Julien Wosnitza, l’écologie et la Macronie (par Nicolas Casaux)

Julien Wos­nit­za (« diplô­mé en finance et ancien ban­quier en alter­nance », « entre­pre­neur éco­lo­gique », auteur d’un assez mau­vais livre inti­tu­lé Pour­quoi tout va s’ef­fon­drer ?, mélange d’ef­fon­dro­lo­gie et de pro­mo­tion d’un alter­ca­pi­ta­lisme tech­no­lo­gique durable, mili­tant éco­lo­giste, etc.) n’aime pas qu’on s’en prenne à ses amis, à ses col­lègues. Ma der­nière note sur Dion ne lui a donc, évi­dem­ment, pas plu. Le motif qu’il a alors trou­vé pour me déni­grer, c’est qu’il n’est pas sym­pa de cri­ti­quer les gens « qui tentent de se bou­ger comme ils peuvent avec les contraintes actuelles ». Com­pre­nez : Dion fait quelque chose. Faire quelque chose, c’est déjà ça. C’est déjà bien. Cri­ti­quer ceux qui font quelque chose, c’est nul. À ce titre, il ne faut pas non plus cri­ti­quer Macron, Biden ou Xi Jin­ping. Ils font ce qu’ils « peuvent » dans le cadre des « contraintes actuelles ». Lumi­neuse logique (qui per­met, confor­ta­ble­ment, de pas­ser sous silence les men­songes, les contra­dic­tions, l’op­por­tu­nisme, les exac­tions, etc., de n’im­porte qui, d’oc­cul­ter n’im­porte quoi).

Mais pas­sons, l’absurdité de sa remarque est suf­fi­sam­ment évi­dente. Non, l’amusant, c’est que Julien Wos­nit­za, effon­dro­logue fan des Jeux Olym­piques, qui avait vou­lu démar­cher Coca-Cola afin d’obtenir des sous pour dépol­luer les océans, qui pré­di­sait l’effondrement immi­nent de la civi­li­sa­tion au début de la crise du covid, qui espé­rait que Macron lui confie­rait le minis­tère de l’é­co­lo­gie, a été rache­té par l’empire du macro­niste Jean-Marc Bor­rel­lo, et cha­leu­reu­se­ment féli­ci­té pour ça.

Expli­ca­tion. Wos­nit­za était endet­té, s’était fait arna­quer en ten­tant de faire répa­rer le voi­lier qui sert de base à son pro­jet, à son asso­cia­tion, Wings of the Ocean [Les ailes de l’océan], laquelle vise à pro­mou­voir la dépol­lu­tion, à « sen­si­bi­li­ser » les gens « sur les consé­quences des déchets », pro­mou­voir le « zéro déchet », a pour mar­raine Marion Cotillard (entre autres), et compte par­mi ses membres d’hon­neurs un cer­tain Maxime de Ros­to­lan. Bref, un beau pro­jet d’é­co­lo­gie citoyen­niste (net­toyer la merde du capi­ta­lisme tout en pro­mou­vant son (impos­sible) ver­dis­se­ment, et faire pas­ser tout ça pour une sorte de solution).

Fort heu­reu­se­ment, Wos­nit­za fait par­tie du petit cercle d’écologistes qui occupent — aux­quels on four­nit — une par­tie de la scène média­tique consa­crée au sujet en France. Or, dans cette cote­rie figure aus­si ledit Maxime de Ros­to­lan (alias le « révo­lu­tion­naire du légume », ain­si que l’a sur­nom­mé Le Point), qui connait du monde en haut lieu, traîne où il faut, a su se faire bien voir d’une par­tie des riches et des puis­sants, pos­sède les contacts adé­quats dans la Macro­nie, et l’a alors mis en rela­tion avec le « groupe SOS » de Jean-Marc Borrello.

