Gros con causer & le retour du nucléaire (par Nicolas Casaux)

Un titre sub­til, je sais. Comme une cen­trale nucléaire en plaine.

« Marine Le Pen veut rou­vrir la cen­trale nucléaire de Fes­sen­heim » (France bleu) et construire six EPR. Éric Zem­mour ren­ché­rit : il en pro­pose dix. Qui dit mieux ?! Pen­dant son allo­cu­tion du 9 novembre 2021, Emma­nuel Macron a confir­mé la construc­tion de nou­veaux réac­teurs nucléaires élec­triques en France, de type EPR, « dans l’op­tique de répondre aux ambi­tions cli­ma­tiques et éner­gé­tiques du pays ». Arnaud Mon­te­bourg se déclare éga­le­ment favo­rable à la construc­tion de nou­velles cen­trales nucléaires en France. Bref, le nucléaire s’invite dans la cam­pagne pestilentielle.

& pour ce faire, il s’est trou­vé des par­ti­sans-pro­mo­teurs tout à fait dans l’air (vicié) des temps cyber­né­tiques : les « you­tu­beurs » suf­fi­sam­ment sui­vis pour être qua­li­fiés d’« influen­ceurs ». Un des plus fameux d’entre eux (près d’un mil­lion de sui­veurs sur Face­book), Ludo­vic Tor­bey, figure de proue de la chaîne « Osons Cau­ser », s’est récem­ment fen­du de deux vidéos pro­nu­cléaires, et se réjouit : « la majo­ri­té des Fran­çais pen­sait que [le nucléaire] c’était mau­vais pour le cli­mat ; et cette opi­nion est en train de chan­ger, car les gens s’informent[1]. » Et s’informent en par­tie au tra­vers de son tra­vail, grâce à lui ! Quelle fier­té de pou­voir dire qu’on par­ti­cipe au déve­lop­pe­ment du glo­rieux nucléaire !

Inutile de reve­nir sur le gros de ce qu’il raconte dans ces récentes vidéos. À vrai dire, c’est parce qu’il passe tou­jours à côté de l’essentiel que ses pro­pos posent pro­blème. Peu importe que les déchets nucléaires soient moins nom­breux et moins dan­ge­reux que ne le croient cer­tains, peu importe que leur durée de vie soit moindre, etc.

Le pro­blème du nucléaire est pour par­tie (mais pas entiè­re­ment) le même que le pro­blème de toutes les autres sources indus­trielles de pro­duc­tion d’énergie. La cri­tique du nucléaire devrait donc tou­jours aller de pair avec une cri­tique de toutes les formes indus­trielles de pro­duc­tion d’énergie. Pour le com­prendre, onfray bien de prendre appui sur un très grand philosophe :

« Le nucléaire civil per­met le confort bour­geois auquel per­sonne ne s’op­pose, à droite comme à gauche […]. L’élec­tri­ci­té nour­rit les appa­reils domes­tiques qui sim­pli­fient la vie — la machine à laver au lieu du lavoir, le four au lieu de la che­mi­née, le radia­teur au lieu du mirus, le néon au lieu de la bou­gie, le réfri­gé­ra­teur au lieu du garde-man­ger… Elle ali­mente les ins­tru­ments de com­mu­ni­ca­tion — les bat­te­ries du télé­phone por­table, le sec­teur des ordi­na­teurs, le trans­for­ma­teur des télé­vi­sions. Qui ose­rait aujourd’­hui invi­ter à vivre sans électricité ?

