec, la cli­nique expé­ri­men­tale du cer­veau du Com­mis­sa­riat à l’énergie ato­mique de Gre­noble. On y tra­vaille déjà, grâce aux nano-bio-neu­ro­tech­no­lo­gies, à « chan­ger dans le cer­veau » les com­por­te­ments com­pul­sifs, addic­tifs, dépressifs.

Des objec­tions filtrent. Cette jeune femme qui moquait le tract de Pièces et main d’œuvre le pre­mier matin, part le soir en remar­quant : « Tout-de-même, on balaie un peu vite les inéga­li­tés, comme si elles allaient dis­pa­raître d’un coup ». Deux autres relèvent l’agressivité des trans­hu­ma­nistes à la moindre réserve. Mais dans une ambiance feu­trée — ther­mos et bis­cuits —, il ne faut pas une demi-jour­née pour que tout le monde se tutoie. Entre nous durant trois jours, on finit par se prendre pour des ini­tiés. De quoi créer une proxi­mi­té avec nos hôtes transhumanistes.

Dans le hall, les œuvres de quatre étu­diants ayant répon­du à l’appel à pro­jets de fiXience, asso­cia­tion qui veut « mettre en lumière les ques­tions que la science pose à la socié­té et celles, en retour, que la socié­té pose à la science ». L’autre asso­cia­tion co-orga­ni­sa­trice, Traces (Théo­ries et réflexions sur l’ap­prendre, la com­mu­ni­ca­tion et l’é­du­ca­tion scien­ti­fiques) cherche, elle, « à créer des espaces pri­vi­lé­giés de prise de recul, d’expérimentation et d’innovation dans le domaine de la com­mu­ni­ca­tion publique de la science. » La jeune fon­da­trice de fiXience, Marie Chau­vier, se pas­sionne pour l’utérus arti­fi­ciel. Elle a tra­vaillé pour Viva­go­ra, offi­cine qui vend des simu­lacres (cycles de pseu­do-débats, « forums par­ti­ci­pa­tifs ») aux déci­deurs en butte à l’opposition anti-tech­no­lo­gie[3]. L’association Traces vend for­ma­tion, média­tion et « consul­tance » (sic), notam­ment à Bayer, Schlum­ber­ger, la SNCF, la Région Ile-deFrance ou la Com­mis­sion euro­péenne. Elle gère l’Espace des sciences Pierre-Gilles-de-Gennes. Chiffre d’affaires 2013 : 491 303 €.

Ces entre­prises de per­sua­sion m’intéressent. Leur exis­tence prouve que « l’homme aug­men­té », comme on disait, n’allait pas de soi. Il a fal­lu ces « média­teurs » pétris­seurs d’opinion pour obte­nir l’acceptabilité des tech­nos­ciences, for­ma­ter les esprits, notam­ment des plus jeunes, afin d’étouffer toute ten­ta­tive d’« arrê­ter le pro­grès ». Ils furent les auxi­liaires des trans­hu­ma­nistes, des pou­voirs publics et des labo­ra­toires. De quel bud­get les « Chim­pan­zés du futur » dis­po­saient-ils contre eux ?

Donc, les œuvres des étu­diants. Un court-métrage sur le dopage high-tech des spor­tifs en 2072. Le site Inter­net d’une entre­prise ima­gi­naire qui pro­pose le télé­char­ge­ment du cer­veau. Des maquettes de villes avec dif­fé­rents scé­na­rios de ségré­ga­tion sui­vant les niveaux d’augmentation des humains. Une ins­tal­la­tion avec un fau­teuil entou­ré d’un tube en PVC d’où filtre une lumière bleue, et deux écrans noirs car la vidéo est en cours de mon­tage, qui repré­sente une cel­lule sphé­rique d’immersion sen­so­rielle où le sujet, grâce à ses cap­teurs, baigne dans un état de bien-être. Enfin, quand ce sera fini. Nous sommes requis de voter pour notre pro­jet pré­fé­ré à l’aide de boules de cotillons colo­rées. Il doit me man­quer des fonc­tions humaines. Je vote pour le graf­fi­ti dans les toi­lettes : « À ma mort, je lègue­rai mon cer­veau à la science-fiction ».

***

Au fil des confé­rences, les trans­hu­ma­nistes déroulent un dis­cours tech­nique ou tac­tique, sans se don­ner la peine d’élaborer une pen­sée. À quoi bon, quand on nage dans le sens des révo­lu­tions tech­no­lo­giques ? En 2014, les NBIC[4] pro­dui­saient déjà : pro­thèses de membres connec­tées au sys­tème ner­veux, implants cochléaires et rétines arti­fi­cielles, implants neu­ro-élec­tro­niques pour modi­fi­ca­tion des com­por­te­ments et humeurs, modi­fi­ca­tion des sou­ve­nirs par opto­gé­né­tique, exos­que­lettes, puçage RFID sous-cuta­né, trans­crip­tion des ondes céré­brales en don­nées lisibles par une machine (inter­faces homme-machine), dis­po­si­tifs de réa­li­té aug­men­tée, objets connec­tés « intel­li­gents », smart­phones, big data, cloud com­pu­ting, robots huma­noïdes, séquen­çage ADN, sélec­tion géné­tique des embryons, ingé­nie­rie tis­su­laire et orga­nique, créa­tion d’organismes arti­fi­ciels par bio­lo­gie de syn­thèse, pré­mices d’intelligence arti­fi­cielle et de modé­li­sa­tion du cerveau.

À quoi tra­vaillaient la recherche et l’industrie, sinon à la construc­tion de l’homme-machine ? Pas besoin de lob­by ni de com­plot. Il suf­fi­sait aux trans­hu­ma­nistes d’accompagner le mou­ve­ment de quelques idées simples et brutales.

Le trans­hu­ma­nisme est l’autre nom des tech­no­lo­gies conver­gentes. Leurs oppo­sants devaient, eux, pen­ser à contre-cou­rant, c’est-à-dire avec force et jus­tesse. Il aurait fal­lu tra­vailler dur pour res­ter humain. Pour com­prendre en quoi le « pro­grès » tech­no­lo­gique deve­nait un tech­no-tota­li­ta­risme, un regrès social et humain ; pour­quoi il valait la peine de défendre le genre humain comme espèce ani­male (ins­crite dans l’histoire natu­relle) et consciente (capable d’agir sur le monde). Pour­quoi les NBIC étaient incom­pa­tibles avec les idéaux de liber­té, d’égalité, de jus­tice et de fraternité.

Humains, dois-je vous dire ce que vous avez per­du en vous tra­his­sant ? Vous ne crai­gnez ni mala­die ni mort. Vous êtes fonc­tion­nels durant des siècles. Vous ne connais­sez ni le temps, ni le rythme, ni l’art. Votre langue, comme votre exis­tence, est effi­cace et sans cou­leur. Vous êtes ras­su­rés, éter­nel­le­ment. Vous igno­rez les sen­sa­tions, ain­si qu’Hans Mora­vec vous l’avait annon­cé (« The senses have no future[5] ») — vos cap­teurs sont sen­sibles pour vous. Vous construi­sez votre iden­ti­té par le choix sur cata­logue de vos implants et pro­thèses, vous maî­tri­sez votre tra­jec­toire, l’inconnu vous est incon­nu. Jamais la sur­prise, l’impromptu, le hasard, le doute, ne troublent l’organisation ration­nelle de votre exis­tence. Rien ne vous arrive. Vous fonc­tion­nez, pour tou­jours, à votre place au sein de la cyber­four­mi­lière, où vous exé­cu­tez vos simu­lacres d’existence selon le scé­na­rio opti­mal conçu par les algorithmes.

