La binarité des sexes n’est pas une construction sociale occidentale, contrairement à l’identité de genre (par L. Beatrice)

Tra­duc­tion d’un article ini­tia­le­ment paru, en anglais, sur le site Femi­nist Cur­rent le 6 décembre 2020 et écrit par L. Bea­trice, une avo­cate fémi­niste du sud de l’Inde spé­cia­li­sée dans le droit inter­na­tio­nal rela­tif aux droits humains, avec une exper­tise dans les lois et pro­cé­dures contre les vio­lences sexuelles.

Note de la tra­duc­trice : Le tran­sac­ti­visme fait sou­vent appel à une pré­ten­due his­to­ri­ci­té et uni­ver­sa­li­té de l’existence de per­sonnes « trans­genres » dans les cultures non occi­den­tales pas­sées et pré­sentes. On le voit par exemple en France au tra­vers du dis­cours tenu par Agres­si­ve­ly Trans (« agres­si­ve­ment trans »), qui s’identifie comme un anthro­po­logue dans son livre Une his­toire de genres. Or, s’il a exis­té et s’il existe une diver­si­té socio­sexuelle dans les cultures extra­oc­ci­den­tales, c’est-à-dire de la diver­si­té dans les rôles sociaux attri­bués aux per­sonnes en fonc­tion de leur sexe, ain­si que la pos­si­bi­li­té de rôles sociaux spé­ci­fiques pour celles et ceux qui ne peuvent (par­fois parce qu’on le leur inter­dit) ou ne veulent pas se confor­mer rôles sociaux tra­di­tion­nel­le­ment attri­bués selon les deux sexes, tous ces rôles sociaux, contrai­re­ment au concept d’identité de genre occi­den­tal, com­prennent et recon­naissent l’existence du sexe (bio­lo­gique). Aucun des concepts non occi­den­taux invo­qués par le tran­sac­ti­visme ne pré­tend réel­le­ment trans­cen­der la bina­ri­té du sexe, aucun ne consiste à pré­tendre « réel­le­ment deve­nir le sexe oppo­sé » ou être « lit­té­ra­le­ment du sexe opposé ».

En outre, plu­sieurs points fon­da­men­taux à noter concer­nant l’organisation de ces socié­tés, briè­ve­ment abor­dés dans ce texte, relève de leur aspect patriar­cal. Pre­miè­re­ment, les cultures patriar­cales non occi­den­tales sont orga­ni­sées de manière extrê­me­ment rigide quant aux rôles sociaux attri­bués aux per­sonnes en fonc­tion de le leur sexe. Deuxiè­me­ment, ce sont des socié­tés d’exploitation hié­rar­chiques viriar­cales : la mas­cu­li­ni­té virile, qui trouve ses décli­nai­sons de manière uni­ver­selle dans toutes les socié­tés et groupes humains patriar­caux, consti­tue la valeur par excel­lence. Troi­siè­me­ment, ces cultures recon­naissent l’existence du sexe bio­lo­gique et du genre tout à la fois. Elles ne séparent pas le sexe et le rôle social impo­sé en fonc­tion du sexe (le genre). Elles acceptent donc aus­si le « genre » comme étant fon­da­men­tal, et lié au sexe. Que se passe-t-il lorsque des gar­çons se montrent inca­pables ou refusent de se confor­mer aux valeurs de viri­li­té de la mas­cu­li­ni­té patriar­cale ? Certes, il existe des femmes qui échouent à se confor­mer au rôle social impo­sé aux femmes, ou refusent, mais cela revêt moins d’importance en socié­té hyper-patriar­cale, les femmes ne comp­tant pas autant que les hommes. Ce qui est per­çu comme très grave, c’est d’entacher la mas­cu­li­ni­té. Aus­si, les hommes qui sont inca­pables d’incarner les valeurs viri­listes, qui ne peuvent assu­mer le rôle social des hommes (le genre mas­cu­lin), sont relé­gués à la marge de la socié­té ou y sont inté­grés dans une troi­sième caté­go­rie sociale spé­ci­fique, afin de ne pas faire honte à la mas­cu­li­ni­té. Ces caté­go­ries sociales spé­ci­fiques existent parce que les gar­çons et les hommes qui ne per­forment pas la mas­cu­li­ni­té ne peuvent pas être accep­tés par­mi les « hommes ».