***

Petit apar­té. De Ros­to­lan est un des meilleurs repré­sen­tants de ce cénacle d’écologistes plus ou moins proches du pou­voir, amis des entre­prises et des gou­ver­nants, pro­mou­vant un impos­sible et indé­si­rable ver­dis­se­ment de la socié­té indus­trielle capi­ta­liste. Il siège par exemple comme conseiller au « comi­té de tran­si­tion ali­men­taire du groupe Car­re­four ». Il était à l’initiative du fes­ti­val L’An Zéro, qui devait être spon­so­ri­sé par toutes sortes de mul­ti­na­tio­nales et d’entreprises (quelques mots-clés figu­rant sur la pla­quette de pro­mo­tion du fes­ti­val : « villes rési­lientes et cir­cu­laires, maté­riaux inno­vants et archi­tec­ture bas car­bone, réno­va­tion et effi­ca­ci­té éner­gé­tiques, […] voi­ture et bus élec­trique, hybrides, au gaz natu­rel, à hydro­gène, […] éner­gies renou­ve­lables, […] déve­lop­per le bien-être au tra­vail, […] éco-concep­tion, éco­lo­gie indus­trielle et ter­ri­to­riale, […] Numé­rique : le digi­tal au ser­vice des Tran­si­tions, start-up à impact posi­tif, […] ali­gne­ment cœur-corps-esprit de chaque être humain pour un bas­cu­le­ment col­lec­tif favo­rable, […] des temps de silence et de médi­ta­tion, pro­pices à la recon­nexion avec soi-même, […] des confé­rences sur la spi­ri­tua­li­té… »). Etc[1]. Aux côtés de Pablo Ser­vigne, Gaël Giraud, Valé­rie Cabanes et d’autres, il a récem­ment ren­du visite à son altesse papale. De farouches révolutionnaires.

Au pas­sage, on note­ra que les membres de ce cénacle pro­meuvent des théo­ries qui se contre­disent les unes les autres, et sont par­fois intrin­sè­que­ment contra­dic­toires. Ser­vigne pré­dit un effon­dre­ment à venir, garan­ti, pour envi­ron 2030, mais par­fois affirme que cet effon­dre­ment n’est pas sûr, que nous pour­rions l’éviter et par­ve­nir à consti­tuer une civi­li­sa­tion indus­trielle éco­lo­gique (et démo­cra­tique, enfin, par­fois, ce point n’est pas tou­jours pré­sent dans leurs dis­cus­sions). De Ros­to­lan, lui, pro­meut le ver­dis­se­ment du capi­ta­lisme indus­triel. Dion aus­si (tout en se disant anti­ca­pi­ta­liste). Wos­nit­za défend à la fois l’idée d’un effon­dre­ment iné­luc­table de la civi­li­sa­tion et la pos­si­bi­li­té de son ver­dis­se­ment. En somme, un beau tis­su de confu­sions et de contra­dic­tions — du grand n’importe quoi.

***

Mais reve­nons-en à Wos­nit­za et son fameux trois mâts. Ain­si qu’il l’explique lui-même dans une publi­ca­tion : « Le groupe SOS gère une petite cen­taine d’associations dans envi­ron 600 éta­blis­se­ments à tra­vers la France. Ils gèrent des hôpi­taux, des Ephad, des chan­tiers de réin­ser­tion pro­fes­sion­nelle, une bras­se­rie Bio, les Bri­gades Nature, des pro­grammes d’aide ali­men­taire, etc… Bref, un groupe asso­cia­tif dans l’humain, le social et la tran­si­tion éco­lo­gique. Mais sur­tout avec une vraie puis­sance finan­cière puisque le groupe réa­lise un chiffre d’affaires de 1,2 mil­liards d’euros et emploie plus de 21.500 salariés ! »

Dis comme ça, pour peu qu’on ne soit pas trop au fait de ce qu’est le capi­ta­lisme, on adhè­re­rait presque.

Le groupe SOS de Bor­rel­lo s’est donc pro­po­sé de rache­ter l’association de Wos­nit­za et son voi­lier. Et Wos­nit­za a joyeu­se­ment accep­té ! S’en est publi­que­ment van­té, etc.

Un groupe qui pèse plus d’un mil­liard d’euros, cela devrait mettre la puce à l’oreille.

En réa­li­té, Jean-Marc Bor­rel­lo, ex-gérant du Palace, une célèbre boite de nuit pari­sienne, « ancien chef de cabi­net sous Fabius, condam­né en 1999 à six mois de pri­son avec sur­sis pour “avoir faci­li­té l’usage illi­cite de stu­pé­fiants en lais­sant se dérou­ler et pros­pé­rer dans les éta­blis­se­ments dont ils avaient la res­pon­sa­bi­li­té […] un tra­fic de stu­pé­fiants consti­tué par une revente et une consom­ma­tion visibles et notoires d’ecstasy” », « pilier de la macro­nie » (Libé­ra­tion), délé­gué géné­ral adjoint de la Répu­blique en marche (LREM), ex-pro­fes­seur d’Emmanuel Macron à Sciences Po, « accu­sé de har­cè­le­ment et d’agressions sexuelles dans son entre­prise » (Libé­ra­tion), impli­qué dans une sinistre affaire de pédo­phi­lie, a tout de l’escroc et du mafieux. Et son « groupe SOS » ne semble pas valoir beau­coup mieux.