***

Je com­mence à com­prendre. Mou­rir effraie les hommes. C’est ce qui les fait vivre. Sauf les trans­hu­ma­nistes, dont la concep­tion machi­nique du monde assi­mile la vie à la per­for­mance tech­no­lo­gique, la mort à un pro­blème tech­nique. Pour­quoi deve­nir homme-machine ? Parce que c’est tech­ni­que­ment pos­sible. Quelle pau­vre­té. Le rai­son­ne­ment assis­té par ordi­na­teur confond quan­ti­té et qua­li­té. Didier Cœur­nelle, vice-pré­sident de Tech­no­prog, décrit la socié­té des immor­tels : plus riche (on tra­vaille­ra plus long­temps, on dépen­se­ra moins pour se soi­gner), plus apai­sée (moins de délin­quance chez les vieux, un citoyen âgé est un citoyen heu­reux), plus éco­lo­gique (les vieux soignent l’environnement), pré­ser­vée de la sur­po­pu­la­tion par la baisse de la nata­li­té (sur le modèle de Sin­ga­pour avec 0,9 enfant par femme). Une socié­té de vieux éter­nels et satis­faits — le stade avant les cyborgs.

Selon Cœur­nelle, refu­ser les recherches sur l’allongement de la vie s’apparente à la non-assis­tance à per­sonne en dan­ger. « Nos adver­saires disent que nous avons peur de la mort, mais refu­ser d’être immor­tel, c’est avoir peur de la vie ! N’est-ce pas une forme suprême d’arrogance que de consi­dé­rer l’être humain comme abou­ti et n’ayant pas besoin d’être amé­lio­ré ? » Croit-il en sa démons­tra­tion ? Front dégar­ni poivre et sel, veste trop large, voix de cré­celle, regard fuyant, ner­vo­si­té. Il inter­pelle la salle : « Qui veut mou­rir du can­cer ? d’Alzheimer ? Per­sonne, donc vous êtes tous trans­hu­ma­nistes. » Mur­mures dans le public. « Ques­tion oiseuse ! » Une dame au micro se dit « atter­rée ». Cœur­nelle déteste qu’on le contre­dise. Le débat fini, il fonce sur ses contra­dic­teurs pour les som­mer de s’expliquer.

Pour­quoi être immor­tel serait-il plus enviable qu’être humain ? Les trans­hu­ma­nistes ne se posaient pas la ques­tion. En tech­ni­ciens, ils se deman­daient « com­ment », jamais « pour­quoi ». Même leurs « phi­lo­sophes » ou socio­logues, pro­sé­lytes du fait accom­pli tech­no­lo­gique, s’intéressaient aux moyens d’agir plu­tôt qu’aux rai­sons. Imper­méables à l’appréhension sen­sible du monde, ils com­mu­ni­quaient en code binaire. La pen­sée machi­nale et la recherche d’efficacité avaient écra­sé ce qui se nom­mait autre­fois les « huma­ni­tés » — phi­lo­so­phie, lit­té­ra­ture, his­toire, langues anciennes.

Pour se dis­traire, ils ont invi­té à leur col­loque des res­ca­pés de ces dis­ci­plines. Les­quels recueillent incom­pré­hen­sion, moque­rie, agres­si­vi­té, de contra­dic­teurs étanches aux idées. Quand le phi­lo­sophe Fran­ces­co Ador­no doute que tous les humains refusent leur condi­tion de mor­tels, le bio­lo­giste Fran­çois-Xavier Pal­lay répond par des études de psy­cho­lo­gie prou­vant scien­ti­fi­que­ment l’inverse. Quand on évoque le sens d’une vie éter­nelle, le vice-pré­sident de Tech­no­prog balaie : là n’est pas le débat. Quand le phi­lo­sophe Jean-Michel Bes­nier fait l’éloge de l’inachèvement et de l’aléatoire de la vie, il recueille un silence indif­fé­rent. Nul ne se donne la peine de lui répondre. Je réa­lise que Bes­nier fait par­tie du décor, il est l’opposant offi­ciel invi­té à chaque réunion trans­hu­ma­niste. Il est com­pa­tible : Marc Roux peut lui taper dans le dos et rire avec lui de la « répu­ta­tion exa­gé­rée » de Pièces et main d’œuvre qui n’a pas per­tur­bé le col­loque ; Tech­no­prog peut grâce à lui se van­ter d’être démo­cra­tique — c’est à quoi servent les idiots vaniteux.

J’ai décou­vert dans les e‑archives la que­relle des « deux cultures ». Charles P. Snow, phy­si­cien et écri­vain anglais, avait déplo­ré en 1959 le schisme entre scien­ti­fiques et « intel­lec­tuels lit­té­raires[6] ». Les scien­ti­fiques moto­ri­sant la socié­té depuis la révo­lu­tion indus­trielle, Snow rageait de l’ignorance et du mépris dans lequel les tenaient les lit­té­raires, « lud­dites par tem­pé­ra­ment ». En 2014, le mépris était depuis long­temps inver­sé. Les huma­ni­tés ayant bais­sé pavillon devant l’arrogante bru­ta­li­té tech­no-scien­ti­fique. Comme disait Marc Roux : « Les for­ma­tions scien­ti­fiques devraient consti­tuer l’un des prin­ci­paux piliers de la construc­tion de notre ave­nir. (…) Il n’est plus suf­fi­sant de se sou­cier d’enseigner un monde pas­sé, à tra­vers l’histoire, la lit­té­ra­ture ou l’histoire de la phi­lo­so­phie[7]. » J’aurais pu ras­su­rer ce pro­mo­teur de l’esprit d’innovation : ma pro­gram­ma­tion n’a subi aucune influence du pas­sé, encore moins des « intel­lec­tuels lit­té­raires ». Que pour­raient ensei­gner les poètes aux cyborgs ?

Face non humaine
De telz gens qu’on maine
Raire ailleurs : ceans
Ne seroit seans.
Vui­dez ce dom­maine
Face non humaine.

Court-cir­cuit. Je réini­tia­lise mes connexions.

***

Cher­cher l’immortalité peut effrayer, vous faire pas­ser pour fou ou dan­ge­reux. En bonne tac­tique, mieux vaut évi­ter ce terme, nous explique Aubrey de Grey. Cette figure du trans­hu­ma­nisme — Anglais ins­tal­lé en Cali­for­nie — est fidèle à sa répu­ta­tion de tech­no-pro­phète. Barbe et che­veux longs, allure mys­tique, il a le main­tien modeste et la langue qui sos­sotte. Avec sa femme, ils forment un couple de vieux beat­niks geeks. Elle a de longs che­veux filasse, une den­ti­tion épou­van­table, le dos voû­té. Ils sont les héri­tiers des pre­miers trans­hu­ma­nistes issus de la contre-culture amé­ri­caine des années 1960. Aubrey de Grey réfute la déno­mi­na­tion « trans­hu­ma­niste », trop idéo­lo­gique. Il veut juste pour­suivre la recherche médi­cale comme on l’a tou­jours fait, ne tra­vaille pas sur l’immortalité mais sur la san­té, le rajeu­nis­se­ment et l’abolition du vieillis­se­ment — dont l’immortalité sera une consé­quence. On recon­naît l’argument « cene­quiste » — « ce n’est que la pour­suite, etc ». L’intelligence arti­fi­cielle aus­si, n’est que l’amélioration de l’automatisation : cela ne devrait effrayer per­sonne. Aubrey de Grey donne une leçon de nov­langue. Ne pas dire « Nous devien­drons dif­fé­rents de l’humanité », mais « Great­ly enhan­ced tech­no­lo­gy can deli­ver great­ly enhan­ced human hap­pi­ness » [Une tech­no­lo­gie lar­ge­ment amé­lio­rée pour­ra offrir un bon­heur humain lar­ge­ment amé­lio­ré]. C’est plus simple que de sou­le­ver la ques­tion de la condi­tion humaine, selon lui.

De Grey tra­vaille à la Sens Research Foun­da­tion, finan­cée en par­tie par son héri­tage mater­nel et par le mil­liar­daire trans­hu­ma­niste Peter Thiel, fon­da­teur de Pay­pal et admi­nis­tra­teur de Face­book. Le plan est prêt : d’ici 20 ans, le pro­gramme Sens 1.0 don­ne­ra pro­ba­ble­ment 30 ans de lon­gé­vi­té sup­plé­men­taire. Durant les­quels devrait abou­tir Sens 2.0 qui don­ne­ra 50 ans. Et ain­si de suite. Si on réus­sit Sens 1.0, le plus dur est fait.