L’on note­ra aus­si que par­mi les socié­tés tra­di­tion­nelles citées (les abo­ri­gènes d’Australie), qui ne sont ni tout à fait agri­coles, ni tout à fait four­ra­gères, il n’existe pas de troi­sième type de rôle social. Les per­sonnes qui ne se conforment pas au genre (au rôle social impo­sé en fonc­tion de leur sexe) adoptent sim­ple­ment les rôles sociaux de l’autre sexe, comme c’est le cas dans les socié­tés tra­di­tion­nelles dites matriar­cales (en fait, des socié­tés hor­ti­cul­trices et agraires « éga­li­taires », avec une pré­émi­nence de l’autorité des mères). Ain­si, la néces­si­té d’une troi­sième caté­go­rie (ou « troi­sième sexe » ou « troi­sième genre ») se ren­con­tre­ra sur­tout dans les grandes socié­tés agro-indus­trielles hyper-patriar­cale, ou le fait d’échouer à incar­ner la mas­cu­li­ni­té (de même que l’homosexualité mas­cu­line) est consi­dé­ré comme un crime. C’est seule­ment une fois sor­tis de la mas­cu­li­ni­té que ces hommes peuvent être tolé­rés et qu’ils trouvent une place dans la socié­té. Ils ne peuvent en réa­li­té pas être « eux-mêmes », être des hommes qui aiment les hommes, ou des hommes « effé­mi­nés ». Ils ne peuvent se com­por­ter selon leurs incli­na­tions qu’à la condi­tion de ne plus être consi­dé­rés comme des hommes. Les troi­sièmes classes de sexe/genre consti­tuent en fait, dans ces socié­tés, un expé­dient pour pré­ser­ver les valeurs patriar­cales, per­met­tant à ces hommes non virils d’être auto­ri­sés à vivre dans leur société.

Au lieu de pro­je­ter des concepts occi­den­taux sur des socié­tés et groupes humains non occi­den­taux, peut-être que les uni­ver­si­taires « queers » devraient exa­mi­ner leur propre culture patriar­cale et le trai­te­ment réser­vés aux gar­çons qui ne se conforment pas aux valeurs de la mas­cu­li­ni­té virile.


Par­mi les nom­breux argu­ments inco­hé­rents ou indé­fen­dables avan­cés à l’ap­pui du concept « d’identité de genre » et des reven­di­ca­tions légis­la­tives et poli­tiques qui lui sont asso­ciées, l’appropriation et les repré­sen­ta­tions fal­la­cieuses des mino­ri­tés sexuelles et des per­sonnes non conformes au genre dans les cultures orien­tales ou plus lar­ge­ment du Sud éco­no­mique est sans doute l’un des plus flagrants.

Les argu­ments en faveur de l’i­déo­lo­gie de l’i­den­ti­té de genre com­prennent sou­vent l’af­fir­ma­tion selon laquelle la bina­ri­té des sexes serait une « construc­tion colo­nia­liste supré­ma­tiste blanche » et selon laquelle les socié­tés ancestrales/indigènes/colonisées recon­naî­traient les « per­sonnes trans­genres ». Ces affir­ma­tions s’ac­com­pagnent géné­ra­le­ment de la conclu­sion selon laquelle « les per­sonnes trans­genres existent depuis des mil­liers d’an­nées », sui­vie d’une suc­ces­sion d’exemples tels que les Hij­ras du sous-conti­nent indien, les per­sonnes bi-spi­ri­tuelles des cultures amé­rin­diennes, les Fa’a­fa­fine de Samoa ou les « lady­boys » de Thaï­lande. Selon les tran­sac­ti­vistes, ces exemples démontrent que le sexe est une construc­tion occi­den­tale de la supré­ma­tie blanche, que les cultures plus anciennes recon­nais­saient l’au­then­ti­ci­té des « per­sonnes trans­genres » et qu’en consé­quence, le fait de caté­go­ri­ser les gens uni­que­ment en tant que mâle ou femelle est une erreur devant être aban­don­née (comme doivent aus­si l’être les sys­tèmes juri­diques construits sur ces identités).

Mal­heu­reu­se­ment (mais sans sur­prise), les pro­gres­sistes occi­den­taux prompts à affir­mer des choses pareilles ne s’embarrassent pas de pré­ci­sions et ne cherchent pas à com­prendre réel­le­ment les per­sonnes ou les cultures qu’ils uti­lisent dans leurs argu­ments. Ces iden­ti­tés et ces com­plexi­tés cultu­relles ne sont pour eux que d’opportuns ins­tru­ments au ser­vice de leur récit poli­tique. Leurs ten­ta­tives de ras­sem­bler autant de cultures diverses, d’identités et de concepts en une même vision post­mo­derne — et de for­cer les cultures non occi­den­tales à s’ins­crire dans un contexte occi­den­tal — abou­tissent à l’ef­fa­ce­ment et à l’in­com­pré­hen­sion de ces iden­ti­tés cultu­relles ; le tout, en accu­sant les autres de faire exac­te­ment ce qu’ils font eux-mêmes.