Dès lors, la ques­tion est simple : soit on refuse l’élec­tri­ci­té et le pro­blème de sa pro­duc­tion nucléaire dis­pa­raît ; soit on est condam­né à sa pro­duc­tion. Et ses formes renou­ve­lables ? Sédui­santes, à la mode, dans le vent de l’é­co­lo­gie, certes, mais, semble-t-il, insuf­fi­santes pour les besoins quo­ti­diens et régu­liers de notre consom­ma­tion actuelle. Le pho­to­vol­taïque, la bio­masse, l’éo­lien, l’hy­drau­lique fonc­tionnent en appoint, mais ne suf­fisent pas à répondre à la tota­li­té du consi­dé­rable besoin d’éner­gie de nos civi­li­sa­tions.[2] »

« Qui ose­rait aujourd’­hui invi­ter à vivre sans élec­tri­ci­té » ? Qui ose­rait remettre en ques­tion le « confort bour­geois », l’idéologie bour­geoise de l’« éman­ci­pa­tion » (déli­vrance) ? Cer­tai­ne­ment pas Onfray, cer­tai­ne­ment aucun des soi-disant « phi­lo­sophes » média­tiques, cer­tai­ne­ment aucun « homme poli­tique », cer­tai­ne­ment aucun des innom­brables dévots de la reli­gion du Pro­grès, fana­tiques de l’aliénation, cham­pions d’une sou­mis­sion durable à l’ordre tech­no­lo­gique exis­tant. « Condam­nés » à pro­duire de l’électricité, à per­pé­tuer le sys­tème tech­no-indus­triel, nous nous y obligeons.

Et puis, notre vie se trouve tel­le­ment « sim­pli­fiée » par la tech­no­lo­gie, véri­table mer­veille de l’univers (de créa­tion humaine !). Grâce à elle, nous sommes tout de même pas­sés de la vie pénible, angois­sante, triste, terne, vio­lente, froide (gla­gla), haras­sante et com­pli­quée des chas­seurs-cueilleurs et des socié­tés pay­sannes à l’existence idyl­lique et lim­pide du chô­meur (Cer­fa N°12919*01) dépressif.

« En réa­li­té, comme le note Yves-Marie Abra­ham, la pour­suite de l’électrification du monde, qu’il s’agisse par exemple d’adopter la voi­ture élec­trique ou de sou­te­nir les pro­grès de l’Intelligence dite arti­fi­cielle, ne fait qu’aggraver le désastre auquel elle pré­tend remé­dier. Elle contri­bue en outre à nous rendre tou­jours plus dépendant·e·s de macro­sys­tèmes au sein des­quels nous finis­sons par jouer le rôle de simples rouages… ou de micro­pro­ces­seurs. Si nous tenons à la vie et à la liber­té, nous n’avons pas d’autre choix que d’entreprendre la dés­élec­tri­fi­ca­tion de nos socié­tés[3]. »

Parce qu’en effet, la vie élec­trique, c’est la vie sous domi­na­tion éta­tique, capi­ta­liste, tech­no­lo­gique. Par­mi les ques­tions que ne posent pas Ludo­vic Tor­bey, il y a donc : vou­lons-nous conti­nuer de vivre sous le règne de l’État et du capi­ta­lisme, de la tech­no­lo­gie ? Vou­lons-nous per­pé­tuer ce modèle sociétal ?

Bien enten­du, les dévots du Pro­grès objec­te­ront que la vie élec­trique pour­rait ne pas être syno­nyme de sys­tèmes de domi­na­tion. Voi­là une ques­tion qu’il serait inté­res­sant de poser : est-il pos­sible que les êtres humains évo­luent dans un monde hau­te­ment tech­no­lo­gique, élec­trique, et à la fois réel­le­ment démo­cra­tique, juste, éga­li­taire, favo­ri­sant au maxi­mum la liber­té de chacun ?