Le fond de sa pen­sée : « de toute façon, l’humanité change, donc pour­quoi dis­cu­ter ? On n’a pas besoin que tous les gens soient vision­naires, on a besoin qu’ils soient de notre côté. » Suit un débat tac­tique. Les acti­vistes trans­hu­ma­nistes n’aident-ils pas à pro­mou­voir le mou­ve­ment ? Ne faut-il pas être radi­cal et dire sin­cè­re­ment qu’on veut l’immortalité ? De Grey est for­mel : l’activisme pro­voque un débat idéo­lo­gique inutile ; par­ler tech­nique — ce qu’on peut faire, com­ment, à quelle échéance — « c’est plus facile à vendre au public et aux poli­tiques ». Il est facile d’éliminer les objec­tions des oppo­sants en se concen­trant sur la san­té : la recherche médi­cale est res­pec­tée. Comme dit Gene­viève Fio­ra­so, secré­taire d’État gre­no­bloise à la Recherche et à l’enseignement supé­rieur : « La san­té, c’est incon­tes­table. Lorsque vous avez des oppo­si­tions à cer­taines tech­no­lo­gies et que vous faites témoi­gner des asso­cia­tions de malades, tout le monde adhère[8]. » Trans­hu­ma­niste de la Sili­con Val­ley et socié­tale-libé­rale de la tech­no­pole isé­roise : même pro­jet, même discours.

***

Gauche, droite : notions obso­lètes. Je dois faire mon édu­ca­tion poli­tique. Être trans­hu­ma­niste de gauche, c’est vou­loir en finir avec l’humain tous ensemble. Au pro­gramme : reve­nu uni­ver­sel garan­ti (pour l’éternité) ; inves­tis­se­ments publics dans les tech­no­lo­gies de l’immortalité, afin de garan­tir l’augmentation pour tous et toutes ; gou­ver­nance opti­mi­sée grâce aux logi­ciels de démo­cra­tie directe.

L’Anglais David Wood, membre des Lon­don Futu­rists, estime qu’il fau­dra amé­lio­rer l’organisation sociale en même temps que l’évolution bio­lo­gique, et deve­nir « plus col­la­bo­ra­tifs et empa­thiques ». Pas de pro­blème, on fait d’excellents implants pour ça. De son côté Xavier Pavie, direc­teur de l’ISIS (Ins­ti­tute for stra­te­gic inno­va­tion and ser­vices) à l’ESSEC, est fier d’enseigner à ses étu­diants le trans­hu­ma­nisme res­pon­sable, car, assure-t-il, « le trans­hu­ma­nisme est une inno­va­tion comme une autre ».

Col­la­bo­ra­tif, res­pon­sable, éga­li­taire : un tel pro­gres­sisme ne pou­vait que séduire la gauche tech­no­li­bé­rale. À l’été 2013, l’hebdomadaire Poli­tis fai­sait la part belle aux alter-trans­hu­ma­nistes de Tech­no­prog, dans son dos­sier « L’homme aug­men­té, c’est déjà demain ». Depuis plu­sieurs années, Jean-Luc Mélen­chon, lea­der du Front de Gauche, pré­dit : « Ce qui était autre­fois une condi­tion bio­lo­gique a ces­sé d’être une ser­vi­tude. Demain nous vain­crons la mort[9]. » « (…) un jour, nous vain­crons la mort et alors ce qui était le cœur de la condi­tion humaine, qui était sa fini­tude subie devien­dra d’une manière ou d’une autre une fini­tude que l’on aura choi­sie[10]. » Des ondes ++ pour les trans­hu­ma­nistes fran­çais qui les retrans­mettent en toute occasion.

Pour ce col­loque, ils ont invi­té Corinne Naras­si­guin, porte-parole du Par­ti socia­liste, ex-dépu­tée, ingé­nieur en tech­no­lo­gies de l’information et de la com­mu­ni­ca­tion. Elle déplore l’incapacité de ses col­lègues poli­tiques à anti­ci­per les évo­lu­tions tech­no­lo­giques. Or, « être de gauche, c’est consi­dé­rer celles-ci comme des oppor­tu­ni­tés pour le pro­grès humain », dit-elle à ses hôtes com­blés. Mme Naras­si­guin se sou­met au fait accom­pli, au motif que « le post­hu­ma­nisme ne peut plus être consi­dé­ré comme un simple arti­fice de science-fic­tion ou un exer­cice phi­lo­so­phique abs­trait. (…) Les socia­listes doivent réflé­chir et débattre de cette nou­velle étape de l’é­vo­lu­tion humaine pour redé­fi­nir ce qu’est l’hu­ma­nisme au 21ème siècle. » En 2014, les poli­ti­ciens pro­gres­sistes sou­te­naient le pro­jet d’homme-machine, qui n’était plus un délire de tech­no­lâtres mais une « nou­velle étape de l’évolution humaine ». Un fait acquis. Encore fal­lait-il accou­tu­mer le peuple à son futur-machine : « Quand on constate notre inca­pa­ci­té à orga­ni­ser un débat intel­li­gible et apai­sé sur la GPA, pra­tique issue d’une tech­no­lo­gie médi­cale vieille de plu­sieurs décen­nies, on peut s’in­quié­ter de notre capa­ci­té à pré­pa­rer la socié­té fran­çaise aux débats éthiques néces­saires sur ces nou­velles tech­no­lo­gies de l’hu­main[11]. »

Pour Corinne Naras­si­guin, le lien entre « ges­ta­tion pour autrui » (loca­tion d’utérus) et homme-machine va de soi. Marc Roux estime, comme elle, que les deux répondent, d’une « même logique qui peut nous per­mettre de nous rendre le plus indé­pen­dant pos­sible (…) de nos corps[12] ». Com­ment le logi­ciel de cette gauche poli­tique a‑t-il fusion­né avec celui des trans­hu­ma­nistes ? Là, j’ai besoin de mes implants aug-cog.

Data­base : FichTech#32 / His­toire des idées / XXe / XXIe 

Dans la der­nière par­tie du XXe siècle et au début du XXIe domine chez les intel­lec­tuels, les uni­ver­si­taires et les mili­tants de gauche la pen­sée de la « décons­truc­tion » : il faut, disent les post­mo­dernes, décons­truire les grands récits et la méta­phy­sique, le lan­gage, l’identité, et avant tout le sujet auto­nome héri­té des Lumières. Née en France et pro­pul­sée par son suc­cès sur les cam­pus amé­ri­cains, la « French Theo­ry » enva­hit le pou­voir poli­tique, média­tique et uni­ver­si­taire aus­si bien que les milieux contes­ta­taires, asso­cia­tifs ou « radi­caux ». Elle est la pen­sée domi­nante de l’époque des tech­nos­ciences triom­phantes, dont elle par­tage les pré­sup­po­sés théo­riques issus du para­digme cyber­né­tique[13]. Tout est code, infor­ma­tion, mes­sage. Le corps, la pen­sée, le lan­gage, la nature sont purs sys­tèmes infor­ma­tion­nels. D’où les ana­lo­gies (pré­ludes aux hybri­da­tions) entre cer­veau et ordi­na­teur, pro­gramme géné­tique et pro­gramme infor­ma­tique, corps et machine, évo­lu­tion et pro­ces­sus de com­plexi­fi­ca­tion algo­rith­mique. D’où la modé­li­sa­tion mathé­ma­tique de tout phé­no­mène vivant (de la cel­lule à « l’écosystème » en pas­sant par les affects et les inter­ac­tions sociales). Deuxième étape : la numé­ri­sa­tion du monde, soit la réduc­tion sys­té­ma­tique de toute infor­ma­tion au code infor­ma­tique, qui uni­fie et rend com­pa­tibles le vivant et l’inerte. Tout est dans tout. Tout se vaut. La cyber­né­tique est dans l’ADN du cyborg ; ceci est à peine une métaphore.