Les auteurs et autrices indi­gènes qui réa­lisent des ana­lyses his­to­riques et eth­no­gra­phiques appro­fon­dies, comme Sere­na Nan­dy, autrice de Nei­ther Man nor Women, the Hij­ras of India (« Ni homme [SIC] ni femmes, les Hij­ras d’Inde »), défi­nissent les Hij­ras comme « une com­mu­nau­té reli­gieuse d’hommes qui s’ha­billent et agissent comme des femmes et dont la culture est cen­trée sur le culte de Bahu­cha­ra Mata, l’une des nom­breuses ver­sions de la Déesse Mère ado­rée dans toute l’Inde ». Des uni­ver­si­taires tels San­deep Bak­shi, qui enseigne la lit­té­ra­ture post­co­lo­niale et la lit­té­ra­ture queer, et Renate Syed, autrice de nom­breux articles uni­ver­si­taires sur les Hij­ras, ont sou­li­gné que le terme « trans­genre », tel que nous l’en­ten­dons en Occi­dent, ne décrit pas cor­rec­te­ment les Hijras.

Embed from Get­ty Images

Dans Gen­der and Vio­lence in His­to­ri­cal and Contem­po­ra­ry Pers­pec­tives (« Vio­lence et genre selon les pers­pec­tives his­to­riques et contem­po­raines »), Syed écrit :

« L’ar­ticle de Wiki­pé­dia sur les Hij­ras (Asie du Sud) en donne une défi­ni­tion erro­née, affir­mant dans sa phrase d’in­tro­duc­tion : “Un Hij­ra est un indi­vi­du trans­genre ayant été assi­gné homme à la nais­sance”. Sub­su­mer les Hij­ras sous le terme géné­rique occi­den­tal et moderne de “trans­genre” revient à nier leur spé­ci­fi­ci­té cultu­relle et leur sin­gu­la­ri­té his­to­rique, et est contraire à la légis­la­tion indienne moderne […].

[…] Hij­ra est un terme uti­li­sé dans les langues de l’Inde du Nord qui ne pos­sède d’é­qui­valent dans aucune autre langue, étant don­né qu’il n’existe pas de tra­duc­tion dis­po­nible. Hij­ra est un auto­nyme ou endo­nyme, tan­dis que les termes occi­den­taux décri­vant les Hij­ras sont des xéno­nymes ou exo­nymes qui ne décrivent pas cor­rec­te­ment le concept et passent com­plè­te­ment à côté. Le faux équi­valent “trans­genre” ne rend pas adé­qua­te­ment le sens du mot Hij­ra, qui est ain­si per­du dans la traduction. »

Si « Hij­ra » est le terme le plus sou­vent invo­qué par les Occi­den­taux dans leur ten­ta­tive d’invoquer de fausses équi­va­lences, les Hij­ras sont par­fois appe­lés Kin­nars ou Ara­va­nis selon les régions. Il existe éga­le­ment des com­mu­nau­tés simi­laires, comme les Kothis — un groupe hété­ro­gène recou­vrant des hommes bio­lo­giques qui expriment divers degrés de fémi­ni­té dans des situa­tions par­ti­cu­lières, cer­tains pou­vant avoir un com­por­te­ment bisexuel et épou­ser des femmes — et les Jog­tas, un sous-ensemble d’hommes qui adoptent des rôles sociaux fémi­nins et tra­vaillent dans les temples.

Non seule­ment ces com­mu­nau­tés très diverses sont regrou­pées sous l’ap­pel­la­tion « Hij­ra », mais les auteurs les qua­li­fient régu­liè­re­ment de « trans », de « lady­boys de l’Inde », de « drag queens », de troi­sième genre, de « troi­sième sexe de l’Inde » et de toute une série d’autres termes ou expres­sions anglaises qui cor­res­pondent à des rôles socio­sexuels de concep­tion occi­den­tale, au lieu d’employer des des­crip­tions cor­rectes. Les Hij­ras se consi­dèrent comme « ni homme ni femme », mais ils ont été décrits ou clas­sés de manières très dif­fé­rentes par ceux qui étu­dient la mytho­lo­gie et l’his­toire de la région, l’an­thro­po­lo­gie, l’his­toire de la reli­gion et les études cultu­relles, et qui emploient le terme « Hij­ra » pour dési­gner quan­ti­té de groupes com­plexes, notam­ment des eunuques, des tra­ves­tis, des per­sonnes avec des troubles du déve­lop­pe­ment sexuel (organes géni­taux ambi­gus) ou des hommes sexuel­le­ment « ambi­va­lents » qui s’ha­billent en femmes. Si cer­tains Hij­ras peuvent être nés avec une condi­tion inter­sexe (trouble du déve­lop­pe­ment sexuel), cela reste rare. La plu­part sont des hommes qui subissent une cas­tra­tion et une pénec­to­mie volon­taires et se consi­dèrent comme sexuel­le­ment impuissants.