Mais avant de ten­ter d’esquisser une réponse, un bref rap­pel. Sur le plan éco­lo­gique, à l’instar de l’immense majo­ri­té des par­ti­sans du nucléaire aus­si bien que des éner­gies dites renou­ve­lables, Ludo­vic Tor­bey passe lar­ge­ment à côté de ce fait que la pro­duc­tion d’énergie est loin d’être (direc­te­ment, en elle-même) la seule source de dégra­da­tions envi­ron­ne­men­tales. Effec­ti­ve­ment, le ravage en cours de la pla­nète, de tous ses éco­sys­tèmes, ne découle pas uni­que­ment, ni même prin­ci­pa­le­ment, des impli­ca­tions directes de la pro­duc­tion ou de l’obtention d’énergie par la civi­li­sa­tion indus­trielle. Il résulte sur­tout de ses impli­ca­tions indi­rectes : de ses usages de l’énergie. Peu importe qu’une machine à rati­boi­ser des bas­sins ver­sants soit ali­men­tée par une pile à hydro­gène, des pan­neaux solaires hau­te­ment per­for­mants ou un mini-réac­teur nucléaire ; peu importe que les exca­va­trices fonc­tionnent à l’éolien, à la bio­masse ou au nucléaire ; peu importe que l’armée et l’industrie de l’armement uti­lisent plu­tôt des éner­gies dites « vertes » que du nucléaire ; peu importe les sources d’énergie qu’utilisent les dif­fé­rents sec­teurs indus­triels res­pon­sables d’un éven­tail très divers de pol­lu­tions et des­truc­tions éco­lo­giques. Les usages de l’énergie que pro­duit ou qu’obtient la civi­li­sa­tion indus­trielle (peu importe sa pro­ve­nance) ne sont qua­si­ment jamais béné­fiques pour la nature, tout au contraire. Dès lors, il appa­raît ter­ri­ble­ment absurde de recher­cher une source d’énergie abon­dante, voire illi­mi­tée. Si la civi­li­sa­tion par­ve­nait à mettre la main sur une telle chose, cela indui­rait pro­ba­ble­ment une dévas­ta­tion envi­ron­ne­men­tale sans précédent.

Ber­trand Louart remarque à ce propos :

« Ima­gi­nons un ins­tant qu’ITER fonc­tionne et que l’on dis­pose effec­ti­ve­ment d’une éner­gie abon­dante pour presque rien et presque pas de déchets ; bref, que se réa­lisent toutes les pro­messes de la pro­pa­gande tech­nos­cien­ti­fique. Il ne serait alors pas exa­gé­ré de dire que nous connaî­trions la plus grande catas­trophe de tous les temps ; rien ne pour­rait arri­ver de pire pour com­pro­mettre l’avenir de l’humanité et de la vie sur Terre. En effet, qu’est-ce que l’énergie, sinon ce qui nous donne un pou­voir sur la matière ? Or la matière n’est rien d’autre que la sub­stance du monde : c’est vous et moi, la nature dans laquelle nous vivons et le sup­port de la vie elle-même. L’énergie est en fin de compte la capa­ci­té à trans­for­mer le monde.

Si ITER réa­lise la fusion nucléaire, qui donc maî­tri­se­ra l’énergie consi­dé­rable qu’il pro­dui­ra ? Ni vous ni moi, bien évi­dem­ment, mais avant tout les États et les indus­triels qui ont inves­ti des mil­liards d’euros dans ce pro­jet. Et que feront-ils de l’énergie illi­mi­tée dont ils dis­po­se­ront alors ? Peut-on croire un seul ins­tant que, lorsque plus rien ne les retien­dra, ils se mon­tre­ront plus rai­son­nables et pré­cau­tion­neux dans son usage qu’ils ne l’ont été jusqu’à présent ?

Si les États et les grands groupes indus­triels dis­po­saient enfin d’une éner­gie illi­mi­tée, ils s’en ser­vi­raient de la même manière qu’ils l’ont fait ces cin­quante der­nières années : la logique d’accumulation abs­traite de puis­sance propre à ces orga­ni­sa­tions déme­su­rées pren­drait un nou­vel essor, et les ten­dances des­truc­trices que l’on a vues à l’œuvre depuis les débuts de l’ère nucléaire seraient por­tées à leur paroxysme. Ces grands appa­reils seraient alors tota­le­ment affran­chis des puis­sances — la nature et la socié­té — qui limi­taient jusqu’alors tant bien que mal (et en réa­li­té de plus en plus mal) leur ambi­tion et leur pré­ten­tion à déte­nir la toute-puis­sance. Plus aucune contrainte ne vien­drait limi­ter leur capa­ci­té à trans­for­mer le monde, c’est-à-dire à exploi­ter la nature et à domi­ner les hommes pour leur avan­tage. ITER serait alors réel­le­ment la fabrique du capi­ta­lisme et de l’État sous leur forme abso­lue, c’est-à-dire tota­li­taire[4]. »