Ce réduc­tion­nisme opère éga­le­ment dans la phi­lo­so­phie post­mo­derne, qui nour­rit ce mou­ve­ment des sciences « dure ». Der­ri­da, Fou­cault, Deleuze, Guat­ta­ri par­mi d’autres, valo­risent l’hybride contre le sujet sou­ve­rain, théo­risent le rela­ti­visme (rien n’existe hors du lan­gage, qui est une construc­tion, donc aucune réa­li­té objec­tive n’est pos­sible — même la sub­jec­ti­vi­té est une illu­sion), et l’instabilité iden­ti­taire (je fais de moi-même ce que je veux).

« Allons encore plus loin, nous n’avons pas encore trou­vé notre CsO (NdA : Corps sans organes), pas assez défait notre moi. (…) Le plan de consis­tance ignore (…) toute dif­fé­rence entre l’artificiel et le natu­rel. (…) Il n’y a pas de bio­sphère, de noo­sphère, il n’y a par­tout qu’une seule et même Méca­no­sphère[14]. » (Deleuze & Guattari)

« Il n’y a pas à s’émouvoir par­ti­cu­liè­re­ment de la fin de l’homme : elle n’est que le cas par­ti­cu­lier, ou si vous vou­lez une des formes visibles d’un décès beau­coup plus géné­ral. Je n’entends pas par cela la mort de Dieu, mais celle du Sujet, du Sujet majus­cule, du sujet comme ori­gine et fon­de­ment du Savoir, de la Liber­té, du Lan­gage et de l’Histoire.[15] » (Fou­cault)

Suivent les épi­gones de la French Theo­ry clas­sés, selon la taxo­no­mie amé­ri­caine uni­ver­sel­le­ment adop­tée, en « cultu­ral stu­dies », « post­co­lo­nial stu­dies », « Black stu­dies », « gen­der stu­dies », « gay and les­bian stu­dies », « women stu­dies », « subal­tern stu­dies », « disa­bi­li­ty stu­dies ». Les­quels dégradent la décons­truc­tion en décons­truc­tion du don­né, du déjà-là et en « décons­truc­tion de toutes les formes de domi­na­tion » (que cha­cun décons­truise le domi­nant en lui selon ses caté­go­ries d’appartenance : cou­leur de peau, sexe, âge, sexua­li­té, état de vali­di­té, natio­na­li­té, etc). D’après le concept fou­cal­dien de « micro­po­li­tique », tout est poli­tique : la fron­tière public/privée est abo­lie, cha­cun devient comp­table devant les autres de son for intérieur.

Les héri­tiers de la French Theo­ry poussent à bout la quête de l’hybride — jusqu’au « monstre » —, l’effacement du sujet et de toute dis­tinc­tion (homme/femme, nature/artifice, public/privé, etc, ces dicho­to­mies qui, comme le diable[16], sont accu­sées de dés­unir). Tout est construit, rien n’est don­né de façon natu­relle donc, tout doit être décons­truit et réagen­cé. Il n’y a pas d’huma­ni­té, mais un agré­gat d’entités éparses, por­teuses de « micro-récits » (Lyo­tard) et libres de se recons­truire selon leur volon­té. Le post­mo­der­nisme en action se nomme transhumanisme.

Chi­mères, revue deleu­zo-guat­ta­rienne : « Dans le débat phi­lo­so­phique des grands auteurs de réfé­rence, il est d’ailleurs essen­tiel­le­ment ques­tion de craintes et de rai­dis­se­ments dans un monde post-humain où les tech­no­lo­gies sont hors de contrôle (…). Il serait néces­saire de plier et déplier ces cri­tiques dans d’autres direc­tions, plus prag­ma­tiques, comme le pro­posent les tra­vaux de Michel Fou­cault, de Gilles Deleuze et Félix Guat­ta­ri (…). Au lieu d’être tout sim­ple­ment des “enne­mies du corps”, toutes ces nou­velles formes d’hybridation (…) peuvent nous offrir de nou­velles voies d’accès à un corps non plus “pri­son” ou “tom­beau”, mais “pla­teau”, région d’intensité conti­nue, qui ne se laisse pas arrê­ter par des fron­tières exté­rieures (celles de la “nature” ou de l’“organisme”) mais qui pro­cède par modu­la­tions, vibra­tions et varia­tions d’intensité[17]. »

Le deleu­zien Domi­nique Ques­sa­da : « L’intériorité et la pro­fon­deur, ça n’existe pas (…) Il n’y a pas de dif­fé­rence entre être et chose (…) Il n’y a pas de rup­ture entre ma peau et l’air qui l’entoure (…) Il n’y a pas de bord qui ter­mine mon corps (ou n’importe quel corps phy­sique) et où com­mence ce qui ne serait plus moi (…) La pro­thé­tique moderne (…) et bien­tôt les implants d’interfaçage infor­ma­tique entre le corps et les banques de don­nées — résulte de cette inclu­sion du réel dans le sujet et du sujet dans le réel (l’utérus arti­fi­ciel à venir, par exemple, per­met­tra une ecto­ge­nèse c’est-à-dire une ges­ta­tion en-dehors du corps humain, met­tant poten­tiel­le­ment hommes et femmes à éga­li­té devant la repro­duc­tion)[18]. »

Le der­ri­do-deleu­zien Jean-Mar­tin Clet : « Dif­fi­cile du coup de dire “ce qu’est un homme”, où passe la fron­tière avec l’inhumain puisque notre réa­li­té n’est ni bio­lo­gique ni zoo­lo­gique, rede­vable d’aucun pro­gramme sup­po­sé natu­rel. (…) Alors, entre le corps vivant et la machine pro­thé­tique, la dif­fé­rence s’estompe et des alliances inédites pour­ront peu­pler les uni­vers de la chair comme du métal[19]. »

La fou­cal­dienne Judith But­ler pro­pose quant à elle « rien de moins que la recons­truc­tion de la réa­li­té, la recons­truc­tion de l’humain[20] ».

Si les post­mo­dernes ont tant décons­truit, ce n’était certes pas pour lais­ser vide la place des anciennes normes, mais pour la com­bler de leurs nou­veaux codes, d’autant plus per­for­ma­tifs que relayés et démul­ti­pliés par les nou­velles tech­no­lo­gies. Recons­truire l’humain, dixit But­ler. Afin que nul ne parle jamais plus « pour les autres », au nom d’un pré­ten­du point de vue uni­ver­sel (« humain », disaient les anciens), on impo­sa d’abord le lan­gage situé (en tant que ceci-cela), puis la décom­po­si­tion en infra-lan­gages adap­tés aux par­ti­cu­la­ri­tés de cha­cun. Pour finir, on aban­don­na l’idée de par­ta­ger quoi que ce soit par la langue, qui devint outil de com­mu­ni­ca­tion à visée uti­li­taire. Any­way, l’essentiel de l’existence fonc­tionne via les inter­faces machi­niques. Plus besoin de dire « je », le matri­cule d’un cyborg est bien plus explicite.

Cette notice me met à jour sur les confé­rences Trans­Vi­sion. Je com­prends mieux l’intervention de Syl­vie Allouche. Auteur d’une thèse sur « les enjeux socio-poli­tiques de l’anthropotechnique à tra­vers la science-fic­tion », celle-ci sou­ligne la néces­si­té de tra­vailler sur l’imaginaire pour pro­mou­voir le monde post-humain : « La science-fic­tion est un bon outil, à condi­tion de choi­sir les bons auteurs ». Allouche se bat contre l’influence sur les jeunes cer­velles du Meilleur des Mondes et de 1984, seuls livres de SF lus à l’école, et mal inter­pré­tés. Car, débite cette jeune post­mo­derne, « nous n’avons pas à plaindre les habi­tants du Meilleur des Mondes, très heu­reux puisqu’adaptés. Notre juge­ment sur ce qui est bon et digne est pater­na­liste et colo­nia­liste. » Qui sommes-nous pour décré­ter ce qu’est le bon­heur ? C’est un point de vue per­for­ma­tif, comme dirait Judith But­ler. Si ça me plaît d’être un cyborg, ou un Del­ta, ou un indi­vi­du non sexuel­le­ment déter­mi­né, et de modi­fier mon corps à loi­sir, où est le problème ?