Le mot « Hij­ra » est déri­vé d’un mot urdu qui, à l’é­poque colo­niale, signi­fiait quelque chose se rap­pro­chant de notre notion « d’eunuque » ou « d’her­ma­phro­dite », même si cette tra­duc­tion reste impar­faite. Par consé­quent, ils étaient aupa­ra­vant consi­dé­rés comme une sorte de « troi­sième sexe » (lorsque les condi­tions d’in­ter­sexua­li­té n’é­taient pas bien comprises).

Mais comme les auteurs anglo­phones et les déci­deurs poli­tiques occi­den­taux ont fait ren­trer les Hij­ras dans un cadre (juri­dique) occi­den­tal post­mo­derne, leur réa­li­té bien plus com­plexe a été pra­ti­que­ment effacée.

Syed sou­ligne que si les Hij­ras sont par­fois décrits comme un « troi­sième genre », cela n’est pas équi­valent au fait de tran­si­tion­ner vers le « sexe opposé ».

« […] Selon leur propre théo­rie sur le fait d’être Hij­ra, ils ne repré­sentent pas un état inter­mé­diaire entre l’homme et la femme ni l’é­tat d’être les deux à la fois, ni une andro­gy­nie. Ils sont consi­dé­rés comme “dif­fé­rents” des hommes et des femmes.

[…] Quand les uni­ver­si­taires et les acti­vistes occi­den­taux défi­nissent les Hij­ras en fonc­tion du modèle occi­den­tal des deux sexes et comme étant des per­sonnes trans­genres, des tra­ves­tis, des trans­sexuels, des eunuques, des homo­sexuels, etc., cela peut être consi­dé­ré comme un exemple édi­fiant de dis­cri­mi­na­tion, d’eu­ro­cen­trisme, voire de néo­co­lo­nia­lisme psy­chique et d’im­pé­ria­lisme culturel. »

Qua­li­fier les Hij­ras des « trans­genres » consti­tue un mal­en­ten­du à la fois his­to­rique et cultu­rel pro­je­tant des concepts occi­den­taux modernes sur une culture asia­tique tra­di­tion­nelle. Cette approche consi­dère l’his­toire et les concepts occi­den­taux comme étant abso­lus et ignore la façon dont les Hij­ras se défi­nissent eux-mêmes. Ran­ger les Hij­ras sous le concept occi­den­tal moderne de « trans­genre » nie l’histoire qui leur confère un sta­tut semi-sacré (ils étaient appe­lés à bénir les nou­veau-nés), le fait qu’ils vivent dans des com­mu­nau­tés hié­rar­chiques avec leurs propres rituels d’in­tro­ni­sa­tion par des gou­rous, leur sta­tut par­tiel­le­ment véné­ré en rai­son de leur invo­ca­tion d’i­den­ti­fi­ca­tion avec les déesses de la terre, et le fait qu’ils dansent durant cer­taines cérémonies.

Un article uni­ver­si­taire de 2019 explore le conflit géné­ré par l’a­mal­game entre les « tra­ves­tis » et les termes employés par le mou­ve­ment trans­genre. Il note que le concept post­mo­derne d’i­den­ti­té de genre ren­contre une forte oppo­si­tion de la part de ceux qui se consi­dèrent comme fai­sant par­tie de la com­mu­nau­té hij­ra. En fait, les per­sonnes appar­te­nant aux com­mu­nau­tés hij­ra ont expri­mé une crainte vis-à-vis du concept moderne « trans­genre », sou­te­nant que celui-ci ne décrit pas leur com­mu­nau­té ou leur identité.

Les écri­vains amé­ri­cains font de la gym­nas­tique intel­lec­tuelle en essayant de faire entrer ces iden­ti­tés dans le cadre anglo­phone, en uti­li­sant un lan­gage aus­si inexact qu’absurde tel que l’idée du « genre assi­gné à la nais­sance », même lorsqu’ils sont obli­gés de recon­naître que les com­mu­nau­tés Hij­ra, Kothis, Ara­va­nis, etc. ne rentrent pas dans la caté­go­rie « trans ». Ten­ter d’in­ter­pré­ter ces iden­ti­tés à tra­vers le prisme occi­den­tal les conduit inévi­ta­ble­ment à sup­po­ser à tort que ces groupes adoptent une sorte « d’i­den­ti­té de genre », quand il s’agit en réa­li­té pour eux d’adopter des manières spé­ci­fiques de se pré­sen­ter, des acti­vi­tés sexuelles et des modi­fi­ca­tions cor­po­relles alternatives.