Sur le plan social, effec­ti­ve­ment, toutes les tech­no­lo­gies modernes, toutes les machines (y com­pris celles qui servent à pro­duire ou obte­nir de l’énergie), sont autant de pro­duits du sys­tème éco­no­mique, poli­tique et tech­no­lo­gique issu de la conjonc­tion de la puis­sance de l’État et de celle du capi­ta­lisme. Sys­tème qui, comme beau­coup l’ont remar­qué, écrase et dépos­sède les êtres humains, par­tout sur Terre. Or, selon toute pro­ba­bi­li­té, toute logique, toutes les tech­no­lo­gies modernes, toutes les machines (y com­pris celles qui servent à pro­duire ou obte­nir de l’énergie), sont indis­so­ciables de l’existence de ce sys­tème — du moins d’un cer­tain nombre de ses carac­té­ris­tiques fon­da­men­tales (déme­sure, divi­sion hié­rar­chique et tech­nique du tra­vail, com­plexi­té socio­tech­nique, etc.) — et par-là même incom­pa­tibles avec la démo­cra­tie réelle, la jus­tice, l’équité, la liber­té. La ques­tion est donc : sou­hai­tons-nous la per­pé­tua­tion d’un tel sys­tème ? Le génie d’Osons Cau­ser répond : oui. L’important, à ses yeux : « assu­rer nos sys­tèmes sociaux, relan­cer l’économie après la crise du Covid[5] ». Bien enten­du, si l’économie n’était pas relan­cée, si le sys­tème s’effondrait, il per­drait sa clien­tèle. Voi­là le drame.

La réponse que donnent nombre de popu­la­tions indi­gènes de par le monde, sou­hai­tant sim­ple­ment qu’on les laisse tran­quilles, pou­voir conti­nuer de vivre et de se gou­ver­ner comme elles l’entendent : « Nous nous bat­tons pour ne pas avoir de routes et d’électricité — cette forme d’autodestruction qui est appe­lée “déve­lop­pe­ment” c’est pré­ci­sé­ment ce que nous essayons d’éviter[6]. »

La cheffe Caleen Sisk, de la tri­bu Win­ne­mem Win­tu, ori­gi­naire de Cali­for­nie du Nord, souligne :

« Croyez-le ou non, nous pou­vons vivre sans élec­tri­ci­té, c’est ain­si que nous avons vécu pen­dant de nom­breuses années, avant qu’elle n’arrive. L’électricité est acces­soire. Cepen­dant, per­sonne au monde, rien au monde, ne sau­rait vivre sans eau, sans une eau propre[7]. »

***

Dans le monde indus­tria­li­sé, les prin­ci­paux oppo­sants au nucléaire dénoncent depuis long­temps le fait qu’il requiert et favo­rise tout par­ti­cu­liè­re­ment la domi­na­tion éta­tique. Comme on pou­vait le lire dans la Pla­te­forme du comi­té « Irra­diés de tous les pays, unis­sons-nous ! » en 1987 :

« […] l’exploitation et la ges­tion des ins­tal­la­tions nucléaires, tant civiles que mili­taires, ren­forcent la main­mise tota­li­taire de l’État sur la socié­té et ce quelle que soit la nature affi­chée des régimes consi­dé­rés, à l’Ouest comme à l’Est. »

Et ain­si que le notait Roger Bel­béoch, ingé­nieur anti­nu­cléaire, le déve­lop­pe­ment mas­sif du nucléaire en France est issu de « la struc­ture par­ti­cu­liè­re­ment cen­tra­li­sée de l’État fran­çais, la for­ma­tion de ses cadres tech­niques et de ceux de la grande indus­trie par le sys­tème des grandes écoles (Poly­tech­nique), l’existence des corps d’ingénieurs (corps des Mines)[8] ».