Comme moi, Syl­vie Allouche a des pro­blèmes de réglages. Elle avoue être cho­quée par l’excision, ce qui est non-conforme au rela­ti­visme. Com­ment une Occi­den­tale ose-t-elle juger de ce qui est bon et digne pour les Afri­caines ? Colo­nia­lisme nau­séa­bond. Heu­reu­se­ment, n’étant pas un homme, elle s’épargne un cri­tère oppressif.

Ce n’est pas le cas de Gabriel Dorthe, qui porte pour la vie le poids de sa nais­sance dans la peau d’un salaud. Un homme blanc, occi­den­tal, Suisse par-des­sus le mar­ché. À sa mort, il sera « Dwem » (Dead white euro­pean male), grade le plus éle­vé par­mi les oppres­seurs sur l’échelle de la décons­truc­tion (à moins d’être homo­sexuel). Il ne manque jamais une occa­sion de battre sa coulpe d’un air de curé contrit, qui dis­si­mule mal sa suf­fi­sance de phi­lo­sophe bien­tôt diplô­mé. Gabriel fait sa thèse par­mi les trans­hu­ma­nistes de Tech­no­prog, il est phi­lo­sophe embed­ded. Il aime la démarche de Lepht Ano­nym, hacker de son propre corps et gen­der­less (sans genre). Il s’applique à alter­ner « il » et « elle » pour évo­quer cette enti­té adepte du kit­chen trans­hu­ma­nism, qui s’anesthésie à la vod­ka pour s’implanter des choses dans la chair. Dorthe est un lec­teur du maga­zine tech­no-furieux Usbek & Rika et un émule de la cyber-fémi­niste Don­na Hara­way — l’auteur du Cyborg Mani­fes­to, qui rêve de fabri­quer un « moi par excel­lence, enfin déga­gé de toute dépen­dance, un homme de l’espace[21] ». Encore une à qui j’enverrais bien un flash du futur.

Dorthe s’inquiète aus­si des effets per­for­ma­tifs et oppri­mants des oppo­si­tions binaires nature/culture, homme/femme, transhumanistes/bioconservateurs. Plu­tôt que de choi­sir un camp, il pré­fère se lais­ser affec­ter par ces oppo­si­tions et par l’inquiétude : suis-je encore un humain ? N’est-ce pas exal­tant de se poser la ques­tion ? (Au fait, sup­pri­mer les bina­ri­tés en rédui­sant le monde à un code binaire 0/1 n’émeut pas les post­mo­dernes. Tout est relatif.)

Le XXe siècle a été for­mi­dable, qui a effri­té ces pola­ri­tés, même si, par­don d’être un salaud, il reste beau­coup de tra­vail sur la bina­ri­té homme/femme. Comme cha­cun sait, ces dicho­to­mies ser­vaient à fon­der un sys­tème de valeurs hié­rar­chi­sé (l’homme supé­rieur à la femme, l’homme supé­rieur à la tech­no­lo­gie, etc.) au pro­fit de l’homme blanc occi­den­tal suisse. Heu­reu­se­ment, il y a dans la théo­rie du cyborg un poten­tiel libé­ra­teur : comme Hara­way, Dorthe pense que le deve­nir-cyborg des humains éli­mi­ne­ra la dif­fé­rence sexuelle et l’oppression qui en résulte. Fin du prêche contre­tou­tes­les­for­mes­de­do­mi­na­tio­net­de­pri­vi­lèges — sauf ceux de la car­rière uni­ver­si­taire, faut pas déconner.

Ce doc­to­rant décons­truit a rai­son. Les cyborgs ont abo­li les bina­ri­tés au pro­fit d’une mul­ti­tude d’entités mou­vantes, que l’absence de traits saillants rend uni­formes. L’hybridation a vain­cu les iden­ti­tés, comme la langue a effa­cé les reliefs. Nous sommes tout à la fois, c’est-à-dire rien, afin que nul ne se croie supé­rieur ou dif­fé­rent. Oh la hié­rar­chie demeure, évi­dem­ment. Nous n’avons pas tous la même fonc­tion et les mêmes attri­bu­tions dans la cyber­sphère. Cer­tains sont plus implan­tés que d’autres. Il faut bien attri­buer les places et les postes. Mais je dis ça parce que je suis non-conforme.

Pause diver­tis­sante. Voi­ci un artiste post­mo­derne, invi­té à aérer le col­loque Trans­Vi­sion pour son der­nier jour. Blouse blanche et ton publi­ci­taire, Maël Le Mée joue le confé­ren­cier scien­ti­fique, van­tant avec force détails et humour les « organes de confort » conçus par un ins­ti­tut ima­gi­naire. La « den­ti­tion sto­ma­cale » par exemple, faci­lite vos déjeu­ners d’affaires, en vous per­met­tant de par­ler au lieu de mâcher votre repas. Le Mée prône des amé­lio­ra­tions « DIY » (do it your­self), comme dans le kit­chen trans­hu­ma­nism de Lepht Ano­nym. Il se dit révo­lu­tion­naire en tant qu’« artiste queer », trans­genre ten­dance bio-art low tech. Sans doute met-il en pra­tique la pro­cla­ma­tion de la théo­ri­cienne queer Bea­triz Pre­cia­do : « La prise de parole des mino­ri­taires queer est un avè­ne­ment non tant post­mo­derne que post-humain[22]. » Je ne vois rien de trans­genre ni de queer dans sa per­for­mance, mais s’il veut croire à ses énon­cés per­for­ma­tifs, c’est son droit. À moins qu’il ne soit une fille ? Mes connais­sances en la matière sont toutes théoriques.

Reve­nons à la poli­tique. C’est le bioé­thi­cien amé­ri­cain James Hugues qui détaille le mieux la connexion entre idéo­lo­gie post­mo­derne et trans­hu­ma­nisme « de gauche ». Petit bedon­nant en che­mise et cra­vate, élo­cu­tion à haut débit, le direc­teur de l’Institute for Ethics and Emer­ging Tech­no­lo­gy car­to­gra­phie les mou­ve­ments trans­hu­ma­nistes, leurs alliés et leurs oppo­sants. Les lignes de par­tage entre conser­va­teurs et pro­gres­sistes ne sont plus seule­ment tra­cées du point de vue éco­no­mique et du point de vue cultu­rel, explique-t-il. Au XXIe siècle s’ajoute une troi­sième dimen­sion, « bio­po­li­tique ». Sur cet axe s’opposent bio­con­ser­va­tisme et trans­hu­ma­nisme. Par exemple, les pre­miers défendent l’humain (l’exception humaine) quand les seconds s’attachent à la per­sonne (qui peut aus­si être l’apanage d’une intel­li­gence arti­fi­cielle ou d’un post-humain).

Au sein du trans­hu­ma­nisme, Hugues dis­tingue les conser­va­teurs — Ray Kurz­weil, la Sin­gu­la­ri­ty Uni­ver­si­ty, Google, Peter Thiel, les néo-réac­tion­naires à la Zol­tan Ist­van — des tech­no-pro­gres­sistes qui orga­nisent le col­loque Trans­Vi­sion. Ceux-là sont proches des « tech­no-gaïens » (« éco­lo­gistes » pro­mo­teurs de la géoin­gé­nie­rie, du nucléaire, des OGM et de l’innovation), du par­ti Pirate alle­mand voire des liber­taires. Leurs meilleurs alliés res­tent les « domi­nés » : han­di­ca­pés, femmes, homo­sexuels, trans­genres. Une alliance évi­dente : les tech­no-pro­gres­sistes reven­diquent avec les néo­fé­mi­nistes, les mou­ve­ments LGBT et queer et le post-gen­de­risme, le dépas­se­ment tech­no­lo­gique des contraintes bio­lo­giques, le libre choix des déter­mi­nants cor­po­rels, l’auto-fabrication d’identités fluides et la repro­duc­tion artificielle.