Bien plus qu’un simple affront cultu­rel et un énième exemple de jeunes acti­vistes pro­gres­sistes s’emparant d’un concept qu’ils ne com­prennent pas, le défor­mant à leurs propres fins, cette appro­pria­tion a de graves consé­quences. Pre­miè­re­ment, les enfants indiens nés avec des pro­blèmes d’in­ter­sexua­li­té ou des organes géni­taux ambi­gus dans les com­mu­nau­tés qui com­prennent moins bien les troubles du déve­lop­pe­ment sexuel sont sans ména­ge­ment jetés et cata­lo­gués dans cette troi­sième caté­go­rie poly­morphe, sépa­rés de leur famille et éle­vés comme un « troi­sième sexe », au grand dam des mili­tants des droits des per­sonnes inter­sexes et en vio­la­tion des droits de l’en­fant. Et ce, en dépit du fait que la science médi­cale actuelle est géné­ra­le­ment en mesure de déter­mi­ner le sexe des bébés pré­sen­tant des condi­tions inter­sexuées. Deuxiè­me­ment, ces com­mu­nau­tés englobent des hommes qui se sou­mettent à une cas­tra­tion volon­taire, des hommes qui se com­portent et se pré­sentent de manière sté­réo­ty­pi­que­ment fémi­nine, et des hommes homo­sexuels. Dans les cultures où la mas­cu­li­ni­té agres­sive et machiste est valo­ri­sée par-des­sus tout chez les hommes et les gar­çons, ces iden­ti­tés servent à absor­ber tous les hommes qui n’y « cor­res­pondent pas » — en par­ti­cu­lier les hommes homo­sexuels effé­mi­nés. La dis­tor­sion et la roman­ti­sa­tion ces iden­ti­tés ins­tallent un cli­mat social dans lequel d’importantes nuances sont dis­si­mu­lées ou pas­sées sous silence au pro­fit du mou­ve­ment transgenre.

Ces com­mu­nau­tés ren­contrent imman­qua­ble­ment des dif­fi­cul­tés d’autodéfinition lorsqu’elles essaient de se confor­mer à des sys­tèmes juri­diques qui emploient des termes anglais ou romains, et dès lors qu’elles doivent tra­duire les mots qu’elles emploient pour le genre et le sexe (or, ces cultures ne recon­naissent pas le « genre » comme un concept sépa­ré et dis­tinct du « sexe »). Ten­ter de sub­su­mer ces com­mu­nau­tés sous le concept occi­den­tal « d’i­den­ti­té de genre » ou de « trans­genre » ne fait qu’aggraver le pro­blème. Si ces com­mu­nau­tés méritent une pro­tec­tion juri­dique et sociale inté­grale, en revanche, elles n’expriment ni ne démontrent la néces­si­té de reje­ter le sexe en tant que caté­go­rie juri­dique et les droits sexos­pé­ci­fiques qui y sont associés.

Les acti­vistes des pays anglo­phones n’ont pas seule­ment défor­mé la réa­li­té des Hij­ras. Ils invoquent aus­si les « bi-spi­ri­tuels (two-spi­rits) » des Amé­rin­diens comme « exemples » pour étayer leurs pro­pos, sans réa­li­ser que le concept de « bi-spi­ri­tuel » fait réfé­rence aux mou­ve­ments entre les rôles socio­sexuels, et non pas à des iden­ti­tés. Comme d’ha­bi­tude, les jeunes pro­gres­sistes ont déna­tu­ré un concept cultu­rel unique, celui des per­sonnes « bi-spi­ri­tuelles », pour prou­ver que « les per­sonnes trans existent », et donc que leurs argu­ments en faveur de la des­truc­tion du sexe en tant que caté­go­rie poli­tique sont valables.