Autre­ment dit, la spé­ci­fi­ci­té du nucléaire, en regard des autres formes de pro­duc­tion indus­trielle d’énergie, c’est qu’il incarne, du fait de ses impli­ca­tions sociales et maté­rielles (com­plexi­té tech­nique, déchets hau­te­ment dan­ge­reux, sen­sibles, catas­trophes poten­tielles à pré­voir et gérer, etc.), la tech­no­lo­gie auto­ri­taire par excel­lence[9].

La plu­part des par­ti­sans du nucléaire recon­naissent d’ailleurs sans ambages qu’il requiert des struc­tures orga­ni­sa­tion­nelles rigides, hié­rar­chiques, auto­ri­taires. Dans leur livre plai­doyer en faveur du nucléaire[10], Domi­nique Louis et Jean-Louis Ricaud, ingé­nieurs et diri­geants de l’entreprise Assys­tem (spé­cia­li­sée en ingé­nie­rie et ges­tion de pro­jets d’infrastructures cri­tiques et com­plexes), célèbrent l’exemple de la Chine et remarquent que les défis que pose le nucléaire « ne peuvent être rele­vés sans une gou­ver­nance inter­na­tio­nale indé­pen­dante et dotée d’autorité, pierre angu­laire de la sûre­té et de la sécu­ri­té d’un sec­teur par essence transnational ».

En encou­ra­geant l’acceptation du nucléaire, les « you­tu­beurs » nucléa­ristes encou­ragent, outre la pour­suite du ravage indus­triel du monde, l’acceptation de l’État, du capi­ta­lisme, la sou­mis­sion au sys­tème social, éco­no­mique, poli­tique et tech­no­lo­gique contem­po­rain, aux faux besoins et aux contraintes qu’il nous impose.

Sans nucléaire, sans pan­neaux solaires pho­to­vol­taïques, sans éoliennes, sans réfri­gé­ra­teurs, sans radia­teurs, sans fours et sans machines à laver — n’en déplaise à Onfray et aux ado­ra­teurs du « confort bour­geois » — l’espèce humaine a pros­pé­ré durant des cen­taines de mil­liers d’années. En revanche, en à peine un siècle de tech­no­lo­gi­sa­tion, d’industrialisation du monde, la pla­nète a été rava­gée, d’innombrables éco­sys­tèmes ont été détruits, tan­dis que la plu­part des autres sont endom­ma­gés ou pol­lués. Et la majo­ri­té des êtres humains se sont retrou­vés sous le joug d’un impi­toyable sys­tème de domi­na­tions imper­son­nelles[11] orga­ni­sé à l’échelle pla­né­taire. La ques­tion que tout cela devrait nous ame­ner à nous poser est moins : « êtes-vous pour ou contre le nucléaire ? », ou « pour ou contre les renou­ve­lables ? » — que : l’humanité et la nature sur­vi­vront-elles au déve­lop­pe­ment tech­no­lo­gique ? Quoi qu’il en soit, si vous sou­hai­tez que tout conti­nue, n’hésitez pas : aux pro­chaines mas­ca­rades élec­to­rales, votez pour un maître indus­tria­liste — qu’il soit pour une socié­té indus­trielle nucléaire ou car­bu­rant au « 100% renou­ve­lables » importe peu.

Nico­las Casaux


  1. https://journal.ccas.fr/ludovic-torbey-osons-causer-lenergie-na-jamais-ete-un-sujet-aussi-sexy/
  2. Onfray, « Catas­trophe de la pen­sée catas­tro­phiste », Le Point, 2011
  3. https://polemos-decroissance.org/le-prix-de-lelectricite-essai-de-contribution-a-lencyclopedie-des-nuisances/
  4. https://sniadecki.wordpress.com/2011/11/22/iter-01/
  5. https://journal.ccas.fr/ludovic-torbey-osons-causer-lenergie-na-jamais-ete-un-sujet-aussi-sexy/
  6. Ati Qui­gua, Arhua­cos de « Colom­bie », lors d’un évè­ne­ment onu­sien. https://atiquigua.co/united-nations-indigenous-women/
  7. https://www.youtube.com/watch?v=U4KFKWYfQa8
  8. Roger Bel­béoch, « Socié­té nucléaire », 1990.
  9. Cf. : « De la cuillère en plas­tique à la cen­trale nucléaire : le des­po­tisme tech­no-indus­triel » : https://www.partage-le.com/2020/04/25/de-la-cuillere-en-plastique-a-la-centrale-nucleaire-un-meme-despotisme-industriel-par-nicolas-casaux/
  10. Éner­gie nucléaire, le vrai risque, Domi­nique Louis, Jean-Louis Ricaud, 2020.
  11. https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2016–2‑page-59.htm