James Hugues étu­die depuis long­temps cette conver­gence idéo­lo­gique. « Le post­gen­de­risme (…) pro­pose de trans­cen­der le genre non seule­ment par des moyens sociaux et poli­tiques, mais en les com­plé­tant par des moyens tech­no­lo­giques. (…) seuls le flou­tage et l’érosion du sexe bio­lo­gique, du cer­veau gen­ré, des rôles sociaux binaires par les tech­no­lo­gies conver­gentes per­met­tra aux indi­vi­dus d’accéder à tous les poten­tiels humains et à toutes les expé­riences, quels que soient leur sexe de nais­sance ou leur genre assu­mé. (…) Une espèce post-bio­lo­gique serait par défi­ni­tion (…) une enti­té post-genre (…) Les bio­tech­no­lo­gies, les neu­ro­tech­no­lo­gies et les tech­no­lo­gies de l’information per­mettent de com­plé­ter ce pro­jet de nous libé­rer du patriar­cat et des contraintes de la bina­ri­té de genres. Les tech­no­lo­gies post-genre met­tront un terme à l’auto-identification figée, bio­lo­gique et sexuelle, per­met­tant aux indi­vi­dus de déci­der pour eux-mêmes quels traits bio­lo­giques et psy­cho­lo­giques gen­rés ils veulent gar­der ou reje­ter[23]. »

Un pro­gramme queer iden­tique à celui de Bea­triz Pre­cia­do, qui veut uti­li­ser les « bio-tech­no­lo­gies de sexe » (chi­rur­gie, hor­mones…) pour « quee­ri­ser » la nature, de sorte que le corps « ne puisse [jamais] recon­duire l’idée d’une cohé­rence mas­cu­line ou fémi­nine[24] ».

À l’écran, le power­point de J. Hugues affiche la cou­ver­ture du livre de Mar­tine Roth­blatt, From trans­gen­der to trans­hu­man [De trans­genre à trans­hu­main]. Qui est Mar­tine Roth­blatt ? « La femme PDG la mieux payée des États-Unis », selon le New York Maga­zine. Une for­tune accu­mu­lée dans les com­mu­ni­ca­tions par satel­lite et l’industrie phar­ma­ceu­tique, et réin­ves­tie en par­tie dans sa fon­da­tion trans­hu­ma­niste « Tera­sem ». Trans­genre (Mar­tin est deve­nu Mar­tine en 1994), Roth­blatt reven­dique à la fois la dis­pa­ri­tion du genre et l’immortalité via le clo­nage numé­rique de l’esprit. Elle incarne ce double refus propre aux trans­hu­ma­nistes : refus de la mort et de la sexua­tion, c’est-à-dire de ce qui carac­té­rise le vivant.

Si les humains du XXIe siècle ont accep­té sans révul­sion l’idée d’en finir avec eux-mêmes, c’est que les esprits avaient été pré­pa­rés par des décen­nies d’idéologie anti-huma­niste dif­fu­sée par l’université, l’édition, l’industrie cultu­relle, les médias, la publicité.

Tout de même. Sans jouer les psy­borgs, les mots nous informent : choi­sir la décons­truc­tion pour maître mot annon­çait le pro­gramme. L’entreprise de démo­li­tion a fait son œuvre. Faut-il rabâ­cher que les idées ont des consé­quences ? Je suis le pro­duit de cette pensée.

***

Un café s’impose. Mon oreille bio­nique capte les conver­sa­tions. Fran­çois-Xavier Pal­lay, jeune cher­cheur de l’équipe de Miro­slav Rad­man à l’Inserm, dis­cute avec un spec­ta­teur. Ses recherches portent sur la lutte contre le vieillis­se­ment, il est très opti­miste et tech­no­phile au der­nier degré, se sent proche des valeurs trans­hu­ma­nistes. « Miro » est un super chef, dans un an il rejoin­dra son labo en Croa­tie, c’est une bonne oppor­tu­ni­té pour lui. Après, il par­ti­ra peut-être pour la Cali­for­nie, il n’aura aucun pro­blème pour s’adapter. Il a une très mau­vaise hygiène de vie, ne pra­tique aucun sport et adore man­ger. Mais il a de bons gènes puisque sa grand-mère a 100 ans. Et comme c’est sa grand-mère mater­nelle, il a ses mito­chon­dries, quelle chance.

Je me demande par­fois ce qui m’attire tant chez les humains.

***

Plus le col­loque avance, plus je per­çois l’enjeu de cette époque : quel choix la défer­lante tech­no­lo­gique a‑t-elle lais­sé aux hommes du XXIe siècle ? Comme les ingé­nieurs, les trans­hu­ma­nistes sont duplices. D’un côté, les tech­no­lo­gies doivent tout « révo­lu­tion­ner », d’un autre, on n’est pas for­cés de les adop­ter. Certes, mais ils omettent leur propre conclu­sion : ceux qui refusent le « pro­grès » sont exclus de la socié­té révo­lu­tion­née. Comme nos infé­rieurs gar­dés à dis­tance. En 2014, les pro­thèses com­mu­ni­cantes n’étant pas encore implan­tées, les humains avaient le choix de les uti­li­ser ou non, contrai­re­ment à nous. Or ils étaient tous équi­pés de smart­phones et autres sup­ports numé­riques externes. Com­ment res­ter en lien avec ses congé­nères sans adop­ter leurs moyens de com­mu­ni­ca­tion, a for­tio­ri quand toute l’existence s’organise via ceux-ci ? Pour vivre ensemble, il faut a mini­ma par­ta­ger des modes de vie. Ceux pré­ci­sé­ment que la tech­no­lo­gie révo­lu­tionne. L’argument du choix est non-valide.

Les trans­hu­ma­nistes ne cessent pour­tant de l’invoquer, de même que la liber­té de dis­po­ser de son propre corps : au nom de quoi leur refu­se­rait-on l’augmentation tech­no­lo­gique, s’ils laissent aux autres la liber­té de ne pas les imi­ter ? C’est ce que défendent notam­ment les liber­ta­riens, repré­sen­tés au col­loque par deux figures importantes.

Anders Sand­berg, Sué­dois implan­té à l’université d’Oxford, est un col­lègue de Nick Bos­trom au Future Huma­ni­ty Ins­ti­tute. Vêtu de noir, médaillon d’argent au cou, raie sur le côté, voix et sou­rire onc­tueux, blagues polies : on dirait un pas­teur luthé­rien. Sand­berg s’intéresse à l’augmentation cog­ni­tive pour tous. Il pré­sente des dia­grammes de cor­ré­la­tion entre hausse du QI et hausse du PIB, entre niveau de QI et bon­heur. On doit avoir le droit de s’améliorer si on veut — ou non, cha­cun fait ce qui lui plaît. Un ami s’est implan­té des aimants au bout des doigts. Sand­berg, lui, prend des drogues (du moda­fi­nil, des­ti­né aux nar­co­lep­tiques) pour être plus per­for­mant du cer­veau. Heu­reu­se­ment pour nous, il n’en a pas pris aujourd’hui, sinon son expo­sé aurait duré huit heures (rire poli).

L’autre vedette liber­ta­rienne est la desi­gner Nata­sha Vita-More, pré­si­dente de Huma­ni­ty +. Robe mou­lante, blou­son de cuir sur les épaules, bru­shing et maquillage de star, sou­rire télé­vi­suel — « Hi James ! Hi Anders ! », salut de la main à la salle, une fesse sur un coin de la table. Vive la Sili­con Val­ley. Bien que tech­no­lâtre, Vita-More ne touche pas l’ordinateur et dicte ses ordres au petit per­son­nel. Sa leçon : en cas d’accident d’avion, il faut mettre son masque à oxy­gène avant d’aider les autres. C’est du bon sens, pas de l’égoïsme. La vie, c’est pareil. « Le trans­hu­ma­nisme, lan­cé dans la vague post-moderne des années 1990, n’est pas égoïste. C’est juste qu’il faut être en bonne san­té pour s’occuper des autres. » Vita-More s’intéresse donc à la pos­si­bi­li­té de sau­ve­gar­der son cer­veau (comme un « back up » infor­ma­tique), et tra­vaille pour cela sur la vitri­fi­ca­tion. Quand on lui demande son âge, elle répond : ma jambe gauche a 20 ans, mon nou­veau sein a trois ans. Mais de près, on dirait une vieille gar­gouille qui vou­drait res­ter jeune.