Il en va de même pour le concept samoan sys­té­ma­ti­que­ment défor­mé de « troi­sième sexe ». Iro­ni­que­ment, tan­dis que des légions de jeunes pro­gres­sistes auto­pro­cla­més réduisent au silence et font dépro­gram­mer les confé­rences et inter­ven­tions des femmes qui sou­lignent que le sexe (bio­lo­gique) est réel et cru­cial, les per­sonnes issues des cultures qu’elles invoquent pour leur défense sont farou­che­ment oppo­sées aux excès des exi­gences tran­sac­ti­vistes. Le Pre­mier ministre samoan Tui­lae­pa Sai­lele Malie­le­gaoi a cri­ti­qué la déci­sion d’au­to­ri­ser Lau­rel Hub­bard, un homme tran­si­den­ti­fié [de plus de 40 ans et déjà cham­pion d’haltérophilie dans sa caté­go­rie mas­cu­line (NdT)], à concou­rir dans la caté­go­rie femme des hal­té­ro­philes de 87 kg et plus aux Jeux du Paci­fique. Le Pre­mier ministre recon­naît bien sûr l’existence des Fa’a­fa­fine à Samoa, mais il a décla­ré au Samoa Obser­ver qu’il avait été cho­qué d’apprendre la nou­velle, réagis­sant en ces termes : « Ce Fa’a­fa­fine — ou cet homme — n’au­rait jamais dû être auto­ri­sé par le pré­sident du Conseil des Jeux du Paci­fique à concou­rir avec les femmes. »

« Fa’a­fa­fine » se tra­duit par « à la manière d’une femme » [nous pour­rions dire « effé­mi­né »]. Les Fa’a­fa­fine sont des hommes samoans qui se com­portent de diverses manières sté­réo­ty­pi­que­ment fémi­nines et qui font par­tie inté­grante des com­mu­nau­tés samoanes depuis des siècles. Il existe peut-être des iden­ti­tés équi­va­lentes pour les femmes qui adoptent des rôles sociaux mas­cu­lins dans les cultures du Paci­fique, mais les preuves sont rares. Les récits per­son­nels montrent que « l’identité » des Fa’a­fa­fine consiste prin­ci­pa­le­ment à assu­mer les tâches des femmes [ils endossent les rôles socio­sexuels assi­gnés aux femmes] ou à « se com­por­ter de manière fémi­nine », mais pas néces­sai­re­ment à modi­fier leur corps ou à se cas­trer, contrai­re­ment aux Hij­ras. Les termes occi­den­taux ne les décrivent pas de manière conve­nable et il existe un écart de tra­duc­tion entre « female », en tant que terme sexué en anglais, et en tant que terme gen­ré dans d’autres cultures et langues.

Ce même sché­ma regret­table se répète dans le dis­cours anglo­phone en réfé­rence aux « lady­boys » de Thaï­lande, notam­ment dans les écrits en ligne tels que les blogs de voyage, qui sont ensuite uti­li­sés par les acti­vistes et alliés trans occi­den­taux comme « preuves » que la caté­go­ri­sa­tion par sexe est un concept colo­nia­liste occi­den­tal. En Thaï­lande, où le terme trans­genre est rare­ment uti­li­sé, les « lady­boys » ont déjà un nom : « Kathoey », qui dési­gnait à l’o­ri­gine les her­ma­phro­dites. Les articles de lit­té­ra­ture uni­ver­si­taire éva­lués par les pairs, comme celui de Marie-Theres Claes inti­tu­lé « Kathoeys of Thai­land : A Diver­si­ty Case in Inter­na­tio­nal Busi­ness » (« Les Kathoeys de Thaï­lande : un cas de diver­si­té dans les affaires inter­na­tio­nales »), publié dans l’In­ter­na­tio­nal Jour­nal of Diver­si­ty in Orga­ni­za­tions, Com­mu­ni­ties and Nations, ne sou­tiennent cepen­dant pas les amal­games occi­den­taux et pré­cisent que le terme « kathoey » est un terme qui « recouvre des trans­sexuels hommes et femmes, ain­si que des hommes effé­mi­nés ». Les auteurs de Lady­boys : The Secret World of Thai­land’s Third Gen­der (« Lady­boy : le monde secret du troi­sième genre de Thaï­lande ») expliquent : « Les Kathoeys sont des hommes bio­lo­giques qui sont nés avec un cœur et un esprit net­te­ment fémi­nins. Cer­tains choi­sissent de faire “cor­ri­ger” leur ana­to­mie tan­dis que d’autres se contentent de s’ha­biller en femme ou de lais­ser libre cours à leurs manié­rismes effé­mi­nés. » [Cela reste de l’essentialisme : « naître avec un cœur et un esprit fémi­nin » ; cette caté­go­rie sociale est basée sur les sté­réo­types tra­di­tion­nels patriar­caux et existe pour gérer les hommes qui ne se conforment pas à la viri­li­té sté­réo­ty­pique valo­ri­sée dans la socié­té thaï­lan­daise (NdT)]. On trouve des Kathoeys dans toutes les strates de la socié­té et dans toutes les pro­fes­sions du pays, mais ils sont for­te­ment repré­sen­tés dans l’in­dus­trie du sexe. Ils ont gagné en visi­bi­li­té dans la socié­té en rai­son de la popu­la­ri­té de la Thaï­lande comme des­ti­na­tion pour les opé­ra­tions de chan­ge­ment de sexe [et plus encore le tou­risme sexuel et pédo­cri­mi­nel (NdT)], où elles sont pra­ti­quées depuis 1972. Les Kathoeys ne sont pas consi­dé­rés lit­té­ra­le­ment comme des femmes, mais comme des « phet thi-sam » — un « troi­sième sexe ».