Dans un récent article inti­tu­lé « SOS ! L’esprit du capi­ta­lisme infiltre l’associatif », l’Union syn­di­cale Soli­daires dénonce « l’irruption d’une ges­tion mana­gé­riale néo­li­bé­rale dans des sec­teurs d’activité qui en étaient, jusqu’à récem­ment, rela­ti­ve­ment, pré­ser­vés ». Dans un récent livre inti­tu­lé Souf­france en milieu enga­gé, la jour­na­liste Pas­cale-Domi­nique Rus­so dénonce les condi­tions de tra­vail chez Emmaüs, France Terre d’asile, la Macif ou encore… au sein du groupe SOS. Dans leur livre Le Pré­sident des ultra-riches, Michel Pin­çon et Monique Pin­çon-Char­lot sou­ligne com­ment l’important « patri­moine immo­bi­lier » du groupe SOS « pro­vient d’abondantes sub­ven­tions et exemp­tions fis­cales des asso­cia­tions » qui l’intègrent. « Les asso­cia­tions rete­nues pour inté­grer le groupe doivent en effet appor­ter leur patri­moine immo­bi­lier dans la cor­beille de mariage. Le patri­moine de SOS se diver­si­fie avec des hôpi­taux et des biens de luxe comme le Pavillon Ély­sée, un lieu de récep­tion très hup­pé au bas des Champs-Ély­sées. La richesse de cette entre­prise dite sociale et soli­daire pro­vient éga­le­ment de la réduc­tion du coût du tra­vail avec le recours au sta­tut d’autoentrepreneur ou une ges­tion déshu­ma­ni­sée de la main‑d’œuvre avec pour seuls contacts les cour­riels et une pla­te­forme numérique. »

Dans un article publié fin 2018 sur le site des tech­no­fu­rieux d’Usbek & Rica, un des col­la­bo­ra­teurs régu­liers du maga­zine, Vincent Edin, reve­nait sur un papier publié dans le jour­nal Le Monde à pro­pos du groupe SOS :

« Et puis, il y a l’éléphant dans la pièce comme disent les anglo-saxons : le groupe SOS. Cette figure de proue de l’ESS ne donne pas le la en matière de ver­tu pour employer une litote. L’enquête parue cette semaine dans Le Monde est acca­blante. Tré­sor de guerre de 500 mil­lions d’euros ser­vant prin­ci­pa­le­ment à ache­ter des cadres méri­tants (Guy Seb­bah, Nico­las Frois­sard et quelques autres) avec des appar­te­ments pari­siens à la moi­tié du prix du mar­ché… Absence de contrôle démo­cra­tique, pres­sion d’un mana­ge­ment insul­tant, har­ce­lant, ten­ta­tive d’intimidation et de cen­sure des par­te­naires, étran­gle­ment des pres­ta­taires par des direc­teurs des achats char­gés de faire du cost killing ; toutes ces méthodes de mal­frats, dignes des moins éthiques des groupes du CAC 40, sont celles du groupe SOS. Sans comp­ter les élans libi­di­neux mal contrô­lés du fon­da­teur, Jean-Marc Borel­lo, le “Tapie du social” aurait-il en plus de cela quelques res­sem­blances avec DSK ? Au concours de ver­tu, l’ESS n’est pas assu­ré du podium, loin s’en faut. »

On pour­rait conti­nuer (voir l’article publié en 2018 sur le site d’Alter­na­tives Éco­no­miques, inti­tu­lé « Groupe SOS : les médias com­mencent à regar­der der­rière la belle vitrine » et le texte de Clé­ment Gérome publié en 2015 dans la revue Mou­ve­ments, inti­tu­lé « Les entre­pre­neurs sociaux à l’as­saut du monde asso­cia­tif », dans lequel il conclut : « N’y a‑t-il pas ici une contra­dic­tion inso­luble qui laisse à pen­ser que les entre­pre­neurs sociaux sont les “idiots utiles” des grandes entre­prises capi­ta­listes sou­cieuses de redo­rer leur image ? »). Les méthodes et la nature du groupe com­mencent à être connues et exposées.