Vita-More a été membre des « Verts » amé­ri­cains et regrette que la socié­té ne soit pas prête pour le liber­ta­risme. Elle est cyber-boud­dhiste et remer­cie Apple pour la beau­té de ses objets connec­tés. Est-ce mes cir­cuits qui chauffent ? Son babillage sature mes capteurs.

Afin de mettre en scène la fable du libre choix, le col­loque a invi­té des sourds qui refusent l’implant cochléaire, pour un débat et la pro­jec­tion d’un docu­men­taire sur le sujet. Co-auteur du film, le phi­lo­sophe et psy­cha­na­lyste Miguel Benas­sayag, irri­té d’avoir accep­té l’invitation, fait un numé­ro de non-conforme exu­bé­rant aus­si­tôt folk­lo­ri­sé par le public. Après quoi Marc Roux conclut posé­ment : « nous, trans­hu­ma­nistes, et vous, sourds non implan­tés, refu­sons pareille­ment la nor­ma­li­sa­tion du corps, et deman­dons qu’on nous laisse le choix. Votre com­bat est le nôtre. » Ces humains sont vrai­ment décon­cer­tants. Sa conclu­sion serait iden­tique avec des sourds implan­tés : cha­cun fait ce qu’il veut. Gros­sier pro­cé­dé pour occul­ter la tyran­nie tech­no­lo­gique. Hum, je com­mence à par­ler comme les « Chim­pan­zés du futur ».

Laurent Alexandre, lui, ne nie pas la contrainte du « pro­grès ». Pour l’ex-urologue deve­nu mil­lion­naire grâce à Inter­net, puis fon­da­teur de la boîte de séquen­çage géné­tique DNA­Vi­sion, le bébé à la carte est en route. D’abord par le choix des bons embryons, puis par les mani­pu­la­tions géné­tiques. On scan­ne­ra l’embryon — par simple prise de sang — pour le choi­sir, y com­pris sur ses capa­ci­tés intel­lec­tuelles et son espé­rance de vie. 28 % des Amé­ri­cains sont d’accord pour sélec­tion­ner un bébé plus intel­li­gent. « Les autres ne tien­dront pas long­temps s’ils ne veulent pas que leurs enfants soient les domes­tiques des pre­miers », assène Laurent Alexandre. Ou des infé­rieurs relé­gués aux marges de la cyber­sphère. Le chro­ni­queur heb­do­ma­daire du Monde, visi­ble­ment un Alpha +, dompte son public. Grand et droit dans son jean repas­sé et sa che­mise bleue, visage plas­ti­fié et regard froid, il fonce sur Jean-Michel Bes­nier : « Tiens, il y a même des intel­lec­tuels de gauche ». Ser­re­ment de mains, rire gêné de Bes­nier, dont l’apparence contraste avec celle de son inter­lo­cu­teur. Petit, enro­bé, le visage mou et faible, presque apeu­ré devant le mâle domi­nant. On a honte et pitié de ce défen­seur de l’humain si gélatineux.

Alexandre ordonne, bouge, se fige, fixe l’auditoire, lève les mains, crie, parle gros­siè­re­ment. De ces ges­ti­cu­la­tions, il res­sort que : le trans­hu­ma­nisme compte aus­si ses char­la­tans et Ray Kurz­weill est le Rika Zaraï de la géné­tique ; ses « conne­ries » en la matière amusent le jar­di­nier de M. Alexandre mais n’ont aucun fon­de­ment scien­ti­fique ; pen­ser qu’on va gagner 200 ans d’espérance de vie est au mieux de l’escroquerie, au pire de la « conne­rie » ; don­ner de faux espoirs décré­di­bi­lise les pro­gres­sistes qui vont pas­ser pour des « cons ».

À quoi joue-t-il ? Deux ans avant ce col­loque, il décla­rait : « Ma convic­tion per­son­nelle est que cer­tains d’entre vous dans cette salle vivront mille ans[25]. » D’ailleurs, le voi­ci qui enchaîne : il pense que l’espérance de vie va aug­men­ter for­te­ment après 2050 grâce au poten­tiel des NBIC. « Je ne suis pas un bio­con­ser­va­teur. » Le can­cer devien­dra une mala­die chro­nique à l’horizon 2030 grâce au séquen­çage des tumeurs. La méde­cine de l’ère trans­hu­ma­niste est celle des big data, des NBIC, des objets connec­tés, des neu­ro­tech­no­lo­gies. Le méde­cin sera subor­don­né à son sys­tème expert, et c’est le ser­veur qui pren­dra les déci­sions : les normes éthiques seront gérées par les algorithmes.

Oui, la révo­lu­tion NBIC est en marche MAIS ! — il crie — « on ne des­cend pas de la révo­lu­tion comme d’un car­rosse ! » Il est louable de nous aug­men­ter et de nous rendre immor­tels, mais la dyna­mique de la révo­lu­tion risque de nous échap­per. La lutte contre le vieillis­se­ment est mar­gi­nale à côté des mondes ver­ti­gi­neux créés par les neu­ro­tech­no­lo­gies. Les machines deve­nant plus intel­li­gentes, il nous faut aus­si aug­men­ter notre intel­li­gence. D’ailleurs, Jacques Atta­li, qui a des capa­ci­tés cog­ni­tives supé­rieures, est un ami. Les Chi­nois ont lan­cé l’eugénisme intel­lec­tuel. Voi­ci la vraie « dis­rup­tion ». Nous entrons dans une éco­no­mie schum­pé­té­rienne basée sur les algo­rithmes. Les GAFA (Google, Apple, Face­book, Ama­zon) et la Sili­con Val­ley inves­tissent dans la san­té, avec des visées sur l’augmentation cérébrale.

Nous n’avons pas d’éthique sta­bi­li­sée. Quelle peut être la réac­tion des bio­con­ser­va­teurs ? Ver­ra-t-on de nou­velles révoltes lud­dites ? « Ludo­vine de la Rochère, même si elle n’aime pas les pédés, est moins conser­va­trice que José Bové : elle est pour la thé­ra­pie génique et la PMA. » On pour­rait voir une contre-révo­lu­tion agres­sive avec un retour vers une bar­ba­rie anti-tech­no­lo­gique (à l’écran, image d’un Coran et d’une main tran­chée). Fin du show. Wlad ne me croi­ra jamais.

***

Ces trois jours ont épui­sé mes bat­te­ries. Il faut encore sup­por­ter un artiste. Yann Minh joue si bien le cré­tin qu’on le croit immé­dia­te­ment. Il nous inflige un jeu vidéo à l’écran en débi­tant des cyber­ba­na­li­tés : « Je suis un cyber punk à béret, j’ai l’âge de mon ADN, soit 4 mil­liards d’années, je donne des cours dans des grandes écoles d’art et d’ingénierie ; il n’y a pas d’aliénation, mais des appren­tis­sages ; l’automobile est l’extension de nos jambes et on s’y est adap­tés ; la pilule est un outil de cyber-sexe ; l’homme avec un mar­teau, c’est déjà un pro­ces­sus trans­hu­ma­niste ; Marc Caro est un pote, et je sais ce qu’est la révo­lu­tion ; la vie, c’est de la matière infor­mée et le trans­hu­ma­nisme est une méta­phore de l’histoire de la vie ; c’est vrai­ment top. » Gabriel Dorthe, le phi­lo­sophe domi­nant, est ravi de ren­con­trer Yann Minh, qu’il suit sur Face­book depuis longtemps.