L’u­ti­li­sa­tion actuelle du terme « trans­genre » est un phé­no­mène pure­ment anglo­phone, comme le montrent clai­re­ment les articles et les sources qui emploient ce terme. Tout en recon­nais­sant que le terme « Kathoey » est à la base employé pour défi­nir les per­sonnes avec des troubles du déve­lop­pe­ment sexuel, et qu’il a ensuite été élar­gi pour inclure les « hommes effé­mi­nés » et les hommes trans­sexuels [qui se disent femmes], les écri­vains occi­den­taux et anglo­phones feront réfé­rence aux Kathoeys comme étant « trans­genre », même dans les publi­ca­tions thaï­lan­daises. Mais dans ces cultures asia­tiques, il n’a jamais été ques­tion de « trans­genre », tel que ce concept est com­pris en termes « d’i­den­ti­té de genre ». Un mélange com­plexe de per­sonnes nées avec des condi­tions inter­sexes, d’hommes effé­mi­nés et de trans­sexuels à pré­do­mi­nance mas­cu­line est ain­si acca­pa­ré, leur his­toire se retrou­vant dévoyée au ser­vice d’un récit qui s’ap­puie sur des idées confuses concer­nant un ensemble de sen­ti­ments internes valant pour iden­ti­té légale, sans aucun pré­cé­dent dans ces cultures diverses en matière de genres et de sexualités.

Au-delà de l’appropriation et de la repré­sen­ta­tion erro­née des com­mu­nau­tés asia­tiques et des cultures indi­gènes, les récits angli­ci­sés dis­tordent éga­le­ment les filles-sœurs et les gar­çons-frères des abo­ri­gènes d’Aus­tra­lie, la com­plexi­té de leur iden­ti­té se per­dant dans le cadre des concepts occi­den­taux. Les filles-sœurs se décrivent eux-mêmes comme étant nés de sexe mas­cu­lin, mais comme ils ont mani­fes­te­ment un com­por­te­ment « fémi­nin » [dans les cultures qui infé­rio­risent et sou­mettent les femmes, le com­por­te­ment fémi­nin est donc le com­por­te­ment iden­ti­fiable de l’op­pri­mé et du sou­mis (NdT)], leur socié­té consi­dère qu’ils doivent rem­plir les rôles [sociaux] et les tâches des filles et des femmes, en exé­cu­tant les danses, les céré­mo­nies et autres tâches assi­gnées aux femmes. Leurs récits per­son­nels révèlent qu’ils vivent dans le rôle des femmes, chas­sant, s’as­seyant et dis­cu­tant avec les femmes. Bien que leur iden­ti­té soit plus proche du concept actuel de « trans­genre » que celle des Hij­ras et des Kathoeys, ils ne remettent pas en cause l’exis­tence de la bina­ri­té des sexes et des caté­go­ries sexuées. Au contraire, les filles-sœurs et les gar­çons-frères disent qu’ils et elles « vont dans les rôles » des femmes ou des hommes, ce qui montre leur recon­nais­sance de la bina­ri­té sexuelle niée par le tran­sac­ti­visme. [En fait, ils et elles recon­naissent l’existence du sexe bio­lo­gique et acceptent aus­si le genre, c’est-à-dire, les rôles sociaux attri­bués en fonc­tion du sexe. Ils et elles n’expriment pas de trans­gres­sion envers la divi­sion sexuée des rôles, un peu à la manière des conser­va­teurs et des tra­di­tio­na­listes en Occi­dent (NdT)].