Comme on pou­vait s’y attendre — il faut être par­ti­cu­liè­re­ment naïf pour pen­ser qu’un gigan­tesque groupe pesant plus d’un mil­liard d’euros et inves­tis­sant dans tout peut être une mer­veilleuse entre­prise, un modèle de ver­tu sociale et d’écologie ; il faut être par­ti­cu­liè­re­ment igno­rant de ce qu’est le capi­ta­lisme pour pen­ser qu’une entre­prise ou un groupe, asso­cia­tif ou non, pour­rait consti­tuer un idéal de pro­bi­té sociale et éco­lo­gique —, c’est conster­nant. Le capi­ta­lisme reste évi­dem­ment le capitalisme.

Alors, moi aus­si je vou­drais le féli­ci­ter. Bra­vo Julien ! Tu brasses des sous, tu montes des pro­jets, tu sti­mules un sec­teur du capi­ta­lisme indus­triel, celui de la dépol­lu­tion — il y a de l’argent à y faire, des choses à y « déve­lop­per », assu­ré­ment, c’est un sec­teur qui ne peut qu’avoir le vent en poupe ! Tu fri­cotes avec des gens géniaux. Tes amis et toi, vous êtes l’avant-garde du nou­veau monde éco­lo­gique et humain à venir, du « capi­ta­lisme d’intérêt géné­ral » que pro­meut ton patron, le macro­niste Jean-Marc Bor­rel­lo (et ça fait rêver). Si vous ne vous bou­giez pas, si vous ne fai­siez pas tout ce que vous faites, comme vous pou­vez, en tout cas, « avec les contraintes actuelles », on se demande bien com­ment la pla­nète ferait pour s’en sortir.

Heu­reu­se­ment, vous êtes là. Alléluia.

(Je suis effec­ti­ve­ment une sorte de para­site, mon cher Julien, ou, plu­tôt, un empê­cheur de tour­ner en rond, dans la mesure où je m’ef­force d’ex­po­ser les men­songes des gens en ton genre, d’ex­po­ser la déma­go­gie, la bêtise, la mal­hon­nê­te­té de tes copains éco­los, et la tienne, la nui­sance que vous repré­sen­tez, en réa­li­té, pour le mou­ve­ment éco­lo­giste, le vrai, celui qui est né avec des gens comme Ber­nard Char­bon­neau et Jacques Ellul en France, et que vous désho­no­rez continuellement).

Nico­las Casaux


  1. Au sujet de Ros­to­lan, voir aus­si : https://josephinekalache.wordpress.com/2018/01/03/maxime-de-rostolan-lentrepreneur-vert/ et https://lundi.am/Permaculture-et-Microferme-maraichere-une-alternative-agricole-entre-mythe-et
Print Friendly, PDF & Email
Total
19
Shares
2 comments
  1. Mer­ci cher Nico­las pour tes écrits tou­jours pré­cis, détaillés et sans conces­sions. On a bien besoin de per­sonnes comme toi, loin des ven­deurs d’illusions qui ne pensent, au fond, qu’à ce qui fait tour­ner ce monde affreux : l’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles connexes
Lire

De l’entreprise capitaliste à l’entreprise nazie : une même absence de conscience morale (par Günther Anders)

L’« instrumentalisation » règne partout : dans les pays qui imposent le conformisme par la violence, et aussi dans ceux qui l’obtiennent en douceur. Comme c’est bien sûr dans les pays totalitaires que ce phénomène est le plus clair, je prendrai, pour illustrer ce qu’est l’« instrumentalisation », l’exemple d’un comportement typiquement totalitaire. [...]
Lire

Ne laissons pas s’installer le monde sans contact

Du point de vue sanitaire, l’épidémie de COVID-19 mettra du temps à livrer tous ses mystères. Le brouillard qui entoure l’origine de la maladie, sa diffusion et sa létalité ne pourra se dissiper que lorsqu’elle cessera de frapper dans autant de pays à la fois. À ce jour, personne n’a l’air de savoir quand une telle accalmie se produira. D’ici là, pour continuer de vivre, nous ne devons ni sous-estimer, ni surestimer cette épidémie en tant que telle. Par contre, ce que nous sentons très clairement, c’est que la crise sanitaire a des chances importantes de précipiter l’avènement d’un nouveau régime social : un régime basé sur une peur et une séparation accrues, encore plus inégalitaire et étouffant pour la liberté. [...]