Si les écoles d’art et d’ingénierie ont déver­sé ces méga­oc­tets de junk code dans la cer­velle de leurs élèves, il n’y a plus à se deman­der com­ment les humains ont bas­cu­lé dans la post-huma­ni­té. Un ima­gi­naire né de la socié­té de consom­ma­tion et des loi­sirs et de l’emballement tech­no­lo­gique, dans les cer­veaux de gavés insa­tiables. Comme les toxi­co­manes, il leur en faut tou­jours plus — de sen­sa­tions, de per­for­mances, de jouis­sance, de puis­sance. Leur besoin de s’augmenter tra­hit leur insa­tis­fac­tion d’eux-mêmes. Ne sachant plus être humains, ils sont deve­nus anthro­po­phobes. Aucune des bornes inter­ac­tives de « Trans­Vi­sion 2014 » n’a expli­qué l’intérêt d’une exis­tence post-humaine, hors cet argu­ment quan­ti­ta­tif : plus égale mieux. Méca­nique et limi­tée, leur ima­gi­na­tion n’en est pas moins au pou­voir. Il est si facile d’être du côté de la tech­no­lo­gie, quand la tech­no­lo­gie gou­verne le monde.

Il faut déjà ren­trer. Je quitte 2014 avec le sen­ti­ment d’avoir vécu le moment de bas­cule. Furie tech­no­lo­gique sou­te­nue par une tech­no-classe riche et puis­sante, accom­pa­gnée de dis­po­si­tifs d’acceptabilité mul­tiples ; renon­ce­ment de la gauche à l’émancipation au pro­fit de la décons­truc­tion ; allé­geance des poli­tiques et des intel­lec­tuels à la tech­no­cra­tie ; effon­dre­ment de la pen­sée et de son ensei­gne­ment. Les der­niers humains auraient-ils pu blo­quer la machine ? Je l’ignore. Je suis heu­reux tout de même d’avoir décou­vert des réfrac­taires à ce pro­ces­sus d’autodestruction. En fait, la contra­dic­tion prin­ci­pale de l’époque oppo­sait les humains (d’origine ani­male) aux inhu­mains (d’avenir machi­nal). Les « Chim­pan­zés du futur » n’étaient d’accord ni sur les moyens, ni sur les fins. Ils détes­taient la lâche­té des fuyards et leur pro­jet d’existence arti­fi­cielle. Je les com­prends. Je suis un cyborg mélancolique.

N° 0 67 09 47 011 009 

Depuis la cybersphère,

12 jan­vier 2211

Un livre pour aller plus loin

  1. Appel des Chim­pan­zés du futur, nov. 2014, sur www.piecesetmaindoeuvre.com

  2. Cinq prix Nobel (Pierre Curie, Marie Curie, Fré­dé­ric Joliot-Curie, Pierre-Gilles de Gennes et Georges Char­pak) sont pas­sés par l’ESPCI, dont tous les direc­teurs hor­mis le pre­mier ont été élus à l’Académie des sciences.

  3. cf. « Nano­tech­no­lo­gies : et main­te­nant, le tsu­na­mi de la com­mu­ni­ca­tion », sur www.piecesetmaindoeuvre.com

  4. Nano­tech­no­lo­gies, bio­tech­no­lo­gies, infor­ma­tique, sciences cog­ni­tives

  5. https://www.frc.ri.cmu.edu/~hpm/project.archive/general.articles/1997/970128.nosense.html

  6. Les deux cultures, C.P Snow (Edi­tions Bour­gois)

  7. http://ieet.org/index.php/IEET/print/8341

  8. France Inter, 27/06/12

  9. 12/01/12, France 2, « Des paroles et des actes »

  10. Fête de l’Humanité, 13/09/14

  11. Tri­bune sur huffingtonpost.fr, 3/11/14

  12. http://ieet.org/index.php/IEET/print/8341

  13. cf. L’empire cyber­né­tique. Des machines à pen­ser à la pen­sée machine, Céline Lafon­taine (Seuil)

  14. Mille Pla­teaux – Capi­ta­lisme et schi­zo­phré­nie (édi­tions de Minuit)

  15. Dits et Ecrits 1 (1969)

  16. Du latin « dia­bo­los » : qui dés­unit.

  17. n°75, automne 2011, « Deve­nir-hybride »

  18. L’inséparé, essai sur un monde sans autre, Domi­nique Ques­sa­da (PUF, 2013)

  19. Plu­ri­vers, essai sur la fin du monde, Jean-Clet Mar­tin (PUF, 2010)

  20. Défaire le genre (édi­tions Amster­dam, 2006)

  21. « Mani­feste cyborg : science, tech­no­lo­gie et fémi­niste socia­liste à la fin du XXe siècle » in Mani­feste cyborg et autres essais, D. Hara­way

  22. Mul­ti­tudes queer : notes pour une poli­tique des anor­maux (site Les Pan­thères roses, 2003)

  23. Post­gen­de­rism : Beyond the Gen­der Bina­ry, J. Hugues et G. Dvors­ky, mars 2008 (IEET)

  24. Mani­feste contra-sexuel, B. Pre­cia­do (Bal­land, 2000)

  25. Confé­rence TEDx, 6/10/12. Pro­pos réité­rés dans la presse, notam­ment en juillet 2014 (capital.fr)

Print Friendly, PDF & Email
Total
11
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Attach images - Only PNG, JPG, JPEG and GIF are supported.

Articles connexes
Lire

Les nouveaux maitres du monde (John Pilger — 2001)

Dans ce documentaire John Pilger analyse le système économique dominant et le fossé qui se creuse entre les plus riches et les plus pauvres. Le documentaire s’intéresse particulièrement aux institutions qui dominent l’économie mondiale, comme la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International ou encore l’Organisation Mondiale du Commerce, et aux millions de gens qui, sous leurs autorités et leur règlements, se retrouvent au chômage et à la rue.
Lire

Nous ne devrions pas exister — La philosophie de l’antinatalisme (par David Benatar)

L’antinatalisme est le point de vue selon lequel nous devrions cesser de procréer – qu’il est mauvais d’avoir des enfants. Plusieurs routes mènent à cette conclusion. Certaines d’entre elles pourraient être qualifiées de "philanthropiques". Elles émanent de préoccupations pour les humains qui seront amenés à exister si nous procréons. Selon ces arguments, la vie est pleine de souffrance et nous ne devrions pas en rajouter. Beaucoup de pronatalistes réfutent cette affirmation et prétendent, au moins, que dans la vie le bon l’emporte sur le mauvais. Ils devraient se souvenir de ce qui suit.
Lire

Civilisés à en mourir (par Christopher Ryan)

La critique de la civilisation gagne un peu de terrain (peut-être finira-t-elle un jour par devenir un filon capitaliste comme un autre, mais c’est une autre histoire). Christopher Ryan, un auteur assez célèbre aux États-Unis, essentiellement connu en tant que co-auteur du livre Sex at Dawn (« Sexe à l'aube »), publié en 2010 et abordant l'histoire de la sexualité humaine à l'époque préhistorique (ce qui correspond plus ou moins au sujet de la thèse du doctorat en psychologie qu’il a obtenu dans une université californienne), vient de publier, cet automne, un livre intitulé Civilized to Death: The Price of Progress (« Civilisés à en mourir : le prix du progrès »). Si sa critique a le mérite d’étendre un peu la remise en question de la civilisation et du Progrès, elle laisse à désirer sur de nombreux points. Ce qui était malheureusement attendu de la part d’un auteur grand public, habitué des médias de masse. Quoi qu’il en soit, je me suis permis de traduire une grande partie de l’introduction du livre en question. Voici donc :
Lire

Convergence des luttes : Frapper où ça fait mal (par Theodore Kaczynski)

Il est généralement admis que la variable fondamentale qui détermine le processus historique contemporain repose sur le développement technologique (Celso Furtado). Plus que tout, c’est la technologie qui est responsable de l’état actuel du monde et qui contrôlera son développement ultérieur. De sorte que le bulldozer qu’il nous faut détruire est la technologie moderne elle-même. [...]