Print Friendly, PDF & Email
Total
1
Shares
1 comment
  1. Très bien vu.
    D’une part sur l’illu­sion cor­nu­co­pienne : En fait l’ex­ploi­ta­tion des éner­gies fos­siles du XIXe siècle repré­sen­tait cer­tai­ne­ment à l’é­poque un fan­tasme d’éner­gie illi­mi­tée et pas chère, de la même manière que le pro­jet Iter aujourd’­hui. On ne consi­dé­rait pas le moins du monde les fumées et les rejets de CO2 comme une menace sur la nature et l’on essayait d’i­ma­gi­ner sim­ple­ment com­ment exploi­ter cette éner­gie de la manière la plus cupide. La même chose se pro­duit aujourd’­hui avec le numé­rique : les data-cen­ters vont rava­ger le cli­mat et la nature en consom­mant tou­jours plus d’éner­gie élec­trique et en reje­tant tou­jours plus de cha­leur, alors qu’on uti­lise le numé­rique à tort et à tra­vers comme si ça n’a­vait aucunes consé­quences. Le giga­byte de don­nées d’au­jourd’­hui est le litre de pétrole d’hier : quand on com­men­ce­ra à par­ler de la catas­trophe, il sera trop tard.
    Ensuite sur la vision pro­duc­ti­viste : en effet à aucun moment on inter­roge les usages. Tout le débat se fait sys­té­ma­ti­que­ment sur la manière de pro­duire, peu importe que la pro­duc­tion d’élec­tri­ci­té serve à ali­men­ter des trot­ti­nettes, des vitrines de maga­sins, des cli­ma­ti­sa­tions, des pan­neaux publi­ci­taires, et toutes sortes d’u­sages com­plè­te­ment super­flus. On s’é­charpe sur la meilleure manière de pro­duire alors que la socié­té est inon­dée de publi­ci­té qui nous pousse à faire n’im­porte quoi de cette éner­gie en sur­abon­dance : faire des mil­liers de kilo­mètres pour s’en­fer­mer dans un resort hotel, habi­ter à 50 km de son tra­vail, pas­ser sa vie devant un écran, moto­ri­ser tout et n’im­porte quoi jus­qu’au mou­lin à poivre ou la raclette de dégi­vrage offerte par Carglass…
    Pour com­plé­ter sur l’éner­gie élec­trique : https://blogs.mediapart.fr/factory/blog/010621/le-nucleaire-pour-quoi-faire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

De l’entreprise capitaliste à l’entreprise nazie : une même absence de conscience morale (par Günther Anders)

L’« instrumentalisation » règne partout : dans les pays qui imposent le conformisme par la violence, et aussi dans ceux qui l’obtiennent en douceur. Comme c’est bien sûr dans les pays totalitaires que ce phénomène est le plus clair, je prendrai, pour illustrer ce qu’est l’« instrumentalisation », l’exemple d’un comportement typiquement totalitaire. [...]
Lire

L’appel des éco-charlatans et la promotion du capitalisme « vert » (à propos des Colibris)

Le 31 janvier 2017, le journal Le Monde, le principal quotidien français, appartenant au trio capitaliste Bergé-Niel-Pigasse, relayait "l’appel du monde de demain". Un appel rédigé par les principales éco-célébrités françaises, à la mode dans les cercles bourgeois de la capitale, car politiquement correctes et ne menaçant pas le moins du monde l’ordre établi (Nicolas Hulot, Pierre Rabhi, Cyril Dion, Tryo, Zaz, Marion Cotillard, Matthieu Chedid, Alain Souchon, etc.). Examinons-le. [...]