De nom­breuses com­mu­nau­tés de per­sonnes ne se confor­mant pas au genre [aux rôles sociaux attri­bués en fonc­tion de leur sexe] ont cer­tai­ne­ment exis­té dans des cultures du pas­sé. Mais ces iden­ti­tés sont com­plexes et chan­geantes. Cer­taines incluent les per­sonnes inter­sexuées, les hommes très effé­mi­nés et les hommes qui ont subi des types de modi­fi­ca­tions cor­po­relles pour deve­nir trans­sexuels (comme les Hij­ras et les Kathoeys), géné­ra­le­ment trai­tés comme un « troi­sième sexe » [ou plu­tôt troi­sième genre au sens de rôle socio­sexuel, les Hij­ras ont par exemple des fonc­tions sacrées qui leur sont propres et vivent dans des com­mu­nau­tés her­mé­tiques à l’écart de la popu­la­tion géné­rale (NdT)]. D’autres incluent les per­sonnes nées de sexe mas­cu­lin ou fémi­nin, qui adoptent les rôles sociaux, les manières et les habi­tudes ves­ti­men­taires du sexe oppo­sé (les filles-sœurs et gar­çons-frères, les Fa’­fa­fine et les per­sonnes bi-spi­ri­tuelles), mais ces per­sonnes ne pré­tendent pas être réel­le­ment du sexe oppo­sé. Les des­crip­tions écrites en anglais alternent entre des des­crip­teurs de genre et de sexe en rai­son de lacunes dans la tra­duc­tion, mais une étude appro­fon­die révèle que ces groupes adoptent sim­ple­ment les rôles, les vête­ments ou les manières du sexe oppo­sé et décrivent cela comme « vivre comme une femme ».

[Ce qui impli­que­rait par exemple chez nous que les hommes tran­si­den­ti­fiés voient leur salaire bais­ser, n’aient pas accès à des postes à res­pon­sa­bi­li­tés, effec­tuent bien plus d’heures de tâches ména­gères en moyenne que les hommes et qu’ils aban­donnent la por­no­gra­phie, etc. (NdT)]

Les tran­sac­ti­vistes occi­den­taux et leurs alliés soi-disant anti-impé­ria­listes uti­lisent ces com­mu­nau­tés pour mar­quer des points poli­tiques faciles, en affir­mant que la « bina­ri­té des sexes » est une construc­tion colo­niale. Les com­mu­nau­tés aux­quelles ils font réfé­rence n’ont jamais eu l’in­ten­tion de pré­tendre que les femmes n’exis­taient pas ou que les hommes pou­vaient lit­té­ra­le­ment être des femmes. L’i­déo­lo­gie inco­hé­rente de « l’identité de genre » et ses impli­ca­tions juri­diques et sociales ne devraient pas être impo­sées à d’autres cultures, et cer­tai­ne­ment pas dans le but de nuire aux femmes et aux filles.

S’il y a bien quelque chose de colo­nial, c’est le fait d’imposer des notions occi­den­tales aux autres cultures. Les uni­ver­si­taires, les écri­vains et les acti­vistes du mou­ve­ment trans­genre feraient mieux d’exa­mi­ner leurs propres idéo­lo­gies et de cher­cher à les rendre cohé­rentes plu­tôt que de tra­ves­tir les cultures et les his­toires non occi­den­tales en fonc­tion de leurs dési­rs et de leurs objec­tifs politiques.

L. Bea­trice


Tra­duc­tion : Audrey A.

Print Friendly, PDF & Email
Total
0
Partages
1 comments
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

Glenn Albrecht, un écocharlatan parmi d’autres (par Nicolas Casaux)

Le Monde, Usbek et Rica, Liberation, France Culture, Le Nouvel Obs, Franceinfo, Europe 1, L’Express, Les Inrocks, Reporterre, Thinkerview, etc., Glenn Albrecht, anciennement « professeur de développement durable » à l'université de Murdoch en Australie occidentale, est décidément à la mode ces derniers temps. Même le gourou de la collapsosophie, Pablo Servigne, signe, dans L’OBS, un article de promotion de la publication chez Les Liens qui Libèrent d’une traduction française du livre de Glenn Albrecht. [...]
Lire

Les marches mondiales pour le climat ou le triomphe de l’ingénierie sociale (par Nicolas Casaux)

Année après année, le mouvement écologiste mondial tend à se réduire à ce mouvement pour le climat. C’en est fini du mouvement environnemental ou écologiste, du mouvement « pour sauver l’environnement » qui était celui de la mobilisation du 22 avril 1990, organisée pour la Journée de la Terre, en France, qui reste à ce jour la plus importante de l’histoire du mouvement écologiste français. [...]
Lire

Nous ne devrions pas exister — La philosophie de l’antinatalisme (par David Benatar)

L’antinatalisme est le point de vue selon lequel nous devrions cesser de procréer – qu’il est mauvais d’avoir des enfants. Plusieurs routes mènent à cette conclusion. Certaines d’entre elles pourraient être qualifiées de "philanthropiques". Elles émanent de préoccupations pour les humains qui seront amenés à exister si nous procréons. Selon ces arguments, la vie est pleine de souffrance et nous ne devrions pas en rajouter. Beaucoup de pronatalistes réfutent cette affirmation et prétendent, au moins, que dans la vie le bon l’emporte sur le mauvais. Ils devraient se souvenir de ce qui suit.